Actualité

Pas-de-Calais : un chef d'entreprise enlevé, frappé et enroulé dans du ruban adhésif

L' Essentiel - SudOuest.fr - jeu, 01/18/2018 - 18:18

L'homme a vécu un véritable calvaire. Un des ravisseurs a été interpellé, le deuxième est en fuite.
L'histoire est digne d'un mauvais film de gangster. Une information judiciaire a été ouverte après l'enlèvement violent et crapuleux d'un chef d'entreprise par deux hommes dans le Pas-de-Calais, qui l'ont frappé et enroulé... Lire la suite

Catégories: Actualités

Réalités : les objectifs commerciaux sont confirmés

Le Boursier - jeu, 01/18/2018 - 18:17
A fin décembre 2017, hors YelloPark, le portefeuille foncier de Réalités s'élève à 353 ME

L'horloger DeWitt revendique fièrement son héritage napoléonien

France 24 - L'info en continu - jeu, 01/18/2018 - 18:16

Le salon horloger de Genève, où se réunissent cette semaine les fabricants de montres de prestige, accueille cette année six nouvelles marques, dont DeWitt, une petite manufacture qui revendique fièrement son héritage de Napoléon Ier.

Alors que les grandes marques font souvent appel à des stars de cinéma, de la mode ou du sport pour les représenter, cette société créée en 2003 par le comte Jérôme de Witt, un des descendants de la famille Bonaparte, préfère l'Empereur comme ambassadeur.

"Dans vingt ans, on se souviendra sûrement de Roger Federer, mais qui se souviendra des autres sportifs, des acteurs ou des mannequins?", a fait valoir Vivianne de Witt, son épouse, et directrice générale de l'entreprise, lors d'un entretien avec l'AFP.

"Il n'a pas été seulement un chef des armées, c'est aussi lui qui a créé le Code Civil", a-t-elle souligné, défendant fièrement l'héritage de l'empereur qui sera toujours dans les livres d'Histoire, a-t-elle insisté.

Jérome de Witt est le fils de la princesse Marie-Clotilde Bonaparte, issue de la lignée de Jérôme Napoléon Bonaparte, le plus jeune frère de Napoléon.

Basée à Meyrin, dans la banlieue de Genève, l'entreprise, qui emploie une trentaine de personnes, s'est fait connaître notamment en lançant en 2013 un modèle intégrant de l'ADN de Napoléon, à partir de micro-fragments de cheveux acquis lors d'une vente aux enchères. La montre coûte 13.500 francs suisses (11.489 euros, à taux actuels).

DeWitt fait partie des fabricants qui ont décidé de bouder le vaste salon horloger de Bâle, estimant que les petites marques étaient perdues dans la masse des 1.300 exposants que comptait encore l'événement l'an passé.

Le Salon international de la haute horlogerie (SIHH) de Genève, qui ne compte que 35 participants, lui donne nettement plus de visibilité à l'heure où même les marques de luxe abordent la reprise dans le secteur horloger avec une certaine prudence.

"Sur le plan économique, les choses s'améliorent, donc forcément, le luxe suit", a affirmé Mme de Witt, qui table "en principe" sur un nouveau cycle haussier, en espérant toutefois que "cela ne va pas faire repartir vers des folies qui font que de nouveau, tout s'écroule ensuite".

L'horlogerie suisse a connu un trou d'air brutal en 2015 et 2016 après des années d'euphorie les cinq années précédentes, avant de remonter doucement la pente en 2017 avec le retour des acheteurs chinois.

Au SIHH, DeWitt présente ses nouveautés sur le carré des horlogers, l'espace réservé aux petites marques pointues. A deux pas de son stand, la marque RJ-Romain Jerome dévoilait un modèle en hommage au super héros Spider-man tandis que Christophe Claret mettait lui en avant un modèle inspiré d'un mamba vert, un des serpents les plus dangereux d'Afrique.

Catégories: Actualités

Les neurosciences au secours des victimes de viol ?

LCP Assemblée nationale - jeu, 01/18/2018 - 18:16
Violences sexistes et sexuelles

Les victimes de viol subissent une double peine : en plus de l'agression elle-même, elles ont du mal à reconstituer le récit précis des événements, voire à parler tout court. C'est le résultat de ce que les spécialistes appellent un stress post-traumatique, recensé également chez les victimes d'attentats ou les soldats envoyés sur les terrains de conflits.

Auditionnée jeudi par la mission d'information sur le viol de l'Assemblée nationale, la neurologue Carole Azuar apporte un éclairage précieux sur "une pathologie bien plus vaste que ce qu'on pouvait imaginer au départ".

Sidération et oubli

L'apport des neurosciences est utile pour comprendre les conséquences de l'agression. "Quand la victime est sous l'emprise d'un stress aigu, elle ne va plus pouvoir prendre de décision", explique la scientifique. En clair, "le système de décision, situé dans le lobe frontal du cerveau", va être "sidéré", empêchant toute réaction rationnelle, comme prendre la fuite.

Sous le choc de l'agression, le "système émotionnel des victimes va être modifié". Résultat ? "Quand la victime raconte ce qui lui est arrivé, elle n'aura pas forcément les émotions 'attendues'", explique Carole Azuar.

La mémorisation de l'agression elle-même ne va pas se faire de façon normale, ajoute la neurologue :

"Au lieu d'être enregistré dans l'hippocampe, le souvenir va être enregistré au sein de l'amygdale qui est une structure émotionnelle. [La victime] va enregistrer les couleurs, les odeurs, les sensations de manière très violente, mais elle ne va pas enregistrer le caractère temps-espace de manière précise" Carole Azuar, neurologue, 18 janvier 2018

Par conséquent, les souvenirs "seront peu précis", insiste la spécialiste.

La neurologue a notamment traité le cas de Flavie Flament, qui affirme avoir été violée pendant son adolescence mais qui dit n'avoir retrouvé le souvenir de son viol qu'en 2009, soit vingt-deux ans après les faits : "Flavie Flament avait une atrophie de l'hippocampe très visible, je ne m’attendais pas à trouver ça à l'échelle d'un individu", note la neurologue.

Vers un "faisceau de preuves" ?

Cette atrophie de l'hippocampe constitue-t-il pour autant des preuves qui pourront aider les victimes en justice ? Oui et non, explique Carole Azuar, alors que les députés s'interrogent sur l'opportunité d'allonger la prescription des crimes sexuels sur mineurs à trente ans après leur majorité (contre vingt ans aujourd'hui),

Bonne nouvelle en tout cas : plusieurs marqueurs neurologiques peuvent désormais être mobilisés pour prouver la réalité d'un stress post-traumatique. "Probablement, la médecine va avancer et on va pouvoir aller vers un faisceau de preuves", imagine Carole Azuar. Reste que les enquêteurs auront toujours à faire "le lien avec la cause de ce stress", qui pourrait être d'un tout autre ordre...

Dans ces conditions, on comprend mieux la difficulté pour une victime de livrer un premier témoignage suivant le viol. D'autant que les policiers ou gendarmes ont encore une grosse marge de progression dans l'accueil des victimes, ont reconnu leur hiérarchie à la fin de l'année dernière.

Catégories: Actualités

H2O Innovation : remporte deux nouveaux contrats aux US

Le Boursier - jeu, 01/18/2018 - 18:11
Pour 2,2 millions de dollars...

Figeac Aéro : obtention d'un prêt de la part de la BERD

Le Boursier - jeu, 01/18/2018 - 18:10
Figeac Aéro annonce avoir obtenu un financement de 38 ME par tranches auprès de la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement (BERD)...

Patinage: Papadakis/Cizeron veulent "lancer la dernière ligne droite" à l'Euro

France 24 - L'info en continu - jeu, 01/18/2018 - 18:08

Les danseurs sur glace Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron, promis à une quatrième couronne européenne consécutive, abordent le rendez-vous continental comme un "entraînement" pour "lancer la dernière ligne droite" avant les jeux Olympiques de Pyeongchang (Corée du Sud, 9-25 février), où ils patineront pour l'or.

Q: Comment abordez-vous ces Championnats d'Europe ?

Guillaume Cizeron : "C'est une compétition qui arrive au milieu de notre préparation pour les Jeux. C'est un point central entre notre reprise il y a trois semaines et les Jeux. C'est un genre d'entraînement. On sait qu'on n'est pas encore dans notre forme optimale, on est au milieu de la pente, mais c'est bien de pouvoir tester les petits changements qu'on a faits. Ca relance la dynamique de compétition, pour ne pas rester deux mois sans en faire. C'est plutôt bien placé pour nous."

Gabriella Papadakis: "Même si ce n'est pas au niveau des résultats, il y a toujours de la pression, par rapport au score, à la performance..."

Q: Au-delà du titre, qu'attendez-vous de cette compétition ?

GP: "C'est notre dernière compétition avant les Jeux, on a vraiment envie de réussir à faire deux programmes propres. C'est ce qui va nous lancer sur la dernière ligne droite. D'habitude, après les Championnats d'Europe, on a toujours un mois et demi pour tout retravailler (avant la prochaine échéance majeure, ndlr). Là, on sait qu'on n'a que deux semaines, et que ce qu'on va faire là, ce sera à peu près ce qu'on fera aux Jeux parce qu'on n'aura pas beaucoup de temps pour faire des changements ou se préparer de façon différente. Il y avait donc un peu plus de pression sur la préparation."

Q: Dans quelle mesure les JO, qui seront vos premiers, occupent déjà votre esprit ?

GC: "C'est notre prochain objectif, on se prépare pour ça mais on n'y pense pas jour et nuit. Même si évidemment on a des discussions autour de cet objectif-là en termes de préparation, d'organisation. Il y a une pression, un stress puisqu'on sait que ça approche, quand même plus que pour des Championnats du monde, mais je n'en fais pas des cauchemars la nuit !"

Propos recueillis lors d'un point-presse.

Catégories: Actualités

Europcar : simplifie la vie de ses clients avec Global Driver Services

Le Boursier - jeu, 01/18/2018 - 18:06
Le service proposé permet de réserver un chauffeur pour les premiers et derniers kilomètres des clients

2017, retour à un niveau de défaillances d'entreprise d'avant-crise !

Le Boursier - jeu, 01/18/2018 - 18:05
Ellisphere fait le bilan des défaillances d'entreprise à fin décembre 2017 en France métropolitaine...

Dopage: le président de l'UCI souhaite que Sky suspende Froome

France 24 - L'info en continu - jeu, 01/18/2018 - 18:02

Le président de l'Union cycliste internationale (UCI), David Lappartient, a souhaité que l'équipe Sky ne fasse pas courir son chef de file Chris Froome dans l'attente de la décision concernant son contrôle antidopage anormal de la dernière Vuelta et a affirmé redouter que l'affaire traîne en longueur, "au moins un an".

"Sky devrait suspendre Froome. Maintenant, ce n'est pas à moi d'interférer", a déclaré le président français de l'UCI dans un entretien accordé au quotidien régional Le Télégramme à propos du cas du Britannique, quadruple vainqueur du Tour de France.

"Sans présager de la culpabilité du coureur, ce serait plus simple pour tout le monde. A Brailsford (son manager) de prendre ses responsabilités. Je crois d'ailleurs que c'est ce que souhaitent les autres coureurs. Ils en ont marre de l'image générale véhiculée", a estimé David Lappartient en rappelant que le champion du monde du contre-la-montre, le Néerlandais Tom Dumoulin, avait dit que, "si cela lui était arrivé, sa formation l'aurait suspendu à titre conservatoire".

David Lappartient a précisé avoir appris le résultat du contrôle de Froome "une heure après" son élection à la tête de l'UCI, le 21 septembre: "Que le résultat soit anormal ou pas, de manière naturelle ou frauduleuse, c'est terrible. Aux yeux du grand public, il est déjà coupable."

"Nous sommes dans le processus des experts, a expliqué le président de la fédération internationale. C'est en tout cas à Froome de démontrer les raisons qui ont pu conduire à une telle concentration de salbutamol, la charge de la preuve lui incombe. A lui de constituer son dossier".

- "On va traîner cela comme un boulet" -

"A partir de là, le Legal Anti-Doping Services (LADS) de l'UCI verra si ses arguments sont recevables. Si ce n'est pas le cas, une sanction qui peut être de deux ans lui sera proposée. S'il ne l'accepte pas, on ira au tribunal antidopage de l'UCI avec possibilité d'appel, d'un côté comme de l'autre devant le TAS (Tribunal arbitral du sport). On est parti pour une bagarre juridique qui va durer longtemps. Cette affaire ne va pas se régler en deux minutes. Elle peut au moins durer un an. On va traîner cela comme un boulet", a regretté David Lappartient.

Le président de l'UCI a déclaré "comprendre" la réaction de Romain Bardet sceptique sur la possibilité pour Froome d'être blanchi pour le taux élevé de salbutamol (deux fois la quantité plafond) décelé dans ses analyses à la Vuelta: "Il dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas."

"Je ne suis pas contre" les AUT (autorisations à usage thérapeutique), a ajouté David Lappartient. Mais il a rappelé, pour la critiquer, la position de l'ancien entraîneur de Sky, Shane Sutton, qui a justifié d'aller chercher un gain supplémentaire de performance par le biais des AUT: "C'est la raison pour laquelle je souhaite mettre en place une surveillance médicale indépendante au niveau de l'UCI avec un no start (une interdiction de départ au cas où...). Cela permettra notamment de régler le problème des corticoïdes."

Par ailleurs, David Lappartient a annoncé la présentation, le 21 mars, d'une "batterie d'actions qui vont être mises en place" pour lutter contre la fraude technologique, le fameux moteur caché: "Nous allons clairement passer à la vitesse supérieure. (...) L'ennemi, c'est le doute. Il m'est arrivé d'en avoir."

Catégories: Actualités

"Veuve noire" de la Côte d'Azur: 30 ans requis contre une "perverse narcissique"

France 24 - L'info en continu - jeu, 01/18/2018 - 18:00

Fustigeant une personnalité "psychopathe" et "perverse narcissique", l'avocate générale a requis jeudi à Nice 30 ans de réclusion criminelle à l'encontre de Patricia Dagorn, la "Veuve noire" de la Côte d'Azur accusée d'avoir empoisonné plusieurs hommes âgés, dont deux sont morts, pour les escroquer.

"Je considère que les infractions reprochées à Mme Dagorn sont toutes caractérisées", a estimé Annie Brunet-Fuster, reconnaissant requérir "une sanction en effet sévère", à laquelle elle a demandé à la cour d'adjoindre une période de sûreté à sa convenance. Jugée devant les assises des Alpes-Maritimes pour l'assassinat de deux hommes et l'administration de substances nuisibles à deux autres octogénaires, Mme Dagorn nie les faits qui lui sont reprochés.

"Quand elle nie tout, elle ne vous dit pas la vérité", a lancé l'avocate générale aux jurés: "Comme elle ne veut pas revenir sur ses propos, elle en invente d'autres", a-t-elle poursuivi, rappelant que l'accusée avait eu depuis le début de son procès lundi "réponse à tout".

"On ne peut pas comprendre ou expliquer les faits (...) sans avoir constamment à l'esprit la personnalité de Mme Dagorn", a encore déclaré Mme Brunet-Fuster, évoquant une personnalité "déroutante" et "dérangeante", "pas psychotique mais psychopathe", "perverse narcissique" à la défense "diverse, changeante, variable".

"Je pense que Mme Dagorn était dans une vraie solitude, avec un besoin affectif d'autant plus important que de ce point de vue, elle a été carencée", a poursuivi la magistrate: "La Côte d'Azur était une sorte d'eldorado pour elle pour exprimer ce qu'elle avait toujours eu envie d'être, une femme d'affaires".

Pour appuyer ses réquisitions, la représentante du ministère public a notamment insisté sur le profil des souhaits de rencontres exprimés par l'accusée en agence matrimoniale : des hommes âgés de 50 à 80 ans ou plus.

- "Solitude" et "misère affective" -

Elle a aussi cité les nombreux documents, passeports, chèques ou cartes d'identité "qui n'avaient rien à faire dans la valise de Mme Dagorn". "Mme Dagorn était une professionnelle de la rédaction de documents administratifs et de copies en tout genre, de fausses signatures. On a une abondance de faux dans ce dossier".

Le réquisitoire de Mme Brunet-Fuster devait être suivi des plaidoiries de la défense. "Tout le problème est d'aller au-delà de la personnalité et des suspicions pour vérifier si oui ou non l'infraction est caractérisée, et si on a des preuves", avait indiqué à l'AFP avant l'audience Me Cédric Huissoud, qui demandera l'acquittement de sa cliente.

"On a beaucoup tourné autour du pot", a-t-il critiqué à propos des trois jours de procès. Mercredi "il a été question de mariages, d'argent, de son passé mais on n'a parlé de Valium que trois fois", a-t-il ajouté. Sa cliente doit répondre du chef d'assassinat par empoisonnement de deux retraités, Francesco Filippone et Michel Knefel, et de l'administration de substances nuisibles à deux autres octogénaires rencontrés sur la Côte d'Azur en 2011 et 2012, Robert Vaux et Ange Pisciotta.

Mercredi, l'avocate Stéphanie Braganti, qui défend MM. Vaux et Pisciotta et les enfants de M. Filippone, avait insisté sur la vulnérabilité des hommes rencontrés par Patricia Dagorn. "Leur point commun? La solitude, la misère affective, qu'ils soient veufs ou divorcés, mais avec une envie de plaire, de séduire", a-t-elle dit, soulignant que Robert Vaux, âgé de 90 ans et venu de Fréjus pour ne manquer aucune audience, avait été sauvé par son tempérament jovial: il "avait la chance d'avoir une vie sociale, d'être entouré d'amis".

"Cette affaire, c'est le problème du délitement de notre société autour des personnes âgées. J'espère que ce procès sera la possibilité de s'interroger sur la place qu'on veut donner au quatrième âge", a ajouté Me Braganti.

Catégories: Actualités

Clôture Paris : le CAC40 termine à l'équilibre

Le Boursier - jeu, 01/18/2018 - 18:00
L'indice parisien reste sous les 5.500 points...

Japon : un mystérieux trader masqué intrigue la Bourse de Tokyo

France 24 - L'info en continu - jeu, 01/18/2018 - 17:58
Derrière le pseudo Okasanman se cache l'un des financiers les plus influents du Japon sur Internet. Mais jusqu'ici personne n'a réussi à percer le mystère de son identité.
Catégories: Actualités

Comment fonctionnent les péages urbains ?

La future loi mobilité devrait favoriser la mise en place de péages urbains en France, selon la ministre des transports, Elisabeth Borne.
Catégories: Actualités

Damartex : recul des ventes au 2ème trimestre

Le Boursier - jeu, 01/18/2018 - 17:55
Conditions de marché difficiles...

Forces de l'ordre discrètes et stratégie de "médiation" à ND-des-Landes

France 24 - L'info en continu - jeu, 01/18/2018 - 17:54

La présence des forces de l'ordre se faisait discrète jeudi aux abords de Notre-Dames-des-Landes, pendant que se met en place la stratégie de médiation du gouvernement à l'égard des occupants illégaux, priés de libérer les routes d'accès d'ici une semaine avant de quitter les lieux pour le 30 mars.

Invisibles mercredi le jour de l'annonce de l'abandon du projet, quelques patrouilles de gendarmerie ont pris jeudi position à l'écart de Notre-Dame-des-Landes.

Dès 06h00 du matin, quelques contrôles routiers ont été effectués à Vigneux-de-Bretagne et Héric, deux points d'accès à Notre-Dame-des-Landes, a constaté une journaliste de l'AFP. Un seul véhicule marquait à chaque fois la présence des forces de l'ordre.

Dans la ZAD, trois voitures de gendarmerie effectuaient des rondes en fin de matinée. Une présence plutôt discrète, et un choix assumé.

Car pour le gouvernement, il ne s'agit pas d'une démonstration de force, stratégie vouée à l'échec comme l'ont démontré l'opération "César" en 2012 pour évacuer la ZAD ou le drame de Sivens (la mort d'un militant écologiste sur le chantier de ce barrage dans le Tarn en 2014), mais "d'opérations de sécurité publique générale", explique Nicole Klein, préfète des Pays de la Loire.

Une source de la gendarmerie explique que "l'objectif est de sécuriser la zone, éviter de nouvelles installations sur la ZAD et tout débordement".

Mais aussi de contrôler les accès. "J'ai signé cinq arrêtés préfectoraux interdisant le transport de carburant, d'accélérateur de carburant, de gaz, d'explosifs, de produits inflammables, de pétards, de matières dangereuses, d'objets pouvant constituer une arme par destination, d'armes de chasse et de munitions", précise la préfète.

"Les gendarmes peuvent contrôler les véhicules pour s'assurer que ces matériaux ne s'y trouvent pas. Il y aura des contrôles à l'entrée et à la sortie des routes. Des patrouilles fixes et mobiles vont assurer ces contrôles" a-t-elle expliqué.

Selon une source proche du dossier, au total sept escadrons de gendarmerie ont été déployés et vont se relayer.

- 'Négociation' -

La situation devrait rester en l'état en l'attente de la décision des occupants de la ZAD sur l'accessibilité de la route D281, dite "route des chicanes", obstruée depuis cinq ans de pneus, épaves de véhicules, barricades en tous genres, et "gardée" depuis des cabanes et miradors par des zadistes.

Mercredi, le mouvement anti-aéroport qui regroupe les différentes composantes des occupants de la ZAD, annonçait sa volonté de rouvrir les routes, après l'annonce par le Premier ministre Edouard Philippe de l'abandon du projet controversé d'aéroport. Mais les divergences d'opinion au sein du mouvement ne font pas apparaître jeudi de décision claire.

"Le gouvernement souhaite que cette route soit de nouveau ouverte à la circulation en milieu de semaine prochaine", a rappelé la préfète. Et si la route n'est pas libérée, les gendarmes s'en chargeront. "Nous avons les moyens de rendre la route à la circulation", a confirmé une source proche du dossier à l'AFP.

"Mais nous préférons le faire par la discussion et la négociation plutôt qu'en envoyant un certain nombre d'engins qui le feront à leur place", a souligné jeudi matin le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb.

La priorité du gouvernement reste d'arriver à ses fins par la médiation, une attitude facilitée par la présence discrète des gendarmes autour de la ZAD, mais aussi par une évacuation des occupants illégaux reportée au 30 mars par le Premier ministre.

"Pour l'instant consigne est donnée, à moi en particulier, de travailler à la médiation pour que l'ancienne ZAD puisse vivre tranquillement, essentiellement de l'agriculture", a précisé Mme Klein. Elle assure que "certains zadistes ont envie de rentrer dans l'Etat de droit et le disent".

"Ils vont dégager la route et faire tout pour que ce soit pas les gendarmes qui la dégagent, accepter de payer les fermages... Certains ne veulent pas, mais ceux-là ne pourront pas rester", poursuit-elle.

"A la fin de la trève hivernale, fin mars, une fois que tout le travail de médiation et de régularisation aura été fait, on expulsera les occupants sans titre", a affirmé Mme Klein, reprenant le discours de fermeté du Premier ministre et du ministre de l'Intérieur.

Catégories: Actualités

Augros Cosmetic Packaging : retour d'une croissance significative

Le Boursier - jeu, 01/18/2018 - 17:51
La société précise que le profil d'activité de 2017 a été inversé par rapport à 2016

ZAD de Notre-Dame-des-Landes : le début de la fin ?

L' Essentiel - SudOuest.fr - jeu, 01/18/2018 - 17:50

Les occupants illégaux de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes doivent être partis au 30 mars. L'heure est désormais à la médiation.
Depuis l'annonce mercredi de l'abandon du projet de construction d'un aéroport à Notre-Dame-des-Landes, les forces de l'ordre se font discrètes aux abords de la ZAD. Un choix délibéré de manière... Lire la suite

Catégories: Actualités

Pages

S'abonner à JO CASANOVA MUSIC agrégateur - Actualités