Actualité

Le comédien Océan annonce son changement de genre

Anciennement connu sous le nom d’Océanerosemarie, il explique avoir « pris la décision de [s’affirmer] tel [qu’il est], un homme trans », à l’occasion de la Journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie.
Catégories: Actualités

Paiement différé des courses en supermarché : danger ou bon plan ?

ladepeche.fr - jeu, 05/17/2018 - 16:27
Depuis le 30 avril dernier, les enseignes du groupe Casino proposent à leurs clients, possesseurs de l’application Casino Max, un paiement différé des courses à partir de 20 euros d’achat et un paiement fractionné à partir de 50 euros, sans frais supplémentaires. Ce nouveau service s’inscrit dans le cadre du développement de l’offre mobile proposée par Casino à travers son application lancé en octobre 2017 et qui permet aussi de payer ses...
Catégories: Actualités

Bordeaux : le préfet ordonne la fermeture de la discothèque La Plage pour 15 jours

L' Essentiel - SudOuest.fr - jeu, 05/17/2018 - 16:26

Cette décision fait suite à un nombre important de plaintes de clients accusant des videurs de la plus grande boîte de nuit bordelaise de violences.
C’est une première dans l’histoire de la plus grande discothèque de Bordeaux, La Plage, créée dans les années 1990 et située quai de Paludate. Le préfet de la Gironde, Didier... Lire la suite

Catégories: Actualités

Top 14: le petit LOU face à l'ogre Toulon

France 24 - L'info en continu - jeu, 05/17/2018 - 16:26

Le défi est immense: amoindri par les absences, l'ambitieux Lyon se déplace, pour le premier match de phase finale du Top 14 de son histoire, vendredi en barrages (21h00) sur la pelouse de Toulon, rompu aux matches couperet avec sa cohorte de joueurs d'expérience.

Le RCT des Guirado, Vermeulen, Bastareaud, Nonu et Ashton n'a en effet pas manqué un rendez-vous de fin de saison depuis 2011.

En ce printemps-là, le LOU venait de remonter parmi l'élite. Il redescendra illico à l'étage inférieur, comme en 2014-2015.

La troisième tentative de maintien, en 2015-2016, sera la bonne, et suivie donc seulement deux ans plus tard de cette première qualification de son histoire moderne (5e de la saison régulière).

Les investissements réalisés par l'actionnaire majoritaire Olivion Ginon, président de la société d'événementiel GL Events, ont enfin été récompensés.

Et son choix de miser, après la deuxième descente en 2015, sur un technicien sans expérience d'entraîneur en chef a payé: Pierre Mignoni, débauché de... Toulon après quatre saisons comme adjoint chargé des arrières.

Né à Toulon, formé au RCT avant d'y jouer pour y terminer sa carrière, Mignoni voit dans cette qualification inédite "une belle étape, importante pour le club" qui a aussi grandi en dehors du terrain. Le budget a été porté à quelque 25 millions d'euros cette saison, et le LOU a migré en janvier 2017 au stade Gerland, déserté par les footballeurs de l'OL et reconfiguré en version rugby.

"C'est une belle récompense pour les joueurs présents au club depuis trois ans, qui ont connu le Pro D2. Il y a beaucoup de fierté", a ajouté Mignoni, qui a fait venir dans le Rhône dix anciens Toulonnais.

- Galthié et ses 'fauves' -

Parmi eux, Frédéric Michalak, qui pourrait disputer le dernier match de sa carrière, et Delon Armitage. L'arrière est cependant suspendu jusqu'à la fin de la saison et son expérience manquera, comme les automatismes de la charnière Beauxis-Couilloud, blessée.

En face, le RCT, 4e de la saison régulière, se présentera avec toutes ses forces vives et en phase ascendante, après avoir mis un peu temps à trouver la bonne carburation et apprivoiser le plan de jeu de Fabien Galthié, arrivé l'été passé.

Mise de côté la défaite à Pau lors de la dernière journée (26-38), avec une équipe remaniée, Toulon reste sur des performances impressionnantes: larges victoires à domicile contre Clermont (49-0), Montpellier (32-17) et Castres (59-13), défaites frustrantes sur le terrain du Munster (19-20) et du Racing 92 (13-17).

Les Varois, qui visent une septième demi-finale de rang, sont passés depuis fin mars en configuration phase finale, et touchent les bénéfices d'une préparation physique planifiée pour ces rendez-vous à quitte ou double.

"On a fait un gros travail physique, sur la saison, on a été plutôt bon physiquement, les années précédentes on avait plus de creux", explique Mathieu Bastareaud, qui espère vendredi "continuer" à "agacer" Mignoni comme quand il était sous ses ordres.

Plus sérieusement, le capitaine appelle ses partenaires à faire preuve de davantage de "maîtrise" dans les dix dernières minutes, fatales par exemple contre le Munster.

"On a pris de l'expérience sur les matchs que l'on a perdus dans les dernières minutes", assure Galthié. "Désormais, on doit prouver mentalement si on est fort. Il faut jouer. Je sens des fauves, il faut qu'on chasse en meute." Le LOU.

Catégories: Actualités

Cannes 2018 : « Monsieur », une attirance à huis clos

Rohena Gera dénonce les inégalités sociales qui pèsent en Inde, à travers une histoire d’amour interdite entre une domestique et son patron.
Catégories: Actualités

Comment le scoop du HuffPost italien sur l'accord de gouvernement fait trembler l'Europe

Le Huffington Post - jeu, 05/17/2018 - 16:24
Comment le scoop du HuffPost italien sur l'accord de gouvernement fait trembler l'Europe
Catégories: Actualités

Grève SNCF: Face au "succès" du vot'action, les syndicats donnent plus de temps aux cheminots pour se prononcer sur la réforme

Le Huffington Post - jeu, 05/17/2018 - 16:22
Grève SNCF: Face au "succès" du vot'action, les syndicats donnent plus de temps aux cheminots pour se prononcer sur la réforme
Catégories: Actualités

Sites nucléaires : les radars militaires ne "voient pas forcément les drones" en survol, reconnaît un général

LCP Assemblée nationale - jeu, 05/17/2018 - 16:21
Nucléaire

"On n'a pas de réponse immédiate techniquement..." Lors de son audition par la commission d'enquête parlementaire sur la sûreté et la sécurité des installations nucléaires, le général de brigade aérienne Philippe Adam a fait preuve d'une grande transparence quant à la difficulté, pour les forces de sécurité, à détecter les drones dans l'espace aérien.

Un problème qui, selon lui, a "pété à la figure" de l'état-major de l'armée lors des dernières années :

Depuis trois ans c'est pris très au sérieux à tous les niveaux. Philippe Adam

Car selon Greenpeace, au moins 40 survols de centrales nucléaires ont eu lieu depuis 2014, la plupart étant inexpliqués.

Auditionné en février par la même commission d'enquête, le responsable nucléaire de Greenpeace France Yannick Rousselet avait d'ailleurs affirmé avoir tenté de savoir qui était à l'origine de ces survols, en vain :

Devant les députés, le général Adam a reconnu que les "petits drones" sont "virtuellement indétectables" par les radars militaires présents sur le territoire français car ces derniers sont calibrés "pour chercher des avions".

"La détection reste un problème..."

Même si "les centrales nucléaires sont particulièrement surveillées" assure Philippe Adam, le dispositif mis en place n'est "pas encore parfait", reconnait le général de brigade aérienne. Pourquoi ? Parce que l'installation de "radars basse altitude" n'est pas totalement opérationnelle, explique-t-il, car les drones sont des "cibles de petite taille" et "se promènent très très bas".

Plus on est bas et moins le dispositif est parfait.Philippe Adam

"La détection reste un problème...", explique Philippe Adam. Avant de préciser qu'un "cadre réglementaire est en train de se mettre en place" et que l'armée travaille sur "des moyens techniques de détection et de neutralisation du drone ou de son pilote" dont "les premiers systèmes devraient être déployés dans l'armée de l'air" à la fin de l'année 2018.

Un manque de moyens

Selon Philippe Adam, "le réseau radar, en cours de renouvellement, a pas mal souffert ces derniers temps" et "il souffre encore".

Le général de brigade a également profité de son passage devant les députés pour mettre en cause le manque de moyens financiers qui a un impact direct sur la qualité de la couverture, et donc de la défense, du territoire :

Pour des raisons économiques, là où il en avait deux, aujourd'hui on ne met plus qu'un radar. Et quand il tombe en panne, ça fait souvent un trou...Philippe Adam

Catégories: Actualités

Sites nucléaires : les radars militaires ne "voient pas forcément les drones" en survol, reconnaît un général

LCP Assemblée nationale - jeu, 05/17/2018 - 16:21
Nucléaire

"On n'a pas de réponse immédiate techniquement..." Lors de son audition par la commission d'enquête parlementaire sur la sûreté et la sécurité des installations nucléaires, le général de brigade aérienne Philippe Adam a fait preuve d'une grande transparence quant à la difficulté, pour les forces de sécurité, à détecter les drones dans l'espace aérien.

Un problème qui, selon lui, a "pété à la figure" de l'état-major de l'armée lors des dernières années :

Depuis trois ans c'est pris très au sérieux à tous les niveaux. Philippe Adam

Car selon Greenpeace, au moins 40 survols de centrales nucléaires ont eu lieu depuis 2014, la plupart étant inexpliqués.

Auditionné en février par la même commission d'enquête, le responsable nucléaire de Greenpeace France Yannick Rousselet avait d'ailleurs affirmé avoir tenté de savoir qui était à l'origine de ces survols, en vain :

Devant les députés, le général Adam a reconnu que les "petits drones" sont "virtuellement indétectables" par les radars militaires présents sur le territoire français car ces derniers sont calibrés "pour chercher des avions".

"La détection reste un problème..."

Même si "les centrales nucléaires sont particulièrement surveillées" assure Philippe Adam, le dispositif mis en place n'est "pas encore parfait", reconnait le général de brigade aérienne. Pourquoi ? Parce que l'installation de "radars basse altitude" n'est pas totalement opérationnelle, explique-t-il, car les drones sont des "cibles de petite taille" et "se promènent très très bas".

Plus on est bas et moins le dispositif est parfait.Philippe Adam

"La détection reste un problème...", explique Philippe Adam. Avant de préciser qu'un "cadre réglementaire est en train de se mettre en place" et que l'armée travaille sur "des moyens techniques de détection et de neutralisation du drone ou de son pilote" dont "les premiers systèmes devraient être déployés dans l'armée de l'air" à la fin de l'année 2018.

Un manque de moyens

Selon Philippe Adam, "le réseau radar, en cours de renouvellement, a pas mal souffert ces derniers temps" et "il souffre encore".

Le général de brigade a également profité de son passage devant les députés pour mettre en cause le manque de moyens financiers qui a un impact direct sur la qualité de la couverture, et donc de la défense, du territoire :

Pour des raisons économiques, là où il en avait deux, aujourd'hui on ne met plus qu'un radar. Et quand il tombe en panne, ça fait souvent un trou...Philippe Adam

Catégories: Actualités

Nantes: Ciao Claudio Ranieri... au suivant!

France 24 - L'info en continu - jeu, 05/17/2018 - 16:21

Fin du pseudo-suspens: Nantes et Ranieri c'est bien fini après seulement un an de collaboration, ouvrant la voie à un 13e technicien différent sur le banc des Canaris depuis l'arrivée de Waldemar Kita en 2007, qui pourrait être Jocelyn Gourvennec.

"Le club et le coach ont décidé de se séparer d'un commun accord". Le président Waldemar Kita, cité dans le communiqué, ne fait pas dans le lyrisme quand il s'agit d'éventer un secret qui n'en était plus un depuis longtemps.

La suite est assez convenue: "Nous remercions Claudio Ranieri et son staff pour tout le travail effectué cette saison et leur souhaitons beaucoup de réussite dans leurs prochains projets".

L'Italien, fidèle à son élégance proverbiale, remercie le président, les supporters, les joueurs, les personnes travaillant au club... "J'ai été très bien ici avec vous. J'espère que Nantes continuera à progresser", a encore ajouté le "Mister".

- Gourvennec en pole -

Après un dernier match contre Strasbourg samedi, on devrait probablement le retrouver dans quelques semaines outre-Manche, où il a signé son plus bel exploit en emmenant le modeste club de Leicester au titre de champion d'Angleterre 2016.

Mais Nantes n'aura pas le loisir de s'attarder longtemps sur cette aventure qui restera un demi-échec, avec une 5e place à la trêve mais 16 points seulement pris en 2018, soit le 15e bilan de Ligue 1. Et des illusions européennes perdues.

Le club n'a d'ailleurs pas attendu. Depuis quelques jours, les rendez-vous pour trouver un remplaçant s'enchaînent à un rythme digne d'un speed-dating, dont le quotidien 20 Minutes tient la chronique.

Canari de 1995 à 1998, Jocelyn Gourvennec, 46 ans, fait figure de favori, bénéficiant de solides appuis en interne, malgré son échec à Bordeaux, d'où il a été limogé en janvier, après des années fastes à Guingamp.

Il se murmure même que sa signature serait officialisée la semaine prochaine, au retour de M. Kita d'un voyage d'affaires en Chine.

Mais il y a des outsiders, comme l'Espagnol Gerard Lopez Segù, 39 ans, qui entraînait la réserve du Barcelone, un pedigree séduisant en termes de jeu après le désert footballistique - offensivement, du moins - avec Ranieri.

Et la grosse cote serait Miguel Cardoso, Portugais de 45 ans, coach de Rio Ave, avec un profil plus de formateur, l'une des critiques récurrentes de Kita envers Ranieri étant son manque de confiance envers les jeunes issus du centre de formation.

Mais la plus grosse inconnue reste de trouver quelqu'un capable de survivre plus d'une année à une collaboration avec Kita.

Seule la fidèle "2CV" - surnom peu amène dont l'a affublé le président - Michel Der Zakarian, a réussi ce qui ressemble à un exploit en tenant quatre ans lors de son deuxième passage (2012-2016), récoltant le peu de gratitude qu'on constate.

- Bouchons dans le sens des départs -

Mais il n'y a pas que sur le banc que ça s'agite. L'ancien Bleu et champion du monde Youri Djorkaeff, 50 ans, - dont le fils est sous contrat avec la réserve nantaise - pourrait débarquer dans un rôle de conseiller, voire de directeur sportif.

Une arrivée qui provoque des résistances en interne chez ceux qui soulignent qu'il n'a rien fait dans le foot en 12 ans depuis sa retraite.

Enfin, Nantes a un autre immense chantier: son effectif. Avec de nombreux départs prévus, comme Léo Dubois à Lyon, Adrien Thomasson en fin de contrat, des bons de sortie pour Emiliano Sala, des joueurs qui pourraient attiser les convoitises comme Valentin Rongier, on prévoit de gros embouteillages dans le sens de départs à Nantes cet été...

Catégories: Actualités

Qualité de l'air: l'UE tousse mais bute sur ses propres normes

France 24 - L'info en continu - jeu, 05/17/2018 - 16:20

Dans le ciel de Katowice, la grande ville du bassin houiller de Silésie, la Pologne étrenne sa dernière arme contre le poison venu du ciel: des drones qui scrutent les toits des maisons, et surtout leurs cheminées.

Dès qu'un appareil en répère une dont la fumée lui paraît suspecte, un deuxième drone plonge vers elle et la "renifle" avec ses capteurs ultrasensibles.

Le résultat apparaît en temps réel sur l'écran d'un ordinateur portable au sol et la police municipale frappe bientôt à la porte de ceux qui brûlent dans leur four soit du charbon de mauvaise qualité, soit des bouteilles en plastique, par exemple.

"La plupart des gens choisissent de payer immédiatement une amende plutôt que devoir aller au tribunal", explique à l'AFP le porte-parole de la police municipale de Katowice, Jacek Pytel. La sanction financière peut atteindre l'équivalent de 120 euros, une belle somme dans un pays où le salaire moyen avoisine 1.000 euros et où ceux qui brûlent n'importe quoi pour se chauffer sont de condition modeste.

A l'Est, pollué par les centrales à charbon, comme à l'Ouest, où les gaz d'échappement asphyxient les métropoles, l'Union européenne peine depuis des années à faire appliquer les limitations qu'elle s'est elle-même fixée en matière de qualité de l'air - pourtant pas si sévères, diront certains.

La Pologne a récemment été condamnée par la Cour de justice de l'UE pour ses dépassements fréquents et persistants des seuils limites de pollution et ne pas avoir proposé de mesures pour y remédier au plus vite. La Bulgarie a subi le même sort en 2017.

Malgré une législation détaillée, les pays de l'UE ont encore du mal à contrôler leur air. Sur le bureau de la Commission: pas moins de 33 dossiers d'infraction à des stades plus ou moins avancés. Vingt-trois des 28 membres de l'UE sont concernés, et plus de 130 villes dans toute l'Union. La grande majorité des litiges est relative aux particules fines (PM10).

Face aux manquements répétés, l'exécutif européen a décidé jeudi de renvoyer six Etats devant la justice de l'UE pour non-respect des limites d'émissions.

-Batailles juridiques-

A Bruxelles même, capitale de l'Union, la station de mesure de la pollution, située dans la rue séparant la Commission européenne du Conseil, se retrouve au centre des attentions.

L'artère est l'une des plus polluées de Bruxelles, selon l'ONG de juristes ClientEarth. Elle est au coeur d'une bataille juridique avec la région de Bruxelles, lancée par cette ONG et cinq habitants en septembre 2016, sur des stations de mesures de qualité de l'air qui n'ont pas fonctionné pendant des mois.

"Les citoyens et les ONG ont un droit à un air propre, indépendamment de toute action menée par la Commission européenne. Nous avons gagné devant des tribunaux britannique, allemand, italien, français et tchèque, où les juges ont ordonné l'adoption de plans sur la qualité de l'air plus efficaces et l'introduction de restrictions sur les véhicules diesel", souligne Ugo Taddei, avocat chez ClientEarth.

Les litiges ne portent pas tant sur le dépassement des limites que sur les propositions des Etats pour y remédier, alors que la pollution atmosphérique provoque des centaines de milliers de morts par an.

Le dioxyde d'azote (NO2), rejeté par les véhicules diesel, fléau des grandes villes, est responsable de 75.000 décès prématurés par an, selon les chiffres publiés en 2017 par l'Agence européenne de l'Environnement (AEE). Mais le principal danger, ce sont les particules très fines (PM2,5), à l'origine d'un peu moins de 400.000 morts prématurées par an, ces particules composées de poussière, de fumée, de suie ou de pollen.

- "Culture du charbon" -

A Katowice (sud de la Pologne), Marian Kramarczyk, un retraité de 89 ans souffrant de problèmes cardiaques, se lamente.

"Quand le smog arrive, je me sens mal, j'éternue, je tousse et mon coeur se met à battre de plus en plus fort", décrit-il.

Ici, le grand coupable est la "culture du charbon", considéré comme "l'or noir polonais", reconnaît Patryk Bialas, chef du mouvement apolitique local de défense de l'air pur, Katowicki Alarm Smogowy.

Dans le monde, selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), un peu moins d'un tiers des décès du cancer du poumon sont liés à la pollution, un quart des accidents vasculaires, à peine moins pour les maladies du coeur.

Longtemps, la qualité de l'air a été associée à la protection de l'environnement. "Désormais, nous faisons clairement le lien avec la santé", expliquait récemment la directrice de l'OMS Maria Neira.

Un message adressé à l'opinion publique, peut-être moins sensibilisée dans les pays riches: "A Shanghaï, Pékin, New Delhi, les gens le ressentent. Ici (en Europe), la pollution est peut-être plus invisible".

Historiquement, la qualité de l'air s'est nettement améliorée dans l'UE, qui compte quelques "exemples de réussite", comme le recul spectaculaire des émissions d'oxydes de soufre, connues sous le nom de "pluies acides" (-72% depuis 2000).

"Les émissions diminuent en général mais pas au même rythme pour tous les polluants", relève Alberto Gonzalez Ortiz, expert pour l'AEE. Les émissions de particules très fines, si elles restent importantes, ont chuté d'un quart depuis le début du siècle.

-Mobilisation-

Les capitales se mobilisent. La France table -- à la faveur de son Plan national de réduction des émissions de polluants atmosphériques -- sur seulement trois stations de mesures dépassant les valeurs limites de NO2 en 2030 (contre 49 en 2010 et 10 en 2020).

Parmi les "points noirs" en France: la Vallée de l'Arve, près de Grenoble, où la concentration des activités (habitations, industrie, transport) et le relief de fond de vallée limitent la dispersion des substances nocives. Là encore, la population est exaspérée: début mai, 14 habitants ont saisi la justice administrative pour faire condamner l'Etat pour "carence fautive".

La France fait partie des six pays renvoyés jeudi devant la Cour de justice européenne, avec l'Allemagne, l'Italie, le Royaume-Uni, la Hongrie et la Roumanie.

"Il faut maintenant comprendre pourquoi certains gouvernements et pas d'autres sont renvoyés devant la Cour. Les citoyens méritent de savoir ce qui est fait pour les protéger de l'air pollué", souligne Margherita Tolotto, du Bureau européen de l'environnement, ONG bruxelloise très remontée contre le "bloc toxique".

Une large majorité de pays ne respectent pas les règles, et pourtant elles sont moins strictes que celles de l'OMS sur les particules fines.

Selon l'AEE, entre 16% et 20% de la population des villes européennes ont été exposés à des niveaux nocifs de concentrations de particules fines (PM10) entre 2013 et 2015. Mais la proportion monte jusqu'entre 50% et 62% si on applique les directives de l'OMS.

Pour la vice-présidente du groupe social-démocrate au Parlement européen, Kathleen van Brempt, les Etats membres nagent en plein "paradoxe".

"Il est étrange qu'(ils) n'arrivent pas à atteindre les objectifs en matière de qualité de l'air, et que dans le même temps les (Etats membres) ne soutiennent pas le Parlement et la Commission quand ils ébauchent une législation ambitieuse sur les voitures, les bateaux ou les avions", déplore-t-elle.

"Le problème, ce ne sont pas les normes de qualité de l'air. Le problème, c'est que nous sommes trop laxistes sur les sources d'émissions. Et nous sommes trop mous pour nous assurer que la législation est respectée: voyez le Dieselgate", peste l'eurodéputé des Verts Bas Eickhout.

L'une des victoires judiciaires les plus significatives est venue d'Allemagne fin février. La justice a ouvert la voie à l'interdiction des vieux diesels à Stuttgart et Düsseldorf, et plus généralement dans les villes pollués par le dioxyde d'azote. Soit plus de 10 millions de véhicules diesels potentiellement visés sur 15 millions immatriculés en Allemagne.

Catégories: Actualités

Qualité de l'air: l'UE tousse mais bute sur ses propres normes

ladepeche.fr - jeu, 05/17/2018 - 16:18
Dans le ciel de Katowice, la grande ville du bassin houiller de Silésie, la Pologne étrenne sa dernière arme contre le poison venu du ciel: des drones qui scrutent les toits des maisons, et surtout leurs cheminées.Dès qu'un appareil en répère une dont la fumée lui paraît suspecte, un deuxième drone plonge vers elle et la "renifle" avec ses capteurs ultrasensibles.Le résultat apparaît en temps réel sur l'écran d'un ordinateur portable au sol et...
Catégories: Actualités

Bleus: plus que quelques heures avant la liste de Deschamps pour le Mondial-2018

France 24 - L'info en continu - jeu, 05/17/2018 - 16:13

Qui Didier Deschamps va-t-il emmener à la Coupe du monde en Russie ? Le sélectionneur dévoile sa liste des 23 Bleus ce jeudi soir (à partir de 20h), avec pour principales incertitudes les cas de Nabil Fekir, Florian Thauvin et Dimitri Payet, blessé.

"DD" va égrener la liste tant attendue pendant le journal télévisé de TF1, la chaîne partenaire. Il répondra ensuite à quelques questions de Gilles Bouleau, puis se présentera devant le reste des médias pour une conférence de presse.

Les regards se tournent inévitablement vers Thauvin et Payet qui viennent de s'incliner en finale d'Europa League contre l'Atletico Madrid mercredi soir (3-0). Le premier n'a pas pesé pendant cette rencontre et le Réunionnais a lui quitté la pelouse en pleurs, blessé à une cuisse après une demi-heure de jeu...

Et ils évoluent dans un secteur offensif où la concurrence est rude, derrière les tauliers Antoine Griezmann (auteur d'un doublé dans cette finale), Olivier Giroud et le prodige Kylian Mbappé, déjà incontournable à 19 ans.

Capitaine de l'OM, Payet (31 ans) n'avait pas été appelé par "DD" lors du rassemblement du mois de mars. Mais depuis, le milieu offensif n'avait cessé d'élever son niveau et son statut de héros du premier tour de l'Euro-2016, tout comme son habileté sur coup franc, plaidaient en sa faveur. La blessure de mercredi va-t-elle le priver de la Russie ?

Thauvin (25 ans) signe quant à lui la meilleure saison de sa carrière, comme l'illustrent ses statistiques: 26 buts et 15 passes décisives toutes compétitions confondues. Sauf que "Flotov" n'a encore rien pu montrer en Bleu, avec trois apparitions aussi courtes que discrètes.

Enfin, Nabil Fekir, 24 ans, a porté l'Olympique lyonnais cette saison. Son profil atypique de milieu offensif très technique en fait une doublure naturelle d'Antoine Griezmann. Mais lui non plus n'a pas convaincu en équipe de France, avec des entrées en jeu trop quelconques.

- Diplomatie -

A Deschamps de trancher sur leur présence dans la liste des 23 ou parmi les réservistes, qu'il va également dévoiler jeudi soir, ce petit groupe de joueurs qui auront une chance de participer au Mondial en cas de pépins physiques chez leurs coéquipiers.

Habitué de l'exercice après le Mondial-2014 et l'Euro-2016, le sélectionneur a diplomatiquement pris les devants dans une vidéo diffusée par la Fédération, pour éviter toute incompréhension: "Nous, le staff, en interne, on a des infos qu'on ne peut pas avoir à l'extérieur, et qui amènent à certaines décisions", a prévenu le technicien. "J'assumerai mes choix en sachant que je ne ferai pas que des heureux, qu'on me parlera davantage de ceux que je n'ai pas pris et qui auraient mérité d'être là".

Sur la liste des 23, il existe un groupe d'une quinzaine de Bleus assurés d'aller en Russie, dont Griezmann, Mbappé et Giroud devant. Au milieu, Paul Pogba, N'Golo Kanté, Blaise Matuidi et le jeune Corentin Tolisso ont toutes les raisons d'y être, tout comme la charnière centrale Raphaël Varane et Samuel Umtiti et leur remplaçant Presnel Kimpembe, ou le gardien et capitaine Hugo Lloris, accompagné de ses doublures Steve Mandanda et Alphonse Areola.

Chez les latéraux, un poste qui a souvent posé problème en équipe de France, Deschamps a des choix plus délicats à faire en raison des blessures. A gauche, Benjamin Mendy est-il en état de suivre le rythme d'un Mondial après son opération au genou droit au mois de septembre et sa longue absence ? L'ancien Monégasque rejoue depuis quelques semaines, mais il n'a que 62 minutes de compétition dans les jambes.

- L'aventure commence -

Pendant son absence, Lucas Digne a pris du galon et sera selon toute vraisemblance dans la liste, soit avec Mendy, soit avec Lucas Hernandez, déjà appelé au mois de mars et titulaire mercredi soir avec l'"Atléti".

A droite, Djibril Sidibé aussi s'est blessé au genou droit, fin avril. Mais il semble remis de sa "lésion méniscale" et postule pour une place dans le groupe, à un poste que convoitent également le jeune de Stuttgart Benjamin Pavard et le vieux briscard Mathieu Debuchy, en pleine renaissance à Saint-Etienne. Soit trois hommes pour deux places.

Devant, l'attaquant d'Arsenal Alexandre Lacazette n'a pas la certitude d'y être, malgré son doublé contre l'Allemagne en novembre (2-2). S'il n'est pas appelé, cela pourrait faire les affaires de Thauvin.

Jeudi soir, Deschamps lance l'aventure du Mondial (14 juin- 15 juillet). Les Bleus se retrouveront à Clairefontaine mercredi, disputeront trois matches de préparation puis s'envoleront en Russie le 10 juin. Avec une phase de poules a priori largement à la portée des finalistes de l'Euro face à l'Australie, au Pérou et au Danemark.

Catégories: Actualités

Pendant la crise de panique d'un proche, suivez les conseils de cette jeune femme (qui ont convaincu tout le monde)

Le Huffington Post - jeu, 05/17/2018 - 16:12
Pendant la crise de panique d'un proche, suivez les conseils de cette jeune femme (qui ont convaincu tout le monde)
Catégories: Actualités

Epreuve du feu télévisuelle pour Olivier Faure jeudi soir

France 24 - L'info en continu - jeu, 05/17/2018 - 16:11

Coup de projecteur sur Olivier Faure: l'Emission politique donne jeudi soir sur France 2 l'occasion de sortir de l'ombre au nouveau premier secrétaire du PS, encore peu audible face à un François Hollande qui se démultiplie dans les médias.

Intronisé le 7 avril au Congrès d'Aubervilliers, le député de Seine-et-Marne reste largement méconnu des Français, selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et le Figaro publié jeudi. Seuls 10% des sondés affirment avoir une bonne opinion de lui, 62% ne pouvant exprimer d'opinion parce qu'ils "ne le connaissent pas suffisamment".

L'exercice -vingt minutes d'interview dans une émission politique de grande écoute- est une première pour M. Faure, et aura valeur de test pour lui, même s'il écume depuis plusieurs années les plateaux de télévision, en tant que porte-parole du PS puis de président du groupe PS à l'Assemblée.

Souffrant d'un petit défaut d'élocution, celui que Julien Dray a décrit comme "une sorte de George Clooney de la politique" était apparu extrêmement tendu sur le plateau de BFMTV lors du débat entre les quatre candidats à la direction du PS il y a deux mois.

Après son élection, et une semaine de vacances, M. Faure a enchaîné les apparitions médiatiques, demandant par exemple une commission d'enquête parlementaire sur les violences qui ont émaillé la manifestation du 1er mai.

Mais il a peiné à occuper l'espace face à un François Hollande omniprésent dans les médias et sur le terrain pour promouvoir son livre, "Les leçons du pouvoir". "François Hollande s'est posé sur le congrès du PS", constate un ténor du PS. "Ca doit être très encombrant pour l'actuel premier secrétaire du Parti socialiste", avait ironisé fin avril l'ancien candidat PS à la présidentielle Benoît Hamon, sur BFMTV.

- +On rallume la lumière+ -

L'Emission politique -à laquelle M. Hamon n'a pas été convié- tombe donc à point nommé pour M. Faure. "C'est ça l'enjeu de l'émission: que l'on puisse connaître ce nouveau visage du PS, que le PS puisse faire entendre sa voix", à l'heure où "des pans entiers de la population ne trouvent pas de représentants pour défendre leurs combats", souligne son entourage.

M. Faure regrette-t-il l'activisme de François Hollande ? "Ce n'est pas gênant dans le sens où il y a un besoin de réhabiliter le bilan, d'expliquer ce que nous avons fait", répond diplomatiquement cette source.

"Si on ne sait pas sortir de l'ombre de François Hollande, c'est notre problème à nous", abonde Corinne Narassiguin, numéro deux du parti. "Il faut être capable de reconstruire sans effacer le passé", assure-t-elle.

Un travail de reconstruction dans lequel M. Faure est pleinement engagé, selon son entourage. "Depuis un mois, on rallume la lumière étage par étage. On a nommé une nouvelle équipe concentrée, à sa tâche", assure-t-il. Un séminaire a réuni les nouveaux secrétaires nationaux le 2 mai, un groupe de travail a été lancé sur la nouvelle plateforme numérique du parti, une équipe mise en place pour conduire le chantier européen, et M. Faure va entamer en juin une tournée des fédérations.

Le premier secrétaire s'est aussi occupé de trouver un nouveau siège pour le PS, jetant a priori son dévolu sur des locaux à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne), malgré les réticences de ses camarades.

Tous ces efforts ne sautent pas aux yeux de tous. "Le Congrès a un mois, on a l'impression que rien ne s'est passé", se lamente un ancien ministre.

L'ancien porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll se montre lui aussi sévère, en privé, vis-à-vis du nouveau premier secrétaire, mais un membre du bureau national relativise: "Il est dans une guerre avec Olivier Faure. Il est très agressif. Il passe son temps à dire qu'(Olivier Faure) n'est pas percutant, invisible. Il n'a pas digéré le Congrès".

Représentant de l'aile gauche du PS, le député européen Emmanuel Maurel se montre plus modéré. "J'attends une clarification sur la ligne, et un peu plus de tonicité dans l'incarnation de l'opposition". Et d'ajouter à l'intention de M. Le Foll: "Je ne vois pas l'intérêt de se cogner dessus quand on a fait 6%" à la présidentielle.

Catégories: Actualités

Pollution de l'air : la France renvoyée devant la justice par l'Europe

L' Essentiel - SudOuest.fr - jeu, 05/17/2018 - 16:09

Six pays dont la France ne respectent pas les normes de qualité de l'air. La Commission européenne les rappelle à l'ordre. .
La Commission européenne, après plus d'une décennie de mises en garde, a décidé ce jeudi de renvoyer six États membres devant la justice de l'UE, dont la France et l'Allemagne, mis en cause pour ne... Lire la suite

Catégories: Actualités

Mariage royal : Harry et Meghan vont-il doper l’économie britannique ?

France 24 - L'info en continu - jeu, 05/17/2018 - 16:09
Le mariage imminent du prince Harry avec l’actrice Meghan Markle entraîne des spéculations sur les éventuels retombées économiques pour le Royaume-Uni. Les uns misent sur plus d’un milliard d’euros pour le pays, les autres sur rien ou presque.
Catégories: Actualités

Nom de la Macédoine: Skopje et Athène proches d'une solution

France 24 - L'info en continu - jeu, 05/17/2018 - 16:09

La Macédoine et la Grèce se sont rapprochées jeudi d'une solution sur la querelle politico-sémantique sur le nom de l'ex-république yougoslave qui empoisonne les relations entre les deux pays depuis 27 ans.

Le Premier ministre macédonien Zoran Zaev a indiqué jeudi qu'une "solution acceptable" avait été trouvée avec son homologue grec Alexis Tsipras dans ce dossier qui bloque le processus d'adhésion de la Macédoine à l'Union européenne et à l'Otan.

Le Premier ministre grec s'est toutefois montré plus réservé. "Nous ne sommes pas encore en position de parler d'accord", a-t-il assuré.

Candidate depuis 2005, la Macédoine a obtenu fin avril une recommandation de la Commission européenne pour une ouverture inconditionnelle des négociations d'adhésion à l'UE.

Tout comme l'intégration à l'Otan, celle-ci se heurte au différend vieux d'un quart de siècle avec la Grèce, qui dénie à son petit voisin le droit de s'appeler "Macédoine", considérant qu'il s'agit là du nom de sa province septentrionale.

"Nous avons examiné différentes options. L'une d'elles est une solution acceptable pour les deux pays", a déclaré à Sofia, lors d'une conférence de presse, le chef de gouvernement macédonien qui négocie depuis plusieurs mois avec la Grèce un compromis sur cette question.

M. Zaev a noté qu'il était "important de confirmer les succès obtenus" jusqu'à présent lors des pourparlers entre les deux pays.

"Nous allons avoir des consultations dans nos pays (respectifs, ndlr) pour voir si cette solution est possible", a ajouté M. Zaev qui s'est entretenu avec M. Tsipras en marge du sommet EU-pays des Balkans.

Avec l'arrivée au pouvoir à Skopje de Zoran Zaev à la place du nationaliste Nikola Gruevski, il y a un an, Athènes et Skopje ont relancé leurs discussions.

Les pourparlers se heurtent néanmoins à l'opposition de franges nationalistes de l'opinion dans les deux pays. Des manifestations d'opposants à un compromis ont eu lieux dans les deux pays.

La rencontre des deux Premiers ministres à Sofia avait été annoncée samedi par le médiateur de l'ONU, Matthew Nimetz, à l'issue d'une rencontre de six heures entre les ministres des Affaires étrangères des deux pays qui se disputent depuis 27 ans sur l'appellation de la Macédoine.

Elle constitue un pas important depuis la relance des négociations sur ce dossier il y a quelques mois. Athènes et Skopje ont depuis multiplié leurs efforts pour clore ce dossier.

- "Des progrès importants" -

Mardi, le gouvernement grec s'est félicité "des progrès importants" effectués dans les négociations en cours avec la Macédoine au sujet de la querelle sur le nom, soulignant toutefois qu'il reste encore "de la distance" d'ici à un accord.

"C'est très possible qu'il y ait un nouveau tour de négociations pour combler la distance qui sépare les deux parties", a souligné le porte-parole du gouvernement Dimitris Tzanakopoulos lors d'un point de presse.

Les deux hommes s'étaient déjà vus en marge du sommet de Davos en janvier, et M. Zaev avait alors annoncé en signe de bonne volonté que la principale autoroute macédonienne et l'aéroport international de Skopje, tous deux nommés "Alexandre-le-Grand" -au grand courroux d'Athènes qui souligne que ce roi de l'Antiquité est seulement grec- seraient débaptisés.

Après avoir bloqué la reconnaissance internationale de la Macédoine sous ce nom depuis l'indépendance de cette ex-république yougoslave en 1991 -pour ne pas qu'elle s'appelle comme sa province septentrionale- la Grèce serait désormais prête à accepter "un nom composé comprenant le terme de Macédoine", par exemple Haute-Macédoine, "sous condition de la révision de la Constitution du pays voisin" pour en tenir compte, a réitéré M. Tzanakopoulos.

Selon une source proche du gouvernement macédonien ayant requis l'anonymat, "la difficulté principale actuellement" pour un règlement de cette querelle reste "l'appellation de la langue macédonienne".

Catégories: Actualités

Nom de la Macédoine: Skopje et Athène proches d'une solution

ladepeche.fr - jeu, 05/17/2018 - 16:09
La Macédoine et la Grèce se sont rapprochées jeudi d'une solution sur la querelle politico-sémantique sur le nom de l'ex-république yougoslave qui empoisonne les relations entre les deux pays depuis 27 ans.Le Premier ministre macédonien Zoran Zaev a indiqué jeudi qu'une "solution acceptable" avait été trouvée avec son homologue grec Alexis Tsipras dans ce dossier qui bloque le processus d'adhésion de la Macédoine à l'Union européenne et à...
Catégories: Actualités

Grève SNCF: plus d'un TGV sur 2, trafic TER encore très perturbé vendredi

ladepeche.fr - jeu, 05/17/2018 - 16:08
La SNCF prévoit vendredi "un peu plus d'un TGV sur 2" en moyenne et autant de RER, ainsi que deux TER ou Intercités sur cinq, a annoncé jeudi le directeur général adjoint de la SNCF, Mathias Vicherat.Les conditions de trafic sont "parmi les meilleures constatées depuis le début de la grève" des syndicats de cheminots début avril, a-t-il commenté lors d'un point presse, avant la dixième séquence de grève de deux jours.Concernant le TGV, la...
Catégories: Actualités

Pages

S'abonner à JO CASANOVA MUSIC agrégateur - Actualités