France 24 - L'info en continu

S'abonner à flux France 24 - L'info en continu France 24 - L'info en continu
Mis à jour : il y a 40 min 22 sec

Ligue 1: Monaco, deux points de perdus à Toulouse

sam, 02/24/2018 - 19:40

Les Monégasques auraient pu regarder sereinement le "Clasico" dimanche soir, lors de la 27e journée de Ligue 1. Mais, rattrapés dans les derniers instants à Toulouse (3-3) samedi, ils ont fragilisé leur place de dauphin du Paris Saint-Germain devant l'OM.

Avant le choc entre Neymar and co et les Marseillais, les champions en titre comptent deux points d'avance (57 points) sur l'OM. Et ne sont donc pas assurés d'être toujours deuxièmes à l'issue de la journée, en cas d'exploit des hommes de Rudi Garcia au Parc.

Pourtant, quatre points d'avance potentiels leur tendaient les bras au Stadium, une avance confortable avant d'aborder la dernière ligne droite de la course à la deuxième place directement qualificative pour la Ligue des Champions.

Mais ils ont craqué dans le dernier quart d'heure, gâchant les deux buts d'avance que leur avaient conféré le doublé de Rony Lopes (8e, 47e) et le troisième but de Stevan Jovetic (72e).

Toulouse est revenu d'abord sur un penalty d'Andy Delort (77e), après une faute contestable de Glik sur Yaya Sanogo. Puis par Sanogo (87e) sur une frappe en pivot, après un centre de Delort.

- Lopes omniprésent -

Toujours privé de Radamel Falcao, blessé à la cuisse, Monaco avait pu avant cette égalisation compter sur l'efficacité de Rony Lopes, auteur d'un doublé et de quatre buts en quatre matches.

Le Portugais a ouvert le score au bout de huit minutes de jeu, servi sur un plateau par Keita Baldé, qui s'est défait de deux défenseurs toulousains.

Préféré à Stevan Jovetic pour occuper la pointe de l'attaque monégasque, le Sénégalais a fini par lui laisser sa place à la 42e minute, touché à la cuisse.

Toulouse est toutefois parvenu à égaliser une première fois contre le cours du jeu par Ibrahim Sangaré (24e), servi par Issiaga Sylla, parti dans le dos de Djibril Sidibé.

Si le TFC - privé de son meilleur joueur, Max-Alain Gradel, suspendu - s'est montré de nouveau dangereux par Steeve Yago (29e) ou Yaya Sanogo (31e), Lopes a inscrit un deuxième but en début de deuxième période en reprenant en force une frappe de Jovetic sur le poteau de Lafont, après un joli une-deux entre Sidibé et Thomas Lemar.

Et il a été ensuite à l'origine de l'action amenant le troisième but de Jovetic.

Mais cela n'aura pas suffi et Monaco peut s'en vouloir.

Catégories: Actualités

Ligue 1: Monaco cale à Toulouse et fragilise sa deuxième place

sam, 02/24/2018 - 19:20

Monaco a calé à Toulouse samedi (3-3) et fragilisé sa deuxième place au classement, donnant encore plus de relief au choc entre le PSG et l'OM dimanche soir (21h00), pour le compte de la 27e journée de Ligue 1.

Si les Marseillais (3e, 55 points) réalisent l'exploit au Parc des Princes, ils pourront s'emparer de la deuxième place. Monaco (2e, 57 points), qui avait marqué par Rony Lopes (8e, 47e) et Stevan Jovetic (72e), a craqué en fin de partie sur une réalisation de Yaya Sanogo (87e).

Les Toulousains étaient déjà revenus au score par Ibrahim Sangaré (24e) et Andy Delort (78e) sur penalty.

A la fin de la rencontre, le défenseur de l'ASM Andrea Raggi s'est emporté contre l'arbitrage, en jugeant le penalty toulousain injustifié: "Comment tu peux siffler ça? C'est pour ce genre de choses que la vidéo va aider les arbitres!".

Les deux chocs de cette 27e journée auront lieu dimanche avec le derby Lyon-Saint-Etienne à 17h00 et le clasico PSG-OM à 21h.

Les Parisiens entament dix jours décisifs, avec une deuxième confrontation contre Marseille mercredi en quart de finale de Coupe de France et la réception du Real Madrid le 6 mars en 8e de finale retour de Ligue des champions.

Résultats de la 27e journée:

vendredi

Strasbourg - Montpellier 0 - 0

samedi

Toulouse - Monaco 3 - 3

(20h00) Guingamp - Metz

Lille - Angers

Nantes - Amiens

Rennes - Troyes

Dijon - Caen

dimanche

(15h00) Bordeaux - Nice

(17h00) Lyon - Saint-Etienne

(21h00) Paris SG - Marseille

Catégories: Actualités

Warren Buffett gagne 29 milliards avec la réforme fiscale de Trump

sam, 02/24/2018 - 19:00

Berkshire Hathaway, la holding du milliardaire américain Warren Buffett, a reçu un gros chèque de 29 milliards de dollars en 2017 en raison de la réforme fiscale adoptée par l'administration Trump, qui abaisse massivement les impôts pour les entreprises.

Dans sa très attendue lettre annuelle aux actionnaires, "l'oracle d'Omaha", 87 ans, indique que le gain net des participations de sa société était de 65,3 milliards de dollars en 2017.

"Une grande partie de cette portion ne vient pas de ce que nous avons accompli à Berkshire", explique Warren Buffett, un des investisseurs les plus admirés au monde. "Seulement 36 milliards viennent de nos opérations. Le reste des 29 milliards nous a été donné en décembre quand le Congrès a réécrit le code fiscal".

La réforme fiscale abaisse officiellement le taux d'imposition des entreprises américaines de 35 à 21%, ce qui a conduit un très grand nombre d'entre elles à modifier leur comptabilité. Ces changements se sont traduits pour certaines par des surcoûts importants et pour d'autres comme Berkshire Hathaway par de gros gains fiscaux.

M. Buffett n'a jamais caché ses sympathies démocrates et se plaint régulièrement de ne pas payer assez d'impôts au vu de sa richesse évaluée à 86 milliards de dollars par Forbes. Il s'est engagé, comme d'autres milliardaires, à donner l'essentiel de sa fortune à des oeuvres charitables.

Berkshire Hathaway, sa holding, a des participations dans une quinzaine de grandes entreprises réparties dans divers secteurs de l'économie américaine allant de la finance à l?énergie en passant par l'assurance et le transport aérien: American Express, Apple, Bank of America, Charter Communications, Coca-Cola, Delta Air Lines, General Motors, Goldman Sachs, Moody's, Wells Fargo, Southwest Airlines ...

L'an dernier, le bénéfice net de Berkshire Hathaway est passé de 24,07 milliards de dollars en 2016 à 44,94milliards au 31 décembre.

L'entreprise a encore vu son trésor de guerre augmenter: elle disposait de 116 milliards en cash et en bons du Trésor américain fin 2017, une manne que Warren Buffett voudrait utiliser pour étoffer son portefeuille via des acquisitions.

Le légendaire investisseur, dont les placements avisés sont surveillés à la loupe, dit avoir besoin "d'une ou de plusieurs grosses acquisitions" pour accroître la rentabilité de Berkshire Hathaway mais redoute de devoir attendre parce que les prix demandés et pratiqués actuellement ne sont pas raisonnables.

"Les prix pour des activités décentes et loin d'être spectaculaires ont atteint des niveaux record. En effet, les prix sont quasiment sans importance pour une légion d'acquéreurs optimistes", se lamente Warren Buffett.

La faute, explique-t-il, a l'environnement actuel des milieux d'affaires, notamment Wall Street, qui encourage les grands patrons à signer à tout-va de gros chèques pour des acquisitions sans même se soucier de leur valeur réelle.

Le coût très bas de la dette contribue également à alimenter la fièvre acheteuse, de nombreuses entreprises s'endettant pour financer leurs transactions.

"C'est fou de risquer ce qu'on a et ce dont on a besoin pour obtenir ce dont on n'a pas besoin", fustige le milliardaire, symbole de la réussite d'une politique d'investissement à long terme.

Warren Buffett n'a pas effectué d'acquisition majeure depuis le rachat en 2015 pour plus de 32 milliards de dollars de l'équipementier aéronautique Precision Castparts.

Invoquant des raisons fiscales, il a toujours rechigné à utiliser les excès de liquidités de Berkshire Hathaway pour gâter les actionnaires avec de gros dividendes.

En janvier, il a commencé à préparer sa succession en nommant au conseil d'administration deux dauphins, Gregory Abel, 55 ans, et Ajit Jain, 66 ans. Warren Buffet et Charles Munger, 94 ans, son partenaire en affaires de longue date, conservent pour le moment leurs responsabilités.

Catégories: Actualités

Tennis: Lucas Pouille rejoint Khachanov en finale à Marseille

sam, 02/24/2018 - 18:57

Lucas Pouille, 16e mondial, s'est qualifié samedi pour la finale du tournoi ATP de Marseille, en battant le Bélarusse Ilya Ivashka (193e mondial), issu des qualifications, en deux sets, 6-3, 7-6 (8/6).

Le Nordiste, qui a fêté ses 24 ans vendredi, tentera de décrocher le deuxième titre de sa saison 2018, après son sacre à Montpellier le 11 février dernier, et le sixième de sa carrière.

Il affrontera dimanche le jeune Russe de 21 ans Karen Khachanov, 47e mondial, tombeur un peu plus tôt dans la journée du Tchèque Tomas Berdych, 17e mondial.

Après avoir remporté facilement le premier set, Pouille a dû batailler plus durement dans le second, faisant le break à plusieurs reprises, mais voyant chaque fois son adversaire revenir au score. Au tie-break, le même scénario semblait se reproduire, avec Pouille menant 5-2, puis finalement rattrapé à 5-5 par un Ivashka toujours pugnace. Mais le Bélarusse finissait par céder, perdant ses deux services d'affilée, avant que Pouille ne remporte le sien et le match.

Invité surprise de ces demi-finales, Ilya Ivashka avait profité de l'abandon de Stan Wawrinka en 8e de finale, avant de battre le Français Nicolas Mahut (100e) en quart.

Pour sa deuxième participation au tournoi de Marseille, Khachanov a su faire la différence samedi face à Berdych, en s'imposant en deux sets, 6-3, 6-2.

"Le score donne l'impression que c'était super facile mais j'avais le trac et ce n'était pas si simple que ça au début, a expliqué Khachanov après son match. Après, je me suis détendu et mon niveau était très bon".

"Depuis le début de la semaine, je m'améliore de jour en jour. Il n'y a pas de meilleur sentiment que celui d'avancer dans un tournoi jusqu'en finale. Alors forcément, je ne peux que me sentir super bien après cette victoire !", expliqué le Russe.

Karen Khachanov tentera dimanche de remporter le deuxième titre de sa jeune carrière, après sa victoire à Chengdu, en octobre 2016.

Catégories: Actualités

Juger les jihadistes de l'EI, une mission délicate pour les Kurdes en Syrie

sam, 02/24/2018 - 18:35
Comment les autorités kurdes gèrent-elles les anciens combattants de l'organisation État islamique ? Reportage exclusif de France 24 au tribunal antiterroriste de Qamishli, au Kurdistan syrien.
Catégories: Actualités

Tennis: Elina Svitolina remporte la finale à Dubaï

sam, 02/24/2018 - 18:20

L'Ukrainienne Elina Svitolina, 4e mondiale, a battu samedi en finale du tournoi WTA de Dubaï, la Russe Darya Kasatkina en deux sets 6-4, 6-0.

Elina Svitolina, 23 ans, tête de série numéro un du tournoi et tenante du titre, s'était qualifiée pour la finale en battant vendredi l'Allemande Angelique Kerber, 6-3, 6-3.

Kasatkina, 24e mondiale à seulement 20 ans, s'était qualifiée elle en s'imposant contre l'Espagnole Garbine Muguruza, 3e mondiale, 3-6, 7-6 (13/11), 6-1. En finale samedi elle tentait de remporter son deuxième titre sur le circuit après Charleston en 2017.

Catégories: Actualités

Affaire Seznec: un os retrouvé lors de de fouilles dans l'ancienne maison familiale

sam, 02/24/2018 - 18:00

Un os humain, "peut-être une tête de fémur", a été retrouvé samedi lors de fouilles dans la maison où vivait la famille Seznec à Morlaix (Finistère), avec l'espoir d'y retrouver le corps de Pierre Quémeneur près d'un siècle après sa disparition, a déclaré le procureur de Brest Philippe Récappé.

"Ca pourrait être un os humain, peut-être une tête de fémur", a indiqué le procureur arrivé sur les lieux plusieurs heures après le début de fouilles dans un ancien cellier, ajoutant qu'"une photo en a été prise" et "a été transmise au médecin légiste".

Un morceau de pipe a été également retrouvé. Apès cette découverte, "la PJ de Rennes a été saisie" et les "fouilles ont été bloquées", a précisé le procureur.

Selon lui, "d'autres fouilles vont être menées" sous le contrôle de la police et de la justice".

Dans un premier temps, il n'a pas été possible de déterminer si l'os découvert était d'origine humaine ou animale.

Une dizaine de bénévoles participaient à ces fouilles privées entamées en début de matinée dans un ancien cellier à l'aide d'une tractopelle. La propriétaire de la maison, actuellement inoccupée, a donné son autorisation pour que des fouilles soient menées dans l'ancienne cave et l'ancien cellier, selon les initiateurs des travaux.

Guillaume Seznec a été condamné en 1924 au bagne à perpétuité pour le meurtre un an plus tôt de Pierre Quémeneur, conseiller général du Finistère avec lequel il était associé en affaires, ainsi que pour des faux en écriture.

Mais le corps de Quémeneur n'a jamais été retrouvé et Seznec, condamné sans preuves, n'a jamais avoué.

Ces nouvelles recherches sont motivées par la révélation, dans un ouvrage paru en 2015, du témoignage inédit d'un des enfants du couple Seznec, âgé de 11 ans au moment des faits. Il a été enregistré en 1978 par l'un de ses neveux.

En ce jour ensoleillé de mai 1923, "Petit-Guillaume" raconte avoir entendu sa mère repousser les avances d'un certain "Pierre", puis avoir vu Quémeneur par terre et sa mère debout devant lui. "Je crois qu'elle a dû se défendre et le frapper à la tête", racontait-t-il, selon le récit qu'en a fait Denis Langlois dans "Pour en finir avec l'affaire Seznec".

En 2015, M. Langlois avait demandé au procureur de Brest de faire procéder à des investigations dans l'ancienne maison familiale pour savoir si le corps y était enfoui.

Le procureur avait rejeté cette demande, estimant qu'elle ne pouvait émaner que du condamné, de ses descendants ou des autorités judiciaires compétentes.

"Si des ossements ou des objets concernant l'affaire Seznec sont découverts" lors des fouilles entamées samedi, "nous avertirons la gendarmerie et le procureur", avait indiqué auparavant Denis Langlois, avocat entre 1976 et 1990 de la famille de Guillaume Seznec. "Une procédure de révision du procès de Seznec serait alors certainement mise en route", a-t-il ajouté.

Depuis 1924, quatorze demandes en révision du procès ont été rejetées, la dernière en 2006.

Catégories: Actualités

Italie: démonstration de force de l'extrême droite et des antifascistes

sam, 02/24/2018 - 17:50

L'Italie a été parcourue de manifestations politiques parfois tendues samedi, à une semaine des législatives du 4 mars, avec une démonstration de force de Matteo Salvini (extrême droite) à Milan et des milliers de manifestants antifascistes à Rome.

Parallèlement, d'autres groupes d'extrême droite ont tenu dans différentes villes du pays des rassemblements émaillés de heurts entre forces de l'ordre et contre-manifestants d'extrême gauche.

Sur le parvis de la cathédrale à Milan, c'est sur l'aria "Nessun dorma" et son épique "vincerò" (je gagnerai) final que M. Salvini est arrivé, sa fille de 5 ans dans les bras, sur le podium pour décliner son programme.

Allié avec la droite de Silvio Berlusconi pour les législatives, le patron de la Ligue ambitionne d'arriver premier au sein de cette coalition qui fait la course en tête dans les sondages afin de devenir chef du gouvernement.

"Les Italiens d'abord", a-t-il martelé samedi en s'attaquant d'abord à l'immigration et à Matteo Renzi, chef de file du centre gauche pour les élections, copieusement sifflé par la foule -- 15.000 à 20.000 personnes selon la police, 50.000 selon la Ligue -- qui agitait, sous le soleil, des drapeaux de la Ligue, de Venise ou encore de la Sardaigne.

A l'instar des autres mouvements d'extrême droite qui fleurissent en s'adressant à des populations qui se sentent abandonnées, il a promis de s'occuper en priorité "des personnes âgées contraintes de fouiller dans les cartons jetés par les supermarchés", des ouvriers victimes des délocalisations, des petits commerçants...

"Salvini représente le changement pour l'Italie. C'est un moment très important", a expliqué Diego Bazzano, militant de 30 ans de la Ligue venu de Carcare, en Ligurie (nord-ouest).

"Nous Italiens, nous n'avons plus de droits, nous n'avons plus de travail, nous ne pouvons plus accueillir tous ceux qui viennent de l'étranger et ensuite commettent des délits. Nous ne sommes plus libres de vivre comme nous le voulons", a-t-il ajouté.

C'est aussi de liberté qu'il s'est agi à Rome, où des milliers de personnes ont défilé dans le calme pour dénoncer le fascisme, un rassemblement décidé lorsqu'un militant de la Ligue a tiré sur des Africains à Macerata (centre) en représailles à un meurtre sordide attribué à des Nigérians.

- Incidents à Milan -

A l'appel l'association nationale des partisans de l'Italie, les manifestants ont défilé sous une petite pluie froide et une marée de drapeaux rouges et verts de syndicats.

"Nous sommes là pour dire non au fascisme, parce qu'il y a trop d'épisodes malsains en ce moment, il ne faut pas que ça revienne", a déclaré à l'AFP Rita Solo, 50 ans, militante du syndicat CGIL venue de Sardaigne. Derrière elle, une pancarte proclamait: "Make Italia antifascista again" (Rendez l'Italie à nouveau antifasciste).

"Les partis nationalistes font réémerger les valeurs fascistes, la peur de ce qui est différent revient. Nous les jeunes on ne peut pas céder à cette peur, sinon on va faire un bond de 100 ans en arrière", a ajouté Marta Zambon, éducatrice milanaise de 27 ans, un foulard tricolore autour du cou.

Le chef du gouvernement, Paolo Gentiloni, et le chef de file du centre gauche pour les élections, Matteo Renzi, ont brièvement participé à ce rassemblement qui s'est déroulé dans le calme.

En revanche, d'autres défilés ont été émaillés d'incidents. A Milan, de brefs heurts ont opposé les forces de l'ordre à des militants d'extrême gauche dénonçant la tenue d'un rassemblement de Fratelli d'Italia (extrême droite) le matin puis de CasaPound (néofasciste) en début d'après-midi.

Depuis une dizaine de jours, des policiers et des manifestants avaient été blessés dans plusieurs incidents de ce genre, en particulier à Bologne et à Turin.

A Rome, c'est lors d'un rassemblement contre la libéralisation du marché du travail orchestrée par M. Renzi que des manifestants ont tiré de gros pétards assourdissants en direction des forces de l'ordre.

Et à Palerme, en Sicile, le climat était tendu avant un rassemblement prévu à 18H00 (17H00 GMT) du groupuscule néofasciste Forza Nuova protestant contre l'agression d'un responsable local du mouvement, roué de coups mardi par des hommes masqués.

Catégories: Actualités

Top 14: Montpellier assure juste l'essentiel devant Bordeaux

sam, 02/24/2018 - 17:47

Montpellier a conforté sa place de leader du Top 14 en arrachant un succès très laborieux (11-10) face à Bordeaux-Bègles, qui assure le bonus défensif, samedi à l'Altrad Stadium en ouverture de la 18e journée.

Sur l'élan de sa quatrième victoire consécutive, l'équipe de Vern Cotter compte six points d'avance sur le Racing 92, qui joue samedi soir à Pau.

Petite victoire d'un petit point. Maître presque absolu chez lui, le MHR a peiné comme jamais pour mettre en place son jeu et son attaque. Après sa courte victoire devant Clermont, début novembre, il doit se contenter d'un succès étriqué, sans l'habituel bonus offensif, loin de ses canons habituels de plus de cinq essais par match à domicile.

A deux semaines du sulfureux choc au sommet face au Racing 92, l'équipe de Cotter, lequel avait ménagé quelques leaders, préservés sur le banc ou légèrement blessés, ne s'est pas vraiment rassuré.

En concédant sa troisième défaite consécutive, Bordeaux-Bègles (9e), diminué par de multiples absences, déplore huit points de retard sur Lyon (6e) et Castres (7e) qui s'affrontent en soirée, et peut nourrir des regrets au bout d'un match où il a inscrit deux essais par son ailier samoan Ed Fidow.

Avec une équipe remaniée, pour moitié, le MHR a manqué dans les grandes largeurs sa première mi-temps. Malmené par des Bordelais entreprenants jusqu'à l'heure de jeu, l'équipe de Cotter a repris l'avantage sur son unique essai marqué par le centre sud-africain Jan Serfontein (61), exploitant un parfait service au pied de François Steyn, entré en cours de jeu.

Montpellier était mené pour la première fois à la mi-temps, plombé par les approximations, les ballons tombés, les mauvais choix et une apathie générale. A huit minutes de la pause, le maigre avantage d'une pénalité de Pienaar (7) était renversé par un essai en première main de Bordeaux, inscrit par Fidow (3-5, 32). Ce dernier récidivait dès la reprise (41) pour réussir un doublé en interceptant une passe de Pienaar pour Nadolo. Il compliquait la vie du MHR qui finissait par assurer l'essentiel.

Catégories: Actualités

JO-2018: Gabriella Papadakis porte-drapeau de la France pour la cérémonie de clôture

sam, 02/24/2018 - 17:40

Gabriella Papadakis, médaillée d'argent en danse sur glace mardi, sera dimanche porte-drapeau de la délégation française lors de la cérémonie de clôture des Jeux olympiques de Pyeongchang, a annoncé samedi Martin Fourcade.

"Et naturellement (son partenaire en danse) Guillaume (Cizeron) l'accompagnera", a précisé dans son message aux journalistes Fourcade, qui était porte-drapeau des Bleus pour l'ouverture des Jeux le 9 février.

"Nous trouvions, en concertation avec Denis Masseglia (le président du Comité national olympique et sportif français), les présidents de fédération et le chef de mission, que la performance de Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron méritait d'être mise à l'honneur lors de la cérémonie de clôture", a expliqué le triple champion olympique de biathlon à Pyeongchang.

Papadakis, dont le costume s'est décousu lors du programme court de la compétition de danse sur glace, a finalement pris la deuxième place avec Cizeron, derrière leurs rivaux N.1, les Canadiens Tessa Virtue et Scott Moir, déjà sacrés en 2010.

"Je pense que le porte-drapeau de la cérémonie de clôture doit symboliser l'avenir et je ne suis pas sûr d'être l'athlète qui symbolise le plus l'avenir en équipe de France", avait déjà averti Fourcade vendredi.

Catégories: Actualités

Malaisie : riz et quinoa s'invitent dans la campagne des législatives

sam, 02/24/2018 - 17:36
Un éloge du Premier ministre malaisien, Najib Razak, sur les bienfaits du quinoa s'est transformé en un thème de campagne des législatives du mois de mai. Ses opposants y voient un signe de richesse, déconnecté de l'ordinaire des Malaisiens.
Catégories: Actualités

Contre la mode spectacle, le classicisme de Giorgio Armani

sam, 02/24/2018 - 17:31

Point d?orgue du quatrième jour de la semaine de la mode de Milan, Giorgio Armani a présenté samedi sa nouvelle collection automne-hiver, intitulée "Atmosphère", qui s?élève contre la mode spectacle et revendique le classicisme de la maison.

"Ma mode n'est pas celle du spectacle qui dure le temps d'un défilé, qui sert à faire parler et qui serait déconnectée de ce que le client trouve ensuite dans mes boutiques", a déclaré Giorgio Armani à l'AFP, à la sortie du défilé.

"Je ne vous parlerai pas de têtes coupées? Je n?ai jamais joué ce jeu là et le défilé d'aujourd?hui confirme l?idée que je défends depuis toujours: je ne suis pas là pour vous embrouiller", a-t-il dit, en faisant allusion aux polémiques du dernier défilé Gucci mercredi (les mannequins avaient parfois un troisième ?il, tantôt un bébé dragon ou leur propre tête dans les bras comme accessoire dernier cri).

La saison est un croisement entre les codes "armaniens" comme le maître aime à les appeler -l?élégance linéaire, les formes essentielles, pures et allongées ? et les influences d?autres cultures.

Les motifs ethniques se déclinent sur les broderies de vestes courtes ou longues, dans les bijoux à pompon, sur les franges de sac en bandoulière. "L?intrusion et l?inclusion de références ethniques dans la mode est ce qui provoque l?émotion. Saint-Laurent avec le Maroc l?a fait dans les années 70 et c?est cela qui a marqué les esprits", a-t-il analysé pour l'AFP.

Les silhouettes sont fluides, les pantalons bouffants et libres, les chaussures plates. La palette neutre qui caractérise le style d?Armani est ici rehaussée de couleurs vives, fuchsia, rouge, de reflets métallisés ou agrémentée de strass.

Après le défilé, une partie des invités a pu assister dans le théâtre attenant à la projection d'un court-métrage intitulé "La Veste". Le projet est le résultat du Armani Laboratorio, un atelier cinématographique qui s?est déroulé en novembre dernier et qui a permis à huit jeunes talents de différentes disciplines du cinéma de travailler pendant une semaine avec leurs mentors, des professionnels renommés du secteur.

Giorgio Armani qui assistait à la projection s?est déclaré "heureux du résultat". "Lorsqu?un projet nait mais que je n?en ai pas le contrôle, je dois m?en remettre au talent des autres et cela crée de l?appréhension. Je suis donc rassuré et très satisfait", a-t-il confié.

Catégories: Actualités

Tournoi: l'Irlande bat le Pays de Galles 37-27

sam, 02/24/2018 - 17:16

L'Irlande a battu le pays de Galles (37-27) samedi à Dublin, conservant ainsi ses chances de réaliser un Grand Chelem à l'issue de la troisième journée du Tournoi des six nations.

Le XV du Trèfle s'est aussi emparé du point de bonus offensif, grâce à cinq essais de Dan Leavy (45), Cian Healy (54), Bundee Aki (40), et un doublé de Jacob Stockdale (7, 80), responsable de l'interception qui a définitivement scellé le sort de la rencontre après la sirène.

Catégories: Actualités

Le PSG avec Neymar, mais sans Verratti contre l'OM

sam, 02/24/2018 - 17:11

Neymar, qui avait manqué l'entraînement vendredi en raison d'un virus, figure bien dans le groupe parisien pour la réception de Marseille dimanche soir (21h00) en Ligue 1, contrairement à Marco Verratti, forfait.

Unai Emery avait évoqué la veille "un syndrome viral" pour Neymar, mais s'était dit confiant pour son retour.

Marco Verratti s'était de son côté entraîné avec le kiné, en raison de "douleurs abdominales", selon L'Equipe. Le milieu de terrain italien ne sera pas là pour ce premier clasico, avant un deuxième PSG-OM mercredi en quart de finale de Coupe de France.

Yuri Berchiche est également absent après avoir quitté l'entraînement la veille à cause d'une douleur à la cuisse droite. Layvin Kurzawa devrait donc occuper le poste de latéral gauche.

Le PSG entame 10 jours décisifs avec cette double confrontation contre l'OM, puis le match retour contre le Real Madrid (vainqueur 3-1 à l'aller) en 8e de finale de Ligue des champions, le 6 mars, toujours au Parc des Princes.

Catégories: Actualités

JO-2018: Gabriella Papadakis porte-drapeau pour la cérémonie de clôture

sam, 02/24/2018 - 17:00

Gabriella Papadakis, médaillée d'argent en danse sur glace mardi, sera dimanche porte-drapeau de la délégation française lors de la cérémonie de clôture des Jeux olympiques de Pyeongchang, a annoncé samedi Martin Fourcade.

"Et naturellement (son partenaire en danse) Guillaume (Cizeron) l'accompagnera", a précisé dans son message aux journalistes Fourcade, qui était porte-drapeau des Bleus pour l'ouverture des Jeux le 9 février.

"Nous trouvions, en concertation avec Denis Masseglia, et le chef de mission, que la performance de Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron méritait d'être mise à l'honneur lors de la cérémonie de clôture", a expliqué le triple champion olympique de biathlon à Pyeongchang.

Papadakis, dont le costume s'est décousu lors du programme court de la compétition de danse sur glace, a finalement pris la deuxième place avec Cizeron, derrière leurs rivaux N.1, les Canadiens Tessa Virtue et Scott Moir, déjà sacrés en 2010.

"Je pense que le porte-drapeau de la cérémonie de clôture doit symboliser l'avenir et je ne suis pas sûr d'être l'athlète qui symbolise le plus l'avenir en équipe de France", avait déjà averti Fourcade vendredi.

Catégories: Actualités

Appels à la prudence avant l'arrivée de la vague de froid

sam, 02/24/2018 - 17:00

Risques d'hypothermie ou de gelures: les autorités ont appelé à la prudence avant l'arrivée dimanche d'une vague de froid, en particulier sur la moitié nord du pays qui devrait vivre plusieurs jours de températures glaciales accompagnées de vent.

En raison d'un phénomène appelé "Moscou-Paris", des masses d'air froid intense venues de Sibérie doivent arriver par l'est à partir de dimanche après-midi.

De lundi à mercredi, Météo-France prévoit des températures minimales de -6°C à -10°C sur une grande moitié est (hors Méditerranée avec des températures entre 0°C et -4°C) et entre -2°C et -6°C sur l'ouest.

Mais le vent soutenu, avec des rafales pouvant aller entre "40 et 60km/h en pointe, localement 70 à 80km/h notamment sur les côtes de la Manche", "favorisera un ressenti glacial", dès dimanche et surtout entre lundi et mercredi, a noté Etienne Kapikian, prévisionniste à Météo-France.

Ainsi, les températures ressenties pourront "descendre vers les -12 à -18°C sur un bon tiers nord-est" pendant ces trois journées qui devraient être les plus froides de l'hiver, a-t-il ajouté.

La température ressentie, ou "indice de refroidissement éolien", dépend de la vitesse du vent, qui vient balayer en permanence la couche isolante d'air chaud que le corps fabrique à la surface de la peau.

En raison de cette vague de froid, remarquable surtout par le fait qu'elle est particulièrement tardive, les autorités ont activé dans 37 départements le plan "grand froid" qui permet notamment d'ouvrir plus de places d'hébergement pour les sans-abris.

Un homme de 62 ans qui vivait dans une cabane dans les bois dans les Yvelines a été retrouvé mort vendredi, un décès dû en partie au froid, selon la gendarmerie.

La Direction générale de la Santé a de son côté rappelé les "précautions indispensables" à prendre en raison du froid intense pour se protéger de l'hypothermie, des gelures ou de l'aggravation d'éventuels risques cardio-vasculaires....

Elle conseille d'éviter les sorties pour les nourrissons ou les personnes âgées, et de se couvrir chaudement, en protégeant surtout la tête, le cou, les mains et les pieds.

Les autorités ont également mis en garde contre les risques d'intoxication au monoxyde de carbone liés à des chauffages défectueux.

La "vague de froid" sur la moitié nord pourrait durer jusqu'à vendredi, selon Météo-France.

En revanche, l'épisode sera plus bref au sud , "un simple coup de froid tardif assez intense, surtout mardi", a noté M. Kapikian.

Le redoux attendu sur le sud mercredi devrait être accompagné par des chutes de neige en plaine, épisode neigeux qui devrait remonter vers le nord jeudi. Mais Météo-France n'a pas encore pu évaluer son intensité.

Catégories: Actualités

Tournoi: un zeste de confiance et une montagne de travail pour le XV de France

sam, 02/24/2018 - 16:40

Passé le soulagement d'avoir mis un terme vendredi contre l'Italie (34-17) à sa série noire de résultats, le XV de France, tout juste rassuré, a deux semaines pour gommer ses nombreuses imperfections avant de recevoir l'ogre anglais dans le Tournoi des six nations.

+ 'Un peu plus de sérénité'

Les Bleus ne sont pas dupes: remporter leur première victoire depuis onze mois contre l'Italie, qui avait perdu ses quatorze précédents matches du Tournoi, constitue simplement le minimum syndical. "Ce n'est qu'un match. On ne peut pas dire que c'est lancé, qu'on va marcher sur tout le monde. Ce serait se mentir à soi-même, à tout le monde. On commence juste à sortir la tête de l'eau", a ainsi affirmé Mathieu Bastareaud dans les couloirs du Vélodrome de Marseille.

Mais cette victoire permettra au moins de "travailler avec un peu plus de sérénité", a espéré Maxime Machenaud. "Pour la tête des mecs, c'est important", a embrayé samedi l'entraîneur adjoint Julien Bonnaire.

Derrière les Bleus, sans doute, l'exclusion des "fêtards" d'Edimbourg. Et à coup sûr la série noire de résultats. Et après une semaine d'entraînement restreinte et compliquée, l'encadrement disposera également de meilleures conditions de préparation: le XV de France, qui recevra l'Angleterre le 10 mars, restera à Aix-en-Provence jusqu'à jeudi prochain avant de se retrouver dimanche à Marcoussis.

Le groupe retenu pour affronter le XV de la Rose sera lui annoncé lundi en fin de journée. Avec le retour de certains des exclus d'Edimbourg, dont l'arme fatale Teddy Thomas? Le staff n'exclut rien.

"Je crois qu'ils n'ont été suspendus qu'un match. On n'en a pas encore parlé, pour tout vous dire. Tous les cas seront discutés avec les entraîneurs de clubs: suspendus et joueurs de retour de blessure, s'il y en a" a expliqué l'entraîneur des arrières, Jean-Baptiste Elissalde.

+ 'Faire le match parfait' -

Avec ou sans Thomas, les Bleus devront en tout cas monter le curseur de plusieurs niveaux pour espérer inquiéter l'Angleterre, double tenante du titre et qui n'a perdu qu'un match depuis l'arrivée d'Eddie Jones à ses commandes début 2016.

"Il faudra faire le match parfait" a lancé Machenaud, quand Elissalde s'est attendu à "un combat de titans dans les zones de collision". Où il conviendra d'être plus réaliste en attaque et plus propre dans les sorties de camp et sous les renvois, afin de ne pas subir la pression anglaise.

"On aura certainement beaucoup moins d'occasions. Là on a fait un +trois+ (essais marqués) sur +huit ou neuf+ (occasions), peut-être que contre l'Angleterre on en aura que quatre ou cinq et il faudra les mettre au fond", a développé Elissalde, appelant à davantage de "conviction, caractère et patience près de la ligne adverse".

+ Un tracteur nommé Bastareaud

Pour faire sauter le verrou anglais, les Bleus devraient en tout cas compter sur la puissance de Bastareaud, qui a réussi sa première dans le Tournoi-2018.

Dans le jeu: auteur du troisième essai, décisif sur le deuxième, "Basta" a fait des dégâts à chaque intervention ou presque. "Il a occupé du monde (des Italiens), fait jouer dans la défense et débloqué des situations par quelques passes après-contact (quatre, NDLR)" a relevé Elissalde.

"Evidemment qu'il apporte de l'assurance" à ses coéquipiers, a-t-il ajouté.

Jefferson Poirot a confirmé, évoquant un "tracteur". Après qui il est "plus facile de jouer" et sur lequel Guilhem Guirado a pu se reposer: du haut de ses 29 ans et pour sa 43e sélection, Bastareaud a été le relais attendu du capitaine sur la pelouse, par ses mots et encouragements.

"Je ne suis pas un grand parleur mais j'essaie de dire les bons mots au bons moments (...) J'essaie de jouer mon rôle, de rassurer, motiver" a souligné le centre, visiblement transfiguré depuis qu'il a été nommé capitaine de Toulon en début de saison.

"J'ai redécouvert un garçon bien différent et très professionnel" a déclaré Elissalde, qui l'a vu "ce matin (samedi) sur un vélo à l'hôtel (pour récupérer)". Et a poursuivi: "Comprendre (le travail à effectuer au plus haut niveau) arrive plus ou moins tôt ou tard, ça dépend du cheminement".

Catégories: Actualités

Contre la monde spectacle, le classicisme de Giorgio Armani

sam, 02/24/2018 - 16:40

Point d?orgue du quatrième jour de la semaine de la mode de Milan, Giorgio Armani a présenté samedi sa nouvelle collection automne-hiver, intitulée "Atmosphère", qui s?élève contre la mode spectacle et revendique le classicisme de la maison.

"Ma mode n'est pas celle du spectacle qui dure le temps d'un défilé, qui sert à faire parler et qui serait déconnectée de ce que le client trouve ensuite dans mes boutiques", a déclaré Giorgio Armani à l'AFP, à la sortie du défilé.

"Je ne vous parlerai pas de têtes coupées? Je n?ai jamais joué ce jeu là et le défilé d'aujourd?hui confirme l?idée que je défends depuis toujours: je ne suis pas là pour vous embrouiller", a-t-il dit, en faisant allusion aux polémiques du dernier défilé Gucci mercredi (les mannequins avaient parfois un troisième ?il, tantôt un bébé dragon ou leur propre tête dans les bras comme accessoire dernier cri).

La saison est un croisement entre les codes "armaniens" comme le maître aime à les appeler -l?élégance linéaire, les formes essentielles, pures et allongées ? et les influences d?autres cultures.

Les motifs ethniques se déclinent sur les broderies de vestes courtes ou longues, dans les bijoux à pompon, sur les franges de sac en bandoulière. "L?intrusion et l?inclusion de références ethniques dans la mode est ce qui provoque l?émotion. Saint-Laurent avec le Maroc l?a fait dans les années 70 et c?est cela qui a marqué les esprits", a-t-il analysé pour l'AFP.

Les silhouettes sont fluides, les pantalons bouffants et libres, les chaussures plates. La palette neutre qui caractérise le style d?Armani est ici rehaussée de couleurs vives, fuchsia, rouge, de reflets métallisés ou agrémentée de strass.

Après le défilé, une partie des invités a pu assister dans le théâtre attenant à la projection d'un court-métrage intitulé "La Veste". Le projet est le résultat du Armani Laboratorio, un atelier cinématographique qui s?est déroulé en novembre dernier et qui a permis à huit jeunes talents de différentes disciplines du cinéma de travailler pendant une semaine avec leurs mentors, des professionnels renommés du secteur.

Giorgio Armani qui assistait à la projection s?est déclaré "heureux du résultat". "Lorsqu?un projet nait mais que je n?en ai pas le contrôle, je dois m?en remettre au talent des autres et cela crée de l?appréhension. Je suis donc rassuré et très satisfait", a-t-il confié.

Catégories: Actualités

Italie: série de manifestations d'extrême droite ou antifascistes

sam, 02/24/2018 - 16:20

Des milliers de manifestants défilaient samedi après-midi à Rome contre le fascisme à l'appel de la gauche, tandis que Matteo Salvini, principal candidat d'extrême droite pour les législatives du 4 mars, réunissait plus de 15.000 personnes à Milan, ont constaté des journalistes de l'AFP.

A Rome, le défilé antifasciste a démarré dans le calme et sous une petite pluie froide, avec une marée de drapeaux rouges et verts de syndicats, a l'appel l'association nationale des partisans de l'Italie.

"Nous sommes là pour dire non au fascisme, parce qu'il y a trop d'épisodes malsains en ce moment, il ne faut pas que ça revienne", a déclaré à l'AFP Rita Solo, 50 ans, militante du syndicat CGIL venue de Sardaigne.

Trois mille policiers ont été déployés dans la capitale italienne pour surveiller ce cortège ainsi qu'un autre contre la réforme du travail et trois "sit-in" prévus également dans l'après-midi.

L'ancien chef du gouvernement Matteo Renzi, qui mène la campagne électorale du Parti démocrate actuellement au pouvoir, était attendu dans le cortège.

A Milan, environ 15.000 personnes, selon une source policière, étaient réunies sous le soleil devant la célèbre cathédrale pour le principal meeting de la campagne de Matteo Salvini, patron de la Ligue (extrême droite), alliée du Front national français.

Quelques centaines d'antifascistes, dont beaucoup de jeunes avec des drapeaux du parti communiste, se sont réunis un peu plus tôt sur une place voisine pour dénoncer le meeting de M. Salvini et celui dans la matinée de Fratelli d'Italia, un autre parti d'extrême droite. L'Alliance de ce parti avec la droite de Silvio Berlusconi est en tête dans les derniers sondages autorisés.

"Nous trouvons vraiment choquant que deux manifestations de partis racistes aient été autorisées à Milan", a déploré Gianni Fossati, président de la section milanaise de l'association nationale de l'amitié Italie-Cuba.

A Palerme, en Sicile, le groupuscule néofasciste Forza Nuova devait aussi défiler en fin de journée pour protester contre l'agression d'un responsable local du mouvement, roué de coups mardi par des hommes masqués.

Les incidents violents impliquant des militants antifascistes ou d'extrême droite se multiplient depuis plusieurs semaines en marge de la campagne électorale en Italie.

Le climat s'est en effet radicalisé après le 3 février, quand un militant de la Ligue a tiré sur des Africains après le meurtre d'une jeune toxicomane pour lequel plusieurs Nigérians ont été arrêtés.

Catégories: Actualités

JO-2018: les hockeyeurs canadiens se consolent avec la médaille de bronze

sam, 02/24/2018 - 15:58

Le Canada, double tenant du titre mais éliminé piteusement en demi-finale vendredi par l'Allemagne, s'est consolé en battant samedi la République tchèque (6-4) pour décrocher la médaille de bronze du tournoi de hockey sur glace des Jeux de Pyeongchang.

Sans leurs stars de la NHL, les Canadiens disposaient d'un effectif moins redoutable que lors des derniers JO mais leur élimination par l'Allemagne constituait cependant une énorme contre-performance. Ils ont réussi à se remobiliser pour venir à bout des Tchèques dans une petite finale où les défenses n'ont pas été à leur avantage.

Le Canada cette fois n'a pas tremblé et menait 3-1 en fin de première période pour s'imposer au final 6-4 à l'issue d'une troisième période où les deux équipes se sont rendu but pour but.

Une médaille de bronze qui reste une maigre consolation pour le pays du hockey, qui avait déjà vu son équipe féminine, quadruple tenante du titre, perdre la finale contre leurs rivales américaines jeudi.

Les Tchèques n'ont quant à eux plus remporté de médaille olympique depuis le bronze en 2006 à Turin.

Dimanche, les athlètes olympiques de Russie seront largement favoris en finale contre l'Allemagne. Les Russes tenteront de remporter leur premier titre depuis 1992, tandis que l'Allemagne disputera sa première finale olympique.

L'Allemagne avait remporté la médaille de bronze en 1932 à Lake Placid, et l'Allemagne de l'Ouest a empoché le bronze en 1976 à Innsbruck, seules médailles olympiques du pays dans ce sport.

Toutefois, les Allemands étaient déjà loin d'être favoris en quarts de finale contre la Suède (éliminée 4-3 en prolongation) et en demi contre le Canada (victoire 4-3)...

Catégories: Actualités

Pages