Le Huffington Post

S'abonner à flux Le Huffington Post
Le Huffington Post
Mis à jour : il y a 1 jour 4 heures

Les images tournées par les secours après la mort d'au moins 100 civils dans la Ghouta orientale en Syrie, en une journée

mar, 02/20/2018 - 08:14

SYRIE - Aumoins 100 civils, dont 20 enfants, ont ététués lundi 19 février dans des bombardements intensifs du régime syrien sur l'enclave rebelle de la Ghouta orientale près de Damas, selon un nouveau bilan de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

C'est le plus lourd bilan des pertes civiles en une journée dans les combats dans cette région depuis début 2015, a indiqué à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Quelques personnes ont également été blessées dans les bombardements de l'artillerie et de l'aviation, au lendemain d'un renforcement des positions du régime autour de l'enclave assiégée qui laisse entrevoir une offensive terrestre.

Les frappes se sont poursuivies ce mardi 20 février. L'OSDH fait état de 50 civils tués dont 12 enfants. Depuis dimanche 18 février, les bombardements du régime syrien ont fait près de 200 morts dont une soixantaine d'enfants.

À voir également sur Le HuffPost:

Lire aussi :

Les Kurdes rendent hommage à "Kendal Breizh", Breton mort en Syrie en combattant Daech avec eux

Iran et Israël s'affrontent ouvertement en Syrie, une "nouvelle ère" pour un ménage à trois qui inquiète

Regain de tension en Syrie: un avion de combat israélien abattu après des raids contre 12 "cibles iraniennes"

Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

Catégories: Actualités

Marion Maréchal Le Pen prendra la parole jeudi à Washington (juste après le vice-président américain)

mar, 02/20/2018 - 07:40

POLITIQUE - Discrète en France, Marion Maréchal Le Pen sera pourtant sur le devant de la scène à Washington jeudi 22 février. La nièce de Marine Le Pen et ancienne députée du Front National, prendra la parole lors d'une importante conférence conservatrice à Washington.

Devenue en 2012, à l'âge de 22 ans, la plus jeune députée de l'Assemblée nationale, Marion Maréchal Le Pen, qui avait annoncé il y a un an qu'elle se retirait pour le moment de la vie politique, interviendra à la Conservative Political Action Conference (CPAC), un rendez-vous annuel des conservateurs.

Elle sera la deuxième à prendre la parole le premier jour de la conférence juste après le vice-président des Etats-Unis Mike Pence, indique le programme officiel de l'événement.

Le président Donald Trump doit, lui, intervenir vendredi devant cette conférence. D'autres responsables importants de l'administration Trump sont également annoncés, ainsi que des parlementaires du Parti républicain, des personnalités conservatrices des médias et d'anciens militaires.

L'eurodéputé britannique Nigel Farage, qui fut à la tête de la campagne victorieuse pour le Brexit, sera présent lui aussi. Il avait reçu un accueil chaleureux lors de l'édition 2017 de la CPAC après avoir fait l'éloge de la victoire "tout à fait remarquable" de Donald Trump à l'élection présidentielle de novembre 2016.

La conférence se tient au Gaylord National Resort and Convention Center, un centre de congrès situé à Oxon (Maryland), près de Washington. Chacune des journées de l'événement débute par le serment d'allégeance au drapeau américain et une prière.

À voir également sur Le HuffPost:

Lire aussi :

Marion Maréchal-Le Pen serait sur le point de monter une école privée

Wauquiez n'a "aucune intention de travailler avec Marion Maréchal-Le Pen"

Le président de Sens commun démissionne après avoir évoqué une collaboration avec Marion Maréchal-Le Pen

Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

Catégories: Actualités

Un Japonais obtient la garde de ses 13 enfants nés de mères porteuses en Thaïlande

mar, 02/20/2018 - 07:23

PATERNITE - Un riche Japonais a remporté mardi 20 février le droit de garde de treize de ses enfants nés de mères porteuses en Thaïlande, dernier rebondissement d'un scandale dit de "l'usine à bébés" qui avait mis en lumière les zones grises du marché de la procréation médicalement assistée.

Au terme de cette affaire hors normes, qui avait passionné la presse internationale lors de sa révélation en 2015, le tribunal pour enfants de Bangkok a invoqué "le bonheur des treize enfants nés de mères porteuses" pour justifier sa décision d'accorder à Mitsutoki Shigeta "l'intégralité des droits parentaux".

"Leur père biologique n'a pas d'antécédent de mauvais comportements", a tranché le tribunal, sans se prononcer sur la santé mentale d'un homme ayant décidé de se lancer dans une entreprise de procréation pléthorique.

Cela devrait permettre à Mitsutoki Shigeta, riche héritier japonais, de ramener ses enfants au Japon. Il a déjà mis en place toute la logistique, engageant des nourrices pour s'occuper de sa nombreuse progéniture, a précisé le tribunal.

Le riche héritier, très discret depuis l'éclatement du scandale, n'avait pas fait le déplacement à Bangkok mardi. Son avocat thaïlandais, Kong Suriyamontol, a précisé que le transfert des treize enfants au Japon allait être négocié avec le gouvernement thaïlandais. "On va voir quand les enfants seront prêts. Après avoir été placés pendant si longtemps, il faut éviter les changements brusques", a précisé l'avocat.

Quant aux motivations de son client pour se lancer dans une telle entreprise, l'avocat a seulement expliqué devant la presse, venue en nombre, que son client souhaitait avoir une famille nombreuse. "Il est né dans une famille nombreuse et veut que les enfants grandissent ensemble", a-t-il seulement dit.

"L'usine à bébé"

Tout avait commencé à l'été 2014 avec la découverte de plusieurs des bébés vivant avec leurs mères porteuses dans un appartement de Bangkok loué par leur client japonais commun. Des tests ADN avaient rapidement prouvé que les bébés étaient tous nés du même père japonais, ce qui avait valu à l'affaire le surnom médiatique de "l'usine à bébés".

Les mères avaient ensuite porté plainte contre l'Etat afin de récupérer leurs enfants, remis aux services sociaux, tandis qu'à distance le père japonais se lançait dans une bataille légale pour récupérer ses enfants.

Les mères porteuses thaïlandaises ont signé mardi un accord reconnaissant qu'elles abandonnaient leurs droits parentaux, a précisé le tribunal pour enfants de Bangkok. Aucune précision n'a été donnée quant à leur éventuelle indemnisation.

Le marché de la GPA en Asie

Le marché des mères porteuses s'était développé en Thaïlande depuis des années, grâce à un flou juridique. Mais le scandale de "l'usine à bébés" avait suscité l'émoi et conduit en 2015 à une loi interdisant cette pratique pour les étrangers.

Un couple d'Australiens avait fait scandale au même moment en abandonnant leur bébé trisomique à sa mère porteuse thaïlandaise. Depuis, le marché pour les étrangers en quête de ventres à louer s'est déplacé dans d'autres pays d'Asie du Sud-Est.

Au Cambodge, ce business de la "gestation pour autrui" (GPA) s'est très rapidement développé après l'interdiction décrétée en Thaïlande: les prix proposés y étaient très bas, notamment par rapport aux Etats-Unis, et en l'absence de régulation, les cliniques acceptaient les couples homosexuels comme les célibataires.

Mais les autorités cambodgiennes ont fini par interdire cette pratique à leur tour. En août dernier, une infirmière australienne a été condamnée à 18 mois de prison pour sa participation à une clinique spécialisée dans les mères porteuses.

Récemment, le Laos semble le nouveau pays de la région où se développe la GPA. En avril 2017, un homme qui tentait de faire passer en contrebande des flacons de sperme a été arrêté à la frontière entre le Laos et la Thaïlande.

À voir également sur Le HuffPost:

Lire aussi :

Une trentaine de personnalités dénoncent "le marché de la personne humaine" de la GPA

Une centaine de personnalités signent une tribune pour une "réforme urgente" de la GPA

BLOG - Réglementer la GPA reviendrait à reconnaître le droit de se servir de femmes mères porteuses

Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

Catégories: Actualités

Malgré le lien spécial qui m'unit à ma fille, pourquoi je considère qu'on m'a volé notre première rencontre

mar, 02/20/2018 - 07:00

Ce billet, j'aurais pu l'appeler "L'amour dure 3 ans", en tout cas c'était mon premier choix. Et finalement j'ai décidé de vous parler d'un petit bout de moi, d'un petit bout d'elle.

Ceux qui nous suivent depuis 4 ans auront suivi la folle aventure qu'a provoqué notre petite princesse imprévue dans nos vies. Une grossesse surprise qui finalement est devenue une vraie bénédiction. C'est simple: je pensais ne jamais avoir de fille, c'était un parti pris: je n'aurais jamais tenté le quatrième au cas où, trop risqué, trop de fatigue.

Et puis elle a déboulé, et depuis on ne se quitte plus.

Certains pensent qu'il y a une préférence, sûrement causée par le fait qu'elle ne va pas encore à l'école et que donc: elle passe beaucoup de temps avec moi. Comme c'était le cas pour ses frères avant elle.

Ce que je ne vous ai jamais raconté c'est notre lien, car c'est un fait: il y a une sacrée fusion entre nous.

Vous avez envie de raconter votre histoire? Un événement de votre vie vous a fait voir les choses différemment? Vous voulez briser un tabou? Vous pouvez envoyer votre témoignage à temoignage@huffingtonpost.fr et consulter tous les témoignages que nous avons publiés.

Depuis le jour où j'ai su que j'aurais une fille, une partie de moi s'est illuminée malgré la fatigue de ces 4 grossesses cumulées. J'ai plusieurs théories sur le fait d'avoir eu l'impression de combler une existence disparue grâce à elle. Mais c'est un fait: ma fille m'a réparée.

Pendant ma grossesse dont je garde des souvenirs très joyeux s'est déroulé un drame, puis on m'a effrayée avec une suspicion de trisomie, puis une naissance qui s'est révélée compliquée. 3 jours d'une séparation bien trop longue qui m'a fait ressentir un rejet, comme face à un enfant volé dont on veut faire le deuil. La césarienne m'avait paralysée et je n'ai vu ma fille (qui était en néo-natalité) que 15 petites minutes en 3 jours. Impossible de me l'approprier, je n'avais que 3 photos pour me prouver qu'elle existait bien, que je n'avais pas rêvé. Je refoulais une jalousie envers mon mari qui pouvait la choyer et qui, naïvement, n'imaginait pas que cela me blessait profondément...

Je finissais par me détacher de cette image du bébé tant attendu pour ne pas souffrir, comme une résilience (je suis particulièrement forte pour cela!). J'étais prête à rentrer chez moi, sans elle...

Je ne pense plus à tout ça, au sentiment que j'ai ressenti pour elle. Au manque d'attachement que j'avais lorsque l'on me l'a finalement "rendue". A la colère immense envers un personnel surchargé qui n'entendait pas ma souffrance jusqu'à ce qu'un médecin sonne l'alerte. Tout le contraire de l'explosion d'amour que j'avais tissé avec ses frères dès le premier regard.

La vie nous avait volé notre rencontre.

J'ai mis plusieurs jours à m'approprier mon bébé, il fallait de nouveau lancer un processus d'attachement après que mon esprit ait débuté une sorte de deuil étrange. Et puis un jour, en touchant sa petite cicatrice, juste sur son coeur: j'ai fondu en larmes. Je n'ai pas vu sa naissance, je n'ai jamais entendu son premier cri, je ne lui ai pas donné son premier bain ni son premier biberon. Je n'ai rien vu d'elle lors de ses 3 premiers jours.

Le seul souvenir que nous avons, c'est cette cicatrice en commun.

Le même geste brusque provoqué par l'urgence. Le même geste qui m'a abimé le bas du ventre et qui lui a laissé le souvenir de sa naissance sur sa poitrine. Comme un tatouage commun, témoin d'un épisode marquant pour nous deux.

Tous les matins je vois cette drôle de petite fille débarquer sous la couette avec un sourire sans fin. Tous les matins je ressens cette gratitude de l'avoir auprès de moi et de l'attachement qu'elle nous porte. Et puis parfois je regarde cette cicatrice qu'elle gardera à vie et qui me rend encore plus reconnaissante de l'avoir auprès de moi. Le seul souvenir qu'il nous reste de nos 3 premiers jours c'est cette marque que nous avons en commun.

Merci pour ces 3 ans de bonheur mon amour. On peut vraiment dire que l'on s'est bien rattrapées!

Ce billet est également publié sur le blog Zozomum et cie.

À voir également sur Le HuffPost:

Lire aussi:

"Mes enfants sont nés par césarienne, j'appartiens à un autre 'cercle de femmes'"

Et si les femmes sortaient "triomphantes" de leur accouchement?

"Mon second accouchement a réparé le cauchemar qu'avait été le premier"

Pour suivre les dernières actualités sur Le HuffPost C'est La Vie, cliquez ici

Deux fois par semaine, recevez la newsletter du HuffPost C'est La Vie

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

Catégories: Actualités

Parce que ma fille devra mener plusieurs combats une fois adulte, je voudrais lui enseigner comment s'armer

mar, 02/20/2018 - 07:00

Ce matin je te regardais. Je voyais le monde de demain, le flot de lumière irradier de toi, de ta génération, la promesse d'enfant.e.s parlant toutes les langues du monde, et capables d'en saisir les richesses.

Puis j'ai pensé aux meutes d'expert.e.s qui trépignent à nos portes. Ceux qui savent, qui objectent, qui résistent à la révolution humaniste depuis la nuit des temps. Celles qui renforcent par le statu quo les relations de pouvoir qui font notre monde boiteux.

Celles et ceux qui sacrifient la dignité des un.e.s, pour asseoir la légitimité des autres.

J'ai pensé, comme souvent depuis ta naissance, que notre premier devoir de mères est de t'armer. Tu affronteras cette vie et en feras un édifice de beauté, de sens, seulement si nous savons te transmettre assez d'outils pour faire de tes multiples visages, celui d'une femme libre, et debout.

Car au-delà de l'amour, de notre désir de parentalité, tu es l'exemple même de l'intersectionnalité. Ce gros mot que bien peu connaissent. Ce matin, j'ai décidé que je te l'apprendrais, le moment venu, car posséder le verbe est partout une délivrance.

Vous avez envie de raconter votre histoire? Un événement de votre vie vous a fait voir les choses différemment? Vous voulez briser un tabou? Vous pouvez envoyer votre témoignage à temoignage@huffingtonpost.fr et consulter tous les témoignages que nous avons publiés.

Tu me diras sans doute: l'intersectionnalité, c'est quoi maman?

C'est toi, mon ange. Ton visage d'ici et d'ailleurs, tes identités "meurtrières"*.

Tes petites mains de fillette née d'un monde moderne, dans lequel tu cumuleras plusieurs profils de "dominé.é": être de sexe féminin, née d'un couple multiculturel (je suis française d'origine française et d'héritage catholique, Oumi est française d'origine marocaine musulmane pratiquante), fruit d'un parcours de Procréation Médicalement Assisté vécu à l'étranger car la loi française le refusait à tes mères, enfant d'un milieu aristo tendance bourgeois et des vagues d'immigration maghrébines qui ont contrsuit la France avant qu'on les destine aux cité-ghettos, parlant deux langues maternelles, et ayant à priori grandi dans la génération post Y.

L'intersectionnalité, c'est ton côté poupée russe

Ça veut dire que tu te sentiras concernée par les inégalités de genre, l'islamophobie, le racisme d'état, l'homophobie, la lutte des classes, l'adoption, et le combat d'une citoyenneté universelle.

Que tu n'aimeras pas beaucoup l'hétéronormativité, parce que même si tu seras peut-être en couple avec un/des homme.s, tu seras toujours issue d'une famille homoparentale.

Que tu devras sans cesse veiller à ne pas plier au désir d'invisibilité, car il est difficile de devoir justifier sans cesse ce que l'on est.

Qu'il te faudra réfléchir un moment lorsqu'on te demandera quelle est ta langue maternelle. Que tu devras inventer ta propre réponse, sans doute renforcée par les parcours de tes amis issus de famille arcs-en-ciel.

Sexisme, classisme, racisme, tinteront continuellement à tes oreilles ma Romy.

L'intersectionnalité sera ton masque politique

Alors, dans cette vie que tu traceras, dans les combats que tu embrasseras, et dans ceux qui te colleront à la peau comme ces tee-shirts mouillés qu'on peine à enlever les jours de tempêtes, je te donne un conseil: choisis de n'entendre que les voix des êtres puissant.e.s.

Tou.te.s n'ont pas besoin d'être grand.e.s, ou connu.e.s.

La légitimité, c'est une affaire d'humanité. Prête l'oreille aux femmes debout qui changent le monde par leurs marches volontaires, aux hommes réels qui se nourrissent de l'égalité et redéfinissent les rapports de sexe.

Décide de cultiver la bienveillance, la puissance et l'harmonie. Le courage d'être toi viendra forcément.

Arme-toi de penseur.e.s, d'artistes, dévore la voix des autres. Ceux qui ont conquis leur liberté, celles qui savent nous montrer qu'il est toujours possible de dire "je".

Découvre ta propre voie, n'aie jamais peur d'exister et de le revendiquer. L'humilité, la pudeur, le silence, ne sont des armes que lorsque leur usage naît d'un choix éclairé, et individuel. Avant cela, va vers le bon, l'ouvert, et bâtis.

Un monde alerte, une vie sereine, une femme d'ici et d'ailleurs*.

Les dominations ne manqueront pas, mais elles seront moins crasses sur tes épaules émancipées. Tu trouveras, les soirs de lumière faible, les mains tendues de tes mères en lutte. Pour une caresse, pour une signature. Pour tracer ensemble l'histoire d'une vie complexe et riche. Comme demain.

_____________________________

*LES IDENTITÉS MEURTRIÈRES, AMIN MAALOUF

*FEMMES D'ICI ET D'AILLEURS, ED. DU 8 MARS

Ce billet est également publié sur le blog Manoumi.

(Le nom de l'auteur a été modifié à sa demande)

À voir également sur Le HuffPost:

Lire aussi:

"Pour ma fille, j'apprends à ne plus cacher que nous sommes une famille homoparentale"

Parce qu'il n'y a pas UNE mais DES familles

Ce jeu de sept familles "arc-en-ciel" représente toutes les formes de familles

Pour suivre les dernières actualités sur Le HuffPost C'est La Vie, cliquez ici

Deux fois par semaine, recevez la newsletter du HuffPost C'est La Vie

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

Catégories: Actualités

Quelle place Emmanuel Macron va-t-il réserver à la Corse dans la constitution?

mar, 02/20/2018 - 07:00

Le président de la République Emmanuel Macron, s'est donc engagé lors de sa visite en Corse au début du mois, à mentionner la Corse dans la Constitution.

La reconnaissance de la Corse et le renforcement de ses pouvoirs

Cette concession donnée aux nationalistes apparaît d'autant plus délicate que le président de la République est resté flou sur les modalités d'une telle reconnaissance. D'une part, la seule mention de la Corse de la Constitution, sans en tirer les conséquences sur le plan organisationnel et en termes de pouvoirs, serait vaine. D'autre part, la victoire des nationalistes en Corse oblige à repenser nos systèmes de pensée au sujet de cette collectivité territoriale. A cet égard, il ne faudrait pas tomber dans le même piège que celui dans lequel est tombé le premier ministre espagnol Mariano Rajoy qui, après la victoire des indépendantistes en Catalogne il y a longtemps et à plusieurs reprises, a laissé pourrir la situation au point de ne plus pouvoir la contrôler. La victoire des nationalistes aux dernières élections de la collectivité territoriales unique de Corse oblige le gouvernement à réagir avec audace et célérité, ce qui ne signifie nullement qu'il doive se plier à toutes les exigences des autorités corses.

Les deux axes devront être traités de façon équilibrée, l'objectif étant pour l'exécutif de montrer une réelle ouverture et, pour les nationalistes au pouvoir, d'ancrer la Corse dans une République indivisible, mais avec un renforcement sensible de son autonomie.

Le pouvoir constituant étant souverain, il lui appartiendra de faire des choix clairs. A ce stade, il ne aurait être question de dire que telle ou telle disposition relative à la Corse serait anticonstitutionnelle pour la simple raison que le pouvoir constituant étant souverain, il peut faire à peu près ce qu'il veut, sauf mettre en cause la nature républicaine du régime de la V°République.

Reconnaître la spécificité méditerranéenne de la Corse

Aux termes de l'article 1er de la Constitution "La France est une République indivisible (...) Son organisation est décentralisée". Une disposition supplémentaire pourrait alors être rajoutée de la façon suivante "Elle reconnaît la spécificité de la collectivité méditerranéenne de Corse mentionnée à l'article 72".

Par suite, l'article 72 serait modifiée de la façon suivante "Les collectivités territoriales de la République sont les communes, les départements, les régions, les collectivités à statut particulier,dont la collectivité méditerranéenne de Corse et les collectivités d'outre-mer régies par l'article 74".

Mais une telle reconnaissance, qui ne pourrait être que symbolique, devrait passer par un pouvoir accru donné aux autorités élues de la Corse et passer à terme par une nouvelle loi pour consacrer ces nouveaux pouvoirs.

Un droit généralisé à l'expérimentation

Au sein du quatrième alinéa de l'article 72 aux termes duquel "Dans les conditions prévues par la loi organique, et sauf lorsque sont en cause les conditions essentielles d'exercice d'une liberté publique ou d'un droit constitutionnellement garanti, les collectivités territoriales ou leurs groupements peuvent, lorsque, selon le cas, la loi ou le règlement l'a prévu, déroger, à titre expérimental et pour un objet et une durée limités, aux dispositions législatives ou réglementaires qui régissent l'exercice de leurs compétences", l'expression "à titre expérimental et pour un objet et une durée limitée" disparaîtrait. Cela ouvrirait la voie à une expérimentation rendue plus aisée et non pas uniquement pour la Corse d'ailleurs. Le Conseil constitutionnel serait le garde-fou de cette possibilité qu'une loi organique devrait prévoir en tout état de cause.

L'article 72-3 de la Constitution pourrait être modifié de la façon suivante : "La République reconnaît, au sein du peuple français, la population de Corse, les populations d'outre-mer, dans un idéal commun de liberté, d'égalité et de fraternité".

Enfin, l'article 73 pourrait prévoir que "Dans la collectivité méditerranéenne de Corse, les départements et les régions d'outre-mer, les lois et règlements sont applicables de plein droit. Ils peuvent faire l'objet d'adaptations tenant aux caractéristiques et contraintes particulières de ces collectivités".

Il s'agirait là d'un saut qualitatif très important de nature à répondre en grande partie aux aspirations des Corses et de leurs dirigeants nationalistes. La Corse serait ainsi mentionnée à quatre reprises au sein du texte fondamental.

S'agissant de la fiscalité, la modification de l'article 72 ouvrirait la voie à la reconnaissance d'une spécificité fiscale qui pourrait déroger d'une certaine façon à la fiscalité de droit commun grâce au droit à l'expérimentation.

S'agissant enfin de la langue corse, celle-ci serait admise de façon généralisée sans que celle-ci soit imposée et en tout état de cause inopposable aux administrations qui devraient recevoir leurs courriers en français.

Le gouvernement pourrait toutefois réfléchir à la modification de la Constitution de façon à intégrer la charte européenne des langues régionales ou minoritaires de nature, sur ce point, à répondre aux aspirations des Corses. Rappelons en effet que par une décision du 15 juin 1999, le Conseil constitutionnel avait estimé que la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires comportait des clauses contraires à la Constitution et que sa ratification passait donc par une modification du texte fondamental.

Une avancée telle que décrite constituerait un pas considérable, voire une mini-révolution constitutionnelle et un signe majeur d'ouverture de l'exécutif.

À voir également sur Le HuffPost:

Lire aussi :

BLOG - Pourquoi Emmanuel Macron a déçu les nationalistes, et les Corses

Les nationalistes n'ont pas applaudi le discours de Macron

Macron ouvre la porte à l'inscription de la Corse dans la Constitution

Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

Catégories: Actualités

Vivre avec Merkel ou risquer le désastre, les militants du SPD face à un choix

mar, 02/20/2018 - 03:26

ALLEMAGNE - Opération séduction pour les dirigeants du SPD. A compter de ce mardi 20 février, les quelques 464.000 militants du parti social-démocrate sont invités à voter pour ou contre la future Grande Coalition ("GroKo") du gouvernement allemand. Un vote doublement essentiel, pour l'Allemagne comme pour l'avenir du parti.

Fin janvier, après des mois d'impasse, les dirigeants du SPD approuvaient le principe d'une grande coalition avec la CDU (avec son allié bavarois CSU) d'Angela Merkel. Le 7 février, les deux partis s'accordaient sur le "contrat de coalition", texte qui doit donner les grandes lignes du futur gouvernement.

Mais tous ces efforts pourraient être réduits à néant si les militants du SPD le décidaient.

Le vote de ce mardi concrétise en effet une promesse de Martin Schulz, ancien chef démissionnaire du parti social-démocrate. Opposé dans un premier temps à reformer une nouvelle coalition avec la chancelière conservatrice, Martin Schulz avait finalement retourné sa veste, tout en assurant aux militants qu'ils auraient leur mot à dire.

C'est tout l'enjeu du vote par correspondance qui débute ce mardi 20 février et dont les résultats devraient être connus le 4 mars. Si le "oui" l'emporte, Angela Merkel pourra enfin se lancer dans la composition de son quatrième gouvernement. Mais si le "non" prend le dessus, la chancelière se retrouverait à la case départ, avec toujours deux mêmes options: former un gouvernement minoritaire ou convoquer des élections anticipées. Et la seconde solution pourrait s'avérer désastreuse pour les sociaux-démocrates.

Face aux "No GroKo", les dirigeants du SPD sont prêts à tout

Selon un sondage réalisé pour le groupe de presse allemand Funke, 66% des sondés du SPD seraient favorables à une Grande Coalition, tandis que 30% souhaiteraient de nouvelles élections. Des chiffres qui devraient redonner le sourire aux têtes de file du parti, engagés dans une véritable campagne de séduction massive.

Une série de conférences régionales pour prêcher les vertus de la "GroKo" a ainsi débuté samedi 17 février et devrait se poursuivre toute la semaine. "Je quitte Hambourg très optimiste", a d'ailleurs lancé Andreas Nahles, qui devrait devenir fin avril la première femme à diriger le parti, à l'issue de la première conférence dans le grand port du nord, bastion social-démocrate. "Nous avons eu le sentiment général que le contrat de coalition tel que nous l'avons négocié a rencontré un grand soutien" des militants, a-t-elle poursuivi.

Le texte initial de l'accord, qui faisait la part belle aux revendications des conservateurs, a en effet été largement remanié pour répondre davantage aux attentes des sociaux-démocrates. Mais les efforts du parti ne se sont pas arrêtés là.

Martin Schulz, un temps pressenti comme futur ministre des Affaires Etrangères, a préféré renoncer à entrer au gouvernement fédéral, pour ne pas froisser ses militants. "Les débats autour de ma personne menacent le succès du vote. Je déclare donc par la présente renoncer à mon entrée au gouvernement", a-t-il annoncé le 9 février, alors que l'éventualité de sa nomination à la tête de la diplomatie allemande avait provoqué de nombreuses réactions indignées au sein de son parti.

Ce renoncement en dit long sur l'importance du référendum. Car derrière ce scrutin, se cache une question essentielle: le SPD préfère-t-il continuer à vivre dans l'ombre de Merkel ou au contraire choisira-t-il de s'en détacher pour redevenir "un parti d'opposition", quitte à perdre sa place dans le paysage politique allemand?

La dernière étude en date de la télévision publique ARD crédite les sociaux-démocrates de 16% des intentions de vote, à un point seulement du parti d'extrême droite Alternative pour l'Allemagne (AfD). Ces chiffres inquiètent les ténors du parti, qui n'hésitent pas à faire valoir cet argument lors de leurs plaidoyers en faveur la coalition.

Mais ce point de vue ne fait pas l'unanimité, notamment chez Kevin Kühnert, chef de file du parti des "jeunes" du SPD, et l'un des principaux opposants à la coalition. Parallèlement aux conférences de ses collègues "pro-GroKo", lui a lancé samedi un "NoGroKo tour", sa tournée contre la grande coalition. Il prône un SPD qui resterait de côté pour l'instant, le temps de se "refaire une santé", sans pour autant que cela marque le début de la fin du parti.

À voir également sur Le HuffPost:

Lire aussi :

L'amitié franco-allemande est plus populaire au Bundestag qu'à l'Assemblée

Une jihadiste allemande condamnée à mort en Irak, une première

Un Français champion olympique... pour l'Allemagne

Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

Catégories: Actualités

Emmanuel Macron de retour aux Mureaux pour promouvoir l'accès à la culture

mar, 02/20/2018 - 03:03

POLITIQUE - Une visite sur le thème de la culture. Emmanuel Macron met sur les rails ce mardi 20 février aux Mureaux, dans les Yvelines, l'extension des horaires des bibliothèques, l'une de ses promesses de campagne, sur laquelle l'académicien Erik Orsenna a mené une consultation ces derniers mois.

Le président a choisi cette commune de banlieue, située à une quarantaine de kilomètres au nord-ouest de Paris, parce que sa médiathèque est ouverte tous les dimanches après-midi, une initiative encore rare en France. Par ailleurs, comme le rappelle Le Parisien, le président de la République est un habitué de la ville du 78 puisqu'il s'y est déjà rendu en 2015 quand il était ministre de l'Économie, et que plusieurs de ses ministres y ont fait des visites et des annonces ces derniers mois.

"La ville est un laboratoire d'idées. On a su être précurseur en matière culturelle, sportive, environnementale: il y a un vrai intérêt à venir voir qui se passe", affirme au Parisien le maire de la ville, François Garay, étiqueté Divers gauche. Quelques mois avant la présidentielle, Emmanuel Macron était d'ailleurs revenu aux Mureaux, en compagnie de l'humoriste et animateur radio Yassine Belattar, pour y rencontrer des jeunes talents issus des quartiers populaires de la ville.

Démocratiser l'accès à la lecture

Ce mardi, accompagné de la ministre de la Culture Françoise Nyssen, Emmanuel Macron entend "donner une impulsion politique" pour encourager davantage de communes à ouvrir davantage le soir et le week-end les 16.500 bibliothèques et points de lecture de France, selon l'Élysée.

Durant la campagne, le candidat En Marche avait déploré que les bibliothèques ne soient ouvertes que 41 heures par semaine dans les grandes villes "contre 98 heures à Copenhague". "C'est une inégalité fondamentale: ce sont ceux qui n'ont pas accès, chez eux, à la lecture ou à une activité culturelle, qui en pâtissent le plus", avait-il souligné dans son programme.

"Ce n'est pas à l'État d'imposer cette mesure", selon l'Élysée, qui a débloqué huit millions d'euros pour aider les collectivités à la mettre en place. Elle se heurte en effet à un manque de moyens financiers dans un contexte de baisse des dotations aux collectivités territoriales.

Un service de première nécessité

L'État s'engage en outre à étendre les horaires des bibliothèques universitaires qui dépendent directement de lui.

Aux Mureaux, Erik Orsenna, Prix Goncourt 1988 pour "l'Exposition coloniale", et Noël Corbin, inspecteur des affaires culturelles, présenteront le rapport de la mission "Voyage au pays des bibliothèques - Lire aujourd'hui, lire demain" qu'ils ont menée depuis septembre pour sensibiliser les élus et les professionnels des lieux de lecture.

"Une bibliothèque est comme une boulangerie. Un service de première nécessité, indispensable!", avait déclaré Erik Orsenna en septembre.

À voir également sur Le HuffPost:

Lire aussi :

Ce qu'Emmanuel Macron a annoncé pendant ses premiers vœux à la presse

BLOG - Sur Johnny, c'est à la France populaire que le Président Macron a su parler

BLOG - Emmanuel Macron ou pourquoi la culture

Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

Catégories: Actualités

À cinq jours du Salon de l'Agriculture, le gouvernement annonce qu'au moins 40 loups seront abattus en France en 2018

lun, 02/19/2018 - 19:33

AGRICULTURE - Plafond d'abattage de 40 loups en 2018, indemnisation des éleveurs sous condition: le nouveau plan loup qui veut organiser la "coexistence" entre l'animal et les troupeaux ne satisfait ni les éleveurs ni les défenseurs de la vie sauvage.

"Il n'y a pas de choix parfait", résumait récemment le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot. "Je suis obligé de tenir compte des éleveurs, donc je suis obligé malheureusement de prendre des mesures qui me font mal aux tripes, de dire il va quand même falloir tuer quelques loups", lançait-il ainsi à des enfants dans l'émission "Au Tableau" sur C8.

Le plafond d'abattage "actualisé" en fonction de la population de loups

Publié ce lundi 19 février après plus d'un an de concertations tendues, le plan 2018-2023 fixe donc un plafond d'abattage de 40 loups pour 2018. Les éleveurs, qui ont pris leur mal en patience, ont finalement eu une réponse avant le début du Salon de l'agriculture.

Toutefois, ce nombre sera "actualisé" une fois connus les chiffres de population au printemps et porté à 10% de la population. Fin 2016, la population était estimée à environ 360 individus, contre 292 en 2016. Et les scientifiques recommandent de ne pas abattre plus de 10 à 12% de l'effectif chaque année pour ne pas remettre en cause la viabilité de l'espèce et atteindre les 500 individus que vise le gouvernement d'ici 2023.

Ainsi, à partir de 2019, le plafond annuel sera fixé à 10% de la population, avec possibilité de relèvement à 12% "en cas d'atteinte du plafond avant la fin de l'année civile et de dommages particulièrement importants", a précisé le ministère de la Transition écologique.

Les tirs de prélèvement ne pourront se faire qu'entre septembre et décembre, mais les éleveurs pourront "toute l'année" se défendre "en cas d'attaque", a-t-il ajouté.

"Notre inquiétude, c'est qu'il faudra l'accord du préfet coordonnateur pour dépasser la limite des 40 loups autorisée quand il y a une attaque", a toutefois réagi la présidente de la Fédération Nationale des Syndicats d'Exploitants Agricoles (FNSEA) Christiane Lambert lors d'une conférence de presse. "Nous avons demandé qu'à chaque attaque, on tue le loup en cause. Cela permet d'éliminer le loup agressif et d'apprendre aux autres ce qui se passe quand on s'approche des troupeaux", a-t-elle ajouté.

"Dépassionner le débat"

Côté défenseurs de l'environnement, le mécanisme n'a pas non plus été bien accueilli. "Le tir indifférencié de loups est plus qu'inefficace, contre productif (éclatement des meutes, dispersion, absence d'apprentissage de la cohabitation...)", ont commenté dans un communiqué commun plusieurs ONG dont WWF et France Nature Environnement, dénonçant un "manque de courage politique", comme vous pouvez le voir dans les tweets ci-dessous:

#PlanLoup : nous étions en droit d'espérer que le gouvernement se démarque de ses prédécesseurs en faisant le choix de favoriser la coexistence entre élevage et #Loups. Malheureusement il n'en est rien. https://t.co/9ldBjVnYgD

— France Nature Env.. (@FNEasso) February 19, 2018

Le #loup à nouveau victime du manque de courage politique dénoncent @WWFFrance@FNEasso@LPOFrance@OursLoupLynx via @lemonde_planetehttps://t.co/m3fOszSSwL@audreygarric

— WWF France Presse (@WWFFrance_Press) February 19, 2018

"L'État montre ainsi qu'il est dans une position défensive et qu'au lieu d'assumer un objectif de coexistence, il n'a ni le courage de rappeler le cadre de la loi ni celui d'affirmer qu'il est nécessaire que l'élevage s'adapte à la présence de cette espèce protégée", ont-elles ajouté.

"Nous faisons confiance aux acteurs et aux élus locaux pour dépassionner le débat et construire ensemble cette coexistence sur le long terme", ont commenté de leur côté Nicolas Hulot et le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert en préambule du plan.

Les indemnisations des éleveurs soumises à condition

Espèce protégée, le loup, disparu en France dans les années 1930, est revenu par l'Italie à partir de 1992. Il est désormais présent dans les Alpes et en Provence, dans le sud du Massif central et dans l'est des Pyrénées et ses attaques se sont multipliées, de 1.400 brebis en 2000 à près de 10.000 en 2016.

Dans cette optique, le plan prévoit des aides à la protection des troupeaux (bergers pour le gardiennage, chiens, parcs électriques) et le développement de mesures de protection et d'effarouchement "innovantes".

Mesure particulièrement contestée dès l'annonce du projet, les indemnisations des éleveurs seront en revanche désormais soumises à la mise en place préalable de mesures de protection.

Une vingtaine de députés LREM de zones de montagne avaient réclamé début février une modification du plan, en particulier de cette mesure, "pas acceptable" selon eux. Le plan plaide d'autre part pour de nouvelles études scientifiques pour mieux connaître et comprendre le comportement du loup et ses mécanismes d'attaque.

À voir également sur Le HuffPost:

Lire aussi :

Le gouvernement croit-il vraiment aider les éleveurs en chassant le loup?

Des brebis aux Tuileries pour manifester contre les attaques de loups

Chasse au loup dans le Var

Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

Catégories: Actualités

"Iron Man 3": vous n'aviez peut-être jamais vu cette scène coupée

lun, 02/19/2018 - 19:00

CINÉMA - Vous ne l'aviez peut-être jamais vue, mais une scène du film "Iron Man 3" avait été coupée au montage. Elle est pourtant disponible sur Internet. Il s'agit même de la deuxième séquence de ce genre a être apparue sur la toile.

Ces extraits tronqués étaient en fait des bonus du film dévoilés au compte goutte sur Internet. Ce qui fait suite à une première fuite orchestrée par les studios Marvel, non sans une certaine pression exercée par les fans du comic. Dans l'extrait vidéo, on y voit l'acteur Ben Kingsley -alias le Mandarin dans la saga- s'essayer à plusieurs accents, même au russe, provoquant un effet comique irrésistible.

Et si certains sont plus intéressés par le film complet que les extraits coupés au montage, "Iron Man 3" est diffusé ce lundi 19 novembre à 21h sur M6.

À voir également sur Le HuffPost:

Lire aussi :

Les bandes-annonces en disent-elles trop?

Une armure de fan plus vraie que nature

Découvrez la sombre bande-annonce d'Iron Man 3

Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

Catégories: Actualités

Les secrets des vampires pour ne vivre que de sang révélés par des chercheurs

lun, 02/19/2018 - 18:52

SCIENCE - Le "vampire commun", une chauve-souris au nom évocateur, a développé ses propres outils pour pallier la faible valeur nutritive du sang et les nombreuses maladies qu'il transporte, intégrant ainsi la minuscule famille des mammifères amateur de sang, selon une étude publiée ce lundi 19 février.

"Les vampires communs ont un régime alimentaire 'extrême', en ce sens qu'il nécessite de nombreuses adaptations de l'organisme", explique à l'AFP Tom Gilbert de l'université de Copenhague, coauteur de l'étude.

Avec son impressionnant museau écrasé, ses deux grandes incisives, et son goût pour le sang, le vampire commun (Desmodus rotundus), s'est taillé une réputation assez effrayante.

Hématophage, une rareté

D'autant plus que se nourrir exclusivement d'hémoglobine est très rare dans le règne animal. Le sang s'avère pauvre en nutriments, en glucides et en vitamines et il transporte de nombreuses maladies.

Seules deux autres espèces de mammifère s'en contentent, des chauve-souris également: les "vampires à pattes velues" et les "vampires à ailes blanches".

Pour découvrir ce qui permet à l'animal de ne vivre que de sang, Marie Zepeda Mendoza de l'université de Copenhague et ses collègues ont séquencé le génome de l'animal et étudié son microbiote, c'est-à-dire l'ensemble des micro-organismes (bactéries, levures, champignons, protistes, virus) qu'il héberge.

De nombreuses variations génétiques

D'après l'étude publiée dans Nature Ecology & Evolution, le génome du vampire comprend deux fois plus de variantes génétiques que celui des autres espèces de chauves-souris, qui consomment des fruits, du nectar ou des insectes. Une découverte qui met en lumière les nombreux changements génétiques liés à ce mode d'alimentation.

"L'évolution s'est certainement faite progressivement, les vampires commençant à manger des insectes mangeurs de sang, puis s'attaquant au sang lui même", explique Tom Gilbert.

Les chercheurs ont également étudié les matières fécales des vampires, découvrant la présence dans l'organisme de l'animal de plus de 280 bactéries connues pour causer la maladie chez d'autres mammifères.

Pour le chercheur, cette capacité à ne vivre que de sang, une denrée abondante pour laquelle il y a peu de concurrents, représente "une grande victoire évolutive".

À voir également sur Le HuffPost:

Lire aussi :

Un homme suspecté d'être braconnier, dévoré par des lions en Afrique du Sud

12 photos sous-marines qui montrent que le monde de l'eau est magique

Il y a 100 millions d'années se promenaient des araignées à queue

Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

Catégories: Actualités

Gérard Depardieu annonce qu'il va s'installer en Algérie

lun, 02/19/2018 - 17:17

PEOPLE - "Les Algériens ne pourraient pas se comporter en Algérie comme ils le font à Marseille". Cette phrase prononcée par Gérard Depardieu le 13 février dernier chez "Quotidien" a "peut-être été mal comprise". Et de l'aveu de ce dernier interrogé dans le cadre de la promotion de la deuxième saison de la série Neflix "Marseille", il n'a pas voulu dire du mal de cette population chez qui il va bientôt emménager.

Dans une interview publiée ce lundi 19 février à La Provence, l'acteur annonce qu'il va s'installer à Algérie. "Je vais bientôt habiter en Algérie, comme Éric Cantona d'ailleurs qui habite à Oran, explique celui qui a acquis la nationalité russe en 2013. J'ai choisi Alger. C'est un pays splendide".

Soucieux de ne pas froisser ses futurs voisins, Gérard Depardieu, qui a récemment mis en vente sa villa belge, précise sa pensée sur le comportement de certains Algériens dans la citée Phocéenne. "Ce que j'ai voulu dire, c'est que les Algériens de Marseille n'oseraient pas dire le quart de ce qu'ils disent, en Algérie. Le sens du respect se perd. Il est beaucoup plus marqué là-bas".

Chez "Quotidien", il avait précisé que les jeunes étaient "vite ramenés au respect par les anciens", alors que la saison 2 de la série de Netflix met l'extrême-droite au cœur du scénario.

Pour l'acteur qui incarne le maire de la ville dans la série éponyme, Marseille "appartient un peu à l'Afrique, un peu à la France". Imprégné des illustres écrivains qui ont marqué la ville comme Pagnol et Giono, il explique s'être également "intéressé à l'histoire de l'Algérie". "C'est un peuple d'une grande intelligence qui a été bousculé par une armée d'analphabètes en 1830 (année de la conquête de l'Algérie par la France, ndlr)", explique-t-il.

À voir également sur Le HuffPost:

Lire aussi :

Gérard Depardieu donne sa définition de la liberté

Depardieu a "tiré les cheveux" de Weinstein et "menacé de lui crever les yeux"

Gérard Depardieu met en vente sa villa belge

Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

Catégories: Actualités

3 recettes simples pour faire ses produits ménagers soi-même (et savoir enfin ce qu'il y a dedans)

lun, 02/19/2018 - 17:06

RECETTES - Ils sont moussants, colorés, odorants, frais... et agressifs. Les produits d'entretien, nous les utilisons pour la plupart quotidiennement et ce, sans vraiment savoir ce qu'ils contiennent ni leur impact sur la santé.

Ils suscitent pourtant de vives inquiétudes. Composants allergènes, conservateurs sensibilisants... les études d'UFC Que Choisir et de 60 Millions de Consommateurs ne sont pas tendres avec eux. Ils ont aussi été épinglés le 16 février, cette fois par une étude publiée dans la revue American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine. Un consortium de chercheurs européens révèle qu'une utilisation régulière a des effets sur nos poumons comparables à ceux provoqués par le tabac.

Comment se protéger? L'une des possibilité est tout simplement de remplacer ces produits, dont on ignore la composition, par d'autres préparés par nos soins.

On s'est donc lancé dans la réalisation de produits ménagers à base d'ingrédients naturels et faciles à se procurer. Le résultat ne sera peut être pas identique à celui obtenu en magasin mais on vous assure que ce sera efficace et que vous saurez ce que contiennent vos nettoyants. Bonus: c'est plutôt économique.

Liquide vaisselle et dégraissant, nettoyant pour le sol, anticalcaire et produit à vitres: voici trois recettes à faire chez soi, testées par Le HuffPost. N'oubliez pas de vous munir de gants.

Un liquide vaisselle et du dégraissant

Prenez un peu d'eau, des huiles essentielles, du savon noir liquide ou solide, du vinaigre blanc, de la lécithine de soja, du bicarbonate de soude et des cristaux de soude. Vous êtes parés.

Un nettoyant pour le sol

Pour cette recette, il vous faudra du vinaigre blanc, du bicarbonate de soude, du savon noir, de l'eau chaude et des huiles essentielles (nous avons utilisé des huiles de lavande, thym et citron).

De l'anticalcaire et du produit à vitres

Ici, vous aurez besoin de vinaigre blanc, d'eau et d'une huile essentielle (optionnel).

À voir également sur Le HuffPost:

Lire aussi :

Plus de beurre au supermarché? La recette pour le faire vous-même

Pour faire sa propre ginger beer, il ne vous faudra que trois ingrédients

Trois recettes de muesli pour changer de ceux du commerce

Pour suivre les dernières actualités sur Le HuffPost C'est La Vie, cliquez ici

Deux fois par semaine, recevez la newsletter du HuffPost C'est La Vie

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

Catégories: Actualités

Darmanin évoquait les "officines" contre Fillon mais dénonce les théories du complot de Wauquiez

lun, 02/19/2018 - 16:34

POLITIQUE - Dénoncer vigoureusement une vision complotiste que l'on a pourtant défendue. C'est l'étonnant exercice auquel s'est livré Gérald Darmanin sur RMC et BFMTV, ce lundi 19 février.

Invité par Jean-Jacques Bourdin à commenter les affirmations de Laurent Wauquiez selon lesquelles Emmanuel Macron aurait participé à l'entreprise de "démolition" du candidat Fillon pendant la campagne présidentielle de 2017, le ministre des Comptes publics a expliqué que "ce qu'il dit sur le président Macron est scandaleux. Il porte des accusations très graves en expliquant qu'il y a un cabinet noir", s'est-il offusqué.

Devant des étudiants lyonnais, le chef des "Républicains" a en effet déclaré à propos du Penelopegate: "Que Fillon gagne la primaire et que derrière [Macron] le démolisse, ça je suis sûr et certain qu'il l'a organisé. Je pense qu'ils ont largement contribué à mettre en place la cellule de démolition. Je n'ai aucun doute que le machin a été totalement téléguidé". Une thèse conspirationniste que n'était pas loin de partager Gérald Darmanin, il y a tout juste un an.

Début février 2017 sur Europe 1, Gérald Darmanin, alors secrétaire général adjoint des "Républicains", disait que l'affaire Fillon posait "la question des officines".

Et de faire mine de s'interroger: "À qui profite le crime ?". Réponse sans nuance du maire de Tourcoing: "À ceux qui sont au pouvoir ou à leurs avatars. Il ne faut pas être Agatha Christie pour comprendre que ça profite soit à Marine Le Pen, parce que c'est la politique du pire, soit à la gauche et à ses divers candidats, parce que l'on ne sait plus très bien lequel a la légitimité du pouvoir hollandais, sans doute monsieur Macron", déclarait le futur ministre... d'Emmanuel Macron.

Gérald Darmanin reproche donc aujourd'hui à Laurent Wauquiez ce qu'il suggérait lui-même hier, à savoir une forme de "manie du complot", comme le montre notre montage vidéo.

À voir également sur Le HuffPost:

Lire aussi :

Malgré son isolement, Wauquiez persiste sur l'affaire Darmanin

Les propos polémiques de Wauquiez contestés jusque chez LR

Les conseils d'Hortefeux, Fillon et Bayrou que Wauquiez n'a pas suivis

Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

Catégories: Actualités

La galaxie voisine d'Andromède est plus jeune que la Terre, voici comment elle s'est formée

lun, 02/19/2018 - 15:54

ESPACE - La galaxie d'Andromède est née d'une collision entre deux amas d'étoiles, il y a moins de trois milliards d'années, selon une étude publiée en janvier par la revue Monthly Notices of the Royal Astronomical Society.

François Hammer, astronome de l'Observatoire de Paris et son équipe franco-chinoise, sont arrivés à ces conclusions en traitant pas moins d'un téraoctet (1000 Go) de données.

"À l'aide de modélisations effectuées sur les plus puissants moyens de calcul disponibles en France", les chercheurs ont pu retracer les trajectoires de deux anciennes galaxies.

Née après la Terre

Celles-ci se sont croisées il y a 1,8 à 3 milliards d'années. De cette collision naquit Andromède, une galaxie en forme de disque aplati, à une époque où la Terre existait déjà.

La galaxie se situe actuellement à 2,5 millions d'années-lumière (une année-lumière correspond à 9460 milliards de km). Elle représente l'objet céleste le plus lointain visible à l' œil nu.

Des recherches antérieures avaient mis en lumière une différence majeure entre Andromède et la voie lactée.

"Dans le disque géant d'Andromède, toutes les étoiles âgées de plus de 2 milliards d'années, subissent des mouvements désordonnés", précise le communiqué. "À titre comparatif, les étoiles du disque de la Voie Lactée, dont fait partie notre Soleil, ne sont sujets qu'à un simple mouvement de rotation".

Une galaxie plus petite que prévue

Selon l'équipe de chercheurs, "seule une collision 'récente'" peut expliquer l'agitation des étoiles d'Andromède. D'autres études estiment qu'une autre collision marquera l'histoire de la galaxie d'Andromède, cette fois avec notre galaxie, la Voie Lactée. Mais cette dernière ne devrait se produire que dans quatre milliards d'années.

Et justement, sur le sujet, la même revue a d'ailleurs publié une autre étude, rapporteGizmodo. Dans celle-ci, des scientifiques ont utilisé une nouvelle méthode pour calculer la masse, et donc la taille de la galaxie d'Andromède.

Et surprise, alors qu'on pensait qu'elle était bien plus grosse que la Voie Lactée, les deux galaxies à spirales sont en réalité très similaires. Du coup, quand elles se rentreront dedans, notre chez nous ne sera pas simplement avalé par Andromède.

Ce sera plutôt une fusion qui donnera naissance à une galaxie elliptique. Les trous noirs des deux galaxies fusionneront, provoquant des ondes gravitationnelles puissantes, comme celles observées récemment.

À voir également sur Le HuffPost:

Lire aussi :

On en sait plus sur l'histoire chaotique de l'astéroïde Oumuamua

SpaceX lance sa Falcon Heavy, mais c'est peut-être Boeing qui va gagner la course

On sait enfin ce qui cache "l'étoile de Tabby", la plus mystérieuse de la galaxie

Pour suivre les dernières actualités de C'est Demain, cliquez ici

Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

Catégories: Actualités

Il photoshoppe les stars pour les ramener dans les années 50 et Blake Lively adore

lun, 02/19/2018 - 15:16

CULTURE - C'est un projet ambitieux et il a attiré l'attention de Blake Lively. Depuis la fin des années 1990, l'artiste suisse Ivo von Niederhäusern joue avec les images, les visages et les expressions d'artistes mondialement connus.

Sa série "Stars métamorphoses" s'inspire de la photographe et artiste américaine, Cindy Sherman, connue pour se mettre en scène dans ses œuvres où elle modèle son corps grâce à différents procédés. Ivo von Niederhäusern photoshoppe lui des couvertures de magazines des années 1950, des portraits de stars des années 1920 ou encore des scènes cultes de film. Il y remplace les protagonistes initiaux par des stars actuelles.

Cela donne de beaux photomontages. L'acteur Chace Crawford, alias Nate Archibald dans la série télévisée "Gossip Girl" est transformé en James Dean, une cigarette à la bouche dans le film "Géant", Dita Von Teese se réincarne en Greta Garbo dans le film "Mata Hari", Emma Watson devient modèle dans les années 1920 et Blake Lively prend la pose pour un magazine des années 1950.

Une initiative que l'actrice de "Gossip Girl" n'a pas manqué de féliciter en reprenant la photo et la publiant tout simplement sur son compte Instagram: "Plus classe que je ne le serai jamais sur ce photoshop d'un magazine des années 1950", a t-elle écrit. Un sacré coup de pub pour l'artiste suisse.

Une publication partagée par Blake Lively (@blakelively) le 17 Févr. 2018 à 10 :19 PST

Une publication partagée par Ivo von Niederhäusern (@ivovonniederhaeusern) le 27 Sept. 2017 à 12 :57 PDT

Une publication partagée par Ivo von Niederhäusern (@ivovonniederhaeusern) le 2 Déc. 2017 à 3 :09 PST

Contacté par le HuffPost, l'artiste a expliqué que son "amour du vintage, du rétro, de l'âge d'or à Hollywood l'a inspiré "à de nombreuses reprises". Et le fait de travailler avec des photos ancienne est aussi un plus pour les droits d'auteurs, admet-il.

En ce qui concerne la publication de son montage par Blake Lively, Ivo von Niederhäusern affirme que cela a eu un effet extrêmement positif: "La récente republication de Blake Lively a provoqué une augmentation rapide de mes followers et de likes sur mon profil", conclut-il. Et on veut bien le croire.

À voir également sur Le HuffPost:

Lire aussi :

Salma Hayek n'a franchement pas été ravie de récompenser un homme aux Bafta

Aux BAFTA, Kate Middleton était l'une des rares à ne pas porter de noir

Emma Watson fait un don d'1 million de livres contre le harcèlement sexuel

Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

Catégories: Actualités

Pourquoi le retour au sommet de Federer est une mauvaise nouvelle pour le tennis

lun, 02/19/2018 - 15:11

Il l'a fait. Après son second titre de la saison du côté de Rotterdam, Roger Federer récupère son fauteuil de N°1 mondial plus de cinq ans après l'avoir cédé pour devenir le plus vieux patron de l'histoire du jeu. Une performance ébouriffante qui ravie tous les amoureux de ce sport mais laisse aussi un peu perplexe quant à son avenir.

36 ans et 6 mois, c'est le chiffre de ce week-end sportif, l'âge canonique auquel le Bâlois a donc repris son sceptre pour une 303ème semaine. À un âge où les joueurs ont généralement rangé les raquettes depuis belle lurette, l'homme aux vingt titres du grand chelem continue ainsi d'imposer sa loi et de construire sa légende. La performance est extraordinaire, le champion Suisse incarne son sport comme très peu de sportifs avant lui.

Tout dans son jeu me plaît, aérien, élégant, créatif, il n'y a rien à jeter, son service illisible est un régal, son coup droit est l'incarnation de la perfection, son déplacement est un modèle de précision et que dire de son revers à une main qu'il frappe de mieux en mieux... Au delà de ces qualités techniques, sa capacité à se remettre en question voire en danger pour réinventer sa façon de jouer et s'améliorer encore et toujours est particulièrement inspirante. Bref, si je me joins sans aucune réserve au concert de louanges qui ont accueilli son triomphe batave, je ne peux cependant pas m'empêcher de penser que le voir de nouveau sur le trône de l'ATP est un vrai problème pour le tennis.

En effet, si son retour aux affaires après son break de six mois fin 2016 est impeccable, c'est la manière qui interpelle, Federer est certes fort mais ce n'est pas non plus la machine à gagner qu'il était dans ses grandes années entre 2004 et 2007. Comment un "papy" peut autant se promener pour remporter les titres les plus prestigieux de la planète ? Aucun sets abandonnés à Wimbledon, seulement deux en Australie, on ne peut pas dire que ses adversaires le poussent souvent dans ses retranchements et c'est tout le problème. L'élite du tennis est aujourd'hui bien moins dense que par le passé. Alors qu'un retour au sommet de Djokovic et Murray, blessés, semble très hypothétique et que Nadal n'a plus la solution en dehors de sa terre battue fétiche, que le suisse ne foule d'ailleurs plus, ils sont peu nombreux à pouvoir tenir tête au maestro.

C'est ainsi toute une génération qui peine à se mêler à la lutte. Où sont-ils les cadors nés après 1988 qui devraient aujourd'hui atteindre leur plénitude? Qu'ils se nomment Raonic, Goffin, Nishikori, ou Dimitrov, ils approchent la trentaine et n'apparaissent plus vraiment capables d'inscrire leur nom au palmarès de l'un des quatre tournois majeurs. Le fossé séparant "Baby Fed" (Grigor Dimitrov), balayé 6/2 6/2 cet après-midi par son modèle, n'a jamais paru aussi large et seul le croate Cilic est le champion attendu. Quand Murray, Djokovic voire Wawrinka (tous également trentenaires) sont absents, personne n'est en mesure de déboulonner la statue du commandeur. Un constat très inquiétant tant l'intensité et le suspense des quatre dernières levées du Grand Chelem, avec très peu de matches mémorables, ont paru faibles.

Pour l'ATP, qui centre toute sa communication promotionnelle autour du Big Four depuis plus de dix ans, les lendemains pourraient vite déchanter. Sans lui, qui pour continuer à suivre le tennis? Qui pour faire grimper l'audimat et les droits télévisés? Aussi impressionnant soit-il, Roger Federer n'est pas éternel et son excitante chasse aux records ne peut indéfiniment occuper tout l'espace tennistique. Sa succession comme locomotive médiatique de son sport est LE principal enjeu des mois à venir pour l'institution londonienne. Son board, après des années à vivre sur la lucrative rivalité Federer/Nadal, semble enfin en avoir pris conscience en mettant la lumière sur les jeunes loups du circuit. Avec la "Race to Milan" inaugurée l'an passé et ponctuée par un Masters des moins de 21 ans, exit la génération Y ! Ce sont les millenials, avec Kyrgios et Zerev en tête d'affiche, qui doivent reprendre le flambeau. En ont-ils les épaules ? Seront-ils capables de mettre le plus grand champion de ce sport à la retraite ? Rien n'est moins sûr et espérons pour cette génération qu'elle ne soit pas, elle non plus, sacrifiée sur l'autel du génie Suisse...

À voir également sur Le HuffPost:

Lire aussi :

Federer n'a pas pu s'empêcher de chambrer Nadal sur ce détail vestimentaire

Roger Federer remporte son 20ème titre du Grand Chelem

En kilt, Federer n'est pas mauvais face à Murray

Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

Catégories: Actualités

Polémique Wauquiez: ce porte parole LR fustige un journalisme "niveau CAP d’ajusteur-monteur"

lun, 02/19/2018 - 14:12

POLITIQUE - Les ajusteurs-monteurs apprécieront. Alors que plusieurs cadres des Républicains prennent la défense de Laurent Wauquiez en brocardant la "déontologie" des journalistes de Quotidien, le porte-parole du parti de droite, Gilles Platret, est allé plus loin, en dénonçant ce lundi 19 février un journalisme "niveau CAP d'ajusteur monteur".

"Quand on voit la façon dont deux heures de cours ont été résumées en moins de deux minutes, c'est-à-dire qu'on a coupé, recollé, expurgé, pour avoir finalement des bouts de phrases dont vous savez très bien les uns et les autres qu'elles ont été complètement coupées de leur contexte... (...) Ca n'est pas une attaque contre la presse, que les choses soient claires. Est-ce que ça c'est du journalisme ? Non. Ça, éventuellement, c'est un exercice au niveau CAP d'ajusteur monteur", a estimé Gilles Platret lors du point presse hebdomadaire du parti, alors que les propos sans filtres diffusés par Quotidien n'en finissent pas d'alimenter la polémique.

À noter que Pierre Bérégovoy était titulaire d'un CAP d'ajusteur monteur, ce qui ne l'a pas empêché de devenir premier ministre.

Interrogé sur le faible soutien des dirigeants de LR à leur président, Gilles Platret a répondu: "il y a un très grand nombre de personnalités qui ont été contactées, qui se sont exprimées. Donc nous n'avons très clairement pas du tout le sentiment que le soutien manque au président des Républicains, sur ce dossier comme sur les autres".

"Si vous considérez, si certains considèrent que cet épisode serait un épisode catastrophique, ils vont en être pour leurs frais", a assuré le maire de Chalon-sur-Saône.

Egalement porte-parole de LR, Lydia Guirous "aurait aimé que le buzz soit au moins équivalent lorsqu'Emmanuel Macron, de manière officielle, a parlé des Français comme d'illettrés, d'alcooliques ou de gens qui ne sont rien".

À voir également sur Le HuffPost:

Lire aussi :

La riposte des Républicains face à la polémique Wauquiez a des airs de Penelope Gate

Les conseils de Hortefeux, Fillon et Bayrou que Wauquiez n'a pas suivis (délibérément?)

Le président de l'école où Wauquiez a tenu ses propos polémiques dénonce "une tribune désespérante"

Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

Catégories: Actualités

Héritage de Johnny Hallyday: Est-ce plus compliqué à gérer dans une famille recomposée?

lun, 02/19/2018 - 14:08

FAMILLE - Le feuilleton judiciaire risque de durer. Plus de deux mois après la disparition de Johnny Hallyday, ses enfants nés de ses premières unions, Laura Smet et David Hallyday, contestent un document testamentaire de leur père qui lègue l'ensemble de son patrimoine à son épouse, Laeticia Hallyday. Ce samedi 17 février, ils ont aussi intenté une action en référé pour obtenir un droit de regard sur l'album posthume du rockeur.

C'est une période difficile pour la veuve du chanteur. Comme le rapporte L'Express, cette dernière vit très mal l'attitude des enfants aînés de son défunt mari. Interrogé par l'hebdomadaire, le parolier Pierre Billon raconte qu'ils étaient pourtant tous les trois très proches avant la mort de la star.

Comme en témoignent des textos échangés entre eux, Laeticia Hallyday appelait sa belle-fille "ma chérie" et surnommait son beau-fils "Davidou". Elle n'oubliait jamais les anniversaires et leur racontait même son quotidien aux côtés de leur père. "Je ne l'ai jamais entendue avoir un mot hostile à l'égard de Laura ou David", confirme l'ancien proche du défunt.

Une famille en crise

Mais aujourd'hui, c'est la scission. D'autant plus que la famille est très exposée médiatiquement. Certaines célébrités donnent leurs soutiens à Laura Smet et David Hallyday. D'autres, comme l'écrivaine Eliette Abécassis, se positionnent en faveur de la veuve du chanteur, désormais la seule en charge de la garde des deux dernières filles du couple.

"Cela va durer des années, cela va faire 'Dallas' et coûter des millions en avocats des deux côtés", s'est inquiétée Line Renaud, marraine de Johnny Hallyday, sans prendre position pour l'un ou l'autre "camp".

D'autant plus que la famille Hallyday ne suit pas le schéma "traditionnel". C'est une famille recomposée, comme c'est le cas pour un enfant sur dix en France, d'après l'Insee. Serait-ce là un critère expliquant cette difficile succession? Contactée par Le HuffPost, la psychopraticienne Florence Beuken, spécialisée dans les thérapies familiales, confirme qu'il peut s'agir d'un élément perturbateur, comme le fait que ses derniers enfants -Jade et Joy- ont été adoptés. Mais ce n'est pas forcément toujours le cas.

L'ancienne éducatrice apporte une nuance: le cas de la famille Hallyday n'est pas représentatif des familles recomposées. "Il y en a beaucoup pour qui les choses se déroulent très bien, affirme l'experte. L'implosion au moment de l'héritage n'est pas propre à ce genre de familles." C'est en fait une question qui revient fréquemment, quel que soit le cas de figure.

L'importance de la transparence

Pourquoi? "Parce que cela peut ranimer des blessures d'enfance", explique Florence Beuken. L'ordre de succession peut être mal vécu chez les héritiers et laisser croire que le défunt avait une préférence pour un tel plutôt qu'un autre. Ce sentiment risque ainsi de créer des tensions entre les enfants. "C'est assez systématique, confie la professionnelle. L'émotion liée à la perte d'un être cher va augmenter les risques de violence dans le conflit."

Comment faut-il procéder pour éviter la situation que traversent les Hallyday? La psychopraticienne invoque un travail de fond: "Plus la communication en amont sera bonne, plus les relations seront fluides". La professionnelle explique que cela peut permettre d'avoir davantage confiance en soi et en les autres au moment lors de la découverte du testament. C'est encore mieux si les volontés du défunt étaient clairement affichées avant sa mort. La succession est moins conflictuelle quand elle est transparente.

Invité sur RTL samedi 17 février, le notaire Jean-François Humbert explique que le cas de la famille Hallyday peut être réglé rapidement si un accord est signé. "Si en revanche, il y a une procédure judiciaire, une durée de plusieurs années est à envisager", analyse l'expert. Ce que confirme Maître Barbara Thomas-David au Monde. S'il y a bien un procès, "cela prendra entre cinq et huit ans", reconnaît la notaire.

Les avocats de Laura Smet et David Hallyday ont indiqué avoir demandé le gel des biens immobiliers du chanteur, soit plusieurs villas de luxe à Los Angeles, Saint-Barthélémy et Marnes-la-Coquette, près de Paris, et la mise sous séquestre de ses droits d'auteur. L'audience est fixée au jeudi 15 mars à 14H30.

À voir également sur Le HuffPost:

Lire aussi :

Johnny Hallyday a bien exclu Laura Smet et David Hallyday de son testament

"Tu aurais rédigé un testament nous déshéritant totalement"

Chez les people, chacun prend position dans la bataille

Pour suivre les dernières actualités sur Le HuffPost C'est La Vie, cliquez ici

Deux fois par semaine, recevez la newsletter du HuffPost C'est La Vie

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

Catégories: Actualités

Pages