Actualité

Manifestation contre le premier ministre en Arménie, près de 200 personnes interpellées

Depuis huit jours, des manifestants protestent contre l’élection de l’ex-président, Serge Sarkissian, au poste de premier ministre.
Catégories: Actualités

Journée de la Terre : peut-on encore éviter la catastrophe ?

L' Essentiel - SudOuest.fr - ven, 04/20/2018 - 19:01

ÉDITION DU SOIR - A l'occasion de la journée de mobilisation internationale pour l'environnement, qui se déroulera ce dimanche, nous vous proposons une édition spéciale. Au sommaire : tour d'horizon de ce qui est rattrapable et de ce qui ne l'est pas ; un mobile écoresponsable ; des bonnes pratiques, les plus beaux paysages du monde en images...
... Lire la suite

Catégories: Actualités

Liège-Bastogne-Liège: Alaphilippe entend remettre "le compteur à zéro"

France 24 - L'info en continu - ven, 04/20/2018 - 19:00

Sur la lancée de sa première victoire dans une classique, mercredi, dans la Flèche Wallonne, Julian Alaphilippe entend toutefois remettre "le compteur à zéro" avant le grand rendez-vous de Liège-Bastogne-Liège dimanche.

"Liège marque la fin du premier cycle de ma saison", a annoncé le puncheur de l'équipe Quick-Step quand il a répondu aux médias, dans un luxueux hôtel des environs de Liège près de la frontière néerlandaise.

QUESTION: Etes-vous le grand favori ?

REPONSE: "Non, je ne suis pas le grand favori, je suis parmi les favoris. Je pense que beaucoup de coureurs sont capables de dynamiter la course dans le final et pourquoi pas de gagner. Tout ne va pas se résumer au duel entre (Alejandro) Valverde et moi comme à la Flèche Wallonne. C'est une course différente qui va être plus longue et plus difficile."

Q: Sera-t-il plus difficile de piéger Valverde cette fois ?

R: "Tout ne se résume pas à ça. Il faudra bien maîtriser la course, gérer ses efforts, les faire au bon moment. On a un équipe très forte et on va essayer de garder le plus d'unités possibles jusqu'au final. C'est différent de la Flèche Wallonne. Je remets le compteur à zéro."

Q: Mais avec une confiance accrue ?

R: "Avoir gagné la Flèche m'a fait énormément de bien. Je l'attendais depuis longtemps. Cela change des petites choses, surtout dans la tête. Physiquement, la condition est là. En arrivant sur les classiques, je savais que j'étais prêt. J'ai tout fait pour."

Q: Depuis quand avez-vous la fibre des classiques ardennaises ?

R: "J'ai le souvenir d'avoir regardé Liège et la Flèche à la télé quand j'étais à l'armée en amateur, ça m'a tout de suite plu. C'est dur à expliquer: les spectateurs au bord de la route, le parcours, la manière dont ces courses se gagnent... Mais je n'ai pas imaginé alors que j'allais gagner un jour la Flèche Wallonne."

Q: Quand avez-vous découvert ces courses ?

R: "A ma première participation (2015). J'étais au service de Michal Kwiatkowski qui était leader légitime en étant champion du monde. Avoir fait deux fois le podium (2e de la Flèche et de Liège) m'a tout de suite mis dans le bain. Après, forcément, c'est difficile, j'en ai beaucoup entendu que j'étais favori. C'est pour cela que c'était important de gagner mercredi. J'ai passé le cap."

Q: Avez-vous mis du temps à réaliser ?

R: "Je m'en suis surtout rendu compte aux messages, aux appels de ma famille, les gens... Quand on a fait la reconnaissance (vendredi), j'ai roulé quelques kilomètres avec Valverde qui m'a encore félicité. Je me suis rendu compte que c'était quand même quelque chose !"

Q: Il a été fair-play...

R: "Il a vu que c'était mon jour. Moi aussi j'ai été fair-play quand j'ai fini derrière lui. J'étais tout simplement battu par meilleur que moi. Là, les rôles se sont inversés. Cela prouve aussi sa classe, c'est pour cela que j'ai beaucoup de respect pour lui."

Q: Avez-vous vu la vidéo de 1980, Bernard Hinault sous la neige ?

R: "J'ai vu quelques extraits, oui, je suis content que ce ne soit pas comme ça. Il y a deux ans, on a eu des conditions dantesques, j'étais complètement pétrifié par le froid, je n'étais pas le seul d'ailleurs."

Q: C'était aussi la dernière victoire française...

R: "J'ai entendu ça. Cela ne changera rien. J'ai juste envie de faire la plus belle course possible. J'ai une motivation, un truc de fou !"

Q: Avez-vous des regrets pour votre 2e place de 2015 ?

R: "J'avais beaucoup travaillé avant. Ce n'est qu'en haut de la côte de Saint-Nicolas que j'ai compris que je devais faire le sprint. J'étais là pour découvrir ces courses, j'ai respecté le travail qu'on m'avait demandé de faire et, en plus, j'ai terminé sur le podium. Je pense que l'équipe, ce jour-là, a vraiment compris que j'étais aussi capable d'être leader. Et j'en ai pris conscience moi aussi !"

Catégories: Actualités

"Pirates des Caraïbes: la vengeance de Salazar" nous apprend enfin d'où vient le nom de Jack Sparrow

Le Huffington Post - ven, 04/20/2018 - 19:00
"Pirates des Caraïbes: la vengeance de Salazar" nous apprend enfin d'où vient le nom de Jack Sparrow
Catégories: Actualités

Trump n'a pas hésité à se faire passer pour un autre pour entrer dans le classement Forbes, le journaliste diffuse l'enregistrement

Le Huffington Post - ven, 04/20/2018 - 18:55
Trump n'a pas hésité à se faire passer pour un autre pour entrer dans le classement Forbes, le journaliste diffuse l'enregistrement
Catégories: Actualités

Aviron Bayonnais : l'assemblée générale part en sucette

L' Essentiel - SudOuest.fr - ven, 04/20/2018 - 18:50

VIDEO. Le club de rugby pro de Bayonne doit se trouver de nouveaux présidents ce vendredi. Les supporteurs ont utilisé des fumigènes, ils se sont invités à la soirée et ont scandé quelques slogans.
Ce vendredi soir, l'assemblée générale de l’Aviron Bayonnais a pris une tournure imprévue. Des centaines de supporteurs ont... Lire la suite

Catégories: Actualités

Pays basque : les excuses de l'ETA ne règlent pas la question des responsabilités

France 24 - L'info en continu - ven, 04/20/2018 - 18:48
L'organisation clandestine indépendantiste basque ETA a reconnu le "mal" qu'elle a causé pendant sa lutte armée et a demandé pardon aux victimes. Une étape supplémentaire dans le processus de sortie du conflit basque.
Catégories: Actualités

États-Unis : le Parti démocrate porte plainte contre Moscou, l'équipe Trump et Wikileaks

France 24 - L'info en continu - ven, 04/20/2018 - 18:42
Une plainte pour conspiration visant la Russie, l'équipe de campagne de Donald Trump et Wikileaks a été déposée vendredi par le Parti démocrate, qui les accuse de s'être concertés pour influencer la campagne présidentielle américaine.
Catégories: Actualités

Racing 92: "On ne remplace pas Dan Carter" estime Lorenzetti

France 24 - L'info en continu - ven, 04/20/2018 - 18:40

"On ne remplace pas Dan Carter", a estimé vendredi, dans un entretien à l'AFP, le président du Racing 92 Jacky Lorenzetti, dont le club dispute dimanche une demi-finale de Coupe d'Europe contre le Munster à Bordeaux.

Avant de partir au Japon, l'ouvreur néo-zélandais peut réaliser le doublé Coupe d'Europe-Top 14 avec le club francilien, "fier de voir 12 Jiff (Joueurs issus des filières de formations) sur les 15 titulaires dimanche", a souligné l'homme d'affaires, ex-dirigeant du géant immobilier Foncia.

Q: Comme en 2016, le Racing peut viser le doublé. Qu'est-ce qui a changé depuis?

R: "La maturité. C'était la première fois qu'on jouait une finale de Coupe d'Europe. On a un peu plus d'expérience. La U Arena (inaugurée fin 2017) a boosté nos joueurs. On l'attendait depuis tellement longtemps, cela faisait 7-8 ans que je travaillais dessus. L'affluence y est au rendez-vous, on est à plus de 20.000 spectateurs sur les 5 premiers matches. Le bébé est beau et il va bien grandir."

Q: Sauf que vous jouerez votre qualification pour les demi-finales du Top 14 face à Agen à Vannes. La location de la U Arena à Beyoncé et Jay-Z est évoquée pour expliquer cette délocalisation.

R: "Il n'y a rien de nouveau, on fait des délocalisations depuis quelques années. On a joué au Stade de France, à Lille, Nantes... Simplement, c'est le schéma économique que j'ai construit autour du Racing. J'ai toujours été surpris qu'on puisse faire seulement 16 matches par an sur un terrain avec d'aussi gros investissements. J'ai voulu faire une salle de spectacle dans laquelle on va se débrouiller pour jouer au rugby. Cela permettra au Racing d'être indépendant de mes subsides pendant des années, voire d'être un peu bénéficiaire. Cela veut dire qu'il faut faire des arbitrages entre le spectacle et le rugby. Là, on a en effet des artistes qui vont venir pendant trois semaines, un mois à l'Arena. Il ne reste plus qu'un match (à domicile), peut-être un deuxième avec les barrages. On a fait un choix avec les coaches."

Q: Mais où jouerez-vous votre barrage à domicile le cas échéant?

R: "On va tout faire pour qu'il n'y en ait pas. Sinon, on avisera. Il y a toujours le stade de Colombes. Une solution logique, financière et sportive, serait de le jouer à Jean-Bouin (l'enceinte du Stade Français). Mais après ce qu'il s'est passé l'année dernière, les deux clubs ont acté que tout rapprochement était impossible."

- La fusion, 'une grosse connerie' -

Q: Un an après, que vous dites-vous quand vous repensez à l'épisode de la fusion?

R: "Je me dis que j'ai fait une grosse connerie. Je me suis laissé entraîner. Je n'avais rien à gagner là-dedans, l'idée était de sauver le Stade Français et de faire un grand club à Paris. J'ai mal communiqué, Thomas Savare (président du Stade Français à l'époque) n'avait pas prévenu ses troupes, il n'avait pas fait le nécessaire. On s'est retrouvés devant un mur d'incompréhension. C'est l'épisode le plus douloureux de ma vie de président de club. J'ai été largement agressé, même par mes propres supporters. C'était un moment difficile."

Q: Le coup de gueule que vous avez poussé contre vos joueurs à la mi-temps du dernier derby face au Stade Français a été très remarqué...

R: "Je ne suis pas interventionniste au niveau sportif, ce sont les coaches qui décident des recrutements et des compositions d'équipe. Ils ont carte blanche, je n'interviens que pour la partie financière. C'est la première fois en dix ans que je descends dans le vestiaire à la mi-temps. Jamais je n'aurais fait cette intervention si j'avais su que j'étais filmé. Mais une défaite contre le Stade Français à l'Arena, c'était pour moi insupportable."

- Fickou, ça coince -

Q: Après le Sud-Africain Pat Lambie, l'Ecossais Finn Russell et l'Irlandais Simon Zebo arrivent cet été. Le Racing sera encore plus fort malgré le départ de Dan Carter.

R: "Habituellement, on n'annonce pas nos recrutements. On a fait une exception parce qu'on devait clarifier la situation de Dan Carter. Plus l'échéance approche, plus je m'aperçois de la chance inouïe qu'on a eu avec ce joueur exceptionnel. Ici, c'est toujours le dernier à rentrer au vestiaire. C'est un joueur hors norme, tellement généreux. Peut-être que je n'ai pas assez profité de lui à titre personnel. Cela va être une perte pour nous mais aussi pour le rugby français. On ne le remplace pas mais Dan m'a dit le plus grand bien de Russell, qui va nous former une belle équipe avec Pat Lambie."

Q: Et Gaël Fickou?

R: "C'est le jeu des agents qui s'amusent à le présenter comme arrivant chez nous. On a eu des rapports avec (Didier) Lacroix (le président toulousain) pour lui dire que s'il était libre, il pourrait nous intéresser. Il a encore un an de contrat et Toulouse a logiquement souhaité une indemnité de rupture de contrat, qui est à un prix stratosphérique. Sauf si les conditions sont revues, Gaël Fickou ne jouera pas chez nous l'année prochaine."

Propos recueillis par Pierrick YVON

Catégories: Actualités

Marianne et Elle seront traités "avec prudence et respect", promet l'acheteur tchèque

France 24 - L'info en continu - ven, 04/20/2018 - 18:33

Daniel Kretinsky, propriétaire du groupe Czech Media Invest qui compte racheter plusieurs magazines du groupe français Lagardère, dont Elle et Télé 7 Jours, ainsi que le newsmag Marianne, assure qu'il les traitera avec "prudence et respect", dans un entretien au Figaro vendredi.

"J'ai un grand respect pour ces magazines et pour le travail de leurs équipes. Ce n'est pas dans notre intérêt d'abîmer ces marques. Cet héritage sera traité avec prudence et respect", indique-t-il au lendemain de l'annonce d'un projet de rachat de Marianne, qui doit toutefois être validé par le tribunal de commerce de Paris.

"Nous sommes là pour aider au développement de ces titres et leur permettre d'envisager sereinement l'avenir", assure ce quadragénaire milliardaire et francophile.

Selon le Figaro, il affirme qu'il investira dans ces magazines et "que la rédaction de Marianne pourrait même être renforcée".

Le choix de Marianne, qui était en difficulté ces derniers temps et suivait un plan de redressement approuvé par le tribunal de commerce de Paris cet été, est "avant tout citoyen, bien que je ne sois pas français, afin de venir en aide à ce titre", a-t-il expliqué au journal.

"En ce qui concerne les magazines de Lagardère, je suis optimiste pour trouver un modèle économique solide. Il faut notamment permettre à Elle d'être plus présent sur le digital", avance-t-il.

Dans ces titres qui comptent 700 salariés, "la question de l'emploi est en cours de discussion", selon le Figaro.

Propriétaire du premier groupe de presse écrite de République Tchèque, M. Kretinsky, qui a étudié en France à l'Université de Dijon, confie avoir des "liens affectifs forts avec la France".

"J'ai une position économique suffisamment confortable pour me permettre de faire des choix qui ne soient pas motivés par l'appât du gain", a-t-il ajouté pour justifier ses investissements.

Il mise aussi sur un partage d'expérience bénéfique pour ses journaux tchèques et sur une nouvelle aura internationale pour son groupe.

Interrogé sur la citation de son nom dans l'enquête des Panama Papers, relevée par les syndicats de la branche médias de Lagardère, il a indiqué qu'il s'agissait "d'un catamaran basé aux Caraïbes que j'ai racheté et qui était immatriculé au Panama. Je n'ai jamais caché que j'en étais propriétaire".

Catégories: Actualités

Tennis: Nishikori s'offre Cilic, une heure après ses premières occasions à Monte-Carlo

France 24 - L'info en continu - ven, 04/20/2018 - 18:33

Kei Nishikori a su se montrer patient pour rallier le dernier carré du Masters 1000 de Monte-Carlo : le Japonais est venu à bout du Croate Marin Cilic en trois sets (6-4, 6-7 (1/7), 6-3) vendredi, près d'une heure après avoir laissé échapper trois premières balles de match.

Pour une place en finale, Nishikori (28 ans) affrontera l'Allemand Alexander Zverev, N.4 mondial, ou le Français Richard Gasquet (34e), opposés dans le dernier quart de finale de la journée.

Nishikori semblait avoir fait le plus dur après avoir remporté le premier set et s'être mis en position de servir pour le match grâce à un break pour mener 5-4 dans le deuxième. Mais trois balles de match écartées plus tard, Cilic recollait et, plus percutant malgré une nouvelle alerte au genou droit, le N.3 mondial ne laissait aucune chance au Japonais dans le jeu décisif. Ce n'est qu'une petite heure plus tard que ce dernier parvenait enfin à conclure, sur sa quatrième occasion.

Cette qualification pour les demi-finales témoigne d'une embellie significative pour Nishikori, ex-N.4 mondial retombé au 36e rang: la faute à une blessure au poignet droit l'ayant obligé à remiser sa raquette pendant cinq mois, entre août 2017 et fin janvier 2018.

Son retour sur le circuit principal, il y a deux mois seulement, avait été mitigé : demi-finale à New York (battu par Kevin Anderson), défaite d'entrée à Acapulco (face à Denis Shapovalov), puis dès son deuxième match à Miami (contre Juan Martin Del Potro).

Le Japonais n'avait auparavant participé qu'une seule fois au tournoi de Monte-Carlo en 2012. Il avait alors été éliminé en huitièmes de finale.

Catégories: Actualités

Fed Cup: Kristina Mladenovic, une question d'orgueil

France 24 - L'info en continu - ven, 04/20/2018 - 18:30

Vantardise ou simple franchise? L'orgueil de Kristina Mladenovic, jugé parfois comme de l'arrogance, lui sert de carburant pour avancer dans l'adversité selon ses anciens entraîneurs, qui louent ses qualités de travailleuse et sa "forte personnalité" au moment d'affronter les Etats-Unis en demi-finales de la Fed Cup

A l'écouter, la leader de l'équipe de France n'a aucune limite. "Quand je joue de la sorte, sans arrogance ce n'est pas top 20. Je sais que je peux battre n'importe qui", avait-elle affirmé en février en Vendée.

Héroïque sur le court face à la Belgique, la 20e mondiale (meilleur classement: 10e en octobre) avait assuré presque à elle seule la qualification de la France pour les demies de Fed Cup. Mais son autosatisfaction avait nourri les critiques de ses détracteurs sur les réseaux sociaux qui lui rappellent souvent qu'elle n'a encore gagné aucun titre majeur (en simple).

"Ce que certains considèrent comme de l'excès de confiance, c'est sa marque de fabrique depuis qu'elle a 13 ans", souligne George Goven, qui a peaufiné sa formation pendant l'adolescence et l'avait de nouveau conseillée entre 2015 et 2016.

"Elle a une forte personnalité et une grande confiance en elle-même. C'est considéré comme de l'arrogance par les médias mais c'est sa grande force", renchérit Yannick Hesse, le père de sa camarade Amandine Hesse, qui lui avait donné "un coup de main" pendant quelques mois en 2014.

"Kiki s'en fiche, elle trace sa route. Elle n'a pas vraiment de compte à rendre à qui que ce soit. C'est quelqu'un d'entier et certainement pas une tricheuse dans ce qu'elle dit et ce qu'elle pense. Je sais qu'elle est sincère dans ses déclarations", poursuit George Goven.

- Goven: "Elle dit ce qu'elle ressent" -

Parfois, elle peut "manquer de lucidité", reconnaît son dernier coach officiel (Mladenovic n'a pas d'entraîneur attitré depuis fin 2016).

Exemple probant à Miami en 2015. Malgré une cuisante défaite face à l'Allemande Andrea Petkovic (6-0, 6-2) au troisième tour, Mladenovic avait jugé qu'elle n'avait pas été "loin" et que "cela pouvait tourner à tout moment en (ma) faveur".

"Mladenovic manque d'humilité dans les défaites", avait estimé sur BeInSports l'ancienne joueuse française Tatiana Golovin l'an passé à Wimbledon où Mladenovic s'était insurgée contre l'état de la pelouse après son élimination au 2e tour.

"Elle a le droit de dire ce qu'elle ressent, ce qu'elle pense. C'est aussi cela qui lui a permis de faire une belle carrière, même si je pense qu'elle peut faire mieux dans la durée", estime Goven.

Pour lui, c'est également "l'estime de soi" qui lui a permis de se relever après une longue série de défaites, quinze d'affilée, entre Wimbledon où elle s'était blessée à un genou et le début de la saison 2018.

Mladenovic avait renoué avec le succès, juste avant le premier tour de la Fed Cup, en se hissant jusqu'en finale du tournoi de Saint-Pétersbourg où elle défendait son titre.

- Des adversaires fichées -

A Mouilleron-le-Captif, elle avait ramené les deux points du simple à la France et celui du double aux côtés d'Amandine Hesse.

"Je suis une battante. Rien ne m'affecte. Il peut se passer n'importe quoi au niveau du score, je ne montre rien. Je continue à me bagarrer. C'est pour cela que je suis là où je suis aujourd'hui", avait-elle expliqué.

"C'est quelqu'un qui ne va jamais parler de ses doutes, de ses faiblesses", souligne Yannick Hesse qui a apprécié sa rigueur dans le travail.

"On n'a pas besoin de la pousser aux entraînements. Elle est déterminée", ajoute-t-il au sujet de la leader des Bleues, qui "regarde beaucoup de matches" et met un soin particulier depuis de nombreuses années à constituer des fiches sur ses adversaires.

Son travail et son orgueil suffiront-ils ce weekend pour renverser les Etats-Unis, tenants du titre ?

Catégories: Actualités

Notre-Dame des Landes : des zadistes acceptent les conditions du gouvernement

L' Essentiel - SudOuest.fr - ven, 04/20/2018 - 18:19

La préfète de Loire-Atlantique a annoncé que 28 projets agricoles nominatifs avaient été déposés et qu'ils seraient examinés. C'était la condition posée par l'Etat pour éviter l'expulsion sur le site du projet d'aéroport.
Les dissensions entre zadistes sont maintenant bien visibles. Alors que les plus radicaux ne... Lire la suite

Catégories: Actualités

Vidéo. La bombe découverte à Royan détruite par explosion

L' Essentiel - SudOuest.fr - ven, 04/20/2018 - 18:18

Ce vendredi après-midi, après avoir été neutralisée le matin même à Royan, la bombe anglaise retrouvée dans le jardin d'un particulier a explosé dans une carrière à Grézac.
Le gros "boum" a finalement retenti à 15h43. La bombe anglaise de 226 kilos précisément datant de la Seconde Guerre mondiale, découverte dans... Lire la suite

Catégories: Actualités

La Couronne (16) : une personne grièvement blessée dans un accident sur la RN10

L' Essentiel - SudOuest.fr - ven, 04/20/2018 - 18:17

De gros bouchons se forment dans le sens Bordeaux-Poitiers.
Ce vendredi, vers 17h30, une voiture et un poids-lourd sont entrés en collision sur la RN10, à hauteur de la sortie de La-Couronne, en Charente, dans le sens Bordeaux-Poitiers. Une personne a été grièvement blessée. Les secours sont sur place. L'accident provoque... Lire la suite

Catégories: Actualités

Moissac. À 18 ans et 15 mentions à son casier judiciaire, Clément a été écroué pour 8 mois ferme

ladepeche.fr - ven, 04/20/2018 - 18:17
Majeur depuis moins d’un mois, Clément A., est déjà un habitué de la place du Coq. Condamné à quinze reprises durant sa minorité, le Moissagais, jugé hier pour la première fois en correctionnelle en comparution immédiate pour une série de cinq vols, est connu comme le «loup blanc» par les gendarmes de la cité uvale et le parquet de Montauban.Depuis ses 12 ans, Clément n’a cessé de multiplier les vols et cambriolages. Placé en famille...
Catégories: Actualités

Elections américaines de 2016 : le Parti démocrate attaque en justice la Russie, l’équipe de campagne de Trump et WikiLeaks

Le Parti démocrate accuse l’équipe de campagne de Donald Trump d’avoir conspiré avec le gouvernement russe et ses services de renseignements pour fragiliser sa candidate, Hillary Clinton.
Catégories: Actualités

Les occupants de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes acceptent finalement de déposer des projets nominatifs

ladepeche.fr - ven, 04/20/2018 - 18:15
Une délégation d'occupants de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes a annoncé vendredi, au sortir d'une réunion à la préfecture à Nantes, qu'ils avaient déposé des projets nominatifs comme le demandait le gouvernement. "Nous décidons aujourd'hui de répondre aux injonctions du gouvernement. Nous voulons stopper l'escalade de la tension sur la zone et obtenir enfin le temps nécessaire au dialogue et à la construction du projet que nous défendons",...
Catégories: Actualités

Billy Crawford et Coleen Garcia se sont mariés aux Philippines

Le Huffington Post - ven, 04/20/2018 - 18:13
Billy Crawford et Coleen Garcia se sont mariés aux Philippines
Catégories: Actualités

Un député LFI entarté, Mélenchon dénonce une action de "l'extrême droite"

LCP Assemblée nationale - ven, 04/20/2018 - 18:10

Le député LFI Éric Coquerel a été entarté, une action attribuée vendredi par Jean-Luc Mélenchon à des militants d'"extrême droite", et revendiquée par la fédération francilienne d'Action française.

Alors que le député de Seine-Saint-Denis se rendait dans une réunion publique, jeudi, "deux individus qui l’attendaient l’ont pris à parti" et "l'ont agressé", affirme M. Mélenchon, dans un billet sur son blog et sur Twitter, en évoquant "un nouvel acte de violence" contre un élu LFI.

Array

En mars, la basilique avait été occupée par des personnes soutenant les migrants et les sans-papiers. Le député était présent dans le cortège qui s'était rendu devant le commissariat après l'évacuation de l'édifice.

M. Mélenchon a écrit au président LREM de l'Assemblée nationale, François de Rugy, pour qu'il se joigne à la plainte de LFI. 

La présidence a fait savoir en fin de journée qu'elle avait bien reçu son courrier, et qu'elle étudiait s'il était "juridiquement possible" de s'associer à la plainte, demande qui "paraît légitime au président de l’Assemblée". 

Une brève vidéo postée sur les réseaux sociaux montre le député entarté par un jeune homme.

Selon M. Mélenchon, "ce qu’ils ont crié au moment de l’agression montre leur appartenance à l’extrême droite". 

"L’un des deux agresseurs filmait la scène, ce qui démontre une volonté d’incitation. Nous pouvons donc craindre que ce type d'agressions sur les députés de la France insoumise se répètent", s'inquiète-t-il.

"Nous prenons cet incident très au sérieux. Comme quatre autres députés du groupe de La France insoumise, Éric Coquerel est l’objet de menaces de morts. L’extrême droite redouble de violence ces derniers mois", dénonce M. Mélenchon. 

"Après le projet de meurtre contre le ministre (Christophe) Castaner (Relations avec le Parlement) et moi, elle cible particulièrement le mouvement social et les élus qui l’accompagnent ou le soutiennent comme les députés de la France insoumise", s'alarme-t-il. 

Lors des débats sur l'asile-immigration, Clémentine Autain a aussi fait un rappel au règlement pour "alerter notre Assemblée" sur cet entartage, un "acte brutal" qui a "été revendiqué par l'Action française".

En présence du ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, elle a de nouveau exprimé l'inquiétude des Insoumis notamment "face aux menaces de mort précises dont ont fait l'objet et notre président Jean-Luc Mélenchon, et M. Castaner" et du "sentiment qu'il n'y a pas de protection (…) de l'Etat" à la hauteur.

Le président de séance, Hugues Renson (LREM), a ensuite assuré depuis le "perchoir" que, "comme tous les députés de tous les bancs, nous condamnons tous les actes de violence en règle générale, en particulier lorsqu'ils visent des représentants de la Nation", ajoutant "condamner cet entartage".

Catégories: Actualités

Pages

S'abonner à JO CASANOVA MUSIC agrégateur - Actualités