Actualité

Le Royaume-Uni part en guerre contre le plastique

ladepeche.fr - ven, 04/20/2018 - 10:01
Les parlementaires britanniques veulent voter une loi afin d’interdire les pailles et cotons-tiges en plastique.Le but de cette manœuvre ? Préserver l’environnement et la faune marine, particulièrement touchée par ces déchets qui tuent des milliers d’entre eux chaque année.Exit donc pailles, touillettes et bâtonnets en plastique en tout genre. "Nous allons interdire ces objets en plastique", a en effet déclaré le ministre de l’Environnement...
Catégories: Actualités

L'étrange signal capté par le détecteur d'ondes gravitationnelles venait... d'un corbeau

Le Huffington Post - ven, 04/20/2018 - 10:01
L'étrange signal capté par le détecteur d'ondes gravitationnelles venait... d'un corbeau
Catégories: Actualités

Européennes: Jadot (EELV) ne rejoindra pas Générations

France 24 - L'info en continu - ven, 04/20/2018 - 10:00

Le député européen EELV Yannick Jadot a déclaré vendredi qu'il ne rejoindrait pas le mouvement Générations de Benoît Hamon pour les élections européennes en 2019, faisant le voeu d'"une liste de l'écologie politique" pour cette "élection emblématique".

A la question : "vous allez rejoindre le mouvement de Benoît Hamon Générations ?", l'élu EELV a fermement répondu "non" à l'antenne de Sud Radio.

"On va porter l'écologie politique comme on l'a toujours portée, de manière déterminée ouverte (...) en ayant une liste, c'est mon point de vue, de l'écologie politique", a-t-il poursuivi, précisant que c'était "le souhait des écologistes" pour cette "élection emblématique".

Yannick Jadot et Benoît Hamon s'étaient alliés après de longs débats lors de la dernière élection présidentielle qui a vu le vainqueur des primaires organisée par le Parti socialiste éliminé au premier tour.

"A chaque fois qu'il y a une avancée à l'échelle européenne sur l'environnement (...) ce sont les écologistes qui sont au c?ur de ces majorités qui font avancer l'Europe", a assuré M. Jadot, défendant l'action du parti Europe Ecologie - Les Verts, notamment au Parlement européen.

Renvoyant à plus tard la question de la tête de liste, et si oui ou non il briguait lui-même cette position, l'élu écologiste a insisté sur l'importance aujourd'hui pour les écologistes "de rendre visible leur combat".

Enfin le député européen, opposant de longue date au Ceta, l'accord de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada, a de nouveau appelé à revenir sur le texte, ironisant sur le "beau discours" d'Emmanuel Macron mardi devant le Parlement européen sur "la souveraineté alimentaire" et la "souveraineté climatique".

"Alors qu'on est fier de nos territoires, qu'on veut des paysans de nos campagnes, on organise la mondialisation de l'industrialisation de l'élevage, de la malbouffe, du low-cost. Ca ne peut pas être ça l'agriculture en Europe, ça ne peut pas être ça l'agriculture mondiale", a-t-il conclu.

Catégories: Actualités

Demande de pardon d'ETA: une preuve de la "force" de l'Etat de droit, selon Madrid

France 24 - L'info en continu - ven, 04/20/2018 - 10:00

La déclaration de l'organisation séparatiste basque ETA, qui demande pardon aux victimes pour "la douleur" causée et reconnaît sa "responsabilité directe" dans celle-ci, est la conséquence de la force de l'Etat de droit, a réagi le gouvernement espagnol dans un communiqué vendredi.

"Ce n'est qu'une nouvelle conséquence de la force de l'Etat de droit qui a vaincu l'ETA avec les armes de la démocratie", déclare le gouvernement du conservateur Mariano Rajoy. "Cela fait très longtemps que l'ETA aurait dû demander pardon", ajoute le communiqué.

Le gouvernement estime toutefois que cette déclaration "est bien", "parce que les victimes, leur mémoire et leur dignité ont été déterminantes dans la défaite de l'ETA".

Selon les autorités, l'organisation séparatiste basque ETA a tué 829 personnes au nom de son combat pour l'indépendance du Pays basque et de la Navarre depuis sa création en 1959. L'organisation a renoncé à la lutte armée en 2011 et déposé les armées en 2017 en remettant une liste de caches à la justice française.

La demande de pardon publiée vendredi dans le quotidien en ligne Gara, apparaît comme un préambule à l'annonce de sa dissolution unilatérale, attendue au début du mois de mai.

Catégories: Actualités

La CEDH autorise l’expulsion d’un imam salafiste vers l’Algérie

L’imam de la mosquée As-Sounna à Marseille, qui attirait de nombreux fidèles, était connu pour ses prêches radicaux et haineux.
Catégories: Actualités

Un jeune coureur cycliste se fait tirer dessus à Toulouse : "un acte gratuit"

L' Essentiel - SudOuest.fr - ven, 04/20/2018 - 09:59

Clément Delcros s'entraînait dans un quartier de Toulouse lorsqu'il a reçu une balle tirée depuis une voiture qui arrivait en sens inverse.
"J'ai d'abord pensé qu'un occupant de la voiture avait jeté un caillou ou un autre truc pour déconner. Je n'ai vraiment pas réalisé tout de suite. Je saignais fortement." Alors qu'il... Lire la suite

Catégories: Actualités

Evacuation massive à Berlin pour désamorcer une bombe britannique

France 24 - L'info en continu - ven, 04/20/2018 - 09:56

Transports en commun interrompus, habitants évacués, ministères fermés: le centre de Berlin doit vivre un vendredi chaotique pour permettre le désamorçage d'une bombe britannique de 500 kilos datant de la Deuxième guerre mondiale.

Trouvé par des ouvriers sur un chantier au c?ur de la capitale allemande, l'engin est qualifié de "sûr" par la police. Les autorités ont néanmoins décidé d'une évacuation de "tous les bâtiments dans un périmètre de 800 mètres" autour du lieu de la découverte dès 09H00 du matin (07H00 GMT).

Une fois les habitations et les bureaux vidés de leurs occupants, le déminage pourra commencer vers 11H30 (09H30 GMT).

La police n'a pas pu immédiatement précisé combien de personnes seraient concernées, ni combien de temps l'opération de désamorçage pouvait durer.

Selon l'agence de presse allemande DPA, 10.000 personnes seraient toutefois concernées.

Même loin de cette zone, les Berlinois vont devoir s'adapter. Les transports dans, depuis et vers la capitale s'annoncent très perturbés car la principale gare de la ville, Hauptbahnhof, utilisée par 300.000 voyageurs quotidiens, est à l'intérieur du périmètre d'évacuation.

Dès 10H00, les trains ne s'y arrêteront plus et à partir de 11H30, le trafic sera totalement bloqué pour une durée indéterminée. De nombreuses stations de tram, bus, métro, de trains de banlieue seront également fermées.

Même l'aéroport Tegel de Berlin est concerné. Au moment du désamorçage --une opération délicate qui peut durer 30 minutes ou des heures -- aucun vol ne pourra atterrir, selon le quotidien local Tagesspiegel.

"Berlin menacé d'un chaos dans les transports", résumait jeudi ce journal.

Mais pas seulement. De nombreux bâtiments publics sont dans la zone rouge, à commencer par les ministères de l'Economie et des transports, un hôpital militaire, le gigantesque complexe en travaux des services de renseignements (BND), le musée d'art contemporain Hamburger Bahnhof et celui de médecine.

- Impressionnant mais pas exceptionnel -

Aussi impressionnante que soit la situation, l'Allemagne a une grande expérience de ce type d'évènements, les découvertes de bombes de la Deuxième guerre mondiale étant relativement courantes.

Les engins lâchées par les Alliés à l'époque et n'ayant pas explosé provoquent toujours les opérations les plus impressionnantes.

La plus grosse évacuation du genre depuis 1945 a eu lieu en septembre 2017, à Francfort, où une énorme bombe britannique dotée d'une charge explosive de 1,4 tonne avait été retrouvée. 65.000 habitants avaient dû quitter leurs domiciles.

Si généralement ces engins peuvent être désamorcés, dans de rares cas une explosion dite "contrôlée" doit avoir lieu. Celle-ci peut provoquer des dégâts importants, comme en 2012 à Munich lorsque des centaines de vitrines et fenêtres avaient été soufflées par un explosif trop instable qui avait dû être détonné de nuit.

Berlin a connu pendant la guerre un campagne d'intenses bombardements, en particulier au printemps 1945, avec un tiers des habitations de la ville détruites et des dizaines de milliers de morts.

Des milliers d'engins ayant fait long feu ont été découverts depuis et quelque 3.000 autres resteraient dans le sous-sol berlinois, selon les experts.

La partie de Berlin concernée par l'évacuation de vendredi est une zone qui a été considérablement développée depuis la chute du Mur en 1989.

Situé juste sur l'ex-frontière séparant l'Est et l'Ouest de la ville pendant la Guerre froide, le quartier a profité depuis de l'installation de ministères, administrations, bureaux et ambassades.

Le lieu où la bombe a été retrouvée n'est qu'à quelques centaines de mètres du centre politique et touristique, notamment la chancellerie -- le bureau d'Angela Merkel--, et du Reichstag où siègent les députés allemands.

Catégories: Actualités

Pau : disparition inquiétante d'un jeune Hollandais

L' Essentiel - SudOuest.fr - ven, 04/20/2018 - 09:52

La police a ouvert une enquête jeudi.
Aucun Palois n’a pu passer à côté de cet appel à témoin placardé dans toute la ville de Pau depuis plusieurs jours. Dies Van Wallenburg, 26 ans, n’a plus donné de nouvelle depuis le 10 avril. Il a été aperçu pour la dernière fois rue Montpensier à Pau. Le jeune homme mesure environ... Lire la suite

Catégories: Actualités

Heurts meurtriers lors de manifestations contre la réforme des retraites au Nicaragua

France 24 - L'info en continu - ven, 04/20/2018 - 09:52
Les manifestations qui accompagnent la réforme des retraites au Nicaragua, qui vise à diminuer le montant des pensions de 5 % et à augmenter les cotisations, ont fait au moins deux morts lors de la deuxième journée de mobilisation, jeudi.
Catégories: Actualités

Européennes: Jadot (EELV) ne rejoindra pas Générations

LCP Assemblée nationale - ven, 04/20/2018 - 09:51

Le député européen EELV Yannick Jadot a déclaré vendredi qu'il ne rejoindrait pas le mouvement Générations de Benoît Hamon pour les élections européennes en 2019, faisant le voeu d'"une liste de l'écologie politique" pour cette  "élection emblématique".

A la question : "vous allez rejoindre le mouvement de Benoît Hamon Générations ?", l'élu EELV a fermement répondu "non" à l'antenne de Sud Radio. 

"On va porter l'écologie politique comme on l'a toujours portée, de manière déterminée ouverte (...) en ayant une liste, c'est mon point de vue, de l'écologie politique", a-t-il poursuivi, précisant que c'était "le souhait des écologistes" pour cette "élection emblématique".

Yannick Jadot et Benoît Hamon s'étaient alliés après de longs débats lors de la dernière élection présidentielle qui a vu le vainqueur des primaires organisée par le Parti socialiste éliminé au premier tour.

"A chaque fois qu'il y a une avancée à l'échelle européenne sur l'environnement (...) ce sont les écologistes qui sont au cœur de ces majorités qui font avancer l'Europe", a assuré M. Jadot, défendant l'action du parti Europe Ecologie - Les Verts, notamment au Parlement européen.

Renvoyant à plus tard la question de la tête de liste, et si oui ou non il briguait lui-même cette position, l'élu écologiste a insisté sur l'importance aujourd'hui pour les écologistes "de rendre visible leur combat".

Enfin le député européen, opposant de longue date au Ceta, l'accord de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada, a de nouveau appelé à revenir sur le texte, ironisant sur le "beau discours" d'Emmanuel Macron mardi devant le Parlement européen sur "la souveraineté alimentaire" et la "souveraineté climatique".

"Alors qu'on est fier de nos territoires, qu'on veut des paysans de nos campagnes, on organise la mondialisation de l'industrialisation de l'élevage, de la malbouffe, du low-cost. Ca ne peut pas être ça l'agriculture en Europe, ça ne peut pas être ça l'agriculture mondiale", a-t-il conclu.

Catégories: Actualités

Kim Jong Un et Moon Jae-in : ouverture d'un téléphone rouge reliant les dirigeants des deux Corées

Le Huffington Post - ven, 04/20/2018 - 09:51
Kim Jong Un et Moon Jae-in : ouverture d'un téléphone rouge reliant les dirigeants des deux Corées
Catégories: Actualités

La Bourse de Paris reprend son souffle

France 24 - L'info en continu - ven, 04/20/2018 - 09:50

La Bourse de Paris reculait légèrement (-0,09%) vendredi matin, reprenant son souffle pour une séance qui sera encore animée par les résultats d'entreprises, les marchés se tournant également vers le pétrole.

A 09H17 (07H17) l'indice CAC 40 perdait 4,92 points à 5.386,72 points. La veille, l'indice avait fini sur une progression de 0,21% à 5.391,64 points.

"Sur l'ensemble de la semaine, ce sont clairement les résultats de sociétés qui ont eu une influence décisive, surtout du côté américain", analyse dans une note Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

"L'essentiel de l'attention se tourne maintenant vers le commerce, et les inquiétudes quant à de nouvelles mesures de restrictions, qui ont fait grimper les prix des métaux ainsi que du pétrole", détaille Michael Hewson, un analyste de CMC Markets.

Dans ces conditions, les investisseurs seront donc particulièrement attentifs à la réunion des membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et de ses dix partenaires ce vendredi, pour le suivi de leur accord de réduction de la production.

Les entretiens pourraient porter sur une prolongation de l'accord au-delà de l'échéance prévue à fin 2018 et les moyens de consolider leur alliance pour maintenir les cours à des niveaux élevés.

Dans les échanges asiatiques, les cours du pétrole reculaient légèrement dans un marché volatil.

"Malgré les inquiétudes sur le commerce mondial toujours en bruit de fond, les marchés en Europe devraient terminer dans le vert pour la quatrième semaine consécutive, en dépit d'une séance mitigée hier", estime toutefois M. Hewson.

- Fnac Darty dopé -

Du côté des indicateurs, l'agenda se limite à l'indice de confiance économique en zone euro.

En ce qui concerne les valeurs, Vinci montait de 0,19% à 83,90 euros. Le groupe, via sa filiale Sogea-Satom, va mener à bien deux chantiers autoroutiers au Cameroun pour un montant global de 214 millions d'euros.

Fnac Darty prenait 4,13% à 93,20 euros, après avoir enregistré au premier trimestre 2018 un chiffre d'affaires en hausse de 0,6%, malgré "un environnement de consommation atone et des conditions climatiques défavorables".

Safran perdait 0,22% à 89,98 euros. Le régulateur aérien américain compte publier "sous deux semaines" une directive pour accélérer les inspections de moteurs de type CFM 56-7B, fabriqués par la co-entreprise CFM de l'américain General Electric et du français Safran, après l'accident mortel survenu mardi sur le vol New York-Dallas de la compagnie Southwest.

Faurecia progressait de 1,13% à 69,52 euros grâce à un chiffre d'affaires en hausse de 2,7% au premier trimestre à 4,31 milliards d'euros.

Somfy reculait de 1,61% à 85,60 euros. Le groupe a certes annoncé des ventes en hausse de 2,7% au premier trimestre, mais note un ralentissement de sa croissance et de grandes variations de performances selon les zones géographiques.

Exel Industries cédait 0,92% à 108 euros, en raison d'une baisse de son chiffre d'affaires au deuxième trimestre 2017-2018.

Eramet baissait de 1,42% à 153,20 euros après avoir vu sa recommandation abaissée à "conserver" contre "acheter" par Kepler Cheuvreux.

Elis gagnait 4,27% à 20,02 euros après avoir vu sa recommandation relevée à "acheter" contre "conserver" par Berenberg.

Catégories: Actualités

Asile et immigration : Les Républicains et le Front national à "l’unisson idéologique"?

LCP Assemblée nationale - ven, 04/20/2018 - 09:50
Asile et immigrationFlorent BoudiéFabien Di FilippoEmmanuelle MénardSébastien HuygheSébastien ChenuLaurent Wauquiez

Politique Matin, c’est tous les jours, du lundi au vendredi, de 8h30 à 9h30 sur LCP. Deux interviews politiques, une revue de presse, des chroniques : une heure pour dépasser les postures, se démarquer du prêt-à-penser et se faire une opinion sur le contenu de l'actualité parlementaire et politique du jour. Réagissez en direct sur Twitter : #PolMat

Catégories: Actualités

Loi asile: "Il n'y a pas de stocks humains", le député Serge Letchimy s'emporte contre les propos "odieux" d'un élu LR

Le Huffington Post - ven, 04/20/2018 - 09:46
Loi asile: "Il n'y a pas de stocks humains", le député Serge Letchimy s'emporte contre les propos "odieux" d'un élu LR
Catégories: Actualités

Ce qu'il faut savoir sur la fin de vie pour comprendre le cas de conscience que pose Vincent Lambert

Le Huffington Post - ven, 04/20/2018 - 09:45
Ce qu'il faut savoir sur la fin de vie pour comprendre le cas de conscience que pose Vincent Lambert
Catégories: Actualités

Procès antitrust: le PDG d'ATT défend à son tour la fusion avec Time Warner

France 24 - L'info en continu - ven, 04/20/2018 - 09:40

Le patron du géant des télécoms AT&T Randall Stephenson est venu à son tour jeudi défendre son projet de fusion avec le groupe de médias Time Warner, que les autorités américaines cherchent à bloquer devant les tribunaux.

Comme son homologue de Time Warner la veille, M. Stephenson a expliqué que cette union était nécessaire pour combattre les puissants géants technologiques, comme Netflix, Amazon, Google ou Facebook.

Mais le ministère américain de la Justice estime que cette union à 85 milliards de dollars étouffera la concurrence et entraînera des hausses de prix.

La fusion permettra d'augmenter la valeur de Time Warner, qui possède notamment les chaînes HBO, CNN ou les studios Warner Bros en lui offrant, via AT&T, une distribution plus large, a plaidé Randall Stephenson jeudi devant un tribunal de Washington.

"Ce n'est vraiment pas si compliqué. La valeur d'une entreprise (qui produit des) contenus dépend du nombre de personnes qui les regardent", a-t-il expliqué.

Ces contenus, actuellement "sous-utilisés", bénéficieraient des réseaux d'AT&T, qui distribue des contenus via câble, satellite et internet, a-t-il insisté.

La stratégie d'AT&T est de faire en sorte que de plus en plus de gens regardent des vidéos sur leur mobile et, pour faire cela, "nous avons conclu que nous devions posséder des contenus".

Son témoignage faisait écho à celui de Jeff Bewkes de Time Warner, qui avait expliqué que son groupe devait s'unir à AT&T pour lutter contre les groupes de la Silicon Valley qui savent, grâce aux données qu'ils ont sur leurs clients, ajuster les contenus et cibler la publicité.

Ce rapprochement permettrait de mieux capter les recettes publicitaires et donc de limiter le coût des abonnements, a assuré M. Stephenson, contrant ainsi l'argument des autorités.

Le procès, ouvert le 22 mars, devrait encore durer toute la semaine prochaine avant une mise en délibéré de la décision, dans plusieurs semaines.

Il s'agit du plus gros procès de ce type depuis celui intenté contre Microsoft dans les années 1990. C'est aussi le premier procès contre une fusion dite "verticale", c'est-à-dire entre des entreprises qui ne sont pas directement concurrentes.

Catégories: Actualités

L'imam salafiste de Marseille a été expulsé vers l'Algérie

France 24 - L'info en continu - ven, 04/20/2018 - 09:40

Un imam salafiste de Marseille connu pour ses prêches radicaux a été expulsé vers l'Algérie vendredi matin, a appris l'AFP auprès du ministère de l'Intérieur.

L'imam El Hadi Doudi s'était vu notifier mardi un arrêté d'expulsion, pris par le ministère de l'Intérieur en raison de la teneur de ses prêches. Mais l'application de cette expulsion avait été suspendue par la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH), qui a finalement dans un second temps donné son feu vert jeudi.

La CEDH avait été saisie par Me Nabil Boudi, l'avocat de l'imam, qui avait invoqué le risque que son client subisse des tortures ou "traitements inhumains ou dégradants" s'il était renvoyé par les autorités françaises vers l'Algérie.

La Cour avait alors accordé au gouvernement français un délai de 72 heures "afin de rassembler les informations complémentaires nécessaires à une prise de décision éclairée".

El Hadi Doudi se trouvait depuis dans un centre de rétention administratif.

Âgé de 63 ans, l'imam de la mosquée As-Sounna, en plein c?ur de Marseille, dans le 3e arrondissement, s'est vu reprocher des prêches très radicaux.

Dans sa demande d'expulsion, le ministère de l'Intérieur mentionnait notamment des "actes de provocation explicite et délibérée à la discrimination, à la haine ou à la violence contre une personne déterminée ou un groupe de personnes", en l'occurrence les femmes, les juifs, les chiites, les personnes commettant l'adultère.

"L'analyse de l'idéologie propagée par M. Doudi (...) démontre que l'autre est nié dans sa singularité et son humanité", avait de son côté relevé le 8 mars la commission composée de magistrats administratifs et judiciaires marseillais dans son avis répondant positivement à cette demande d'expulsion.

Cet autre "est identifié uniquement par rapport à son sexe et à son appartenance ou non à une race, une religion, une catégorie de personnes, ce qui est attentatoire aux principes fondamentaux de la République", poursuivait la commission.

Le 11 décembre, la préfecture de police des Bouches-du-Rhône avait pris un arrêté de fermeture pour six mois de la mosquée As-Sounna. Cette fermeture temporaire avait été entérinée par le Conseil d?État le 31 janvier.

Le 28 mars en région parisienne, l'imam suppléant de la mosquée de Torcy (Seine-et-Marne), Mohammed Tlaghi, avait été reconduit vers le Maroc en raison de ses prêches radicaux, en vertu d?un arrêté d?expulsion pris le 2 mars.

Vingt étrangers radicalisés en situation régulière ont été expulsés du territoire français en 2017, avait précisé le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb dans un entretien à Ouest-France le 31 mars, chiffre "jamais atteint auparavant", selon lui.

Catégories: Actualités

Harcèlement sexuel : le patron d'Onusida embourbé dans la gestion d'une crise

L' Essentiel - SudOuest.fr - ven, 04/20/2018 - 09:37

Michel Sidibé est accusé de protéger les puissants et d'avoir voulu régler discrètement une affaire de harcèlement.
Tout a commencé avec une plainte d'agression sexuelle visant un directeur adjoint de l'Onusida. Une enquête interne l'a mis hors de cause, mais la crise impliquant Luiz Loures a pris de l'ampleur, mettant... Lire la suite

Catégories: Actualités

Ouverture d'un téléphone rouge entre dirigeants des deux Corées

ladepeche.fr - ven, 04/20/2018 - 09:36
Les deux Corées ont ouvert vendredi un téléphone rouge entre leurs dirigeants, à une semaine d'un sommet entre le président sud-coréen Moon Jae-in et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un dans la Zone démilitarisée qui divise la péninsule.Cette ligne relie la Maison bleue --la présidence sud-coréenne à Séoul-- et le bureau à Pyongyang de la Commission nord-coréenne des Affaires d'Etat, présidée par M. Kim, une de ses fonctions les plus...
Catégories: Actualités

Belloubet: la fusion des tribunaux "ne change rien" pour le justiciable

France 24 - L'info en continu - ven, 04/20/2018 - 09:36

La fusion des tribunaux d'instance et de grande instance prévue par la réforme de la justice, qui est présentée vendredi en Conseil des ministres, ne "changera rien" pour le justiciable, a assuré la garde des Sceaux Nicole Belloubet sur RTL.

"Aucun tribunal ne sera supprimé. Tous les tribunaux resteront", a répété la ministre, qui n'a pas réussi à convaincre les opposants à la réforme, parmi lesquels des milliers d'avocats et les deux premiers syndicats de magistrats.

Très contesté, le projet porté par la ministre vise notamment à simplifier les procédures pénale et civile et à améliorer l'efficacité des peines mais il est accusé de porter atteinte aux droits de la défense et de limiter l'accès au juge.

"Cela ne change rien pour le justiciable", a répété la ministre, interrogé sur la fusion annoncé de certains tribunaux. "Il est essentiel que l'accueil du justiciable soit assuré partout".

Par exemple, le tribunal d'instance d'Oloron-Sainte-Marie (Pyrénées-Atlantiques), à 30 kilomètres du tribunal de grande instance (TGI) de Pau, "sera maintenu". "Il fusionnera administrativement (avec celui de Pau, NDLR) mais pour le justiciable ce sera absolument invisible", a affirmé Mme Belloubet.

"Il conservera ses juges, ses compétences, son contentieux, il conservera les litiges du quotidien", a-t-elle poursuivi. "Il s'appellera toujours tribunal d'instance. Administrativement, ça sera une chambre détachée qui s'appellera tribunal d'instance".

Interrogée sur la suppression du juge d'instance, elle a reconnu qu'il n'y aurait "plus de statut" qui corresponde à cette fonction. "Mais les juges qui jugent ces contentieux-là demeurent".

Les tribunaux d'instance sont des lieux de justice de proximité, où sont jugées les affaires civiles (surendettement, loyers impayés, tutelles, etc.) pour lesquelles la demande porte sur des sommes inférieures à 10.000 euros. La fusion de ces tribunaux avec les TGI est le projet le plus contesté de la réforme de la justice.

Elle aboutira, selon l'Union syndicale des magistrats (USM, majoritaire) et le Syndicat de la magistrature (SM), à la suppression des tribunaux d'instance et de la fonction du juge d'instance. "Des contentieux vont passer à la trappe, noyés au sein du TGI", selon Céline Parisot de l'USM.

Catégories: Actualités

Pages

S'abonner à JO CASANOVA MUSIC agrégateur - Actualités