Actualité

Pierre Joxe assigne Alexandra Besson en diffamation

L’ancien ministre de l’intérieur est accusé par la jeune femme d’agression sexuelle lors d’une représentation à l’Opéra Bastille, en  2010.
Catégories: Actualités

L'analyse de François Ruffin sur le XV de France vaut le détour

Le Huffington Post - mer, 01/17/2018 - 10:55

RUGBY - Tel "Pierre Bourdieu qui, dans Les questions de sociologie, s'intéresse à la couture pour voir des grands phénomènes dans des petites choses", François Ruffin s'inspire du rugby pour faire une critique "du pognon". Alors que le successeur de Guy Noves à la tête de l'équipe de France livre ce mercredi sa liste des joueurs qui disputeront le tournoi des VI Nations, le député (France insoumise) de la Somme donne son explication -qui vaut le détour- de la mauvaise passe traversée par l'ovalie française.

"C'est le fruit d'un effet de structure", dénonce le réalisateur du documentaire Merci Patron que l'on connaissait surtout pour sa critique de la mondialisation dans le football. En 2014, il avait notamment publié le livre Comment ils nous ont volé le football pour évoquer le ballon rond comme miroir grossissant de l'envahissement de la société par l'argent.

"Il s'est passé un glissement du centre de pouvoir de la fédération vers les clubs et le Top14", dénonce François Ruffin dans une vidéo postée sur Twitter qui reprend ici un argument souvent avancé par les observateurs de ce milieu.

Ils virent Guy Novès, ils retiennent les joueurs pendant les #SixNations, nous font perdre contre les Anglais, les Italiens, les Gallois : les millions du #Top14 ! Franchement : les Anglais ? Tous les ans ? On n'a pas honte ? Mais où va la France ! (>>> Allez, bon visionnage). pic.twitter.com/qUlBRlgGR1

— François Ruffin (@Francois_Ruffin) 16 janvier 2018

Mais en parlementaire qu'il est, il va plus loin pour en faire une critique politique. S'il convient qu'il "y a des choses plus graves", il estime qu'on voit comment, "à l'échelle d'un sport, on accepte le délitement de la nation au profit du pognon". "Tout le monde le sait mais il y a une dénégation collective", appuie-t-il.

Au passage, il en profite pour étriller Bernard Laporte, "incarnation vivante du rugby pognon" et revenir sur l'éviction de Guy Novès à qui "on reproche de ne pas avoir mis son genou à terre assez régulièrement devant les entraîneurs du Top 14".

Comment faire changer les choses? François Ruffin en appelle ni plus ni moins à l'État. "Tant que le politique ne décidera pas qu'il faut libérer l'équipe de France de cette gangue et de ce gang, les résultats ne s'améliore pas", estime le député qui conclut en souriant mais député. "Perdre contre les Anglais tous les ans, on n'a pas honte, des fois on perd même contre les Italiens. Stop où la France ?", se demande le nouveau chroniqueur sportif de l'Assemblée.

Lire aussi :

François Ruffin: "L'Assemblée est nue? Ma lettre à Monsieur de Rugy"

Ruffin s'est fait gronder et punir pour avoir mis un maillot de foot à l'Assemblée

Ruffin continue de jouer au "député-reporter", la preuve avec cette vidéo

Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

À voir également sur Le HuffPost:

Catégories: Actualités

"Pays de merde": Cory Booker, sénateur démocrate, explose face à une proche de Trump

Le Huffington Post - mer, 01/17/2018 - 10:52

INTERNATIONAL - C'est une puissante réponse qui a laissé sans voix. Ce mardi 16 janvier, la secrétaire à la Sécurité intérieure des Etats-Unis, Kirstjen Nielsen, était appelée à témoigner devant le Comité judiciaire du Sénat. Et face à ses interlocuteurs, celle-ci a nié en bloc l'emploi de l'expression "pays de merde" ("shithole countries"), employée par Donald Trump le 12 janvier dernier lors d'une discussion sur l'immigration, pour qualifier les pays africains, ainsi que le Salvador et Haïti.

Kirstjen Nielsen a ainsi affirmé que la prononciation de ces mots n'était pas vraiment "audible", car les "sénateurs présents à cette réunion parlaient tous en même temps", rapporte le HuffPost US. Une réaction qui a fortement indigné le sénateur démocrate Cory Booker. Dans un intense discours, celui-ci a donc tenu à la remettre à sa place.

Comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête de l'article, il l'accuse de "complicité" du racisme de Trump par son "silence et son amnésie". "J'ai un président américain dont je respecte la fonction, qui parle des pays d'origine de mes citoyens bien-aimés de la plus méprisable des façons, et vous ne vous en rappelez pas?", s'indigne-t-il, devant son interlocutrice, silencieuse et embarrassée.

Lire aussi :

Trump s'en prend aux immigrants en provenance de "pays de merde"

Les journalistes américains montent au créneau après le "pays de merde" de Trump

Après l'épisode du "pays de merde", Trump assure à la presse qu'il n'est "pas raciste"

Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

À voir également sur Le HuffPost:

Catégories: Actualités

La Bourse de Paris évolue en petite baisse

France 24 - L'info en continu - mer, 01/17/2018 - 10:49

La Bourse de Paris évoluait en petite baisse (-0,21%) mercredi matin, subissant le contrecoup de l'inversion soudaine de tendance la veille à la Bourse de New York, celle-ci n'étant pas parvenue à conserver ses impressionnants gains de début de séance.

A 10H00 (09H00 GMT), l'indice CAC 40 reculait de 11,75 points à 5.502,07 points. La veille, il avait fini stable (+0,07%).

Après une ouverture en trombe mardi ayant propulsé le Dow Jones au-dessus des 26.000 points pour la première fois de son histoire, Wall Street a vu sa fulgurante progression rapidement s'essouffler, entraînant les indices européens dans son sillage.

"Il n'y avait pas de catalyseur immédiat pour la forte baisse d'hier mis à part une certaine faiblesse des marchés de matières premières, mais l'incapacité des marchés américains à conserver ces gains pourrait suggérer un repli à venir, après le fort démarrage de cette année", a estimé Michael Hewson, un analyste de CMC Markets.

Toutefois, "le retour de la prudence à très court terme n'est pas un signal d'alerte dans l'immédiat, en tout cas pas tant que les marchés ne s'emparent pas d'une thématique potentiellement baissière", ont tempéré de leur côté les stratégistes du courtier Aurel BGC.

Sur le front des indicateurs, l'inflation du mois de décembre (deuxième estimation) en zone euro, la production industrielle aux Etats-Unis pour ce même mois et le Livre Beige de la Fed seront au menu de la séance.

"La publication de l'inflation en zone euro ce matin (à la fois IPC et inflation sous-jacente) aura un intérêt certain pour les investisseurs puisqu'il s'agit d'une énième statistique prompte à influencer la Banque centrale européenne", a souligné Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

Pour la première fois depuis dix ans, les immatriculations de voitures neuves dans l'Union européenne ont franchi en 2017 la barre des 15 millions, en hausse de 3,4% par rapport à 2016, selon les statistiques de l'Association des constructeurs européens (ACEA) publiées mercredi.

En matière de valeurs, Europcar bondissait de 5,95% à 10,59 euros après avoir réitéré son ambition d'atteindre au moins 3 milliards d'euros de revenus et 14% de marge d'exploitation Ebitda ajustée d'ici la fin de 2020.

Fnac Darty s'enfonçait à l'inverse de 7,41% à 93,05 euros à la suite de l'annonce d'une opération financière sur ses titres, dite de "couverture", par Vivendi (-0,76% à 23,62 euros).

Casino reculait de 4,30% à 48,56 euros, lesté par un chiffre d'affaires 2017 de 37,8 milliards d'euros, en croissance de 5%, mais inférieur aux attentes.

Alstom prenait 0,67% à 36,05 euros alors que le constructeur ferroviaire a publié mercredi un chiffre d'affaires en hausse de 6% pour son troisième trimestre décalé 2017/18, à 1,761 milliard d'euros, et a confirmé ses objectifs pour 2020.

Airbus ne profitait pas (-0,30% à 89,70 euros) d'une commande de 80 avions A320 pour un montant de 9,3 milliards de dollars par la compagnie aérienne mexicaine Volaris.

Ingenico ne bénéficiait pas (-2,61% à 90,98 euros) de l'annonce mercredi de la signature d'un accord en vue du rachat du réseau de paiement néo-zélandais Paymark pour un montant de 190 millions de dollars néo-zélandais (environ 112 millions d'euros).

EDF progressait de 1,67% à 10,99 euros. L'énergéticien et le groupe d'Abu Dhabi Masdar ont annoncé mardi qu'ils envisageaient de travailler ensemble dans le domaine de l'électricité en Afrique sub-saharienne.

Virbac se repliait de 3,47% à 116,80 euros, malgré le fait que le groupe de santé animale est parvenu à tenir son objectif d'un chiffre d'affaires globalement stable sur un an en 2017, à taux de change constants, à la faveur de ventes dynamiques au quatrième trimestre.

Pierre et Vacances/Centers Parcs gagnait 1,85% à 44,00 euros, profitant d'une progression des ventes du groupe de 5,4% au premier trimestre (octobre-décembre), à 306,7 millions d'euros, la société prévoyant déjà une activité touristique en progression sur le trimestre suivant.

GL Events grappillait 0,19% à 26,05 euros. Le groupe spécialisé dans la logistique des grands événements a désormais le milliard d'euros d'activité en ligne de mire après être parvenu à stabiliser son chiffre d'affaires pendant l'année 2017.

Catégories: Actualités

Migrants: Macron et May annonceront jeudi un "nouveau traité" pour "compléter" les accords du Touquet" (Elysée)

France 24 - L'info en continu - mer, 01/17/2018 - 10:49

Emmanuel Macron et Theresa May annonceront jeudi, lors du sommet franco-britannique, un "nouveau traité" pour "compléter les accords du Touquet" sur la gestion des migrants qui veulent aller au Royaume-Uni, a indiqué l'Elysée mercredi.

Ces engagements, "encore en cours de finalisation", formeront "un nouveau traité" franco-britannique qui portera principalement sur les mineurs isolés, les demandes d'asile et le regroupement familial "avec des engagements précis de délais pour examiner les demandes en quelques jours", a précisé l'Elysée, ainsi qu'"un volet financier" avec une nouvelle contribution britannique "importante".

Catégories: Actualités

Notre-Dame-des-Landes: Philippe annoncera la décision à l'issue du Conseil des ministres

LCP Assemblée nationale - mer, 01/17/2018 - 10:47

Edouard Philippe annoncera la décision de l'exécutif concernant le projet controversé d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes mercredi à l'issue du Conseil des ministres, a indiqué l'Elysée.

"Le Premier ministre, M. Edouard Philippe, s'exprimera pour présenter la décision prise par le gouvernement sur l'avenir du projet aéroportuaire du Grand Ouest", en présence des ministres Gérard Collomb (Intérieur), Nicolas Hulot (Transition écologique et solidaire), Elisabeth Borne (Transports), Nicole Belloubet (Justice) et Benjamin Griveaux (porte-parole), a précisé la présidence de la République dans un communiqué.

Catégories: Actualités

A la recherche d’un plan pour fermer Fessenheim

Le gouvernement installe un comité de pilotage sur la reconversion du site nucléaire, le plus vieux du parc.
Catégories: Actualités

Un an après, Trump toujours indissociable de ses affaires

France 24 - L'info en continu - mer, 01/17/2018 - 10:45

Il y a un an, Donald Trump promettait de ne plus s'occuper de son empire immobilier, cédant les rênes de la Trump Organization à ses deux fils ainés tout en restant propriétaire - une première pour un président américain.

Aujourd'hui, ses clubs de golf de Floride et du New Jersey, où il a passé plus de 80 jours en 2017, font partie intégrante de la présidence. Et ses adversaires dénoncent sans relâche, y compris devant les tribunaux, les liaisons opaques entre la Maison Blanche et la Trump Organization.

Pour beaucoup, un exemple flagrant de ce dangereux mélange des genres est celui de l'hôtel Trump International de Washington, tout proche de la Maison Blanche.

Avant la victoire du milliardaire, beaucoup doutaient du succès de cette ancienne poste transformée en hôtel de luxe. Aujourd'hui, ses chambres, restaurants et salles de conférences fourmillent de diplomates étrangers et de lobbyistes.

"C'est devenu une annexe de la Maison Blanche où, moyennant 27 dollars pour une margarita, on peut parler à des gens qui verront le président le lendemain (...) un moyen d'approcher des responsables de l'administration Trump", affirme Austin Evers, directeur de l'ONG American Oversight, créée pour dénoncer les dérapages éthiques de l'administration Trump.

Il cite comme autant de soupçons les séjours à l'hôtel de délégations saoudienne et malaisienne ou un congrès de lobbyistes pour la cigarette électronique juste avant que l'administration n'abroge certaines règles de ce secteur.

- Apparitions surprise -

Les propriétés du président sont d'autant plus visibles qu'il continue, comme avant son élection, d'y faire des apparitions surprise, pour la plus grande joie des clients.

"Le bonus a été lorsque POTUS (président des Etats-Unis) et FLOTUS (Première dame) sont apparus tout près de ma femme et moi", se réjouissait récemment un client australien prénommé David, dans une évaluation en ligne de l'hôtel de Washington.

Pour autant, la présidence n'est pas synonyme de croissance pour le groupe Trump, qui a décliné une demande d'interview de l'AFP.

Dans un récent entretien au New York Times, Eric Trump - qui gère les affaires avec son frère Donald Jr - assurait qu'ils avaient renoncé à lancer de nouveaux projets pendant la présidence de leur père. Pour éviter la controverse et honorer la promesse faite en janvier de s'abstenir de nouveaux développements à l'étranger.

A New York, le groupe s'est récemment désengagé d'un hôtel-résidence du quartier huppé de SoHo, boycotté par plusieurs célébrités après l'élection.

Selon des médias américains, plusieurs propriétés du groupe situées dans des bastions démocrates, comme New York et Chicago, seraient victimes d'une désaffection.

Fin 2016, la Trump Organization a d'ailleurs annoncé le lancement de la chaîne d'hôtels Scion, dont le nom est exceptionnellement dépourvu de toute référence à Trump, visant une clientèle moins fortunée.

- Faveurs non déclarées -

Le premier établissement devrait ouvrir en 2018 à Cleveland, petite ville de l'Etat républicain du Mississippi (sud), seul nouveau projet connu du groupe depuis l'investiture.

Mais, croissance ou pas, le problème n'est pas là, soulignent les détracteurs du président.

Le simple "potentiel" qu'a Trump de faire profiter ses affaires de sa présidence et celui qu'ont des gouvernements étrangers de l'influencer via ses affaires suffisent à créer d'innombrables conflits d'intérêts, souligne M. Evers.

Dans une plainte déposée en justice en juin, le sénateur démocrate Richard Blumenthal et 200 autres élus citent plusieurs exemples de "faveurs" accordées par des gouvernements étrangers à la Trump Organization. Comme l'enregistrement après l'élection de marques en Chine que le groupe demandait depuis des années.

M. Blumenthal souligne que tout revenu ou contrat accordé à la Trump Organization par des gouvernements étrangers devrait être "soumis à l'accord du Congrès, qu'il contrôle, avant de les accepter", conformément à une clause de la Constitution américaine sur les "émoluments".

Le refus du président, qui a aussi toujours rejeté la publication de ses déclarations d'impôts, "soulève de vraies questions sur ce qu'il essaie de cacher", selon le sénateur.

La Trump Organization, société familiale non cotée, n'est pas tenue de communiquer sur ses résultats.

Des documents publiés en juin par le Bureau d'éthique gouvernementale indiquaient simplement que M. Trump avait perçu entre 600 et 650 millions de dollars de revenus de ses actifs sur la dernière année fiscale. Ses revenus de Mar-a-Lago, son club de Floride réservé à de riches membres et devenu la "Maison Blanche d'hiver", étaient en hausse de 30 à 37 millions de dollars.

"Il y a toutes les raisons de penser qu'il y a beaucoup de choses encore que nous ne savons pas et les choses que nous ne savons pas sont probablement les plus troublantes", relève M. Blumenthal.

Catégories: Actualités

ZOOM Fnac Darty perd près de 7% après une opération financière sur ses titres

France 24 - L'info en continu - mer, 01/17/2018 - 10:43

Le groupe Fnac Darty chutait de près de 7% mercredi à la Bourse de Paris après une opération financière dite "de couverture" réalisée sur ses titres par le géant des médias Vivendi.

A 10H24 (09H24 GMT), l'action Fnac Darty reculait de 6,82% à 93,65 euros, dans un marché en repli de 0,28%.

"C'est lié au placement de Vivendi qui a fait une opération de couverture", a expliqué auprès de l'AFP Marco Bruzzo, directeur général délégué de Mirabaud Asset Management.

Le géant des médias Vivendi a en effet annoncé mardi procéder à une opération de couverture, avec Société Générale, afin de sécuriser sa participation de 11% au capital de Fnac Darty.

Cette opération consiste pour le groupe à céder provisoirement ses titres, en se réservant le droit de récupérer ultérieurement une somme d'argent ou les actions, au plus tard au second semestre 2019.

De son côté, Société Générale, pour garantir sa propre couverture, a démarré le placement privé d'un bloc de 2,94 millions d'actions Fnac Darty auprès d'investisseurs institutionnels.

"Comme ce placement a été effectué à 91 euros, le cours de l'action s'aligne sur ce prix", d'où la baisse du titre en Bourse, a indiqué M. Bruzzo.

Catégories: Actualités

Vidéos. Coups, cris, humiliations : les violences éducatives dénoncées dans une campagne

L' Essentiel - SudOuest.fr - mer, 01/17/2018 - 10:42

Deux clips vidéos de la Fondation de l'enfance sensibilisant les parents aux risques des violences éducatives vont être diffusés à la télévision et sur internet dès cette semaine. .
Où s'arrête l'éducation et où commence la violence ? Une campagne de sensibilisation lancée cette semaine sur les réseaux sociaux et... Lire la suite

Catégories: Actualités

En allaitant pendant six mois, les mères peuvent réduire de moitié le risque de diabète

Le Huffington Post - mer, 01/17/2018 - 10:41

SANTÉ - Allaiter son nourrisson pendant au moins six mois réduit jusqu'à 47% le risque des mères de développer du diabète au cours de leur vie, révèle une étude publiée ce mardi 16 janvier dans le Journal of the American Medical Association (JAMA).

Cette étude, présentée comme l'une des plus étendues sur ce sujet, a porté sur plus de 1200 femmes de 18 à 30 ans, dont 615 Noires ayant participé à des observations entre 1985 et 2015.

"Nous avons constaté un lien très fort entre la durée d'allaitement d'un enfant et une réduction du risque de développer un diabète de type 2 et, ce, après avoir pris en compte tous les facteurs prédisposant à cette maladie", ont conclu les chercheurs.

Ces constatations sont valables pour les femmes quelle que soit leur origine ethnique, une découverte particulièrement marquante pour les Américaines noires qui courent un plus grand risque de diabète et allaitent le moins leurs enfants.

Près de 12% des quelques 163 millions d'Américaines souffrent de diabète adulte et 27 millions sont considérées comme pré-diabétiques. Des nombres élevés qui s'expliquent par l'épidémie d'obésité aux Etats-Unis, ont souligné les scientifiques.

Vers un allongement du congé maternité?

La raison des conséquences bénéfiques de l'allaitement pour la santé des femmes n'a pas été entièrement déterminée, ont relevé les chercheurs. Ils pensent que la réponse pourrait se trouver du côté des hormones: elles pourraient agir comme des agents protecteurs ou alors, ne pas allaiter, pourrait affecter l'équilibre hormonal.

"Les résultats de cette étude pourraient avoir un impact sur les politiques sociales en encourageant un allongement du congé maternité pour permettre aux femmes d'allaiter leurs enfants plus longtemps et de bénéficier pleinement de ces effets positifs sur la santé", ont avancé les scientifiques.

De précédentes études avaient déjà révélé des bienfaits de l'allaitement pour la santé du nouveau-né et de sa mère, dont un moindre risque de cancer ovarien et de maladies cardiovasculaires pour celle-ci.

Pour l'enfant, être nourri au sein paraît favoriser un meilleur développement cérébral et un taux plus bas d'obésité et d'asthme. Le lait maternel contient tous les nutriments nécessaires aux besoins du nouveau-né.

Selon une étude des Centres fédéraux de contrôle et de prévention des maladies (CDC) achevée en 2013, 77% des nouvelles mères aux Etats-Unis choisissaient d'allaiter.

Les CDC et le Collège américain des obstétriciens et gynécologues (ACOG) recommandent que les femmes allaitent pendant au moins six mois.

Lire aussi :

Les mères allaitent moins longtemps leurs bébés en France

BLOG. Quels sont les bienfaits de l'allaitement?

Elle n'avait pas envisagé l'impact que l'allaitement aurait sur son haut de bikini

Pour suivre les dernières actualités sur Le HuffPost C'est La Vie, cliquez ici

Deux fois par semaine, recevez la newsletter du HuffPost C'est La Vie

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

À voir également sur Le HuffPost:

Catégories: Actualités

Avortement: manifestations en Pologne contre le durcissement de la loi

France 24 - L'info en continu - mer, 01/17/2018 - 10:40

Des organisations féministes et des défenseurs du droit à l'avortement organisent un "mercredi noir" de manifestations à travers la Pologne contre une tentative des ultraconservateurs de limiter encore le droit à l'IVG déjà très restreint dans ce pays.

"Nous savons quel est l'enjeu: l'interdiction totale de l'avortement en Pologne", affirme dans un tract la Grève des Femmes, une des organisations à l'origine de l'appel à une marche à Varsovie. Des manifestations similaires doivent avoir lieu dans plusieurs villes de province, dont Cracovie, Lodz, Wroclaw et Szczecin.

La semaine dernière, plus d'un an après "la protestation noire" des femmes qui avait fait échouer une démarche similaire dans ce pays catholique, le parlement dominé par le parti conservateur nationaliste Droit et Justice (PiS) a envoyé en commission un texte qui supprime la possibilité d'interrompre la grossesse en cas de malformation du f?tus.

Si l'amendement à la loi actuelle - fruit d'un compromis laborieusement atteint en 1993 - proposé par le Comité "Stop Avortement" est adopté, l'IVG ne sera plus autorisée que dans deux cas: risque pour la vie ou la santé de la mère et grossesse résultant d'un viol ou d'un inceste.

Ces deux cas représentent un petit pourcentage des avortements légaux, la malformation du f?tus étant à l'origine de 1.046 avortements, soit 96% des IVG pratiquées légalement en Pologne en 2016, selon Stop Avortement.

- Débat houleux -

Un deuxième projet d'initiative citoyenne, libéralisant l'IVG, a lui été rejeté après un débat houleux de quelques heures.

Ce texte, qui avait réuni plus de 400.000 signatures, prévoyait l'accès à l'IVG jusqu'à la 12e semaine de grossesse pour des raisons psychologiques et sociales, ainsi que l'introduction de l'éducation sexuelle dans les écoles et un accès libre à "la pilule du lendemain".

L'abstention ou l'absence d'une quarantaine de députés de l'opposition centriste et libérale lors de ce dernier vote (alors qu'il aurait suffi qu'une dizaine votent pour envoyer le texte en commission) ont provoqué la colère des milieux favorables au droit à l'avortement.

Elles ont déclenché une crise au sein de l'opposition qui, depuis plus de deux ans, cherche à trouver une réponse adéquate aux changements controversés introduits par le PiS, dont certains sont perçus à Bruxelles comme une menace contre l'Etat de droit en Pologne.

Aussi les manifestants doivent-ils s'en prendre à tous les principaux partis politiques, commençant leur marche mercredi soir devant le siège de la Plateforme civique (PO, centriste, opposition), avant d'aller devant celui des libéraux de Nowoczesna et arriver devant le QG du PiS, ouvertement favorable à la nouvelle restriction.

"Après les votes sur le projet +Sauvons les femmes+ nous nous considérons comme laissées à nous-mêmes", dit le tract de la Grève des Femmes.

Le texte envoyé en commission qui doit interdire "l'avortement eugénique", celui décidé en raison d'une malformation du f?tus, avait été signé par 830.000 personnes, selon Stop Avortement.

- Syndrome de Down -

Le président Andrzej Duda, proche de l'Église catholique, s'est engagé en novembre à promulguer la loi une fois adoptée, "pour supprimer le droit de tuer des enfants atteints du syndrome de Down" (trisomie 21).

La nouvelle proposition est moins restrictive que celle qui avait provoqué en 2016 de grandes manifestations de femmes vêtues de noir dans plusieurs villes de Pologne et qui avait finalement été rejetée par le Parlement.

Ce texte prévoyait des peines allant jusqu'à cinq ans de prison pour les médecins et autres personnes participant à l'IVG, y compris pour les patientes elles-mêmes, mais autorisait le juge à renoncer à punir ces dernières.

Depuis leur arrivée au pouvoir il y a deux ans, les conservateurs ont notamment mis fin dès mi-2016 au programme de financement de la fécondation in vitro par l'État. En mai 2017, il a limité l'accès à "la pilule du lendemain", désormais accessible uniquement sur prescription médicale.

Les adversaires de l'IVG mènent parallèlement une autre tentative de l'interdire: une centaine de députés ont demandé au Tribunal constitutionnel de dire si l'avortement eugénique ne viole pas la loi fondamentale et notamment le droit à la vie qu'elle garantit.

Catégories: Actualités

La France envisage de prêter la Tapisserie de Bayeux au Royaume-Uni mais "pas avant 2020"

France 24 - L'info en continu - mer, 01/17/2018 - 10:40

Emmanuel Macron et Theresa May annonceront jeudi lors d'un sommet franco-britannique un programme d'échanges d'oeuvres dont "un possible prêt de la Tapisserie de Bayeux" mais "pas avant 2020", a annoncé l'Elysée mercredi.

"Ce prêt est envisagé car il y aura des travaux de restauration du musée de Bayeux pendant quelques mois", a précisé l'entourage du président de la République devant la presse. Mais "ce ne sera pas avant 2020 car c'est un objet patrimonial extrêmement fragile qui fera l'objet de travaux de restauration très importants avant quelque transport que ce soit".

Catégories: Actualités

Automobile: Renault-Nissan-Mitsubishi revendique la place de numéro un mondial en 2017

France 24 - L'info en continu - mer, 01/17/2018 - 10:40

L'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi revendique la place de premier constructeur automobile mondial en 2017, hors poids lourds, avec 10,6 millions de véhicules vendus, a déclaré mercredi son patron Carlos Ghosn.

"L'alliance, avec 10,6 millions de véhicules vendus en 2017, est le premier groupe automobile mondial, ça vient d'être confirmé", a-t-il indiqué lors d'une audition à l'Assemblée nationale française.

"Il n?y a plus de discussion possible, ce n'est pas un objectif mais c'est une satisfaction", a estimé M. Ghosn.

Volkswagen affiche 10,74 millions d'unités vendues mais avec 200.000 poids lourds qui ne doivent pas être comptabilisés, selon M. Ghosn.

L'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi est au coude-à-coude avec Volkswagen, qui a enregistré des livraisons record l'an dernier, mais également avec Toyota qui tablait sur 10,35 millions de véhicules vendus en 2017.

Au sein de l'alliance dirigée par Carlos Ghosn, le seul groupe Renault (Renault, Dacia, Samsung Motors, Alpine et Lada), qui a récemment dévoilé ses chiffres mondiaux, a affiché une solide progression de 8,5% de ses ventes l'an dernier grâce en particulier aux marchés russes et iraniens.

Catégories: Actualités

Catalogne : Rajoy face au défi indépendantiste et à la concurrence de Ciudadanos

Les nationalistes catalans s’unissent autour de Puigdemont, et les libéraux dépassent le Parti populaire dans les sondages.
Catégories: Actualités

Le prix BD Fnac à "Betty Boob" de Véronique Cazot et Julie Rocheleau

France 24 - L'info en continu - mer, 01/17/2018 - 10:32

Le prix de la BD Fnac a été décerné mercredi à "Betty Boob" (Casterman) de Véronique Cazot (scénario) et Julie Rocheleau (dessin), un album pratiquement sans parole, à la fois drôle et émouvant, racontant l'histoire d'une femme atteinte d'un cancer du sein.

Raconter en BD le lendemain d'une ablation du sein, il fallait oser. Véronique Cazot et la Québécoise Julie Rocheleau ont relevé le défi avec brio. "Betty Boob" (on pense évidemment à la sexy Betty Boop des années 1930) est un album qui traite d'un sujet grave de façon joyeuse et souvent truculente mais toujours avec empathie.

L'album est monté comme un "slapstick", ces films muets des débuts du cinéma avec simplement des "cartons" de courts textes entre les différentes scènes sans parole. Véronique Cazot et Julie Rocheleau ont travaillé ensemble durant deux ans pour mettre au point leur album, sorti en septembre.

Elizabeth, leur héroïne, est attaquée par de méchants crabes. Elle doit subir une mastectomie. Son cancer est peut-être vaincu mais elle peine à reprendre sa vie là où elle l'avait laissée avant la maladie. Son compagnon est effrayé et n'arrive plus à la désirer, vendeuse dans une boutique de luxe, elle est licenciée par sa patronne...

Sinistre? Pas vraiment. Quand la perruque d'Elizabeth s'envole et que la jeune femme tente de la rattraper, un balai à la main, en équilibre sur un échafaudage, puis carrément sur un toit, on a l'impression de regarder un film de Buster Keaton tant le rythme et les gags sont endiablés. On rit de bon c?ur.

Elizabeth trouvera finalement sa place au milieu d'une troupe d'effeuilleuses d'une scène burlesque où elle deviendra Betty Boob.

Plus qu'un album sur une femme atteinte d'un cancer, ce roman graphique, superbement servi par le dessin vif et nerveux de l'illustratrice québécoise, peut également se lire comme une ode à la vie et un manifeste contre les stéréotypes de représentation du corps notamment féminin.

Elizabeth se sauvera quand elle fera de sa différence un atout. "Elle a perdu son sein gauche, son job et son mec. Elle ne le sait pas encore mais c'est le meilleur jour de sa vie", résume l'éditeur en quatrième de couverture.

Créé en 2012 sur le modèle du prix du roman Fnac, le prix de la BD a récompensé l'an dernier "L'été Diabolik" (Dargaud) d'Alexandre Clérisse (dessin) et Thierry Smolderen (scénario).

Catégories: Actualités

Les forces de l’ordre convergent vers Notre-Dame-des-Landes

La départementale 281, qui traverse la ZAD, pourrait être le théâtre des premières confrontations entre les CRS et certains des opposants au projet d’aéroport.
Catégories: Actualités

Trump ? Excellente santé malgré un léger surpoids, pas de troubles cognitifs

L' Essentiel - SudOuest.fr - mer, 01/17/2018 - 10:25

Le médecin de la Maison Blanche a dévoilé mardi les résultats de la visite médicale passée vendredi dernier par Donald Trump.
Le médecin de la Maison Blanche a dressé mardi le tableau d'un Donald Trump, 71 ans, en "excellente santé" sans le moindre indice de troubles cognitifs. Seul petit bémol au milieu d'une série... Lire la suite

Catégories: Actualités

A Raqa, encore détruite et minée, des falafels redonnent le sourire aux habitants

France 24 - L'info en continu - mer, 01/17/2018 - 10:25

Au pied d'un immeuble à la façade éventrée de Raqa, un employé confectionne des boulettes de pois chiches qu'il plonge dans l'huile frémissante. Dans l'ex-capitale des jihadistes en Syrie, les habitants peuvent depuis peu déguster les légendaires "Falafels du roi".

Conquis à la mi-octobre par une coalition de combattants kurdes et arabes soutenue par Washington, l'ancien bastion du groupe Etat islamique (EI) dans le nord syrien tente lentement de revenir à la vie.

"Cela fait bientôt 15 jours qu'on a rouvert. 'Les Falafels du roi' sont célèbres ici", se réjouit Ammar Qassab, le propriétaire de ce petit restaurant du centre-ville où se presse la clientèle.

Dévastée par plusieurs mois de combats et de frappes aériennes, la métropole qui comptait autrefois 300.000 habitants est toujours privée d'eau courante et d'électricité.

Malgré les infrastructures ravagées et l'océan de mines enfouies par les jihadistes, plusieurs centaines de familles ont fait le pari du retour, pour reconstruire par leurs propres moyens leur maison détruite.

"Ma joie est indescriptible quand je vois les gens revenir dans la ville et manger ici à nouveau", s'enthousiasme M. Qassab, 33 ans.

Il dit vendre environ 1.200 sandwichs par jour, les habitants n'ayant pas toujours une cuisine en état pour préparer leurs repas.

- 'Plus belle qu'avant' -

Un petit attroupement d'hommes et de femmes attendent à l'entrée pour se faire servir. Le restaurant, une institution de la vie culinaire de Raqa depuis 40 ans, est resté ouvert quand les jihadistes se sont emparés de la ville en 2014.

Mais il y a un an, à l'approche des combats, il avait fermé ses portes.

Derrière son comptoir, le propriétaire étale de larges galettes de pain. Il écrase les falafels encore fumants, confectionnés notamment à partir de pois chiches et accompagnés de feuilles de salade et de tomates, avant d'arroser le tout d'une délicieuse sauce à base de sésame.

Sur le trottoir, près des monticules de gravats qui occupent un ancien jardin public, tables et chaises ont été installées pour accueillir les clients qui mordent dans leur sandwich à pleines dents.

"J'avais 10 ans quand je suis venu ici pour la première fois", raconte Issa Ahmed Hassan, attablé devant le restaurant. Il se souvient que sa famille appréciait spécialement le lieu pour son jardin.

Ce quinquagénaire aux cheveux blancs a été chassé de Raqa par l'EI il y a deux ans, comme toute la communauté kurde.

"Beaucoup de gens ne sont pas encore revenus. Si Dieu le veut la situation va s'améliorer et Raqa va être encore plus belle qu'avant".

- 'Grands perdants' -

Partout dans le centre de Raqa, la vie tente de reprendre ses droits.

Un pick-up transportant des citernes remplies d'eau effectue une tournée. Certains habitants commencent à reconstruire les murs de leurs maisons à l'aide de ciment et de briques de béton. Un vendeur de légumes expose tomates, choux-fleurs et oranges, et chez le boulanger, une longue file d'attente se forme pour l'achat de galettes de pain.

Mais malgré ce semblant de normalité, les habitants ont du mal à contenir leur colère.

"La situation est tragique, ma maison n'est plus qu'une ruine", déplore Abdel Sattar al-Abid, 39 ans, venu reconstruire sa demeure dans la vieille ville, sans attendre les opérations de déminage.

"J'ai risqué ma vie et suis entré sans faire attention aux mines. On vient de commencer les travaux", soupire ce papa de six enfants, dénonçant l'inaction des autorités locales.

"Les citernes nous apportent de l'eau mais on ne sait même pas d'où elle vient", déserpère-t-il.

Imane al-Faraj, 40 ans, est rentrée il y a trois semaines pour retrouver, elle aussi, sa maison en ruine.

"Il ne reste qu'une seule pièce. Je l'ai réparée et installé une porte, et c'est là qu'on habite tous", déplore cette mère de huit enfants, le visage en partie dissimulé par un voile ocre.

Un peu plus loin, un stand improvisé de carburant a fait son apparition, permettant aux habitants de faire fonctionner des chauffages de fortune.

"Nous sommes les grands perdants de cette guerre", lâche Ismaïl Amr, 45 ans, alors qu'il observe sa maison détruite depuis sa moto, le visage couvert de poussière.

"Il ne nous reste plus que destructions, mines, faim et pauvreté. Tout ce qu'on a perdu ne sera jamais remplacé".

Catégories: Actualités

La France va prêter la tapisserie de Bayeux aux Britanniques

L’exposition de la tapisserie de 70 mètres de long et de 50 cm de haut n’est pas prévue avant cinq ans, mais la décision spectaculaire a été prise par l’Elysée à un moment diplomatiquement crucial.
Catégories: Actualités

Pages

S'abonner à JO CASANOVA MUSIC agrégateur - Actualités