Actualités

Europa League: Nice qualifié pour les 16e

France 24 - L'info en continu - jeu, 11/23/2017 - 19:58

Nice s'est qualifié pour les seizièmes de finale de l'Europa League en s'imposant 3 à 1 à domicile contre l'équipe belge de Zulte Waregem, grâce notamment à un doublé de l'Italien Mario Balotelli, jeudi lors de l'avant-dernière journée de la phase de poules.

Les Niçois, deuxièmes de leur groupe K derrière la Lazio Rome qui a fait nul contre Vitesse Arnhem (1-1), ne peuvent plus être rejoints lors de la dernière journée, qui les verra affronter Vitesse le 7 décembre.

Catégories: Actualités

Le Brésilien Robinho condamné à 9 ans de prison en Italie pour "viol en réunion"

France 24 - L'info en continu - jeu, 11/23/2017 - 19:42
La star du football brésilien et ancien cadre de la Seleçao Robinho, a été condamné jeudi en Italie à neuf ans de prison pour viol en réunion. Les faits remontent à janvier 2013, à l'époque où il était sous contrat avec l'AC Milan.
Catégories: Actualités

Assaut de Saint-Denis: 5 sinistrés vont être relogés à titre provisoire

France 24 - L'info en continu - jeu, 11/23/2017 - 19:40

Cinq sinistrés de l'immeuble de Saint-Denis détruit lors de l'assaut antiterroriste contre deux jihadistes du 13 novembre 2015 ont obtenu d'être réintégrés dans le dispositif d'hébergement d'urgence, ont annoncé jeudi la préfecture de la Seine-Saint-Denis et l'association Droit au logement (Dal).

Ces cinq personnes, qui avaient rejoint un gymnase proche de l'Elysée occupé par le Dal après avoir dormi dans des tentes dans la nuit de vendredi à samedi au pied de leur ancien logement pour protester contre la situation, ont reçu des "propositions d'hébergement" à l'issue d'une réunion entre la préfecture et des représentants de l'association des anciens résidents.

Parmi eux, Messaoudi Laïd, 62 ans, qui dormait dans une voiture depuis deux mois, ou Mohammad Al Gazar, 30 ans, qui était hébergé chez des amis.

"J'espère que nous passerons cet hiver au chaud, c'est très important pour nous. Ça fait deux mois que nous vivons dehors. On va avoir quelque chose de chauffé", s'est réjoui M. Laïd, toujours présent dans le gymnase parisien jeudi en fin de journée, tout en disant espérer à terme "un toit définitif".

Selon le Dal, les cinq personnes bénéficient de chambres dans un hôtel de Bobigny.

"Nous leur avons expliqué que comme ils n'avaient pas de ressources, ils ne pouvaient pas être logés de manière pérenne mais qu'ils seraient accompagnés car l'objectif ce n'est pas qu'ils restent éternellement dans des hôtels", a indiqué à l'AFP Fadela Benrabia, la préfète déléguée à l'Egalité des chances en Seine-Saint-Denis.

Mme Benrabia a insisté sur la nécessité pour ces personnes, qui feront l'objet d'un accompagnement spécifique par une association, de "se mobiliser dans des démarches d'insertion" s'ils veulent prétendre ensuite à un logement social: "Quand ils sont convoqués par Pôle Emploi, il faut qu'ils s'y rendent, qu'ils pensent à actualiser leur dossier, leurs coordonnées, et aussi à nous tenir informés de leur situation".

La représentante de l'Etat a ainsi affirmé que la préfecture n'était "pas au courant" que ces personnes avaient quitté leurs hôtels et se trouvaient à la rue.

Elle a rappelé que la situation du logement était particulièrement tendue en Seine-Saint-Denis où "il y a 106.000 demandes de logements sociaux, dont 9.000 dossiers Dalo (droit au logement opposable, soit des demandes prioritaires, ndlr) en attente de traitement, pour 13.000 attributions par an".

En outre, "tous les dispositifs d'hébergement d'urgence, soit 8.000 nuitées d'hôtel, sont totalement saturés", a dit la préfète, précisant qu'environ 300 personnes se voyaient refuser chaque jour une place dans un hôtel ou un centre d'hébergement quand elles appelaient le 115.

Le 18 novembre 2015, cinq jours après les attentats qui ont fait 130 morts à Paris et aux abords du Stade de France, les policiers d'élite du Raid avaient donné l'assaut dans un immeuble du centre de Saint-Denis, à l'angle des rues du Corbillon et de la République, le rendant inhabitable.

Sur les 49 ménages sinistrés à cause de l'opération, 30 ont été relogés de manière pérenne dans le parc social, les autres étant hébergés dans des hôtels sociaux, selon la préfecture.

Catégories: Actualités

Viol, harcèlement, sexisme : la parole des femmes se libère, venez en débattre sur Le Monde.fr

A la veille de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, « Le Monde » organise vendredi 24 novembre une journée spéciale d’échange avec les internautes sur la libération de la parole des femmes.
Catégories: Actualités

Brexit: l'Assemblée vote des mesures sur les traders pour renforcer les atouts de Paris

France 24 - L'info en continu - jeu, 11/23/2017 - 19:20

L'Assemblée a voté jeudi des mesures pour renforcer les atouts de la place financière de Paris dans le cadre du Brexit, en prévoyant notamment que les bonus des traders seront exclus des indemnités légales de licenciement.

Les députés ont adopté un amendement du gouvernement qui "propose d'exclure les bonus des traders de l'assiette de l'indemnité légale de licenciement et des éventuels dommages et intérêts qu'ils pourraient avoir aux prud'hommes", a expliqué la ministre du Travail Muriel Pénicaud, dans le cadre de l'examen du projet de loi de ratification des ordonnances réformant le code du travail.

Cette mesure, qui devrait profiter aux employeurs des traders, avait été annoncée en juillet par le Premier ministre Edouard Philippe parmi d'autres dispositions visant à renforcer l'attractivité de Paris.

Mme Pénicaud a souligné que "la part de rémunération des traders en bonus est extrêmement importante, extrêmement volatile d'ailleurs", défendant cette disposition comme favorable "tant sur le plan de l'attractivité économique de la place de Paris dans le cadre du Brexit que de la justice sociale".

Elle a rappelé que Paris a été choisie lundi pour accueillir l'Autorité bancaire européenne (EBA) qui va devoir quitter Londres en raison du Brexit, notant que la France compte à l'heure actuelle "3 à 4.000 traders".

"Une des réserves dans le cadre de l'attractivité de Paris, place financière du Brexit, c'était justement les montants démesurés des indemnités de licenciement qu'amenaient ces bonus", a-t-elle souligné, pointant "une des choses qui étaient un peu spécifiques à la France au mauvais sens du terme".

L'amendement autorise également les employeurs à reprendre une partie du bonus des traders "si le placement ne s'est pas avéré pertinent", ce qui était jusque là "perçu juridiquement comme une sanction financière", a ajouté la ministre.

Catégories: Actualités

Le footballeur Brésilien Robinho condamné à neuf ans de prison pour viol en réunion

L' Essentiel - SudOuest.fr - jeu, 11/23/2017 - 19:13

Cinq autres personnes étaient poursuivies et accusées des mêmes faits, qui remontent à 2013 en Italie.
L'attaquant international brésilien Robinho, ancien joueur de l'AC Milan ou du Real Madrid, a été condamné jeudi en Italie à neuf ans de prison pour viol en réunion, rapportent les médias italiens. Les faits remontent à... Lire la suite

Catégories: Actualités

Gagnants et perdants de l’affaire Hariri

L’Iran et Poutine sortent grands gagnants de la récente crise libanaise, tandis que la France doit encore confirmer sa capacité de médiation.
Catégories: Actualités

Le Maroc découvre avec effroi que ses ressortissants sont aussi vendus en Libye

Des centaines de migrants marocains en route vers l’Europe sont pris au piège des prisons libyennes. Ils implorent le roi Mohammed VI de les rapatrier.
Catégories: Actualités

Italie: Robinho condamné à neuf ans de prison pour viol en réunion

France 24 - L'info en continu - jeu, 11/23/2017 - 19:02

L'attaquant international brésilien Robinho, ancien joueur de l'AC Milan ou du Real Madrid, a été condamné jeudi en Italie à neuf ans de prison pour viol en réunion, rapportent les médias italiens.

Les faits remontent à janvier 2013, à l'époque où Robinho jouait au Milan. Un tribunal de la ville lombarde l'a reconnu coupable de viol en réunion sur une jeune femme de 22 ans, de nationalité albanaise.

Cinq autres personnes étaient poursuivies, accusées des mêmes faits. On ne sait pas pour l'heure à quelles peines ils ont été condamnés.

Selon le Corriere della Serra, Robinho et ses cinq amis auraient fait boire la jeune femme "au point de la rendre inconsciente et incapable de résister". Ils auraient ensuite eu avec elle "des rapports sexuels multiples et consécutifs".

Robinho, qui a démenti les faits, peut faire appel de cette décision.

Aujourd'hui âgé de 33 ans, Robinho évolue au Brésil, à l'Atletico Mineiro. Il compte 100 sélections avec l'équipe du Brésil.

Catégories: Actualités

Attentats de janvier 2015: 3 personnes en garde à vue relâchées

France 24 - L'info en continu - jeu, 11/23/2017 - 19:00

Les trois personnes placées en garde à vue en début de semaine dans l'enquête sur les attentats contre Charlie Hebdo et un supermarché casher à Paris en janvier 2015 ont été remises en liberté, a-t-on appris jeudi de source judiciaire.

Lundi et mardi, une femme et deux hommes avaient été interpellés par les enquêteurs de la Sous-direction antiterroriste (Sdat) en Haute-Marne, dans la Marne et les Ardennes.

Les enquêteurs cherchaient à savoir s'ils avaient pu jouer un rôle dans la fourniture des armes utilisées.

Le 7 janvier 2015, les auteurs de l'attentat contre le journal satirique, les frères Chérif et Saïd Kouachi, avaient tué douze personnes. Le lendemain, Amédy Coulibaly avait tué une policière municipale à Montrouge (Hauts-de-Seine), puis abattu le 9 janvier quatre hommes de confession juive lors d'une prise d'otages dans un supermarché casher à la périphérie est de Paris.

L'enquête s'est accélérée ces derniers mois avec la mise en examen de six nouveaux suspects depuis avril.

Treize hommes sont à ce jour poursuivis, soupçonnés à des degrés divers d'avoir apporté une aide logistique à Amédy Coulibaly. Tous nient avoir eu connaissance du projet terroriste.

Catégories: Actualités

Ce que l'on sait du sous-marin argentin San Juan, porté disparu

France 24 - L'info en continu - jeu, 11/23/2017 - 18:56

Le sous-marin militaire argentin San Juan a connu une avarie, puis probablement une explosion à bord, avant de disparaître en mer le mercredi 15 novembre à 07h30 locales (10h30 GMT) avec ses 44 marins. Voici ce que l'on sait.

- Explosion -

Après avoir craint pour la capacité de renouveler l'air à l?intérieur du submersible, la thèse de l'explosion est désormais la seule piste envisagée, même si elle n'a pas pu être constatée, car le San Juan n'a pas encore été localisé.

"Les stations hydroacoustiques HA10 (île de l'Ascension) et HA04 (Crozet) ont détecté le signal d'un événement impulsif sous-marin survenu le 15 novembre à 13h51 GMT, à proximité de la dernière position connue du San Juan", dit un communiqué de l'Organisation du Traité d'interdiction complète des essais nucléaires (Otice).

L'explosion explique l'absence d'activation de la balise de détresse et la rupture totale des communications.

- Une avarie à l'origine de l'explosion? -

Le commandant du sous-marin, le capitaine de frégate Pedro Martin Fernandez, avait signalé à sa base une avarie, une panne de batterie.

Dans une communication postérieure, le 15 novembre au matin, il indiquait mettre le cap sur la base de Mar del Plata, où il comptait arriver le 19 ou le 20, malgré l'avarie.

Un sous-marin de ce type est généralement équipé de quatre batteries de 50 tonnes chacune. Elles contiennent du plomb et de l'acide sulfurique.

"Il faut faire très attention avec les batteries. En cas de problème, les batteries dégagent de l'hydrogène, au-delà d'un certain pourcentage d'oxygène l'hydrogène devient explosif. En cas d'explosion, tout est perdu sur un sous-marin", selon un ancien sous-marinier sud-américain sous couvert d'anonymat.

- Les recherches -

Après avoir sillonné une zone de 500.000 km2, les navires et avions se concentrent désormais sur la zone autour du point d'explosion communiqué par l'Otice, une organisation basée à Vienne, à l'affût des explosions d'origine nucléaire dans le monde (même si ce n'est pas le cas pour le San Juan).

Dans cette région, la profondeur des eaux océaniques est de 200 à 350 mètres.

"Si on dispose d'une position, il peut être trouvé. Si l'explosion l'a envoyé vers le fond, ils peuvent le localiser et l'atteindre, cela dépend de la profondeur".

La femme d'un marin, peut-être en état de choc, a mentionné une profondeur de 3.000 mètres, qui ne correspond pas à la profondeur de la position communiquée depuis Vienne.

S'il repose par 3.000 mètres de fond, il sera difficile d'atteindre le sous-marin.

- Un submersible construit en 1983 -

Fabriqué en Allemagne par Thyssen Krupp en 1983, il est entré en service en 1985 dans la marine argentine. De 65 mètres de long, il est équipé de torpilles et il est sorti en juin 2014 du chantier naval Tandanor à Buenos Aires, où il a subi des opérations de maintenance pendant six ans. Pour la marine argentine, il était "totalement opérationnel".

Il était principalement utilisé pour des exercices et des missions de surveillance visant à faire respecter les zones de pêche de l'Argentine dans l'Atlantique Sud, où de nombreux navires étrangers s'aventurent illégalement.

L'Argentine compte deux autres sous-marins: le San Luis, en réparation, et le Salta, amarré dans la base de Mar del Plata.

- Un dispositif de secours -

Deux navires ont quitté le port de Comodoro Rivadavia avec des militaires américains équipés de matériel de sauvetage: des petits sous-marins télécommandés et des capsules susceptibles de remonter à la surface les 44 marins argentins ou leurs corps.

La Russie a envoyé jeudi le Yantar, qui était jusqu'à présent au large de la côte ouest de l'Afrique, un navire océanographique disposant d'équipements permettant d'"effectuer des recherches à une profondeur allant jusqu'à 6.000 mètres" grâce notamment à deux sous-marins miniatures.

Catégories: Actualités

Vives inquiétudes à la rédaction de France TV face aux coupes budgétaires

France 24 - L'info en continu - jeu, 11/23/2017 - 18:55

Les journalistes de France Télévisions se sont réunis jeudi en assemblée générale, inquiets des conséquences du plan d'économies annoncé par la direction de l'information sur les magazines d'information et les JT, dans le cadre de la baisse des crédits du groupe public.

"Toutes les chaînes et toutes les directions (de France Télévisions) doivent faire des économies, et la direction de l'information doit prendre toute sa part à ces économies. On n'a pas d'autre choix", a expliqué à l'AFP le directeur de l'information de France Télévisions, Yannick Letranchant. Le responsable a écrit à la rédaction pour expliquer la démarche du groupe, qui a vu ses crédits pour l'an prochain réduits de 50 millions d'euros par le gouvernement.

Quelque 150 à 200 journalistes se sont réunis ce jeudi en assemblée générale, selon la SDJ de France 2. Ils ont voté le principe d'une motion de défiance "contre la présidente de France Télévisions Delphine Ernotte et non contre la direction de l'info", a indiqué à l'AFP un membre de la SDJ, précisant que cette motion serait mise au vote en fonction des décisions de la direction dans les prochains jours.

M. Letranchant a chiffré les économies demandées par le groupe à la direction de l'information autour de 66 équivalents temps plein, et indiqué que tous les rendez-vous d'information devaient y contribuer, dont les magazines et les journaux. "L'objectif 2018 est à peu près à 66 ETP (équivalents temps plein). On aura du mal à le faire car c'est extrêmement difficile, mais c'est ce vers quoi on doit tendre", a-t-il précisé.

"Il n'a jamais été question de porter atteinte aux marques fortes que sont +Envoyé Spécial+ et +Complément d'enquête+ notamment, simplement on regarde comment on peut fonctionner différemment sur les émissions, sur les JT, sur les différents rendez vous d'information. On met tout sur la table et on regarde là où on peut faire des économies, sous quelles formes on peut le faire et de manière équitablement répartie", a-t-il expliqué.

Catégories: Actualités

Le tireur de Libé dit avoir voulu "intimider" mais ne blesser personne

France 24 - L'info en continu - jeu, 11/23/2017 - 18:47

Abdelhakim Dekhar, jugé aux assises pour son périple armé à Paris, de BFMTV, à Libération et la Société générale en novembre 2013, a affirmé jeudi qu'il voulait "intimider" ses cibles mais ne blesser personne.

"Je voulais intimider les gens. (...) Mais à aucun moment je n'ai voulu m'en prendre à la personne humaine", a déclaré l'accusé, qui a blessé grièvement un assistant-photographe à Libération.

Pourquoi ne pas avoir pris une arme factice?, a interrogé la cour. "J'avais fait des recherches sur internet sur les armes factices. Je voulais que mon intimidation soit crédible", a expliqué l'accusé, qui a acheté dans une cité de Saint-Denis un fusil à pompe qu'il a chargé avec des cartouches que les chasseurs utilisent contre les sangliers.

Son objectif était, dit-il, de mettre fin à ses jours. "J'étais dans un projet de suicide par intermédiaire: je voulais que la police me tue". Il s'est rendu d'abord à BFMTV parce que "la couverture H24 aurait démultiplié (son) scénario". Il voulait une mort "romantique", pour ne pas être perçu "comme un loser" par ses enfants, qui avaient alors 5 et 7 ans.

"Quand je vais à BFMTV, je me dis que quand je vais sortir, je vais être abattu par la police", raconte l'accusé, qui se décrit comme "un intellectuel". Mais il reste une vingtaine de secondes et prend la fuite après avoir menacé un rédacteur en chef avec son arme.

A Libération, il dit avoir tiré dans "la confusion et la panique". Il aurait tiré sur l'assistant-photographe de Libération car celui-ci venait vers lui. Un expert balistique a pourtant écarté cette piste. Et la balle a pénétré dans le dos de la victime. "Ca me torture depuis quatre ans", affirme-t-il.

La cour l'a interrogé sur la question de la préméditation. Au juge d'instruction, il avait parlé d'un repérage. "C'est faux, c'est romancé", a dit l'accusé. C'était donc un mensonge?, a demandé la partie civile. Sa réponse: "J'ai l'imagination fertile".

Abdelhakim Dekhar a déjà été condamné aux assises, en 1998, dans un dossier criminel majeur lié aux milieux de l'ultragauche. Il était soupçonné d'être "le troisième homme" de l'équipée de deux membres de cette mouvance, Florence Rey et Audry Maupin: une fusillade au cours de laquelle trois policiers, un chauffeur de taxi et Maupin avaient été tués en 1994.

"Ca me ronge", a-t-il affirmé, son avocat l'interrogeant sur sa culpabilité.

La cour devrait rendre son verdict vendredi soir tard. Abdelhakim Dekhar encourt la perpétuité.

Catégories: Actualités

Que faut-il retenir du discours d'Emmanuel Macron au Congrès des maires de France ?

L' Essentiel - SudOuest.fr - jeu, 11/23/2017 - 18:39

Suppression de la taxe d'habitation, baisse des dépenses publiques, maintien de la carte territoriale... Devant un public remonté, le chef de l'État a défendu ses projets pour les collectivités.
Ferme et combatif face à quelques huées, Emmanuel Macron a présenté devant plusieurs milliers de maires inquiets ses projets... Lire la suite

Catégories: Actualités

Piratage d’Uber : le secrétaire d’Etat au numérique français demande des explications

Mounir Mahjoubi a insisté sur le « danger » que représentait ce piratage et a demandé au PDG d’Uber d’informer « volontairement les utilisateurs concernés ainsi que les autorités françaises ».
Catégories: Actualités

Rugby: accusé d'avoir insulté un arbitre, Cheika échappe aux sanctions

France 24 - L'info en continu - jeu, 11/23/2017 - 18:33

Le sélectionneur de l'Australie Michael Cheika, accusé d'avoir proféré des injures en direction des arbitres lors de la récente large défaite contre l'Angleterre (30-6), a écopé d'un simple avertissement et ne sera pas plus lourdement sanctionné, a annoncé jeudi la commission de discipline des matches internationaux d'automne.

"M. Cheika et la fédération australienne ont coopéré et l'enquête est maintenant refermée, explique l'instance dans un communiqué. A la lumière des explications que M. Cheika a donné sur sa conduite (...), ses excuses pour toute faute qu'il aurait pu commettre, l'officier disciplinaire a décidé d'arrêter les poursuites".

"Cependant, M. Cheika a été prié de prendre conscience des risques lors des matches quand il sait qu'il sera filmé et si possible d'adapter son comportement et son langage en conséquences. M Cheika a accepté cela", poursuit le communiqué.

La Fédération internationale avait ouvert une enquête à son encontre en raison de son comportement le 18 novembre.

Il semblerait que Cheika, furieux après un essai refusé par l'arbitre à Michael Hooper en première période, ait traité l'arbitre néo-zélandais Ben O'Keeffe de "tricheur".

Catégories: Actualités

Ligue des champions : la meilleure compétition d’Europe est aussi la plus déséquilibrée

Les sept buts encaissés par le Celtic Glasgow face au Paris-Saint-Germain illustrent les dégâts de la course à l’armement d’une petite élite de clubs, au détriment de l’intérêt de la compétition.
Catégories: Actualités

Élections locales en Algérie : les électeurs entre désintérêt et indifférence

France 24 - L'info en continu - jeu, 11/23/2017 - 18:26
Les électeurs algériens étaient convoqués aux urnes jeudi, pour élire leurs élus communaux et départementaux, à l'issue d'une campagne sans enthousiasme menée dans un contexte économique et social maussade.
Catégories: Actualités

Ouganda: huit responsables de journaux inculpés de "trahison"

France 24 - L'info en continu - jeu, 11/23/2017 - 18:17

Huit directeurs et rédacteurs en chef d'un groupe de tabloïds ougandais ont été inculpés de "trahison" pour la publication d'un article sur l'implication présumée du président ougandais Yoweri Museveni dans un complot contre le Rwanda, a assuré jeudi leur avocat.

Les huit hommes avaient été arrêtés mardi au cours d'une descente dans les locaux du groupe Pepper Publications visant le tabloïd en langue anglaise Red Pepper ainsi que plusieurs publications en langues locales appartenant au groupe.

Ils ont été inculpés mercredi soir de "trahison", passible dans ce cas d'une peine de sept ans de prison. Il leur est également reproché une "communication offensante" ainsi que d'avoir "perturbé la paix du président", a assuré à l'AFP l'un de leurs avocat Dickens Byamukama, qui ajoute que la date de première comparution de ses clients n'est pas connue.

Ces derniers sont détenus à la prison de Nalufenya, près de Kampala, et ont "nié les charges", a précisé l'avocat. Les personnes inculpées incluent le directeur exécutif du groupe Pepper Publications, Richard Tusiime, mais aussi des rédacteurs en chef et le directeur financier du groupe.

Un porte-parole de la police, Emillian Kayima, a confirmé les inculpations, sans pour autant les détailler.

L'organisation Reporters sans frontières a elle dénoncé une réaction "absolument disproportionnée" de la part des autorités et appelé à la libération immédiate des "journalistes arrêtés".

L'article incriminé, publié lundi par des tabloïds du groupe Pepper Publications, affirme que le président Museveni complote pour renverser son homologue rwandais Paul Kagame.

"Cet article qui évoque une possible destitution du président Paul Kagame avait été initialement publié sur un journal rwandais en ligne. Selon des sources locales, le Red Pepper l'aurait repris en l'état sans vérifier les sources de cette information", a précisé RSF.

Mercredi, le porte-parole Emillian Kayumi avait qualifié cet article de "faux". "La police a ouvert une enquête concernant les affirmations et insinuations graves contenues dans cet article qui a de sérieuses implications sur la stabilité et la sécurité régionales", avait-il dit.

Jeudi, pour la deuxième journée consécutive, les tabloïds de Pepper Publications étaient absents des kiosques. Selon l'avocat Byamukama, leurs locaux ont été bouclés par les forces de l'ordre.

Catégories: Actualités

Déchets nucléaires : des experts internationaux à la rescousse ?

L' Essentiel - SudOuest.fr - jeu, 11/23/2017 - 18:12

Certains des fûts de déchets radioactifs que le projet Cigéo prévoit de stocker en souterrain dans la Meuse sont hautement inflammables. Une expertise internationale devrait être sollicitée pour prévenir le risque d'incendie.
La Commission d'évaluation des recherches sur les déchets radioactifs (CNE) appelle de ses... Lire la suite

Catégories: Actualités

Pages

S'abonner à JO CASANOVA MUSIC agrégateur - Actualités