France 24 - L'info en continu

S'abonner à flux France 24 - L'info en continu France 24 - L'info en continu
Mis à jour : il y a 20 min 39 sec

Le "tireur de Libé" condamné à 25 ans de réclusion

ven, 11/24/2017 - 23:00

Abdelhakim Dekhar, "le tireur de Libé" jugé pour tentatives d'assassinat et séquestration, a été condamné vendredi par la cour d'assises de Paris à 25 ans de réclusion criminelle.

Il était jugé pour son périple armé à Paris en novembre 2013, au cours duquel il avait grièvement blessé par balle un assistant photographe au quotidien Libération. Après neuf heures de délibéré, la cour d'assises a suivi les réquisitions du parquet.

Catégories: Actualités

Ski: après le drame, le réconfort de la compétition à Lake Louise

ven, 11/24/2017 - 22:40

La grande famille des descendeurs n'est pas près d'oublier David Poisson, disparu brutalement à 35 ans, mais les cadors de la discipline ont retrouvé vendredi à Lake Louise le chemin de la Coupe du monde avec un certain soulagement.

Onze jours après la mort du Français sur une piste d'entraînement de Nakiska, non loin de Lake Louise, "Kaillou", comme il était affectueusement surnommé, reste dans tous les esprits.

Il est même sur les casques de tous les skieurs du circuit mondial, sous la forme d'un petit autocollant, un c?ur aux couleurs du drapeau français frappé des lettres D et P à l'initiative des descendeurs italiens, Werner Heel et Matteo Marsaglia.

"On voulait pouvoir se souvenir de David pour toute la saison, pas seulement pour un jour ou une semaine", explique Heel qui a débuté en Coupe du monde, en même temps que le Français.

"La descente est une discipline spéciale, on s'entraîne toute la semaine ensemble, on mange et vit tous ensemble", poursuit pudiquement l'Italien.

Après deux jours d'attente et de caprices de la météo qui ont conduit à l'annulation des entraînements de mercredi et de jeudi, ces funambules qui dévalent des pistes verglacées à plus de 120 km/h se sont jetés à corps perdu sur la "Men's Olympic" de Lake Louise.

- Théaux meilleur chrono -

"C'est important pour les coureurs de passer à autre chose, tu ne peux pas passer tes journées à trop réfléchir sur ce qui s'est passé", admet le Canadien Eric Guay.

Cet unique entraînement officiel a été très difficile à aborder pour l'équipe de France, et en même temps lui a fait du bien.

Les Bleus qui se protègent en gardant le silence, se sont offerts un peu de réconfort avec une belle prestation d'ensemble à la veille de la première descente de la saison.

Adrien Théaux a signé le meilleur temps et deux autres Bleus, Johan Clarey (12e) et Guillermo Fayed (15e) sont entrés dans le top 15.

"C'est un soulagement pour tous les garçons après tout ce qu'on a vécu (...) il faut leur dire respect, cela va nous donner plus de confiance", insiste David Chastan, le patron de l'équipe masculine.

Pas facile d'oublier la tragédie et de tenter de tourner la page dans le station-village de Lake Louise (1000 habitants) ou dans le petit cercle de la Coupe du monde.

Toutes les équipes sont ainsi logées au Château Lake Louise, un gigantesque complexe hôtelier situé dans un cadre idyllique, au bord d'un lac.

Tout ramène les Bleus à la disparition brutale de leur coéquipier, comme les petits mots d'encouragement du personnel de l'hôtel ou même des gestes d'anonymes, comme ce Canadien qui a payé l'addition d'un repas pris par des entraîneurs français.

"Tous les soutiens qu'on a nous font plaisir, mais on ne va oublier David après un week-end ou une course", assure David Chastan.

- 'Plus facile' -

Encore convalescent, le circuit mondial espère vivre un week-end sans accident, ni blessure.

Avec ces longues portions de glisse et une neige relativement douce, Lake Louise est considéré comme une entrée en matière idéale pour la saison, loin des difficultés extrêmes et glacées de Beaver Creek (Etats-Unis) ou de Kiztbühel (Autriche).

Mais la mort de David Poisson a conduit les responsables de la Fédération internationale de ski (FIS), en charge de la conception des descentes, à proposer un tracé "plus facile, pas fou", résume Markus Waldner, le directeur du circuit masculin.

"On pensait faire un tracé difficile avant l'accident de David, pour essayer de compliquer les choses sur une piste relativement facile, mais on a changé de stratégie, car on sait que beaucoup de skieurs, pas seulement les Français, auront des difficultés pour être à 100%", conclut M. Waldner.

Catégories: Actualités

Le gouvernement irlandais en pleine crise après une motion de défiance

ven, 11/24/2017 - 22:20

Le gouvernement irlandais était plongé dans la crise vendredi après le dépôt d'une motion de défiance contre la vice-Première ministre, à trois semaines d'un sommet sur le Brexit au cours duquel sera notamment évoquée la question de la frontière avec l'Irlande du Nord.

Cette motion, déposée par le Fianna Fail, principal parti d'opposition, pourrait en effet aboutir à la chute du gouvernement et à l'organisation de nouvelles élections, moins de deux ans après celles de 2016, si elle était votée mardi.

Micheál Martin, le chef du Fianna Fail, exige la démission de Frances Fitzgerald, accusée d'avoir menti sur ce qu'elle savait au sujet d'une campagne de dénigrement supposée menée par la direction de la police contre un de ses officiers, Maurice McCabe. Et promet de retirer sa motion si elle quitte son poste.

Or, le Premier ministre et chef du parti Fine Gael, Leo Varadkar, a fermement exclu cette démission, tout en espérant pouvoir aboutir d'ici à mardi à un compromis qui permettrait d'éviter un scrutin anticipé.

"Je pense que nous avons encore l'opportunité (...) au cours du week-end d'éviter des élections générales", a déclaré M. Varadkar sur la chaîne de télévision irlandaise RTE, à l'issue d'une rencontre d'une heure avec M. Martin, vendredi à Dublin.

"Je ne souhaite pas d'élections générales. Je pense que Micheál Martin non plus", a-t-il ajouté.

Si la motion de défiance était votée au Parlement mardi, cela contreviendrait à l'accord qui lie le Fianna Fail à son rival historique, arrivé en tête des dernières élections de 2016 mais sans une majorité suffisante pour gouverner.

Cet accord veut que le Fianna Fail vote le budget et qu'il s'abstienne pendant les votes de confiance.

Pour que l'accord soit valide, le Fianna Fail "doit avoir confiance en ce que le gouvernement lui dit", a déclaré vendredi Micheál Martin. Ce qui n'est pas le cas selon lui.

- Avant Noël -

Si des élections anticipées devaient être organisées, Leo Varadkar a indiqué sur RTE qu'elles devraient se tenir dans la semaine précédant Noël, estimant peu opportun de les reporter jusqu'à mi-janvier.

La motion de défiance a provoqué la colère du ministre des Finances Paschal Donohue, pour qui "la perspective d'élections ou d'une absence de gouvernement pour affronter ces défis est impensable".

A son arrivée à Bruxelles pour une réunion des dirigeants de l'UE et de six pays issus de l'ex-URSS, le ministre irlandais des Affaires étrangères, Simon Coveney, a estimé quant à lui que "le Fianna Fail agi(ssait) de manière inconséquente" et affirmé que l'exécutif ne lâcherait pas la vice-Première ministre "sur la base d'accusations aussi fragiles".

Malgré une volonté affichée de part et d'autre de maintenir le dialogue et d'éviter des élections, les deux partis campent sur leur position respective.

Aux yeux de certains analystes, des élections anticipées aboutiraient à un équilibre des forces similaire à l'actuel et donc à une prolongation de la crise.

Et parmi les élus, peu se montrent enthousiastes à l'idée d'entamer une campagne avant les fêtes de fin d'année.

"La dernière chose que je souhaite, c'est aller frapper aux portes de ma circonscription et faire concurrence aux chanteurs de Noël", avait déclaré dès jeudi soir le député du Fianna Fail Willie O'Dea. Mais s'il devait y avoir un nouveau scrutin, "qu'il en soit ainsi", avait-il ajouté, résumant la position de son parti.

Outre le Brexit, les inquiétudes étaient déjà en train de naître au sujet d'autres travaux législatifs. Ainsi, les militants pro-avortement s'alarment d'une éventuelle dissolution de l'Assemblée qui planche depuis plusieurs semaines sur le projet de référendum concernant un accès plus large à l'IVG.

Le parti nationaliste Sinn Féin a aussi déposé de son côté une motion de défiance, pour réclamer également la démission de Frances Fitzgerald, toujours dans l'affaire Maurice McCabe.

Considéré comme un lanceur d'alertes pour avoir signalé certaines pratiques au sein de la hiérarchie policière, cet homme avait été accusé à tort dans la foulée d'agressions sexuelles sur des enfants.

L'affaire, qui remonte à 2006, a pris une tournure plus politique en 2014, avec la démission depuis de deux chefs de la police nationale, le départ d'un ministre de la Justice et le remplacement en juin du Premier ministre Enda Kenny par Leo Varadkar.

Catégories: Actualités

L'image de Jean-Luc Mélenchon se dégrade

ven, 11/24/2017 - 22:11

Seuls 36% des Français ont une bonne opinion de Jean-Luc Mélenchon, contre 42% il y a deux mois, selon un sondage Odoxa diffusé vendredi, dans lequel le chef de file de la France insoumise reste néanmoins perçu comme le meilleur opposant à Emmanuel Macron.

Dans le détail, 69% (+1) des personnes interrogées le jugent "agressif" et pour 68% (+5) il joue "trop perso". 48% (-8) le considèrent "proche des gens" et 43% (-3) compétent, selon cette enquête avec Dentsu consulting pour franceinfo et Le Figaro.

79% des Français estiment que son oppposition aux ordonnances réformant le code du travail a été "un échec" car "il n?est pas parvenu à faire reculer le gouvernement", 21% jugeant que cela est tout de même "une réussite" car elle "lui a permis de renforcer son rôle d?opposant à la politique menée par le gouvernement".

Malgré tout, le député des Bouches-du-Rhône reste considéré pour 37% comme le meilleur opposant, par comparaison avec Marine Le Pen (29%), Laurent Wauquiez (24%) et Benoît Hamon (8%).

Enquête réalisée, selon la méthode des quotas, en ligne les 22 et 23 novembre auprès de 1.009 personnes de 18 ans.

Marge d'erreur de 1,4 à 3,1 points.

Catégories: Actualités

Ligue 1: Saint-Etienne n'avance toujours pas

ven, 11/24/2017 - 22:00

Repris deux fois à la marque, Saint-Etienne, malgré l'arrivée de Julien Sablé sur le banc après le départ d'Oscar Garcia, n'y arrive toujours pas et a concédé le nul sur son terrain face à Strasbourg (2-2), vendredi lors de la 14e journée de Ligue 1.

En attendant les autres rencontres, samedi et dimanche, les Verts restent provisoirement 6es, un classement bien flatteur. Car après un bon début de championnat, ils n'ont gagné qu'une fois sur leur neuf dernières sorties (quatre nuls), contre le dernier, Metz (3-1), le 14 octobre.

Les Strasbourgeois rejoignent Nice et Angers au 16e rang (14 points).

Ce score de parité, pour la seconde sortie de Sablé sur le banc, après celle à Lille (défaite 3-1), désormais épaulé par Jean-Louis Gasset titulaire du diplôme requis, n'a tenu à rien pour les Stéphanois.

Faute d'être suffisamment sereins, ils auraient pu tout aussi bien s'incliner si les Alsaciens s'étaient montrés plus adroits dans le dernier geste, notamment en première période.

Il a fallu que Ruffier arrête un bon tir de Martin (17) puis une reprise de Terrier après un centre délivré de l'aile gauche par Liénard (39), avant que Liénard ne manque le cadre malgré une belle position (26), pour que "Sainté" ne soit pas puni.

- Les Verts trop fébriles -

Les Foréziens ont quand même ouvert la marque par le Brésilien Hernani qui trompait Bingourou Kamara d'un tir enveloppé du droit (41).

Mais l'ASSE n'a pu préserver son avance bien longtemps, Jean-Eudes Aholou égalisant en fusillant Stéphane Ruffier après un centre de la droite de Martin Terrier (44).

Après la mi-temps, Kevin Monnet-Paquet a redonné l'avantage à son équipe en devançant la sortie de Kamara et après plusieurs erreurs des défenseurs strasbourgeois (56).

C'est le premier but de la saison pour Monnet-Paquet, peu habitué à marquer (104 matches en L1 avec Saint-Etienne, 9 buts).

Là aussi, les Verts, trop approximatifs et, jusqu'au bout, incapables de profiter des hésitations de la défense strasbourgeoise dans leur pressing de fin de partie, ont affiché trop de fébrilité derrière à l'image du penalty concédé pour une faute de Florentin Pogba sur Bakary Koné et transformé par Jonas Martin (62).

Dans la minute précédente, un coup franc de Dimitri Liénard, détourné par le mur stéphanois, avait déjà touché la barre transversale (61).

Même si les Ligériens ont eu la possession de balle (55% contre 45%), ils n'en n'ont pas fait grand chose: plusieurs situations dangereuses mais une seule très bonne occasion, sur une action de Jonathan Bamba contré par Liénard qui manquait de tromper son gardien (16).

Le Norvégien Alexander Söderlund, par ailleurs une nouvelle fois bien discret, a eu aussi une bonne opportunité mais son tir était arrêté par Kamara (66).

fjt/ama

Résultats de la 14e journée de la Ligue 1 de football:

vendredi

Saint-Etienne - Strasbourg 2 - 2

samedi

(17h00) Rennes - Nantes

(20h00) Dijon - Toulouse

Metz - Amiens

Montpellier - Lille

Troyes - Angers

Caen - Bordeaux

dimanche

(15h00) Nice - Lyon

(17h00) Marseille - Guingamp

(21h00) Monaco - Paris SG

Catégories: Actualités

Basket: les Français respirent après la victoire en Belgique

ven, 11/24/2017 - 22:00

Le basket français respire après la victoire des Bleus en Belgique, 70 à 59, vendredi à Anvers, dans le premier match des qualifications au Mondial-2019, grâce à une énorme deuxième mi-temps.

On craignait le pire car la France, privée de ses joueurs de NBA et d'Euroligue, soit presque tous les meilleurs, alignait une équipe dépourvue d'expérience collective face à une sélection belge beaucoup moins diminuée.

Mais ces joueurs, de ProA pour la plupart, sont allés chercher une victoire aussi méritoire que cruciale. Ils devront récidiver dès lundi à Rouen contre la Bosnie, qui a commencé sa campagne en battant la Russie 81 à 76. La France doit éviter la dernière place du groupe E sous peine de manquer le Mondial-2019, et du même coup les Jeux de Tokyo.

Les Bleus d'abord ont eu peur! La première mi-temps a même été calamiteuse (25 points marqués!), surtout en attaque. C'était presque inévitable pour une formation qui n'avait eu que quatre jours pour acquérir un semblant d'automatismes. Mais après avoir eu jusqu'à treize points de retard, les coéquipiers de Boris Diaw ont enfin appliqué leur plan initial au retour des vestiaires: tout miser sur une défense de fer.

Le match a tourné dans le troisième quart-temps, lors duquel les Bleus sont passés pour la première fois en tête après un 14-0. Edwin Jackson, revenu de Chine pour aider l'équipe, a trouvé la mire au shoot (14 points) et Paul Lacombe, joueur de Monaco, s'est affirmé comme second leader offensif (13 points). Les Bleus ont enfin imposé leur supériorité physique à l'intérieur avec Louis Labeyrie (12 points) et Moustapha Fall, dissuasif avec ses longs bras.

Ces hommes ont du mérite! Et le basket français en général aussi, car la zizanie dans les instances dirigeantes l'a placé dans une situation impossible. Avec le système des "fenêtres internationales" instauré par la Fiba sur le modèle du football, les joueurs de NBA ne peuvent pas porter les couleurs de leur pays lors des deux premières séries de rencontres, en novembre et février (ils seront peut-être de retour pour celle de juin).

Mais ceux des grands clubs européens non plus car, à cause du conflit qui l'oppose à la Fiba (à propos des coupes d'Europe), l'Euroligue a refusé de déplacer les matchs qui tombaient en même temps que les rencontres internationales. A son corps défendant, un joueur comme Nando De Colo disputait ainsi une rencontre avec le CSKA Moscou vendredi pendant que ses compatriotes jouaient l'avenir du basket français en Belgique.

Catégories: Actualités

USA: des célébrités se mobilisent pour une adolescente emprisonnée à vie

ven, 11/24/2017 - 22:00

Plusieurs célébrités américaines se mobilisent actuellement pour le cas d'une femme, Cyntoia Brown, condamnée à la prison à vie dans le Tennessee pour avoir abattu un homme de 43 ans lorsqu'elle n'en avait que 16 et alors qu'elle était forcée de se prostituer.

Les faits remontent à 2004 mais la chanteuse Rihanna et la vedette de télé-réalité Kim Kardashian viennent d'attirer une attention nouvelle sur cette affaire grâce à des messages postés sur les réseaux sociaux.

Derrière le hashtag #FreeCyntoiaBrown ("Libérez Cyntoia Brown), Rihanna s'est insurgée que "les choses aillent complètement dans le mauvais sens lorsque le système laisse la voie libre aux violeurs mais jette la victime en prison à vie", tandis que Kim Kardashian a jugé "affligeant de voir une jeune fille victime de trafic sexuel et qui a eu le courage de se défendre, être condamnée à vie".

Cyntoia Brown, maintenant pagée de 29 ans, a reconnu son crime, expliquant à la justice qu'elle vivait à l'époque un cauchemar sous l'emprise d'un homme qui la forçait à se prostituer. Le quadragénaire qu'elle a abattu était un inconnu qui l'avait amené chez lui, réclamant une relation sexuelle. Elle a indiqué avoir été affolée par la présence de nombreuses armes à son domicile et a eu peur d'être assassinée.

"Le système judiciaire est tellement arriéré!!! C'est complètement fou", a aussi réagi sur Instagram la mannequin et actrice Cara Delevingne.

Les stars ont été rejointes par des internautes qui réclament dans une pétition publiée sur le site moveon.org et signée par plus de 320.000 personnes vendredi, la libération de la jeune femme.

Les artistes sont nombreux à utiliser leur notoriété pour dénoncer le système judiciaire américain comme récemment la star du hip-hop Jay-Z qui a pris fait et cause pour le rappeur Meek Mill.

Jay-Z a jugé trop forte la condamnation de Meek Mill à entre deux et quatre ans de prison pour avoir enfreint les termes de sa libération conditionnelle et estimé que ce cas reflétait la nécessité de réformer le système de la liberté conditionnelle.

Catégories: Actualités

Sous-marin disparu: Jessica et Fernando, une histoire d'amour brisée

ven, 11/24/2017 - 21:40

Après des années d'attente, Jessica et son mari Fernando avaient finalement réussi à avoir un enfant, mais leur vie s'est brisée avec la disparition de Fernando, l'un des 44 membres d'équipage du sous-marin argentin San Juan, qu'une explosion a probablement fait sombrer dans l'Atlantique sud.

Officiellement, la Marine argentine n'a pas encore annoncé qu'il n'y avait pas de survivants, mais les proches des sous-mariniers ont compris le message.

Jessica Gopar et Fernando Santilli, 35 ans tous les deux, ont fait connaissance il y a 13 ans à Mar del Plata, principale station balnéaire du pays, fréquentée par des millions d'Argentins chaque été.

Lui venait de Mendoza, au pied de la Cordillère des Andes, pour des vacances. Elle s'y trouvait en voisine, vivant à 100 km de là, à Necochea.

Le rêve de Fernando avait toujours été d'entrer dans la Marine, comme son oncle avant lui.

Aîné de quatre enfants, il "aimait la Marine. Il y était entré en 2002, il a beaucoup navigué, d'abord affecté sur un bateau. Il a ensuite suivi la formation de sous-marinier", raconte sa mère, Silvia Santilli.

"Il travaille comme électricien à bord du sous-marin", précise-t-elle.

Sa soeur Giselle, 33 ans, le décrit comme un homme "gai et optimiste, responsable et passionné".

La dernière fois que Jessica a vu son mari, c'était le 17 octobre, avant qu'il embarque à bord du San Juan en direction d?Ushuaïa, dans l'extrême sud de l'Argentine, d'où il l'avait appelée avant de reprendre la mer pour rentrer à Mar del Plata.

Les premiers jours suivant la disparition du San Juan, elle était encore pleine d'espoir.

- "A bientôt" -

En début de semaine, elle avait publié une lettre au caporal Santilli, sur son profil Facebook, où apparaissent diverses photos de famille.

"Hola Fernando. Ici, chaque jour est un peu plus dur. Il y a des moments d'espoir, d'autres de grande détresse. Beaucoup de gens prient pour vous, tu n'imagines pas. Stefano a appris à dire papa. +Allez mon fils, appelle-le et il va revenir+. Je suis entourée, protégée par la famille, tes collègues, les amis".

Elle concluait par ces mots: "Je t'attends mon amour. A bientôt".

Quelques jours plus tôt, elle avait demandé au pape François de prier pour son mari et ses 43 compagnons d'infortune.

Jeudi, Jessica Gopar est sortie les yeux rougis par les larmes du mess des officiers de la base navale de Mar del Plata, où les familles ont été informées d'une explosion dans la zone d'opération du sous-marin, survenue le 15 novembre.

"Je viens pour la première fois à la base, pour apprendre que je suis veuve", a lancé la jeune femme aux journalistes, entre deux sanglots.

Les proches de l'équipage avaient été invités à séjourner dans la base depuis le début de l'affaire. Cette femme énergique avait préféré rester chez elle, à Necochea, une station balnéaire à 100 km au sud de Mar del Plata.

"Comment je vais dire à mon fils qu'il n'a plus de père?" a-t-elle lancé devant les caméras, faisant verser une larme à nombre d'Argentins.

Fernando, dit-elle, "c'est mon grand amour. Sept ans fiancés, mariés depuis six ans, et nous avons un fils, Stefano, cela a été long pour que Dieu nous l'envoie".

Pour le premier anniversaire de son fils, le 5 novembre, Fernando Santilli était en compagnie de ses 43 collègues sous-mariniers au sud du continent américain.

Catégories: Actualités

Un an après l'accord de paix en Colombie, les désillusions des Farc

ven, 11/24/2017 - 21:29
Il y a un an, la Colombie signait un accord de paix avec les Farc et tournait la page d'un conflit armé de plus d'un demi-siècle. Cependant, l'heure n'est pas à la fête : si le nombre de victimes a baissé, des promesses peinent à se concrétiser.
Catégories: Actualités

Qui sont les soufis qui fréquentaient la mosquée attaquée en Egypte?

ven, 11/24/2017 - 20:40

La mosquée où sont morts vendredi 235 fidèles dans un attentat était fréquentée par des musulmans soufis, des adeptes d'un courant mystique de l'islam honnis des jihadistes du groupe Etat islamique (EI).

Un chef de tribu bédouine a déclaré à l'AFP que la mosquée Rawda, dans la région orientale du Sinaï, était "soufie" et contenait une "zaouïa", un édifice religieux utilisé par les mystiques pour les prières et rassemblements.

Même si l'EI apparaît comme le principal suspect de l'attentat, le groupe n'a pas revendiqué cette attaque et il n'est pas possible d'affirmer avec certitude que la mosquée a été visée à cause de ses liens avec le soufisme.

Cette minorité de l'islam a été attaquée partout où l'EI opère, que ce soit en Egypte mais aussi au Pakistan où des dizaines de soufis ont été tués par les jihadistes.

L'année dernière, l'EI avait enlevé puis décapité un vieux chef soufi, l'accusant de pratiquer la sorcellerie.

Dans une interview publiée ensuite dans la lettre d'information de l'EI al-Nabaa, le commandant de la "police de la moralité" de l'organisation au Sinaï avait déclaré que la "première priorité était de combattre les manifestations du polythéisme, y compris le soufisme".

S'il était confirmé que la mosquée a été attaquée en raison de son importance pour les soufis, cela s'inscrirait dans la tactique de l'EI en Egypte qui vise de plus en plus des civils, notamment de minorités religieuses, après avoir ciblé principalement les forces de sécurité.

- Haine des soufis -

Les jihadistes de l'EI adhèrent à une version extrême du salafisme --un courant rigoriste de l'islam-- pratiqué en Arabie saoudite et qui considère les soufis comme des hérétiques.

Ils les accusent du plus grand péché de l'islam, le polythéisme, en raison de leur recours à l'intercession des saints morts.

Les salafistes condamnent aussi ce qu'ils appellent les "innovations", ces rites et prières adoptés par les soufis sans que le prophète Mohamed lui-même ne les ait jamais prescrits.

Inspirés par certains compagnons du Prophète et par les premières générations d'ascètes, les soufis disent vouloir se concentrer sur l'obtention d'un état de pureté --dont viendrait le terme soufisme-- pour témoigner de la présence de Dieu dans leurs vies.

Certains intègrent de la musique dans leurs prières ou des danses (derviches), mais d'autres en revanche rejettent ces pratiques.

Dans une grande partie du monde musulman, le soufisme a été accepté et pratiqué pendant des siècles de manière courante, aussi bien par les fidèles que par les théologiens les plus influents de l'islam sunnite.

Le cheikh Ahmed el-Tayeb, grand imam d'Al-Azhar, plus haute autorité de l'islam sunnite en Egypte, est lui-même un soufi, tout comme de nombreux hauts dignitaires religieux musulmans.

Dans un discours télévisé, le grand imam d'Al-Azhar a condamné "un terrorisme noir et brutal" après l'attaque de la mosquée.

Alors que les mystiques ont gagné en influence et que les gouvernements arabes les ont acceptés en raison de leur quiétisme politique, certains de leurs dirigeants ont été critiqués pour être devenus trop attachés aux biens de ce monde.

Catégories: Actualités

Coupe Davis: Noah "n'espère rien" avec le public français

ven, 11/24/2017 - 20:35

Yannick Noah "n'espère rien" avec le public français, a-t-il déclaré vendredi lors de la finale de la Coupe Davis à Villeneuve-d'Ascq, en insistant sur la présence de "3 ou 4.000 supporters belges organisés et à fond".

A la question "Êtes-vous déçu de l'ambiance?", le capitaine de l'équipe de France a répondu: "Non, on s'y attendait. Rien ne nous déçoit. Pour être déçu, il faut espérer quelque chose. On n'espère rien. On joue avec ce que l'on a."

"On a l'ambiance que l'on attendait, à savoir 3 ou 4.000 supporters belges, organisés et à fond, a-t-il estimé. Nous, de notre côté, 3 ou 4.000 supporters et puis, 20.000 spectateurs." La capacité du stade Pierre-Mauroy, en configuration tennis, est de 27.500 places.

"Je pense que tous les gens ont passé un bon moment, a nuancé Noah. C'est quand même le but. Un partout, il y aura un double et un dimanche. Les gens qui ont un ticket pour le dimanche auront un match (à enjeu). Donc tout le monde est content."

Le N.1 français, Jo-Wilfried Tsonga, avait déjà déploré le manque de ferveur du public du stade de Villeneuve-d'Ascq il y a trois ans lors du duel perdu en finale contre la Suisse. "Lors de la présentation des équipes, on entendait plus le public suisse dans le stade que le public français. C'est un peu dur."

Vendredi, il a au contraire loué "la super ambiance" dans le stade "que ce soit sur le premier ou le deuxième match (Goffin-Pouille et Tsonga-Darcis)".

"Les gens sont à fond derrière nous, a-t-il apprécié. Il y a forcément des moments où l'arbitre est obligé de remettre le calme sur le terrain."

Catégories: Actualités

Ce que l'on sait de l'attentat dans le Nord-Sinaï

ven, 11/24/2017 - 20:19
C'est l'attaque terroriste la plus meurtrière jamais survenue en Égypte : un attentat à la bombe visant une mosquée de la péninsule du Sinaï, dans le nord de l'Égypte, a fait au moins 235 morts et plus de 100 blessés, ont indiqué vendredi 24 novembre la télévision d'État égyptienne et l'agence de presse officielle Mena. Le gouvernement a décrété trois jours de deuil national.
Catégories: Actualités

Robinho, l'étincelle bien vite éteinte

ven, 11/24/2017 - 20:00

Star précoce du foot brésilien, ses étincelles embrasaient les stades et lui promettaient une carrière dans la lumière. Mais c'est dans l'ombre que Robinho a progressivement sombré, celle des terrains à cause de son inconstance et de sa fragilité, mais surtout celle de la justice, jusqu'à une retentissante condamnation pour viol.

Des talents gâchés, le football en a connu. Mais ils sont très peu à avoir autant atteint les extrêmes que le "Prince", condamné jeudi par un tribunal de Milan à neuf ans de prison pour viol en réunion sur une jeune femme de 22 ans.

Un verdict qui porte à son paroxysme le contraste entre l'actuel Robinho, 33 ans, et celui qu'on désignait dans sa jeunesse comme le nouveau Pelé.

Qu'il est loin, ce 26 août 2005, où les flashes crépitaient devant la gueule souriante et juvénile de l'attaquant brésilien de 21 ans, qui posait, son nouveau maillot du Real Madrid en main, aux côtés du président Florentino Perez et de la légende Alfredo di Stefano.

Avec sa signature au Real, Robinho s'apprêtait alors à éblouir l'Europe, comme il avait ébloui le Brésil pendant trois saisons, dont deux furent couronnées d'un titre national avec Santos, le club historique de Pelé.

Douze ans plus tard, le Brésilien est revenu au pays après avoir gaspillé sa carrière, et refait la "Une" après avoir écopé d'une peine de neuf ans de prison pour des faits de viol en réunion remontant à janvier 2013, lorsqu'il jouait à l'AC Milan.

- 'Dieu créa Robinho' -

La une, cela faisait bien longtemps que le natif de Sao Vicente, dans l'état de Sao Paulo, ne l'avait pas faite.

Pourtant, le virevoltant attaquant, à la technique et la vitesse exceptionnelles et aux fulgurances mémorables, a eu son heure de gloire.

En sélection, d'abord, où il compte 100 apparitions pour une trentaine de buts, deux coupes des Confédérations et une Copa America. Il ne dispute toutefois que deux Coupes du monde, pour deux quarts de finale (2006 et 2010), un véritable creux pour les Auriverde entre le sacre de 2002 et l'arrivée de la génération Neymar.

En club, aussi, le jeune "Prince" a marqué les esprits. Dès son premier match avec le Real, celui que Pelé lui-même considérait comme "le meilleur joueur du Brésil" impressionne en seulement 25 minutes de jeu. Le lendemain, le quotidien As titre "Et Dieu créa Robinho", tandis qu'El Mundo assène: "Une étoile est née".

Trois saisons plus tard, Robinho a redonné aux Galactiques le goût du succès en les portant à deux titres de champions d'Espagne.

Il n'a alors toujours pas 25 ans, et sa carrière bascule. Il clame son souhait de rejoindre Chelsea, mais c'est Manchester City qui le rafle pour un montant record à l'époque de 40 millions d'euros, dans les dernières heures du mercato.

- 'Vous voulez dire Manchester?' -

A son arrivée en Angleterre, première erreur. Il déclare au sujet de son transfert: "lors du dernier jour, Chelsea a fait une superbe proposition et j'ai accepté", confondant les deux clubs anglais. "Vous voulez dire Manchester, c'est ça?" lui demande un journaliste. "Oui, Manchester, pardon!", se corrige l'ailier.

Les bonnes performances de sa première saison mancunienne ne suffisent pas à effacer cette arrivée mouvementée. En deux ans, le club ne gagne rien malgré ses ambitions, et pire, Robinho se blesse à la cheville en septembre 2009, manque trois mois de compétition, est laissé de côté à son retour et demande son départ au mercato hivernal.

Direction Santos pour un retour au bercail beaucoup trop précoce, puis l'AC Milan, où il brille une saison avant de rentrer dans le rang.

Le "nouveau Pelé" n'a que 30 ans, et il ne verra plus le haut niveau. Il erre, de Santos à Guangzhou (Chine), pour finalement atterrir à l'Atletico Mineiro en 2016.

Depuis ses 25 ans, Robinho n'aura remporté qu'un grand titre, la Serie A 2011 avec le Milan. Mais de ses années italiennes, on retiendra probablement moins ce Scudetto que sa condamnation pour viol, clap de fin à une carrière gâchée.

Catégories: Actualités

Tsonga: "Si on pouvait pousser la balle avec les dents, je le ferais !"

ven, 11/24/2017 - 19:59

"Si on pouvait pousser la balle avec les dents, je le ferais !": pour le N.1 français Jo-Wilfried Tsonga, l'important n'était pas de bien jouer, mais plutôt de gagner pour ramener la France à égalité avec la Belgique, vendredi en finale de la Coupe Davis.

QUESTION: Vous avez remporté votre match et en plus avec la manière. Était-ce important pour vous de réaliser une belle prestation ?

REPONSE: "Au vu de ce qui s'est passé sur le premier match (défaite de Lucas Pouille face au Belge David Goffin, ndlr), pour moi le plus important c'était de ramener mon équipe à 1-1, peu importe le score, peu importe le scénario du match. Les comptes, on les fait après, on va les faire ce soir avec Yannick et les autres joueurs. Je ne me pose pas trop la question sur le fait de savoir si j'ai bien joué ou pas bien joué. Que ce soit les Belges ou nous-mêmes, on est en mission pour ramener le Saladier et il n'y a que ça qui compte, pas la façon, entre guillemets. Si on pouvait pousser la balle avec les dents, je le ferais ! Donc la manière aujourd'hui c'est pas très important."

Q: Vous sentez-vous prêt à disputer le double et allez-vous demander à votre capitaine de jouer ?

R:"Ça ne regarde évidemment que notre groupe. On va voir ça ensemble, tout est possible. Quand je suis arrivé sur cette rencontre j'étais préparé à tout. Ce qui compte c'est d'aller chercher ce saladier. On est tous arrivés pour se préparer à être capable d'enchaîner les matches, de faire de belles performances donc je n'y échappe pas. S'il faut y aller, je suis prêt à y aller. Tous les joueurs qui sont sur cette rencontre, je pense, sont prêts à jouer trois jours d'affilée s'il le faut pour leur pays. Quand on joue une finale de Coupe Davis on est prêts à jouer cinq heures vendredi, cinq heures le samedi et cinq heures le dimanche donc aucune possibilité n'est écartée. C'est pour nous tous un dernier sprint, une dernière ligne droite et on est tous prêts à en découdre. On est quatre dans l'équipe donc tout est possible."

Q: Au début de votre match, vous avez semblé agacé par les cris de certains spectateurs. Qu'avez-vous pensé de l'ambiance au stade ?

R: "Il y avait une super ambiance. Les gens sont à fond derrière nous donc forcément, à un moment donné l'arbitre est obligé de remettre le calme sur le terrain. C'était une superbe ambiance aujourd'hui, que ce soit sur le premier comme le deuxième match et j'espère que demain l'équipe de France va mettre le feu dans ce stade."

Propos recueillis en conférence de presse

Catégories: Actualités

Ligue 1: le PSG fait appel de son match à huis clos partiel

ven, 11/24/2017 - 19:46

Le Paris SG a annoncé vendredi faire appel de la sanction "totalement disproportionnée" de la Ligue de football professionnel (LFP), qui lui a infligé un match à huis clos partiel, et a déploré la "politique répressive" de la LFP sur ce sujet.

La commission de discipline de la LFP a infligé jeudi au club parisien un match à huis clos partiel pour le punir de l'usage de nombreux fumigènes par ses supporteurs dans les tribunes du Parc des Princes lors de la réception de Nice.

"Le Paris Saint-Germain conteste avec la plus grande vigueur la décision de la Commission de Discipline de la LFP de fermer la tribune Auteuil pour un match suite à l'utilisation par quelques supporters présents dans cette tribune d'engins pyrotechniques durant le match PSG-Nice le 27 octobre", a indiqué le PSG dans un communiqué.

Cette décision "sanctionne sans discernement plus de 6000 supporters parisiens pour les agissements d'une poignée de fauteurs de trouble", regrette le club leader de la Ligue 1, selon qui "son rayonnement médiatique est utilisé pour démultiplier l'écho de certaines sanctions disciplinaires".

Le Paris SG estime par ailleurs que les sanctions de la commission de discipline de la LFP sur le dossier des engins pyrotechniques "ont montré leur inefficacité depuis de nombreuses années".

"Il encourage la LFP à sortir de sa politique répressive envers les clubs et travailler en commun avec l'ensemble des acteurs concernés à des solutions performantes pour sortir les fumigènes des stades", réclame encore le club.

Le PSG souligne qu'il avait mis en place pour le match contre Nice un système de contrôle à l'entrée du Parc "significativement accru", qui lui a permis d'intercepter des personnes munies de fumigènes, depuis interdites de stade.

"Par la suite, le club a immédiatement porté plainte contre ces individus et résilié leur abonnement pour la saison", souligne le PSG, selon qui empêcher totalement l'introduction de fumigènes dans les stades "est une mission quasiment impossible au regard de la miniaturisation des engins".

La sanction de la LFP sera appliquée mercredi pour le match de L1 contre Troyes.

Catégories: Actualités

Benjamin Griveaux, politicien rodé et porte-voix du renouveau

ven, 11/24/2017 - 19:40

Promu porte-parole du gouvernement vendredi, Benjamin Griveaux est à 39 ans un politicien aguerri, ancien strauss-kahnien devenu élu local et conseiller ministériel, remarqué pour ses talents de gâchette dans la petite équipe qui a fondé En Marche!

Il est de ceux qui ont incarné, de plateaux télés en matinales radio, le visage du renouvellement lors de la dernière campagne présidentielle, portant, au même titre que Richard Ferrand ou Christophe Castaner, la parole d'Emmanuel Macron.

Si Benjamin Griveaux, jusqu'alors inconnu du public, s'est fait un nom à cette occasion, il gravite en réalité depuis une quinzaine d'années dans le monde politique.

"C'est un militant de longue date, engagé, élu local. Il est dans le combat politique, il connaît bien le monde des médias aussi. C'est un profil plus prédestiné", souligne le patron des députés La République en Marche Richard Ferrand.

De fait, il est sans doute le plus rodé au sein du petit commando qui phosphore dans l'orbite d'Emmanuel Macron à partir de l'automne 2015, pour fonder En Marche!

Autour de la table, on retrouve notamment deux actuels conseillers à l'Elysée, Ismaël Emelien et Cédric O, mais aussi les députés Stanislas Guérini et Adrien Taquet. Tous, avec Benjamin Griveaux, sont d'anciens pensionnaires de la "Rue de la Planche", l'ancien QG de Dominique Strauss-Kahn lors de la primaire socialiste de 2006 perdue face à Ségolène Royal.

Une bande très liée, à laquelle M. Griveaux dédiera en 2012 son ouvrage "Salauds de Pauvres (Pour en finir avec le choix français de la pauvreté), chez Fayard.

Mais contrairement à ses amis qui se sont rapidement dirigés vers le privé, il est le seul qui se lancera réellement dans une carrière politique, en partant de sa terre natale, la Saône-et-Loire.

Elu conseiller municipal à Châlons-sur-Saône en 2008, il est nommé vice-président du conseil général de Saône-et-Loire, alors présidé par Arnaud Montebourg, chargé de l'économie, de l'emploi et de l'insertion.

"C'est un élu de terrain mais il aime aussi sur le terrain des idées", résume le député LREM Gabriel Attal, qui fut son adjoint quand il était conseiller de l'ancienne ministre de la Santé Marisol Touraine entre 2012 et 2014.

"Chez lui, ça fuse, il a de l'énergie, du flair, de la réactivité", vante-t-il encore.

- Pompier à Bercy -

Ce fils d'un père notaire et d'une mère avocate, formé à Sciences Po et HEC mais recalé de l'ENA, finit par se sentir à l'étroit au Parti socialiste, bloqué dans son ascension par les barons locaux.

Il abandonne ainsi ses mandats au début de l'automne 2014 pour diriger la communication du groupe d'immobilier commercial Unibail-Rodamco, un poste qu'il quittera en octobre 2016 pour se consacrer à la campagne de M. Macron.

Ce père de deux enfants est rejoint par son épouse Julia Minkowski, avocate au barreau de Paris dans un cabinet réputé, qui élabore une partie du programme justice de M. Macron. Elle est désormais chargée de mission par la Garde des Sceaux Nicole Belloubet pour réfléchir au "sens et à l'efficacité des peines".

Proche de M. Macron, Benjamin Griveaux s'est distingué dans sa défense du programme présidentiel, distribuant avec gourmandises des piques à ses anciens camarades socialistes, quitte à rafraîchir considérablement les relations.

"Il aime la confrontation, le débat", résume la députée LREM Aurore Bergé. "Il est plus clivant car plus exposé, il prend des risques".

Ce fan de l'écrivain américain Brett Easton Ellis et de séries TV en tous genres, aussi amateur des Doors et de Nirvana, crispe parfois au sein de son propre camp.

"Les ambitions de Griveaux sont sans limites, c'est ce qui freine Macron", croit ainsi savoir un député en vue, pour expliquer qu'il n'ait eu qu'un secrétariat d'Etat sans attribution nette à Bercy, en juin dernier, après avoir été élu député à Paris.

Il y joue le pompier de service sur des dossiers industriels sensibles impliquant des suppressions d'emplois, tels que celui l'équipementier creusois GM&S, du géant finlandais des équipements télécoms Nokia ou encore de GE Hydro Grenoble.

Catégories: Actualités

Un acteur libanais arrêté pour avoir "communiqué avec Israël"

ven, 11/24/2017 - 19:35

Le dramaturge et acteur libanais Ziad Itani a été arrêté et inculpé d'avoir "collaboré et communiqué" avec Israël, pays considéré comme ennemi par le Liban, a annoncé vendredi la Sûreté générale libanaise.

Officiellement, le Liban est toujours en état de guerre avec Israël, même si les combats ont cessé entre ces deux pays voisins du Proche-Orient. Beyrouth applique un strict boycott des produits israéliens et interdit à ses citoyens d'avoir des contacts avec des Israéliens.

Ziad Itani, connu pour une série de pièces comiques sur la vie beyrouthine et âgé d'une quarantaine d'années, a été arrêté jeudi.

"Après des mois d'enquête, au Liban et à l'étranger, une unité spécialisée a réussi à confirmer les faits reprochés à Ziad Itani", a indiqué la Sûreté générale dans un communiqué en affirmant que l'acteur "a avoué les faits" durant son interrogatoire.

"Il a reconnu qu'il avait eu pour mission de surveiller un groupe d'hommes politiques de haut niveau (...) et d'obtenir des détails sur leur vie et leur travail", ajoute l'organe de sécurité.

Avant de devenir acteur et auteur, Ziad Itani travaillait comme reporter pour la chaîne de télévision pro-Hezbollah Al-Mayadeen et collaborait avec différents journaux.

Depuis des années, plusieurs pays arabes boycottent Israël en raison de l'occupation par l'Etat hébreu des Territoires palestiniens.

La dernière guerre entre le Liban et Israël remonte à 2006. Elle avait fait près de 1.400 morts dont 1.200 côté libanais. En 1982, Israël avait envahi une partie du Liban qui était alors plongé dans une guerre civile meurtrière (1975-1990).

Catégories: Actualités

Delphine Gény-Stephann, de retour à Bercy après 12 ans chez Saint-Gobain

ven, 11/24/2017 - 19:32

Delphine Gény-Stéphann, nommée vendredi secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie Bruno Le Maire, est une ingénieure des Ponts qui a débuté sa carrière à la direction du Trésor avant de rejoindre le groupe de matériaux de construction Saint-Gobain en 2005.

Agée de 49 ans, elle est diplômée de l'École Polytechnique, de l'École des Ponts ParisTech et du Collège des ingénieurs, et est ancienne ingénieure en chef du corps des ingénieurs des ponts, des eaux et des forêts.

Mme Gény-Stephann a débuté sa carrière en 1994 à la Direction du Trésor du ministère de l'Economie et des Finances, puis a été chef de bureau à l'Agence des Participations de l'Etat, de 1999 à 2005, année où elle rejoint le groupe français Saint-Gobain.

Nommée directrice du Développement du pôle des Matériaux haute performance de l'entreprise, elle devient ensuite directrice financière de l'activité Matériaux céramiques.

En 2013, Delphine Gény-Stéphann est chargée des fusions-acquisitions du Pôle des Matériaux Innovants, avant de devenir en 2014 la directrice du plan et de la stratégie de Saint-Gobain.

En juillet 2017, elle est nommée directrice générale de l'entité Grains céramiques et Quartz (matériaux abrasifs) au sein du Pôle Matériaux innovants, un des trois pôles du groupe, une fonction qu'elle occupait jusqu'à sa nomination en remplacement de Benjamin Griveaux.

La passation de pouvoirs aura lieu samedi à 10H45, a précisé Bercy

"Saint-Gobain est un vivier de talents et nous sommes très fiers de cette nomination", a réagi à l'AFP un porte-parole du groupe.

La nouvelle secrétaire d'Etat a également siégé au sein de conseils d'administration de plusieurs groupes, dont Thalès ou encore Giat Industries.

Elle a reçu la légion d'honneur en 2014.

Catégories: Actualités

Le socialiste Olivier Dussopt, une prise à gauche pour Macron

ven, 11/24/2017 - 19:22

Le député PS de l'Ardèche Olivier Dussopt, ex-proche de Martine Aubry devenu vallsiste, nommé à 39 ans secrétaire d?État, chargé de la Fonction publique, est un homme discret et décrit comme efficace, qui constitue une prise de choix à gauche pour Emmanuel Macron.

"Je refuse de faire le pari de l?échec du quinquennat et je mettrai tout en ?uvre pour la réussite de notre pays", lançait-il, prophétique, en lançant sa candidature aux dernières législatives, même si mardi il votait encore... contre le projet de budget 2018 !

Si ce "bon connaisseur des territoires" apporte selon un membre de la majorité "une caution plus de gauche" au gouvernement Philippe, c'est d'une gauche qui a navigué de Benoît Hamon à Manuel Valls, en passant par Martine Aubry - ce qui lui vaut d'être accusé, y compris par des socialistes, de suivre le "vent".

A un socialiste qui tentait mercredi de le convaincre de ne pas entrer au gouvernement, Olivier Dussopt avait lâché: "Mais c'est le rêve de ma vie !"

Comme pour Manuel Valls apparenté LREM à l'Assemblée, "sa ligne politique est proche de celle d'Emmanuel Macron", assure un élu rallié. C'est l'ancien Premier ministre qui l'aurait poussé à intégrer le gouvernement. Manuel Valls a d'ailleurs été le premier à le féliciter sur Twitter.

Derrière un visage poupin et une voix timide, le sage Olivier Dussopt est dépeint comme "compétent" autant qu'"ambitieux". Il sait être tranchant et "ne fait pas de cadeaux", relatent plusieurs camarades socialistes, dépités mais pas tellement surpris par sa "promotion".

Dans l'opposition, le LR Philippe Gosselin considère que "l'homme a des compétences et des vraies qualités, même si ce n'est pas un meneur de foules".

Les débuts avec Emmanuel Macron avaient pu être froids. Le fils d'ouvriers avait eu une explication en 2014 avec le ministre, après ses propos sur les salariés "illettrés" dans l'abattoir breton Gad - dont il s'était ensuite excusé.

Olivier Dussopt semblait récemment se placer dans la course avant le congrès du Parti socialiste, en déclarant qu'"il y a neuf chances sur dix que le prochain premier secrétaire se trouve parmi nous", à savoir le groupe des "quadras" emmené par le chef de file des députés PS Olivier Faure.

- Porte-voix des petites villes et de la ruralité -

Son créneau, ce sont les collectivités. Les maires sont "exaspérés et dubitatifs" face aux économies demandées, lançait ce porte-voix des petites villes et de la ruralité avant le Congrès des maires cette semaine.

Ce député depuis 2007, de tous les débats sur le local dans l'hémicycle, a tôt creusé son sillon en ce domaine. Après un DESS en conseil en développement économique et ingénierie territoriale, ce natif d'Annonay est devenu collaborateur du sénateur Michel Teston, également président du conseil général de l'Ardèche, entre 2002 et 2006.

Adhérent du PS depuis 2000, il devient conseiller régional en 2006. Alors proche de la Nouvelle Gauche avec Benoît Hamon, il est élu député de la deuxième circonscription de l'Ardèche en 2007, et se retrouve benjamin de l'Assemblée à 28 ans.

En mars 2008, il est élu maire d'Annonay, bourgade industrielle de 17.000 habitants, et démissionne de la Région. En novembre de la même année, il intègre la direction nationale du PS, auprès de Marylise Lebranchu, secrétaire nationale aux territoires.

Lors de la primaire socialiste fin 2011, il est porte-parole de Martine Aubry, avant de rejoindre la campagne de François Hollande.

Réélu au Palais Bourbon en 2012, il devient vice-président du groupe socialiste.

Olivier Dussopt succède en 2014 à Martin Malvy à la présidence de l'Association des petites villes de France et ses quelque 1.200 adhérents.

Il se rapproche de Manuel Valls et devient un de ses porte-parole lors des primaires de 2017.

En juin dernier, il est réélu député face à une candidate En Marche, et doit quitter sa mairie pour cause de non-cumul, mais reste conseiller municipal.

Outre les collectivités et les finances locales, ce pilier de la commission des Lois de l'Assemblée s'est investi dans les débats sur la bioéthique, le mariage pour tous, plus récemment les lois de moralisation. Il milite de longue date pour la procréation médicalement assistée.

Catégories: Actualités

IDF: le conseil régional allonge le temps de travail d'une partie des agents

ven, 11/24/2017 - 19:20

La région Ile-de-France a adopté vendredi une modification du temps de travail pour une partie des agents, dans une ambiance tendue entre élus de la majorité et opposition, les premiers défendant une réforme "pragmatique", les autres dénonçant une "régression" et un "mépris".

Selon le texte adopté, les agents de la Région, qui travaillaient jusqu'à présent 1.568 heures par an, vont désormais devoir travailler 1.607 heures annuelles.

"Nos agents avaient un temps de travail de 39 heures de moins que le régime de droit commun du service public", a expliqué la vice-présidente Marie-Carole Ciuntu, précisant que les agents allaient "passer de 34 heures 14 hebdomadaires à 35 heures".

Cette modification va se traduire par la perte de cinq jours de congés sur un total de 53 par an. Mais ce changement ne s'appliquera qu'aux 1.800 agents du siège, ceux des lycées (environ 8.000) restant alignés sur les 1.568 heures annuelles, "compte tenu de la pénibilité de leur travail".

Le texte prévoit également "une baisse globale du nombre de jours et de motifs accordés pour autorisation spéciale d'absence (décès familiaux, mariage, etc.), mais élargit la notion de cercle familial", a précisé Mme Ciuntu. Selon les syndicats, cela se traduit par la "suppression de 30 jours".

Rappelant que le temps de travail actuel des agents dérogeait à une circulaire du ministère de la Fonction publique de 2017, elle a expliqué que la région avait "simplement voulu à la marge se mettre dans le droit commun de la Fonction publique".

"Nous demandons aux agents du siège de prendre leur part à la diminution des frais de fonctionnement de manière très modérée", a-t-elle aussi précisé.

A gauche, le groupe Alternative écologiste et sociale a dénoncé une "démonstration de la casse du service public" et une mesure de "régression sociale", le Front de gauche "une remise en cause de toutes clauses à l'avantage des agents".

"Qui peut dire que les agents ne font pas 35 heures?", a demandé le PS, soulignant que "tous les services sont en sous effectif, tous les gens partent et les postes sont gelés".

Les Radicaux de gauche (RCDEC) ont rappelé les inquiétudes des agents sur les suppressions de postes (50 par an) et sur le déménagement à venir du siège à Saint-Ouen et les futurs open-space.

L'opposition de gauche a également déploré l'absence pendant le débat de la présidente Valérie Pécresse (LR), dénonçant "un mépris pour les agents".

Mme Pécresse avait accepté de recevoir une délégation syndicale vendredi en fin de journée, mais les syndicats, qui avaient demandé cette rencontre jeudi matin, ont regretté qu'elle soit programmée après le vote du texte, et ont finalement refusé le rendez-vous, a-t-on appris auprès de la CGT.

Près de 300 agents, de source policière, ont manifesté jeudi à proximité du siège, à l'appel de sept syndicats sur huit.

Pour le Modem, il s'agissait au contraire "d'une réforme indispensable", et d'un rapport "très pragmatique" selon l'UDI.

Le groupe LR a souligné que "respecter les agents, c'est leur dire la vérité, et pas leur faire croire que rien ne va changer".

Le FN s'est de son côté inquiété des garanties pour les agents "en termes de durée quotidienne, d'amplitude horaire, de durée hebdomadaire, de travail de nuit ou de pause".

Catégories: Actualités

Pages