Actualité

Emissions de gaz à effet de serre: la France n'a pas tenu ses objectifs en 2016

France 24 - L'info en continu - lun, 01/22/2018 - 18:31

La France n'a pas tenu ses objectifs d'émissions de gaz à effet de serre en 2016, selon le premier bilan provisoire publié lundi par le ministère de la Transition écologique, des résultats qui "appellent à une réaction", indique le ministère.

Après avoir atteint "sans marge" son objectif de 2015, la France a émis 463 millions de tonnes de gaz à effet de serre (en équivalent CO2) en 2016, soit 3,6% de plus que ce qui était prévu, le dérapage venant essentiellement des secteurs du transport et du bâtiment.

Catégories: Actualités

Afrique du Sud: négociations pour un départ anticipé du président Zuma

France 24 - L'info en continu - lun, 01/22/2018 - 18:30

Des négociations sont engagées entre le très controversé président sud-africain Jacob Zuma et son parti, le Congrès national africain (ANC), pressé de mettre un terme avant l'heure à son règne émaillé de scandales à un peu plus d'un an d'élections cruciales.

L'ANC a confirmé lundi avoir "discuté" de ce sujet très sensible lors d'une réunion de ses dirigeants ce week-end à Pretoria.

La pression n'a jamais été aussi grande sur le président Zuma pour remettre les rênes du pouvoir depuis le revers qu'il a subi au congrès de l'ANC en décembre. Il a été remplacé à la tête du parti par le vice-président Cyril Ramaphosa, qui avait axé sa campagne sur la lutte contre la corruption.

"Nous avons convenu que le sujet" du départ de Jacob Zuma "était entre les mains des responsables. Il y aura des discussions entre les responsables (du parti), le président Zuma et le président (du parti) Ramaphosa", a déclaré le secrétaire général de l'ANC, Ace Magashule, lors d'une conférence de presse lundi.

Aucune "date butoir" n'a été fixée et aucune décision prise pour l'instant de "renvoyer" Jacob Zuma avant la fin de son second et dernier mandat en 2019, a-t-il cependant assuré.

Mais l'ANC, a aussitôt ajouté M. Magashule, est bien "décidé à regagner la légitimité morale" et a engagé "une nouvelle période de renouvellement" avant les élections générales de 2019.

L'enjeu est de taille: l'ANC, au pouvoir depuis la chute officielle du régime d'apartheid en 1994, pourrait payer le prix des scandales et des mauvais résultats économiques du président Zuma et perdre sa majorité absolue au Parlement.

Car le chef de l'Etat, âgé de 75 ans, ne cesse d'accumuler les déboires judiciaires: violation de la Constitution dans une affaire d'abus de biens sociaux, soupçons de corruption dans un contrat d'armement, accusations de collusion avec une sulfureuse famille d'hommes d'affaires, les Gupta...

Jusque-là, le président, un fin stratège, a toujours réussi à sauver sa peau. Mais il se retrouve aujourd'hui très affaibli au sein-même de son parti, dont le nouveau chef pense que le salut de l'ANC passe par un départ anticipé de l'actuel chef de l'Etat.

- 'Plaie purulente' -

Ce week-end, l'ANC a promis d'"agir de façon décisive" pour rétablir sa réputation. Le grand ménage a déjà commencé.

La justice sud-africaine a lancé la semaine dernière sa première action pour récupérer une partie des fonds publics soupçonnés d'avoir été détournés par les Gupta.

Avant de s'envoler pour plaider la cause de son pays au Forum économique de Davos (Suisse), Cyril Ramaphosa a voulu lancer un signal fort aux investisseurs et aux agences de notation, qui ont dégradé l'an dernier la note de l'Afrique du Sud.

Il a annoncé samedi la composition d'un nouveau conseil d'administration à la tête d'Eskom, l'entreprise publique d'électricité, au centre de plusieurs enquêtes concernant des affaires de corruption.

Cyril Ramaphosa joue gros: si l'ANC l'emporte en 2019, il deviendra chef de l'Etat.

"Il y a une volonté d'un changement assez rapide au sein de l'ANC et la démission du président Zuma - une plaie purulente pour le parti - entre dans ce schéma", a estimé l'analyste politique Daniel Silke interrogé par l'AFP.

Mais obtenir le départ de Jacob Zuma reste "une procédure délicate" compte tenu des affaires judiciaires qui le menacent, a-t-il relevé. Le président va chercher des "assurances" pour ne pas être poursuivi, et là on entre dans une "zone grise" compte tenu de la séparation des pouvoirs entre l'exécutif et le judiciaire.

Pour les analystes, il ne s'agit plus de savoir si Jacob Zuma partira mais quand.

L'agenda du président Zuma, publié lundi, prévoit qu'il s'adressera, comme prévu, le 8 février au Parlement pour son discours annuel à la nation. Une note en rouge, en tête du document, précise cependant que ce programme "est susceptible de changement à la dernière minute".

bed/pa/jlb

Catégories: Actualités

La marée noire s'étend encore en mer de Chine

France 24 - L'info en continu - lun, 01/22/2018 - 18:28
La nappe d'hydrocarbures qui s'échappe du pétrolier iranien Sanchi, naufragé entre la Chine et le Japon, a triplé de taille en l'espace de quatre jours, et s'étale désormais sur 332 km2.
Catégories: Actualités

Au Kenya et en Ouganda, les écoles bon marché Bridge dans la tourmente

La classe africaine (3). En Afrique de l’Est, le modèle d’écoles bon marché et de qualité pour les plus pauvres a fait rêver. Mais aujourd’hui, elles sont menacées de fermeture en Ouganda.
Catégories: Actualités

AXA : projet d'acquisition aux Etats-Unis dans la gestion des couvertures de santé

Le Boursier - lun, 01/22/2018 - 18:22
Maestro Health propose une plateforme numérique intégrée

Changement de fréquences de la TNT : qui est concerné et que faut-il faire ?

L' Essentiel - SudOuest.fr - lun, 01/22/2018 - 18:20

Mardi 23 janvier, les fréquences de la TNT changent. Si vous recevez la télévision par antenne râteau, vous risquez de perdre certaines chaînes. Explications. .
Partout en France, des réaménagements de la télévision numérique terrestre (TNT) sont nécessaires pour favoriser le déploiement du très haut débit mobile. Compte... Lire la suite

Catégories: Actualités

Victoire de policiers américains opposés à des fêtards

France 24 - L'info en continu - lun, 01/22/2018 - 18:20

Ce fut une soirée débridée à Washington, avec femmes en string, musique à fond et marijuana. Mais ce fut aussi un problème de droit d'une décennie, que la Cour suprême américaine a tranché lundi en faveur des policiers opposés aux fêtards.

Toute la question était de savoir si les agents avaient le droit d'interpeller tous les participants à cette fête, qui s'était tenue dans une maison vacante, sans l'autorisation du propriétaire.

Oui, a finalement jugé la plus haute juridiction des Etats-Unis.

L'arrêt a été signé par sept des neuf juges de la cour, les deux derniers magistrats se rangeant à la décision en émettant quelques réserves.

La controverses inédite soulevait de vastes enjeux, opposant la violation de propriété au quatrième amendement de la Constitution américaine qui protège les citoyens contre les arrestations abusives.

Il était 01H00 du matin, une nuit de mars 2008, quand les policiers Andre Parker et Anthony Campanale se sont présentés devant la maison en question, dans un quartier normalement tranquille de la capitale fédérale.

Les deux agents en uniforme répondaient à l'appel d'un voisin excédé par ce qui ressemblait fort à une joyeuse soirée de débauche.

Parker et Campanale ont d'abord tenté d'identifier l'organisateur ou l'organisatrice de la fête.

- Chasse aux strip-teaseuses -

Une chose pas facile, les noceurs à leur arrivée s'étant volatilisés dans les étages. Les deux hommes avaient donc ratissé la bâtisse peu meublée et en grand désordre, à la chasse aux fêtards.

Ils étaient parvenus à rassembler 21 personnes, dont un homme réfugié dans un placard et quelques strip-teaseuses aux billets de banque encore glissés dans la jarretière.

Mais aucun des convives ne semblait être à l'origine de la bringue. Certains disaient avoir été invités à un anniversaire, d'autres à un enterrement de vie de garçon. Invités par qui ? Par "Peaches", répondaient-ils.

Problème, "Peaches" était absente. Jointe par téléphone, elle avait fini par lâcher aux policiers qu'en effet la soirée avait été lancée sans l'avis du propriétaire.

- La police soulagée -

Les deux agents du Metropolitan Police Department, rejoints par leur chef, avaient alors interpellé tous les participants pour violation de propriété. Une infraction qu'on ne prend pas à la légère aux Etats-Unis.

Seize des 21 personnes arrêtées avaient ensuite saisi la justice fédérale, affirmant qu'elles ignoraient avoir pénétré illégalement dans une propriété privée.

Les agents avaient été condamnés à leur verser un million de dollars, frais d'avocats inclus. Un dédommagement annulé ce lundi.

Derrière son apparence prosaïque, l'affaire soulevait d'importantes questions de droit: peut-on se retrouver dans l'illégalité en ayant simplement accepté une invitation indirecte à une soirée ? Un policier peut-il arrêter quelqu'un sur le soupçon que la personne lui ment ? Une fête dans une maison vacante peut-elle déclencher une perquisition ?

Au final, au terme de dix ans de débat, la Cour suprême a estimé qu'"un policier raisonnable, considérant l'ensemble des circonstances légales au moment des interpellations, pouvait interpréter la loi comme permettant les arrestations".

Le ministère américain de la Justice et la ville de Washington peuvent donc respirer. Ces autorités avaient confié redouter "un effet dissuasif" sur l'ensemble des policiers en Amérique si la cour avait choisi le camp des fêtards.

Catégories: Actualités

La France dévoile de nouvelle mesures pour séduire les entreprises

Le Boursier - lun, 01/22/2018 - 18:20
Parmi elles figure une exonération temporaire d'affiliation aux régimes de retraite pour les cadres impatriés.

Ligne à Grande Vitesse Bordeaux - Paris : le trafic a explosé en 2017

L' Essentiel - SudOuest.fr - lun, 01/22/2018 - 18:17

Au deuxième semestre 2017, le nombre de voyageurs entre Bordeaux et Paris a augmenté de 70% grâce à la mise en service de la ligne à grande vitesse Tours-Bordeaux le 2 juillet dernier.
Entre le deuxième semestre 2016 et le deuxième semestre 2017, le nombre de voyageurs entre Bordeaux et Paris a augmenté de 70%, a souligné... Lire la suite

Catégories: Actualités

Offensive turque en Syrie : "Il y a quatre fronts autour d'Afrin"

France 24 - L'info en continu - lun, 01/22/2018 - 18:15
Les Turcs poursuivent l'offensive contre les Kurdes.
Catégories: Actualités

Oeneo : solide croissance sur le dernier trimestre

Le Boursier - lun, 01/22/2018 - 18:15
Oeneo a accéléré sa croissance au 3ème trimestre 2017-2018 pour atteindre un chiffre d'affaires de 61,5 ME, en hausse de +11,8% et de +12,7% à taux de...

Prismaflex : les ventes de panneaux LED tirent la croissance

Le Boursier - lun, 01/22/2018 - 18:13
39,8 millions d'euros de chiffre d'affaires sur 9 mois

Expo universelle: les organisateurs dénoncent une décision "brutale" sur la base d'arguments "faux"

France 24 - L'info en continu - lun, 01/22/2018 - 18:10

"Décision brutale" sur la base d'"arguments faux" : les promoteurs de la candidature de la France à l'Exposition Universelle 2025 continuent de fustiger lundi son abandon par le gouvernement, laissant entendre que "l'aventure allait continuer" sous d'autres formes.

La "France ne méritait pas ça", a lancé devant la presse Jean-Christophe Fromantin (DVD), président du Comité Expo France 2025, au lendemain de l'annonce de ce désistement par un courrier adressé vendredi par Edouard Philippe au comité d'organisation et révélé par le Journal du dimanche (JDD).

Les "arguments" avancés par le Premier ministre sont "faux, ne sont qu'un alibi et cachent la réalité des choses", a accusé M. Fromantin, ajoutant qu'ils "cachaient le sujet de la ligne 18" du Grand Paris Express.

Les organisateurs ont "depuis des mois" demandé que l'Etat s'engage sur la construction de cette ligne de métro, nécessaire pour se rendre au pôle scientifique et technologique de Paris-Saclay, site prévu de l'exposition, et "personne n'a pu nous donner la moindre assurance", a-t-il dit.

La remise en cause très probable du calendrier de réalisation de ce super métro pourrait être prochainement annoncée. La ligne 18 doit théoriquement arriver en 2024 mais le chantier pourrait prendre un ou deux ans de plus.

- Un "cafouillage" de l'Etat -

"L'Expo fait les frais d'un Etat qui n'a pas su programmer, planifier et financer ce sur quoi il s'était engagé", a martelé M. Fromantin en parlant de "cafouillage".

Une dizaine d'élus de l'Essonne se sont d'ailleurs, par communiqué, inquiétés de cette annonce qui "nous fait craindre le pire: une annulation ou un report" de cette ligne devant arriver à Orly d'ici 2024.

En réponse aux "faiblesses structurelles" du modèle du projet français avancées par le Premier ministre, M. Fromantin a longuement détaillé "le modèle économique et juridique construit depuis des mois".

Il "a fait l'objet d'échanges avec l'Etat, les entreprises, les banques, un dossier validé par les territoires, les experts, etc. Tous ces chiffres ont été travaillés et on nous dit +on n'y croit pas, on annule+", a-t-il fustigé.

Réaffirmant que "l'argent public n'était pas engagé", les organisateurs ont étudié plusieurs hypothèses dont celle de 33 millions de visiteurs à 34 euros le billet, soit 1,5 milliard.

Dans le projet, "ce sont près de 23 milliards d?euros de retombées économiques, 0,5 point de croissance et plus de 130.000 emplois durables qui étaient attendus", selon eux.

"Je demande qu'on me présente le modèle économique des jeux Olympiques" organisés à Paris et en Seine-Saint-Denis en 2024, a-t-il encore ironisé.

Les organisateurs vont prochainement se réunir pour voir "ce qu'on fait", a poursuivi le maire de Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) qui va par ailleurs demander un rendez-vous avec le président Emmanuel Macron.

"Nous avons le devoir de porter l'ambition" exprimée pendant sept ans par les entreprises, les territoires, les jeunes, a-t-il dit.

"On va continuer l'aventure dans une version plus audacieuse", a-t-il poursuivi en évoquant une "exposition en réseau, une expo d'une nouvelle génération qui ne dépendra pas forcément d'un seul site et des arbitrages de l'Etat".

Le président du département de l'Essonne, François Durovray (LR), a lui exprimé sa "colère, sa déception et son incompréhension face à une décision prise de façon profondément solitaire, contrairement à un projet collectif".

La candidature française, portant sur un "village global" autour d'une immense sphère connectée, a été déposée fin septembre auprès du Bureau international des expositions (BIE).

Le retrait de la France laisse la voie libre aux trois autres pays candidats: Russie (Ekaterinbourg), Japon (Osaka) et Azerbaïdjan (Bakou).

Le choix du pays hôte doit être annoncé le 15 novembre 2018 et l'Exposition universelle se tenir du 1er mai au 31 octobre 2025.

Catégories: Actualités

Delta Drone : 6,3 ME de ventes en 2017

Le Boursier - lun, 01/22/2018 - 18:10
Le chiffre d'affaires cumulé 2017 de Delta Drone s'élève à 6,3 ME contre 1,3 ME en 2016, soit une augmentation de 359%...

L’Église catholique congolaise, de médiateur à acteur de la mobilisation

France 24 - L'info en continu - lun, 01/22/2018 - 18:09
En République démocratique du Congo, l’Église catholique défie le pouvoir après avoir joué le rôle de médiateur dans la crise politique que traverse le pays. Les dernières marches pacifiques soutenues par les évêques ont été violemment réprimées.
Catégories: Actualités

Ski: Guillermo Fayed renonce à Garmisch et fait une croix sur Pyeongchang

France 24 - L'info en continu - lun, 01/22/2018 - 18:07

Le Français Guillermo Fayed a renoncé à participer à la descente de Garmisch-Partenkirchen (Allemagne) samedi, a annoncé lundi Xavier Fournier, le responsable du groupe vitesse de l'équipe de France, et fait ainsi une croix sur les JO-2018 de Pyeongchang (9-25 février).

Souffrant d'une discopathie lombaire depuis plusieurs semaines, le Chamoniard avait pour meilleur résultat cet hiver une 18e place lors de la descente de Beaver Creek (Colorado) le 2 décembre.

Même en bonne santé, Fayed aurait dû réaliser une grosse performance --au moins dans les 10 premiers-- à Garmisch-Partenkirchen pour avoir une chance d'être sélectionné.

Les quatre tricolores alignés pour la descente des Jeux (le dimanche 11 février) seront vraisemblablement le capitaine de route Adrien Théaux (33 ans), l'expérimenté Johan Clarey (37 ans), et les deux plus jeunes (27 ans) Maxence Muzaton, 7e de la descente de Wengen, et Brice Roger, 7e de la descente de Kitzbühel samedi.

Catégories: Actualités

Syrie : pourquoi la Turquie bombarde l’enclave kurde d’Afrin

La Turquie poursuit l’opération « Rameau d’olivier » contre les Kurdes, qui maîtrisent cette enclave du nord-ouest de la Syrie.
Catégories: Actualités

Salaires, frais, réceptions… Trois idées reçues sur les députés

L’émission « Capital » diffusée par M6 dimanche, qui dénonçait la « facture du train de vie » de l’Etat, a fait réagir de nombreux députés.
Catégories: Actualités

Ecoslops : nouvelle étape pour le projet d'implantation en Egypte

Le Boursier - lun, 01/22/2018 - 18:02
Le potentiel de récupération de résidus pétroliers transitant par le Canal de Suez est évalué à plus de 40.000 tonnes par an

Macron se donne jusqu'à l'été 2019 pour réformer les retraites

L' Essentiel - SudOuest.fr - lun, 01/22/2018 - 18:00

La réforme est repoussée d'un an. Le président de la République veut se donner du temps.
La réforme des retraites promise par Emmanuel Macron, d'abord prévue pour mi-2018, devrait finalement être finalisée "d'ici à l'été 2019", a annoncé lundi le président de la République, qui se donne ainsi du temps pour résoudre une... Lire la suite

Catégories: Actualités

Pages

S'abonner à JO CASANOVA MUSIC agrégateur - Actualités