Actualité

Retraite : à quelles majorations peut prétendre un salarié ?

Question à un expert. A l’heure où chaque trimestre compte pour le calcul de la retraite, il est utile de faire le point des différents dispositifs qui existent.
Catégories: Actualités

Prisons : le mouvement se durcit avant une rencontre avec la ministre de la Justice

L' Essentiel - SudOuest.fr - lun, 01/22/2018 - 08:21

Plusieurs prisons en France demeuraient paralysées ce lundi matin. Les discussions avec les syndicats devraient reprendre cet après-midi.
Les syndicats ont appelé à un "blocage total" des 188 établissements en France à partir de 6 heures lundi, un mouvement reconductible "jusqu'à ce que le gouvernement entende leurs... Lire la suite

Catégories: Actualités

Fermeture définitive du pont de pierre à Bordeaux : décision attendue ce lundi

L' Essentiel - SudOuest.fr - lun, 01/22/2018 - 08:20

Alain Juppé doit annoncer ce lundi si la fermeture du pont de pierre devient définitive.
C'est ce lundi que le pont de pierre va être fixé sur son sort. Une réunion du comité de pilotage de Bordeaux Métropole sur le franchissement de la Garonne doit en effet se tenir ce lundi. Les élus doivent décider si l'expérience de la... Lire la suite

Catégories: Actualités

Un an après les premières révélations sur le "Penelopegate", où en est l'enquête?

France 24 - L'info en continu - lun, 01/22/2018 - 08:20

Les révélations du Canard enchaîné avaient fait voler en éclats la campagne présidentielle de François Fillon: un an après, l'enquête sur les soupçons d'emplois fictifs de son épouse Penelope tourne au ralenti tandis qu'aucun des recours envisagé par le camp de l'ex-Premier ministre n'a été déposé.

Depuis cet été, "une dizaine de personnes ont été entendues sans que cela donne lieu à de nouvelles poursuites", d'après une source proche du dossier qui espère que les investigations seront bouclées "courant 2018".

"Les enquêteurs ont tout effectué en quelques semaines, aujourd'hui il ne se passe plus rien", assure de son côté à l'AFP Antonin Levy, avocat de l'ex-candidat de droite.

Les dernières investigations se sont concentrées sur la société 2F Conseil créée en 2012 par François Fillon, les enquêteurs s'interrogeant sur d'éventuels conflits d'intérêts. Des perquisitions se sont déroulées chez plusieurs de ses clients, notamment l'assureur Axa, dont l'ex-PDG Henri de Castries est un ami de l'ex-Premier ministre.

25 janvier 2017.

Le Canard enchaîné déclenche un tsunami à trois mois du premier tour de la présidentielle: Penelope Fillon, épouse du grand favori de l'élection, a été employée pendant de nombreuses années comme assistante parlementaire de son mari ou du suppléant de ce dernier, Marc Joulaud. De 1986 à 2013, la discrète Galloise, sans profession connue jusque-là, a perçu 680.380 euros net, des salaires qui ne seraient pas justifiés par le travail accompli.

L'hebdomadaire révèle aussi de possibles abus de biens sociaux: Mme Fillon a été embauchée de mai 2012 à décembre 2013, pour un salaire de 3.500 euros net par mois, à La Revue des deux mondes, propriété de l'homme d'affaires Marc Ladreit de Lacharrière, proche de l'ex-Premier ministre. Or, elle n'a produit que deux notes de lecture pour le magazine.

Le parquet national financier (PNF) ouvre une enquête, confiée en mars à trois juges d'instruction.

Les premières investigations aboutissent à la mise en examen du couple Fillon, de MM. Joulaud et Ladreit de Lacharrière.

- 'Appuyé sur la gâchette' -

Les révélations s'accumulent sur de possibles emplois fictifs des enfants du couple Fillon, puis sur des soupçons de trafic d'influence car l'ex-Premier ministre s'est fait offrir deux costumes d'une valeur de 13.000 euros par Robert Bourgi, figure des réseaux de la "Françafrique".

"Sa campagne a été faite sur la transparence, la probité, la modestie. Je voyais qu'il dérivait alors j'ai décidé de tout révéler. J'ai appuyé sur la gâchette", reconnaît l'avocat. Un mois après ses révélations, François Fillon est éliminé dès le premier tour.

Pour Florence Portelli, ex-porte-parole du candidat, "sans préjuger de sa culpabilité ou de son innocence, il est évident que cette histoire a été instrumentalisée à des fins politiques. L'emploi de sa femme au Parlement était connu. Qui a tout orchestré, tout feuilletonné à ce moment-là?".

Dénonçant une enquête tellement entachée d'irrégularités qu'elle en devient "nulle", le camp Fillon avait promis une contre-attaque, annonçant envisager une série de recours. Il remettait en question la compétence du PNF et faisait valoir que le délit de détournement de fonds publics, pour lequel l'ex-candidat est mis en examen, n'était pas applicable à un député.

Au final, "aucun recours n'a été déposé. Son avocat préfère sans doute réserver ses arguments lors d'un éventuel procès", souligne une source proche du dossier.

Sa défense attend aussi que la Cour de cassation prenne position: saisie par cinq sénateurs de l'ex-UMP après que la cour d'appel de Paris a jugé qu'un parlementaire pouvait bien être poursuivi pour détournements de fonds publics, la plus haute juridiction de l'ordre judiciaire est appelée à trancher cette question délicate.

En attendant, plusieurs volets de l'enquête ne semblent pas devoir prospérer. "Sur les costumes, d'éventuels faux ou 2F Conseil, mon client n'est pas poursuivi, les enquêteurs n'ayant rien trouver à redire", assure Me Levy. Quant à l'emploi de ses enfants Charles et Marie Fillon, l'ex-Premier ministre "est mis en examen mais pas ses enfants, ce qui est une absurdité", ajoute l'avocat.

M. Fillon, 63 ans, a rejoint en septembre la société de gestion d'actifs et d'investissement Tikehau Capital et a dissout fin décembre 2F Conseil. Il est aujourd'hui retiré de la vie politique.

Catégories: Actualités

Un an après les premières révélations sur le "Penelopegate", où en est l'enquête?

LCP Assemblée nationale - lun, 01/22/2018 - 08:18

Les révélations du Canard enchaîné avaient fait voler en éclats la campagne présidentielle de François Fillon: un an après, l'enquête sur les soupçons d'emplois fictifs de son épouse Penelope tourne au ralenti tandis qu'aucun des recours envisagé par le camp de l'ex-Premier ministre n'a été déposé.

Depuis cet été, "une dizaine de personnes ont été entendues sans que cela donne lieu à de nouvelles poursuites", d'après une source proche du dossier qui espère que les investigations seront bouclées "courant 2018".

"Les enquêteurs ont tout effectué en quelques semaines, aujourd'hui il ne se passe plus rien", assure de son côté à l'AFP Antonin Levy, avocat de l'ex-candidat de droite.

Les dernières investigations se sont concentrées sur la société 2F Conseil créée en 2012 par François Fillon, les enquêteurs s'interrogeant sur d'éventuels conflits d'intérêts. Des perquisitions se sont déroulées chez plusieurs de ses clients, notamment l'assureur Axa, dont l'ex-PDG Henri de Castries est un ami de l'ex-Premier ministre.

25 janvier 2017. 

Le Canard enchaîné déclenche un tsunami à trois mois du premier tour de la présidentielle: Penelope Fillon, épouse du grand favori de l'élection, a été employée pendant de nombreuses années comme assistante parlementaire de son mari ou du suppléant de ce dernier, Marc Joulaud. De 1986 à 2013, la discrète Galloise, sans profession connue jusque-là, a perçu 680.380 euros net, des salaires qui ne seraient pas justifiés par le travail accompli.

L'hebdomadaire révèle aussi de possibles abus de biens sociaux: Mme Fillon a été embauchée de mai 2012 à décembre 2013, pour un salaire de 3.500 euros net par mois, à La Revue des deux mondes, propriété de l'homme d'affaires Marc Ladreit de Lacharrière, proche de l'ex-Premier ministre. Or, elle n'a produit que deux notes de lecture pour le magazine.

Le parquet national financier (PNF) ouvre une enquête, confiée en mars à trois juges d'instruction. 

Les premières investigations aboutissent à la mise en examen du couple Fillon, de MM. Joulaud et Ladreit de Lacharrière.

- 'Appuyé sur la gâchette' - 

Les révélations s'accumulent sur de possibles emplois fictifs des enfants du couple Fillon, puis sur des soupçons de trafic d'influence car l'ex-Premier ministre s'est fait offrir deux costumes d'une valeur de 13.000 euros par Robert Bourgi, figure des réseaux de la "Françafrique".

"Sa campagne a été faite sur la transparence, la probité, la modestie. Je voyais qu'il dérivait alors j'ai décidé de tout révéler. J'ai appuyé sur la gâchette", reconnaît l'avocat. Un mois après ses révélations, François Fillon est éliminé dès le premier tour.

Pour Florence Portelli, ex-porte-parole du candidat, "sans préjuger de sa culpabilité ou de son innocence, il est évident que cette histoire a été instrumentalisée à des fins politiques. L'emploi de sa femme au Parlement était connu. Qui a tout orchestré, tout feuilletonné à ce moment-là?".

Dénonçant une enquête tellement entachée d'irrégularités qu'elle en devient "nulle", le camp Fillon avait promis une contre-attaque, annonçant envisager une série de recours. Il remettait en question la compétence du PNF et faisait valoir que le délit de détournement de fonds publics, pour lequel l'ex-candidat est mis en examen, n'était pas applicable à un député.

Au final, "aucun recours n'a été déposé. Son avocat préfère sans doute réserver ses arguments lors d'un éventuel procès", souligne une source proche du dossier.

Sa défense attend aussi que la Cour de cassation prenne position: saisie par cinq sénateurs de l'ex-UMP après que la cour d'appel de Paris a jugé qu'un parlementaire pouvait bien être poursuivi pour détournements de fonds publics, la plus haute juridiction de l'ordre judiciaire est appelée à trancher cette question délicate.

En attendant, plusieurs volets de l'enquête ne semblent pas devoir prospérer. "Sur les costumes, d'éventuels faux ou 2F Conseil, mon client n'est pas poursuivi, les enquêteurs n'ayant rien trouver à redire", assure Me Levy. Quant à l'emploi de ses enfants Charles et Marie Fillon, l'ex-Premier ministre "est mis en examen mais pas ses enfants, ce qui est une absurdité", ajoute l'avocat.

M. Fillon, 63 ans, a rejoint en septembre la société de gestion d'actifs et d'investissement Tikehau Capital et a dissout fin décembre 2F Conseil. Il est aujourd'hui retiré de la vie politique.

Catégories: Actualités

La légende du foot George Weah entre dans l'Histoire du Liberia

France 24 - L'info en continu - lun, 01/22/2018 - 08:17

Enfant des bidonvilles de Monrovia devenu star planétaire du foot dans les années 1990, George Weah réalise le rêve de sa seconde vie en prêtant serment lundi comme président du Liberia, 15 ans après la fin de sa carrière et de la guerre civile.

A 51 ans, l'ex-attaquant vedette du PSG et du Milan AC succède à Ellen Johnson Sirleaf, 79 ans, première femme élue chef de l'Etat en Afrique.

Au lendemain de sa large victoire au second tour de l'élection présidentielle le 26 décembre, avec 61,5% des voix, face au vice-président sortant Joseph Boakai, il s'est engagé à "transformer la vie de tous les Libériens".

Pour y parvenir, George Weah, élevé par sa grand-mère à Gibraltar, un bidonville de Monrovia, a promis le 30 décembre "une gouvernance publique en faveur des plus pauvres".

Issu de l'ethnie kru, une des principales du pays, il est seulement, après Samuel Doe (1980-1990), le deuxième président de la plus ancienne république d'Afrique à ne pas appartenir à l'élite "américano-libérienne" descendant d'esclaves affranchis qui y domine la vie politique depuis 170 ans.

"C'est une histoire incroyable", a déclaré l'entraîneur Arsène Wenger au début du mois, retrouvant dans ce destin "la force mentale de George: il a toujours été convaincu qu'il avait une mission" à accomplir.

Pendant la guerre civile qui a fait quelque 250.000 morts entre 1989 et 2003, déclenchée par la rébellion contre Samuel Doe de l'ancien chef de guerre et président Charles Taylor (1997-2003), George Weah était largement absent du pays.

- 'Pleurer pour le Liberia' -

Seul Africain à avoir remporté le Ballon d'or, en 1995, il entre en politique à la fin du conflit.

"Je ne pensais pas qu'il pourrait devenir président", a confié Arsène Wenger, qui se souvient néanmoins l'avoir "vu pleurer quand la guerre faisait rage au Liberia".

Pendant la guerre civile, Weah avait appelé l'ONU à sauver le Liberia. En représailles, des rebelles de la milice de Charles Taylor avaient brûlé sa maison de Monrovia et pris en otage deux de ses cousines.

Adulé des jeunes, George Weah est pourtant battu au second tour de la présidentielle de 2005 par Ellen Johnson Sirleaf, puis comme candidat à la vice-présidence en 2011.

Son parti criera alors en vain à la fraude.

Lors d'une réunion de levée de fonds à New York en 2012, Mme Sirleaf confiera avoir appris que certaines commerçantes de Monrovia avaient confisqué nuitamment les cartes d'électeurs de leurs fils pour les empêcher d'aller voter pour des candidats plus jeunes... comme George Weah.

- Force tranquille -

Cette fois, alors que ses adversaires épuisaient tous les recours juridiques possibles pour faire annuler les résultats du premier tour, le 10 octobre, obtenant le report du second tour de sept semaines, "Mister George", sûr que son heure était venue, a exhorté ses partisans à la patience et au calme.

Car depuis ses débuts en politique, il assure avoir "gagné en expérience" et appris de ses échecs.

En décembre 2014, George Weah remporte son premier mandat en devenant sénateur, distançant très largement l'un des fils de Mme Sirleaf.

A l'élection de 2017, son choix comme colistière de l'influente sénatrice Jewel Howard-Taylor, ex-épouse de Charles Taylor, condamné en 2012 par la justice internationale à 50 ans de prison pour crimes contre l'humanité et crimes de guerre en Sierra Leone voisine, suscite les interrogations.

Mais, tout en rappelant que la grande majorité des candidats ont eu partie liée avec l'ancien président, il assure n'entretenir aucun contact avec lui.

George Weah a vu sa vie basculer une première fois en 1988, à l'âge de 22 ans, lorsque Arsène Wenger, alors entraîneur de Monaco, le déniche au Tonnerre Yaoundé, au Cameroun.

Pendant 14 ans, l'attaquant de génie évolue dans les plus grands clubs européens - Monaco, Paris SG et Milan AC, à l'apogée de sa carrière, puis Chelsea, Manchester City, Marseille -, amassant une fortune considérable.

Mais il a gardé ses attaches dans la banlieue de Monrovia, où il tape encore le ballon avec des amis.

Catégories: Actualités

Naufrage d'un pétrolier en Chine : la marée noire a triplé de taille en quatre jours

L' Essentiel - SudOuest.fr - lun, 01/22/2018 - 08:15

Elle faisait la taille de Paris en fin de semaine dernière. Elle recouvre désormais plus de 300 km².
La marée noire provoquée par le naufrage d'un pétrolier iranien en mer de Chine orientale a triplé de taille en l'espace de quatre jours, couvrant désormais plus de 300 km². Des images prises par satellite ont permis de... Lire la suite

Catégories: Actualités

Nanobiotix : dévoile de premières données de NBTXR3 dans le cancer du foie

Le Boursier - lun, 01/22/2018 - 08:15
Nanobiotix dévoile des premières données jugées "prometteuses" concernant le NBTXR3 dans le cancer du foie...

En Inde, la lente et pénible rénovation du Taj Mahal

France 24 - L'info en continu - lun, 01/22/2018 - 08:09

Dans l'imaginaire de Muskan Mahuwakar, le Taj Mahal représentait un chef-d'?uvre de symétrie et de raffinement. Jusqu'à ce que cette touriste indienne découvre ce monument à l'amour enlaidi par d'affreux échafaudages.

Au plus grand déplaisir des visiteurs, la lente rénovation de ce joyau d'architecture moghole, principale attraction touristique de l'Inde, s'étire depuis quatre ans, sans fin en vue. Et les autorités doivent encore s'attaquer à la partie la plus délicate: le dôme.

"La réparation dure depuis si longtemps. Bien sûr, les vieux monuments doivent être entretenus, mais nous devons trouver des solutions qui soient rapides et efficaces", dit Muskan en jetant un regard désabusé sur l'armée d'ouvriers qui s'affaire autour de la structure.

La notoire pollution atmosphérique du pays jaunit le marbre blanc de ce mausolée construit par l'empereur Shah Jahan au XVIIe siècle. Un fléau auquel les conservateurs se sont attelés récemment.

Pour redonner au Taj Mahal son éclat virginal d'antan, des couches de boue sont appliquées sur sa façade dans le but d'absorber les impuretés. Les détracteurs de cette méthode estiment qu'elle abime la pierre comme si on la frottait à l'eau de Javel, une critique dont se défendent les responsables de la protection du patrimoine.

Alors que les travaux s'éternisent, les dizaines de milliers de visiteurs quotidiens sont actuellement accueillis sur le flanc ouest par un échafaudage intrusif, qui dissimule les délicates calligraphies islamiques.

"C'est décevant de ne pas pouvoir faire de photo parfaite de cette structure immaculée", regrette Muskan Mahuwakar, étudiante en histoire qui visite le lieu pour la première fois.

Elle a plus de chance que d'autres, car elle arrive après le nettoyage des quatre minarets érigés autour de la structure principale. Les photos de la visite royale du duc et de la duchesse de Cambridge à Agra en 2016 avaient été gâchées par les squelettes de fer enserrant des tours.

- Le Taj 'mourant' -

Mais l'inévitable restauration du bulbe central, qui couronne la structure, est le défi qui inquiète le plus les responsables et risque de dissuader des visiteurs. On ignore quand débuteront ces travaux, et combien de temps ils dureront.

Cette perspective en détourne pourtant déjà certains. L'éditeur de guides touristiques Fodor's Travel conseille ainsi à ses lecteurs d'éviter le Taj Mahal jusqu'en 2019 au moins.

De leur côté, des experts redoutent que la pression des échafaudages n'abîme irrémédiablement le marbre finement travaillé.

"Nous devons nettoyer le dôme mais la question est comment dresser l'échafaudage", explique à l'AFP Bhuvan Vikrama, archéologue en charge du programme de rénovation.

"La structure est vieille de près de 400 ans, nous ne pouvons pas faire peser de poids supplémentaire dessus. En essayant de réparer les dommages, nous ne devons pas en causer de nouveaux."

Afin de préserver ce mausolée construit par l'empereur moghol pour son épouse Mumtaz Mahal, morte en couches en 1631, le gouvernement a décidé de restreindre les foules. Avec des pointes à 70.000 entrées par jour le week-end, ce sont près de 6,5 million de personnes qui ont visité le Taj Mahal en 2016.

Les touristes étrangers, qui payent le prix fort, ne seront pas limités mais les Indiens ne pourront plus entrer une fois franchie la barre des 40.000 tickets vendus dans la journée.

Pour les défenseurs de l'environnement, cette rénovation ne s'attaque pourtant pas aux racines du problème, à savoir les émissions industrielles des usines qui entourent la très affairée ville d'Agra.

"Le Taj était entouré par une végétation luxuriante, mais maintenant il n'y a plus rien", déplore M C Mehta, un avocat qui a porté ce problème en justice.

"Le Taj est en phase terminale du cancer. Il est mourant, il peine à respirer."

Catégories: Actualités

Hand: France-Serbie, ne pas tout gâcher

France 24 - L'info en continu - lun, 01/22/2018 - 08:04

Si la victoire face à la Suède samedi a permis aux handballeurs français d'entrevoir les demi-finales de l'Euro, ils se doivent de rester mobilisés face à la Serbie lundi (18h15) pour s'éviter un dernier match couperet contre la Croatie.

En cas de victoire contre les Serbes, les Bleus, en tête de leur groupe avec 6 points, pourraient en effet se permettre de perdre face aux Croates. Mais en cas de défaite, ils joueraient alors leur peau contre le pays-hôte et son public hostile mercredi (20h30).

Même si elle est déjà éliminée, la Serbie ne sera donc pas à négliger pour la troupe de Didier Dinart, championne du monde en titre en quête d'une quatrième couronne européenne.

"Tout le monde veut battre l'équipe de France. Ça peut être leur cerise sur le gâteau, donc c'est un match-piège", prévient l'entraîneur guadeloupéen. Mais "on est supposés être plus forts que la Serbie", reconnait-il, en mettant en garde ses joueurs contre un manque d'engagement et de concentration.

"Aujourd'hui ce qu'il faut faire, c'est rester mobilisés, le plus concentrés possible afin de nous mettre dans une position favorable", ajoute-t-il.

En terme de concentration, les Bleus pourront prendre exemple sur leur gardien Vincent Gérard, auteur, avec 19 arrêts, d'une prestation "stratosphérique" lors du match de samedi contre la Suède (victoire 23-17).

Dans l'Arena de Zagreb, la France a commis beaucoup de maladresses en attaque mais a pu compter sur un Gérard des grands soirs et une défense imperméable pour finalement s'imposer, avec un large effectif mis à contribution.

- 'On aurait l'air fin...' -

"Le but du jeu va être de ne pas tout gâcher", estime le successeur de Thierry Omeyer. "De continuer à monter en puissance et engranger de la confiance en vue de la suite de la compétition."

"On aurait l'air fin d'arriver avec 6 points puis de perdre et de devoir jouer notre vie contre la Croatie chez elle", ajoute-t-il.

Mêmes précautions chez le demi-centre des Bleus Nikola Karabatic: "Gagner face à la Suède, ça nous met en très bonne position pour la suite, mais rien n'est terminé. A tout moment, si on fait les cons, on peut perdre cet avantage", déclarait-il samedi dès la fin de la rencontre.

En face, la Serbie, qui n'a plus rien à espérer dans la compétition, jouera sans pression. Une victoire contre l'Islande 29-26 au premier tour a suffi aux Serbes pour se qualifier pour le tour principal, et c'est déjà pas mal.

Mis à part une place de finaliste lors de l'Euro-2012 organisé chez elle, la Serbie n'a plus goûté aux joies d'un podium depuis le début des années 2000.

"Ça faisait longtemps qu'on n'avait pas disputé le deuxième tour d'une compétition internationale donc c'est déjà un succès", estime l'ailier gauche de Toulouse Nemanja Ilic. "On verra ce que ça donne" contre la France, ajoute-t-il sans prendre de risques.

Catégories: Actualités

Macron chez Toyota puis à Versailles pour séduire les multinationales

France 24 - L'info en continu - lun, 01/22/2018 - 08:00

Visite à l'usine Toyota d'Onnaing (Nord) puis réception à Versailles de 140 dirigeants de grands groupes étrangers pour un sommet baptisé "Choose France" (Choisissez la France): Emmanuel Macron veut montrer lundi que sa politique pro-entreprises attire les multinationales.

Les patrons des géants américains, chinois et européens, comme Coca-Cola, Facebook (Sheryl Sandberg), Google, Goldman Sachs, UPS, Alibaba, Bosch, SAP, Ikea, Barilla, Siemens, Volvo ou Rolls-Royce ont accepté l'invitation du chef de l'Etat, plébiscité par les milieux d'affaires pour son dynamisme et son programme d'allègement d'impôts des entreprises et de flexibilité du travail.

Plusieurs groupes ont consenti à annoncer ce jour-là de gros projets d'investissements en France, un geste de soutien à la politique française. L'Elysée attend cinq annonces significatives, dans l'industrie et le numérique et près d'une dizaine d'autres de taille moyenne, dont Toyota, qui annoncera un investissement de plusieurs centaines de millions d'euros dans son usine d'Onnaing, avec des centaines de nouveaux emplois.

Pour marquer l'événement, le président de la République passera trois heures lundi après-midi dans l'usine pour rencontrer salariés et dirigeants, avant de se rendre au château de Versailles. Il s'y adressera à ses invités à huis clos, "pour un dialogue plus direct" selon l'Elysée.

Convaincre des patrons, dont il a appris le langage lorsqu'il était banquier d'affaires chez Rothschild, est un exercice auquel M. Macron est parfaitement rodé. Le lieu aussi lui est familier. Lorsqu'il était ministre de l'Economie, il avait déjà choisi les ors de Versailles pour convier des investisseurs étrangers.

Pas moins de seize membres du gouvernement seront présents, dont le Premier ministre Edouard Philippe et le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, qui a annoncé qu'il demanderait à l'équipementier Bosch un nouvel investissement dans son usine de Rodez (Aveyron), où 300 à 800 emplois sont menacés, selon les syndicats.

- 'Effet Macron' -

Emmanuel Macron s'envolera ensuite mercredi pour Davos, où il prononcera un plaidoyer pour une mondialisation mieux organisée, avec "une vision politique mondiale", selon son entourage.

Le chef de l'Etat pourra capitaliser sur la remontée de l'image de la France auprès des investisseurs étrangers depuis son élection. Selon un baromètre réalisé en novembre par la Chambre de commerce américaine et le cabinet Bain, 72% des investisseurs américains escomptent une évolution positive du contexte économique en France contre 30% en 2016, un record depuis 18 ans.

En décembre, 70 patrons de filiales françaises de groupes étrangers avaient salué les premières réformes du gouvernement, et selon un sondage Ipsos auprès de 200 responsables de grosses sociétés étrangères en décembre, 60% jugent le pays attractif contre 46% en 2016.

La France estime avoir une carte à jouer au plan mondial, dans un contexte marqué par le Brexit et l?imprévisibilité de Donald Trump.

Le gouvernement tente ainsi d'attirer à Paris les banques internationales qui voudraient quitter Londres, grâce à un allégement des indemnités de licenciement des traders. Et la capitale accueillera bientôt l'Autorité bancaire européenne.

Tout ne relève pas d'un "effet Macron". L'année 2016 avait compté 1.117 investissements physiques étrangers en France (+16%), un record depuis dix ans selon Business France, l'organisme de promotion de la France à l'international dont l'ex-dirigeante Muriel Pénicaud est devenue ministre du Travail du gouvernement Macron.

Mais ces investissements sont moins créateurs d'emplois : seuls 30.108 emplois ont été créés ou maintenus grâce aux capitaux étrangers en 2016 (-11%). De plus, les géants américains du numériques, s'ils investissent en France, échappent largement à l'impôt sur les sociétés, ce contre quoi Paris tente de mobiliser ses voisins.

Le gouvernement s'inquiète en outre de la réforme fiscale américaine, qui va abaisser l?impôt sur les sociétés de 35% à 21%. Angela Merkel et Emmanuel Macron, qui veulent harmoniser l'impôt sur les sociétés en Europe, risquent d'être pris de vitesse par la concurrence fiscale américaine.

Dernier bémol, susceptible de faire fuir les capitaux, la France veut combattre le "pillage" de ses technologies, comme l'a signifié Bruno Le Maire en Chine.

Paris va ainsi élargir le "décret Montebourg" sur le contrôle des investissements aux secteurs du numérique et pousse la Commission européenne à contrôler davantage les investissements extra-européens.

Catégories: Actualités

Tableau de Bord : les principaux indicateurs du jour

Le Boursier - lun, 01/22/2018 - 08:00
Consultez cet article sur Boursier.com

Macron chez Toyota puis à Versailles pour séduire les multinationales

LCP Assemblée nationale - lun, 01/22/2018 - 07:58

Visite à l'usine Toyota d'Onnaing (Nord) puis réception à Versailles de 140 dirigeants de grands groupes étrangers pour un sommet baptisé "Choose France" (Choisissez la France): Emmanuel Macron veut montrer lundi que sa politique pro-entreprises attire les multinationales.

Les patrons des géants américains, chinois et européens, comme Coca-Cola, Facebook (Sheryl Sandberg), Google, Goldman Sachs, UPS, Alibaba, Bosch, SAP, Ikea, Barilla, Siemens, Volvo ou Rolls-Royce ont accepté l'invitation du chef de l'Etat, plébiscité par les milieux d'affaires pour son dynamisme et son programme d'allègement d'impôts des entreprises et de flexibilité du travail.

Plusieurs groupes ont consenti à annoncer ce jour-là de gros projets d'investissements en France, un geste de soutien à la politique française. L'Elysée attend cinq annonces significatives, dans l'industrie et le numérique et près d'une dizaine d'autres de taille moyenne, dont Toyota, qui annoncera un investissement de plusieurs centaines de millions d'euros dans son usine d'Onnaing, avec des centaines de nouveaux emplois.

Pour marquer l'événement, le président de la République passera trois heures lundi après-midi dans l'usine pour rencontrer salariés et dirigeants, avant de se rendre au château de Versailles. Il s'y adressera à ses invités à huis clos, "pour un dialogue plus direct" selon l'Elysée.

Convaincre des patrons, dont il a appris le langage lorsqu'il était banquier d'affaires chez Rothschild, est un exercice auquel M. Macron est parfaitement rodé. Le lieu aussi lui est familier. Lorsqu'il était ministre de l'Economie, il avait déjà choisi les ors de Versailles pour convier des investisseurs étrangers.

Pas moins de seize membres du gouvernement seront présents, dont le Premier ministre Edouard Philippe et le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, qui a annoncé qu'il demanderait à l'équipementier Bosch un nouvel investissement dans son usine de Rodez (Aveyron), où 300 à 800 emplois sont menacés, selon les syndicats.

- 'Effet Macron' -

Emmanuel Macron s'envolera ensuite mercredi pour Davos, où il prononcera un plaidoyer pour une mondialisation mieux organisée, avec "une vision politique mondiale", selon son entourage.

Le chef de l'Etat pourra capitaliser sur la remontée de l'image de la France auprès des investisseurs étrangers depuis son élection. Selon un baromètre réalisé en novembre par la Chambre de commerce américaine et le cabinet Bain, 72% des investisseurs américains escomptent une évolution positive du contexte économique en France contre 30% en 2016, un record depuis 18 ans. 

En décembre, 70 patrons de filiales françaises de groupes étrangers avaient salué les premières réformes du gouvernement, et selon un sondage Ipsos auprès de 200 responsables de grosses sociétés étrangères en décembre, 60% jugent le pays attractif contre 46% en 2016.

La France estime avoir une carte à jouer au plan mondial, dans un contexte marqué par le Brexit et l’imprévisibilité de Donald Trump. 

Le gouvernement tente ainsi d'attirer à Paris les banques internationales qui voudraient quitter Londres, grâce à un allégement des indemnités de licenciement des traders. Et la capitale accueillera bientôt l'Autorité bancaire européenne.

Tout ne relève pas d'un "effet Macron". L'année 2016 avait compté 1.117 investissements physiques étrangers en France (+16%), un record depuis dix ans selon Business France, l'organisme de promotion de la France à l'international dont l'ex-dirigeante Muriel Pénicaud est devenue ministre du Travail du gouvernement Macron. 

Mais ces investissements sont moins créateurs d'emplois : seuls 30.108 emplois ont été créés ou maintenus grâce aux capitaux étrangers en 2016 (-11%). De plus, les géants américains du numériques, s'ils investissent en France, échappent largement à l'impôt sur les sociétés, ce contre quoi Paris tente de mobiliser ses voisins.

Le gouvernement s'inquiète en outre de la réforme fiscale américaine, qui va abaisser l’impôt sur les sociétés de 35% à 21%. Angela Merkel et Emmanuel Macron, qui veulent harmoniser l'impôt sur les sociétés en Europe, risquent d'être pris de vitesse par la concurrence fiscale américaine.

Dernier bémol, susceptible de faire fuir les capitaux, la France veut combattre le "pillage" de ses technologies, comme l'a signifié Bruno Le Maire en Chine. 

Paris va ainsi élargir le "décret Montebourg" sur le contrôle des investissements aux secteurs du numérique et pousse la Commission européenne à contrôler davantage les investissements extra-européens.

Catégories: Actualités

UBS relève son dividende, perte au 4e timestre avec la réforme fiscale US

Le Boursier - lun, 01/22/2018 - 07:57
ZURICH (Reuters) - UBS a proposé lundi un dividende en hausse et annoncé un nouveau programme de rachat d'actions, malgré une provision importante pour prendre en compte la réforme fiscale américaine.

Richemont offre de racheter Yoox Net-à-porter pour 38 euros par action

Le Boursier - lun, 01/22/2018 - 07:57
ZURICH (Reuters) - Richemont a annoncé lundi une offre publique d'achat sur le capital de Yoox Net-à-porter qu'il ne détient pas encore au prix de 38 euros par action.

Opération séduction à Versailles : Macron fait la cour aux grands patrons

L' Essentiel - SudOuest.fr - lun, 01/22/2018 - 07:56

140 patrons en route pour Davos (Suisse) font une halte en France ce lundi à l'invitation du chef de l'État.
Après une visite à l'usine Toyota d'Onnaing (Nord), Emmanuel Macron recevra ce lundi 140 dirigeants de grands groupes étrangers à Versailles pour un sommet baptisé "Choose France" (Choisissez la France). Le but :... Lire la suite

Catégories: Actualités

Mike Pence au Proche-Orient : héros des Israéliens, boudé par les Palestiniens

France 24 - L'info en continu - lun, 01/22/2018 - 07:54
Arrivé en Israël pour l'ultime étape de sa tournée régionale, le vice-président américain ne devrait rencontrer aucun dirigeant palestinien. Plusieurs organisations ont appelé à la manifestation et à la grève générale mardi.
Catégories: Actualités

Dopage: le TAS entend l'appel de 39 Russes, Rodchenkov témoin vedette

France 24 - L'info en continu - lun, 01/22/2018 - 07:54

Trente-neuf des 42 sportifs russes présents aux JO de Sotchi-2014 et suspendus à vie par le CIO pour avoir profité d'un système de dopage institutionnalisé vont se défendre en appel à partir de lundi devant le Tribunal arbitral du sport lors d'une audience où le lanceur d'alerte Grigory Rodchenkov témoignera à distance.

Face au grand nombre de sportifs attendus, le TAS, qui siège habituellement à Lausanne, a dû pour l'occasion se délocaliser au Centre des conférences de Genève.

Conformément au règlement du TAS, plus haute juridiction sportive, cette audience, qui durera jusqu'à samedi ou dimanche, ne sera pas ouverte au public ni aux médias.

Rare par son ampleur, cette audience sera également marquée par le témoignage, à distance, de Grigory Rodchenkov, ancien patron du laboratoire antidopage de Moscou, qui a révélé le système de dopage d'Etat en Russie.

Rodchenkov, qui a accepté de témoigner malgré des menaces, mais à une date qui n'a pas été précisée, s'est réfugié aux Etats-Unis en 2016, disant craindre pour sa vie après la mort brutale et rapprochée de deux responsables de l'agence russe antidopage (RUSADA).

Divisés en deux groupes, les sportifs vont se défendre devant deux trios de juges-arbitres, à partir de 09h30 lundi.

Les juges devront se prononcer dans un délai très bref, car 21 des 42 suspendus espèrent encore disputer les Jeux de Pyeongchang, qui débutent le 9 février.

Parmi eux figurent des bobeurs et skeletoneurs toujours engagés sur les épreuves de Coupe du monde malgré cette sanction, car aucune suspension provisoire n'a été appliquée par leur fédération internationale.

Les fondeurs ont, eux, participé aux premières épreuves de Coupe du monde avant d'être suspendus provisoirement par la Fédération internationale de ski (FIS), après réception des décisions motivées de la commission disciplinaire du CIO.

- Stars en Russie -

Au total, la Russie, qui avait terminé en tête au classement des médailles aux JO de Sotchi, a perdu 13 de ses 33 médailles en raison de ces disqualifications et a cédé sa première place à la Norvège.

Parmi les sportifs disqualifiés et interdits à vie de JO figurent les plus grands noms des disciplines hivernales, notamment Alexander Legkov (champion olympique en ski de fond, sur 50 km) et Aleksandr Zubkov, double médaillé d'or (bob à 2 et bob à 4).

Zubkov a pris sa retraite sportive, mais préside la Fédération russe de bobsleigh et sa suspension l'empêche d'être présent sur les rendez-vous internationaux.

Les appels de trois dernières sportives russes, des biathlètes également retraitées, seront examinés plus tard.

Le TAS prévoit de rendre ses décisions "entre le 29 janvier et le 2 février", alors que les JO débutent le 9 février.

Si la participation de la Corée du Nord aux JO de Pyeongchang a été entérinée samedi à l'issue d'un sommet olympique, celle des sportifs russes, sous drapeau neutre, risque de poser question jusqu'à l'ouverture des JO.

Le TAS a certes promis de clarifier avant le 2 février la situation des 42 Russes disqualifiés, mais il reste encore à connaître la liste finale des sportifs russes "invités" à participer et établie par un panel du CIO présidé par l'ex-ministre française des Sports Valérie Fourneyron.

Vendredi, le CIO a annoncé que 111 noms sur une liste initiale de 500, proposée par le Comité national olympique russe, avaient été écartés.

Cette liste pourrait encore sensiblement se réduire car "pour les athlètes restant dans le pool, d'autres conditions préalables ont été requises, comme de nouveaux contrôles avant les Jeux et la réanalyse des échantillons conservés", a précisé le CIO.

La liste définitive doit être connue "samedi 27 janvier, lors de la réunion d'enregistrement des délégations", a ajouté le CIO.

Samedi, le ministre russe chargé des Sports, Vitaly Moutko, a estimé qu'environ 200 sportifs russes "propres" allaient participer aux prochains JO d'hiver.

Catégories: Actualités

Airbus chercherait à apaiser l'Autriche sur l'Eurofighter

Le Boursier - lun, 01/22/2018 - 07:54
Le groupe aurait proposé un package de 100 ME pour que Vienne renonce à abandonner le chasseur...

Intempéries : 13 départements en vigilance orange inondation et avalanche

Des pluies intenses ont touché la France ce week-end. Plusieurs départements du Sud-Ouest sont placés en vigilance orange inondation. En montagne, la vigilance est renforcée pour les pluies et les avalanches.
Catégories: Actualités

Pages

S'abonner à JO CASANOVA MUSIC agrégateur - Actualités