Actualité

Sanofi proche d'un rachat de Bioverativ pour 11,5 Mds$ !

Le Boursier - il y a 2 heures 12 min
Selon le 'WSJ', l'annonce pourrait avoir lieu ce matin...

Agenda : à suivre aujourd'hui sur les marchés financiers

Le Boursier - il y a 2 heures 21 min
Les principales annonces du jour...

Le patron de Sika appelle à une sortie par le haut dans le dossier Saint-Gobain

Le Boursier - il y a 2 heures 27 min
La hausse du titre favorise un règlement amiable, selon Paul Schuler...

LVMH confie Céline à Hedi Slimane

Le Boursier - il y a 2 heures 45 min
Le créateur rentre au bercail, après avoir marqué Dior Homme de son empreinte...

En mer de Chine, la marée noire a triplé de taille en 4 jours

Selon des images prises par satellite, les trois nappes d’hydrocarbures mesurent au total 332 km2, contre 101 km2 mercredi.
Catégories: Actualités

Macron chez Toyota puis à Versailles pour séduire les multinationales

France 24 - L'info en continu - il y a 3 heures 31 min

Visite à l'usine Toyota d'Onnaing (Nord) puis réception à Versailles de 140 dirigeants de grands groupes étrangers pour un sommet baptisé "Choose France" (Choisissez la France): Emmanuel Macron veut montrer lundi que sa politique pro-entreprises attire les multinationales.

Les patrons des géants américains, chinois et européens, comme Coca-Cola, Facebook (Sheryl Sandberg), Google, Goldman Sachs, UPS, Alibaba, Bosch, SAP, Ikea, Barilla, Siemens, Volvo ou Rolls-Royce ont accepté l'invitation du chef de l'Etat, plébiscité par les milieux d'affaires pour son dynamisme et son programme d'allègement d'impôts des entreprises et de flexibilité du travail.

Plusieurs groupes ont consenti à annoncer ce jour-là de gros projets d'investissements en France, un geste de soutien à la politique française. L'Elysée attend cinq annonces significatives, dans l'industrie et le numérique et près d'une dizaine d'autres de taille moyenne, dont Toyota, qui annoncera un investissement de plusieurs centaines de millions d'euros dans son usine d'Onnaing, avec des centaines de nouveaux emplois.

Pour marquer l'événement, le président de la République passera trois heures lundi après-midi dans l'usine pour rencontrer salariés et dirigeants, avant de se rendre au château de Versailles. Il s'y adressera à ses invités à huis clos, "pour un dialogue plus direct" selon l'Elysée.

Convaincre des patrons, dont il a appris le langage lorsqu'il était banquier d'affaires chez Rothschild, est un exercice auquel M. Macron est parfaitement rodé. Le lieu aussi lui est familier. Lorsqu'il était ministre de l'Economie, il avait déjà choisi les ors de Versailles pour convier des investisseurs étrangers.

Pas moins de seize membres du gouvernement seront présents, dont le Premier ministre Edouard Philippe et le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, qui a annoncé qu'il demanderait à l'équipementier Bosch un nouvel investissement dans son usine de Rodez (Aveyron), où 300 à 800 emplois sont menacés, selon les syndicats.

- 'Effet Macron' -

Emmanuel Macron s'envolera ensuite mercredi pour Davos, où il prononcera un plaidoyer pour une mondialisation mieux organisée, avec "une vision politique mondiale", selon son entourage.

Le chef de l'Etat pourra capitaliser sur la remontée de l'image de la France auprès des investisseurs étrangers depuis son élection. Selon un baromètre réalisé en novembre par la Chambre de commerce américaine et le cabinet Bain, 72% des investisseurs américains escomptent une évolution positive du contexte économique en France contre 30% en 2016, un record depuis 18 ans.

En décembre, 70 patrons de filiales françaises de groupes étrangers avaient salué les premières réformes du gouvernement, et selon un sondage Ipsos auprès de 200 responsables de grosses sociétés étrangères en décembre, 60% jugent le pays attractif contre 46% en 2016.

La France estime avoir une carte à jouer au plan mondial, dans un contexte marqué par le Brexit et l?imprévisibilité de Donald Trump.

Le gouvernement tente ainsi d'attirer à Paris les banques internationales qui voudraient quitter Londres, grâce à un allégement des indemnités de licenciement des traders. Et la capitale accueillera bientôt l'Autorité bancaire européenne.

Tout ne relève pas d'un "effet Macron". L'année 2016 avait compté 1.117 investissements physiques étrangers en France (+16%), un record depuis dix ans selon Business France, l'organisme de promotion de la France à l'international dont l'ex-dirigeante Muriel Pénicaud est devenue ministre du Travail du gouvernement Macron.

Mais ces investissements sont moins créateurs d'emplois : seuls 30.108 emplois ont été créés ou maintenus grâce aux capitaux étrangers en 2016 (-11%). De plus, les géants américains du numériques, s'ils investissent en France, échappent largement à l'impôt sur les sociétés, ce contre quoi Paris tente de mobiliser ses voisins.

Le gouvernement s'inquiète en outre de la réforme fiscale américaine, qui va abaisser l?impôt sur les sociétés de 35% à 21%. Angela Merkel et Emmanuel Macron, qui veulent harmoniser l'impôt sur les sociétés en Europe, risquent d'être pris de vitesse par la concurrence fiscale américaine.

Dernier bémol, susceptible de faire fuir les capitaux, la France veut combattre le "pillage" de ses technologies, comme l'a signifié Bruno Le Maire en Chine.

Paris va ainsi élargir le "décret Montebourg" sur le contrôle des investissements aux secteurs du numérique et pousse la Commission européenne à contrôler davantage les investissements extra-européens.

Catégories: Actualités

Des milliers de fans rendent hommage à la chanteuse des Cranberries

France 24 - L'info en continu - il y a 3 heures 32 min

Des milliers de personnes se sont rassemblées dimanche dans la ville irlandaise de Limerick pour rendre hommage à la chanteuse des Cranberries, Dolores O'Riordan, décédée lundi à 46 ans, ont rapporté des médias locaux.

La mère de Dolores O'Riordan, aisi que ses cinq frères et soeurs, ont accompagné le cercueil en l'église Saint-Joseph de Limerick, une ville du sud-ouest de l'Irlande, selon la télévision et radio irlandaise RTE.

L'évêque de Limerick, Brendan Leahy, a déclaré que dimanche était pour le public le moment de dire adieu à Dolores O'Riordan.

Des images télévisées ont montré des personnes en deuil faisant la queue et bravant les intempéries ou s'abritant sous des parapluies pour entrer dans l'église afin de se recueillir devant le cercueil ouvert de leur idole.

La chanteuse du groupe de rock irlandais est décédée lundi dans un hôtel à Londres, où elle était présente pour une courte session d'enregistrement.

Seules 200 personnes, la famille et les amis proches de la chanteuse, sont invitées à assister mardi à la cérémonie d'obsèques à l'église Saint-Ailbe, à Ballybricken, dans le comté de Limerick. C'est dans cette ville, située à 18 km de Limerick, que le groupe de rock s'était formé.

A l'annonce du décès de la chanteuse, le Premier ministre irlandais Leo Varadkar a fait partie des premiers à lui rendre hommage, appelant Dolores O'Riordan "la voix d'une génération".

Vendredi, un médecin légiste londonien, Stephen Earl a indiqué que des examens post-mortem ont été réalisés. Les résultats complets devraient être connus le 3 avril même si, à ce stade, le décès n'est pas considéré comme suspect.

Cheveux noirs coupés courts, silhouette fluette, Dolores O'Riordan était la voix hors norme des Cranberries, particulièrement célèbre dans les années 1990, avec des tubes comme "Zombie" (sur la guerre en Irlande du Nord), "Just My Imagination" ou "Linger". Le groupe a vendu plus de 40 millions d'albums à travers le monde.

Les ventes et écoutes en streaming des Cranberries au Royaume-Uni ont augmenté de 1.000% depuis le décès de la chanteuse et un album de compilation du groupe, "Stars: The Best of 1992-2002", s'est classé numéro 16, mieux que lors de sa sortie en 2002, où il était arrivé à la 20e place, selon le classement d'Official Charts.

Catégories: Actualités

Sanofi rachète l'américain Bioverativ pour 11,5 mds USD (presse)

France 24 - L'info en continu - il y a 3 heures 35 min

Le géant pharmaceutique français Sanofi va racheter l'américain Bioverativ, spécialisé dans les traitements contre l'hémophilie, pour plus de 11,5 milliards de dollars, selon le Wall Street Journal dimanche.

Selon le quotidien économique américain, qui ne cite pas ses sources, la transaction pourrait être officialisée lundi.

L'opération valoriserait Bioverativ à 105 dollars l'action, soit une prime de 63% par rapport au cours de clôture de vendredi (64,11 dollars), selon le journal.

Sanofi traverse une mauvaise passe aux Etats-Unis, qui est son premier marché, et ses résultats trimestriels publiés début novembre avait montré que le déclin de ses ventes s'y accélérait.

C'est surtout l'activité diabète qui a chuté l'an dernier. Un recul du à la fin du remboursement de son ex-produit vedette Lantus de la part des grands assureurs américains CVS et United Health, qui l'ont remplacé par un concurrent moins cher.

Catégories: Actualités

NDDL: les opposants se préparent à libérer la route "des chicanes"

France 24 - L'info en continu - il y a 3 heures 51 min

Les opposants à la construction de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, soulagés et fiers d'avoir obtenu l'abandon du projet, se préparaient à libérer lundi la "route des chicanes", première étape sur la voie du rétablissement de l'autorité de l'Etat dans la ZAD.

Dès samedi après-midi, des jeunes équipés de sacs se sont retrouvés sur cette "zone d?aménagement différé" (terme des autorités) ou "zone à défendre" (pour les paysans et les altermondialistes) afin de participer à l'opération, selon une journaliste de l'AFP.

Ils répondaient à un appel de l'Acipa, association d'opposants institutionnels qui a invité ses adhérents et sympathisants "à venir lundi 22 janvier, dès 10h au +Lama Faché+ autour d?un café, pour reboucher les trous et enlever les chicanes".

Avec cette décision, fruit d'une médiation avec les autorités, les forces de l'ordre n'auront pas à intervenir.

Le Premier ministre Édouard Philippe a sommé mercredi les opposants de rendre les routes bloquées "à la libre circulation de tous", faute de quoi les forces de l'ordre "procéderont aux opérations nécessaires".

Pour que les automobilistes puissent de nouveau circuler "tranquillement" sur la route, "il y aura immédiatement des ralentisseurs provisoires, puis par la suite des ralentisseurs pérennes, et des voies de passage seront créées pour nos amis tritons, salamandres et autres habitants du bocage", annonce l'Acipa en appelant à un rassemblement "avec pique-nique, pelles, gants, fourches, grands sacs de ferme et volonté".

La route D 821 a été fermée en 2013 par les autorités. Elle a été ensuite livrée aux ronces, obstruée par divers obstacles (pneus, épaves de véhicules, barricades en tous genres) et "gardée" quasiment en permanence depuis des cabanes et miradors.

La décision de la rendre aux automobilistes a fait débat au sein du mouvement hétérogène des anti-aéroport, les militants les plus radicaux voulant la maintenir sous leur contrôle.

"Prendre cette décision, c?est sûr, n?a pas été facile et ce n?est pas seulement de gaîté de c?ur que nous voulons transformer cette route" mais "c?est parce que nous pensons un futur commun et avons confiance dans notre force collective que nous vous appelons à faire ce chantier entre +nous+, sans la presse", écrit l'Acipa.

Pour l'association, "cette route était et restera un symbole de notre résistance commune, et c'est tous ensemble que nous mettons en ?uvre son usage partagé, puisqu?il n?y aura pas d?aéroport". Elle a salué comme "une "formidable victoire" et "un signe fort pour toutes les autres luttes" l'abandon du projet d'aéroport.

- Occupation désormais 'injustifiable' -

Avant même l'annonce du Premier ministre et alors que la décision d'abandon du projet se dessinait, des associations ayant soutenu le mouvement anti-aéroport ont pris leurs distances avec les radicaux.

"Nous savons tous que l'image de cette route est très facilement, trop facilement, utilisée par la propagande contre la ZAD" mais "l'occupation de la route ne sera plus justifiée, ni justifiable, s'il y a abandon du projet", ont plaidé ces associations.

"Nous sommes persuadés que très peu d'entre nous viendraient défendre cette route si par malheur le mouvement ne parvenait pas à la rendre libre collectivement et de manière concertée, laissant alors à l'État l'occasion d'une intervention policière", ont-elles ajouté.

En invitant ses sympathisants à lever les obstacles jonchant la route, l'Acipa n'a toutefois pas exclu de la refermer "si des menaces d?expulsion venaient à se concrétiser" contre les occupants de la ZAD.

La route "des chicanes" libérée, les discussions s'annoncent plus longues sur le devenir des terres de la zone, notamment sur les "5/600 hectares" selon le maire (sur 1.650), où les zadistes ont lancé des projets agricoles.

Édouard Philippe a donné jusqu'au 30 mars, fin de la trêve hivernale, pour évacuer les lieux. Les occupants se disent "prêts à négocier" mais refusent toute "expulsion".

"Tous ceux qui ne seront pas détenteurs d?un titre de propriété pour leur terrain à la fin de la trêve hivernale devront être partis", a répondu samedi le porte-parole du gouvernement à Ouest France.

"S?ils ne sont pas partis au 31 mars, ils seront expulsés", a-t-il insisté.

Catégories: Actualités

Mort du peintre et sculpteur américain Jack Whitten

France 24 - L'info en continu - il y a 4 heures 10 min

Le sculpteur et peintre américain Jack Whitten est mort à l'âge de 78 ans, ont annoncé dimanche son galeriste et le musée d'art de Baltimore, qui va lui consacrer prochainement une exposition co-organisée avec le Metropolitan Museum de New York.

Cet artiste noir a toujours été en évolution au cours de sa carrière qui s'étale sur plus de cinq décennies, du figuratif à l'abstrait, de la peinture à la sculpture.

Né à Bessemer, en Alabama, le 5 décembre 1939, il a grandi dans le sud ségrégationiste des Etats-Unis, où il a été un militant actif dans la lutte pour les droits civiques, avant de rejoindre New York en 1960.

Après avoir démarré dans le figuratif pour évoquer la situation des Noirs aux Etats-Unis, il s'est tourné vers l'abstrait, qui lui a valu la reconnaissance d'une partie du monde de l'art.

Décidé à repousser perpétuellement ses propres limites et celles de son art, il a délaissé le pinceau pour travailler avec des lames de rasoir, des peignes afro ou des raclettes ménagères.

"Delta Group II", qui figure dans la collection du Metropolitan Museum de New York, en est une illustration.

Elle montre également que celui qui se destinait, jeune, à devenir médecin militaire, n'a pas cantoné ses expériences à la peinture elle-même mais a aussi souvent placé des matériaux comme des pierres ou des fils métalliques sous la toile pour créer des effets de volume.

"Avec une carrière qui frôle le seuil des 50 ans, Jack Whitten crée toujours des oeuvres qui ne ressemblent à aucune autre", écrivait en octobre 2013 le critique du New York Times Holland Cotter.

Jack Whitten a aussi appliqué à la sculpture ce goût de la découverte, mélangeant les matériaux et les influences, notamment africaines.

Une exposition dédiée uniquement à sa sculpture s'ouvrira le 22 avril au musée d'art de Baltimore.

Elle durera jusqu'au 29 juillet, avant de se transporter au Met Breuer, l'antenne du Metropolitant Museum consacrée à l'art moderne et contemporain, du 6 septembre au 2 décembre.

Associé et vice-président de Hauser & Wirth, galerie de Jack Whitten, Marc Payot a salué un "homme remarquable, un artiste à l'inventivité, l'originalité et à l'honnêteté infinies", dans une déclaration transmise à l'AFP.

Catégories: Actualités

Mahmoud Abbas demande à l'UE de reconnaître l'Etat de Palestine

France 24 - L'info en continu - il y a 4 heures 11 min

En froid avec Washington, le président palestinien Mahmoud Abbas va demander formellement à l'UE de reconnaître l'Etat de Palestine lors de sa rencontre lundi à Bruxelles avec les chefs de la diplomatie européenne.

Le président Abbas "attend des ministres européens des Affaires étrangères qu'ils reconnaissent collectivement l'Etat de Palestine", "comme la façon de répondre" à la décision du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël, a déclaré dimanche soir à l'AFP le ministre palestinien des Affaires étrangères Riyad al-Malki.

"C'est vraiment important", a-t-il insisté.

Le chef de l'Autorité palestinienne doit être reçu lundi, lors d'un déjeuner de travail, par la cheffe de la diplomatie de l'UE Federica Mogherini et les 28 ministres des Affaires étrangères, en marge de leur réunion mensuelle, comme l'avait été le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu le 11 décembre.

"Si les Européens veulent jouer un rôle, alors ils doivent être équitables dans leur traitement des deux parties et cela devrait commencer avec la reconnaissance de l'Etat de Palestine", a plaidé le chef de la diplomatie palestinienne.

Mais si l'UE veut contribuer à relancer le processus de paix, au point mort depuis 2014, pour sauvegarder la "solution à deux Etats", il est clair que la reconnaissance d'un Etat palestinien, qui dépend d'abord de chaque capitale, n'est pas aujourd'hui sur l'agenda de Bruxelles.

Car malgré le rappel constant des "positions inchangées" de l'UE --sur la solution à deux Etats dans les frontières de 1967, la colonisation israélienne ou le statut de Jérusalem--, les 28 ne peuvent masquer des "divergences de vue et des différences d'approche", reconnaît-on à Bruxelles.

Tout au plus, selon des sources diplomatiques, les Européens pourraient proposer la perspective d'un "accord d'association" entre l'UE et l'AP, comme il en existe un avec Israël ou le Kosovo. Même si un tel accord doit être signé avec un Etat souverain.

La France, notamment, est ouverte à cette idée.

- Fin du 'monopole' américain -

M. Malki a toutefois estimé que, même si l'Autorité palestinienne est "très sérieuse" à propos d'un accord d'association, il ne saurait se substituer à une reconnaissance en bonne et due forme.

"L'un ne remplace pas l'autre. Absolument pas", a insisté M. Malki.

Ce dernier a par ailleurs assuré que Mahmoud Abbas "reste engagé" dans le processus de paix au Proche-Orient, face aux craintes de certains Etats membres après le récent discours courroucé du président palestinien déclarant "la fin" des accords de paix d'Oslo (1993), censés conduire au règlement négocié du conflit israélo-palestinien.

"Il va dire (aux Européens): +Je ne vais pas me retirer du processus de paix. Je resterai engagé, mais je déclare que le monopole de l'administration américaine à être le seul médiateur du processus de paix est terminé+", a expliqué M. Malki.

La direction palestinienne considère en effet que "puisque la décision de Trump (sur Jérusalem) a changé les règles du jeu", les Etats-Unis se sont eux-même exclus du rôle de médiateur.

La visite de Mahmoud Abbas à Bruxelles coïncide avec une tournée sous tension du vice-président américain Mike Pence au Proche-Orient (Egypte, en Jordanie et en Israël), boycottée par les dirigeants palestiniens.

Ces derniers rejettent d'ores et déjà l'initiative de paix que Washington est censé présenter à une échéance encore indéfinie.

Il y a une semaine, devant la direction de l'OLP (Organisation de libération de la Palestine), M. Abbas a qualifié de "claque du siècle" la volonté affichée par Donald Trump de présider à "l'accord (diplomatique) ultime" entre Israéliens et Palestiniens.

"Il est très clair pour nous qu'il ne pas attendre jusqu'à ce que les Américains présentent leur plan", a estimé dimanche le ministre palestinien des Affaires étrangères.

"Les Américains devraient comprendre que les Palestiniens, les Arabes, personne n'acceptera un plan américain qui ne comprenne pas Jérusalem, qui ne comprenne pas les colonies, qui ne comprenne pas les réfugiés", a martelé M. Malki.

Catégories: Actualités

Le Sénat américain reporte à lundi midi le vote sur le « shutdown »

Les sénateurs républicains et démocrates ont renoncé à procéder au vote. Ils sont notamment en désaccord sur le statut des sans-papiers arrivés enfants aux Etats-Unis.
Catégories: Actualités

Prisons : alors que les syndicats appellent à débrayer, la ministre de la justice joue la médiation

Nicole Belloubet reçoit les organisations syndicales pour reprendre le dialogue. Elles ont rejeté un projet d’accord négocié avec le gouvernement, ne le trouvant pas suffisant.
Catégories: Actualités

Oxfam interpelle les élites de Davos face à l’explosion des inégalités

Alors que s’ouvre le Forum économique mondial de Davos, l’ONG s’indigne que « 82 % des richesses créées dans le monde l’année dernière [aient] bénéficié aux 1 % les plus riches ».
Catégories: Actualités

Facebook investit en France dans la formation et la recherche

France 24 - L'info en continu - il y a 8 heures 31 min

Facebook va lancer en France deux programmes visant à former au numérique 65.000 personnes d'ici la fin de l'année prochaine, et investir 10 millions d'euros dans l'intelligence artificielle, doit annoncer lundi le réseau social.

Tout d'abord, le groupe américain va mettre en place, dans le cadre d'un partenariat avec Pôle Emploi, un programme pour former 50.000 personnes "éloignées de l'emploi" aux compétences numériques d'ici la fin 2019, et les aider ainsi à s'insérer dans le marché du travail, selon un communiqué.

En outre, le groupe veut former au numérique 15.000 femmes, dès cette année, pour les aider à créer leur entreprise. Il s'agit du lancement à l'échelle française de "She Means Business", une campagne en faveur de l'entrepreneuriat féminin déjà déployée par Facebook dans plusieurs pays. Là encore, le géant américain va s'appuyer sur un partenaire français, la "start-up sociale" Social Builder.

Dans le détail, 3.500 femmes pourront bénéficier de "formations intensives gratuites", organisées dans plusieurs villes, et le groupe espère former 11.500 femmes supplémentaires aux compétences numériques grâce à un "kit de formation" en ligne.

"Ces initiatives s'inscrivent dans un programme pan-européen, l'ambition de Facebook étant de former d'ici 2020 un million de personnes et créateurs d?entreprises", a expliqué le réseau social américain.

Le groupe n'a pas précisé les montants qu'il comptait consacrer à ces programmes. Ils seront entièrement gratuits et en aucun cas réservés aux utilisateurs du réseau, assure-t-il.

- Intelligence artificielle -

Parallèlement, Facebook va doubler le nombre de chercheurs de son centre sur l'intelligence artificielle (IA) créé en 2015 à Paris, qui passera de 30 à 60. Ce centre, le "FAIR Paris" est l'un des quatre sites mondiaux de Facebook sur l'IA et mène des recherches fondamentales.

Le groupe va de plus investir 10 millions d'euros supplémentaires d'ici 2022 "pour accélérer l'intelligence artificielle en France", soit un triplement des sommes qu'il y consacre. Cette somme permettra notamment de quadrupler le nombre de doctorants du centre, qui grimpera à 40.

L'enveloppe financera aussi, entre autres, des bourses d'étude, le don de "10 serveurs de dernière génération au profit d'instituts de recherche", ainsi qu'"un fonds pour la collecte de données ouvertes". Et le groupe renforcera son partenariat avec l'Inria (Institut national de recherche en informatique).

"En accélérant la recherche en IA (...) Facebook souhaite jouer un rôle moteur dans l'ambition française de devenir le champion international de l'IA", a souligné l'entreprise.

Selon Facebook, ces annonces ne visent pas à répondre aux critiques exprimées ces derniers mois par le gouvernement français à l'égard des GAFA, les géants américains du net, mais s'inscrivent dans des priorités à long terme et des chantiers lancés il y a plusieurs années.

Le patron de Facebook pour la France et l'Europe du Sud, Laurent Solly, avait en revanche confirmé récemment une évolution dans les pratiques fiscales du groupe, qui devrait conduire à une hausse significative des impôts qu'il paye en France.

En début d'année, le patron du groupe Mark Zuckerberg avait pour sa part fait son mea culpa, en promettant de "réparer" les effets jugés pervers du réseau, comme la diffusion de certains contenus problématiques (propos haineux, "fake news"...). Le tout, sur fond de vif débat aux Etats-Unis sur les ravages des addictions aux réseaux sociaux, alimenté en partie par les remords de certains employés de la Silicon Valley.

Facebook fait ces annonces à l'occasion du déplacement en France, ce lundi, de sa directrice générale, Sheryl Sandberg. Elle devrait s'entretenir avec le président Emmanuel Macron, avant d'inaugurer dans la soirée "Connexions", la première "exposition interactive" de Facebook dans l'Hexagone.

Installée dans Station F, la gigantesque pépinière numérique parisienne, cette vitrine inédite doit permettre au groupe américain de montrer au public la variété de ses actions dans des domaines comme l'IA, la réalité virtuelle (via ses casques Oculus) ou l'accompagnement des PME.

Catégories: Actualités

Les plus riches ont accaparé 82% de la richesse mondiale créée en 2017

France 24 - L'info en continu - il y a 8 heures 39 min

82% de la richesse créée l'an dernier dans le monde a terminé entre les mains du 1% le plus riche de la population de la planète, les femmes payant le prix fort de ces inégalités, a dénoncé lundi l'ONG Oxfam.

"Le boom des milliardaires n'est pas le signe d'une économie prospère, mais un symptôme de l'échec du système économique", a affirmé la directrice d'Oxfam Winnie Byanyima, lors de la publication du rapport intitulé "Récompenser le travail, pas la richesse" à la veille de l'ouverture du World Economic Forum (WEF) à Davos.

"On exploite les personnes qui fabriquent nos vêtements, qui assemblent nos téléphones portables et cultivent les aliments que nous mangeons, afin de garantir un approvisionnement constant en produits pas chers, mais aussi pour grossir les profits des entreprises et leurs riches investisseurs", s'est-elle insurgée, citée dans un communiqué.

Selon le rapport d'Oxfam, 3,7 milliards de personnes, soit 50% de la population mondiale, n'a pas touché le moindre bénéfice de la croissance mondiale l'an dernier, alors que le 1% le plus riche en a empoché 82%.

Depuis 2010, c'est-à-dire peu après le début de la crise en 2008, la richesse de cette "élite économique" a augmenté en moyenne de 13% par année, a précisé Oxfam, avec un pic atteint entre mars 2016 et mars 2017, période où "s'est produit la plus grande augmentation de l'histoire en nombre de personnes dont la fortune dépasse le milliard de dollars, au rythme de 9 nouveaux milliardaires par an".

Pour Oxfam, les ouvrières se retrouvent "tout en bas de la pyramide". "Dans le monde entier, les femmes gagnent moins que les hommes et elles sont sur-représentées dans les emplois les moins bien payés et les plus précaires", constate-t-elle. "De la même manière, sur 10 nouveaux milliardaires, 9 sont des hommes", a-t-elle ajouté.

L'ONG, qui publie traditionnellement un rapport sur les inégalités juste avant que l'élite économique ne se réunisse à Davos (Suisse), lance un appel aux dirigeants pour que "l'économie fonctionne pour tous et pas uniquement pour une riche minorité".

Elle préconise la limitation des dividendes pour les actionnaires et les dirigeants d'entreprises, la fin de "la brèche salariale" entre hommes et femmes, ainsi que la lutte contre l'évasion fiscale.

Selon un sondage réalisé pour Oxfam auprès de 70.000 personnes dans 10 pays, diffusé à l'occasion de la publication du rapport, les deux tiers des personnes interrogées estiment "urgent" de traiter "la brèche entre riches et pauves.

Ce sondage a été réalisé en Inde, au Nigéria, aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, au Mexique, en Afrique du Sud, en Espagne, au Maroc, aux Pays-Bas et au Danemark.

Catégories: Actualités

L’offensive de charme de Facebook en France passe par de nouveaux investissements

Le réseau social va injecter dix millions d’euros dans le secteur de l’intelligence artificielle et annonce un programme de formation aux outils du numérique.
Catégories: Actualités

Lyon fait chuter le PSG (2-1)

Réduits à 10 et privés de Neymar, le PSG n’a pas réussi à empêcher les Lyonnais de remporter le choc de la 22e journée sur leur pelouse.
Catégories: Actualités

Ligue 1: soirée noire pour le PSG, Monaco au pied du podium

France 24 - L'info en continu - dim, 01/21/2018 - 23:40

Kylian Mbappé blessé, Dani Alves exclu, et au bout du temps additionnel la deuxième défaite de la saison en championnat... Le PSG a vécu une soirée noire contre Lyon (2-1) dimanche lors du choc de la 22e journée, qui laisse Monaco au pied du podium.

. Lyon fait souffrir Paris

La 22e journée de Ligue 1 va-t-elle laisser des traces côté PSG? Le club de la capitale, qui vivait là son premier choc de l'année 2018 à moins d'un mois de la double confrontation avec le Real Madrid, a été sévèrement bousculé par Lyon. Les hommes de Bruno Genesio avaient déjà répondu présent lors du match aller au Parc des Princes, mais avaient alors cédé en fin de match, sur deux buts contre leur camp (2-0).

Le capitaine lyonnais Nabil Fekir a ouvert le score dès la 2e minute du match, sur un coup-franc splendide qui vaudra peut-être des critiques au gardien parisien Alphonse Areola. Et sans Neymar, touché à la cuisse droite et forfait pour le match, puis très vite sans Kylian Mbappé, sorti sur civière à la suite d'un contact violent avec le gardien lyonnais Anthony Lopes (35e), Paris a souffert pour revenir.

Il a fallu un 'golazo' du latéral Layvin Kurzawa juste avant la mi-temps (45+3) pour que Paris égalise. Mais l'expulsion de Dani Alves à l'heure de jeu (57e), pour s'être approché front contre front de l'arbitre de la rencontre Clément Turpin, a perturbé l'organisation parisienne, et l'entrant en jeu Memphis Depay a fait chavirer le Parc OL de loin et au bout du temps additionnel (90+3).

Pas forcément rassurant pour Paris, qui reste leader avec huit points d'avance sur son bourreau du soir mais qui rate une nouvelle fois un choc du championnat, après le nul ramené in extremis du Vélodrome fin octobre (2-2).

. Monaco reste au pied du podium

La victoire lyonnaise a pour conséquence de laisser l'AS Monaco au pied du podium. Est-ce la place du champion de France sortant? S'il n'a pas retrouvé son étincelante réussite de la saison dernière, il s'est quand même imposé 3-1 contre Metz dimanche. Le latéral Jorge a ouvert le score juste avant la mi-temps (45+2), l'ancien Lyonnais Rachid Ghezzal (67e) et Rony Lopes ont aussi marqué (81e), contre une réalisation d'Ibrahima Niane (72e).

Mais preuve de la saison plus compliquée des Monégasques, l'entraîneur Leonardo Jardim a semblé s'agacer sur son banc de touche, et deux de ses joueurs sont sortis sur blessure, Jorge, blessé sur son but, et Adama Diakhaby, sur une sortie non maîtrisée du gardien messin Eiji Kawashima, exclu sur l'action (50e).

Les Monégasques se rassurent néanmoins après le match nul laborieux lors du derby azuréen (2-2). Ils n'ont qu'un point de retard sur l'Olympique de Marseille qui avait battu Caen vendredi (2-0) et les deux clubs méditérannéens vont pouvoir se départager en s'affrontant lors de la prochaine journée, au Vélodrome.

. Saint-Etienne n'est pas guéri

C'est une nouvelle défaite pour les Verts, la deuxième d'affilée, dimanche à Nice sur un coup-franc de Wylan Cyprien à la 22e minute (1-0). Pourtant, et malgré une piteuse 16e place pour une équipe candidate à l'Europe en début de saison, l'entraîneur Jean-Louis Gasset a affiché son optimisme.

"Quand on perd on n'est jamais satisfait, mais le comportement des joueurs a été exemplaire", a noté l'expérimenté entraîneur Jean-Louis Gasset. "A Metz j'étais inquiet parce qu'on avait abandonné, mais là je sentais qu'on pouvait égaliser à tout moment et que l'équipe poussait."

"Avec un état d'esprit comme ça, on est sur un bon chemin pour faire une série et sortir de ce classement", a encore estimé l'entraîneur, qui attend aussi de sa nouvelle recrue Paul-Georges Ntep qu'il "monte en puissance" pour "amener de la percussion". Prêté par Wolfsburg pour six mois, l'ancien Rennais était titulaire dimanche, tout comme l'autre recrue hivernale, Yann M'Vila. Un défenseur central est encore attendu pour aider les Verts à retrouver leur solidité défensive.

Catégories: Actualités

Mahmoud Abbas va demander à l'UE de reconnaître l'Etat de Palestine

France 24 - L'info en continu - dim, 01/21/2018 - 23:20

Le président palestinien Mahmoud Abbas va demander à l'UE de reconnaître l'Etat de Palestine, lors de sa visite lundi à Bruxelles, a affirmé dimanche à l'AFP le ministre palestinien des Affaires étrangères Riyad al-Malki.

Mahmoud Abbas "attend des ministres européens des Affaires étrangères qu'ils reconnaissent collectivement l'Etat de Palestine" en réponse à la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël, a déclaré M. al-Malki, en soulignant que le président palestinien "reste engagé" dans le processus de paix au Proche-Orient.

agr/lpt

Catégories: Actualités

Pages

S'abonner à JO CASANOVA MUSIC agrégateur - Actualités