Actualité

En 2017, Airbus s’impose comme le champion des commandes devant son rival Boeing

En 2017, l’avionneur européen a enregistré 1 109 commandes contre seulement 912 pour l’américain.
Catégories: Actualités

Les dirigeants palestiniens réunis pour répliquer à la "claque du siècle"

France 24 - L'info en continu - lun, 01/15/2018 - 12:04

Les dirigeants palestiniens étaient à nouveau réunis lundi pour tenter d'élaborer la riposte aux coups portés selon eux à leur cause par le président américain Donald Trump.

Un discours courroucé du président palestinien Mahmoud Abbas a donné le ton dimanche de cette réunion de deux jours du conseil central de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP).

"L'affaire du siècle s'est transformée en claque du siècle", a tonné M. Abbas, en référence à la volonté proclamée de M. Trump de présider à "l'accord (diplomatique) ultime" entre Israéliens et Palestiniens, sur lequel des générations de présidents et de diplomates se sont cassé les dents.

Le conseil central de l'OLP, l'un des organes de l'organisation internationalement reconnue comme la représentante de tous les Palestiniens, a été convoqué à titre extraordinaire pour répondre à la décision annoncée le 6 décembre par M. Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale d'Israël.

Cette rupture unilatérale avec des décennies de diplomatie américaine et internationale a suscité des violences qui ont causé la mort de 16 Palestiniens. Les Palestiniens y voient un déni de leur revendications sur Jérusalem-Est annexée et occupée. Mais elle est aussi, à leurs yeux, la manifestation la plus flagrante du parti pris pro-israélien de la Maison Blanche.

Depuis son entrée en fonctions en janvier 2017, M. Trump s'est gardé de soutenir la création d'un Etat palestinien. Son administration est restée très discrète sur la colonisation israélienne et a été près de fermer le bureau de l'OLP à Washington. Elle menace à présent de couper l'aide américaine aux Palestiniens parce qu'ils refuseraient les négociations de paix.

"Quand avons-nous refusé?", s'est indigné M. Abbas. "Que Dieu détruise votre maison", a-t-il lâché à l'adresse de M. Trump, employant un juron arabe courant.

M. Abbas a martelé que les Etats-Unis étaient discrédités dans le rôle de médiateurs de la paix. "Nous disons à Trump que nous n'accepterons pas son plan", a-t-il assuré.

- 'Il perd l'esprit' -

Les Américains sont censés présenter à une échéance encore peu claire un plan pour tenter de ranimer l'entreprise de paix moribonde. Mais les Palestiniens ont gelé les contacts depuis décembre. Le vice-président américain Mike Pence se rendra à Jérusalem la semaine prochaine, mais ne devrait rencontrer aucun dirigeant palestinien.

A la place, M. Abbas a appelé à un processus sous médiation internationale.

Le conseil central de l'OLP doit s'achever lundi soir par une déclaration commune. Entre les moyens de pression américains et les divisions et les faiblesses palestiniennes, la marge de manoeuvre paraît très limitée pour l'OLP.

M. Abbas a assuré que le processus de paix d'Oslo était révolu par la faute d'Israël et que toutes les options étaient sur la table. Il s'est toutefois abstenu d'aborder deux d'entre elles évoquées avant la réunion de l'OLP: la fin de la reconnaissance d'Israël ou de la coopération sécuritaire avec les Israéliens.

Le mouvement islamiste Hamas, qui ne fait pas partie de l'OLP et a décliné l'invitation au conseil central, a accusé M. Abbas dans un communiqué de "ne pas satisfaire les ambitions de notre peuple".

Israël, pour sa part, semble très peu susceptible d'accepter un autre intermédiaire que les Etats-Unis.

Le ministre israélien de la Défense, Avigdor Lieberman, a repris à son compte le juron de M. Abbas contre M. Trump, également mis en exergue par les médias israéliens.

"C'est sa maison qu'il détruit, cela montre qu'il perd l'esprit et renonce à la négociation", a dit M. Lieberman sur la radio militaire.

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, reçu en grande pompe en Inde par son homologue Narendra Modi, n'a pas eu le moindre mot sur M. Abbas lors de leurs déclarations à la presse.

Catégories: Actualités

Alain Juppé dit qu'il ne paiera pas sa cotisation 2018 au parti LR

France 24 - L'info en continu - lun, 01/15/2018 - 12:00

Le maire de Bordeaux, Alain Juppé, a annoncé jeudi qu'il ne paierait pas sa cotisation 2018 au parti Les Républicains à l'occasion de ses voeux à la presse.

"Je n'ai pas payé ma cotisation LR 2017 et je ne vais pas payer celle de 2018" a dit M. Juppé, candidat malheureux à la primaire de la droite pour la présidentielle de 2017. "J'ai fait savoir que je quittais la présidence LR de Gironde", a-t-il ajouté, en affirmant avoir "pris du recul".

Catégories: Actualités

A Vendin-le-Vieil, des surveillants "à bout" après "l'agression de trop"

France 24 - L'info en continu - lun, 01/15/2018 - 11:58

"On ne veut plus se lever la boule au ventre", souffle une gardienne de prison. Avec une centaine de ses collègues, elle bloque lundi la prison de Vendin-le-Vieil (Pas-de-Calais) pour dénoncer le "laxisme" de la direction et réclamer des "moyens" après "l'agression de trop".

"Nous sommes devenus des porte-clés: on ouvre et on ferme les cellules. Avant, on discutait avec les détenus, il y avait un échange et un respect et on se sentait un peu utile, maintenant ça n'existe plus", regrette cette surveillante de prison depuis 24 ans, qui veut garder l'anonymat.

"Le mot d'ordre de la direction est de ne pas faire de vagues, si on est en contradiction avec un détenu, la direction n'est pas de notre côté", assure-t-elle.

En quinze ans, "l'autorité des gardiens est partie à vau-l'eau", confie son collègue David Lacroix, 35 ans. "Les profils des détenus ont complétement changé, avant, on avait des gens du grand banditisme, on arrivait à les gérer, maintenant on a parfois des radicalisés. Il faut s'adapter, mais l?administration pénitentiaire a 20 ans de retard sur la prise en charge de ces nouveaux détenus", dénonce-t-il, devant la prison de Vendin-le-Vieil qui abrite actuellement 100 détenus.

C'est ici que, jeudi, le cerveau des attentats de Djerba de 2002, l'islamiste allemand Christian Ganczarski a agressé et légèrement blessé à l'arme blanche trois surveillants. Ici aussi que doit être hébergé Salah Abdeslam pendant la tenue de son procès à Bruxelles.

A "Vendin", "on a constamment peur d'être agressés, peur de se faire coincer dans un couloir et d'avoir le soutien de personne", ajoute un autre gardien de 34 ans, devant un barrage de palettes et de pneus en feu. D'épaisses fumées noires survolent cette prison parsemée de carrés de couleurs.

Chaque jour, "ce sont des insultes, des menaces, des intimidations, déjà on ne devrait pas le tolérer, mais là, on a failli assister à des meurtres, c'est l'agression de trop, nous sommes à bout, on veut des moyens humains et matériels", réclame David Lacroix.

- 'chair à canon' -

Selon lui, cette agression n'aurait "jamais" dû avoir lieu: "On savait qu'il allait tout faire pour éviter son extradition". Ganczarski s'était vu en effet notifier une demande d'extradition vers les Etats-Unis.

"Ce sont nous les acteurs de la détention, c'est nous le pouls de la détention, mais on néglige notre parole, on ne participe pas à la prise de décision de la gestion des détenus", regrette M. Lacroix, 15 ans de métier. "Chaque jour, en ouvrant une porte, on se demande ce qu'il va nous arriver", raconte un de ses collègues.

"Incidents graves à répétition + malaise profond du personnel, Vendin un paquebot à la dérive", "Urgent cherche discipline et sécurité", peut-on lire sur des affichettes à côté du barrage.

Tôt lundi, le directeur de la prison est venu annoncer aux surveillants sa volonté d'être "déchargé de la gestion du centre pénitentiaire". Une démission confirmée par le ministère et "un aveu de son incapacité et de sa dangerosité", pour Grégory Strzempek, secrétaire local de l'Ufap-Unsa à Vendin-le-Vieil.

Tous, lundi matin, réclamaient sa démission, dénonçant son "laxisme". "On fait tout pour les détenus, pour qu'ils se sentent bien dans leur incarcération, il n'y a plus que l'enfermement en guise de punition, mais on ne fait rien pour les surveillants. La direction favorise la voyoucratie et nous on se sent comme de la chair à canon !", lance une surveillante de prison.

Peu de gens font "surveillant pénitentiaire par vocation, ce n'est pas policier ou pompier, mais nous sommes fiers de faire ce métier, on porte un uniforme, on sait qu'on a besoin de nous même si on travaille un peu dans l'ombre, mais plus dans ces conditions", conclut David Lacroix.

Catégories: Actualités

Darmanin indique avoir fait l'objet d'une enquête pour abus de faiblesse, classée sans suite

France 24 - L'info en continu - lun, 01/15/2018 - 11:57

Le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin a indiqué lundi avoir fait l'objet au printemps d'une enquête préliminaire à la suite d'une lettre de dénonciation l'accusant "d'abus de faiblesse, d'abus de pouvoir, voire de viol", finalement classée en juillet.

"Puisque la transparence, ça n'est pas que dans un sens, j'ai reçu au début de ma nomination de ministre, enfin j'ai entendu qu'on avait reçu, une lettre de dénonciation calomnieuse, une lettre de dénonciation infâme me concernant, qui a été donnée au garde des Sceaux", a déclaré le ministre sur franceinfo.

"C'était un homme qui écrivait et qui m'accusait d'abus de faiblesse, d'abus de pouvoir, voire de viol", a-t-il ajouté, à propos de faits qui se seraient déroulés il y a neuf ans, lorsque M. Darmanin avait environ 25 ans.

"Une enquête a été ouverte par M. Molins (le procureur de Paris, NDLR), il y a eu des investigations. Au bout d?un certain temps, cette enquête ne donnant rien ? évidemment, puisque tout cela est faux ? (elle) a été clôturée, pour +absence totale d?infraction+", en juillet, a assuré Gérald Darmanin, qui a indiqué avoir déposé plainte pour dénonciation calomnieuse.

Interrogé sur sa réputation de "dragueur lourd", dont le "problème serait du côté des femmes", le ministre a convenu "avoir pu être léger", "avoir envoyé des SMS un peu lourds" et "avoir pris des vents".

"Je pense que la libération de la parole, c'est très important parce que chacun a pu se poser la question : j'ai sans doute dû être pas très fin", a-t-il poursuivi.

Il a par ailleurs déploré que "ça fasse 7-8 mois que les choses existent toujours sur les réseaux sociaux, cette lettre est toujours sur les réseaux sociaux". "Donc une affaire classée judiciairement n'est manifestement pas classée médiatiquement", a-t-il encore regretté.

Catégories: Actualités

Le pape François au Chili, une visite délicate

France 24 - L'info en continu - lun, 01/15/2018 - 11:56
Le déplacement du pape au Chili du 15 au 18 janvier s'annonce mouvementé. Au programme : soutenir les peuples indigènes et revigorer des Églises locales en perte de vitesse, frappées par des scandales de pédophilie.
Catégories: Actualités

Rugby: Ryan Giggs va être nommé sélectionneur du pays de Galles (médias)

France 24 - L'info en continu - lun, 01/15/2018 - 11:51

Le Pays de Galles s'apprête à nommer l'ex-légende de Manchester United Ryan Giggs comme sélectionneur dès lundi après-midi, rapporte l'ensemble de la presse britannique.

La Fédération galloise (FAW) doit annoncer lors d'une conférence de presse à 14h00 GMT le nom du successeur de Chris Coleman, qui avait mené les Gallois en demi-finale de l'Euro-2016, a annoncé l'instance.

Selon la presse britannique, l'ex-ailier de 44 ans a passé des entretiens avec la FAW la semaine passée, tout comme les anciens internationaux Mark Bowen et Craig Bellamy ainsi que l'adjoint de Coleman, Osian Roberts.

Giggs n'a jamais caché son intérêt pour le poste. "J'ai joué pour le pays de Galles et j'ai dit que je voulais revenir comme entraîneur. Evidemment, c'est un des meilleurs postes", avait-il ainsi dit en décembre.

L'ancien milieu de terrain, qui compte 64 sélections pour le Pays de Galles entre 1991 et 2007, n'a plus entraîné depuis 18 mois et son départ de Manchester United au moment de l'arrivée de José Mourinho. Avant cela, il avait été l'adjoint de Louis van Gaal pendant deux saisons.

En tant que joueur, Giggs a porté à 963 reprises le maillot de Manchester United.

Le Pays de Galles n'est pas qualifié pour la Coupe du monde 2018 en Russie.

Catégories: Actualités

Darmanin indique avoir fait l'objet d'une enquête pour abus de faiblesse, classée sans suite

LCP Assemblée nationale - lun, 01/15/2018 - 11:46

Le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin a indiqué lundi avoir fait l'objet au printemps d'une enquête préliminaire à la suite d'une lettre de dénonciation l'accusant "d'abus de faiblesse, d'abus de pouvoir, voire de viol", finalement classée en juillet.

"Puisque la transparence, ça n'est pas que dans un sens, j'ai reçu au début de ma nomination de ministre, enfin j'ai entendu qu'on avait reçu, une lettre de dénonciation calomnieuse, une lettre de dénonciation infâme me concernant, qui a été donnée au garde des Sceaux", a déclaré le ministre sur franceinfo.

"C'était un homme qui écrivait et qui m'accusait d'abus de faiblesse, d'abus de pouvoir, voire de viol", a-t-il ajouté, à propos de faits qui se seraient déroulés il y a neuf ans, lorsque M. Darmanin avait environ 25 ans.

"Une enquête a été ouverte par M. Molins (le procureur de Paris, NDLR), il y a eu des investigations. Au bout d’un certain temps, cette enquête ne donnant rien – évidemment, puisque tout cela est faux – (elle) a été clôturée, pour +absence totale d’infraction+", en juillet, a assuré Gérald Darmanin, qui a indiqué avoir déposé plainte pour dénonciation calomnieuse.

Interrogé sur sa réputation de "dragueur lourd", dont le "problème serait du côté des femmes", le ministre a convenu "avoir pu être léger", "avoir envoyé des SMS un peu lourds" et "avoir pris des vents".

"Je pense que la libération de la parole, c'est très important parce que chacun a pu se poser la question : j'ai sans doute dû être pas très fin", a-t-il poursuivi.

Il a par ailleurs déploré que "ça fasse 7-8 mois que les choses existent toujours sur les réseaux sociaux, cette lettre est toujours sur les réseaux sociaux". "Donc une affaire classée judiciairement n'est manifestement pas classée médiatiquement", a-t-il encore regretté.

Catégories: Actualités

Chine: la catastrophe écologique menace après le naufrage d'un pétrolier

France 24 - L'info en continu - lun, 01/15/2018 - 11:44

Le mastodonte gît au fond de l'eau, mais en surface la mer a continué à brûler: le naufrage du pétrolier iranien Sanchi pourrait provoquer une catastrophe écologique majeure en mer de Chine orientale.

Le bâtiment, qui transportait 136.000 tonnes de condensats, des hydrocarbures légers, a sombré dimanche iranien Sanchi après avoir brûlé pendant une semaine à la suite d'une collision avec un cargo à environ 300 km à l'est de Shanghai.

Seuls trois corps ont été récupérés sur les 32 membres d'équipage qui se trouvaient à bord, 30 Iraniens et deux Bangladais. Il n'y a aucun espoir de retrouver des survivants et les opérations de recherche ont été interrompues.

"Des nappes d'hydrocarbures en provenance du bateau continuent à brûler" à la surface de l'eau, a indiqué lundi matin le ministère chinois des Transports. Une nappe de 10 km sur 7, flottait encore à la surface à l'endroit du naufrage, a rapporté le Quotidien du peuple, un journal officiel chinois.

D'après la télévision nationale, l'incendie a cessé de se consumer vers 10h00 locales. Des navires équipés de lances à incendie arrosent la surface de l'eau à l'aide de produits détergents, afin d'éliminer la pollution.

L'accident constitue "le plus gros rejet de condensats dans la nature de toute l'histoire du pétrole", commente depuis l'Alaska Richard Steiner, un spécialiste des marées noires, qui suppose que la totalité de la cargaison a été soit brûlée, soit répandue en mer.

"Vu le mauvais état de la coque après une semaine d'explosions et d'incendie, il est probable que tous les réservoirs aient été endommagés et que tous les condensats ainsi que le carburant se soient déversés", explique-t-il à l'AFP.

Même si seul un cinquième de la cargaison s'était retrouvé dans la mer, cela représenterait l'équivalent de la marée noire de l'Exxon Valdez, qui a dévasté les côtes de l'Alaska en 1989, ajoute l'expert.

A la différence près que l'Exxon Valdez transportait du pétrole brut, pas des condensats. Difficile donc de prédire l'impact d'une telle quantité de condensats sur l'environnement marin, d'après le spécialiste, pour qui le "record" jusqu'à présent ne dépassait pas 1.000 tonnes.

- La faune empoisonnée -

Les condensats sont des hydrocarbures qui existent à l'étant gazeux quand ils se trouvent au fond d'un gisement mais se condensent lorsqu'ils sont refroidis.

En plus de sa cargaison, le Sanchi pouvait transporter environ 1.000 tonnes de diesel lourd pour faire tourner ses machines.

Depuis la collision du pétrolier avec un navire hongkongais, Pékin se veut rassurant.

Les condensats auront "moins d'impact sur l'océan" que les autres types de pétrole et un impact "minime" sur l'homme vu l'éloignement des côtes, a souligné dimanche un ingénieur de l'Administration nationale des océans, Zhang Yong, cité par la télévision publique.

Mais le naufrage du bateau avant que la totalité de la cargaison ait brûlé constitue "la pire éventualité possible", a déclaré au quotidien Global Times le militant écologiste Ma Jun.

Les condensats "empoisonnent la faune sous-marine", a-t-il averti.

A la différence du brut, les condensats, une fois rejetés en mer, ne forment pas une nappe en surface, mais plutôt un nuage toxique qui flotte entre deux eaux.

Cétacés, poissons, oiseaux et plancton qui entrent en contact avec cette pollution peuvent soit mourir à brève échéance soit contracter des maladies, des infirmités ou encore devenir stériles, selon Richard Steiner.

Or la région est une importante zone de frai pour de nombreuses espèces de gros poissons, dont les oeufs ont été "sans aucun doute exposés" aux rejets toxiques, ajoute le spécialiste, avant de déplorer l'absence de données écologiques sur l'accident maritime.

"Comme personne n'a mené d'évaluation scientifique, les gouvernements comme les propriétaires du bateau vont pouvoir dire que les dégâts sont limités", prédit-il.

Catégories: Actualités

Cap sur Paris pour la mode masculine, agitée par des soupçons de harcèlement sexuel

France 24 - L'info en continu - lun, 01/15/2018 - 11:40

Après Milan, les défilés de mode masculine débutent mardi soir à Paris, au moment où l'industrie est ébranlée par la mise en cause de deux photographes vedettes, accusés de harcèlement sexuel par des mannequins hommes.

Ces accusations visant Mario Testino et Bruce Weber, parues samedi dans le New York Times, ont conduit le groupe de presse Condé Nast, qui publie notamment Vogue, à suspendre ses liens avec les deux photographes.

Le groupe de presse et des grandes marques de mode avaient annoncé en octobre qu'ils ne travailleraient plus avec un autre photographe star, Terry Richardson, soupçonné depuis des années de harceler sexuellement ses mannequins.

Le mannequin Christopher Cates, qui sur Instagram a raconté avoir été enjoint à se dénuder par Bruce Weber pour des exercices respiratoires lors d'une séance photo, a appelé dans le Women's Wear Daily (WWD), publication de référence dans la mode, ses confrères victimes de harcèlement sexuel à parler.

"Nous ne pouvons plus prétendre être épargnés par les abus sexuels", a-t-il écrit, en concluant: #MENTOO (les hommes aussi), reprenant le désormais célèbre #Metoo né dans la foulée de l'affaire Weinstein.

Une initiative qui pourrait délier des langues chez les mannequins hommes, alors que nombre d'entre eux s'apprêtent à fouler les podiums parisiens à partir de mardi soir.

Au total, 55 défilés et 30 présentations sont prévus en différents endroits de la capitale française jusqu'à dimanche inclus, pour ces collections automne-hiver 2018-2019 de mode masculine, même si de nombreux shows sont mixtes et incluent aussi des collections femme.

- Palomo Spain en ouverture -

A côté des grands noms du calendrier (Dior, Vuitton, Valentino, Hermès, etc.), une série de jeunes marques font leur apparition cette saison dans le programme officiel, dont la griffe espagnole Palomo Spain, qui ouvre le bal mardi.

Le show est particulièrement attendu. Lancée en 2015 par le créateur Alejandro Gomez Palomo, la marque s'est fait connaître avec son style théâtral et chargé d'érotisme, qui brise les frontières entre les vestiaires masculin et féminin en introduisant volants, robes et fleurs dans la garde-robe de l'homme, et évoque l'univers de Pedro Almodovar.

Le créateur, qui a auparavant défilé à Madrid et New York, avait bénéficié d'un gros coup de projecteur quand Beyoncé avait porté l'une de ses robes pour présenter ses jumeaux nouveaux-nés à ses quelque 110 millions d'abonnés sur Instagram, en juillet 2017.

Au total, des créateurs et marques de 16 nationalités se côtoient dans le programme officiel organisé sous la houlette de la Fédération de la haute couture et de la mode.

La mode masculine cédera ensuite la place aux défilés de haute couture, du 22 au 25 janvier.

La dernière journée des défilés homme, dimanche, sera marquée aussi par l'inauguration d'une exposition dédiée à Azzedine Alaïa, dont la disparition le 18 novembre a bouleversé le monde de la mode. Intitulée "Je suis couturier", l'exposition se tiendra jusqu'au 10 juin au 18 rue de la Verrerie à Paris, l'adresse où vivait et travaillait Azzedine Alaïa. Elle se compose de 35 pièces choisies par l'historien Olivier Saillard, qui avait signé la première rétrospective sur le travail du couturier en 2013 au Palais Galliera à Paris.

Une autre exposition sera par ailleurs consacrée au couturier à Londres, au Musée du design, du 10 mai au 7 octobre.

Catégories: Actualités

Alain Juppé dit qu'il ne paiera pas sa cotisation 2018 au parti LR

LCP Assemblée nationale - lun, 01/15/2018 - 11:38

Le maire de Bordeaux, Alain Juppé, a annoncé lundi qu'il ne paierait pas sa cotisation 2018 au parti Les Républicains (LR), à l'occasion de ses voeux à la presse à Bordeaux. 

"Je n'ai pas payé ma cotisation LR 2017 et je n'ai pas l'intention de payer celle de 2018" a dit M. Juppé, candidat malheureux à la primaire de la droite pour la présidentielle de 2017. 

"J'ai fait savoir que je quittais la présidence de la fédération LR de Gironde", a-t-il poursuivi devant la presse. "Je prends du recul et je vais observer notamment dans la perspective des élections européennes de 2019", a-t-il ajouté.

Interrogé pour savoir s'il se mettait en congé du parti, l'ex-Premier ministre a refusé de répondre. "Je suis vigilant", s'est-il contenté de dire, rappelant une nouvelle fois que la défense du projet européen et la lutte contre le Front national (FN) constituaient notamment pour lui des "lignes rouges" au sein des LR.

"Je comprends parfaitement la décision de Dominique Bussereau qui m'avait informé", a encore dit le maire de Bordeaux, constatant que "la composante centriste (…) s'est détachée de ce parti".

Dimanche, l'ancien ministre juppéiste Dominique Bussereau a annoncé qu'il se mettait "en congé de LR" jusqu'à la campagne des européennes de 2019, regrettant dans sa famille politique des propos qui "pourraient être ceux du FN" et une absence d'"amour de l'Europe".

Alain Juppé, membre fondateur de l'ancien parti de droite UMP, devenu Les Républicains, avait, le 12 novembre 2017, devant des journalistes, émis l'idée de bâtir "un grand mouvement central" avec Emmanuel Macron, avant d'atténuer ses propos.

Questionné sur une possible adhésion à LREM, le maire de Bordeaux a répondu: "Je n'en ai pas l'intention. Je veux être libre. J'ai envie de liberté et d'analyse", a-t-il ajouté. "Je ne cherche pas à créer un parti ou une chapelle".

Pour l'élection interne à la tête des Républicains, remportée en décembre par Laurent Wauquiez, le maire de Bordeaux avait annoncé qu'il voterait pour le candidat Maël de Calan, "un homme de droite, d'une droite humaniste".

Catégories: Actualités

Les députés LREM en séminaire pour resserrer les rangs

France 24 - L'info en continu - lun, 01/15/2018 - 11:38

A l'aube d'un semestre chargé, les députés LREM se retrouvent lundi et mardi pour un séminaire de travail, à un moment test pour la cohésion du groupe majoritaire, notamment sur le sensible projet de loi asile-immigration.

Après trois semaines de pause des travaux parlementaires, leur chef de file Richard Ferrand a accueilli des dizaines d'élus du parti présidentiel sur le perron de l'Hôtel de Lassay. "Mobilisons-nous ensemble pour que cette nouvelle année soit aussi intense et dense que la précédente", leur a-t-il dit.

Avec ce séminaire à huis clos, auquel devraient participer plus de 200 des 312 députés LREM, "l'objectif est de lancer la saison législative 2018", selon Hervé Berville, un porte-parole.

"Nous avons besoin de renforcer notre compréhension des enjeux et nos liens", estime Cendra Motin, députée de l'Isère.

Des mouvements centrifuges émergent, avec en particulier Brigitte Bourguignon (ex-PS) qui veut un "volet social plus affirmé" en 2018 et a réuni une trentaine de députés marcheurs dans un "organe de réflexion". Pas question de "fronder", assure toutefois cette élue du Pas-de-Calais.

- "polyphonie sans cacophonie" -

Le groupe LREM, "ce n'est pas un casernement", a relativisé Richard Ferrand: "C'est un lieu dans lequel il y a la liberté totale de débat (puis) l'unité totale dans l'action et le vote", a-t-il assuré. "On peut avoir de la polyphonie sans que ce soit de la cacophonie", résume M. Berville.

"Je ne veux plus lire un article où l'on parle de nos états d'âme" (...) "parlons des Français et des Françaises, pas de nous", a aussi plaidé le président de groupe en séminaire, selon des propos rapportés.

A la veille d'un déplacement d'Emmanuel Macron à Calais, l'atelier législatif "asile-immigration" en fin de matinée promet d'être un temps fort, le sujet agitant le groupe majoritaire depuis décembre.

En préparation place Beauvau, le projet de loi qui vise à améliorer l'accueil des réfugiés tout en renforçant la lutte contre l'immigration irrégulière hérisse la gauche, des associations et des intellectuels.

"Nous portons la même volonté d'humanité et de fermeté", considère Richard Ferrand... mais certains penchent davantage d'un côté que de l'autre.

Après la mise en place d'un groupe de travail d'une dizaine de députés, il s'agit lundi d'"entendre les sensibilités, voir les ajustements possibles et s'accorder sur une méthode", explique un responsable.

Le ministre de l'Intérieur a prévenu ce week-end: il y aura "des possibilités d'amendement" mais "pas question de changer d'orientation".

Gérard Collomb sera dans une semaine devant les députés LREM puis ultérieurement devant les MoDem, qui ont aussi formé un groupe de travail pour déminer.

Au menu en outre de ces "journées d'hiver": des ateliers sur le projet de loi "droit à l'erreur" ou la réforme constitutionnelle, programmée à l'été.

Et également - ouvert au gouvernement - un "apéritif des régions" lundi soir, où chacun apportera un produit pour ce moment convivial qui avait eu beaucoup de succès lors d'un précédent séminaire en septembre à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis).

Il n'est nullement question cependant de jeux de rôle comme alors. "Finie la colonie de vacances", glisse une source parlementaire, l'ambiance est studieuse.

"Plusieurs axes d?amélioration du fonctionnement du groupe" seront explorés. "Tout le monde veut travailler, sur beaucoup de sujets, et avoir des responsabilités", explique Sacha Houlié, d'où un point sur la "valorisation des talents", alors que des dizaines de députés ont pu être pris de doutes sur leur utilité.

La question du lien du groupe LREM avec le parti et son dirigeant Christophe Castaner pourra aussi être posée, alors que les Insoumis taclent "une majorité fayote" à l'égard de l'exécutif.

Mardi pour clore ce séminaire, la réunion hebdomadaire du groupe doit accueillir le Premier ministre Edouard Philippe.

Catégories: Actualités

Les députés LREM en séminaire pour resserrer les rangs

LCP Assemblée nationale - lun, 01/15/2018 - 11:37

A l'aube d'un semestre chargé, les députés LREM se retrouvent lundi et mardi pour un séminaire de travail, à un moment test pour la cohésion du groupe majoritaire, notamment sur le sensible projet de loi asile-immigration.

Après trois semaines de pause des travaux parlementaires, leur chef de file Richard Ferrand a accueilli des dizaines d'élus du parti présidentiel sur le perron de l'Hôtel de Lassay. "Mobilisons-nous ensemble pour que cette nouvelle année soit aussi intense et dense que la précédente", leur a-t-il dit.

Avec ce séminaire à huis clos, auquel devraient participer plus de 200 des 312 députés LREM, "l'objectif est de lancer la saison législative 2018", selon Hervé Berville, un porte-parole.

"Nous avons besoin de renforcer notre compréhension des enjeux et nos liens", estime Cendra Motin, députée de l'Isère. 

Des mouvements centrifuges émergent, avec en particulier Brigitte Bourguignon (ex-PS) qui veut un "volet social plus affirmé" en 2018 et a réuni une trentaine de députés marcheurs dans un "organe de réflexion". Pas question de "fronder", assure toutefois cette élue du Pas-de-Calais.

- "polyphonie sans cacophonie" -

Le groupe LREM, "ce n'est pas un casernement", a relativisé Richard Ferrand: "C'est un lieu dans lequel il y a la liberté totale de débat (puis) l'unité totale dans l'action et le vote", a-t-il assuré. "On peut avoir de la polyphonie sans que ce soit de la cacophonie", résume M. Berville.

"Je ne veux plus lire un article où l'on parle de nos états d'âme" (...) "parlons des Français et des Françaises, pas de nous", a aussi plaidé le président de groupe en séminaire, selon des propos rapportés.

A la veille d'un déplacement d'Emmanuel Macron à Calais, l'atelier législatif "asile-immigration" en fin de matinée promet d'être un temps fort, le sujet agitant le groupe majoritaire depuis décembre. 

En préparation place Beauvau, le projet de loi qui vise à améliorer l'accueil des réfugiés tout en renforçant la lutte contre l'immigration irrégulière hérisse la gauche, des associations et des intellectuels. 

"Nous portons la même volonté d'humanité et de fermeté", considère Richard Ferrand... mais certains penchent davantage d'un côté que de l'autre.

Après la mise en place d'un groupe de travail d'une dizaine de députés, il s'agit lundi d'"entendre les sensibilités, voir les ajustements possibles et s'accorder sur une méthode", explique un responsable. 

Le ministre de l'Intérieur a prévenu ce week-end: il y aura "des possibilités d'amendement" mais "pas question de changer d'orientation". 

Gérard Collomb sera dans une semaine devant les députés LREM puis ultérieurement devant les MoDem, qui ont aussi formé un groupe de travail pour déminer. 

Au menu en outre de ces "journées d'hiver": des ateliers sur le projet de loi "droit à l'erreur" ou la réforme constitutionnelle, programmée à l'été. 

Et également - ouvert au gouvernement - un "apéritif des régions" lundi soir, où chacun apportera un produit pour ce moment convivial qui avait eu beaucoup de succès lors d'un précédent séminaire en septembre à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis). 

Il n'est nullement question cependant de jeux de rôle comme alors. "Finie la colonie de vacances", glisse une source parlementaire, l'ambiance est studieuse.

"Plusieurs axes d’amélioration du fonctionnement du groupe" seront explorés. "Tout le monde veut travailler, sur beaucoup de sujets, et avoir des responsabilités", explique Sacha Houlié, d'où un point sur la "valorisation des talents", alors que des dizaines de députés ont pu être pris de doutes sur leur utilité. 

La question du lien du groupe LREM avec le parti et son dirigeant Christophe Castaner pourra aussi être posée, alors que les Insoumis taclent "une majorité fayote" à l'égard de l'exécutif.  

Mardi pour clore ce séminaire, la réunion hebdomadaire du groupe doit accueillir le Premier ministre Edouard Philippe.

Catégories: Actualités

Gourvernement : un budget 2018 favorable aux plus aisés ?

L' Essentiel - SudOuest.fr - lun, 01/15/2018 - 11:36

Les mesures prises par le gouvernement sur le budget de 2018 ne devraient pas affecter le pouvoir d'achat des ménages, sauf celui des plus aisés, constate l'Observatoire français des conjonctures économiques.
Les mesures du budget 2018 pour les ménages n'auront quasiment pas d'effet sur leur pouvoir d'achat cette année... Lire la suite

Catégories: Actualités

Foot européen : le Barça solide leader, City chute

France 24 - L'info en continu - lun, 01/15/2018 - 11:35
Le Barça fait toujours la course en tête en Liga. Après avoir battu la Real Sociedad (2-4), les Catalans comptent neuf points d'avance sur l'Atletico Madrid. Manchester City a été défait pour la première fois de la saison face à Liverpool (4-3).
Catégories: Actualités

Alain Juppé ne reprend pas sa carte aux Républicains

Le Huffington Post - lun, 01/15/2018 - 11:35

POLITIQUE - Il ne sera plus adhérent des Républicains. Fondateur et premier président de l'UMP, Alain Juppé a annoncé ce lundi 15 janvier qu'il ne voulait pas renouveler sa carte. "Je n'ai pas payé ma cotisation pour 2017 et je ne paierai pas celle pour 2018", a-t-il indiqué lors de ses voeux à la presse adressés depuis Bordeaux.

"L'un des problèmes du parti Les Républicains, c'est que sa composante centriste s'est détachée", a-t-il justifié.

L'ancien premier ministre qui a beaucoup de mal avec la ligne Wauquiez a annoncé qu'il quittait aussi toutes les fonctions dirigeantes à la fédération de Gironde; il en était le président. "Je prends du recul en attendant de voir ce qui se fera pour 2019", a ajouté Alain Juppé en référence aux élections européennes pour lesquelles il est favorable à la constitution "d'un grand mouvement central".

Je comprends la décision de @Dbussereau qui m'avait informé. Pour ma part je n'ai pas l'intention de payer ma cotisation LR en 2018. Je prends du recul et je vais observer notamment dans la perspective des élections européennes de 2019. #VoeuxPresse

— Alain Juppé (@alainjuppe) 15 janvier 2018

Le maire de Bordeaux était amené à réagir à la décision de son "ami" Dominique Bussereau qui a annoncé dimanche se mettre "en congé" du parti en attendant les européennes.

Par son choix, Alain Juppé accentue la pression sur Laurent Wauquiez. En prenant soin de ne pas claquer définitivement la porte des Républicains (un adhérent peut toujours régulariser sa situation plusieurs mois après), le finaliste de la primaire de droite espère toujours peser sur la direction que prendra son parti en vue des prochaines élections. "Il y aura ceux qui sont pour l'Europe et ceux qui sont contre", a-t-il résumé.

Lire aussi :

Wauquiez "insupporte" Juppé qui prône un "grand mouvement central" avec Macron

De LREM aux Républicains, la droite ne sait plus où elle habite

Aubry, Juppé et plusieurs maires de grandes villes demandent à l'État d'en "faire plus" sur les migrants

Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

À voir également sur Le HuffPost:

Catégories: Actualités

Samsung Galaxy S9: les rumeurs confirmées par cette supposée boîte

Le Huffington Post - lun, 01/15/2018 - 11:34

TECHNO - Parfois, l'emballage dit déjà tout. Vendredi 12 janvier, une photo d'une boîte supposée du Galaxy S9, le futur smartphone phare de Samsung, a été mise en ligne sur Reddit, rapporte Engadget.

Impossible évidemment de savoir si c'est un faux, mais dans le cas contraire, les quelques détails marqués dessus confirment de nombreuses rumeurs autour du téléphone. Celui-ci devrait être officialisé lors du salon WMC à Barcelone, entre le 26 février et le 1er mars.

Si la boîte d'emballage est un faux, il est en tout cas bien réalisé. Il suffit de comparer avec celle, officielle, du Galaxy S8. L'occasion de faire le tour des rumeurs autour du futur smartphone de Samsung.

Similaire, mais avec un plus grand écran ?

A priori, la prise en main ne devrait pas changer. Le fuiteur professionnel Onleaks et 91Mobiles ont publié mi-décembre un rendu de ce à quoi devrait ressembler le Galaxy S9. Si l'on en croit ces informations, le téléphone sera semblable à son grand frère.

Il y aura une petite différence sur la face avant du Galaxy S9+, la version plus imposante, selon SamMobile. L'écran couvrira 90% de la façade, contre 84% pour le S8+. Le classique S9, lui, devrait ressembler en tout point au S8.

Impossible par contre de vérifier cela avec les détails de la boîte.

Un appareil photo amélioré

Ce que la boîte confirme, par contre, c'est le changement probable de l'appareil photo. Le Galaxy S9 devrait ainsi disposer d'une lentille avec deux ouvertures différentes (1,5 et 2,4). L'intérêt? Réaliser de meilleures photos quand il fait sombre.

Un bel exploit technique qu'a déjà réussi Samsung avec un téléphone à clapet commercialisé en Chine, le W2018, rappelle Android Central. On peut voir dans l'animation ci-dessous le capteur passer d'un mode à l'autre:

Selon Forbes, si le Galaxy S9 gardera un seul objectif, le S9+ passera au double objectif, comme sur le Note 8 et nombre de ses concurrents Android, ou comme l'iPhone X.

Dernier détail, que l'on peut noter sur la boîte: le Galaxy S9 devrait disposer d'un mode "super slow-mo", permettant d'enregistrer des vidéos à plus de 1000 images par secondes, précise Engadget. Objectif: filmer au ralenti toutes sortes de scènes.

Un capteur d'empreintes mieux placé

Autre petit changement, mais qui devrait faire plaisir aux utilisateurs: le capteur d'empreintes du S9 devrait changer de place. Selon les différentes fuites, il devrait se trouver sous l'appareil photo.

Sur le S8 ou encore le Note 8, le capteur est bizarrement placé, sur la droite de l'objectif. Problème: on se retrouve souvent à mettre ses doigts gras sur la lentille en cherchant à déverrouiller son téléphone.

Enfin, selon le Korea Herald, le Galaxy S9 devrait disposer d'un nouveau capteur d'iris, pour déverrouiller son téléphone d'un coup d'oeil. Il devrait être plus rapide et plus efficace dans le noir. Le but est évidemment de concurrencer l'iPhone X et son FaceIDtrès efficace.

Enceintes stéréo

Enfin, dernier détail provenant de la boîte: le Galaxy S9 devrait disposer de haut-parleurs stéréo. Une première. A priori, ils ont été conçus par AKG, la marque autrichienne spécialisée dans le matériel audio et qui signe déjà les écouteurs du Galaxy S8.

Lire aussi :

Plainte déposée contre Samsung pour "violation des droits humains"

Orange, Free, SFR, Bouygues... Les vrais prix du Galaxy S8 forfait inclus

Cette pub de Samsung ridiculise les irréductibles d'Apple

Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

À voir également sur Le HuffPost:

Catégories: Actualités

Voeux Pénicaud: l'association des journalistes sociaux regrette d'être privée de discours

France 24 - L'info en continu - lun, 01/15/2018 - 11:31

L'Association des journalistes sociaux (Ajis) a déploré ne pas être autorisée à faire un discours lors des voeux de la ministre du Travail ce lundi, contrairement à la "tradition", une occasion qui lui aurait permis d'attirer la "vigilance" de Muriel Pénicaud sur les conditions d'exercice de la presse.

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, fait ses voeux "aux acteurs économiques et sociaux" à la mi-journée, selon son agenda.

Le ministère a indiqué à l'Ajis qu'elle ne fera pas de discours puisque cette cérémonie n'est pas "uniquement réservée à la presse, comme cela était de coutume jusqu?à présent", souligne Florence Mehrez, présidente de l'association, dans un communiqué.

"Outre le fait que cette cérémonie est un moment de convivialité et d'échanges, les v?ux sont un temps privilégié pour notre association", relève-t-elle. "A cette occasion, nous pouvons attirer la vigilance du ministre sur les conditions d'exercice de notre profession: les relations avec le ministère, la liberté de la presse, l'état de la presse sociale", ajoute-t-elle.

"Nous le déplorons d'autant plus que, cette année, le président de la République a annoncé un projet de loi sur les +fake news+ qui devrait, inévitablement, avoir des effets sur le droit de la presse. Nous espérons d'ailleurs que les associations de journalistes seront consultées à cette occasion", conclut Mme Mehrez.

L'AJIS, qui vient de fêter ses 50 ans, compte environ 300 membres.

Catégories: Actualités

Des objets nazis brièvement mis en vente sur Le Bon Coin

L’association qui les a repérés va porter plainte contre l’auteur des annonces.
Catégories: Actualités

Libye: le trafic suspendu à l'aéroport de Tripoli en raison de combats

France 24 - L'info en continu - lun, 01/15/2018 - 11:26

Le trafic à l'aéroport de Tripoli a été interrompu lundi à la suite d'une attaque par un groupe armé qui a entraîné de violents combats, a-t-on appris de sources aéroportuaire et sécuritaire libyennes.

Dans un communiqué sur sa page facebook, la direction de l'aéroport international de Mitiga, le seul de la capitale opérationnel, a annoncé "la suspension du trafic aérien (...) du fait des combats qui ont éclaté ce matin", lundi.

Un groupe armé a lancé "une attaque" sur le site de l'aéroport, "qui compte une prison où sont détenues plus de 2.500 personnes pour des affaires diverses", a indiqué sur sa page Facebook la force al-Radaa (dissuasion), chargée de sécuriser la plateforme.

Selon cette force, la milice à l'origine de cette attaque cherche à "libérer" certains de ses membres, qu'elle détient.

"Tout le personnel de l'aéroport et les passagers ont été évacués" lorsque les combats ont commencé, a affirmé à l'AFP un pilote de ligne libyen qui a préféré garder l'anonymat.

"On a vu des chars dans le périmètre de l'aéroport", a-t-il ajouté.

Malgré une amélioration relative de la sécurité à Tripoli depuis l?été 2017, des combats éclatent de temps à autre dans le secteur de l?aéroport de Mitiga, au coeur d?une lutte d?influence entre milices.

La Force de dissuasion al-Radaa est formée essentiellement de salafistes non jihadistes, principalement basés dans l'est de la capitale.

Loyale au gouvernement d'union (GNA) de Fayez al-Sarraj, soutenu par la communauté internationale, elle fait office de police à Tripoli et pourchasse à la fois les trafiquants (drogue, alcool) et les personnes soupçonnées d'appartenir au groupe Etat islamique.

Lundi matin, des échanges de tirs à l'arme lourde étaient audibles jusqu'à Tajoura, une petite ville à 30 kilomètres à l'est de Tripoli, selon des journalistes de l'AFP.

Toutes les routes qui menant à l'aéroport de Mitiga et sa zone ont été coupées.

Mitiga est une ancienne plateforme militaire utilisée pour le trafic civil en substitution de l'aéroport international de Tripoli, gravement endommagé en 2014 par des combats.

A ce jour, seules les compagnies aériennes libyennes opèrent dans le pays, assurant des vols intérieurs et des liaisons régulières avec Tunis, Alexandrie (Egypte), Amman, Istanbul et Khartoum.

L?Union européenne a interdit toutes les compagnies libyennes dans son espace aérien pour des "raisons de sécurité".

La Libye est plongée dans le chaos depuis la chute du dictateur Mouammar Kadhafi en 2011.

Catégories: Actualités

Pages

S'abonner à JO CASANOVA MUSIC agrégateur - Actualités