Actualité

"Dropped": la société de production condamnée pour "faute inexcusable"

France 24 - L'info en continu - il y a 6 heures 7 min

La société de production de l'émission "Dropped" a été condamnée pour "faute inexcusable" à indemniser la famille d'un caméraman mort en 2015 dans un accident d'hélicoptères lors d'un tournage en Argentine, selon la décision dont l'AFP a obtenu copie mercredi.

Survenue sur le tournage de l'émission diffusée par TF1, la collision accidentelle entre deux hélicoptères avait coûté la vie à dix personnes dont trois sportifs français de haut niveau, la navigatrice Florence Arthaud, le boxeur Alexis Vastine et la nageuse Camille Muffat.

La mère, l'épouse et les deux enfants du caméraman Laurent Sbasnik, mort à l'âge de 40 ans dans la collision, avaient saisi le tribunal des affaires de sécurité sociale (TASS) des Hauts-de-Seine, réclamant d'importants dommages et intérêts à son employeur, la société de production SAS Adventure Line Productions (ALP).

Dans sa décision datée du 20 avril, la toute première rendue par la justice dans cette affaire, le TASS estime "que l'accident du travail dont a été victime M. Laurent Sbasnik le 9 mars 2015 est dû à une faute inexcusable de la SAS Adventure Line Productions".

Il l'a condamnée en conséquence à verser à la famille des dommages et intérêts d'un montant total de 120.000 euros et à rembourser à la Caisse primaire d'assurance maladie (CPAM) des Hauts-de-Seine près de 400.000 euros de majorations de rente.

A l'audience du 27 novembre 2017, la société s'était défendue de toute faute.

Catégories: Actualités

Le chômage a poursuivi sa baisse au 1er trimestre 2018

France 24 - L'info en continu - il y a 6 heures 8 min

Le nombre de chômeurs inscrits à Pôle emploi a baissé au 1er trimestre (-32.100, -0,9%), pour s'établir à 3,70 millions de personnes en France entière, soit son plus bas niveau depuis le 3e trimestre 2014, selon des chiffres publiés mercredi par le ministère du Travail.

Le chômage avait connu une baisse similaire (-0,8%) au 4e trimestre 2017.

Dans le détail, de janvier à mars, le chômage a baissé en métropole (-1,0%), mais a augmenté dans les Outre-mer (+0,4% hors Mayotte).

Mais dans le même temps, le recul du chômage s'est accompagné d'une hausse du nombre de demandeurs d'emploi exerçant une activité (+1,5%), qui a atteint 2,23 millions. Résultat : le nombre de demandeurs d'emploi, avec ou sans activité, est resté stable (+1.900, +0,0%) sur le trimestre, à 5,93 millions.

Sur un an, le chômage a baissé de 1,2%, mais le nombre de demandeurs d'emploi, petite activité comprise, a augmenté de 2,1%.

Autre bémol, le chômage de longue durée a fortement augmenté au 1er trimestre: en incluant les demandeurs d'emploi ayant exercé une activité, 2,74 millions étaient inscrits depuis plus d'un an. Un chiffre en hausse de 1,9% sur le trimestre et de 6,5% sur l'année.

Si l'on se replace sur le champ des seuls chômeurs (sans activité), toutes les classes d'âge ont profité de la baisse trimestrielle. En métropole, le chômage a décru de 0,6% pour les jeunes comme pour les seniors. Sur un an, en revanche, si les "moins de 25 ans" ont vu leur situation s'améliorer fortement (-3,9%), ce n'est pas le cas des "50 ans ou plus" (+0,4%).

Sur le trimestre, toutes les régions ont profité de la baisse du chômage, à l'exception de l'Ile-de-France (stable), de la Corse (+0,2%) et de La Réunion (+1,3%).

Catégories: Actualités

En Centrafrique, Bangui sous la menace d’une attaque de rebelles

Une faction de l’ex-Séléka a réuni quelques centaines d’hommes et des pick-up armés de mitrailleuses à Kaga-Bandoro, à 330 km au nord de la capitale.
Catégories: Actualités

Toulouse. Le satellite toulousain Gaia a recensé 1,7 milliard d'étoiles

ladepeche.fr - il y a 6 heures 11 min
Parti en 2013 arpenter la Voie lactée, le satellite européen Gaia, construit à Toulouse, vient de dévoiler son deuxième catalogue d’étoiles. Cette encyclopédie sans précédent recense près de 1,7 milliard d’objets célestes. Il fait briller les yeux des astrophysiciens comme ceux d’enfants préparant Noël. Pourtant, le deuxième catalogue d’étoiles de la mission Gaia n’a rien d’un album d’images. Il faudrait même des kilos de papiers pour contenir...
Catégories: Actualités

SNCF. Grève, reprise de la dette, Matignon... Le point sur le conflit

L' Essentiel - SudOuest.fr - il y a 6 heures 12 min

Après 10 jours de grève, le conflit avec les cheminots pourrait s'étendre à cet été. Edouard Philippe veut reprendre la main.
Alors qu'elle a rompu les discussions avec Elisabeth Borne, la ministre des Transports, l’intersyndicale des cheminots de la SNCF donnera une conférence de presse ce mercredi à 13 heures. Un... Lire la suite

Catégories: Actualités

Le nombre de demandeurs d’emploi a baissé de 1 % au premier trimestre 2018

La première publication trimestrielle des chiffres du chômage par le gouvernement montre que le nombre de demandeurs d’emploi sans aucune activité s’est réduit de 33 300 personnes au premier trimestre en France métropolitaine.
Catégories: Actualités

Fekl (PS): le pari de "séduction" de Macron envers Trump "n'a pas fait bouger les grands sujets"

France 24 - L'info en continu - il y a 6 heures 16 min

"Le pari initial" d'Emmanuel Macron de "charme" et de "séduction" envers Donald Trump "n'a pas fait bouger d'un iota les grands sujets", a déploré mercredi l'ancien ministre socialiste Matthias Fekl.

"Le pari initial du président Macron qui était de dire on déploie un maximum de charme, un maximum de séduction pour le président américain en le recevant le 14 juillet sur les Champs-Elysées (...) et ensuite en allant en visite d'Etat, pour l'instant, n'a pas fait bouger d'un iota les grands sujets", a regretté l'ancien ministre de l'Intérieur sur RFI.

"Sur l'Iran, nous assistons purement et simplement semble-t-il à un alignement de la diplomatie française sur les demandes américaines. Ce qui est très grave", a-t-il affirmé, alors que le chef de l'Etat est actuellement en visite à Washington.

Emmanuel Macron et Donald Trump ont appelé mardi à un nouvel accord pour contenir les ambitions de l'Iran, peu après que le président américain a qualifié le texte actuel sur le nucléaire de "désastre".

"Nous n'avons pas les mêmes positions de départ sur ce point", a reconnu le chef de l'Etat. Dimanche il avait répété qu'il n'y avait pas "de plan B" pour empêcher l'Iran de fabriquer la bombe.

Défendant un "accord fondamental pour la paix", M. Fekl, chargé des questions internationales au PS, a plaidé pour "une initiative européenne forte", jugeant que "l'accord iranien pourrait perdurer, y compris en cas de retrait des Etats-Unis, si l'Union européenne était crédible sur la scène internationale."

Mardi soir sur franceinfo, l'ancien candidat à la présidentielle Benoît Hamon avait lui aussi estimé que la "méthode diplomatique" d'Emmanuel Macron était "aujourd'hui en question".

"Il y avait dans les milieux français, l'espoir que la gentillesse d'Emmanuel Macron, la manière dont il jouait la proximité avec Donald Trump, l'emporterait. Il semblerait que cette tradition issue de Versailles n'a pas eu beaucoup de succès", a-t-il critiqué.

Emmanuel Macron "est obligé de s'aligner sur la position des États-Unis qui dénoncent l'accord" iranien, a déploré M. Hamon, jugeant qu'il fallait "s'inquiéter de la faible résistance qu'aura opposée Emmanuel Macron à cette stratégie de la force qui vise à démolir méthodiquement tout ce qui faisait accord jusqu'ici".

Catégories: Actualités

Les neurosciences vont-elles faire de l’homme une machine ?

Le professeur de philosophie Thomas Schauder invite à s’interroger, dans sa chronique hebdomadaire, sur le recours aux sciences cognitives dans l’enseignement.
Catégories: Actualités

Macron "est à la hauteur de la fonction" et de sa "mission historique", selon Bayrou

France 24 - L'info en continu - il y a 6 heures 18 min

Emmanuel Macron "est à la hauteur de la fonction" présidentielle "et de la mission historique qui est la sienne", a assuré mercredi le président du MoDem François Bayrou, soulignant la volonté du chef de l'Etat "d'aller au bout de questions sans réponse depuis des années".

"Je vous dis avec certitude que cet homme-là est à la hauteur de la fonction et de la mission historique qui est la sienne aujourd'hui", a déclaré M. Bayrou sur CNews. "Historique parce qu'on ne pouvait pas rester dans cette espèce d'impuissance généralisée que tout le monde constatait, sur laquelle tout le monde pleurait et devant laquelle tout le monde baissait les bras".

Disant ne voir "aucune arrogance" chez le chef de l'Etat, il a estimé qu'"il y a de la part du gouvernement et du président de la République la volonté d'aller au bout de questions qui étaient sans réponse depuis des années".

"Il y a une chose qui doit être pour le gouvernement une exigence de tous les jours, c'est que cet ensemble de décisions (...) de changements (...) de réformes portent en même temps un projet social, un projet pour ceux qui n'ont pas la chance d'être du bon côté de la barrière", a souligné le président du MoDem, jugeant qu'au sein de la majorité, son parti est "présent", "écouté" et "solide".

Le maire de Pau a également considéré qu'Emmanuel Macron avait "une mission historique à l'égard du monde".

Au niveau international, "la France a un poids mais ce poids n'était pas entendu depuis des années", a-t-il affirmé. "Ce qui est nouveau et ce qui est fort dans ce qui se passe aujourd'hui sur la scène du monde, et à Washington à cette heure-ci (où le président français est en visite d'Etat, ndlr), c'est qu'on entend une voix différente de la part de la France (...) une voix médiatrice".

"Vous avez une voix qui défend non pas l'intérêt égoïste de la France, non pas une vision de domination de la France, mais (...) une certaine idée d'un nouvel ordre du monde, une certaine idée de l'intérêt général du monde", a-t-il dit.

Catégories: Actualités

Le sosie de Donald Trump est une agricultrice espagnole

Le Huffington Post - il y a 6 heures 18 min
Le sosie de Donald Trump est une agricultrice espagnole
Catégories: Actualités

Fekl (PS): le pari de "séduction" de Macron envers Trump "n'a pas fait bouger les grands sujets"

LCP Assemblée nationale - il y a 6 heures 20 min

"Le pari initial" d'Emmanuel Macron de "charme" et de "séduction" envers Donald Trump "n'a pas fait bouger d'un iota les grands sujets", a déploré mercredi l'ancien ministre socialiste Matthias Fekl.

"Le pari initial du président Macron qui était de dire on déploie un maximum de charme, un maximum de séduction pour le président américain en le recevant le 14 juillet sur les Champs-Elysées (...) et ensuite en allant en visite d'Etat, pour l'instant, n'a pas fait bouger d'un iota les grands sujets", a regretté l'ancien ministre de l'Intérieur sur RFI.

"Sur l'Iran, nous assistons purement et simplement semble-t-il à un alignement de la diplomatie française sur les demandes américaines. Ce qui est très grave", a-t-il affirmé, alors que le chef de l'Etat est actuellement en visite à Washington. 

Emmanuel Macron et Donald Trump ont appelé mardi à un nouvel accord pour contenir les ambitions de l'Iran, peu après que le président américain a qualifié le texte actuel sur le nucléaire de "désastre". 

"Nous n'avons pas les mêmes positions de départ sur ce point", a reconnu le chef de l'Etat. Dimanche il avait répété qu'il n'y avait pas "de plan B" pour empêcher l'Iran de fabriquer la bombe.

Défendant un "accord fondamental pour la paix", M. Fekl, chargé des questions internationales au PS, a plaidé pour "une initiative européenne forte", jugeant que "l'accord iranien pourrait perdurer, y compris en cas de retrait des Etats-Unis, si l'Union européenne était crédible sur la scène internationale."

Mardi soir sur franceinfo, l'ancien candidat à la présidentielle Benoît Hamon avait lui aussi estimé que la "méthode diplomatique" d'Emmanuel Macron était "aujourd'hui en question".

"Il y avait dans les milieux français, l'espoir que la gentillesse d'Emmanuel Macron, la manière dont il jouait la proximité avec Donald Trump, l'emporterait. Il semblerait que cette tradition issue de Versailles n'a pas eu beaucoup de succès", a-t-il critiqué.

Emmanuel Macron "est obligé de s'aligner sur la position des États-Unis qui dénoncent l'accord" iranien, a déploré M. Hamon, jugeant qu'il fallait "s'inquiéter de la faible résistance qu'aura opposée Emmanuel Macron à cette stratégie de la force qui vise à démolir méthodiquement tout ce qui faisait accord jusqu'ici".

Catégories: Actualités

Cahors. 80 km/h : face-à-face tendu entre le délégué à la Sécurité routière et les motards à Cahors

ladepeche.fr - il y a 6 heures 24 min
Le déplacement dans le Lot d'Emmanuel Barbe, le délégué interministériel à la Sécurité routière a débuté par un échange tendu avec les représentants locaux de la Fédération des Motards en colère. En cause le 80 km/h sur les routes, à partir du 1er juillet, qui ne passe vraiment pas chez les motards. Emmanuel Barbe, dès son arrivée devant les locaux de la Chambre de métiers du Lot où il devait rencontrer élus et partenaires de la Sécurité...
Catégories: Actualités

Soupçons de corruption en Afrique : la garde à vue de Vincent Bolloré prolongée

L' Essentiel - SudOuest.fr - il y a 6 heures 32 min

Deux cadres du groupe sont également entendus dans l'enquête sur des soupçons de corruption pour l'obtention de deux ports au Togo et en Guinée.
La garde à vue de l'homme d'affaires Vincent Bolloré, entamée mardi, a été prolongée dans l'enquête sur les soupçons de corruption entourant l'obtention par son groupe de... Lire la suite

Catégories: Actualités

Réforme constitutionnelle: De "adelphité" à "service minimum", ces mots que les politiques rêvent d'inscrire

Le Huffington Post - il y a 6 heures 32 min
Réforme constitutionnelle: De "adelphité" à "service minimum", ces mots que les politiques rêvent d'inscrire
Catégories: Actualités

Pourquoi "Avengers : Infinity War" est le plus sombre des Marvel Disney - ATTENTION SPOILERS

Le Huffington Post - il y a 6 heures 35 min
Pourquoi "Avengers : Infinity War" est le plus sombre des Marvel Disney - ATTENTION SPOILERS
Catégories: Actualités

Arménie: nouvelles protestations à l'appel du chef de l'opposition qui réclame le pouvoir

France 24 - L'info en continu - il y a 6 heures 36 min

De nouvelles protestations secouaient mercredi Erevan, la capitale d'Arménie, à l'appel de l'opposant Nikol Pachinian qui réclame des autorités une passation de pouvoir pacifique et des législatives anticipées, deux jours après la démission du Premier ministre contesté Serge Sarkissian.

Des milliers de personnes se sont réunies mercredi matin sur la place de la République, au coeur d'Erevan, haut lieu de la contestation anti-Sarkissian dans la capitale de cette ex-république soviétique du Caucase, en scandant "Nikol, notre Premier ministre!", a constaté un journaliste de l'AFP.

Face à la reprise de la contestation, des centaines des policiers et des forces anti-émeutes, ainsi que plusieurs véhicules blindés ont été déployés dans le centre-ville.

Député et opposant de longue date, M. Pachinian, qui s'est déclaré mardi "prêt à diriger le pays", a appelé ses partisans à descendre à nouveau dans la rue, après avoir affirmé sur sa page Facebook que le Premier ministre par intérim, Karen Karapetian, un fidèle du chef du gouvernement déchu, avait refusé d'entamer des négociations mercredi matin sur l'avenir politique du pays.

Alors que l'ancien président, récemment nommé Premier ministre Serge Sarkissian a annoncé son départ lundi, cédant après onze jours de manifestations, les députés du Parlement arménien ont sept jours, selon la loi, à compter de la démission du chef du gouvernement pour proposer de nouvelles candidatures à ce poste, et le vote pourrait avoir lieu le 2 mai.

Mais le Parti républicain de M. Sarkissian dispose de 65 sièges sur 105 au Parlement et il a toutes les chances de faire élire de nouveau son candidat, une option rejetée par Nikol Pachinian.

- "Le départ de Serge ne suffit pas" -

"Nous ne pouvons pas permettre au Parti républicain de continuer à diriger le pays", a déclaré M. Pachinian, dans une adresse vidéo mardi soir.

"Ce n'est pas seulement Serge Sarkissian qui posait problème, mais tout le Parti républicain (au pouvoir)", a-t-il affirmé.

M. Pachinian a également jugé "inacceptable" qu'un représentant de ce parti reste Premier ministre par intérim jusqu'à l'organisation des élections anticipées.

"Le départ de Serge ne suffit pas. Son parti veut rester au pouvoir mais le peuple veut qu'ils partent tous pour que nous vivions enfin normalement", a déclaré à l'AFP une manifestante, Rouzanna Vartanian, avocate de 40 ans.

"Nous réclamons que les républicains partent et que de nouvelles élections soient organisées. Sinon, rien ne va changer", a expliqué Varazdat Panoïan, metteur en scène, 28 ans, qui participait lui aussi à la manifestation sur la place de la République.

Pour sa part, Karen Karapetian a déclaré mercredi, lors d'une conférence de presse, ne pas être opposé à l'organisation d'élections législatives anticipées, tout en soulignant qu'une telle décision devait être prise par "toutes les forces politiques" du pays.

"Celui qui se dit être élu du peuple doit être élu lors des élections", a-t-il indiqué.

"Alors organisons des élections anticipées. Et si lui (Pachinian, ndlr), est vraiment élu du peuple, il remportera la victoire", a ajouté M. Karapetian.

De son côté, le président arménien Armen Sarkissian (sans lien de parenté avec son prédécesseur) a appelé toutes les parties au "dialogue".

"Je commence aujourd'hui des consultations avec les forces parlementaires et les forces politiques non représentées au parlement pour discuter des moyens de sortir de cette situation", a-t-il déclaré dans un communiqué, en espérant qu'un "compromis" sera trouvé.

Depuis le 13 avril, les manifestations se sont succédé à Erevan pour exiger le départ du Premier ministre Serge Sarkissian, accusé par les contestataires de vouloir s'accrocher à tout prix au pouvoir après avoir dirigé le pays pendant une décennie en tant que président, et de ne pas avoir su faire reculer la pauvreté et la corruption.

Le 23 avril, il a annoncé sa démission, en estimant "s'être trompé".

Catégories: Actualités

Découvrez les 10 plus beaux endroits de la Terre à voir une fois dans sa vie

ladepeche.fr - il y a 6 heures 37 min
Et si vos prochaines vacances se passaient dans un endroit de rêve ? Iles paradisiaques, merveilles de la nature et forêts luxuriantes... La Terre regorge de trésors et paysages à couper le souffle. Découvrez ci-dessous les 10 plus beaux endroits de la Terre à découvrir au plus vite ! Le Parc national et la réserve de Denali en Alaska A l'image des Etats-Unis, ce parc fait dans la démesure. D'une superficie de plus de 24 000 km²,...
Catégories: Actualités

"Je ne peux rien acheter": des habitants d'Erevan crient misère

France 24 - L'info en continu - il y a 6 heures 39 min

Avec une retraite équivalant au prix de 6 kg de boeuf et 3 kg de tomates, Azgouch Kazarian, 65 ans, ne peut pas gâter ses petits-enfants: "je ne peux rien acheter", dit cette vendeuse de légumes à Erevan, capitale de l'Arménie.

Dans cette ex-république du Caucase du Sud, où les protestations populaires ont repris mercredi pour réclamer le départ du parti au pouvoir, après avoir obtenu lundi la démission du Premier ministre contesté Serge Sarkissian, quelque 30% des 2,9 millions d'habitants vivent sous le seuil de pauvreté, selon les statistiques officielles.

"J'ai deux enfants et trois petits-enfants, mais personne dans ma famille ne travaille sauf moi, car il n'y a pas de travail", raconte à l'AFP Azgouch Kazarian.

"Je passe des journées entières ici, derrière le comptoir, pour nourrir ma famille", ajoute-t-elle.

Autrefois couturière dans une fabrique de confection qui a fermé ses portes avec la chute de l'URSS en 1991, cette femme touche aujourd'hui une retraite mensuelle de 37.000 drams, soit 63 euros, qui "ne suffisent pas pour acheter de la nourriture et des médicaments".

Dans un supermarché ordinaire du centre-ville d'Erevan, le prix du kg de boeuf s'élève actuellement à 4.950 drams (8,4 euros), celui d'un kg de tomates est de 2.250 drams (3,8 euros), alors qu'un kg de pommes de terre coûte 700 drams (1,2 euros) et 200 grammes de beurre sont proposés à 1.190 drams (2 euros).

"Je travaille entre 10 et 12 heures par jour et je gagne 5.000 drams (8,5 euros) par jour", confie à l'AFP Hamlet Assatrian, 68 ans, vendeur dans un kiosque de journaux.

"Quand ma mère est décédée, j'ai dû vendre la seule chose précieuse qui restait à la maison -- un bracelet de ma femme -- pour pouvoir payer les funérailles", ajoute-t-il.

"La plupart des gens vivent dans la pauvreté, il n'y a que quelques personnes qui sont riches", constate avec amertume Rouzanna Simonian, psychologue de 29 ans, en assurant que "la classe moyenne n'existe tout simplement pas" en Arménie.

- promesses d'une "belle vie" -

La pauvreté et la corruption sont au coeur de la contestation populaire qui secoue l'Arménie depuis bientôt deux semaines et qui a déjà obtenu la démission de Serge Sarkissian, tout juste nommé Premier ministre après avoir dirigé le pays pendant une décennie en tant que président.

"Pendant dix ans, Serge nous promettait une belle vie. Il n'a rempli aucune de ses promesses", s'insurge la vendeuse Anaït Galstian, 41 ans.

"On voulait que les autorités créent des emplois, mais Sarkissian n'a rien fait", lui fait écho Azgouch Kazarian.

Pour sa part, Julietta Karapetian, une pharmacienne de 58 ans, au chômage, dénonce la corruption omniprésente en Arménie.

"Ici, on ne peut rien faire sans verser un pot-de-vin. La corruption est partout: dans les écoles, les universités, mais avant tout, dans la police et la justice", affirme cette femme qui a dû fermer sa petite pharmacie à Erevan en raison des "impôts trop élevés".

"Tout en Arménie appartient aux oligarques", assure-t-elle, en montrant du doigt notamment l'homme d'affaires Alexandre Sarkissian, ancien député et frère cadet de Serge Sarkissian.

Selon Rouzanna Simonian, "il n'était pas possible de changer le régime via les élections et le peuple a dû sortir dans la rue".

Depuis le 13 avril, les manifestations se sont succédé tous les jours à Erevan pour exiger le départ de Serge Sarkissian, accusé par les contestataires de vouloir s'accrocher à tout prix au pouvoir et de ne pas avoir su faire reculer la pauvreté et la corruption.

Lundi, M. Sarkissian a présenté sa démission, en estimant "s'être trompé".

"Nous avons maintenant un espoir pour des changements positifs. J'espère que les nouvelles autorités ne vont pas oublier ce qui s'est passé avec leur prédécesseur et tiendront compte de cette leçon", lance Anouch Aroutiounian, maîtresse d'école de 29 ans.

Catégories: Actualités

Voici les premiers nouveaux chiffres du chômage (qui sont en baisse)

Le Huffington Post - il y a 6 heures 40 min
Voici les premiers nouveaux chiffres du chômage (qui sont en baisse)
Catégories: Actualités

Singapour: Inuka, le premier ours polaire né en milieu tropical, est mort

Le Huffington Post - il y a 6 heures 40 min
Singapour: Inuka, le premier ours polaire né en milieu tropical, est mort
Catégories: Actualités

Pages

S'abonner à JO CASANOVA MUSIC agrégateur - Actualités