Actualité

L’administration Trump dévoile sa « nouvelle stratégie de défense nationale »

L’armée américaine a besoin de se moderniser car son « avantage compétitif diminue dans tous les domaines », affirme le secrétaire à la défense.
Catégories: Actualités

Egypte: le président Sissi annonce sa candidature pour un nouveau mandat

France 24 - L'info en continu - ven, 01/19/2018 - 21:17

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a annoncé vendredi dans un discours être candidat à un deuxième mandat, lors de l'élection présidentielle de mars 2018.

"Je vous annonce en toute honnêteté et transparence (..) et en espérant que vous l'accepterez, ma candidature pour le poste de président de la République", a-t-il dit dans ce discours prononcé lors d'une conférence pour détailler les réalisations de sa présidence et retransmis en direct par la télévision publique.

Les aspirants à la présidentielle ont jusqu'au 29 janvier pour enregistrer leur candidature.

M. Sissi élu en 2014, dirige le pays d'une main de fer. En 2013, alors chef de l'armée, il avait destitué l'islamiste Mohamed Morsi, le premier président démocratiquement élu d'Egypte, avant de lancer une répression contre des centaines de ses partisans.

La campagne présidentielle doit débuter officiellement le 24 février et finir le 23 mars.

Selon l'Autorité nationale des élections, le premier tour de la présidentielle aura lieu du 26 au 28 mars et un second tour se tiendra, si besoin, du 24 au 26 avril.

Il s'agira du troisième scrutin présidentiel depuis la chute en 2011 du régime de Hosni Moubarak, chassé du pouvoir par une révolte populaire.

Catégories: Actualités

L'activité touristique internationale au plus haut depuis 7 ans !

Le Boursier - ven, 01/19/2018 - 21:17
Les données transmises par des destinations du monde entier permettent d'estimer que les arrivées de touristes internationaux dans le monde ont augmenté de 7% en 2017

Castaner candidat à Marseille? Le patron de LREM préfère ironiser

France 24 - L'info en continu - ven, 01/19/2018 - 21:16

Éludant les questions sur son éventuelle candidature à Marseille pour les municipales 2020, Christophe Castaner, délégué général de La République En Marche, a ironisé vendredi en expliquant que la cité phocéenne "n'est que la banlieue sud de Forcalquier", son ancien fief en tant que maire.

Venu à Marseille pour l'inauguration des locaux d'Alexandra Louis, député LREM des Bouches-du-Rhône, dans le 3e arrondissement, M. Castaner a évité les questions sur son intérêt pour la mairie de la cité phocéenne, relancé par une récente déclaration au quotidien régional La Provence.

"Oui, évidemment, Marseille ne se refuse pas", a répété le patron de la LREM, "ses calanques, ses restaurants, tous ces endroits magiques".

Mais concernant les municipales, "la question ne se pose pas. Aujourd'hui, je ne suis pas là pour cela", a insisté le Secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement: "Avant les municipales, moi, mon objectif, c'est de structurer le mouvement La République En Marche et de préparer les élections européennes, prenons les choses les unes après les autres", a-t-il ajouté.

S'exprimant en même temps que Jean-Luc Mélenchon, également à Marseille vendredi en fin d'après-midi, pour ses voeux, M. Castaner a nié toute volonté de marcher sur les plates-bandes locales du député France Insoumise des Bouches-du-Rhône: "La date de cette inauguration a été convenue sans que nous ayons la totalité de son agenda, Jean-Luc Mélenchon a oublié de nous prévenir, sinon je ne lui aurais pas fait cette indélicatesse".

Déjà interrogé sur le sujet des municipales à Marseille, le patron de la France Insoumise a une nouvelle fois éludé vendredi: "Personne ne va me tordre le bras", a-t-il lâché, dans une petite salle pleine de militants, dans le 2e arrondissement de la ville.

"Ce n'est pas le sujet", a-t-il insisté: "Il faut faire d'abord un programme. La question, ce n'est pas qui va marcher devant", a-t-il ajouté, en confirmant cependant qu'"à Marseille, il y aura des listes Insoumises dans tous les quartiers, dans tous les arrondissements".

Et M. Mélenchon de tacler à distance le patron de LREM: "Moi, Marseille, j'y suis trois jours par semaine, tout en étant président de groupe. Lui qui est ministre, il pourrait être là quatre, cinq ou six jours, et il gouvernerait depuis Marseille ! En fait, ce serait mieux qu'il ne gouverne pas du tout, vu ce qu'il fait !"

Catégories: Actualités

Castaner candidat à Marseille? Le patron de LREM préfère ironiser

LCP Assemblée nationale - ven, 01/19/2018 - 21:16

Éludant les questions sur son éventuelle candidature à Marseille pour les municipales 2020, Christophe Castaner, délégué général de La République En Marche, a ironisé vendredi en expliquant que la cité phocéenne "n'est que la banlieue sud de Forcalquier", son ancien fief en tant que maire.

Venu à Marseille pour l'inauguration des locaux d'Alexandra Louis, député LREM des Bouches-du-Rhône, dans le 3e arrondissement, M. Castaner a évité les questions sur son intérêt pour la mairie de la cité phocéenne, relancé par une récente déclaration au quotidien régional La Provence.

"Oui, évidemment, Marseille ne se refuse pas", a répété le patron de la LREM, "ses calanques, ses restaurants, tous ces endroits magiques".

Mais concernant les municipales, "la question ne se pose pas. Aujourd'hui, je ne suis pas là pour cela", a insisté le Secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement: "Avant les municipales, moi, mon objectif, c'est de structurer le mouvement La République En Marche et de préparer les élections européennes, prenons les choses les unes après les autres", a-t-il ajouté.

S'exprimant en même temps que Jean-Luc Mélenchon, également à Marseille vendredi en fin d'après-midi, pour ses voeux, M. Castaner a nié toute volonté de marcher sur les plates-bandes locales du député France Insoumise des Bouches-du-Rhône: "La date de cette inauguration a été convenue sans que nous ayons la totalité de son agenda, Jean-Luc Mélenchon a oublié de nous prévenir, sinon je ne lui aurais pas fait cette indélicatesse".

Déjà interrogé sur le sujet des municipales à Marseille, le patron de la France Insoumise a une nouvelle fois éludé vendredi: "Personne ne va me tordre le bras", a-t-il lâché, dans une petite salle pleine de militants, dans le 2e arrondissement de la ville.

"Ce n'est pas le sujet", a-t-il insisté: "Il faut faire d'abord un programme. La question, ce n'est pas qui va marcher devant", a-t-il ajouté, en confirmant cependant qu'"à Marseille, il y aura des listes Insoumises dans tous les quartiers, dans tous les arrondissements".

Et M. Mélenchon de tacler à distance le patron de LREM: "Moi, Marseille, j'y suis trois jours par semaine, tout en étant président de groupe. Lui qui est ministre, il pourrait être là quatre, cinq ou six jours, et il gouvernerait depuis Marseille ! En fait, ce serait mieux qu'il ne gouverne pas du tout, vu ce qu'il fait !"

Catégories: Actualités

Juliette Binoche récompensée pour son rayonnement à l'étranger

France 24 - L'info en continu - ven, 01/19/2018 - 21:10

Juliette Binoche a salué la "variété" du cinéma français en recevant vendredi à Paris le prix "French Cinema Award" récompensant son rayonnement à l'étranger.

"C'est un peu impressionnant. Recevoir par son propre pays un prix, ce n'est pas rien", a réagi Juliette Binoche, après avoir reçu le prix remis par UniFrance, organisme en charge de la promotion du cinéma français à l'étranger, dans les salons du ministère de la Culture.

"Le cinéma français a une variété qui est extraordinaire. On a un système extraordinaire de soutien, de promotion, de financement qu'il faut conserver", a ajouté la comédienne de 53 ans.

Serge Toubiana, président d'Unifrance, a salué une artiste qui "trouve sa place, quelle que soit la nationalité du film".

Juliette Binoche est une des actrices françaises les plus connues à l'étranger. Elle a récemment tenu le premier rôle dans "Un beau soleil intérieur" de Claire Denis. Elle vient de tourner avec Olivier Assayas et "figurera dans le prochain film de ", la réalisatrice japonaise, selon Unifrance.

En 1997, elle a remporté l'Oscar du meilleur second rôle féminin pour "Le Patient anglais", devenant, après Simone Signoret, la deuxième actrice française à obtenir la statuette. Elle fait aussi partie des rares comédiennes à avoir remporté un prix d'interprétation dans les trois grands festivals de cinéma européens, à Cannes, Venise et Berlin.

En 2017, le prix "French Cinema Award" avait été décerné à Isabelle Huppert.

Catégories: Actualités

Société Générale : projet confirmé de rupture conventionnelle collective

Le Boursier - ven, 01/19/2018 - 20:48
Après PSA Groupe, la Société Générale entend utiliser le nouveau dispositif pour réduire ses effectifs.

Rugby: 3 mois d'arrêt pour Billy Vunipola (Angleterre) forfait pour le Tournoi

France 24 - L'info en continu - ven, 01/19/2018 - 20:40

Le N.8 de l'équipe d'Angleterre de rugby, Billy Vunipola, va devoir s'arrêter "environ 12 semaines" à cause d'une fracture de l'avant-bras droit la semaine dernière lors du match nul entre son club, les Saracens, et les Ospreys (15-15), en Champions Cup.

Vunipola, 25 ans, va donc manquer la totalité du Tournoi des six nations, à commencer par le match d'ouverture du XV à la Rose contre l'Italie, à Rome, le 4 février, avait déjà annoncé jeudi son sélectionneur australien Eddie Jones.

La gravité de la blessure a été confirmée vendredi par les Saracens, dans un communiqué, suite à une visite de Vunipola chez un spécialiste.

Vunipola, 34 sélections, revenait tout juste d'une absence de trois mois à cause d'un genou douloureux. Il avait déjà raté la tournée des Lions britanniques, l'été dernier en Nouvelle-Zélande, à cause d'un problème d'épaule. C'est sa quatrième blessure importante lors des 14 derniers mois.

Jones a d'autres problèmes à résoudre, dans les lignes arrière, en prévision du prochain Tournoi: Nathan Hughes (genou) devrait manquer les premiers matches, alors que James Haskell a déjà déclaré forfait pour les rencontres contre l'Italie, à Rome, et le pays de Galles à Twickenham. Il est suspendu pour quatre semaine après une exclusion à la suite d'un plaquage jugé dangereux sur Jamie Roberts, le trois quarts centre gallois, pendant la défaite des Wasps face aux Harlequins.

Jones devrait choisir son remplaçant dans la ligne de trois quarts entre Zach Mercer (Bath) et Sam Simmonds (Exeter).

Catégories: Actualités

La Société générale envisage de recourir à une rupture conventionnelle collective

L’entreprise a annoncé fin novembre vouloir fermer 300 agences et supprimer 900 postes supplémentaires d’ici à 2020. En tenant compte des annonces précédentes, cela conduirait à fermer 500 agences et supprimer 3 450 postes entre 2016 et fin 2019.
Catégories: Actualités

A l'Elysée, Macron soutient Merkel avant un vote crucial dimanche pour la chancelière

L' Essentiel - SudOuest.fr - ven, 01/19/2018 - 20:31

Dimanche, les sociaux-démocrates allemands doivent se prononcer sur la formation d'une coalition gouvernementale avec les conservateurs afin de sortir le pays de l'impasse politique. .
Le président français Emmanuel Macron a martelé vendredi que la France aurait "besoin" de l'Allemagne pour réformer l'Europe, à deux jours... Lire la suite

Catégories: Actualités

Michael Douglas accusé d'inconduite sexuelle par une ex-collaboratrice

Le Boursier - ven, 01/19/2018 - 20:26
NEW YORK (Reuters) - L'acteur américain Michael Douglas a été accusé à son tour d'inconduite sexuelle par une femme qui affirme vendredi qu'il l'a harcelée dans les années 1980.

Risque réel de "shutdown" aux États-Unis avant un vote au Sénat

Le Boursier - ven, 01/19/2018 - 20:26
WASHINGTON (Reuters) - L'incertitude règne aux États-Unis à quelques heures de l'échéance fixée aux sénateurs pour éviter une paralysie de l'administration fédérale faute de financements.

Donald Trump aux anti-avortement: "Nous sommes avec vous, que Dieu vous bénisse"

Le Huffington Post - ven, 01/19/2018 - 20:26

AVORTEMENT - Des milliers de militants contre le droit à l'avortement se sont rassemblés ce vendredi 19 janvier à Washington pour leur "Marche pour la vie" annuelle, galvanisés par Donald Trump qui est intervenu par lien vidéo, une grande première.

Quelques centaines de mètres seulement séparaient Donald Trump des manifestants réunis sur l'esplanade du National Mall lorsqu'il a pris la parole depuis la roseraie de la Maison Blanche.

"Je suis honoré et très fier d'être le premier président à être ici avec vous, à la Maison Blanche, pour m'adresser à la 'Marche pour la vie'", a-t-il déclaré par écran géant interposé, provoquant des applaudissements nourris dans cet électorat conservateur crucial, comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessous (en anglais, à la 17e minute).

Dénonçant avoir aux Etats-Unis "l'une des lois sur l'avortement les plus permissives du monde", Donald Trump a ensuite affirmé qu'ils figuraient parmi "les seuls sept pays à autoriser les avortements en fin de terme, avec la Chine, la Corée du Nord et d'autres". "Nous sommes avec vous, que Dieu vous bénisse", a-t-il conclu.

Puis, alors qu'il répétait un mythe maintes fois démonté, notamment lorsqu'il l'avait utilisé pendant la campagne, sa langue a fourché, prononçant "born" (né) et non "torn" (arraché): "En ce moment, dans plusieurs Etats, les lois autorisent qu'un bébé soit né du ventre de sa mère au neuvième mois. Il faut que cela change."

"Un défenseur de la vie"

"Choisissez la vie", "Respectez les femmes, respectez la vie", pouvait-on lire sur les pancartes brandies dans la foule colorée de manifestants, rassemblant familles, lycéens et religieux.

"J'apprécie vraiment qu'il prenne le temps de nous parler, c'est vraiment important", confiait Sandy Burton, venue de Indianapolis à près de 800 kilomètres de Washington. "Nous rêvons de voir l'avortement devenir une solution impensable", a poursuivi la jeune femme.

"Ce président est un défenseur infatigable de la vie et de la conscience aux Etats-Unis", avait déclaré peu avant son vice-président ultra-conservateur Mike Pence. L'an dernier, il était devenu le premier vice-président américain à assister à la "March for Life", ce grand défilé annuel des militants "pro-life", expression revendiquée par les opposants au droit à l'interruption volontaire de grossesse (IVG).

Un avis mitigé chez les opposants à l'IVG

Donald Trump, plusieurs fois divorcé et qui par le passé s'est dit en faveur du droit à l'avortement, n'est pas un leader évident pour les opposants à l'IVG. Mais ceux-ci sont bien conscients d'avoir marqué des points grâce à lui ces douze derniers mois.

Le discours vidéodiffusé de Donald Trump était le premier d'un président en exercice. De précédents présidents républicains, comme Ronald Reagan et George W. Bush, se sont adressés aux marcheurs par téléphone.

La "Marche pour la vie" marque un anniversaire considéré comme funeste par ses participants: "Roe v. Wade", l'arrêt emblématique de la Cour suprême qui a légalisé l'avortement le 22 janvier 1973 dans tous les Etats-Unis.

L'espoir d'un revirement sur "Roe v. Wade"

Chaque année depuis 1974, les militants anti-avortement marchent donc aux alentours de cette date du National Mall jusqu'à la Cour suprême, dont ils espèrent un revirement historique sur "Roe v. Wade". Ils savent que si Donald Trump se retrouvait en position de nommer à la haute cour un deuxième juge conservateur au cours de son mandat, ce rêve pourrait devenir réalité. En attendant, avec une Maison Blanche, des dizaines d'Etats et un Congrès contrôlés par les opposants à l'avortement, leur cause progresse à coups de petites victoires.

Le gouvernement américain a ainsi annoncé jeudi créer une nouvelle division ministérielle consacrée aux libertés de conscience et religieuse, qui soutiendra les médecins, infirmières et autres personnels médicaux refusant d'accomplir certains soins qu'ils estiment contraires à leurs convictions. Cette division offrira notamment un appui aux professionnels de santé qui ne veulent pas être associés aux avortements ni s'occuper de personnes transgenres.

Cette initiative inquiète des associations, qui redoutent une discrimination dans l'accès aux traitements médicaux dont pourraient souffrir certaines catégories de la population.

"Personne ne devrait se voir refuser des soins, y compris un avortement sûr et légal", a réagi l'organisation de planning familial Planned Parenthood.

"Le gouvernement met les bouchées doubles pour légaliser la discrimination à l'encontre des femmes et des LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et trans), au nom de la religion", a pour sa part dénoncé Louise Melling, une responsable juridique de l'Union américaine pour les libertés civiles (ACLU).

Lire aussi :

"Le feu et la fureur", best-seller anti-Trump, va être adapté au cinéma

L'actrice porno dont Trump aurait acheté le silence a tout raconté dans cette interview

"Pays de merde": l'ambassadrice à l'ONU exprime ses "regrets" au groupe africain

Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

À voir également sur Le HuffPost:

Catégories: Actualités

Agressions de surveillants : la ministre de la Justice sifflée et huée devant la prison de Borgo

L' Essentiel - SudOuest.fr - ven, 01/19/2018 - 20:20

Nicole Belloubet s'est rendue en Corse vendredi après l'agression d 'un surveillant à la prison de Borgo. Les agents rassemblés devant l'établissement ont refusé de lui parler, lui tournant le dos.
La ministre de la Justice Nicole Belloubet a été sifflée et huée vendredi en quittant la prison de Borgo, en Corse, par la... Lire la suite

Catégories: Actualités

La ministre de la Justice sifflée et huée devant la prison de Borgo

France 24 - L'info en continu - ven, 01/19/2018 - 20:20

La ministre de la Justice Nicole Belloubet a été sifflée et huée vendredi en quittant la prison de Borgo (Haute-Corse) par la centaine d'agents rassemblés devant l'établissement et qui ont refusé de lui parler, lui tournant le dos, ont constaté des journalistes de l'AFP.

"On ne veut pas te parler, retourne à Paris", "Vous ne faites rien", ont scandé des agents alors que la garde des Sceaux, entourée de gendarmes, tentait d'ouvrir le dialogue après s'être entretenue à l'intérieur avec les organisations syndicales et des agents.

"Je crois qu'il y a beaucoup d'émotion dans ce que disent et les surveillants qui ont été touchés et les personnels de l'établissement. Beaucoup d'émotion, beaucoup de colère", a déclaré la ministre lors d'un point-presse rapide à l'issue de ces rencontres dans l'établissement. Elle a ajouté "comprendre parfaitement" cette colère.

La ministre a évoqué les préoccupations exprimées par le personnel: "à la fois leur souhait d'avoir une garantie de sécurité affirmée, que ce soit en terme d'équipement, en terme d'autorité de personnel, également en terme de processus de gestion des détenus" et "leur souci autour de la manière dont étaient pris en compte les détenus radicalisés".

"Je m'engage sur tous ces points à leurs apporter des réponses", a-t-elle promis, ajoutant, en référence aux négociations en cours entre syndicats et administration pénitentiaire au niveau national, qu'elle "attendrait la fin de ces discussions pour faire des annonces précises".

Elle a précisé qu'à sa connaissance, outre "la personne à l'origine de la tentative d'assassinat, je ne crois pas qu'il y ait d'autres détenus radicalisés" dans le centre pénitentaire de Borgo. Elle a par ailleurs confirmé que ce détenu "n'était fiché dans aucun de nos fichiers" donc "il n'y a eu aucun manquement de mon point de vue", a-t-elle assuré.

Concernant ces détenus radicalisés, elle a assuré que des "dispositifs précis" étaient mis en place "sur l'ensemble de la France" pour qu'ils soient placés "soit à l'isolement soit dans des quartiers spécifiques".

Guillaume Polleux, délégué CGT de l'établissement qui a participe à la réunion avec la ministre, a appelé la ministre à "trouver des solutions. Il faut refaire les budgets, il faut du matériel, des effectifs... qu'on sache au moins rester en vie", a-t-il dit aux médias.

Après cette visite à Borgo, la ministre a rejoint la préfecture de Haute-Corse à Bastia où elle devait participer à une réunion avec des élus locaux dont Gilles Simeoni, président du conseil executif, le mini-gouvernement de Corse, qui était présent devant la prison.

Catégories: Actualités

PSG: Neymar, la rançon de la gloire

France 24 - L'info en continu - ven, 01/19/2018 - 20:19

Il a apporté au PSG son incroyable talent sur la pelouse et son immense notoriété en dehors. Mais Neymar est aussi un gros caractère et un joueur qui vaut à Paris la jalousie de bien des acteurs du football mondial.

. Côté pile: la gloire et le talent

Quatre buts, dont un extraordinaire, deux passes décisives, une facilité technique éblouissante... Face à Dijon, Neymar a démontré à quel point il pouvait porter le PSG sur le terrain. Le Brésilien totalise 15 buts et 11 passes décisives en 15 matches de championnat, 6 buts et 3 passes décisives en 6 matches de Ligue des champions. Ebouriffant.

"Un joueur comme Alves, Kylian (Mbappé) ou Neymar donne de l'excellence à l'équipe", a exposé l'entraîneur Unai Emery mercredi après la rencontre. "Notre leader sur le terrain c'est Neymar, je crois que l'équipe est meilleure avec lui."

Le Brésilien a aussi apporté sa notoriété au PSG, qui ne passe plus guère désormais une semaine sans faire la 'Une' un peu partout en Europe. En Angleterre, le Guardian publie vendredi un long article de son éditorialiste Barney Ronay qui consacre l'artiste de 25 ans "l'entité la plus post-moderne du football, un joueur star qui semble passer la majeure partie de son temps à être une star, à être Neymar".

Et en Espagne, le quotidien Marca évoque ainsi régulièrement un transfert de l'ancien Barcelonais chez le grand rival Real Madrid. L'entraîneur parisien Unai Emery y voit une tentative de déstabilisation. "Je sais qu'à l'extérieur il peut y avoir quelqu'un, qui a des intérêts contre nous, qui peut nous déstabiliser", a-t-il exposé récemment en citant le quotidien sportif.

. Côté face: la jalousie...

La puissance parisienne, incarnée par Neymar, suscite la jalousie un peu partout en Europe. "Quand il y a eu la possibilité d'une puissance financière comme celle du Qatar, d'avoir les meilleurs joueurs du monde comme Thiago Silva, Verratti, Marquinhos, Neymar, Kylian (Mbappé) ou Cavani... (...), c'est normal que les autres équipes se disent: "wow", parce que c'est une concurrence plus grande", avait exposé Emery à l'AFP le jour de la reprise de l'entraînement.

Le transfert de Neymar (et celui de Mbappé) a aussi valu au PSG l'ouverture d'une enquête de la part de l'UEFA, qui fait planer au dessus de sa tête une épée de Damoclès financière et complique ses plans sur le marché des transferts cet hiver. Le PSG doit en effet dégraisser son effectif pour amortir un peu les arrivées des deux ailiers.

Enfin, l'histoire de Neymar au PSG n'est vieille que de six mois mais compte déjà quelques polémiques. Il y a eu les quelques matches un peu loupés, le match aller à Dijon au retour de la trêve internationale celui à Strasbourg pour la première défaite de la saison parisienne et surtout celui de Ligue des champions à Munich contre le Bayern (1-3) en décembre, qui avaient valu quelques critiques au Brésilien.

... Et les polémiques

Il y a aussi eu quelques polémiques, notamment sur des relations fraîches avec l'entraîneur Unai Emery et surtout avec l'Uruguayen Edinson Cavani. Les deux hommes se sont notamment opposés sur l'identité du tireur de penalty mi-septembre, déjà face à Lyon, que le PSG retrouve dimanche (21h00) pour la 22e journée de Ligue 1.

Le Brésilien a été sifflé par une partie du Parc des Princes mercredi pour n'avoir pas laissé son équipier Cavani tirer un penalty qui lui aurait permis, en cas de réussite, de devenir meilleur buteur du PSG devant Zlatan Ibrahimovic. Selon son entraîneur, la star n'était pas forcément au courant. "Dans les conversations avec le groupe, il n'a pas été question des statistiques individuelles", a-t-il affirmé vendredi.

Quant à savoir si Cavani et Neymar s'entendaient bien, Emery a expliqué que "tous les joueurs ici sont aussi des personnes, avec une personnalité, un caractère. Il y a quelques groupes qui sont plus ensemble dans le vestiaire, ceux qui parlent espagnol, ceux qui parlent italien, ceux qui parlent français", a-t-il énuméré sans évoquer les Brésiliens, formant également un groupe comportant la star, le capitaine Thiago Silva et le leader de vestiaire Dani Alves.

Difficile pour le moment de dire si le bilan de Neymar au PSG est positif ou négatif. Ses prestations vont continuer d'être scrutées à la loupe, bien sûr, comme d'éventuelles nouvelles polémiques. Mais c'est surtout lors de la double confrontation de Ligue des champions contre le grand Real Madrid, les 14 février et 6 mars, qu'il est attendu.

Catégories: Actualités

Mode masculine: première collection homme par Galliano chez Margiela

France 24 - L'info en continu - ven, 01/19/2018 - 20:18

Plus de trois ans après son arrivée chez Margiela, John Galliano a dévoilé vendredi sa première collection masculine pour cette maison, lors d'un défilé vendredi où foisonnaient les hybridations dont il a le secret.

Le show, présenté dans le cadre de la Fashion week masculine automne-hiver 2018 à Paris, se tenait aux Invalides.

Dans ce lieu accueillant des blessés de guerre, des mannequins avaient l'air eux-mêmes en rééducation, certains portant un bandage autour de la tête, d'autres des sandales aux airs de chaussures orthopédiques.

Un sac blanc moelleux comme un oreiller devient un accessoire doudou pour homme en quête de douceur.

La collection du créateur britannique mêle l'oversize et l'étriqué, le luxueux et le basique, le classique et l'inattendu.

Un haut de salopette en PVC transparent se porte avec un costume beige ajusté, ou un ensemble en nylon. Un bonnet d'aviateur en PVC devient un chapeau de pluie. Les classiques du vestiaire masculin se métamorphosent, une veste en cuir se transforme en corset ceinturant un grand manteau.

John Galliano décortique les vêtements à l'extrême, comme ce trenchcoat réduit à un simple squelette, porté au-dessus d'un long manteau-gilet en laine à torsades. Un autre trenchcoat, blanc, est découpé en bandelettes pour une allure de momie.

- Juun J: emmitouflé -

Chez le Coréen Juun J, qui a présenté un défilé mixte, on s'emmitoufle: des doudounes se nouent autour du cou comme des écharpes gonflées, les manches des pulls à torsades, des manteaux et des bombers s'allongent à l'extrême.

L'oversize et la superposition dominent: les doudounes se glissent sous les manteaux à carreaux, les surchemises s'ajoutent à des sweats à capuche.

- Acne Studios: l'enfance de l'art -

Pour concevoir sa collection automne-hiver 2018, le créateur Jonny Johansson, à la tête de la griffe suédoise Acne Studios, voulait "de la créativité pure".

Il a donc demandé à des enfants de dessiner des vêtements, et s'est inspiré de ces formes naïves pour ce vestiaire à la palette douce, où font parfois irruption du rouge ou du bleu vifs.

Les disproportions enfantines se traduisent par des manches de pulls qui s'étirent jusqu'à mi-cuisse ou s'arrêtent, au contraire, à la moitié de l'avant-bras.

Une étoile, une fusée qui décolle s'impriment sur un pull fin. La maille est reine dans cette collection, composée de cardigans, de pulls à motifs jacquard, de manteaux en laine Shetland. Côté accessoires, la silhouette est complétée par des colliers aussi fins qu'interminables, faits de fil métallique.

Catégories: Actualités

Patinage: sixième titre européen consécutif pour Fernandez

France 24 - L'info en continu - ven, 01/19/2018 - 20:02

L'Espagnol Javier Fernandez a été sacré champion d'Europe de patinage artistique pour la sixième année consécutive, vendredi à Moscou, à trois semaines des JO-2018 à Pyeongchang (Corée du Sud, 9-25 février).

Avec un total de 295,55 points, Fernandez a devancé les Russes Dmitri Aliev (274,06) et Mikhail Kolyada (258,90). A 26 ans, il n'est plus devancé au nombre de couronnes européennes que par trois patineurs : le Suédois Ulrich Salchow, sacré neuf fois fin XIXe-début XXe, l'Autrichien Karl Schäfer (huit) et le Russe Evgeni Plushenko, titré à sept reprises dans les années 2000, et qui a assisté au succès de l'Espagnol sur la glace moscovite.

Catégories: Actualités

RATP: présence renforcée des forces de l'ordre pour lutter contre la drogue dans le métro

France 24 - L'info en continu - ven, 01/19/2018 - 20:00

La présence des forces de l'ordre dans le métro parisien va être "renforcée" pour lutter contre le trafic de drogue, "en particulier" sur les lignes 4 et 12, ont indiqué vendredi la RATP et les autorités à l'issue d'une réunion avec les syndicats.

Unsa, CGT et SUD dénoncent l'insécurité provoquée par le trafic et la consommation de drogues dans le métro.

"Les salariés et les usagers sont excédés, exaspérés et n'en peuvent plus", selon la CGT, qui avait appelé, comme SUD, les agents de la ligne 12 à la grève vendredi. Avec l'association SOS Usagers, l'Unsa, syndicat majoritaire à la RATP, avait déploré une situation "pas acceptable" avec des "toxicomanes souvent agressifs et dangereux".

Les équipes d'agents de sécurité de la RATP et de policiers de la Brigade des réseaux franciliens (BRF) seront davantage présentes sur les lignes les plus sensibles et bénéficieront d'une "présence régulière d'unités de forces mobiles" dans les stations "prioritaires" pour "sécuriser" les usagers et le personnel, ont annoncé dans un communiqué commun la RATP, la préfecture de police de Paris, la préfecture d'Ile-de-France et le parquet de Paris.

La situation dans le métro sera aussi "prise en compte dans le Plan stups 2018 piloté par la Direction régionale de la police judiciaire (DRPJ) de Paris" pour démanteler les réseaux, selon ce communiqué publié à l'issue de la réunion entre direction et syndicats de la RATP et des représentants de la préfecture de police.

"Pour améliorer l'efficacité de ces actions", le parquet de Paris va créer un Groupe local de traitement de la délinquance (GLTD), "placé sous l'autorité du procureur de Paris, dont l'objectif sera de traiter le problème des stupéfiants dans les transports".

Les actions déjà mises en place ont permis, de janvier 2016 à décembre 2017, de traiter "plus de 400 affaires liées à ce trafic de stupéfiants" et "conduit à l'interpellation de 283 vendeurs et 406 consommateurs".

En outre, rappelle-t-on, une "convention" a été signée en novembre par la RATP, la préfecture d'Ile-de-France et les CAARUD (Centres d'accueil et d'accompagnement à la réduction des risques des usagers de drogue) pour "permettre une meilleure prise en charge sanitaire et sociale des toxicomanes présents dans les espaces du métro".

Quatre associations (Gaïa, Aurore, Nova Donna et Charonne) "réalisent depuis le 7 décembre quatre maraudes par semaine avec des agents RATP".

Les actions prévues sont "assez répressives" et "le phénomène va continuer de se déplacer" sur d'autres lignes "sans être réglé", a estimé Frédéric Le Goff de la CGT. Cette situation perdure "depuis le début des années 1990" et "c'est un phénomène qui s'est déplacé régulièrement".

La CGT a proposé l'installation d'"une salle de consommation dédiée aux consommateurs de crack pour un suivi sanitaire et un accompagnement", a-t-il dit.

Catégories: Actualités

Pages

S'abonner à JO CASANOVA MUSIC agrégateur - Actualités