Actualité

Mystère du Nautilus : Peter Madsen condamné à la prison à vie pour le meurtre de Kim Wall

L' Essentiel - SudOuest.fr - il y a 4 heures 35 min

L'inventeur danois a été reconnu coupable du meurtre, précédé de sévices sexuels, de la journaliste suédoise Kim Wall.
Peter Madsen, l'ingénieur danois autodidacte envahi de fantasmes morbides, a été condamné ce mercredi à la prison à vie pour l'assassinat, précédé de sévices sexuels, de la jeune journaliste suédoise... Lire la suite

Catégories: Actualités

Soupçons de corruption en Afrique : la garde à vue de Vincent Bolloré prolongée

France 24 - L'info en continu - il y a 4 heures 35 min
La garde à vue de l'homme d'affaires Vincent Bolloré, ainsi que de trois autre dirigeants, a été prolongée mercredi dans le cadre d'une enquête portant sur des soupçons de corruption pour l'obtention de concessions portuaires en Afrique de l'Ouest.
Catégories: Actualités

Bruxelles veut placer l'Europe "au premier plan" de l'intelligence artificielle

France 24 - L'info en continu - il y a 4 heures 38 min

Développer l'investissement, partager des données, établir des règles éthiques: la Commission européenne a présenté mercredi son approche pour placer l'UE "au premier plan" dans le domaine de l'intelligence artificielle (IA).

"La concurrence féroce au niveau international exige une action coordonnée" de l'UE, souligne-t-elle dans un communiqué.

La Commission invite en premier lieu les Etats membres et le secteur privé à investir d'ici à 2020 un total de 20 milliards d'euros dans la recherche et se dit prête à contribuer à cet objectif à hauteur de 1,5 milliard d'euros.

Son objectif est de rattraper les Etats-Unis, mais aussi la Chine, qui a annoncé en 2017 un plan d'investissement public de 22 milliards de dollars (18 milliards d'euros) d'ici à 2020.

Cet argent doit permettre de "soutenir le développement de l'IA dans les secteurs clés, comme les transports et la santé", de "renforcer les centres de recherche dans toute l'Europe" et "d'encourager les essais et l'expérimentation", est-il précisé.

"Comme les machines à vapeur ou l'électricité dans le passé, l'IA transforme notre monde" et constitue "un défi" pour les Européens, a souligné le vice-président de l'exécutif européen Andrus Ansip, lors d'une conférence de presse.

Outre les investissements, Bruxelles se penche également sur les données, qui constituent souvent la matière première des technologies liées à l'IA, afin de faciliter leur accès.

La Commission propose, entre autres, de réviser une directive sur la réutilisation des données collectées dans le secteur public et d'accélérer l'échange des données dans le domaine de la recherche.

Elle annonce aussi, au passage, des recommandations sur la façon dont les dossiers médicaux électroniques des citoyens européens peuvent être échangés entre Etats membres.

"Notre proposition libèrera davantage de données du secteur public en vue de leur réutilisation, y compris à des fins commerciales, ce qui réduira le coût d'accès", a expliqué M. Ansip.

Enfin, la Commission compte présenter "d'ici à la fin de l'année 2018" des règles éthiques spécifiquement consacrée à l'IA.

Ces annonces font suite à une déclaration signée le 10 avril par 24 pays de l'UE et la Norvège, qui se déclarent prêts à unir leurs forces dans l'IA.

La Commission "va débuter un travail" avec ces pays afin de présenter "un plan coordonné sur l'IA d'ici la fin de l'année".

Le président français Emmanuel Macron avait présenté fin mars un plan pour que son pays "ne rate pas le train de l'intelligence artificielle".

L'Etat français y consacrera 1,5 milliard d'euros d'ici à 2022.

Catégories: Actualités

Morano (LR) "selon toute vraisemblance" candidate aux européennes

LCP Assemblée nationale - il y a 4 heures 39 min

L'eurodéputée LR Nadine Morano a déclaré mercredi qu'elle serait "selon toute vraisemblance" candidate à sa réélection pour les européennes de 2019, se disant prête à "relever le défi" d'être tête de liste, "si on (lui) demandait".

A la question "vous allez vous représenter aux européennes ?", l'ancienne ministre de Nicolas Sarkozy a répondu : "selon toute vraisemblance oui".

Sans confirmer si oui ou non elle souhaitait être investie tête de liste par le parti, l'eurodéputée s'est cependant dite prête à "relever le défi", "si on (le lui) demandait".

"Cette élection européenne va se jouer à la fois sur le terrain mais aussi dans les médias", a-t-elle estimé, en exprimant la nécessité pour Les Républicains de s'appuyer sur des "politiques capables de parler des sujets et de s'exprimer dans les médias".

Selon plusieurs sources au sein du parti, outre Nadine Morano, parmi les eurodéputés LR sortants, Rachida Dati, Brice Hortefeux, Alain Cadec et Angélique Delahaye souhaitent également être candidats en 2019. 

Françoise Grossetête, Elisabeth Chartier, Michèle Alliot-Marie, Alain Lamassoure, Jérôme Lavrilleux, Renaud Muselier et Maurice Ponga y auraient en revanche renoncé selon les mêmes sources.

L'eurodéputée a par ailleurs nié l'existence "d'une guerre des générations" au sein de LR. Elle était interrogée sur d'éventuelles tensions au sein du parti, alors qu'un article du Parisien lundi relayait des critiques attribuées à un jeune élu LR estimant que "chaque fois" que "(Rachida) Dati ou (Nadine) Morano parle(nt) à la télé, on perd des points dans l’opinion", 

"Il y a une impatience chez certains", a-t-elle estimé, citant de jeunes membres du parti "dans une démarche de vouloir s'exprimer sur les plateaux télé". 

"A eux de faire leur place", a-t-elle conclu.

Catégories: Actualités

France : le chômage a poursuivi sa baisse au premier trimestre 2018

France 24 - L'info en continu - il y a 4 heures 41 min
Les chiffres du 1er trimestre 2018 publiés mercredi par Pôle emploi confirment la légère baisse du chômage au premier trimestre. Sur un an, le chômage a baissé de 1,2%, mais le nombre de travailleurs précaires est en hausse.
Catégories: Actualités

Ports africains: garde à vue prolongée pour Vincent Bolloré pour des soupçons de corruption

France 24 - L'info en continu - il y a 4 heures 42 min

La garde à vue de l'homme d'affaires Vincent Bolloré a été prolongée mercredi matin à Nanterre dans l'enquête sur des soupçons de corruption entourant l'obtention par son groupe de concessions portuaires en Afrique de l'Ouest.

Le milliardaire de 66 ans, encore aux commandes du groupe Bolloré mais qui a récemment cédé les rênes de Vivendi à son fils Yannick, est entendu depuis mardi matin dans les locaux de la police anticorruption où sa garde à vue a été prolongée, a appris l'AFP de source judiciaire.

Deux cadres du groupe sont également entendus à Nanterre depuis mardi matin: le responsable du pôle international de Havas, Jean-Philippe Dorent, et le directeur général du groupe Bolloré, Gilles Alix.

En outre, Francis Perez, président du groupe Pefaco, société spécialisée dans l'hôtellerie et les jeux et très implantée en Afrique, est également gardé à vue depuis mardi, selon une source judiciaire.

C'est notamment en enquêtant sur ce dernier, qui entretient des relations étroites avec Jean-Philippe Dorent, que la justice a resserré ses investigations sur les activités africaines de Vincent Bolloré.

Les juges d'instruction Serge Tournaire et Aude Buresi tentent de déterminer si le groupe Bolloré a utilisé les activités de conseil politique de sa filiale Havas pour obtenir la gestion des ports de Lomé, au Togo, et de Conakry, en Guinée.

Selon Le Monde, les magistrats soupçonnent Havas d'avoir sous-facturé ses services afin que le groupe Bolloré décroche ces deux contrats via sa filiale Bolloré Africa Logistics, anciennement appelée SDV.

Une perquisition avait été menée en avril 2016 à la tour Bolloré de Puteaux, près de Paris, siège notamment de cette filiale.

Dans un communiqué transmis mardi, le groupe Bolloré a "formellement" démenti avoir commis des irrégularités en Afrique, où il gère 16 terminaux portuaires.

L'enquête, également nourrie par les plaintes d'un ancien associé franco-espagnol de Bolloré, Jacques Dupuydauby, s'intéresse aux campagnes présidentielles victorieuses menées en 2010 par Alpha Condé en Guinée, et par Faure Gnassingbé au Togo, tous deux alors conseillés par Havas.

SDV avait obtenu la gestion du port de Conakry quelques mois après l'élection de M. Condé fin 2010, et remporté la concession à Lomé peu avant la réélection en 2010 de M. Gnassingbé.

- "Sans autre forme de procès" -

"Les concessions obtenues au Togo l'ont été en 2001, bien avant l'entrée du groupe dans Havas, et en Guinée, en 2011, à la suite de la défaillance du n°1 (le groupe étant arrivé en seconde position lors de cet appel d'offres), défaillance constatée avant l'élection du président", fait valoir le groupe Bolloré, dans son communiqué.

"Dès son arrivée au pouvoir, Alpha Condé a pris une décision qui a surpris plus d'un. La gestion du port sera immédiatement confiée à son ami Vincent Bolloré, sans autre forme de procès", a, de son côté, déclaré à l'AFP Cellou Dalein Diallo, chef de l'opposition guinéenne et candidat malheureux au second tour face à Alpha Condé en 2010 (puis au premier tour en 2015).

"Bolloré remplissait toutes les conditions d'appel d'offres. C'est un ami, je privilégie les amis. Et alors ?", avait expliqué Alpha Condé au journal Le Monde en 2016.

A chaque fois, la désignation de SDV a donné lieu à une bataille judiciaire entre le groupe Bolloré et les anciens gestionnaires des ports.

Concernant le port de Lomé, Jacques Dupuydauby accuse la présidence togolaise d'avoir été corrompue par le groupe français. Ses deux plaintes, une d'avril 2012 pour "extorsions de fonds" et l'autre d'avril 2013 pour "trafic d'influence" et "corruption", sont également instruites par le juge Tournaire qui l'a entendu à deux reprises, selon son avocate Me Sarah Mauger Poliak.

Dans son bras de fer judiciaire avec l'industriel breton, M. Dupuydauby, qui réside en France, a cependant été condamné en Espagne à 3 ans et neuf mois de prison pour "détournement d'actifs" du groupe Bolloré. La cour d'appel de Paris doit examiner à nouveau le 16 mai la demande d'extradition de Madrid.

S'agissant de Conakry, Bolloré avait perdu sa bataille devant le tribunal de Nanterre face à Necotrans, l'ancien concessionnaire, et a été condamné en 2013 à lui verser plus de 2 millions d'euros. Placé en redressement judiciaire en juin 2017, Necotrans a été racheté peu après par Bolloré.

Catégories: Actualités

Peter Madsen condamné à la prison à vie pour le meurtre de la journaliste suédoise Kim Wall

L’inventeur danois a été reconnu coupable de meurtre avec préméditation, sévices sexuels aggravés et atteinte à l’intégrité d’un cadavre.
Catégories: Actualités

AS Rome: Pourquoi une nouvelle "rimonta" est (im)possible

France 24 - L'info en continu - il y a 4 heures 50 min

"On était morts, mais on a retrouvé un peu de vie". En quelques mots, le directeur sportif de l'AS Rome Monchi a résumé le poids des deux buts inscrits en fin de match à Liverpool (défaite 5-2), qui permettent aux giallorossi de croire à une remontée folle, comme celle réussie contre Barcelone.

C'est le principe même des miracles de n'arriver qu'une fois, mais comme il y a une finale de Ligue des Champions à la clé, les Romains vont convoquer tous les signaux positifs et faire comme si renverser Liverpool 3-0 (ou 4-1) n'était pas plus compliqué que de le faire avec le Barça, un exploit réussi il y a 15 jours en quarts de finale.

Avec les deux buts marqués par Dzeko et Perotti dans les 10 dernières minutes, la Roma n'a cette fois pas attendu le match retour pour lancer sa "rimonta". Mais après le match, le capitaine Daniele De Rossi, visage marqué, avait lui-même l'air de trouver quelques limites à la méthode Coué. "On a le devoir d'essayer, pour nous et pour tous ceux qui aiment la Roma", a-t-il simplement assuré.

"Contre le Barça, on avait été malchanceux à l'aller, avec des détails qui avaient mal tourné. Là, on a bien commencé mais on a ensuite beaucoup souffert face à leur vitesse", a-t-il ajouté.

Mardi à Anfield, Mané, Firmino et bien sûr Salah étaient effectivement beaucoup plus rapides que les Romains. Beaucoup trop rapides. Ils le seront toujours dans huit jours à l'Olimpico et la question de comment défendre face aux flèches "reds" sera un casse-tête pour Eusebio Di Francesco.

"Heureusement qu'il y a eu cette réaction. Elle donne un sens au match retour", a pourtant estimé le technicien italien après la partie.

- L'effet Dzeko -

La principale difficulté pour les Romains sera probablement de ne pas encaisser de but. Face au Barça, les quatre buts pris au match aller étaient nés de peu de choses, deux buts contre-son-camp et deux buts à zéro passe. Mardi, Liverpool aurait pu marquer sept ou huit fois et ne fera sans doute pas preuve à l'Olimpico du même attentisme que les Catalans.

"On doit prendre ce petit pourcentage de chance pour essayer de faire ce qu'on a fait contre Barcelone. Mais ils savent qu'on l'a déjà fait, ils seront prêts", a prévenu Monchi.

"A l'Olimpico, les minutes sont longues", a tout de même rappelé le directeur sportif espagnol. Car outre l'ambiance, qui s'annonce presque aussi chaude que celle de mardi à Anfield, les Romains pourront s'appuyer sur une belle statistique: aucun but encaissé à domicile cette saison en Ligue des Champions.

Les autres atouts romains sont connus. La Roma a remarquablement contenu Liverpool pendant les 20 premières minutes, trouvant la barre par Kolarov, puis a eu les ressources pour l'agresser lors des 10 dernières minutes, peut-être dangereuse pour l'équipe de Jürgen Klopp et sa défense suspecte.

L'impact d'Edin Dzeko sera aussi prépondérant. Avec un but lors de chacun des quatre derniers matches de Ligue des Champions, le Bosnien présente des chiffres à la Salah, même s'il est moins spectaculaire que l'Egyptien.

Pour le reste ? Pas grand-chose. La Roma l'a déjà fait et c'est presque son meilleur atout.

Catégories: Actualités

Les Français ont moins acheté d'oeufs en 2017

ladepeche.fr - il y a 4 heures 52 min
Alors que la crise des oeufs contaminés au Fipronil a fait trembler de nombreuses familles européennes en 2017, les achats des ménages français se sont repliés de 1,4% par rapport à l'année précédente, rapporte un bilan ce mercredi 25 avril de l'interprofession des oeufs (CNPO). En raison de la crise du Fipronil, qui s'est propagée depuis la Belgique et les Pays-Bas avant l'été 2017, les familles françaises ont acheté moins d'oeufs l'année...
Catégories: Actualités

Sa femme ne voulait pas faire de photos de grossesse, il les a faites pour elle

Le Huffington Post - il y a 5 heures 11 sec
Sa femme ne voulait pas faire de photos de grossesse, il les a faites pour elle
Catégories: Actualités

Chômage: 2018 débute par une baisse en demi-teinte

France 24 - L'info en continu - il y a 5 heures 2 min

Baisse du chômage, mais hausse persistante des travailleurs précaires: les chiffres du 1er trimestre 2018 publiés mercredi par Pôle emploi font apparaître une situation contrastée sur le marché du travail.

Le verre est à moitié plein. La baisse du chômage se poursuit, avec 32.100 chômeurs en moins (-0,9%) au 1er trimestre. Sur un an, le nombre de chômeurs décroît de 1,2%. Toujours élevé, leur nombre atteint 3,70 millions, son plus bas niveau depuis le 3e trimestre 2014.

En outre, toutes les classes d'âge profitent de la baisse trimestrielle: les jeunes (-0,6% en métropole), comme les seniors (-0,6%).

Mais le verre est aussi à moitié vide. Parallèlement à cette baisse du chômage, le nombre de demandeurs d'emploi exerçant une activité poursuit sa hausse, ininterrompue depuis la crise de 2008. Ces personnes - qui travaillent souvent à temps partiel ou en contrats courts, mais restent inscrites à Pôle emploi car elles cherchent un meilleur emploi ou un emploi plus durable - sont 2,23 millions au 1er trimestre, soit 1,5% de plus que fin 2017.

Résultat: le nombre de demandeurs d'emploi, avec ou sans activité, est stable (+1.900, +0,0%) sur le trimestre, à 5,93 millions. Il est même en hausse de 2,1% sur un an.

Cette situation illustre, pour certains syndicats, une précarisation du marché du travail.

La reprise économique se traduit, dans un premier temps, par "des créations d'emplois plutôt précaires - des CDD, de l'intérim... -, donc des allers-retours entre l'activité et le chômage", explique Bruno Ducoudré, économiste à l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE). "Quand vous travaillez un jour par-ci, un jour par-là, dans la restauration par exemple, vous n'allez pas vous désinscrire de Pôle emploi", développe-t-il.

Un deuxième facteur, réglementaire celui-là, peut aussi expliquer cette situation: la mise en place, depuis 2014, d'un mécanisme de droits rechargeables. Ceux-ci allongent la durée d'indemnisation des demandeurs d'emploi lorsqu'ils retravaillent, ce qui les "incite à rester inscrits à Pôle emploi", selon M. Ducoudré.

- Record des embauches en CDI -

Un autre bémol vient nuancer la baisse du chômage : la forte hausse, dans le même temps, du chômage de longue durée. Petite activité incluse, 2,74 millions de demandeurs d'emploi sont inscrits depuis plus d'un an. Un chiffre en hausse de 1,9% sur le trimestre et de 6,5% sur l'année.

La publication mi-figue mi-raisin de Pôle emploi est, une nouvelle fois, en décalage avec les autres indicateurs du marché du travail, qui, dans le sillage de la croissance, sont tous dans le vert.

C'est notamment le cas des embauches en CDI, qui ont atteint un niveau record au 1er trimestre 2018, flirtant avec le million.

Par ailleurs, l'autre indicateur du chômage, le taux de l'Insee, fait apparaître une décrue bien plus rapide. Selon l'Institut national de la statistique, le taux de chômage s'est établi à 8,9% de la population active fin 2017, en baisse de 1,1 point sur l'année. L'Insee publiera en mai ses chiffres pour le 1er trimestre 2018.

Les chiffres publiés ce mercredi marquent la fin d'une vieille tradition : la publication mensuelle de l'indicateur de Pôle emploi.

Cette publication chaque fin de mois, qui était redoutée par les ministres du Travail successifs - Michel Sapin (2012-2014) la comparaît à "la cadence du tambour des galères" -, était aussi décriée par de nombreux économistes et statisticiens, qui lui reprochaient sa grande volatilité sans lien avec les évolutions du marché du travail.

Au mois le mois, ces chiffres pouvaient être affectés par des aléas administratifs : demandeurs d'emploi désinscrits pour avoir oublié d'actualiser leur situation auprès de Pôle emploi, qui se réinscrivent le mois suivant, nombre de jours ouvrés pendant la période d'actualisation, ou encore bugs dans l'envoi de SMS de relance aux demandeurs d'emploi pour les inviter à s'actualiser...

Le passage à des moyennes trimestrielles doit permettre de lisser les tendances.

Catégories: Actualités

Meurtre de Kim Wall: Peter Madsen condamné à la prison à vie

Le Huffington Post - il y a 5 heures 3 min
Meurtre de Kim Wall: Peter Madsen condamné à la prison à vie
Catégories: Actualités

Popularité: l'embellie se confirme pour Macron (+3) et Philippe (+1)

France 24 - L'info en continu - il y a 5 heures 5 min

La popularité d'Emmanuel Macron (+3) et d'Edouard Philippe (+1) est en hausse pour le deuxième mois consécutif dans un contexte marqué par les conflits sociaux et l'agitation dans les universités, selon un sondage Ipsos Game changers diffusé mercredi.

Avec 40% de jugements favorables sur son action, le chef de l'Etat retrouve son niveau de janvier. En revanche, 52% (-3) des Français interrogés portent un jugement négatif sur son action.

Emmanuel Macron progresse notamment auprès des sympathisants de droite (+20 points chez les proches des Républicains), mais aussi du Parti socialiste (+9) et du Front national (+13).

Il tire, selon Ipsos, le bénéfice de la fermeté de l'exécutif face aux mouvements sociaux, lors de la discussion de la loi asile immigration ou lors de l'intervention en Syrie.

Un an après son arrivée à l'Elysée, la popularité d'Emmanuel Macron est au même niveau que celle de Nicolas Sarkozy au même moment de son mandat (40%), mais nettement supérieure à celle de son prédécesseur François Hollande (26%), selon ce baromètre mensuel pour l'hebdomadaire Le Point.

Edouard Philippe est pour sa part en légère hausse à 36%, mais les jugements défavorables sur son action baissent de 4 points à 50%. Le Premier ministre progresse également auprès des proches de LR (+16) et de ceux du PS (+11).

Nicolas Hulot (44%, +2) est toujours en tête des personnalités politiques sur lesquelles les Français portent un jugement positif. Jean-Yves Le Drian (32%) et Gérard Collomb (27%) gagnent 2 points, Jean-Luc Mélenchon (26%) en perd 2, Marine Le Pen (24%) en gagne 1, Laurent Wauquiez 2 à 17% et le nouveau patron du PS Olivier Faure plafonne à 9% (=).

Enquête réalisée en ligne les 20 et 21 avril après de 1.013 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Marge d'erreur de 1,4 à 3,1 points.

dch/chr/gf

Catégories: Actualités

Accident d'hélicoptères de l'émission "Dropped": la société de production condamnée

France 24 - L'info en continu - il y a 5 heures 5 min

C'est la première décision de la justice française dans l'accident mortel d'hélicoptères survenu lors d'un tournage en Argentine en 2015: la société de production de l'émission de télé-réalité "Dropped" a été condamnée pour "faute inexcusable" à indemniser la famille d'une victime.

Le tribunal des affaires de sécurité sociale (TASS) des Hauts-de-Seine a condamné la semaine dernière la société SAS Adventure Line Productions (ALP) à verser à la veuve, à la mère et aux deux jeunes enfants du caméraman Laurent Sbasnik un total de 120.000 euros de dommages et intérêts. ALP devra en outre rembourser à la Caisse primaire d'assurance maladie des Hauts-de-Seine près de 400.000 euros de majorations de rente, selon la décision dont l'AFP a obtenu copie mercredi.

Le 9 mars 2015, la collision accidentelle dans une région reculée d'Argentine entre deux hélicoptères avait coûté la vie à dix personnes, dont trois vedettes du sport français: la navigatrice Florence Arthaud, le boxeur médaillé olympique Alexis Vastine et la championne olympique de natation Camille Muffat. Le drame avait provoqué une vive émotion en France.

L'émission devait être diffusée durant l'été 2015 sur TF1. Les sportifs français devaient être largués dans des zones isolées et mis au défi de retrouver la "civilisation" en moins de 72 heures.

Laurent Sbasnik, mort à l'âge de 40 ans, était chargé de filmer "portes ouvertes, harnaché et dans une configuration de vol dangereuse" ces deux hélicoptères évoluant "en formation rapprochée", précise le tribunal dans sa décision. Cela comportait donc "des risques particuliers pour sa santé et sa sécurité" sans qu'il ait "obtenu l'information et/ou la formation appropriée", souligne le TASS, rappelant qu'"un accident d'hélicoptère avait déjà eu lieu quelques jours auparavant au cours de la même production, sans faire de victime".

Se fondant notamment sur les conclusions du rapport d'enquête administrative rendu en décembre 2015 par le Jiaac argentin (équivalent du BEA français, le Bureau d'enquêtes et d'analyses pour la sécurité de l'aviation civile), le tribunal a donc estimé "que l'accident du travail dont a été victime" le caméraman était "dû à une faute inexcusable de la SAS Adventure Line Productions".

- "Manoeuvre interdite" -

Interrogée par l'AFP, Me Solenn Le Tutour, qui défend les intérêts de la famille de la victime, a salué "une première décision de condamnation qui était très attendue par les familles de victimes". Cette décision "rappelle vigoureusement qu'ALP avait à l'égard de ses salariés une obligation de sécurité", a-t-elle souligné.

L'avocate a ajouté que le tribunal a retenu, comme elle l'avait pointé à l'audience le 27 novembre 2017, le fait "que le vol rapproché avec des passagers à bord est une man?uvre interdite par la réglementation argentine".

A l'audience, elle avait dénoncé "l'amateurisme dans l'organisation de cette émission" et un "enchaînement de négligences" de la part d'ALP.

La société de production, dont l'avocat n'a pu être joint dans l'immédiat, avait assuré avoir "pris toutes les dispositions pour qu'à tout moment la sécurité de ses salariés soit respectée". S'il y avait eu "faute de pilotage, il ne (pouvait) y avoir faute inexcusable" car la société ne pouvait prendre "aucune disposition pour prévenir ce type d'erreur", avait-elle expliqué.

Elle avait demandé que le TASS remette à plus tard sa décision en raison de l'instruction, toujours en cours à Paris, pour "homicide involontaire par violation manifestement délibérée d'une obligation de sécurité ou de prudence".

Mais le tribunal de Nanterre n'y a pas fait droit. Saisi dans le cadre de ce même accident pour la mort de la journaliste Lucie Mei-Dalby, le TASS de Paris a, à l'inverse, reporté sa décision dans l'attente de l'issue de la procédure pénale. La famille de cette journaliste réclame à ALP 400.000 euros de dommages et intérêts.

Deux procédures pénales sont en effet en cours d'instruction, en Argentine et en France. A Paris, ALP et son directeur de production ont été placés sous le statut de témoin assisté, échappant pour l'heure à des poursuites.

Catégories: Actualités

Popularité: l'embellie se confirme pour Macron (+3) et Philippe (+1)

LCP Assemblée nationale - il y a 5 heures 5 min

La popularité d'Emmanuel Macron (+3) et d'Edouard Philippe (+1) est en hausse pour le deuxième mois consécutif dans un contexte marqué par les conflits sociaux et l'agitation dans les universités, selon un sondage Ipsos Game changers diffusé mercredi.

Avec 40% de jugements favorables sur son action, le chef de l'Etat retrouve son niveau de janvier. En revanche, 52% (-3) des Français interrogés portent un jugement négatif sur son action.

Emmanuel Macron progresse notamment auprès des sympathisants de droite (+20 points chez les proches des Républicains), mais aussi du Parti socialiste (+9) et du Front national (+13).

Il tire, selon Ipsos, le bénéfice de la fermeté de l'exécutif face aux mouvements sociaux, lors de la discussion de la loi asile immigration ou lors de l'intervention en Syrie.

Un an après son arrivée à l'Elysée, la popularité d'Emmanuel Macron est au même niveau que celle de Nicolas Sarkozy au même moment de son mandat (40%), mais nettement supérieure à celle de son prédécesseur François Hollande (26%), selon ce baromètre mensuel pour l'hebdomadaire Le Point.

Edouard Philippe est pour sa part en légère hausse à 36%, mais les jugements défavorables sur son action baissent de 4 points à 50%. Le Premier ministre progresse également auprès des proches de LR (+16) et de ceux du PS (+11).

Nicolas Hulot (44%, +2) est toujours en tête des personnalités politiques sur lesquelles les Français portent un jugement positif. Jean-Yves Le Drian (32%) et Gérard Collomb (27%) gagnent 2 points, Jean-Luc Mélenchon (26%) en perd 2, Marine Le Pen (24%) en gagne 1, Laurent Wauquiez 2 à 17% et le nouveau patron du PS Olivier Faure plafonne à 9% (=).

Enquête réalisée en ligne les 20 et 21 avril après de 1.013 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Marge d'erreur de 1,4 à 3,1 points.

dch/chr/gf

    

  

    

Catégories: Actualités

Accident d'hélicoptères de l'émission "Dropped": la société de production condamnée

ladepeche.fr - il y a 5 heures 5 min
C'est la première décision de la justice française dans l'accident mortel d'hélicoptères survenu lors d'un tournage en Argentine en 2015: la société de production de l'émission de télé-réalité "Dropped" a été condamnée pour "faute inexcusable" à indemniser la famille d'une victime.Le tribunal des affaires de sécurité sociale (TASS) des Hauts-de-Seine a condamné la semaine dernière la société SAS Adventure Line Productions (ALP) à verser à la...
Catégories: Actualités

Le chômage baisse de 0,9% au premier trimestre

L' Essentiel - SudOuest.fr - il y a 5 heures 8 min

Le nombre de demandeurs d'emploi  inscrits à Pôle emploi a baissé au 1er trimestre (-32.100) pour s'établir à 3,70 millions de personnes en France entière. .
Selon des chiffres publiés mercredi par le ministère du Travail pour le premier trimestre 2018, le nombre de chômeurs inscrits à Pôle emploi a baissé au 1er... Lire la suite

Catégories: Actualités

Airbus et Dassault annoncent un accord sur l'avion de combat du futur franco-allemand

France 24 - L'info en continu - il y a 5 heures 12 min

Airbus et Dassault Aviation ont annoncé mercredi être parvenus à un accord de principe autour du développement du futur avion de combat franco-allemand, dont le principe avait été annoncé en juillet 2017 par Paris et Berlin.

Airbus et Dassault ont "regroupé leurs forces pour le développement et la production du Système de combat aérien du futur européen (Scaf)" à l'horizon 2040, ont annoncé les deux groupes à l'occasion du salon aéronautique de Berlin (ILA).

"C'est un accord de principe. Le premier message est de dire +oui, nous sommes prêts+" pour le développement du Scaf, a déclaré le PDG de Dassault Aviation, Eric Trappier, lors d'une conférence de presse commune avec le patron d'Airbus Defense and Space, Dirk Hoke, dans la capitale allemande.

"Nous sommes prêts et nous disons à nos ministères de la Défense, à nos responsables politiques : nous sommes prêts, à présent allez-y", a-t-il ajouté.

"C'est un moment historique pour l'industrie" aéronautique, a complété M. Hoke. "C'est un grand pas en avant pour développer les compétences en Europe et assurer la souveraineté européenne", a-t-il ajouté.

Paris et Berlin devraient annoncer "une première étape significative" en vue du lancement de ce programme lors du salon, avait indiqué la ministre française Florence Parly, début avril.

Les deux capitales se sont entendues l'été dernier pour "développer un système de combat aérien européen" destiné à remplacer à l'horizon 2040 leurs flottes actuelles d'avions de combat, le Rafale pour la France et l'Eurofighter Typhoon pour l'Allemagne.

Catégories: Actualités

Sous-marin danois: prison à vie pour le meurtrier de la journaliste suédoise

ladepeche.fr - il y a 5 heures 19 min
Peter Madsen, un ingénieur danois autodidacte envahi de fantasmes morbides, a été condamné mercredi à la prison à vie pour l'assassinat, précédé de sévices sexuels, de la jeune journaliste suédoise Kim Wall dans son sous-marin privé en août 2017 près de Copenhague.Peter Madsen, 47 ans, a été reconnu coupable par un jury du tribunal de Copenhague du meurtre avec préméditation de Kim Wall, 30 ans, ainsi que de lui avoir infligé des mutilations...
Catégories: Actualités

Le cas du petit Alfie revient devant la justice britannique

France 24 - L'info en continu - il y a 5 heures 22 min

Les parents du petit Alfie, forts du soutien du pape et du gouvernement italien, sont de retour devant la justice mercredi pour obtenir le droit de transférer en Italie leur bébé, dans un état semi-végétatif et dont les médecins britanniques ont décidé l'arrêt du traitement.

Lundi soir, l'assistance respiratoire avait été retirée au petit garçon de 23 mois, qui est atteint d'une maladie neurodégénérative rare, avant d'être réinstallée vingt heures plus tard. Ce qui selon son père prouve qu'il peut respirer seul et que son état de santé est "significativement meilleur" que ce qui a été évalué.

Mardi, l'avocat Paul Diamond, membre du Christian Legal Centre, un groupe qui vise à "protéger la liberté des chrétiens de vivre selon leurs croyances" et défend les parents, a demandé au juge de revoir sa position, et de leur permettre d'emmener leur fils en Italie où des hôpitaux ont proposé de l'accueillir.

La requête a été rejetée par le juge Anthony Hayden de la Haute cour de Manchester, dans le nord-ouest de l'Angleterre, qui a estimé que le dossier d'Alfie avait atteint son "chapitre final", malgré les meilleurs soins prodigués à l'enfant. Il a autorisé le placement du garçon dans un autre service hospitalier, dans un hospice ou son retour au domicile de ses parents. Mais ces derniers ont décidé de faire une nouvelle fois appel, devant la Haute Cour de Londres.

"Ce qu'ils veulent, c'est accéder à cette offre de soin de l'hôpital italien, ce qui leur est actuellement refusé", a dit à l'AFP Andrea Williams, directrice du Christian Legal Centre.

L'audience de mercredi après-midi est la nouvelle étape d'une longue bataille judiciaire qui oppose l'équipe médicale de l'hôpital pour enfants Alder Hey à Liverpool (nord-ouest de l'Angleterre) aux parents du bébé.

La Haute Cour, la Cour d'appel et la Cour suprême britanniques ont à chaque fois statué en faveur de l'équipe médicale. La Cour européenne des droits de l'homme a également rejeté la requête des parents.

Selon l?hôpital, les juges ont confirmé à chaque décision qu'il n'était "pas dans le meilleur intérêt d'Alfie de continuer à recevoir un traitement ou à voyager à l'étranger pour recevoir des soins".

- Nationalité italienne -

Au-delà de l'aspect médical, le cas du petit Alfie pose des questions éthiques, comme, en France, l'affaire Vincent Lambert, ou au Royaume-Uni, l'affaire Charlie Gard, un petit garçon atteint d'une maladie génétique rare, décédé en juillet 2017. Il a provoqué de nombreuses réactions, notamment dans les cercles religieux.

Le pape François lui-même a manifesté à plusieurs reprises son soutien aux parents du petit Alphie.

"Emu par les prières et l'immense solidarité qui sont témoignées au petit Alfie Evans, je renouvelle mon appel à ce que les souffrances des parents soient entendues et que leur désir de chercher de nouvelles formes de traitement soit exaucé", a-t-il écrit lundi sur Twitter.

A Rome, la directrice de l?hôpital pour enfants Bambino Gesù a annoncé qu'un avion médicalisé fourni par le ministère italien de la Défense était prêt à décoller d'Italie pour aller chercher l'enfant, qui s'est vu attribuer la nationalité italienne.

L'hôpital Gaslini à Gênes s'est également dit prêt à l'accueillir.

"Il pourrait déjà être en Italie à l'heure qu'il est", a regretté mardi Tom Evans, ajoutant: "je n'abandonne pas car Alfie respire, il ne souffre pas".

Mais l?hôpital de Liverpool explique que le petit garçon est atteint d'une pathologie rare qui atteint son cerveau et pour laquelle il n'existe pas de traitement et estime qu'il est dans son intérêt de ne pas poursuivre les soins.

"La priorité absolue de l?hôpital est de veiller à ce qu'Alfie reçoive les soins nécessaires au maintien de son bien-être, de sa dignité et de sa vie privée", a affirmé mardi un porte-parole de l'établissement.

Né le 9 mai 2016, Alfie est hospitalisé depuis décembre 2016.

Catégories: Actualités

Pages

S'abonner à JO CASANOVA MUSIC agrégateur - Actualités