Actualités

Zimbabwe : Harare dans la rue pour une manifestation « historique » anti-Mugabe

Des centaines de milliers de personnes ont manifesté contre le président Robert Mugabe, samedi 18 novembre.
Catégories: Actualités

Le PCF prévoit de faire sa "révolution" lors d'un congrès en novembre 2018

France 24 - L'info en continu - sam, 11/18/2017 - 18:09

Le parti communiste tiendra son congrès extraordinaire du 24 au 26 novembre 2018 pour y faire sa "révolution" dans un contexte social et politique renouvelé, a annoncé samedi le parti.

La résolution actant le calendrier de ce congrès a été adoptée par 72,8% des voix de l'assemblée nationale du parti, qui a réuni à Paris près de 900 animateurs de sections locales du PCF.

"Nous décidons d'engager toutes nos énergies dans la préparation d'un congrès extraordinaire de notre parti en 2018 pour ouvrir une nouvelle perspective d'espoir dans notre pays et penser, au service de ces objectifs, notre propre révolution, celle qui nous amènera à être le Parti communiste dont la société française d'aujourd'hui a besoin", affirment les représentants communistes dans ce texte.

Evoquant un nécessaire "bilan lucide" de la situation actuelle du parti, son fonctionnement interne comme ses luttes, ils souhaitent également que soit développée "une analyse en profondeur des enjeux de la nouvelle période politique ouverte en 2017".

La réflexion sur la "transformation du parti" s'organisera autour de quatre grands thèmes: "les luttes et le combat communiste", la "démarche de transformation et de rassemblement dans la société française", les "transformations de notre parti" et "les élections européennes", prochaine échéance électorale, prévue en 2019.

"Notre congrès, préparé de manière inédite, fait appel à l'intelligence de tou·te·s les communistes et de celles et ceux qui sont disponibles à nos côtés pour travailler à l'avenir de cette belle idée du commun".

Lors de ce congrès, l'actuel secrétaire national du PCF, Pierre Laurent, a annoncé qu'il serait candidat à sa succession. Mis en difficulté pendant la présidentielle lorsque le parti a longuement tergiversé sur son soutien à la candidature de Jean-Luc Mélenchon, M. Laurent a expliqué qu'il souhaitait une direction plus "collective", à laquelle il voudrait associer plusieurs personnalités émergentes.

Concrètement, après la consultation de ses militants - 13.500 questionnaires dépouillés - depuis la mi-septembre, le parti se donne jusqu'à la fin mai pour organiser des "chantiers" sur les grandes thématiques définies. A partir de début juin, la phase finale du congrès sera lancée avec la présentation des différentes motions.

Parmi les temps forts, le PCF prévoit des "assises communistes pour l'écologie" en mai et surtout des États généraux du progrès social, avec une première étape nationale le 3 février à Paris.

Il s'agira d'"un carrefour de convergences de toutes ces luttes", qui constituera "une première étape de la construction d'une plate-forme de rassemblement alternative au pouvoir de Macron et à la politique de son gouvernement".

Catégories: Actualités

Ligue 1: le Paris SG creuse l'écart en tête, sans forcer contre Nantes

France 24 - L'info en continu - sam, 11/18/2017 - 18:05

Le Paris SG n'a pas livré le match de l'année contre Nantes, mais s'est quand même imposé tranquillement 4-1 samedi, grâce notamment à un doublé d'Edinson Cavani qui lui permet de prendre le large en tête de la Ligue 1 après 13 journées.

Les Parisiens, qui ont marqué par Cavani (38e, 79e), Angel Di Maria (42e) et Javier Pastore (65e), comptent désormais six points d'avance sur Monaco, tenu en échec vendredi à Amiens (1-1) avant le choc entre les deux derniers vainqueurs de la Ligue 1, dimanche prochain en Principauté.

Les Nantais ont inscrit un but par le Burkinabé Préjuce Nakoulma (60e), tout juste entré en jeu, mais n'ont rien pu faire face à la puissance collective du leader. Ils restent malgré tout solidement accrochés à leur cinquième place.

Et pourtant, c'est le genre de matches que le PSG n'arrivait pas tellement à gagner les saisons dernières, avant les arrivées de Dani Alves, Neymar et Kylian Mbappé.

Mais malgré le froid, la fatigue des déplacements et des matches de la fenêtre internationale, Paris ne laisse cette année que des miettes en chemin, en Ligue des champions (4 victoires sur 4) comme en Ligue 1 (11 victoires, 2 nuls en 13 matches). Et la muraille jaune érigée par le tacticien italien Claudio Ranieri n'a tenu que 38 minutes.

Ensuite Javier Pastore, qui, fait rare, enchainait contre Nantes une deuxième titularisation, a parfaitement servi Edinson Cavani pour l'ouverture du score (38e), avant un doublé chanceux en fin de match (79e). Voilà l'Uruguayen à 15 buts en 12 matches de Championnat - le meilleur total de L1 -, auxquels s'ajoutent 4 buts en autant de matches de Ligue des champions. Sacré total.

Angel Di Maria, qui avait été préféré à Kylian Mbappé, a ensuite tué le suspense juste avant la mi-temps, avec un peu de réussite puisque son but ressemblait bien davantage à un centre, tenté dans la foulée d'un corner, qu'à un vrai tir (42e).

- Neymar discret -

Les Nantais, davantage réputés pour la solidité de leur défense que pour la virtuosité de leur attaque depuis le début de la saison, ont quand même été les premiers à marquer un but à Alphonse Aréola depuis l'Olympique de Marseille le 23 octobre, sur une belle action collective conclue par le Burkinabé Préjuce Nakoulma (60e), entré en jeu deux minutes plus tôt.

Pour le reste, et malgré un Neymar presque aussi discret qu'il l'avait été au retour de la précédente fenêtre internationale à Dijon (2-1), Paris a tranquillement géré sans trop forcer, avant une fin d'année 2017 très riche: dix matches à jouer en à peine plus d'un mois, en comptant celui contre Nantes.

Mercredi, les Parisiens recevront le Celtic Glasgow en Ligue des champions, avant l'un des chocs de la saison de Ligue 1 dimanche (21h00) contre Monaco. Viendront ensuite Troyes (à domicile), Strasbourg (extérieur), un choc européen en Bavière contre le Bayern Munich, Lille (domicile), Strasbourg en Alsace pour les huitièmes de Coupe de la Ligue, Rennes en Bretagne et enfin Caen à domicile, mi-décembre.

Le tout, sans doute sans le vétéran italien Thiago Motta, qui était forfait samedi et pourrait l'être jusqu'à la fin de l'année en raison d'une opération au genou droit, officiellement "envisagée" par le PSG et attendue en début de semaine prochaine selon le quotidien spécialisé L'Equipe. Et à part d'autres blessures, difficile d'imaginer ce qui pourrait perturber ce Paris SG.

Catégories: Actualités

Ligue 1: le PSG croque Nantes (4-1) et savoure 6 points d'avance sur Monaco

France 24 - L'info en continu - sam, 11/18/2017 - 17:59

Le Paris SG, large vainqueur sans forcer de Nantes (4-1) samedi, avec un doublé d'Edinson Cavani, est leader avec six points d'avance sur Monaco dans le Championnat de France.

Angel Di Maria et Javier Pastore ont complété le score parisien. "Le Matador" Cavani, avec 15 réalisations en L1 cette saison, est le meilleur buteur des cinq grands championnats européens. Le PSG s'est même offert le luxe de jouer sans Kylian Mbappé, laissé au repos sur le banc.

Ligue 1 de football (13e journée)

A Paris (Parc des Princes)

Arbitre: N. Rainville

Buts:

Paris SG: Cavani (38, 79), Di Maria (42), Pastore (65)

Nantes: Nakoulma (60)

Avertissements:

Paris SG: Berchiche (48), Verratti (74)

Nantes: Pallois (48), Awaziem (63), Djidji (65)

Les équipes:

Paris SG: Areola - Dani Alves, Marquinhos, Thiago Silva (cap), Berchiche - Verratti (Lo Celso 80), Rabiot (Nkunku 86), Pastore (Draxler 80) - Di María, Cavani, Neymar

Entraîneur: Unai Emery

Nantes: Tatarusanu - Awaziem, Carlos, Pallois, Djidji (Thomasson 70) - Rongier, Girotto (Nakoulma 59), A. Touré - Lucas Lima (Iloki 46), Sala, Dubois (cap)

Entraîneur: Claudio Ranieri

Catégories: Actualités

Coupe Davis: une belle occasion pour une génération française sans grand titre

France 24 - L'info en continu - sam, 11/18/2017 - 17:53

La finale de la Coupe Davis contre la Belgique, en approche, est une formidable occasion de soulever enfin un grand titre pour une génération qui n'en a encore jamais gagné en simple.

Yannick Noah, le guide des épopées de 1991 et 1996, de retour sur la chaise l'an passé, espère la mener vers cet aboutissement.

La Belgique, que les Bleus recevront à Villeneuve-d'Ascq de vendredi à dimanche, est un adversaire bien plus abordable sur le papier que la Serbie de Novak Djokovic et la Suisse de Roger Federer et Stan Wawrinka, qui les avaient privés du Saladier d'argent en 2010 en 2014.

L'ancien capitaine Guy Forget (1999-2012) évalue les chances de la France "à 65 ou 70%" avec un "avantage clair" de jouer à domicile, même si la rencontre ne se déroulera qu'à quelques kilomètres de la frontière belge.

Pour Arnaud Clément, capitaine de 2013 à 2015, "c'est une occasion en or". "Malgré tout le respect que j'ai pour l'équipe belge, finaliste pour la deuxième fois en trois ans, je trouve que la France est nettement supérieure sur le papier. Elle est vraiment favorite".

Les meilleurs espoirs de la Belgique pour gagner un premier Saladier d'argent reposent sur David Goffin (8e), auteur à 26 ans de la meilleure saison de sa carrière, auréolée samedi d'une qualification pour la finale du Masters après sa victoire inattendue contre Federer. Le Wallon est capable de remporter ses deux simples le vendredi et le dimanche.

"Il n'aura pas le droit de perdre un match", estime l'ancien joueur de l'équipe de France Michaël Llodra, qui avait conseillé les Belges en double lors de leur finale perdue en 2015 contre la Grande-Bretagne d'Andy Murray.

Car la France a suffisamment de munitions dans ses rangs pour faire la différence lors des trois autres rencontres (deux simples, un double) face aux camarades de Goffin, d'un niveau bien plus limité que lui.

- Le double, faiblesse des Belges -

Il faudra se méfier cependant du N.2 belge Steve Darcis (76e), capable de se transcender sous le maillot national comme au premier tour en Allemagne où Goffin était forfait.

Les quatre meilleurs Français en simple, retenus par Noah dans un groupe pour l'instant élargi de six joueurs, c'est à dire Jo-Wilfried Tsonga (15e), Lucas Pouille (18e), Richard Gasquet (31e) et Julien Benneteau (57e), sont tous mieux classés que lui.

Le talon d'Achille de la Belgique, c'est le double avec Ruben Bemelmans (106e) qui sera associé en principe à Arthur de Greef (174e), sauf si Joris de Loore (279e) a suffisamment récupéré de son opération d'un genou, mi-septembre.

"Le double, on a largement le niveau pour le gagner", estime Forget en évoquant la saison de Nicolas Mahut et Pierre-Hugues Herbert qui ont participé pour la troisième année de suite au Masters et ont gagné deux titres majeurs (US Open 2015, Wimbledon 2016).

- 16 ans de disette -

"On est nettement plus fort en double", renchérit Llodra, en soulignant aussi le palmarès de Benneteau, titré à Roland-Garros en double en 2014, et médaillé de bronze olympique en 2012 aux côtés de Gasquet.

Un dixième titre en Coupe Davis mettrait fin à une disette de 16 ans dans cette compétition et atténuerait les déceptions vécues en simple par les meilleurs joueurs français, en particulier Tsonga.

Le Manceau de 32 ans est celui qui a remporté les titres les plus marquants de cette génération, à savoir les Masters 1000 de Paris (2008) et du Canada (2014), des tournois situés dans la hiérarchie juste derrière ceux du Grand Chelem et du "tournoi des maîtres".

C'est aussi celui qui s'est le plus approché d'un triomphe au Masters (défaite en finale en 2011 contre Federer) et dans les "Majeurs" avec une finale à l'Open d'Australie en 2008.

Catégories: Actualités

Rugby: Angleterre bat Australie 30 à 6

France 24 - L'info en continu - sam, 11/18/2017 - 17:29

L'Angleterre a battu l'Australie 30 à 6 (mi-temps: 6-0) samedi à Twickenham, dans le cadre des tournées de novembre.

Victorieuse de l'Argentine dans la difficulté (21-8) une semaine plus tôt, le XV de la Rose a encore été brouillon pour s'imposer face à des Australiens qui ont craqué en fin de match.

L'Angleterre recevra les Samoa samedi prochain, tandis que l'Australie se rendra en Ecosse.

Les essais:

Angleterre: Daly (54), Joseph (72), May (79), Care (80)

Catégories: Actualités

Bergerac : la soirée entre amis dégénère, un jeune sérieusement blessé, un autre en garde à vue

L' Essentiel - SudOuest.fr - sam, 11/18/2017 - 17:29

Un homme de 27 ans a été placé en garde à vue pour des violences sur son invité, suite au vol supposé d'un billet de 10 euros.
La garde à vue d'un Bergeracois de 27 ans a été prolongée ce samedi en fin d'après-midi. L'homme a été interpellé à son domicile de la sous-préfecture de la Dordogne, dans la nuit de vendredi à... Lire la suite

Catégories: Actualités

Election de Miss Monde : la Française Aurore Kichenin dans le top 5

L' Essentiel - SudOuest.fr - sam, 11/18/2017 - 17:16

La Française Aurore Kichenin, première dauphine de Miss France, a obtenu la 5e place du concours Miss Monde. C'est l'Indienne Manushi Chhillar qui a gagné.
C'est le meilleur classement de la France depuis la 2e place de Marine Lorphelin en 2013. Alors que l'Indienne Manushi Chhillar était couronnée Miss Monde ce samedi,... Lire la suite

Catégories: Actualités

Assaut de Saint-Denis : deux ans après, les sinistrés se sentent "abandonnés"

L' Essentiel - SudOuest.fr - sam, 11/18/2017 - 17:02

Le 18 novembre dernier, quelques jours après les attentats de Paris qui ont fait 130 morts, le Raid lançait un violent assaut dans un immeuble de Saint-Denis.
Ils sursautent à chaque bruit, certains vivent encore dans des logements provisoires ou des hôtels miteux : deux ans après l'assaut de Saint-Denis contre le repaire de... Lire la suite

Catégories: Actualités

Se nourrir sainement quand on est pauvre

L’importance de consommer des produits de qualité entre peu à peu dans les consciences, et dans tous les milieux. Mais l’alimentation reste un marqueur d’inégalité sociale.
Catégories: Actualités

Une "marche sur l'Elysée" pour dénoncer la "politique anti-sociale" de Macron

France 24 - L'info en continu - sam, 11/18/2017 - 17:00

Plusieurs centaines de personnes ont mené samedi à Paris une "marche sur l'Elysée" contre "la politique anti-sociale" d'Emmanuel Macron, dénonçant la baisse des emplois aidés, les réformes du code du travail et de l'ISF, a constaté un journaliste de l'AFP.

Cette marche, qui répondait à l'appel du Front social, une coordination de sections syndicales (CGT, Sud, CNT, Unef), de collectifs et d'associations (Droit au logement, Droits devant...), a rassemblé 3.000 personnes selon les organisateurs et 1.800 selon la préfecture de police.

Les manifestants ont défilé de la place du Maréchal Juin (XVIIe arrondissement) au boulevard Haussmann (VIIIe), non loin de l'Elysée.

"On va dire au président des riches ce qu'on pense de tous les dégâts qu'il est en train de provoquer en France", avait lancé au micro Romain Altmann, d'Info-com CGT, en début de manifestation.

"Il y en a ras-le-bol de subir, on est trop loin de l'unité et c'est cette unité qu'on est venu chercher aujourd'hui", avait ajouté Mickaël Wamen (CGT Goodyear).

Dans le cortège, coloré et festif, des banderoles proclamaient: "Marchons sur l'Élysée. Point final au pouvoir des riches!", "S'unir pour ne plus subir", "Tous ensemble contre la casse sociale", ou encore "Contre Macron et son monde, prenons la rue!".

Drapeaux, fumigènes, fanfare et slogans ont animé le cortège composé de nombreux syndicalistes et militants politiques de gauche, principalement de la France insoumise et du NPA. Eric Coquerel, député (LFI) de Seine-Saint-Denis, comptait parmi les manifestants.

Une centaine de militants antifascistes, autonomes et anticapitalistes s'étaient placés en tête de cortège.

La manifestation n'a donné lieu à "aucun incident majeur, hormis une dizaine de dégradations (vitrines, distributeurs de billets)", a indiqué dans un communiqué la préfecture de police, précisant que les images de vidéosurveillance de la manifestation seraient étudiées pour "identifier les auteurs de ces faits et engager à leur encontre les procédures appropriées".

Des vitrines d'agences bancaires ont été brisées ainsi que celles de l'ambassade d'Arabie saoudite, a constaté un journaliste de l'AFP.

Le Front social, qui juge trop timide l'opposition des confédérations syndicales au gouvernement, avait organisé une manifestation dès le lendemain de la présidentielle pour s'opposer au programme d'Emmanuel Macron.

Dans son "appel du 18 novembre", publié récemment, la coordination disait vouloir s'employer à "faire converger toutes les luttes qui rassemblent afin de créer les bases d'un mouvement interprofessionnel reconductible" avec les "salariés et chômeurs, jeunes et précaires, ouvriers et paysans, immigrés et auto-entrepreneurs".

Ses initiateurs vont inviter, mercredi à Paris, l'ensemble des syndicats, partis et associations hostiles au gouvernement pour convenir "d'une date, d'un lieu" unique pour rassembler les mécontentements.

Il faut "que ce soit le début d'une bagarre prolongée", celle de la "grève générale interprofessionnelle", a plaidé Gaël Quirante, de Sud-PTT. "On peut gagner et on va gagner!", a-t-il affirmé en fin de manifestation.

Jeudi, 80.000 personnes (selon la police) ont battu le pavé partout en France contre les réformes "libérales" du gouvernement, à l'appel d'organisations syndicales (CGT, FO, Solidaires, FSU) et de jeunesse (Unef, UNL, Fidl). C'est près de trois fois moins que lors de la première journée de contestation contre les ordonnances réformant le code du travail, le 12 septembre (223.000 manifestants).

Catégories: Actualités

Le PCF prévoit de faire sa "révolution" lors d'un congrès en novembre 2018

LCP Assemblée nationale - sam, 11/18/2017 - 16:58

Le parti communiste tiendra son congrès extraordinaire du 24 au 26 novembre 2018 pour y faire sa "révolution" dans un contexte social et politique renouvelé, a annoncé samedi le parti. 

La résolution actant le calendrier de ce congrès a été adoptée par 72,8% des voix de l'assemblée nationale du parti, qui a réuni à Paris près de 900 animateurs de sections locales du PCF.

"Nous décidons d'engager toutes nos énergies dans la préparation d'un congrès extraordinaire de notre parti en 2018 pour ouvrir une nouvelle perspective d'espoir dans notre pays et penser, au service de ces objectifs, notre propre révolution, celle qui nous amènera à être le Parti communiste dont la société française d'aujourd'hui a besoin", affirment les représentants communistes dans ce texte. 

Evoquant un nécessaire "bilan lucide" de la situation actuelle du parti, son fonctionnement interne comme ses luttes, ils souhaitent également que soit développée "une analyse en profondeur des enjeux de la nouvelle période politique ouverte en 2017".

La réflexion sur la "transformation du parti" s'organisera autour de quatre grands thèmes: "les luttes et le combat communiste", la "démarche de transformation et de rassemblement dans la société française", les "transformations de notre parti" et "les élections européennes", prochaine échéance électorale, prévue en 2019. 

"Notre congrès, préparé de manière inédite, fait appel à l'intelligence de tou·te·s les communistes et de celles et ceux qui sont disponibles à nos côtés pour travailler à l'avenir de cette belle idée du commun". 

Lors de ce congrès, l'actuel secrétaire national du PCF, Pierre Laurent, a annoncé qu'il serait candidat à sa succession. Mis en difficulté pendant la présidentielle lorsque le parti a longuement tergiversé sur son soutien à la candidature de Jean-Luc Mélenchon, M. Laurent a expliqué qu'il souhaitait une direction plus "collective", à laquelle il voudrait associer plusieurs personnalités émergentes.

Concrètement, après la consultation de ses militants - 13.500 questionnaires dépouillés - depuis la mi-septembre, le parti se donne jusqu'à la fin mai pour organiser des "chantiers" sur les grandes thématiques définies. A partir de début juin, la phase finale du congrès sera lancée avec la présentation des différentes motions.

Parmi les temps forts, le PCF prévoit des "assises communistes pour l'écologie" en mai et surtout des États généraux du progrès social, avec une première étape nationale le 3 février à Paris.

Il s'agira d'"un carrefour de convergences de toutes ces luttes", qui constituera "une première étape de la construction d'une plate-forme de rassemblement alternative au pouvoir de Macron et à la politique de son gouvernement".

Catégories: Actualités

Rugby: le pays de Galles bat la Géorgie 13 à 6

France 24 - L'info en continu - sam, 11/18/2017 - 16:57

Le pays de Galles a battu la Géorgie 13 à 6 (mi-temps: 10-3) samedi à Cardiff, dans le cadre des tournées de novembre.

Battu par l'Australie (29-21) une semaine plus tôt, le XV du Poireau a tremblé jusqu'en fin de match avec son équipe bis pour s'imposer. Les Gallois ne se sont pas vraiment rassurés avant de recevoir les doubles champions du monde All Blacks dans une semaine.

Les essais

Galles: Amos (19)

Catégories: Actualités

David Goffin bat Roger Federer et accède à la finale du Masters de Londres

Le joueur belge s’est imposé face au Suisse, samedi, en trois sets, 2-6, 6-3, 6-4.
Catégories: Actualités

Rugby: l'Argentine relève la tête et s'impose face à l'Italie

France 24 - L'info en continu - sam, 11/18/2017 - 16:47

Les Pumas relèvent la tête: après une série noire en début de saison, l'Argentine a réussi à s'imposer face à l'Italie (31-15), samedi lors des test-matches de novembre.

C'est la sixième fois en autant de rencontres qu'ils l'emportent face aux Italiens.

Sergio Parisse et les siens, qui avaient mis fin la semaine dernière lors de leur premier test-match à une série de neuf défaites consécutives en battant les Fidji (19-10), replongent eux de nouveau dans le doute.

Dernière avec un zéro pointé dans le Rugby Championship, l'Argentine, en quête d'identité, avait connu un cinglant revers la semaine dernière face à l'Angleterre (21-8).

Samedi, Daniel Hourcade a donc tenté une nouvelle combinaison, en mettant dès le départ de la rencontre Nicolas Sanchez à l'ouverture, auteur du seul essai marqué par l'Argentine face au XV de la Rose. Mais à peine 7 minutes après le coup d'envoi, il sort dix minutes, remplacé par le vétéran Hernandez.

Une fenêtre de tir assez courte mais qui permet à ce dernier d'ouvrir le score pour les Pumas sur une pénalité (13), suivie d'un essai de Cancelliere (27). Enchainant les pénalités (15, 23, 33), l'Italie termine toutefois la première période avec une courte avance (9-8).

Au retour des vestiaires, les Argentins se montrent plus conquérants pour repasser devant. Sanchez signe trois pénalités (46, 54, 60) et transforme l'essai de Kremer (70) pour permettre à son équipe de prendre le large (24 - 15). Un nouvel essai argentin suivi d'une transformation à la 83e minute enfonce définitivement le clou.

Le 25 novembre, l'Argentine sera opposée à l'Irlande, tandis que l'Italie affrontera l'Afrique du sud.

Catégories: Actualités

Une Indienne couronnée Miss Monde

France 24 - L'info en continu - sam, 11/18/2017 - 16:41

Une étudiante en médecine indienne a été sacrée Miss Monde samedi dans la cité balnéaire chinoise de Sanya, faisant de l'Inde le pays le plus titré du concours, à égalité avec le Venezuela.

Manushi Chhillar est la sixième Indienne couronnée de l'histoire de ce concours de beauté, créé en 1951. Elle rentre dans les pas des actrices de Bollywood Priyanka Chopra et Aishwarya Rai.

Ses deux dauphines sont l'Anglaise Stephanie Hill et la Mexicaine Andrea Meza.

"Merci à tous pour votre amour et votre soutien", a tweeté la lauréate, âgée de 20 ans.

La victoire de Manushi Chhillar est vite devenue l'un des sujets les plus commentés sur le réseau social en Inde.

Elle s'est fait poser la couronne par la précédente lauréate, Stephanie del Valle, originaire de Puerto Rico.

burs-amz/dcr/mra/mct

Catégories: Actualités

Après Rawa, le "califat" ne régentera plus la vie des Irakiens

France 24 - L'info en continu - sam, 11/18/2017 - 16:40

"Etat islamique - Province de l'Euphrate": sous une couche de sable, les panneaux du groupe Etat islamique (EI) racontent une administration disparue. C'est dans la localité de Rawa, que le "califat", ses "provinces" et ses "ministères" ont rendu leur dernier souffle en Irak.

Cette bourgade enserrée dans l'une des boucles du fleuve Euphrate, au beau milieu du désert, était la dernière localité contrôlée par les jihadistes en Irak. Elle a été reprise vendredi par les forces irakiennes qui ont trouvé des habitants aux vies bouleversées par le "règne" brutal de l'EI.

Hamza Mahmoud, 13 ans, a ainsi quatre années de retard à rattraper à l'école. Depuis l'arrivée des jihadistes en 2014 dans Rawa, il n'a pas pu faire une seule rentrée scolaire.

Son quotidien d'enfant, déjà chamboulé par cette école buissonnière forcée, a été pendant plus de trois ans rythmé par les décisions, les interdits et autres activités imposées par les jihadistes de l'EI et leurs "diwan", ces ministères des premiers temps de l'islam, et autres "wilayas", ces provinces du "califat" redessinées à cheval sur la Syrie et l'Irak.

Régulièrement, les 20.000 habitants de Rawa et des hameaux environnants devaient se rendre au préfabriqué situé à l'entrée de la localité aux rues battues par les vents et couvertes de sable.

Comme le proclame le panneau qui le surmonte, ici se dressait un "point d'information". Les dernières attaques menées par l'EI, ses prises de nouveaux territoires, les faits d'armes en tout genre du groupe ultraviolent y étaient annoncés à la population.

Si les jihadistes ne contrôlent plus aujourd'hui que des zones désertiques où quasiment personne ne vit, leur "califat" autoproclamé s'étendait sur près d'un tiers de l'Irak en 2014.

Du temps de l'EI tout puissant à Rawa, les règles étaient aussi rappelées aux habitants au "point d'information", relatent-ils.

- '20 coups de fouet' -

"Les hommes devaient avoir de longues barbes et porter des robes traditionnelles, mais au-dessus de la cheville, sous peine de vingt coups de fouet", raconte Hamza, gilet jaune fluo frappé d'un écusson de l'équipe de foot d'Italie.

"Pendant plus de trois ans, ils nous ont privés d'électricité, de téléphone et de télévision", soupire Aref Aïd, 67 ans, barbe et jellaba blanche.

Vendredi, les troupes gouvernementales --appuyées par des combattants des tribus locales-- ont reconquis Rawa en quelques heures. La "libération" s'est faite sans grand combat, après la désertion des jihadistes.

Plusieurs jours avant l'entrée des troupes, le maire, Hussein Ali, affirmait à l'AFP que des convois entiers de combattants jihadistes quittaient Rawa en direction de la frontière syrienne où l'EI, bien qu'en net recul, tient encore des territoires.

Ils fuyaient les raids de la coalition internationale antijihadistes emmenée par les Etats-Unis. Les frappes aériennes s'étaient récemment intensifiées en prévision de l'entrée des chars et de l'artillerie.

Derrière eux, les membres de l'EI ont laissé, comme partout où ils s'étaient installés, leurs ateliers d'artificiers pour fabriquer en série bombes et autres véhicules piégés. Aujourd'hui, ces ateliers ne sont plus qu'un tas de ruines, écrasés par les bombardements aériens.

Ailleurs, d'énormes cratères sont toujours béants entre les constructions traditionnelles en pierre accrochées au flanc des roches surplombant l'Euphrate.

- Sunnites contre l'EI -

Mais au-delà des dégâts matériels, d'autres plaies restent ouvertes dans l'immense province d'Al-Anbar, peuplée uniquement de sunnites dans un pays, l'Irak, à majorité chiite.

Parce que cette province désertique, qui s'étend de la frontière syrienne aux environs de Bagdad, a de longue date été un bastion des groupes extrémistes qui se sont succédé en Irak depuis des années, les habitants se disent aujourd'hui montrés du doigt.

"Ils ont dit de nous que les gens d'ici étaient avec l'EI, mais c'est l'exact contraire", s'emporte Aref. "Si on était avec l'EI, on ne serait pas restés" à l'arrivée des troupes gouvernementales, assure-t-il.

D'ailleurs, lors de l'offensive sur le bastion d'al-Anbar, les forces irakiennes, dominées par les chiites, se sont adjointes les services des unités paramilitaires du Hachd al-Achaïri, des combattants des tribus sunnites des environs qui se sont ligués contre l'EI.

"Nous avons gagné à Rawa", assure, foulard bédouin sur la tête et sourire aux lèvres, Mohammed al-Jougheifi, l'un de ces combattants.

"Et si jamais il y a d'autres batailles à mener contre l'EI, nous sommes prêts".

Catégories: Actualités

Top 14: Clermont fait voler en éclats le leader, Lyon

France 24 - L'info en continu - sam, 11/18/2017 - 16:38

Clermont a remporté une victoire bonifiée (39-18) aux dépens du leader, Lyon, au stade Marcel-Michelin, samedi après-midi, en ouverture de la 10e journée de Top 14 pour remonter provisoirement à la 7e place.

Montpellier qui affronte Toulouse et La Rochelle à Castres, samedi soir, peuvent ravir la tête du classement aux Lyonnais battus pour la seconde fois consécutive, après avoir déjà perdu à domicile le 4 novembre devant les Rochelais (19-15).

Mal en point avant la venue du LOU, les champions de France, ont montré de l'orgueil mais surtout une maîtrise (5 essais à 1) que les Rhodaniens, malgré leur statut de leader, ne possèdent pas encore.

Au coup d'envoi, Clermont déplorait l'absence de dix-neuf joueurs dont ses internationaux, après le forfait de dernière minute du flanker, Camille Gérondeau, victime d'une angine.`

Cela n'a pas empêché les Auvergnats de faire voler en éclat la meilleure défense du Top 14, grâce notamment à leur ailier, Alivereti Raka, auteur d'une percée décisive sur l'essai de David Strettle (8-10, 19), avant de marquer un essai d'équilibriste (15-10, 38) derrière sa mêlée en supériorité numérique après le carton jaune infligé au 2e ligne lyonnais, François Van der Merwe (35).

Il s'offrait un doublé en deuxième période (32-13, 64) portant ainsi son total d'essais à huit cette saison, tous obtenus à domicile.

Après avoir perdu le bonus suite à l'essai de l'ailier lyonnais, Jone Tuva (32-18, 69), Clermont a réussi à le récupérer à la dernière minute, sur un essai en force de Sitaleki Timani (39-18, 80).

Les Auvergnats étaient alors réduits à quatorze après l'exclusion définitive de son pilier droit Loni Uhila pour un plaquage à retardement sur Lionel Beauxis (69).

Après une entame prometteuse, avec une pénalité lointaine de Beauxis (3-0, 3), et un essai opportuniste de Rudi Wulf (10-3, 11) sur une chandelle de Beauxis, Lyon a perdu pied.

Le LOU a peiné à mettre la main sur le ballon, et a reculé trop souvent en mêlée, perdant trop de ballons en touche.

Mais surtout, les trois exclusions temporaires, infligés à François Van der Merwe (35), Stéphane Clément (55) et Deon Fourie (75) se sont avérées déterminantes dans la faillite des Lyonnais.

Le match a également été marqué par deux longues interruptions après les blessures de l'ouvreur clermontois, Patricio Fernandez, touché à un genou (21), puis celle du centre lyonnais, Thibaut Regard, victime d'un terrible KO après une charge de Fritz Lee (41), et évacué avec un collier cervical.

Catégories: Actualités

Top 14 : suivez Castres - La Rochelle commenté en direct

L' Essentiel - SudOuest.fr - sam, 11/18/2017 - 16:37

Le Stade Rochelais se déplace à Castres pour la 10e journée de Top 14. Coup d'envoi à 18 heures.
Lire la suite

Catégories: Actualités

Top 14 : suivez Pau - Brive commenté en direct

L' Essentiel - SudOuest.fr - sam, 11/18/2017 - 16:36

La Section Paloise reçoit Brive au Hameau pour le compte de la 10e journée de Top 14. Coup d'envoi à 18 heures.
Lire la suite

Catégories: Actualités

Pages

S'abonner à JO CASANOVA MUSIC agrégateur - Actualités