Actualités

Syrie: 19 civils tués dans des bombardements du régime dans la Ghouta (OSDH)

France 24 - L'info en continu - ven, 11/17/2017 - 18:55

Au moins 19 civils, dont six enfants, ont été tués vendredi dans la Ghouta orientale par des bombardements du régime syrien qui a intensifié ses attaques contre cette région rebelle près de Damas, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

En riposte aux bombardements du régime de Bachar al-Assad, les insurgés ont tiré des obus sur la capitale syrienne, faisant trois morts vendredi.

Assiégée depuis 2013 par le régime, la Ghouta orientale est le théâtre d'une grave crise humanitaire. Ses quelque 400.000 habitants subissent des pénuries de nourritures et de médicaments, et l'ONU avait récemment tiré la sonnette d'alarme.

Treize personnes, dont cinq enfants et trois membres de la défense civile, ont péri vendredi dans des tirs d'obus et des frappes aériennes du régime contre la ville de Douma, a indiqué à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Dans un hôpital de Douma, médecins et infirmiers s'affairent pour soigner les blessés qui continuent d'affluer, alors que retentissent les hurlements des enfants, a constaté un correspondant de l'AFP.

Un vieil homme aux cheveux grisonnants tente de calmer une petite fille en pleurs, dont les vêtements sont couverts de sang.

Deux jeunes rescapés sont assis sur un banc, silencieux, les yeux écarquillés et en état de choc. L'un d'eux a le pied bandé.

D'autres ont sur le front un bandage couvert de sang, alors que les infirmiers continuent de nettoyer les plaies des enfants.

Abou Hicham est allongé sur un lit d'hôpital blanc, le visage tordu par la douleur. Il appelle son épouse et trois de ses enfants ... morts. "Imane, où sont les enfants", s'époumone-t-il.

Dans une autre pièce, les corps inertes de ses trois enfants en bas âge ont été disposés sur une table métallique.

- Tirs meurtriers sur Damas -

Ailleurs dans la Ghouta, six personnes ont été tuées dans des frappes aériennes du régime, selon l'OSDH.

L'escalade intervient après une attaque des rebelles mardi contre une base militaire du régime près de la localité de Harasta, dans le même secteur.

Les bombardements entre les deux bords ont fait au total 52 morts parmi les civils depuis mardi, en majorité dans la Ghouta orientale (45 morts), selon l'OSDH.

Située à l'est de Damas, la Ghouta orientale fait partie des quatre zones de "désescalade" instaurées cette année en Syrie en vue d'une trêve durable dans le pays déchiré par une guerre meurtrière depuis plus de six ans.

Le groupe rebelle islamiste Ahrar al-Cham, implanté à Harasta, avait lancé mardi une offensive contre une base militaire du régime. Les combats ont fait 37 morts parmi les forces gouvernementales et des "dizaines" de combattants du côté rebelle, d'après l'OSDH.

A Damas, les tirs d'obus des rebelles ont fait trois morts vendredi, selon l'OSDH.

La veille, six civils avaient péri dans la capitale dans des frappes similaires, notamment l'entraîneur de l'équipe nationale de karaté, Fadel Radi, l'un des "pionniers" du sport en Syrie, selon l'agence de presse officielle syrienne Sana.

Il a succombé à ses blessures après avoir été touché par un éclat d'obus alors qu'il quittait un club de Damas, selon Sana.

Le chef du groupe de travail humanitaire de l'ONU pour la Syrie, Jan Egeland, avait récemment qualifié la Ghouta orientale "d'épicentre de la souffrance".

Ces derniers jours, l'ONU a réclamé à plusieurs reprises l'évacuation de plus de 400 malades, avertissant que 29 d'entre eux, dont 18 enfants, pourraient "mourir s'ils ne sont pas évacués".

Déclenché en 2011 par la répression gouvernementale de manifestations pacifiques prodémocratie, le conflit en Syrie s'est complexifié avec l'implication de pays étrangers et de groupes jihadistes.

Il a fait plus de 330.000 morts et des millions de déplacés et réfugiés.

Catégories: Actualités

Coupe Davis: Goffin "ne pense pas" que la blessure d'Herbert "aura une incidence pour la suite"

France 24 - L'info en continu - ven, 11/17/2017 - 18:52

David Goffin, le leader de la Belgique adversaire de la France en finale de la Coupe Davis fin novembre, a estimé vendredi que la blessure du Français Pierre-Hugues Herbert, forfait pour le double au Masters, n'aura sûrement "pas d'incidence pour la suite".

"J'ai pris des nouvelles de Pierre-Hugues Herbert, parce que c'est mon pote. Il m'a dit qu'il s'était bloqué le dos, donc en général un blocage comme ça, ça passe assez vite", a déclaré le N.1 belge après sa victoire contre Dominic Thiem (6-4, 6-1) qui lui a ouvert les portes des demi-finales du Masters de Londres.

"Donc je ne m'en fais pas pour lui, je ne pense pas que ça aura une incidence pour la suite", a-t-il ajouté.

La paire Nicolas Mahut/Pierre-Hugues Herbert, tête de série N.6, a déclaré forfait jeudi avant son 3e match, à huit jours de la finale de la Coupe Davis pour laquelle elle est sélectionnée.

Herbert a expliqué ressentir une douleur au dos et avoir été malade la veille.

Les deux joueurs font partie de l'équipe élargie annoncée par le capitaine Yannick Noah en vue de cette rencontre face à la Belgique, du 24 au 26 novembre à Lille, et pourraient être alignés en double, match pouvant s'avérer décisif, le samedi 25 novembre.

Catégories: Actualités

Cognac : des policiers, agressés par un père et son fils, utilisent leur taser

L' Essentiel - SudOuest.fr - ven, 11/17/2017 - 18:51

Un père et son fils, refusés à l'entrée d'un bar, ont déclenché une rixe. Finalement, ils s'en sont pris aux policiers.
Visiblement, dans cette famille, l'alcool rend méchant. La preuve avec ces faits, survenus dans la nuit de jeudi à vendredi. Tout commence par un simple passage des policiers, avenue Victor-Hugo, à... Lire la suite

Catégories: Actualités

USA: Jesse Jackson, défenseur des droits des Noirs, souffre de Parkinson

France 24 - L'info en continu - ven, 11/17/2017 - 18:50

Jesse Jackson, pasteur et militant emblématique des droits civiques aux Etats-Unis, a annoncé vendredi qu'il souffrait de la maladie de Parkinson.

Agé de 76 ans, celui qui a milité avec Martin Luther King dans les années 60 pour l'égalité des droits des Noirs, a confié qu'il était pour lui "de plus en plus difficile d'accomplir les tâches quotidiennes".

"Ma famille et moi avons commencé à remarquer des changements il y a environ trois ans. J'ai pendant un temps refusé d'interrompre mon travail pour aller voir un docteur", écrit Jesse Jackson, qui dirige aujourd'hui une ONG basée à Chicago.

"Après plusieurs examens, mes médecins ont conclu que le problème était la maladie de Parkinson, qui a eu raison de mon père", poursuit-il.

Jesse Jackson prévoit désormais d'opérer des "changements dans (son) mode de vie", en se concentrant sur la rééducation pour modérer la progression de cette maladie neurologique dégénérative, tout en travaillant à l'écriture de ses mémoires.

Il compte également mieux faire connaître cette pathologie incurable, aux causes encore méconnues et qui touche de sept à dix millions de personnes dans le monde.

Plusieurs célébrités en ont également souffert, comme le boxeur Mohamed Ali, l'acteur Michael J. Fox et le pape Jean-Paul II.

Catégories: Actualités

Mesure en faveur de Lyon: une "déclaration de guerre" de Collomb pour la région

France 24 - L'info en continu - ven, 11/17/2017 - 18:48

L'exécutif LR de la région Auvergne-Rhône-Alpes a dénoncé vendredi "une déclaration de guerre" du ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, auquel il prête l'initiative d'un amendement au budget 2018 en faveur de la métropole de Lyon.

"L'ancien maire de Lyon a souhaité, en catimini, faire voter un amendement qui déroge à la loi NoTre à laquelle sont soumises toutes les collectivités au profit de la seule métropole de Lyon", a-t-il déploré vendredi soir dans un communiqué, évoquant une "mesure brutale" qui "engagerait une baisse significative des ressources de la région". La mesure a été adoptée jeudi soir par l'Assemblée nationale.

Gérard Collomb, qui présidait la métropole lyonnaise avant d'entrer au gouvernement, "use de sa fonction à des fins partisanes au détriment d'une très large partie des territoires d?Auvergne-Rhône-Alpes", ajoute l'exécutif régional en dénonçant une "République bananière où tout lui (à M. Collomb, NDLR) est permis".

Cet amendement, cosigné par six députés LREM dont Thomas Rudigoz, Yves Blein ou Bruno Bonnell, élus dans le territoire de la métropole, vise à "allouer des ressources dynamiques supplémentaires" à la métropole de Lyon en modifiant la quote-part de la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) dévolue à la métropole.

Selon M. Rudigoz, l'objectif est de "corriger une anomalie fiscale" liée au "transfert de la compétence transport des départements vers les régions", prévu par la loi NoTre et accompagné du "basculement de 25 points de la CVAE perçue par les départements au profit des régions.

La métropole de Lyon, créée au 1er janvier 2015, a récupéré les compétences du département du Rhône sur son territoire.

Pour la région, "le manque à gagner sera de 45 millions d'euros jusqu'en 2027. Et deux millions pour l'année 2017", a estimé vendredi soir Étienne Blanc, premier vice-président à la région Auvergne-Rhône-Alpes, lors d'un point-presse.

"Le ministre de l'Intérieur doit assurer l'égalité entre les différents collectivités (...) Évidemment, on ne laissera pas passer", a t-il ajouté en annonçant une saisine prochaine du Conseil constitutionnel.

L'amendement adopté jeudi soir en dépit de nombreuses critiques, par 35 voix contre 26, doit faire l'objet d'un nouveau vote à l'issue du débat budgétaire en cours.

Catégories: Actualités

Gironde : la fille d'Éric de Rothschild prend la tête de l'empire viticole familial

L' Essentiel - SudOuest.fr - ven, 11/17/2017 - 18:46

Saskia de Rothschild prend la succession de son père.
Éric de Rothschild laisse sa place à la tête des Domaines Barons de Rothschild (Lafite), en particulier du château Lafite Rothschild (Gironde), à sa fille Saskia, indique le groupe vendredi. Le directeur général, Christophe Salin, sera également remplacé le 31 mars... Lire la suite

Catégories: Actualités

Mesure en faveur de Lyon: une "déclaration de guerre" de Collomb pour la région

LCP Assemblée nationale - ven, 11/17/2017 - 18:44

L'exécutif LR de la région Auvergne-Rhône-Alpes a dénoncé vendredi "une déclaration de guerre" du ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, auquel il prête l'initiative d'un amendement au budget 2018 en faveur de la métropole de Lyon. 

"L'ancien maire de Lyon a souhaité, en catimini, faire voter un amendement qui déroge à la loi NoTre à laquelle sont soumises toutes les collectivités au profit de la seule métropole de Lyon", a-t-il déploré vendredi soir dans un communiqué, évoquant une "mesure brutale" qui "engagerait une baisse significative des ressources de la région". La mesure a été adoptée jeudi soir par l'Assemblée nationale.

Gérard Collomb, qui présidait la métropole lyonnaise avant d'entrer au gouvernement, "use de sa fonction à des fins partisanes au détriment d'une très large partie des territoires d’Auvergne-Rhône-Alpes", ajoute l'exécutif régional en dénonçant une "République bananière où tout lui (à M. Collomb, NDLR) est permis".

Cet amendement, cosigné par six députés LREM dont Thomas Rudigoz, Yves Blein ou Bruno Bonnell, élus dans le territoire de la métropole, vise à "allouer des ressources dynamiques supplémentaires" à la métropole de Lyon en modifiant la quote-part de la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) dévolue à la métropole.

Selon M. Rudigoz, l'objectif est de "corriger une anomalie fiscale" liée au "transfert de la compétence transport des départements vers les régions", prévu par la loi NoTre et accompagné du "basculement de 25 points de la CVAE perçue par les départements au profit des régions.

La métropole de Lyon, créée au 1er janvier 2015, a récupéré les compétences du département du Rhône sur son territoire.

Pour la région, "le manque à gagner sera de 45 millions d'euros jusqu'en 2027. Et deux millions pour l'année 2017", a estimé vendredi soir Étienne Blanc, premier vice-président à la région Auvergne-Rhône-Alpes, lors d'un point-presse.

"Le ministre de l'Intérieur doit assurer l'égalité entre les différents collectivités (...) Évidemment, on ne laissera pas passer", a t-il ajouté en annonçant une saisine prochaine du Conseil constitutionnel.

L'amendement adopté jeudi soir en dépit de nombreuses critiques, par 35 voix contre 26, doit faire l'objet d'un nouveau vote à l'issue du débat budgétaire en cours.

Catégories: Actualités

Accident de l'émission Dropped : la justice examine une première demande d'indemnités

France 24 - L'info en continu - ven, 11/17/2017 - 18:40

La famille d'une victime de l'accident d'hélicoptères du tournage de l'émission Dropped (TF1) en mars 2015 en Argentine a réclamé vendredi devant la justice plusieurs centaines de milliers d'euros à son ancien employeur, la société de production ALP, qui se défend de toute faute, a-t-on appris auprès des avocats.

Le 9 mars 2015, la collision entre deux hélicoptères en plein vol avait coûté la vie à dix personnes dont trois sportifs français de haut niveau, la navigatrice Florence Arthaud, le boxeur Alexis Vastine et la nageuse Camille Muffat, ainsi qu'à plusieurs personnes employées par la société de production ALP.

Dans ce jeu d'aventure prévu pour TF1, les participants étaient lâchés en pleine nature et devaient ensuite regagner le plus rapidement la civilisation, sans nourriture ni boussole.

Deux ans et demi après l'accident, une toute première audience s'est tenue vendredi devant un tribunal civil à Paris.

La famille d'une journaliste décédée, Lucie Mei-Delby, alors en CDD, a réclamé devant le tribunal des affaires de sécurité sociale (Tass) de Paris près de 400.000 euros d'indemnités à son ancien employeur, ALP productions. Une décision est attendue le 23 janvier : le tribunal devra dire s'il se prononce sur l'affaire sans attendre l'issue de l'enquête pénale, toujours en cours, et, dans cette affirmative, s'il existe ou non une "faute inexcusable" de l'employeur.

Cette thèse, défendue par la famille, s'appuie en grande partie sur les conclusions du rapport du Jiaac, équivalent argentin du bureau enquête analyse (BEA) français, qui "tendent à démontrer la mise en danger des salariés d'ALP", selon François Stefanaggi, l'avocat des proches de Lucie Mei-Delby.

En décembre 2015, ce rapport rendu public avait mis en lumière une "combinaison de facteurs" ayant conduit à l'accident : proximité entre les deux appareils, non respect de la réglementation argentine, présence d'un caméraman à côté du pilote...

De son côté, la société de production estime avoir pris "toutes les mesures nécessaires pour préserver les salariés et les participants des risques inhérents" au tournage de l'émission, a indiqué à l'AFP Me Cédric Fischer, avocat d'ALP.

A sa décharge, elle invoque la piste d'un éblouissement par le soleil d'un des pilotes, évoquée dans un rapport de l'Institut de mécanique céleste commandé par les juges d'instruction en charge de l'enquête pénale. Dans ce rapport notifié fin octobre aux parties, "les experts estiment qu'il y a une probabilité pour que le pilote qui transportait les participants ait pu être ébloui par le soleil", a expliqué l'avocat d'ALP. Cette hypothèse, déjà mentionnée dans le rapport du Jiacc, pourrait confirmer que la cause de l'accident est "extérieure à ALP", a-t-il ajouté.

Pour la famille de Lucie Mei-Delby, "cet argument est irrecevable et n'exonère pas ALP de sa responsabilité", car la société avait, selon Me Stefanaggi, "un devoir de sécurité absolu" en tant qu'employeur.

Dans ce volet, les juges ont placé ALP et son directeur de production sous le statut de témoin assisté, échappant en l'état du dossier à des poursuites.

Catégories: Actualités

Des chercheurs se déguisent en siège pour étudier les interactions entre humains et voitures autonomes

L’université américaine Virginia Tech a fabriqué un costume étonnant pour tester les interactions possibles entre un véhicule-robot et les usagers de la route.
Catégories: Actualités

Affaire Grégory : Jacqueline Jacob défend son "alibi inattaquable"

L' Essentiel - SudOuest.fr - ven, 11/17/2017 - 18:22

Soupçonnée avec son mari d'avoir été les corbeaux de l'affaire, Jacqueline Jacop a été entendue par la juge vendredi.
Jacqueline Jacob, mise en examen en juin avec son époux Marcel pour l'enlèvement et la séquestration suivis de la mort de son petit-neveu Grégory en 1984, a défendu vendredi devant la juge d'instruction... Lire la suite

Catégories: Actualités

Syrie: 26 morts dans un attentat de l'EI contre des déplacés

France 24 - L'info en continu - ven, 11/17/2017 - 18:22

Au moins 26 personnes ont été tuées vendredi dans l'est de la Syrie dans un attentat à la voiture piégée visant des déplacés, perpétré par le groupe Etat islamique (EI) qui cherche à prouver sa force de frappe malgré l'effondrement de son califat.

Douze enfants figurent parmi les victimes de cet attentat, qui a frappé un rassemblement de déplacés dans la province de Deir Ezzor, où les jihadistes perdent du terrain face à deux offensives qui cherchent à les chasser de Syrie, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"Des dizaines de personnes ont été blessées, et le bilan des victimes pourrait être revu à la hausse, des blessés étant dans un état grave", a précisé son directeur Rami Abdel Rahmane.

Fuyant les combats, les déplacés étaient en route pour la province voisine de Hassaké, dans le nord-est syrien, où des camps ont été installés pour les accueillir en territoire kurde, a précisé M. Abdel Rahmane.

L'agence officielle Sana a également fait état d'un "attentat à la voiture piégée" perpétré par l'EI contre "un rassemblement de familles déplacées" de Deir Ezzor, mais a fourni un bilan légèrement moins élevé: 20 morts et 30 blessés.

Après une montée en puissance en 2014 et la conquête de vastes territoires en Irak et en Syrie, l'EI est aujourd'hui acculé dans ses derniers réduits à la frontière entre ces deux pays.

Et dans la province de Deir Ezzor, frontalière de l'Irak, deux offensives distinctes cherchent à reprendre à l'EI les derniers territoires sous son contrôle.

D'un côté, les forces du régime sont soutenues par l'aviation russe, de l'autre, les combattants kurdes et arabes des Forces démocratiques syriennes (FDS), appuyés par Washington.

L'attentat de vendredi a frappé les déplacés à un point de contrôle des FDS, selon l'OSDH, alors que l'EI semble vouloir prouver que malgré les défaites territoriales, il conserve sa capacité de nuisance.

Début novembre, au moins 75 civils avaient été tués dans un attentat jihadiste à la voiture piégée contre des déplacés de Deir Ezzor.

Les jihadistes contrôlent encore un quart de cette province riche en pétrole, où ils tiennent quelques localités et villages.

Leur dernier fief urbain, Boukamal, près de la frontière irakienne, est actuellement la cible d'une offensive des forces du régime, qui y ont pénétré une nouvelle fois jeudi et poursuivent de "violents combats" contre les jihadistes, selon l'OSDH.

Déclenché en 2011 par la répression de manifestations pacifiques par le régime de Bachar al-Assad, le conflit en Syrie s'est complexifié au fil des ans avec l'implication de pays étrangers et de groupes jihadistes, sur un territoire de plus en plus morcelé.

Il a fait plus de 330.000 morts et des millions de déplacés et réfugiés.

Vendredi, l'Irak a repris en quelques heures la toute dernière localité tenue par l'EI sur son territoire, Rawa.

Catégories: Actualités

Patinage: Papadakis et Cizeron font encore grimper le curseur au GP de Grenoble

France 24 - L'info en continu - ven, 11/17/2017 - 18:20

Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron ont amélioré leur record personnel en danse courte, avec 81,40 points, vendredi à Grenoble, cinquième et avant-dernière étape du Grand Prix de patinage artistique.

Papadakis (22 ans) et Cizeron (23 ans), qui patinent sur deux titres d'Ed Sheeran, "Shape of you" et "Thinking out loud", l'avaient déjà fait progresser à 81,10 points il y a deux semaines en Chine.

Avant le programme libre samedi, le duo clermontois a pris confortablement la tête de la compétition devant les Américains Madison Chock et Evan Bates (73,55) et les Russes Alexandra Stepanova et Ivan Bukin (70,02).

Catégories: Actualités

Bac, accès à la fac : "Un monde encore très flou" pour les lycéens

L' Essentiel - SudOuest.fr - ven, 11/17/2017 - 18:08

EDITION DU SOIR - Révision de l’accès à la fac, refonte du baccalauréat : pour le lycée le temps des changements est venu. Au sommaire aussi : rencontre avec Thomas Pesquet, "un mec normal" de retour sur terre ; le chantier de la rénovation de l'hôtel de ville de La Rochelle en images....
Du lundi au vendredi à 19... Lire la suite

Catégories: Actualités

Levothyrox : arrivée d’un médicament alternatif supplémentaire début décembre

Cette alternative, le Thyrofix, sera disponible à partir de décembre. Ce qui portera à cinq le nombre de médicaments de ce genre pour les malades de la thyroïde.
Catégories: Actualités

Une carte de France des « territoires qui gagnent » et des « territoires qui perdent »

Rennes, Nantes, Toulouse, Bordeaux, Lyon et Montpellier sont les grandes gagnantes de la recomposition territoriale. En revanche, de nombreuses agglomérations plus isolées ou plus petites perdent leurs habitants, en particulier dans l’est de la France.
Catégories: Actualités

La directrice d'une prison pour mineurs agressée par un détenu

France 24 - L'info en continu - ven, 11/17/2017 - 17:59

La directrice de l'établissement pénitentiaire pour mineurs (EPM) de Porcheville (Yvelines) a été agressée jeudi par un détenu qui l'a frappée au visage pendant un entretien disciplinaire, a-t-on appris vendredi de sources concordantes.

"Un détenu mineur qui comparaissait en commission de discipline, au moment de signer la sanction disciplinaire a lâché le stylo et porté un coup de poing au visage de la directrice", a indiqué à l'AFP la direction de l'Administration pénitentiaire.

Celle-ci est allée faire constater ses blessures à l'hôpital, selon la même source. Elle a déposé plainte vendredi au commissariat de Mantes-la-Jolie, selon la police.

Le parquet de Versailles a par ailleurs "été avisé de l'incident et le mineur passera à nouveau en commission de discipline pour ces faits à l'issue de la sanction en cours", a indiqué l'Administration pénitentiaire, précisant que le jeune homme était "incarcéré pour des faits de violence".

Le syndicat FO s'est dit dans un communiqué "furieux de voir une nouvelle agression" au sein de l'EPM, "qui plus est sur un personnel de direction qui représente l'autorité". "Nous en avons marre de voir se banaliser les agressions, nous ne venons pas travailler pour prendre des coups", poursuit le syndicat en exigeant "le transfert de ce détenu dans une région lointaine".

Détenu depuis août au sein de l'établissement, le jeune homme âgé de 17 ans comparaissait devant la commission de discipline pour avoir agressé un autre détenu et n'aurait "pas apprécié la sanction décidée par la directrice", selon une source proche du dossier.

Le jeune homme, qui avait déjà agressé au moins deux mineurs au sein de l'EPM, a été placé en quartier disciplinaire, a-t-elle ajouté.

Selon Samuel Messadia, secrétaire local FO, l'ambiance dans cet établissement "non sécuritaire" (pas de mirador, repas collectifs, nombreuses activités hors cellule) qui peut accueillir jusqu'à 60 adolescents âgés de 13 à 17 ans est "très tendue ces derniers mois", avec une multiplication des agressions physiques et verbales contre les surveillants: "Cet été, un surveillant s'est fait casser le nez par un mineur".

Le syndicaliste dénonce aussi le fait que l'EPM accueille "des mineurs incarcérés pour des faits en lien avec le terrorisme" qui devraient être placés "dans des établissements spécifiques". "Nous demandons la sécurisation de l'établissement à l'intérieur comme à l'extérieur", a-t-il ajouté.

Catégories: Actualités

XV de France: séance de rattrapage pour la mêlée

France 24 - L'info en continu - ven, 11/17/2017 - 17:56

Les avants du XV de France, qui n'avaient pas pu travailler la mêlée mardi en raison de la mobilisation de certains d'entre eux à Lyon pour le deuxième match face aux All Blacks, ont pu se rattraper lors de l'entraînement du capitaine vendredi à la veille du test face à l'Afrique du Sud.

"Oui, c'est une semaine un peu tronquée", a acquiescé le capitaine Guilhem Guirado, resté à Marcoussis toute la semaine pendant que les avants réservistes (R. Taofifenua, Macalou, Tauleigne, Tolofua) ou remplaçants (Kotze, Maynadier) du premier test perdu face à la Nouvelle-Zélande (18-38) faisaient le voyage à Lyon.

Autre conséquence jeudi: l'encadrement a dû faire appel aux joueurs de l'équipe de France à VII pour faire le nombre, les "Lyonnais" étant au repos pour 48h.

Un manque d'opposition qui a amené Guirado à travailler la mêlée vendredi. "Hier (jeudi), on n'a pas eu le temps de voir 2-3 situations, on a dit qu'on les verrait aujourd'hui à vitesse moins prononcée", a expliqué le talonneur lors du point presse organisé juste avant l'entraînement.

Des 31 joueurs conservés mercredi, 27 ont participé à sa séance: les 23 choisis pour le match plus 4 réservistes (Camille Chat, Sekou Macalou, Romain Taofifenua, Scott Spedding). Les 4 autres (Gabriel Lacroix, Hugo Bonneval, Fabien Sanconnie, Henry Chavancy) se sont entraînés à part.

Ce dernier entraînement matinal donnera, comme la semaine précédente, un jour et demi de repos complet aux Bleus, qui passeront la nuit à Marcoussis, avant de rejoindre le Stade de France en début de soirée samedi, pour un coup d'envoi à 21h00 sous un ciel annoncé comme clément.

Catégories: Actualités

Comprendre les élections régionales catalanes en quatre questions

Les élections régionales du 21 décembre en Catalogne ont été convoquées par Madrid pour apaiser la situation politique de la région, déchirée entre indépendantistes et unionistes.
Catégories: Actualités

Formation continue : la négociation durera un peu plus longtemps que prévu

Le patronat et les syndicats ont fixé le 16 février 2018 comme échéance aux discussions, soit deux semaines de plus que le calendrier préconisé par le gouvernement.
Catégories: Actualités

Masters: "Je n'ai jamais trouvé la clé pour battre" Federer, reconnaît Goffin

France 24 - L'info en continu - ven, 11/17/2017 - 17:42

Après sa victoire en deux sets secs (6-4, 6-1) sur Dominic Thiem, numéro 4 mondial, vendredi au Masters de Londres, David Goffin s'est montré très prudent avant d'affronter Roger Federer, samedi, en demi-finale, déclarant ne pas savoir quoi faire contre le Suisse contre lequel il n'a "jamais trouvé la clé" pour l'emporter.

Q: Vous avez été breaké d'entrée de jeu, et vos revers sortaient de plusieurs mètres. Étiez vous à l'aise physiquement ? Cela vous a pris quelques jeux pour entrer dans le match ?

R: "J'ai bien commencé, je frappais bien la balle, j'ai fait de bons points. Je servais bien également. Mais Dominic n'a pas raté grand chose, il a très bien servi. Mon jeu de service n'était pas mauvais, même si je l'ai perdu sans mettre un point. Je savais que j'étais dans mon match, donc je n'ai pas paniqué après la perte des trois premiers jeux. Je savais que j'aurais l'opportunité de le breaker. Et c'est ce que j'ai fait ensuite. Je me suis senti plus à l'aise en retour, et j'ai bien joué jusqu'à la fin du set.

Q: Depuis l'US Open (fin août), vous portez une protection sur votre genou gauche. Est-ce que cela a pu vous gêner cette semaine ? Êtes vous inquiet de pouvoir développer une blessure à long terme ?

R: "Tout d'abord, je joue avec ces bandes adhésives depuis l'US Open parce que je me sens mieux avec. Je préfère les garder jusqu'à la fin de la saison. Je ressens encore parfois mon genou, j'ai besoin de repos depuis la demi-finale de Coupe Davis (en septembre). Mais j'ai joué chaque semaine depuis, donc j'ai pris la décision de jouer avec ces bandes. C'est un bon choix. Si vous voyez mes performances ces deux derniers mois, et mon parcours ici, je pense que c'était un bon choix. Et je vais continuer comme ça jusqu'à la fin de la saison. Mais il est clair qu'il faudra ensuite que je repose mon genou.

Q: Vous avez bien joué ces derniers temps, mais Roger Federer vous a posé des problèmes lors du tournoi de Bâle (victoire du Suisse 6-1, 6-2). Qu'est ce qu'il faudra changer par rapport à ce dernier match contre lui ?

R: "Je n'ai jamais trouvé la clé pour battre Roger. Honnêtement, je ne sais pas quoi faire demain. Je vais essayer quelque chose, jouer différemment de ce que j'ai pu faire par le passé. Clairement, je vais faire de mon mieux pour jouer un meilleur match qu'à Bâle. Là-bas, ça n'avait pas été facile. Il avait bien joué, peu raté. Il était très agressif, comme toujours, retournait très bien. J'espère qu'il ne fera pas le même match. Mais je vais tenter quelque chose de différent, c'est certain."

Propos recueillis en conférence de presse.

Catégories: Actualités

Pages

S'abonner à JO CASANOVA MUSIC agrégateur - Actualités