Actualité

Les Etats-Unis entrent dans leur troisième journée de "shutdown"

Le Boursier - lun, 01/22/2018 - 07:04
par Susan Cornwell et Ginger Gibson

Revue de presse du lundi 22 janvier

Le Boursier - lun, 01/22/2018 - 07:00
Consultez cet article sur Boursier.com

Liberia : la paix civile et l'unité du pays, priorités du nouveau président Weah

France 24 - L'info en continu - lun, 01/22/2018 - 06:59
24h/24, 7j/7, toutes les demi-heures un bulletin d''informations est présenté en direct depuis la rédaction.
Catégories: Actualités

Isabelle Kocher ne prendra pas la présidence d'Engie

Le Boursier - lun, 01/22/2018 - 06:58
La directrice générale restera en poste, mais sans les pleins pouvoirs, a annoncé Bruno Le Maire ce weekend...

Cannabis : une réforme en demi-teinte se prépare

Le rapport d’information parlementaire anticipe l’impact limité de la mise en place d’une amende pour réprimer l’usage de stupéfiants.
Catégories: Actualités

Au Somaliland, sexe et bouche cousus

Dans ce petit Etat d’Afrique de l’Est non reconnu par la communauté internationale, les femmes doivent lutter contre les mutilations génitales.
Catégories: Actualités

« Démocratiser l’Europe, cela commence à la Banque centrale européenne »

Dans une tribune au « Monde », un collectif d’universitaires, dont Thomas Piketty, appelle à plus de transparence et de démocratie dans la désignation des membres de la BCE, qui renouvelle une bonne partie de son directoire les 22 janvier et 19 février.
Catégories: Actualités

Emmanuel Macron se pose en héraut du « France is back »

Le chef de l’Etat invite 140 PDG au château de Versailles lundi et se rendra à Davos mercredi pour y défendre l’attractivité de la France.
Catégories: Actualités

La Suède se dote d’une loi climatique extrêmement ambitieuse

Une loi-cadre entrée en vigueur le 1er janvier oblige le gouvernement à mener une politique en accord avec les objectifs climatiques adoptés par le Parlement.
Catégories: Actualités

Sanofi proche d'un rachat de Bioverativ pour 11,5 Mds$ !

Le Boursier - lun, 01/22/2018 - 06:39
Selon le 'WSJ', l'annonce pourrait avoir lieu ce matin...

« Je ne vous licencie pas, je vous libère... »

Le processus de néo-euphémisation qui touche le monde de l’entreprise a atteint son paroxysme grâce au fondateur de la start-up Udacity. Sebastian Thrun ne licencie pas ses collaborateurs, il les « libère ».
Catégories: Actualités

Agenda : à suivre aujourd'hui sur les marchés financiers

Le Boursier - lun, 01/22/2018 - 06:30
Les principales annonces du jour...

Le patron de Sika appelle à une sortie par le haut dans le dossier Saint-Gobain

Le Boursier - lun, 01/22/2018 - 06:24
La hausse du titre favorise un règlement amiable, selon Paul Schuler...

LVMH confie Céline à Hedi Slimane

Le Boursier - lun, 01/22/2018 - 06:06
Le créateur rentre au bercail, après avoir marqué Dior Homme de son empreinte...

En mer de Chine, la marée noire a triplé de taille en 4 jours

Selon des images prises par satellite, les trois nappes d’hydrocarbures mesurent au total 332 km2, contre 101 km2 mercredi.
Catégories: Actualités

Macron chez Toyota puis à Versailles pour séduire les multinationales

France 24 - L'info en continu - lun, 01/22/2018 - 05:20

Visite à l'usine Toyota d'Onnaing (Nord) puis réception à Versailles de 140 dirigeants de grands groupes étrangers pour un sommet baptisé "Choose France" (Choisissez la France): Emmanuel Macron veut montrer lundi que sa politique pro-entreprises attire les multinationales.

Les patrons des géants américains, chinois et européens, comme Coca-Cola, Facebook (Sheryl Sandberg), Google, Goldman Sachs, UPS, Alibaba, Bosch, SAP, Ikea, Barilla, Siemens, Volvo ou Rolls-Royce ont accepté l'invitation du chef de l'Etat, plébiscité par les milieux d'affaires pour son dynamisme et son programme d'allègement d'impôts des entreprises et de flexibilité du travail.

Plusieurs groupes ont consenti à annoncer ce jour-là de gros projets d'investissements en France, un geste de soutien à la politique française. L'Elysée attend cinq annonces significatives, dans l'industrie et le numérique et près d'une dizaine d'autres de taille moyenne, dont Toyota, qui annoncera un investissement de plusieurs centaines de millions d'euros dans son usine d'Onnaing, avec des centaines de nouveaux emplois.

Pour marquer l'événement, le président de la République passera trois heures lundi après-midi dans l'usine pour rencontrer salariés et dirigeants, avant de se rendre au château de Versailles. Il s'y adressera à ses invités à huis clos, "pour un dialogue plus direct" selon l'Elysée.

Convaincre des patrons, dont il a appris le langage lorsqu'il était banquier d'affaires chez Rothschild, est un exercice auquel M. Macron est parfaitement rodé. Le lieu aussi lui est familier. Lorsqu'il était ministre de l'Economie, il avait déjà choisi les ors de Versailles pour convier des investisseurs étrangers.

Pas moins de seize membres du gouvernement seront présents, dont le Premier ministre Edouard Philippe et le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, qui a annoncé qu'il demanderait à l'équipementier Bosch un nouvel investissement dans son usine de Rodez (Aveyron), où 300 à 800 emplois sont menacés, selon les syndicats.

- 'Effet Macron' -

Emmanuel Macron s'envolera ensuite mercredi pour Davos, où il prononcera un plaidoyer pour une mondialisation mieux organisée, avec "une vision politique mondiale", selon son entourage.

Le chef de l'Etat pourra capitaliser sur la remontée de l'image de la France auprès des investisseurs étrangers depuis son élection. Selon un baromètre réalisé en novembre par la Chambre de commerce américaine et le cabinet Bain, 72% des investisseurs américains escomptent une évolution positive du contexte économique en France contre 30% en 2016, un record depuis 18 ans.

En décembre, 70 patrons de filiales françaises de groupes étrangers avaient salué les premières réformes du gouvernement, et selon un sondage Ipsos auprès de 200 responsables de grosses sociétés étrangères en décembre, 60% jugent le pays attractif contre 46% en 2016.

La France estime avoir une carte à jouer au plan mondial, dans un contexte marqué par le Brexit et l?imprévisibilité de Donald Trump.

Le gouvernement tente ainsi d'attirer à Paris les banques internationales qui voudraient quitter Londres, grâce à un allégement des indemnités de licenciement des traders. Et la capitale accueillera bientôt l'Autorité bancaire européenne.

Tout ne relève pas d'un "effet Macron". L'année 2016 avait compté 1.117 investissements physiques étrangers en France (+16%), un record depuis dix ans selon Business France, l'organisme de promotion de la France à l'international dont l'ex-dirigeante Muriel Pénicaud est devenue ministre du Travail du gouvernement Macron.

Mais ces investissements sont moins créateurs d'emplois : seuls 30.108 emplois ont été créés ou maintenus grâce aux capitaux étrangers en 2016 (-11%). De plus, les géants américains du numériques, s'ils investissent en France, échappent largement à l'impôt sur les sociétés, ce contre quoi Paris tente de mobiliser ses voisins.

Le gouvernement s'inquiète en outre de la réforme fiscale américaine, qui va abaisser l?impôt sur les sociétés de 35% à 21%. Angela Merkel et Emmanuel Macron, qui veulent harmoniser l'impôt sur les sociétés en Europe, risquent d'être pris de vitesse par la concurrence fiscale américaine.

Dernier bémol, susceptible de faire fuir les capitaux, la France veut combattre le "pillage" de ses technologies, comme l'a signifié Bruno Le Maire en Chine.

Paris va ainsi élargir le "décret Montebourg" sur le contrôle des investissements aux secteurs du numérique et pousse la Commission européenne à contrôler davantage les investissements extra-européens.

Catégories: Actualités

Des milliers de fans rendent hommage à la chanteuse des Cranberries

France 24 - L'info en continu - lun, 01/22/2018 - 05:18

Des milliers de personnes se sont rassemblées dimanche dans la ville irlandaise de Limerick pour rendre hommage à la chanteuse des Cranberries, Dolores O'Riordan, décédée lundi à 46 ans, ont rapporté des médias locaux.

La mère de Dolores O'Riordan, aisi que ses cinq frères et soeurs, ont accompagné le cercueil en l'église Saint-Joseph de Limerick, une ville du sud-ouest de l'Irlande, selon la télévision et radio irlandaise RTE.

L'évêque de Limerick, Brendan Leahy, a déclaré que dimanche était pour le public le moment de dire adieu à Dolores O'Riordan.

Des images télévisées ont montré des personnes en deuil faisant la queue et bravant les intempéries ou s'abritant sous des parapluies pour entrer dans l'église afin de se recueillir devant le cercueil ouvert de leur idole.

La chanteuse du groupe de rock irlandais est décédée lundi dans un hôtel à Londres, où elle était présente pour une courte session d'enregistrement.

Seules 200 personnes, la famille et les amis proches de la chanteuse, sont invitées à assister mardi à la cérémonie d'obsèques à l'église Saint-Ailbe, à Ballybricken, dans le comté de Limerick. C'est dans cette ville, située à 18 km de Limerick, que le groupe de rock s'était formé.

A l'annonce du décès de la chanteuse, le Premier ministre irlandais Leo Varadkar a fait partie des premiers à lui rendre hommage, appelant Dolores O'Riordan "la voix d'une génération".

Vendredi, un médecin légiste londonien, Stephen Earl a indiqué que des examens post-mortem ont été réalisés. Les résultats complets devraient être connus le 3 avril même si, à ce stade, le décès n'est pas considéré comme suspect.

Cheveux noirs coupés courts, silhouette fluette, Dolores O'Riordan était la voix hors norme des Cranberries, particulièrement célèbre dans les années 1990, avec des tubes comme "Zombie" (sur la guerre en Irlande du Nord), "Just My Imagination" ou "Linger". Le groupe a vendu plus de 40 millions d'albums à travers le monde.

Les ventes et écoutes en streaming des Cranberries au Royaume-Uni ont augmenté de 1.000% depuis le décès de la chanteuse et un album de compilation du groupe, "Stars: The Best of 1992-2002", s'est classé numéro 16, mieux que lors de sa sortie en 2002, où il était arrivé à la 20e place, selon le classement d'Official Charts.

Catégories: Actualités

Sanofi rachète l'américain Bioverativ pour 11,5 mds USD (presse)

France 24 - L'info en continu - lun, 01/22/2018 - 05:15

Le géant pharmaceutique français Sanofi va racheter l'américain Bioverativ, spécialisé dans les traitements contre l'hémophilie, pour plus de 11,5 milliards de dollars, selon le Wall Street Journal dimanche.

Selon le quotidien économique américain, qui ne cite pas ses sources, la transaction pourrait être officialisée lundi.

L'opération valoriserait Bioverativ à 105 dollars l'action, soit une prime de 63% par rapport au cours de clôture de vendredi (64,11 dollars), selon le journal.

Sanofi traverse une mauvaise passe aux Etats-Unis, qui est son premier marché, et ses résultats trimestriels publiés début novembre avait montré que le déclin de ses ventes s'y accélérait.

C'est surtout l'activité diabète qui a chuté l'an dernier. Un recul du à la fin du remboursement de son ex-produit vedette Lantus de la part des grands assureurs américains CVS et United Health, qui l'ont remplacé par un concurrent moins cher.

Catégories: Actualités

NDDL: les opposants se préparent à libérer la route "des chicanes"

France 24 - L'info en continu - lun, 01/22/2018 - 05:00

Les opposants à la construction de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, soulagés et fiers d'avoir obtenu l'abandon du projet, se préparaient à libérer lundi la "route des chicanes", première étape sur la voie du rétablissement de l'autorité de l'Etat dans la ZAD.

Dès samedi après-midi, des jeunes équipés de sacs se sont retrouvés sur cette "zone d?aménagement différé" (terme des autorités) ou "zone à défendre" (pour les paysans et les altermondialistes) afin de participer à l'opération, selon une journaliste de l'AFP.

Ils répondaient à un appel de l'Acipa, association d'opposants institutionnels qui a invité ses adhérents et sympathisants "à venir lundi 22 janvier, dès 10h au +Lama Faché+ autour d?un café, pour reboucher les trous et enlever les chicanes".

Avec cette décision, fruit d'une médiation avec les autorités, les forces de l'ordre n'auront pas à intervenir.

Le Premier ministre Édouard Philippe a sommé mercredi les opposants de rendre les routes bloquées "à la libre circulation de tous", faute de quoi les forces de l'ordre "procéderont aux opérations nécessaires".

Pour que les automobilistes puissent de nouveau circuler "tranquillement" sur la route, "il y aura immédiatement des ralentisseurs provisoires, puis par la suite des ralentisseurs pérennes, et des voies de passage seront créées pour nos amis tritons, salamandres et autres habitants du bocage", annonce l'Acipa en appelant à un rassemblement "avec pique-nique, pelles, gants, fourches, grands sacs de ferme et volonté".

La route D 821 a été fermée en 2013 par les autorités. Elle a été ensuite livrée aux ronces, obstruée par divers obstacles (pneus, épaves de véhicules, barricades en tous genres) et "gardée" quasiment en permanence depuis des cabanes et miradors.

La décision de la rendre aux automobilistes a fait débat au sein du mouvement hétérogène des anti-aéroport, les militants les plus radicaux voulant la maintenir sous leur contrôle.

"Prendre cette décision, c?est sûr, n?a pas été facile et ce n?est pas seulement de gaîté de c?ur que nous voulons transformer cette route" mais "c?est parce que nous pensons un futur commun et avons confiance dans notre force collective que nous vous appelons à faire ce chantier entre +nous+, sans la presse", écrit l'Acipa.

Pour l'association, "cette route était et restera un symbole de notre résistance commune, et c'est tous ensemble que nous mettons en ?uvre son usage partagé, puisqu?il n?y aura pas d?aéroport". Elle a salué comme "une "formidable victoire" et "un signe fort pour toutes les autres luttes" l'abandon du projet d'aéroport.

- Occupation désormais 'injustifiable' -

Avant même l'annonce du Premier ministre et alors que la décision d'abandon du projet se dessinait, des associations ayant soutenu le mouvement anti-aéroport ont pris leurs distances avec les radicaux.

"Nous savons tous que l'image de cette route est très facilement, trop facilement, utilisée par la propagande contre la ZAD" mais "l'occupation de la route ne sera plus justifiée, ni justifiable, s'il y a abandon du projet", ont plaidé ces associations.

"Nous sommes persuadés que très peu d'entre nous viendraient défendre cette route si par malheur le mouvement ne parvenait pas à la rendre libre collectivement et de manière concertée, laissant alors à l'État l'occasion d'une intervention policière", ont-elles ajouté.

En invitant ses sympathisants à lever les obstacles jonchant la route, l'Acipa n'a toutefois pas exclu de la refermer "si des menaces d?expulsion venaient à se concrétiser" contre les occupants de la ZAD.

La route "des chicanes" libérée, les discussions s'annoncent plus longues sur le devenir des terres de la zone, notamment sur les "5/600 hectares" selon le maire (sur 1.650), où les zadistes ont lancé des projets agricoles.

Édouard Philippe a donné jusqu'au 30 mars, fin de la trêve hivernale, pour évacuer les lieux. Les occupants se disent "prêts à négocier" mais refusent toute "expulsion".

"Tous ceux qui ne seront pas détenteurs d?un titre de propriété pour leur terrain à la fin de la trêve hivernale devront être partis", a répondu samedi le porte-parole du gouvernement à Ouest France.

"S?ils ne sont pas partis au 31 mars, ils seront expulsés", a-t-il insisté.

Catégories: Actualités

Mort du peintre et sculpteur américain Jack Whitten

France 24 - L'info en continu - lun, 01/22/2018 - 04:41

Le sculpteur et peintre américain Jack Whitten est mort à l'âge de 78 ans, ont annoncé dimanche son galeriste et le musée d'art de Baltimore, qui va lui consacrer prochainement une exposition co-organisée avec le Metropolitan Museum de New York.

Cet artiste noir a toujours été en évolution au cours de sa carrière qui s'étale sur plus de cinq décennies, du figuratif à l'abstrait, de la peinture à la sculpture.

Né à Bessemer, en Alabama, le 5 décembre 1939, il a grandi dans le sud ségrégationiste des Etats-Unis, où il a été un militant actif dans la lutte pour les droits civiques, avant de rejoindre New York en 1960.

Après avoir démarré dans le figuratif pour évoquer la situation des Noirs aux Etats-Unis, il s'est tourné vers l'abstrait, qui lui a valu la reconnaissance d'une partie du monde de l'art.

Décidé à repousser perpétuellement ses propres limites et celles de son art, il a délaissé le pinceau pour travailler avec des lames de rasoir, des peignes afro ou des raclettes ménagères.

"Delta Group II", qui figure dans la collection du Metropolitan Museum de New York, en est une illustration.

Elle montre également que celui qui se destinait, jeune, à devenir médecin militaire, n'a pas cantoné ses expériences à la peinture elle-même mais a aussi souvent placé des matériaux comme des pierres ou des fils métalliques sous la toile pour créer des effets de volume.

"Avec une carrière qui frôle le seuil des 50 ans, Jack Whitten crée toujours des oeuvres qui ne ressemblent à aucune autre", écrivait en octobre 2013 le critique du New York Times Holland Cotter.

Jack Whitten a aussi appliqué à la sculpture ce goût de la découverte, mélangeant les matériaux et les influences, notamment africaines.

Une exposition dédiée uniquement à sa sculpture s'ouvrira le 22 avril au musée d'art de Baltimore.

Elle durera jusqu'au 29 juillet, avant de se transporter au Met Breuer, l'antenne du Metropolitant Museum consacrée à l'art moderne et contemporain, du 6 septembre au 2 décembre.

Associé et vice-président de Hauser & Wirth, galerie de Jack Whitten, Marc Payot a salué un "homme remarquable, un artiste à l'inventivité, l'originalité et à l'honnêteté infinies", dans une déclaration transmise à l'AFP.

Catégories: Actualités

Pages

S'abonner à JO CASANOVA MUSIC agrégateur - Actualités