Actualité

Prestations sociales: Darmanin se démarque de Le Maire

France 24 - L'info en continu - mer, 05/23/2018 - 13:25

Le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin a assuré mercredi qu'il ne voulait pas "toucher" aux prestations sociales, dans un effort pour éteindre la polémique créée par son collègue Bruno Le Maire, donnant sa préférence à la réduction des aides aux entreprises.

"On a le droit d'avoir des sensibilités différentes (avec M. Le Maire)", a reconnu M. Darmanin sur BFM/RMC, tout en soulignant que le ministre de l'Economie n'avait "pas été maladroit" lorsqu'il a jugé dimanche légitime de réduire la politique sociale sur l'emploi.

Le ministre des Comptes publics a douté que le moment soit le bon pour réduire les prestations sociales, à "un moment où les Français voient la reprise économique, mais dont les difficultés sont grandes".

"Je pense qu'il ne faut pas toucher aux prestations sociales individuelles", a-t-il affirmé, sans écarter pour autant des changements dans ce domaine, qui pourraient se traduire par une baisse de la dépense publique.

"Je pense qu'il faut faire des réformes importantes dans le domaine social. Il y a évidemment des économies à faire dans le domaine social", a jugé le ministre, citant exemple la réforme de la prime d'activité, selon lui souvent utilisée par les entreprises comme prétexte pour ne pas augmenter les salaires.

Le cabinet de M. Le Maire a démenti de son côté "toute contradiction" entre les déclarations de Gérald Darmanin et celles de Bruno Le Maire, rappelant que le ministre de l'Economie n'avait pas parlé des "aides sociales personnalisées".

Interrogé dimanche lors de l'émission "Le Grand Rendez-vous" Europe 1-Les Echos-CNEWS, Bruno Le Maire avait évoqué une réduction des aides sociales à l'emploi dans l'objectif de baisser les déficits publics, s'il y a suffisamment de créations d'emplois dans le privé.

Le quotidien Le Monde avait révélé samedi l'existence d'un document de la direction du Budget, intitulé "Transformer les prestations sociales", qui estime que les aides sociales constituent "un poids croissant" pour les finances publiques, de l'ordre de 26% des dépenses.

- "Maquis considérable" -

M. Darmanin a évoqué une autre piste pour réduire la dépense publique: la diminution des aides aux entreprises, déjà annoncée par Bruno Le Maire dans le cadre de la loi Pacte.

"Je vais surtout essayer, en période de reprise économique, de réduire les aides aux entreprises", a affirmé le ministre, estimant leur montant total pour cette année à 140 milliards d'euros.

Selon lui, M. Le Maire, qui "travaille aujourd'hui sur une réforme des aides aux entreprises", "a proposé (de les réduire) pour à peu près 5 milliards d'euros". "C'est une concertation qu'on va avoir avec les entreprises", a-t-il ajouté.

Dans une interview au Point, Bruno Le Maire avait indiqué en janvier vouloir réexaminer l'efficacité de l'ensemble des aides publiques versées aux entreprises, afin de vérifier leur pertinence en ce qui concerne "la croissance" et "l'emploi".

"C'est un maquis considérable. Nul n'est capable de connaître, entre le +plan ceci+ ou le +plan cela+, leur montant et leur efficacité", avait déclaré le ministre, sans toutefois préciser le montant de la baisse envisagé.

Pour M. Darmanin, le moment est venu pour les entreprises de faire également un effort.

"A un moment où l'on baisse la fiscalité très fortement pour les entreprises - on a baissé l'impôt sur les sociétés, on a mis en place la flat tax, on a supprimé l'ISF - et à un moment où l'on a une croissance économique qui revient, des entreprises qui vont un peu mieux, et bien il faut accepter l'idée" d'une baisse des aides aux entreprises, a-t-il justifié.

Selon Bercy, la réduction de ces aides doit permettre de financer les mesures prévues dans le cadre de la future loi Pacte (Plan d'action pour la croissance et la transformation des entreprises), portée par Bruno Le Maire.

Le texte de la loi Pacte, transmis au Conseil d'Etat, et attendu fin juin en Conseil des ministres, prévoit plusieurs mesures favorables aux salariés, comme la suppression du "forfait social" sur la participation dans les entreprises de moins de 250 personnes.

Catégories: Actualités

Samu, maternité, blanchisserie: portes ouvertes samedi aux Hôpitaux de Paris

France 24 - L'info en continu - mer, 05/23/2018 - 13:24

L'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) organise, pour la cinquième année consécutive, une journée portes ouvertes samedi après-midi, offrant au public la possibilité de visiter des dizaines de services d'ordinaire réservés aux agents hospitaliers, aux soignants et aux malades.

Sous les feux de l'actualité depuis deux semaines, le Samu sera à l'honneur dans plusieurs hôpitaux, comme Bichat (XVIIIe arrondissement), qui invite à monter à bord de véhicules d'urgence, ou Henri-Mondor, qui propose de découvrir son centre de régulation médicale et son hélistation.

Les maternités sont aussi mises en avant, notamment à Beaujon (Hauts-de-Seine) et à Necker (XVe), où les curieux seront admis dans la biberonnerie.

Ces portes ouvertes sont aussi l'occasion de présenter les technologies les plus récentes, comme la radiothérapie robotisée à Georges-Pompidou (XVe) ou la cabine de télémédecine à Avicenne (Seine-Saint-Denis).

Dans un autre registre, les premiers inscrits auront accès aux cuisines de Tenon (XXe) ou à la blanchisserie centrale de l'AP-HP à la Pitié-Salpêtrière (XIIIe).

Les amateurs pourront enfin déambuler dans le musée des moulages de Saint-Louis (Xe), où sont conservées 4.800 empreintes en cire de lésions dermatologiques.

Avant le grand public, quelque 2.500 collégiens et lycéens seront accueillis dans les hôpitaux franciliens vendredi.

Catégories: Actualités

Affaire Grégory: nouvelles demandes de mises en examen au "moment opportun" (parquet général)

France 24 - L'info en continu - mer, 05/23/2018 - 13:23

Le parquet général de la cour d'appel de Dijon a annoncé mercredi attendre "le moment opportun" pour demander à nouveau les mises en examen de Murielle Bolle et des époux Jacob dans le cadre de l'affaire Grégory, une semaine après leur annulation.

La chambre de l'instruction de Dijon avait annulé le 16 mai pour des points de procédure - et non pas sur le fond du dossier - les mises en examen de Murielle Bolle et des époux Jacob pour le rapt mortel du petit garçon, il y a 33 ans.

Le parquet "n'a pas formé de pourvoi en cassation" mais "attend le moment opportun pour présenter de nouvelles demandes de mises en examen", a indiqué à l'AFP le procureur général Jean-Jacques Bosc.

Le magistrat pourrait notamment attendre la décision de la Cour de cassation concernant le pourvoi de Murielle Bolle, formé vendredi par ses avocats.

Ces derniers demandent, outre la nullité de la mise en examen obtenue devant la chambre de l'instruction - décision qu'ils saluent - l'annulation de sa garde à vue en novembre 1984.

Celle qui avait 15 ans à l'époque avait accusé son beau-frère Bernard Laroche d'avoir enlevé Grégory, avant de se rétracter. Laroche avait été incarcéré puis relâché avant d'être tué d'un coup de fusil par son cousin Jean-Marie Villemin, le père de l'enfant, en 1985.

Les conditions de cette garde à vue sont contraires "à la Convention européenne des droits de l'Homme" et aux "principes des droits de la défense" prévoyant des "garanties spécifiques pour les mineurs", selon les conseils de Mme Bolle.

Les avocats avaient déjà déposé une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) sur ce point, rejetée en mars par la cour d'appel de Dijon.

En juin, les septuagénaires Marcel et Jacqueline Jacob, grand-oncle et grand-tante de Grégory, avaient été mis en examen, soupçonnés d'avoir été les "corbeaux" de l'affaire, à l'origine de plusieurs lettres anonymes bien renseignées, et d'être impliqués dans le rapt et la mort du garçonnet.

Deux semaines plus tard, Murielle Bolle, âgée de 48 ans, avait été mise en examen à son tour, sur le soupçon d'avoir participé à l'enlèvement du petit garçon de 4 ans retrouvé retrouvé pieds et poings liés dans la rivière Vologne le 16 octobre 1984. Tous trois clament leur innocence.

En attendant, l'annulation des mises en examen et la levée des contrôles judiciaires des époux Jacob et de Mme Bolle décidées par la chambre de l'instruction demeurent "effectives", en dépit du pourvoi en cassation, selon Jean-Jacques Bosc.

La question de la suspension de cette décision avait été posée par les avocats de Mme Bolle, qui indiquaient lundi que, dans l'attente d'une clarification, "elle respect(ait) son contrôle judiciaire".

Catégories: Actualités

Overwatch League: quand l'e-sport défie les grandes ligues américaines

France 24 - L'info en continu - mer, 05/23/2018 - 13:23

Les Los Angeles Gladiators et les Shanghai Dragons plus connus que les Los Angeles Lakers ou les New England Patriots? C'est peut-être pour demain grâce à l'Overwatch League, nouveau et ambitieux championnat d'e-sport.

Elles ont leurs stars, leurs produits dérivés et leurs supporters qui les suivent à chacun de leur match.

Les douze franchises de l'Overwatch League --neuf américaines, une anglaise, une chinoise et une sud-coréenne-- n'ont que quelques semaines d'existence, mais fonctionnent déjà comme des équipes d'un grand championnat professionnel nord-américain, type NFL (football américain) ou NBA (basket).

"Notre modèle économique n?est pas différent des modèles économiques des autres ligues sportives", explique Nate Nanzer, le patron de l'Overwatch League, créée par Blizzard, éditeur du blockbuster World of Warcraft et d'Overwatch, un jeu vidéo dit "first-person shooter" (jeu de tir en vue subjective) devenu phénomène avec ses 35 millions d'utilisateurs.

"Nous créons du contenu, nous organisons des matches, douze par semaine, nous rassemblons un public autour de ces matches, nous générons de l?argent grâce aux droits de diffusion, aux produits dérivés, aux contrats de partenariat et à la billetterie", poursuit-il.

Il suffit de se rendre à la Blizzard Arena, près de Los Angeles, pour mesurer le succès fulgurant de ce championnat qui se déroule, comme la NBA, avec sa saison régulière, ses play-offs et sa grande finale fin juillet.

- Objectif, 28 équipes -

Dans une ambiance survoltée, des centaines de spectateurs, habillés aux couleurs de leur équipe-fétiche ou déguisés comme l'un des 26 héros du jeu --des agents de l'organisation Overwatch qui s'affrontent, après avoir maté une rébellion de robots dans un monde futuriste--, suivent sur des écrans géants des matches en quatre manches où alternativement une équipe de six "gamers" doit atteindre un objectif et l'autre doit l'en empêcher.

A l'autre bout des Etats-Unis et du monde, des centaines de milliers de téléspectateurs sont rivés en direct notamment sur la plateforme spécialisée dans les jeux vidéo Twitch.

Ils s'enflamment pour les exploits de joueurs au nom cryptique comme Verbo, sinatraa ou Munchkin.

Parmi eux, Alex Parrish, venu de Houston (Texas).

"Je ne suis pas fan de sport, mais quand je suis ici, je comprends pourquoi on peut se passionner pour une équipe, des joueurs et un championnat. Il y a cette impression d'être dans un parc d'attraction avec les écrans, la scénographie et cette énergie", explique-il.

A terme, les rencontres auront lieu dans chacune des villes engagées et le championnat comptera 28 équipes, répartis à travers le monde, dont une à Paris, "un objectif prioritaire" pour Nate Nanzer.

"On aura un match Paris-Pékin en Chine, puis le match retour à Paris. Cela sera quelque chose d'unique dans l'e-sport et même dans le sport tout court, il n'y aura pas un championnat au monde avec cette dimension globale", assure le patron de l'Owerwatch League.

"Notre rêve n'est pas de remplir un jour un grand stade, mais d'avoir semaine après semaine des millions de fans à travers le monde qui assistent à des matches en direct, comme on peut le voir pour le football", espère Nate Nanzer.

- 20 millions de dollars -

L'Overwatch League a aussitôt séduit des grands noms du sport "traditionnel", comme Robert Kraft, le propriétaire de l'équipe de football des New England Patriots et la famille Kroenke qui contrôle entre autres le club anglais de football d'Arsenal qui auraient déboursé 20 millions de dollars (17 M EUR) --montant non confirmé-- pour pouvoir créer leur équipe.

A 21 ans, Jacob Lyon, connu sous le surnom de "Jake", est l'un des 130 joueurs professionnels de 18 nationalités diférentes qui évoluent dans l'Overwatch League.

Il a signé un contrat d'un an qui lui garantit un salaire minimum de 50.000 dollars (42.390 EUR) --le triple pour les meilleurs joueurs--, sans compter le partage de la dotation globale qui s'élève à 3,5 millions de dollars (3 M EUR).

Son quotidien ressemble à celui d'un sportif de haut-niveau, avec des entraînements, des analyses-vidéo de matches et même une préparation physique.

"Avant, les joueurs étaient connus pour ne pas dormir, ils avaient de mauvaises habitudes, une mauvaise hygiène de vie et ils jouaient des tournois comme cela. Mais quand vous jouez semaine après semaine, vous devez être plus réguliers et efficaces sur des périodes plus longues?, détaille-t-il.

A ses yeux, comme à ceux de Nate Nanzer, l'e-sport est là pour durer.

"Les gens me demandent tout le temps: +N?est-ce pas un peu dingue de regarder des gens jouer à un jeu vidéo ?+ Je leur réponds: +N?est-pas un peu dingue de regarder du golf ou du tennis ?+ Vous regardez parce que vous jouez peut-être vous-mêmes, parce que vous voulez voir qui est le meilleur du monde, vous voulez vous améliorez. C?est la même chose avec l?e-sport?, insiste-t-il.

Catégories: Actualités

Israël et territoires palestiniens: le Premier ministre Philippe annule un déplacement pour des raisons d'agenda

France 24 - L'info en continu - mer, 05/23/2018 - 13:20

Le chef du gouvernement français Édouard Philippe a annulé son déplacement en Israël et dans les territoires palestiniens, prévu les 31 mai et 1er juin, "pour des raisons d'agenda intérieur lié au travail gouvernemental des prochains jours", ont annoncé mercredi ses services.

"La visite du Premier ministre français est annulée côté français pour des raisons intérieures", avait un peu plus tôt indiqué le ministère israélien des Affaires étrangères dans un bref communiqué.

Catégories: Actualités

Les recherches du vol MH370 de Malaysia Airlines s'achèveront le 29 mai

France 24 - L'info en continu - mer, 05/23/2018 - 13:11

Les recherches lancées dans l'océan Indien pour retrouver le vol MH370 de Malaysia Airlines, disparu mystérieusement en 2014, s'achèveront le 29 mai, a annoncé mercredi le ministre malaisien des Transports.

Le Boeing 777 s'était volatilisé le 8 mars 2014 avec 239 personnes à bord, peu après son décollage de Kuala Lumpur à destination de Pékin.

Les premières recherches maritimes coordonnées par l'Australie -les plus importantes de l'histoire de l'aviation- avaient été suspendues en janvier 2017.

Aucune trace de l'appareil n'a été trouvée dans la zone de recherches de 120.000 km2 explorée dans le sud de l'océan Indien au large de l'Australie, sur la base d'analyses satellite de la trajectoire possible de l'appareil après qu'il a dévié de sa route théorique.

Sous la pression des familles des disparus, l'ancien gouvernement malaisien avait alors conclu un accord avec Ocean Infinity, société privée spécialisée dans la recherche sous-marine. Celle-ci ne devait être rémunérée que si elle parvenait à retrouver l'avion ou ses boîtes noires.

Ocean Infinity se concentrait sur une nouvelle zone de recherches, vaste de 25.000 km2, située au nord de la précédente, dans le sud de l'Océan Indien.

Son bateau, le Seabed Constructor, qui bat pavillon norvégien, est équipé de huit drones munis de sonars et de caméras capables de plonger jusqu'à 6.000 mètres de profondeur.

Le ministre malaisien des Transports Anthony Loke, qui appartient au nouveau gouvernement arrivé au pouvoir après les élections du 9 mai, a indiqué que les recherches d'Ocean Infinity auraient dû se terminer en avril mais avaient continué.

"Les recherches se poursuivront jusqu'au 29 mai", a déclaré aux journalistes M. Loke.

Auparavant, le nouveau Premier ministre Mahathir Mohamad avait indiqué que le contrat avec Ocean Infinity était en cours de révision.

Grace Nathan, une avocate malaisienne dont la mère Anne Daisy était à bord du MH370, a déclaré que l'annonce de mercredi n'était pas une surprise mais estimé que le gouvernement devrait laisser sur la table la possibilité pour une autre société de reprendre les recherches selon le même principe, qui est que la rémunération est subordonnée au résultat.

"Nous ne pouvons pas dire (au gouvernement) ce qu'il doit faire mais pour moi et les familles, trouver l'avion est important pour beaucoup de raisons", a-t-elle dit à l'AFP.

Une vingtaine de débris découverts sur le littoral de l'océan Indien au large de l'Afrique de l'Est -loin de la zone de recherches- ont été identifiés comme appartenant probablement ou certainement à l'appareil

Catégories: Actualités

Liban: Nabih Berri, allié du Hezbollah, réélu à la tête du Parlement

France 24 - L'info en continu - mer, 05/23/2018 - 13:06

Le président du Parlement Nabih Berri, un allié du mouvement chiite Hezbollah âgé de 80 ans, a été réélu pour un sixième mandat par les députés de la nouvelle assemblée, un record de longévité dans le monde arabe.

Figure inamovible sur la scène parlementaire et politique libanaise, M. Berri, en poste depuis 26 ans, a été sans surprise reconduit pour quatre ans, par 98 voix pour (sur 128), 29 bulletins blancs et un vote annulé.

Né en Sierra Leone en 1938, cet avocat, diplômé de droit en 1963, a fait son entrée en politique en rejoignant dans les années 1970 Amal, "mouvement des déshérités" fondé par l'imam chiite charismatique Moussa Sadr.

Ce mouvement qu'il dirige depuis 1980 forme avec son allié le Hezbollah un puissant "tandem chiite" ayant raflé, lors des récentes élections, 26 des 27 sièges dévolus à cette communauté au sein de l'Assemblée, qui compte 128 élus.

Le Liban est régi par un système complexe de partage des pouvoirs entre les différentes communautés religieuses: le président est nécessairement chrétien, le Premier ministre musulman sunnite et le président du Parlement musulman chiite.

Le pays a tenu le 6 mai ses premières élections législatives depuis 2009, après trois prorogations par l'Assemblée sortante, pour des raisons de sécurité liées au conflit en Syrie, mais aussi à des divisions sur la loi électorale.

Ce scrutin a été marqué par un faible taux de participation de 49,2%, la consolidation de l'influence du Hezbollah ainsi que par l'émergence d'un mouvement de la société civile contestant les partis au pouvoir, qui n'a toutefois décroché qu'un siège.

Le Courant du Futur du Premier ministre Saad Hariri a perdu, quant à lui, le tiers de ses sièges. Il dispose désormais de 21 députés, contre 33 sièges dans le Parlement sortant.

Le courant politique du chef de l'Etat, Michel Aoun, a remporté 29 sièges, ce qui en fait désormais le bloc le plus important du nouvel hémicycle.

Le président Aoun devra procéder à des consultations parlementaires contraignantes, au lendemain de la séance plénière de mercredi, pour désigner le Premier ministre. M. Hariri devrait être reconduit en dépit de son revers électoral.

Catégories: Actualités

Auvergne-Rhône-Alpes: le budget de Wauquiez annulé sera revoté le 14 juin

France 24 - L'info en continu - mer, 05/23/2018 - 13:05

La région Auvergne-Rhône-Alpes va de nouveau soumettre à son assemblée plénière le 14 juin son budget 2016, annulé par la justice, un vote symbolique mais analysé chez ses opposants comme un revers politique pour son président Laurent Wauquiez.

"Il y a une délibération formelle qui va être soumise au vote le 14 juin", a-t-on appris mercredi auprès de l'entourage de M. Wauquiez (Les Républicains).

Mardi, le tribunal administratif de Lyon avait dénoncé les conditions d'attribution d'une enveloppe financière au projet contesté de Center Parcs de Roybon (Isère), entraînant en conséquence l'annulation de l'ensemble de ce premier budget de l'ère Wauquiez.

Les juges avaient alors estimé qu'il y avait pas eu une information "suffisante" aux élus régionaux pour leur permettre de voter tous les points du budget.

Ce sont des élus du Rassemblement citoyen écologiste et solidaire (RCES) qui avaient saisi la justice. Ils estimaient qu'il y avait eu un "excès de pouvoir" de Laurent Wauquiez sur ce vote.

Ils s'appuyaient notamment sur le fait que l'exécutif n'avait pas fourni, selon eux, de détails suffisants sur la répartition de l'enveloppe de 4,7 millions d'euros que la région souhaitait consacrer au projet de Roybon.

"Un budget régional a été annulé et c'est une première. Le tribunal reconnaît que le droit des élus a été bafoué", s'est félicitée Myriam Laïdouni Denis, élue RCES, qui a porté ce recours.

Dans les autres groupes politiques également, on tire à boulets rouges sur la méthode Wauquiez. "Déni de démocratie, dérives autoritaires" pour le groupe La République En Marche, "manquements graves aux droits des élus d?opposition" pour le Front National.

"Il essuie sa quatrième défaite juridique depuis son élection", estime Christophe Boudot, chef de file du FN à la région. "M. Wauquiez doit se reprendre, changer ses méthodes de gouvernance et respecter les électeurs et les élus".

"On prend acte de cette décision qui n'a pas de conséquences, le budget ayant été exécuté et le compte administratif voté", avait déclaré mardi à l'AFP le premier vice-président (LR) de la région Etienne Blanc.

Laurent Wauquiez lui a priori ne réagira pas à cette décision, ajoute-t-on dans son entourage.

Catégories: Actualités

L'UE demande à l'Italie "une réponse crédible" sur sa dette publique

France 24 - L'info en continu - mer, 05/23/2018 - 13:05

Le commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici, a appelé mercredi l'Italie à apporter "une réponse crédible" sur sa dette publique, qui est la deuxième plus élevée de la zone euro après la Grèce, alors que le pays s'apprête à être dirigé par un gouvernement populiste.

"La dette italienne est une question importante pour l'avenir de l'Italie (...) Cela nécessite une réponse crédible et comme amoureux de l'Italie et amis des Italiens, nous devons y être attentifs", a déclaré M. Moscovici, lors d'une conférence de presse à Bruxelles.

Catégories: Actualités

Homme battu à mort à Pau : deux mineurs présentés à un juge pour « homicide volontaire »

Ces deux adolescents n’ont pas de casier judiciaire, et le motif de l’agression n’est pas encore établi, a fait savoir la procureure de la République de Pau.
Catégories: Actualités

Israël et territoires palestiniens: Philippe annule son déplacement "pour des raisons d'agenda intérieur"

ladepeche.fr - mer, 05/23/2018 - 13:00
Edouard Philippe annule son déplacement en Israël et dans les Territoires palestiniens, prévu les 31 mai et 1er juin, "pour des raisons d'agenda intérieur lié au travail gouvernemental des prochains jours", a annoncé mercredi Matignon. "La visite du Premier ministre français est annulée côté français pour des raisons intérieures", avait un peu plus tôt indiqué le ministère israélien des Affaires étrangères dans un bref communiqué. M....
Catégories: Actualités

Poutine et Macron, acte II

France 24 - L'info en continu - mer, 05/23/2018 - 13:00

Emmanuel Macron s'est affiché en ami de Donald Trump, espérant peser sur le président américain, en vain. Avec Vladimir Poutine, il joue sur un autre registre, fastueux et historique, pour faire évoluer une relation compliquée, dont l'acte deux se joue jeudi à Saint-Pétersbourg.

Quelques jours à peine après son élection, en mai 2017, le président français avait sorti le grand jeu pour recevoir le maître du Kremlin, en froid avec les Occidentaux depuis l'annexion de la Crimée par la Russie en 2014.

Le château de Versailles, la Galerie des Batailles, l'hommage à Pierre Le Grand, le tsar bâtisseur et ouvert sur l'Europe: rien n'avait été laissé au hasard pour flatter Vladimir Poutine et donner un nouveau lustre à la relation franco-russe, à grand renfort de symboles monarchiques.

Par un jeu de miroirs, Vladimir Poutine accueillera son homologue jeudi et vendredi dans l'ancienne capitale impériale et la plus européenne des villes de Russie, Saint-Pétersbourg.

"C'est le +match retour+ après Versailles" où Emmanuel Macron avait voulu prendre la main dans "le rapport de forces avec Poutine", analyse le philosophe et spécialiste de la Russie Michel Eltchaninoff, auteur du livre "Dans la tête de Vladimir Poutine", que le président français a consulté, parmi d'autres experts, avant son déplacement.

"A Versailles, il s'agissait de jouer la majesté, la grandeur et même la profondeur historique face au maître du Kremlin pour l'impressionner et lui montrer que la France n'est pas ce pays oublieux de ses racines que Poutine veut suggérer", décrypte-t-il pour l'AFP.

Un an plus tard, les deux dirigeants vont pouvoir se mesurer à l'aune des désaccords sur la Syrie ou l'Ukraine et de la crise diplomatique provoquée par l'empoisonnement d'un ex-agent russe au Royaume-Uni.

- Les yeux dans les yeux -

Mais Donald Trump va aussi leur offrir une rare occasion de s'entendre après son retrait tonitruant de l'accord sur le nucléaire iranien, vécu comme un véritable camouflet en Europe.

Le président français peut-il réussir avec Vladimir Poutine là où il semble avoir échoué avec "l'ami" Donald Trump, qui a surjoué la sympathie envers son hôte en avril à Washington pour mieux le contredire ensuite sur l'Iran ?

"Je pense que Macron et Poutine peuvent très bien s'entendre. L'un et l'autre sont très cultivés, aiment l'histoire", considère l'ex-ambassadeur de Russie en France, Alexandre Orlov, qui avait assisté à la rencontre de Versailles en 2017.

"Ce serait tout à fait normal que Macron ait une meilleure relation avec Poutine que Trump, qui sont deux types tout à fait différents. Trump est un homme peu cultivé, violent, brutal", ajoute-t-il sans détours.

Les dirigeants français et russe ne se sont vus que deux fois - à Versailles et au sommet du G20 à Hambourg en juillet 2017 - mais se parlent très régulièrement par téléphone, quels que soient leurs différends.

Emmanuel Macron n'hésite pas à mettre en scène cette relation. Dans une récente vidéo de l'Elysée, il apparaissait appelant "Vladimir" depuis l'Airbus présidentiel. "Je voulais te parler pour faire un petit point" sur l'Iran, peut-on l'entendre dire.

"Mais aucune conversation téléphonique ne remplace le contact physique. Pour qu'une alchimie se crée entre deux dirigeants, il faut qu'ils se voient et se regardent dans les yeux", explique Alexandre Orlov à l'AFP.

- Un "oligarque" à l'Elysée -

Les deux hommes ne manquent pas de points communs. Ils ont surgi de nulle part sur la scène politique et ils ont le même souci de replacer leur pays au centre du jeu international.

"Ils se ressemblent sur la volonté de rééchanter le rapport aux leaders politiques et de s'inscrire dans une longue durée de leur histoire", note Michel Eltchaninoff.

Mais les sujets de friction sont aussi nombreux entre l'ancien banquier d'affaires et l'ex-agent secret. "Quelqu'un qui vient de la banque, dans l'esprit de Poutine, c'est un oligarque. Cela ne lui inspire pas forcément confiance", relève l'auteur.

A Versailles, Emmanuel Macron n'a pas pris de gants pour dénoncer la campagne de dénigrement dont il avait été victime dans les médias russes avant son élection.

Il s'est forgé depuis une stature d'homme d'Etat mais aux yeux des médias pro-Kremlin, il reste le président d'un pays "vassal" des Etats-Unis, relève Tatiana Koustaéva-Jean à l'Institut français des relations internationales (Ifri).

Une perception qui pourrait évoluer si les Européens se dressent contre Donald Trump dans l'affaire du nucléaire iranien.

"La France est un pays que l?on respecte ici mais seulement si elle montre son indépendance de toutes ses forces", pointe Alexandre Baounov, expert au centre Carnegie à Moscou.

Catégories: Actualités

Ligue des champions: Bale attend un signe de Zidane pour la finale

France 24 - L'info en continu - mer, 05/23/2018 - 12:59

Peu utilisé par Zinédine Zidane cette saison, Gareth Bale se trouve à la croisée des chemins. Le sort que réserve le coach à son attaquant gallois en finale de Ligue des champions samedi face à Liverpool sera décisif pour son avenir au Real Madrid.

Les relations entre le joueur le plus cher de l'histoire au moment de son transfert à la "maison blanche" (100 millions d'euros) et le technicien français ont été froides, particulièrement depuis février et un match de C1 contre le Paris SG.

A l'époque, les Madrilènes étaient encore dans la course au Championnat d'Espagne et l'épopée en Ligue des champions se dessinait. C'était aussi le moment où les désaveux successifs de Zidane envers l'ailier se sont enchaînés.

Le point de rupture est intervenu en avril, lors d'un quart de finale retour face à la Juventus Turin, toujours en Ligue des champions. Gareth Bale avait marqué trois buts lors de ses trois derniers matchs - six en cinq matchs si l'on tient compte de ses sorties en équipe nationale -, et il s'était vu récompensé par une titularisation à domicile.

Pourtant, Zidane l'a sorti à la mi-temps, lorsque son équipe était menée 2-0. Au mieux un désaveu, au pire une humiliation publique.

"Ce n'était pas pour punir Gareth mais il fallait que quelque chose change", s'était alors justifié Zidane.

Le Gallois, lui, s'était bien senti puni et son investissement s'était effrité. Les deux hommes, à cette période, se parlaient à peine, ont affirmé à l'AFP des sources ayant requis l'anonymat.

Trois jours après la qualification du Real face à la Juve, plusieurs joueurs dont Bale ont été laissés au repos lors d'un déplacement à Malaga. Mais alors que les Cristiano Ronaldo et autre Marcelo ont réintégré le groupe dès le week-end suivant, le numéro 11 du Real se trouvait encore sur le banc face à l'Athletic Bilbao.

- Quitte ou double -

Avant les demi-finales de C1, qu'il a aussi commencées sur le banc, le joueur de 28 ans n'a été titularisé qu'une fois en cinq matchs.

"Ca arrivera toujours dans une équipe comme la nôtre, avait plaidé Zidane. Il y a des joueurs en forme dans l'équipe et qui jouent bien."

Depuis ce nadir dans leur relation, un tournant s'est opéré. Ces dernières semaines, Gareth Bale semble avoir retrouvé grâce aux yeux de son entraîneur.

Un joli but dans le clasico face à Barcelone puis un doublé face au Celta Vigo, rencontre dont il a été désigné "homme du match", et revoilà Bale avec un moral de compétiteur.

Il a encore marqué samedi contre Villarreal, pour un total de cinq réalisations lors de ses quatre derniers matchs. Inespéré il y a encore un mois.

Résultat: la finale de Ligue des champions samedi à Kiev sonne maintenant comme un match couperet pour Bale. A ce stade, il reste probable qu'un joueur moins spectaculaire mais plus appliqué défensivement (Lucas Vazquez, Isco...) lui soit préféré. Mais sa forme du moment plaide pour lui.

"J'ai l'impression que je suis en forme depuis un moment", a toutefois répliqué mardi le joueur, avec un humour britannique, lors d'une interview avec la Real Madrid TV.

"Il joue bien, il a marqué plusieurs buts récemment, a pour sa part reconnu Zidane mardi. Non seulement ça, mais il a été très constant. Il n'a pas beaucoup joué mais les trois matchs qu'il a joués, il a bien joué." Une réponse indéchiffrable.

Des sources affirment à l'AFP que le Gallois souhaiterait idéalement rester à Madrid, où lui et sa famille se sentent bien. Sans fermer la porte à un départ.

Tout porte à croire que les choix de Zidane pour le match le plus important de la saison du Real auront un impact décisif sur son avenir.

Relancer Bale en finale ouvrirait la porte à nouveau départ, à la rentrée, avec le Real. Une énième claque, en revanche, pourrait ouvrir la porte à un départ... du club.

Catégories: Actualités

Vidéo. Homme battu à mort à Pau : la procureure confirme les circonstances du décès

L' Essentiel - SudOuest.fr - mer, 05/23/2018 - 12:59

La procureure de la République Cécile Gensac a tenu une conférence de presse ce mercredi matin.
Cinq jours après le lynchage qui a coûté la vie à Béli N. vendredi soir à la plaine des sports du quartier Saragosse à Pau, la procureure de la République de Pau, Cécile Gensac, a tenu une conférence de presse ce mercredi matin.... Lire la suite

Catégories: Actualités

Unai Emery, l'ancien entraîneur du PSG, prend la relève d'Arsène Wenger à Arsenal

Le Huffington Post - mer, 05/23/2018 - 12:56
Unai Emery, l'ancien entraîneur du PSG, prend la relève d'Arsène Wenger à Arsenal
Catégories: Actualités

Virginia Rometty, PDG d’IBM : « Nous allons créer 1 800 emplois en France »

La patronne du groupe américain annonce des embauches dans l’intelligence artificielle et l’Internet des objets.
Catégories: Actualités

Parcoursup : « C’est pas une fac, c’est “Koh-Lanta” », les lycéens se défoulent sur Twitter

Inquiets, surpris, voire consternés, les lycéens ont transformé depuis mardi soir le réseau social en lieu d’échange, d’humour et d’empathie.
Catégories: Actualités

La Thaïlande, grenier à riz du monde, "restreint" seulement l'usage d'herbicides controversés

France 24 - L'info en continu - mer, 05/23/2018 - 12:51

La Thaïlande, un des premiers producteurs mondiaux de riz, s'est limitée mercredi à "restreindre" l'usage d'herbicides controversés comme le paraquat, interdit dans plus de trente pays, suscitant la colère des militants écologistes qui réclamaient une interdiction.

"Les études sur les effets sur la santé et l'environnement ne sont pas suffisantes pour justifier l'interdiction" que réclamaient les ONG, a déclaré Somboon Yindeeyoungyuen, haut-responsable du ministère de l'Industrie.

Le ministère de l'Agriculture a désormais deux mois pour définir les contours de cette "restriction": certains pays interdisent l'utilisation individuelle, d'autres dans les espaces publics.

Pour les écologistes et universitaires thaïlandais qui militaient pour une interdiction pure et dure du paraquat, c'est une déception.

"Le paraquat est un marché énorme en Thaïlande", qui est un des plus gros utilisateurs au monde de pesticides, déplore l'ONG Thai Pesticide Alert Network (Thai PAN).

Celle ci alerte l'opinion publique avec des études sur les résidus de pesticides dans les fruits et légumes produits dans le pays.

Elle a dénoncé mercredi "des conflits d'intérêt" ayant présidé à la décision d'une simple "restriction", accusant des membres du comité de représenter les lobbies pro-pesticides.

L'ONG appelle le chef de la junte, le général Prayut Chan-O-Cha, à "faire réviser" cette décision.

"Trente-deux pays ont interdit l'usage du paraquat", selon les données de 2017 de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

"La Chine l'a interdit sous sa forme liquide et a annoncé plus récemment l'interdiction du paraquat d'ici à septembre 2020", souligne Johannes Ketelaar, expert de la FAO à Bangkok.

Quant au glyphosate qui fait tant débat en Europe, Thai PAN demande une simple restriction de son usage, notamment à proximité des écoles de villages, après la publication inquiétante d'études universitaires locales sur les conséquences sanitaires.

La Thaïlande est confrontée au problème d'un important marché noir des pesticides, avec des produits fabriqués dans des ateliers clandestins.

La Commission européenne avait créé la polémique fin 2017 en autorisant le renouvellement pour cinq ans de la licence du glyphosate dans l'Union européenne, que de nombreux pays d'Asie continuent d'utiliser.

Les opposants et partisans du glyphosate, produit par le géant Monsanto sous le nom de Roundup, s'étaient déchirés autour des études scientifiques portant sur le caractère cancérogène ou non de l'herbicide le plus utilisé au monde.

En France, son utilisation par les collectivités dans les espaces ouverts au public est interdite depuis janvier 2017.

Catégories: Actualités

Serena Williams punie par Roland-Garros pour sa maternité ? La presse américaine s'indigne

Le Huffington Post - mer, 05/23/2018 - 12:49
Serena Williams punie par Roland-Garros pour sa maternité ? La presse américaine s'indigne
Catégories: Actualités

Top 14: Montpellier: Pienaar-Cruden, entre haut et bas

France 24 - L'info en continu - mer, 05/23/2018 - 12:46

Le premier tourne à plein régime, quand le second peine à trouver ses marques, mais le demi de mêlée sud-africain Ruan Pienaar et l'ouvreur néo-zélandais Aaron Cruden seront essentiels pour permettre à Montpellier d'atteindre une seconde finale de Top 14, et conquérir un premier bouclier de Brennus.

"Ils sont la clé de voûte de notre système", résume le troisième ligne Kélian Galletier. "Ces deux champions du monde ont la faculté d'être calmes et sereins dans des moments importants d'un match. Et ils sont capables de le faire basculer", apprécie l'un des cadres du vestiaire montpelliérain à l'orée de la demi-finale du championnat, vendredi à Lyon.

"Ce sont des joueurs de classe internationale et d'expérience. Ils nous apportent énormément dans la vision du jeu et la communication au sein de l'équipe", abonde l'ancien capitaine Fulgence Ouedraogo, un historique garant de l'identité du MHR.

Si l'ancien Springbok Pienaar, âgé de 34 ans, tourne à plein régime, notamment depuis son retour de blessure en janvier, l'ex-All Black Cruden, 29 ans, tarde à trouver la bonne carburation pour sa première expérience à l'autre bout du monde.

Arrivé cet été dans l'ombre des autres renforts, Louis Picamoles, Yacouba Camara et Cruden, Pienaar (88 sélections) s'est vite mis en lumière grâce à sa science du jeu et son efficacité au pied (173 points en 18 matches). Recruté dès septembre 2016 par l'ex-entraîneur sud-africain Jake White, il bénéficie de la confiance de Vern Cotter et connaît les rouages du rugby européen après sept saisons avec la province de l'Ulster, quittée à grands regrets, la Fédération irlandaise souhaitant installer de jeunes joueurs locaux à son poste.

Entouré de la légion sud-africaine, notamment de François Steyn et des frères Du Plessis avec lesquels il fut sacré champion du monde en 2007 en France, Pienaar, sous contrat jusqu'en 2020, a très vite montré son savoir-faire à ses nouveaux partenaires.

- Cruden a besoin de "temps" -

"Ruan doit être notre meilleure recrue de la saison au regard de ses prestations régulières et de son implication dans l'équipe. On sait pourquoi il est à ce niveau-là, on sait pourquoi il a fait une telle carrière. Il tire véritablement l'équipe vers le haut", loue encore Ouedraogo.

Tête haute, le solide demi de mêlée au profil atypique (1,87 m, 90 kg) dirige le jeu avec beaucoup de flegme et d'assurance. Absent durant trois mois, à la suite d'une blessure au plexus contractée en octobre, Pienaar est revenu en janvier pour porter Montpellier vers la première place du Top 14 dans une seconde moitié de saison plus accomplie.

Si Pienaar rayonne, Cruden, "qui se met beaucoup de pression" selon Cotter, vit une saison plus contrastée et saccadée. Celui qui devait succéder à Dan Carter chez les All Blacks (50 sélections), mais qui s'est résigné avec l'émergence de Beauden Barrett, vit sa première expérience dans l'hémisphère Nord, où il était très attendu pour faire oublier l'enfant du pays François Trinh-Duc, parti à Toulon en 2016 et jamais vraiment remplacé.

"C'est un poste où il est un peu plus exposé. Il y a beaucoup d'attente autour de lui, d'autant qu'il arrive avec le statut All Black. Il a besoin de prendre ses marques. Ce n'est jamais facile de changer de pays, de culture, et de s'adapter à notre environnement", relativise Ouedraogo: "Il lui faut un peu de temps, mais on voit qu'il a des qualités énormes".

Cruden, ancien de la franchise des Chiefs, a enchaîné sans temps mort une saison dans le Sud avec un Top 14 très exigeant. Conséquence: les blessures et les absences répétées ont freiné son adaptation. Il a attendu les derniers matchs de championnat pour briller, comme lors de la défaite à Toulon. C'est l'heure de passer à la vitesse supérieure.

Catégories: Actualités

Pages

S'abonner à JO CASANOVA MUSIC agrégateur - Actualités