Actualité

Canal+ dévoile une offre à moins de 10 euros pour contrer Netflix

L' Essentiel - SudOuest.fr - mer, 05/23/2018 - 11:55

Exclusivement numérique et réservée aux moins de 26 ans, l'offre ne permettra d'avoir accès aux programmes de la chaîne que sur mobile, PC et tablette.
Canal+, la filiale de TV payante de Vivendi, a dévoilé mercredi une nouvelle offre d'abonnement à moins de 10 euros à destination des jeunes, une nouvelle initiative pour... Lire la suite

Catégories: Actualités

Saturation des urgences : vers un "numéro unique de santé" ?

L' Essentiel - SudOuest.fr - mer, 05/23/2018 - 11:53

Pour désengorger les urgences, la régulation médicale par téléphone doit être "centralisée sur le 15", estime un député charentais dans un rapport présenté mardi.
Et le numéro gagnant est... le 15. Chargé depuis six mois d'une mission sur les "soins non programmés", le député Thomas Mesnier préconise d'en faire le... Lire la suite

Catégories: Actualités

Pyongyang se prépare à démanteler son site nucléaire malgré les doutes sur le sommet

France 24 - L'info en continu - mer, 05/23/2018 - 11:53

Des journalistes étrangers étaient en route mercredi pour couvrir la cérémonie de démantèlement du site nord-coréen d'essais nucléaires, un geste de bonne volonté avant un sommet historique dont la tenue est cependant mise en doute par Donald Trump.

Le Nord avait annoncé le mois dernier qu'il allait détruire le site de Punggye-ri, dans le nord-est, en faisant exploser les tunnels d'accès, une annonce saluée par Washington et Séoul.

Punggye-ri a été le théâtre des six essais nucléaires menés par Pyongyang. Le dernier en date, le plus puissant à ce jour, a eu lieu en septembre et aurait été celui d'une bombe à hydrogène.

Ce démantèlement est censé intervenir entre mercredi et vendredi, en fonction de la météo.

La Corée du Nord a présenté cette destruction comme un geste de bonne volonté avant le sommet historique entre M. Trump et le leader nord-coréen Kim Jong Un prévu le 12 juin à Singapour.

Mais l'espèce d'euphorie qui a flotté dans les semaines suivant l'annonce d'un accord sur cette rencontre a cédé la place au doute.

La semaine dernière, le Nord a subitement menacé de ne pas participer et annulé des discussions avec le Sud, accusant Washington de vouloir le mettre au pied du mur et le forcer à renoncer unilatéralement à son arsenal nucléaire. Et mardi, c'est M. Trump qui a évoqué la possibilité d'un report.

"Il est possible que ça ne marche pas pour le 12 juin", a dit M. Trump, assis dans le Bureau ovale au côté de son homologue sud-coréen Moon Jae-in. "Si la rencontre n'a pas lieu, elle aura peut-être lieu plus tard", a-t-il ajouté évoquant "certaines conditions", sans élaborer.

- "Terrain glissant" -

"Nous voulons nous assurer que nous sommes sur la même longueur d'ondes au sujet du contenu de ce qui sera discuté", a ensuite dit le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo à la presse. Mais "nous travaillons toujours en vue du 12 juin" et "nous ferons tout notre possible pour que cette rencontre soit une réussite", a-t-il ajouté, assurant être "optimiste".

Washington exige une dénucléarisation "complète, vérifiable et irréversible" de la Corée du Nord, mais celle-ci a toujours affirmé qu'elle ne renoncerait pas à des armes atomiques qu'elle a développées comme une assurance-vie contre ce qu'elle perçoit comme des menaces américaines d'invasion.

Koo Kab-woo, professeur à l'Université des études nord-coréennes de Séoul, évoque auprès de l'AFP "un terrain glissant".

"Trump veut une dénucléarisation rapide, qui interviendrait pendant son premier mandat. Mais si c'est le cas, il doit fournir aussi rapidement à la Corée du Nord des garanties correspondantes pour sa sécurité."

Dans ce contexte, la cérémonie de démantèlement de Punggye-ri sera peut-être l'occasion d'en savoir plus sur l'état d'esprit des dirigeants nord-coréens.

Les spécialistes sont divisés sur le fait de savoir si le site sera vraiment rendu inutilisable. Certains avancent qu'il l'était peut-être déjà, d'autres disent qu'un tel site peut facilement être remis en service.

Et par le passé, Pyongyang a pu faire machine arrière quand le vent diplomatique tournait.

- Courte randonnée -

Mais certains experts jugent remarquable le fait que Pyongyang ait annoncé le démantèlement sans rien demander en échange.

Pour Go Myong-hyun, expert à l'Institut Asan d'études politiques, les deux camps cherchent à aborder le sommet dans la position la plus forte.

Le démantèlement devant les caméras étrangères permettra à Pyongyang de gagner des points à l'international, même en cas d'échec du sommet.

"La Corée du Nord pourra dire à la communauté internationale qu'elle a fait tout ce qu'elle a pu pour parvenir à la dénucléarisation au travers de négociations mais qu'elle n'y est pas parvenue à cause des pressions américaines", dit-il.

Des reporters de Chine, de Russie, de Grande-Bretagne, des États-Unis et de Corée du Sud ont été invités à couvrir le démantèlement du site.

Ils ont quitté mercredi après-midi la ville nord-coréenne de Wonsan, selon des tweets de certains des journalistes qui laissaient entendre qu'ils pourraient ne pas avoir de réseau internet ou mobile avant leur retour dans cette localité.

De Wonsan, ils devraient voyager une vingtaine d'heures en train puis en bus, avant une courte randonnée jusqu'au site d'essais nucléaires, dans une nouvelle illustration de la pauvreté du réseau de transports nord-coréens.

Alors que tous les autres journalistes étaient partis mardi de Pékin pour la Corée du Nord, les reporters sud-coréens n'ont reçu le feu vert de Pyongyang que mercredi.

Et le gouvernement sud-coréen a affrété en urgence un avion pour les acheminer à Wonsan par un vol direct entre le Sud et le Nord, chose rarissime entre deux pays qui, faute de traité de paix à l'issue du conflit de 1950-1953, sont encore techniquement en guerre.

L'Agence France-Presse, comme d'autres grands médias internationaux, n'a pas été conviée à couvrir l'événement.

Catégories: Actualités

Anthropologie retire du marché ce sac accusé de ressembler aux foulards traditionnels des Palestiniens

Le Huffington Post - mer, 05/23/2018 - 11:53
Anthropologie retire du marché ce sac accusé de ressembler aux foulards traditionnels des Palestiniens
Catégories: Actualités

En Floride, des habitants ont reçu une «alerte zombie» par accident

Slate.fr - mer, 05/23/2018 - 11:52
À une heure quarante-cinq du matin ce dimanche 20 mai, les habitants de Lake Worth (sud-est de la Floride) ont reçu une notification qui avertissait d’une «alerte zombie»: ... Lire la suite
Catégories: Actualités

L'ex-président sud-coréen Lee se dit insulté par les accusations de corruption

France 24 - L'info en continu - mer, 05/23/2018 - 11:52

L'ex-président sud-coréen Lee Myung-bak a qualifié mercredi d'"insulte" les accusations de corruption à son encontre, lors de sa première comparution devant un tribunal depuis son inculpation en mars.

En Corée du Sud, les chefs de l?État ont tendance à se retrouver en prison une fois partis du pouvoir, bien souvent à la suite d'une alternance politique. Les quatre ex-présidents encore en vie ont ainsi tous été soit inculpés, soit condamnés.

Président de 2008 à 2013, Lee Myung-bak, 76 ans, est poursuivi pour corruption, abus de pouvoir, détournements de fonds ou encore évasion fiscale.

Les télévisions ont montré son arrivée au tribunal de Séoul. Le septuagénaire était vêtu d'un costume bleu nuit, avec le numéro d'écrou "716" épinglé à son revers. Du fait de son âge, il n'était pas menotté.

"Je me tiens ici le coeur brisé", a-t-il dit dans une déclaration liminaire.

M. Lee est accusé d'avoir accepté 11 milliards de wons (8,6 millions d'euros) de pots de vin entre son élection fin 2007 et 2012, selon le parquet.

Il est ainsi soupçonné d'avoir été soudoyé par le groupe Samsung pour accorder sa grâce présidentielle en faveur du président du géant sud-coréen Lee Kun-hee, condamné pour évasion fiscale.

"J'ai été atterré par l'allégation selon laquelle j'aurais reçu des pots-de-vins en échange d'une grâce présidentielle", a dit M. Lee. "C'est pour moi une insulte."

- Cabinet d'avocats américain -

Il a expliqué qu'il avait accordé sa grâce au patron de Samsung, alors membre du Comité international olympique (CIO), afin qu'il puisse mener la bataille pour l'obtention des jeux Olympiques d'hiver de 2018, qui ont eu lieu en février à Pyeongchang.

Samsung aurait versé pour le compte de l'ancien président six milliards de wons (4,7 millions d'euros) à un cabinet d'avocats américain qui représentait par ailleurs DAS, entreprise de pièces automobiles enregistrée aux noms de membres de la famille de l'ex-président mais qu'il posséderait en sous-main.

DAS était à l'époque engagé dans une bataille juridique coûteuse avec un homme d'affaires américain.

Des accusations démenties par M. Lee comme par Samsung.

Les 11 milliards incluraient également 1,7 milliard provenant des fonds secrets du NIS, les renseignements sud-coréens et 3,5 milliards versés en échange de faveurs par des hommes d'affaires, un homme politique ou un moine bouddhiste.

Les enquêteurs l'accusent par ailleurs d'avoir détourné 35 milliards de wons de DAS entre 1994 et 2006.

Mercredi, M. Lee a de nouveau démenti que DAS lui appartenait, indiquant que son frère en était propriétaire.

"J'espère simplement que le système judiciaire du pays prouvera à la population et à la communauté internationale, au travers de ce procès, qu'il est équitable", a-t-il encore dit.

Début avril, Park Geun-hye, qui avait succédé à la présidence à M. Lee a été condamnée à 24 ans de prison dans le retentissant scandale de corruption à l'origine de sa destitution l'année dernière.

Avant elle, deux autres présidents, Chun Doo-Hwan et Roh Tae-woo, avaient été reconnus coupables de trahison et corruption dans les années 1990.

Le prédécesseur de M. Lee, Roh Moo-hyun s'est lui suicidé alors qu'il était éclaboussé par une affaire de corruption.

Catégories: Actualités

Neuf morts dans un accident en Hongrie, le conducteur filmait en direct sur Facebook

L' Essentiel - SudOuest.fr - mer, 05/23/2018 - 11:51

L'accident survenu mardi près de Budapest a coûté la vie à neuf personnes de nationalité roumaine. Juste avant l'impact, le conducteur filmait la route en direct avec son téléphone.
Une collision frontale entre un minibus transportant des passagers roumains et un camion a fait neuf morts en Hongrie alors que le... Lire la suite

Catégories: Actualités

Un an après, que sont devenus les salariés de GM&S à La Souterraine ?

L' Essentiel - SudOuest.fr - mer, 05/23/2018 - 11:48

En mai 2017, les ouvriers de GM&S, en liquidation judiciaire, secouaient les débuts de la présidence d'Emmanuel Macron. Aujourd'hui, quelque 150 d'entre eux sont au chômage et, loin des projecteurs, l'usine creusoise reprise tourne au ralenti.
À la Souterraine, GM&S, n'existe plus. L'usine creusoise qui employait 277... Lire la suite

Catégories: Actualités

D'APB à Parcoursup

Slate.fr - mer, 05/23/2018 - 11:47
Catégories: Actualités

Football : Unai Emery, ex-coach du PSG, devient manager d'Arsenal

France 24 - L'info en continu - mer, 05/23/2018 - 11:46
Annoncée depuis quelques jours, l'arrivée de l'ex-entraîneur du PSG Unai Emery sur le banc d'Arsenal est désormais officielle. Le coach espagnol succède au Français Arsène Wenger, qui a tiré sa révérence après 22 saisons à la tête du club londonien.
Catégories: Actualités

La vaccination contre Ebola débute en RDC

Selon les chiffres publiés par les autorités, l’épidémie qui s’est déclarée dans le nord-ouest du pays a déjà fait 27 morts, sur 51 cas confirmés ou suspects.
Catégories: Actualités

Dans Parcoursup, les listes d'attente ont déjà évolué quelques heures après les premiers résultats

Le Huffington Post - mer, 05/23/2018 - 11:41
Dans Parcoursup, les listes d'attente ont déjà évolué quelques heures après les premiers résultats
Catégories: Actualités

Italie: coup de frein sur la formation du gouvernement populiste

France 24 - L'info en continu - mer, 05/23/2018 - 11:40

Le président italien Sergio Mattarella prend son temps pour se prononcer sur Giuseppe Conte, un juriste proposé par les antisystème pour diriger le gouvernement mais dont il redoute le manque de poids politique et la crédibilité ternie par un CV enjolivé.

Le Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème) et la Ligue (extrême droite) ont accentué la pression, se disant prêts à retourner aux urnes, mais M. Mattarella pourrait les faire attendre encore au moins jusqu'à jeudi.

Selon les médias italiens, le blocage vient aussi de la personne pressentie par les deux alliés pour le portefeuille de l'Economie: Paolo Savona, un ancien ministre (1993-1994) de 81 ans considérant l'euro comme une "cage allemande" pour l'Italie.

M. Mattarella réclame en effet des garanties sur le respect des engagements européens et internationaux. Et il veut nommer un véritable chef de gouvernement, capable de mener et d'assumer la politique de l'exécutif comme le veut la Constitution.

"Conte trahi par son CV, le gouvernement à nouveau en haute mer", "L'affaire du CV est ouverte, Conte dans la balance", "Tempête sur Conte, le gouvernement s'éloigne"... Les unes de la presse italienne n'étaient pas optimistes mercredi.

L'affaire vient de quelques lignes sur plusieurs CV publics de M. Conte, évoquant des travaux de "perfectionnement juridique" auprès des universités de Yale, La Sorbonne, Cambridge, New York University (NYU) ou encore l'International Kultur Institut de Vienne.

Mais la NYU a déclaré à l'AFP n'avoir pas trace de lui, à part une autorisation d'accès à sa bibliothèque. La Duquesne University de Pittsburg, également citée dans le CV, a en revanche confirmé qu'il était passé dans le cadre d'un échange avec son université romaine.

Les autres universités interrogées par l'AFP n'ont pas donné de réponse au nom de la confidentialité, mais il n'en a pas fallu plus pour que les commentaires caustiques fusent dans la presse comme sur les réseaux sociaux.

- Inquiétude à Bruxelles -

Depuis que le M5S et la Ligue ont avancé son nom lundi, M. Conte ne s'est pas exprimé dans les médias. Selon des proches cités par des journaux, il a maintenu avoir mené des recherches dans tous les instituts mentionnés tout en reconnaissant une "légèreté" dans la rédaction de ses CV.

"Les médias étrangers et italiens se déchaînent sur des soit-disant diplômes que Conte n'a jamais dit avoir!", a réagi le M5S dans un communiqué. "C'est l'énième confirmation qu'ils ont vraiment tellement peur de ce gouvernement de changement".

Matteo Salvini, le patron de la Ligue, n'a pas caché son impatience dans une vidéo mardi soir sur Facebook: "Soit on y va et on change les choses, ou alors autant retourner aux urnes et cette fois-ci nous vous demanderons la majorité absolue pour pouvoir agir seuls", a-t-il martelé, alors que son parti est en pleine ascension dans les sondages.

Mais l'affaire des CV, qui ternit la crédibilité de M. Conte, ne simplifie pas la tâche de M. Mattarella, qui avait déjà des doutes sur l'autorité de ce juriste discret de 54 ans sans expérience politique face aux poids-lourds de la Ligue et du M5S qui devraient devenir ses ministres.

Cette incertitude contribuait à la nervosité des marchés financiers, déjà tendus depuis une semaine: en fin de matinée, la Bourse de Milan perdait 1,7% tandis que le spread - l'écart très regardé en Italie entre les taux d'emprunt italien et allemand à dix ans - dépassait les 190 points (+60 en une semaine).

L'inquiétude pointait aussi à Bruxelles, où la Commission européenne a d'ores et déjà mis en garde contre les dérapages budgétaires du prochain gouvernement italien, en rappelant au pays qu'il figurait parmi les plus endettés de la zone euro.

Le programme commun négocié par le M5S et la Ligue promet en effet de tourner le dos à l'austérité et de combler les déficits avec un politique de croissance. Il prévoit des baisses drastiques d'impôts, l'instauration d'un revenu de citoyenneté, l'abaissement de l'âge de la retraite mais aussi une fermeté inédite contre la corruption ou encore un tour de vis sécuritaire, anti-immigrés et anti-islam.

Catégories: Actualités

Pourquoi les oiseaux n'ont-ils plus de dents? Une nouvelle piste

France 24 - L'info en continu - mer, 05/23/2018 - 11:39

Pourquoi les oiseaux, qui descendent des dinosaures, ont-ils perdu leurs dents au cours de l'évolution? Peut-être pour permettre à leurs oeufs d'éclore plus rapidement et d'avoir de meilleures chances de survie, selon une étude publiée mercredi.

Les oiseaux modernes sont dotés d'un bec sans dent comme l'étaient aussi certains dinosaures du Mésozoïque (-251 millions d'années à -65 millions d'années).

Plusieurs hypothèses ont déjà été émises pour expliquer le bec des oiseaux. Pour certains chercheurs, la disparition des dents a permis d'alléger le poids de la tête et de faciliter le vol actif des oiseaux.

Mais cela n'explique pas pourquoi certains dinosaures carnivores du Mésozoïque incapables de voler n'avaient pas de dents mais un bec, objectent des chercheurs de l'Université de Bonn dans une étude parue dans Biology Letters (Royal Society).

La thèse la plus couramment admise pour la disparition des dents est celle d'un changement de régime alimentaire chez les oiseaux. Leur bec leur aurait permis de saisir plus facilement certains types de nourriture comme les graines.

Cela aurait facilité leur survie lors de la grande extinction des espèces il y a quelque 65 millions d'années, provoquée notamment par la chute d'un astéroïde géant qui a bouleversé le climat de la planète.

Les chercheurs de l'Université de Bonn avancent mercredi une nouvelle hypothèse liée à la stratégie de reproduction des dinosaures aviaires et à la durée d'incubation des oeufs.

Ils s'appuient sur une recherche récente de paléontologues américains qui a mis en évidence la lente incubation des oeufs de dinosaures. Elle aurait été de plusieurs mois, comme celles des reptiles primitifs, alors que cette durée est nettement plus courte chez les oiseaux modernes (allant d'une dizaine de jours à quelques semaines).

La faute aux dents: leur développement chez les dinosaures prenait environ 60% du temps de l'incubation. Du coup, l'embryon devait en quelque sorte "attendre dans l'oeuf" que la fabrication des dents soit terminée, soulignent les chercheurs Tzu-Ruei Yang et Martin Sander.

Or, les oeufs sont des proies de choix pour les prédateurs, d'autant plus que la plupart des dinosaures se contentaient de les enterrer et ne s'en occupaient pas.

De ce fait une période d'incubation réduite, permettant une éclosion plus rapide, a offert "un important avantage" évolutif.

"Nous suggérons que la sélection naturelle en faveur d'une disparition des dents est un effet secondaire de la sélection en faveur d'une croissance plus rapide de l'embryon et donc d'une durée d'incubation plus courte", écrivent-ils.

Cette observation permet également d'expliquer la perte des dents et la présence d'un bec chez certains dinosaures non aviaires, soulignent les chercheurs.

Catégories: Actualités

Canal+ dévoile une offre jeune à moins de 10 euros pour contrer Netflix

France 24 - L'info en continu - mer, 05/23/2018 - 11:36

Canal+, la filiale de TV payante de Vivendi, a dévoilé mercredi une nouvelle offre d'abonnement à moins de 10 euros à destination des jeunes, une nouvelle initiative pour tenter de regagner des abonnés et de contrer des concurrents comme Netflix.

"Canal+ lancera pour la rentrée une offre créée sur mesure pour les millions de jeunes Français" par laquelle "les moins de 26 ans pourront souscrire à la chaîne Canal+ pour la première fois à 9,95 euros au lieu de 19,90 euros par mois, sans engagement", indique le groupe dans un communiqué.

Cette offre exclusivement numérique donne accès aux programmes via l'application myCanal sur mobile, PC et tablette.

Elle permet l'accès à environ 400 films inédits, les séries de Canal+, des matches de Ligue 1 de football, de Top 14 de rugby, et la Formule 1.

Canal+ a vu sa base d'abonnés s'effriter en France au premier trimestre, même si le groupe se félicite d'une baisse du taux de résiliation.

Le groupe comptait 8,011 millions d'abonnés à la fin mars, y compris avec les offres souscrites auprès des opérateurs télécoms, selon les chiffres fournis par sa maison mère Vivendi.

A la même date, 4,702 millions d'abonnés avaient souscrit un contrat directement avec Canal+, soit 188.000 abonnés directs de moins qu'à la fin mars 2017.

Pour stopper la fuite de ses abonnés, le groupe a refondu fin 2016 son offre avec un éventail de nouveaux abonnements modulables à partir d'une vingtaine d'euros, mettant fin à son offre unique à environ 40 euros. Il vient aussi d'annoncer un nouveau partenariat avec Apple qui lui permet de proposer à ses abonnés la location d'une Apple TV.

Catégories: Actualités

Eric Monier nommé directeur de la rédaction de TF1

En octobre, l’ancien directeur de la rédaction de LCI avait fait l’objet d’une plainte pour « harcèlement sexuel et moral » – plainte classée sans suite.
Catégories: Actualités

Le projet de loi agriculture et alimentation en débat dans l’hémicycle

LCP Assemblée nationale - mer, 05/23/2018 - 11:34
Agriculture et alimentationStéphane TravertDaniel FASQUELLEOlivier Falorni

Politique Matin, c’est tous les jours, du lundi au vendredi, de 8h30 à 9h30 sur LCP. Deux interviews politiques, une revue de presse, des chroniques : une heure pour dépasser les postures, se démarquer du prêt-à-penser et se faire une opinion sur le contenu de l'actualité parlementaire et politique du jour. Réagissez en direct sur Twitter : #PolMat

Catégories: Actualités

Italie: coup de frein sur la formation du gouvernement populiste

ladepeche.fr - mer, 05/23/2018 - 11:34
Le président italien Sergio Mattarella prend son temps pour se prononcer sur Giuseppe Conte, un juriste proposé par les antisystème pour diriger le gouvernement mais dont il redoute le manque de poids politique et la crédibilité ternie par un CV enjolivé.Le Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème) et la Ligue (extrême droite) ont accentué la pression, se disant prêts à retourner aux urnes, mais M. Mattarella pourrait les faire attendre encore au...
Catégories: Actualités

Banlieues: pour Jégo (UDI), Macron fait de "l'homéopathie"

France 24 - L'info en continu - mer, 05/23/2018 - 11:32

Le député UDI (Union des démocrates et indépendants) Yves Jégo a regretté mercredi sur LCP le "saupoudrage de mesures" pour les banlieues dévoilées la veille par Emmanuel Macron, qui s'apparentent selon lui à de "l'homéopathie".

Pour l'élu de Seine-et-Marne, les annonces du président équivalent à "de l'homéopathie, alors qu'il faudrait de la chirurgie lourde".

Filant la métaphore médicale, M. Jégo a estimé que "tout le monde est à peu près d'accord sur le diagnostic", avant de s'interroger sur "les moyens qu'on met sur la table".

"S'il n'y a pas les moyens, l'argent, les services, ça ne marchera pas", a tranché le député, avant de confier sa perplexité: "Pourquoi est-ce que le président a confié à Jean-Louis Borloo le soin de faire un plan pour ensuite dire qu'il n'en voulait pas?", a-t-il questionné.

"On a confondu l'accessoire et le principal, il n'y a pas de vraie ambition" dans les propos du chef de l'État, a ajouté M. Jégo.

Pour l'ancien maire de Montereau-Fault-Yonne (Seine-et-Marne), "on ne fait pas confiance aux maires".

Catégories: Actualités

Il tire cinq fois sur son voisin dans les Landes : l'auteur placé en détention

L' Essentiel - SudOuest.fr - mer, 05/23/2018 - 11:32

Le sexagénaire qui a tiré sur son voisin dimanche soir a été maintenu en détention, mardi soir. Le caractère raciste de la tentative d'assassinat a été retenu. .
Un homme de 67 ans a tiré à cinq reprises sur son voisin, devant la famille de ce dernier, dimanche en fin d'après-midi, à Ychoux, petit village du nord des... Lire la suite

Catégories: Actualités

Pages

S'abonner à JO CASANOVA MUSIC agrégateur - Actualités