France 24 - L'info en continu

S'abonner à flux France 24 - L'info en continu France 24 - L'info en continu
Mis à jour : il y a 25 min 42 sec

Euro: 4e sacre d'affilée et nouveau record du monde pour Papadakis/Cizeron

sam, 01/20/2018 - 15:19

Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron ont été sacrés champions d'Europe de danse sur glace pour la quatrième année consécutive en signant un nouveau record du monde (203,16 points), samedi à Moscou, à trois semaines des JO-2018 (9-25 février).

Papadakis (22 ans) et Cizeron (23 ans), dont le programme libre a été récompensé par 121,87 points - là aussi un nouveau record du monde - ont très largement devancé deux duos russes, Ekaterina Bobrova et Dmitri Soloviev (187,13), et Alexandra Stepanova et Ivan Bukin (184,86). Invaincus cet hiver, les danseurs français aborderont les Jeux de Pyeongchang (Corée du Sud) en position de favoris pour l'or olympique.

Catégories: Actualités

Affrontements entre l'Inde et le Pakistan au Cachemire: 4 morts

sam, 01/20/2018 - 15:19

Trois civils et un militaire ont été tués samedi au Cachemire lors d'échanges de tirs entre soldats indiens et pakistanais à la frontière, selon les autorités des deux pays.

Au total, 21 personnes ont péri en une semaine au cours d'affrontements armés dans cette région himalayenne divisée entre l'Inde et le Pakistan depuis la fin de la colonisation britannique en 1947 et revendiquée par les deux pays.

Samedi, un soldat indien a été tué par des tirs pakistanais près de Looch, sur la ligne de démarcation, a indiqué l'armée. Selon la police, deux civils indiens, dont un garçon de 15 ans, ont par ailleurs été tués par des militaires pakistanais le long de la frontière.

Côté pakistanais, le ministère des Affaires étrangères a annoncé qu'un civil de 60 ans était mort et deux autres, dont un enfant de six ans, avaient été blessés, victimes de tirs de soldats indiens.

Les escarmouches entre les armées pakistanaise et indienne sont fréquentes le long de la ligne de démarcation au Cachemire. La région est également la proie d'une guerre larvée entre forces indiennes et groupes rebelles réclamant l'indépendance ou le rattachement au Pakistan.

Catégories: Actualités

Val-de-Marne: un lycée de 900 élèves déménage pour cause d'amiante

sam, 01/20/2018 - 15:13

Les 900 élèves d'un lycée de Villeneuve-le-Roi (Val-de-Marne) seront prochainement accueillis dans un ancien collège de la ville voisine de Vitry-sur-Seine, car la présence d'amiante dans l'établissement doit être expertisée, a annoncé samedi le rectorat de Créteil.

"Le choix d'une délocalisation le temps que le lycée puisse être réintégré a été retenu" lors d'une réunion vendredi, a expliqué le rectorat, confirmant une information de la radio France Bleu.

Des matériaux amiantés sont tombés d'un faux-plafond d'une salle fin novembre dans cet établissement. Bâti dans les années 60, le lycée Georges Brassens est "l'un des plus vétustes de la région", a expliqué à l'AFP la région Île-de-France. Sa reconstruction est programmée depuis plus de deux ans.

L'épisode a provoqué l'émoi au sein du lycée. Une mesure réalisée dans la salle informatique juste après la chute des matériaux a révélé la présence d'amiante dans l'air, à un taux deux fois plus élevé que le seuil limite.

Les cours ont été suspendus une semaine avant les vacances de Noël pour permettre une expertise et vérifier la présence ou non de fibres d'amiante dans l'air dans le lycée.

Ce diagnostic, confié par la région à un prestataire réglementé, n'a pas révélé d'amiante dans l'air, mais a mis en évidence la présence de ce matériau toxique dans les flocages - isolants - des salles de classes.

A la rentrée, les professeurs avaient refusé de reprendre les cours, déboussolés par les "contradictions" entre ce dernier diagnostic et une précédente étude commandée par la région en 2015 concluant à l'absence d'amiante dans les flocages des salles.

Dans le doute, la région a sollicité l'avis de l'Agence régionale de santé (ARS). Celle-ci estime que l'air est sain mais réclame "une expertise ad hoc sur le bâti" pour déterminer "les causes ayant conduit à la mise en suspension de fibres d'amiante des flocages" et prévenir toute récidive.

Cette nouvelle expertise sera réalisée rapidement. En attendant, les 900 lycéens auront cours dans l'ex-collège Gustave Monod à Vitry-sur-Seine, aujourd'hui vide, capable d'accueillir jusqu'à 700 élèves.

"La priorité absolue, ce sont les classes à examen: elles seront accueillies à Vitry", a détaillé le rectorat, pour qui les cours doivent débuter "au plus vite". "Les autres niveaux auront également des cours là-bas, avec un complément d'enseignement à distance", selon les services académiques.

Catégories: Actualités

Espagne: Puigdemont serait arrêté malgré son immunité

sam, 01/20/2018 - 15:12

Le parquet général en Espagne a averti samedi l'ex-président indépendantiste catalan Carles Puigdemont que son immunité de député n'empêcherait pas son arrestation s'il rentrait de Belgique en Espagne pour se faire investir à la tête de la région.

M. Puigdemont s'était installé fin octobre en Belgique, juste avant d'être poursuivi par la justice espagnole pour "sédition", "rébellion" et "détournement de fonds", suite à la proclamation à Barcelone d'une "République catalane" restée sans effets. Réélu député régional le 21 décembre, il est actuellement le seul candidat à la présidence du gouvernement catalan.

"Immunité" ne signifie pas "impunité": tel est le message que lui a envoyé le parquet général, à travers un communiqué.

"La garantie de l'immunité ne signifie pas qu'on ne puisse pas ordonner le placement en détention sur ordre judiciaire", a-t-il écrit.

Le parquet général considère que M. Puigdemont "en s'enfuyant et en défendant des agissements qui avaient culminé avec la déclaration d'indépendance, montre qu'il persiste dans son plan délictueux".

Le parquet général fait par ailleurs valoir que d'autres indépendantistes - bénéficiant aussi de l'immunité parlementaire - sont actuellement en prison: "La Cour suprême a déjà décidé pour ces mêmes faits, compte tenu de leur extrême gravité, la mise en examen et le placement en détention de personnes ayant le même statut de député", écrit le parquet.

"Il est inadmissible qu'une interprétation du privilège d'immunité parlementaire dérive en impunité", a conclu le parquet.

Le 5 janvier, la Cour suprême avait décidé de maintenir en prison l'ancien vice-président indépendantiste catalan Oriol Junqueras. Il venait lui aussi d'être réélu député régional.

Depuis les élections du 21 décembre, les indépendantistes jouissent de nouveau de la majorité absolue en sièges au nouveau parlement catalan (70 sur 135) mais huit d'entre eux ne peuvent siéger: ils sont soit en fuite en Belgique soit en prison pour trois d'entre eux.

M. Puigdemont avait assuré vendredi pouvoir diriger la Catalogne depuis la Belgique et éviter ainsi d'être emprisonné s'il rentrait.

Son avocat Jaume Alonso-Cuevillas a cependant expliqué samedi, dans un entretien à la télévision publique catalane, que tous les scénarios étaient encore envisagés, y compris un retour de M. Puigdemont à Barcelone.

"Le président Puigdemont n'a jamais écarté la possibilité de se présenter et de se soumettre à l'investiture en personne", a assuré son avocat, tout en le disant "conscient des risques qu'il encourt".

L'avocat avait plaidé que M. Puigemont jouissait de l'immunité parlementaire et "ne pourrait pas être arrêté" s'il se présentait à Barcelone.

Catégories: Actualités

Pence débute en Egypte une première tournée sous tension au Proche-Orient

sam, 01/20/2018 - 15:11

Le vice-président américain Mike Pence est arrivé samedi au Caire, pour son premier déplacement au Proche-Orient, une tournée marquée par les vives tensions nées de la décision controversée de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël.

L'avion du vice-président a atterri vers 15H30 locales (13H30 GMT) à l'aéroport du Caire. Accompagné notamment de son épouse Karen, M. Pence doit rencontrer le président Abdel Fattah al-Sissi. Un dîner est également prévu. Puis, le vice-président américain se rendra en Jordanie, avant de rejoindre dimanche soir Israël, dernière étape de sa tournée.

Initialement prévu fin décembre, ce déplacement de M. Pence au Proche-Orient avait été repoussé après la décision unilatérale du président Trump sur Jérusalem, un choix qui a rompu avec des décennies de diplomatie américaine et avec le consensus de la communauté internationale.

Cette fois, malgré la persistance des crispations doublée d'un contexte politique explosif aux Etats-Unis, la visite a été maintenue.

"Les rencontres du vice-président avec les dirigeants d'Egypte, de Jordanie et d'Israël font partie intégrante de la sécurité nationale de l'Amérique", avait argué vendredi la porte-parole de Mike Pence.

Sa visite au Caire survient par ailleurs au lendemain de l'annonce par le président Sissi, un allié des Etats-Unis qui dirige l'Egypte d'une main de fer, de son intention de briguer un nouveau mandat en mars 2018.

Mais le contexte principal reste toutefois l'annonce américaine sur Jérusalem, qui a provoqué un tollé général dans la région et la colère des Palestiniens.

En réaction, ces derniers clament que les Etats-Unis ne peuvent plus prétendre à un rôle de médiateur dans le processus de paix que Donald Trump rêvait de relancer.

Le statut de Jérusalem est l'une des pierres d'achoppement du processus de paix avec Israël, au point mort depuis 2014. Les Palestiniens entendent faire de Jérusalem-Est, occupée et annexée par Israël, la capitale de l'Etat auquel ils aspirent.

Donald Trump a aussi annoncé son intention de transférer à Jérusalem l'ambassade des Etats-Unis en Israël, qui se trouve à ce jour à Tel-Aviv comme c'est généralement le cas des missions diplomatiques étrangères.

Les relations entre Washington et les Palestiniens ont encore été aggravées par la décision des Etats-Unis, cette semaine, de "geler" plus de la moitié de leurs versements prévus à l'agence de l'ONU pour les réfugiés de Palestine (UNRWA). Elle concerne une grande partie des plus de cinq millions de Palestiniens enregistrés comme réfugiés dans les Territoires, en Jordanie, au Liban ou en Syrie.

Les Palestiniens ont fait savoir qu'ils boycotteraient la visite de Mike Pence, qui ne rencontrera donc pas le président Mahmoud Abbas, contrairement à ce qui était initialement prévu en décembre.

- 'Sentiments' -

La décision du président Trump sur Jérusalem avait provoqué des manifestations dans de nombreux pays arabes et musulmans, dont l'Egypte, où le grand imam d'Al-Azhar a annoncé en décembre son refus de recevoir M. Pence. "Al-Azhar ne peut pas s'asseoir avec ceux qui falsifient l'histoire et volent les droits des gens", avait-il affirmé.

Le pape des coptes (chrétiens) d'Egypte, Tawadros II, a lui aussi exprimé son refus de rencontrer le vice-président américain, arguant que M. Trump a "fait fi des sentiments de millions d'Arabes".

Mais les régimes arabes alliés de Washington sont tiraillés entre leur opinion publique hostile et leur puissant partenaire américain. C'est le cas notamment de l'Egypte et de la Jordanie, qui ont établi des liens géopolitiques ou de dépendance financière vis-à-vis de Washington.

Dans un pays qui a connu la destitution de deux présidents depuis 2011 et se trouve en proie à une crise économique aiguë, tout facteur d'instabilité potentiel est regardé de près par Abdel Fattah Al-Sissi, qui a pris le pouvoir après le renversement du président islamiste Mohamed Morsi à l'été 2013.

L'aide militaire américaine, qui atteint 1,3 milliard de dollars par an, est jugée cruciale par le régime sécuritaire de M. Sissi, d'où la réaction prudente du Caire à l'annonce d'un futur transfert de l'ambassade américaine à Jérusalem: l'Egypte avait alors estimé que ce choix risquait de "compliquer" la situation.

Après l'Egypte, et la Jordanie, M. Pence doit se rendre en Israël les 22 et 23 janvier pour des entretiens qui s'annoncent chaleureux avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président Reuven Rivlin.

Au-delà d'un discours au Parlement, il doit également se rendre au Mur des Lamentations dans la Vieille ville de Jérusalem et au mémorial de l'Holocauste Yad Vashem.

Catégories: Actualités

L'interdiction de la pêche électrique, une "catastrophe" pour les pêcheurs néerlandais

sam, 01/20/2018 - 14:36

Sur les bateaux de pêche amarrés dans un vieux port des Pays-Bas vendredi, les nuages noirs qui s'amoncellent au-dessus des équipages ne sont pas les derniers soubresauts de la tempête David qui a balayé la mer du Nord la veille.

Non, les pêcheurs néerlandais, inventeurs et spécialistes de la pêche électrique, sont sonnés par les dernières nouvelles de Strasbourg. Mardi, le Parlement européen a voté pour l'interdiction totale de cette innovation, efficace mais controversée, dont ils sont si fiers.

Une "bombe", un "drame", une "catastrophe". Pêcheur de père en fils depuis trois générations, Andries de Boer, yeux tristes derrière ses lunettes dorées aux verres légèrement fumés, est abattu.

Dans son petit village d'Urk, ancienne île bordant le lac de l'IJssel, l'avenir est désormais incertain pour ces hommes de la mer, chez qui règne un sentiment de gâchis, celui d'années de travail et d'investissements.

De l'autre côté du pays, dans le port de Scheveningen, près de La Haye, son collègue Anton Dekker est "perplexe et extrêmement déçu". Debout sur son bateau, les pieds dans les filets de pêche, son regard se perd dans le vide pendant que ses hommes préparent la prochaine sortie en mer.

Une virée de quatre jours intenses et froids sur la mer du Nord, où les impulsions électriques des filets innovateurs néerlandais laboureront peut-être pour l'une des dernières fois le fond, attrapant soles, plies et morues.

- "Réduit à néant" -

A côté de M. Dekker, se trouve l'outil si clivant. Une sorte d'"aile", inspirée des avions, qui "plane au-dessus du fond marin". Longue d'une dizaine de mètres, elle traîne un filet émaillé de modules envoyant des impulsions électriques.

"La sole est un poisson qui se cache sous 10 cm de sable la journée. Avec ces petits stimulis électriques, elle sort du sable et hop, elle monte dans le filet", explique Anton Dekker, passionné.

"Quand on travaille depuis des années à l'amélioration de l'environnement et des émissions de CO2, moins de prises accessoires, moins de poissons de trop petite taille, qu'on a atteint notre objectif - car c'est comme ça que nous le voyons - et que tout est réduit à néant, c'est terrible", poursuit Andries, tête baissée.

A Urk comme dans tous les ports néerlandais, les pêcheurs ont investi des centaines de milliers d'euros pour se lancer dans cette pratique autorisée à titre expérimental en mer du Nord.

Mais mardi, le Parlement européen a pris position contre la pêche électrique dans l'Union, jugée par ses opposants comme "destructrice" pour les fonds marins et qualifiée de "concurrence déloyale" des bateaux néerlandais envers les "petits" pêcheurs adeptes de la méthode artisanale, en particulier dans le nord de la France.

Pour Pim Visser, directeur de l'organisation des pêcheurs néerlandais VisNed, cette campagne est "basée sur des demi-faits, des non-faits, des insinuations et des allégations".

"C'est un coup (porté au secteur) et un gros scandale", s'emporte-t-il au retour de son voyage à Strasbourg où il a assisté au vote.

- "Arme de prédation massive" -

Aux yeux des Néerlandais, envoyer ces impulsions électriques dans le sédiment pour y capturer des poissons n'a rien de "terriblement néfaste" pour l'environnement, ni d'une "arme de prédation massive", comme l'a assuré l'eurodéputé Yannick Jadot (Verts français), à la pointe de la contestation.

Au contraire, disent-ils.

"Le fond marin est fortement moins remué" qu'avec la méthode traditionnelle, affirme Andries, cheveux rasés et visage rond.

Mais peu à peu, cette "guerre du poisson", comme l'a nommée la presse batave, prend des couleurs nationales bleu-blanc-rouge.

Particulièrement depuis que plus de 200 chefs et grandes toques se sont prononcés dans un manifeste pour une "interdiction totale" de cette pêche qui produit "des captures d'une qualité déplorable, stressées et souvent marquées d'hématomes consécutifs à l'électrocution".

- Foie gras contre poisson "brûlé" -

"Les 200 chefs qui utilisent du foie gras disent qu'il est mauvais? Ils devraient jeter un oeil au poisson", rétorque M. Visser.

Et Andries d'inviter quiconque sur son chalutier à venir voir l'état de sa marchandise. Et à la goûter.

Le vote de mardi n'est qu'une étape du long parcours législatif du texte au sein de l'UE avant un compromis final.

Si l'interdiction totale est adoptée, les pêcheurs néerlandais "devront brûler 40 millions de litres de diesel par an inutilement" en transportant des filets traditionnels plus lourds, assure le directeur de VisNed, et "payer 25 millions d'euros pour le diesel chaque année. Soit une réduction de 20% de revenus pour des personnes qui travaillent à bord 70 heures par semaine."

A l'heure actuelle, 84 navires néerlandais pratiquent la pêche électrique, et trois navires belges, ce qui représente moins de 0,1% de la flotte européenne.

"Une chose est sûre: nous allons continuer à pêcher, même si nous sommes contraints à le faire autrement", concède Anton, loin d'être résigné.

Catégories: Actualités

Les petites phrases de Paul Bocuse

sam, 01/20/2018 - 14:30

Farceur et friand de bons mots, Paul Bocuse, "empereur" de la cuisine française, décédé à l'âge de 91 ans, avait le sens de la réplique et parfois la dent dure. Voici un florilège de ses petites phrases:

- "La vie est une farce, je l'ai compris à 19 ans, pendant la guerre. Lorsque mes copains tombent à côté de moi, je me demande +Pourquoi pas moi?+ La chance, la santé, le travail et une dérision profonde deviennent mes maîtres mots".

- "La vie peut s'arrêter à chaque seconde. Alors il faut travailler comme si on allait mourir à 100 ans et vivre comme si on devait mourir demain".

- "Je tiens à rester classique, cette cuisine a des amateurs (...) si un jour le restaurant est vide, je me poserai des questions, mais ce n'est pas le cas".

- "Bien faire un travail ne prend pas plus de temps que de le faire mal".

- "Vous avez fait de piètres études?", lui demande un animateur. "Oui mais j'ai mes deux bacs: le bac d'eau froide et le bac d'eau chaude", répond-il.

- Son coq tatoué sur le bras? "C'est mon copain! Lorsque quelqu'un m'enquiquine, je lui parle à voix basse. Cela me calme et surtout déstabilise l'adversaire".

- "La véritable cuisine sera toujours celle du terroir. En France le beurre, la crème et le vin en constitueront toujours les bases".

- "Pour moi, la bonne cuisine, c'est quand on soulève le couvercle, que ça fume, que ça sent bon et qu'on peut se resservir".

- "Président, il faut casser la croûte" (en servant à Valéry Giscard d'Estaing sa fameuse soupe de truffes recouverte d'une coque feuilletée)

- "La cuisine c'est la paix dans le monde".

- "C'est vrai, il faut être un peu cabot. Je fais un métier où l'on donne deux représentations par jour, et certains soirs, où on préférerait être dans son lit, il faut y aller quand même et avec le sourire".

- D'un de ses concurrents: "Il copie tout, c'est le Laurent Gerra de la cuisine, sans le talent".

- "J'adore les femmes et nous vivons trop longtemps de nos jours pour passer une vie entière avec une seule".

- "De ma vie je ne regrette rien, sauf peut-être la peine que j'ai pu faire aux femmes de ma vie. J'espère qu'elles me pardonneront".

- "Aujourd'hui, être seul et le soir, observer les canards avec mes chiens, puis dormir dans la chambre même qui m'a vu naître suffit à mon bonheur".

Catégories: Actualités

Open d'Australie: Caroline Garcia reste seule

sam, 01/20/2018 - 14:28

Caroline Garcia sera seule à défendre le tennis français en deuxième semaine à l'Open d'Australie, où il n'y a plus d'hommes en course. C'est leur plus mauvais résultat en Grand Chelem depuis l'édition 2015 à Melbourne. Au moins un Français était présent en huitième de finale lors des onze derniers tournois majeurs.

. Garcia passe une étape

Caroline Garcia a passé une nouvelle étape en atteignant pour la première fois, à 24 ans, les huitièmes de finale à Melbourne.

La Française, 8e mondiale, a encore dû s'employer pour battre la Belarusse Aliaksandra Sasnovich, 56e mondiale, 6-3, 5-7, 6-2. Mais la demi-finaliste du Masters, très solide au service (10 aces), s'est jugée en progrès par rapport à son précédent match, où elle était passée à deux points de la défaite contre une jeune Tchèque de 18 ans, Marketa Vondrousova.

"C'était un match plus propre, mais je n'avais pas tellement le choix parce qu'elle est très en confiance. Il y a eu encore des hauts et des bas mais ça va dans la bonne direction", a dit Garcia. Sa rivale s'était préparée au mieux en jouant la finale du tournoi de Brisbane début janvier.

Pour aller plus loin, la Lyonnaise devra hausser son niveau de jeu face à l'Américaine Madison Keys, 20e mondiale et surtout finaliste du dernier US Open.

Garcia est la première Française en deuxième semaine de l'Open d'Australie depuis Marion Bartoli et Alizé Cornet en 2009.

. Gasquet-Federer, comme d'habitude

Le 19e Gasquet-Federer de l'histoire s'est déroulé selon un scenario vu maintes fois: une inexorable domination du Suisse et une victoire en trois sets 6-2, 7-5, 6-4. Le Suisse mène désormais 17 victoires à 2 et n'a plus perdu un set depuis 2011 (soit 22 manches gagnées de suite).

Pourtant le Français a été loin d'être mauvais. Il a même réussi beaucoup de choses spectaculaires (27 coups gagnants contre 45 à Federer). Mais il a fallu attendre la fin du troisième set pour qu'il se procure ses premières balles de break et prenne enfin le service du champion helvétique. Mais ce semblant de suspense n'a vécu que quelques jeux.

"Qu'est-ce qui a fait la différence? Peut-être que je suis resté plus offensif que lui, peut-être que j'ai mieux protégé mon service", a dit Federer, auteur de 12 aces, au speaker de la Rod Laver Arena, Jim Courier.

. Fini aussi pour Benneteau et Mannarino

Julien Benneteau a dit adieu à l'Open d'Australie, qu'il disputait pour la dernière fois à 36 ans, après sa défaite samedi contre l'Italien Fabio Fognini (25e), en cinq sets 3-6, 6-2, 6-1, 4-6, 6-3. Quant à Adrian Mannarino, il a trouvé "trop fort" pour lui en l'Autrichien Dominic Thiem, qualifié 6-4, 6-2, 7-5.

. Le marathon d'Halep

La Roumaine Simona Halep, N.1 mondiale, est sortie victorieuse d'un marathon de 3h 44 min contre l'Américaine Lauren Davis 4-6, 6-4, 15-13. Elle a sauvé trois balles de match d'affilée au troisième set avant de s'imposer face à la 76e mondiale.

"Je suis presque morte. Je n'ai plus de muscles et ma cheville, je ne sais pas, parce que je ne la sens plus", a dit la Roumaine, âgée de 26 ans. Elle s'était faite une légère entorse lors de son premier tour et porte un "strap" depuis.

. Sharapova perd le duel des ex-N.1

Maria Sharapova a été victime de la résurgence d'Angelique Kerber 6-1, 6-3 dans le match des ex-N.1 mondiales et des ex-championnes de l'Open d'Australie (la Russe en 2008, l'Allemande en 2016). Sharapova, 30 ans, jouait son deuxième tournoi du Grand Chelem depuis la fin de sa suspension pour dopage. Descendue à la 20e place mondiale, la gauchère allemande est revenue en forme en ce mois de janvier. Elle reste sur un titre à Sydney, la semaine précédent l'Open d'Australie.

. Zverev cale encore

Le Sud-Coréen Chung Hyeon, 21 ans, a battu l'Allemand Alexander Zverev, 20 ans, dans un duel entre deux des grands espoirs du tennis mondial. Dans la course au sommet, Zverev, 4e mondial, semblait très nettement en avance, à tel point qu'il faisait partie des outsiders pour le titre, mais c'est Chung, 58e mondial, qui l'a emporté en cinq sets 5-7, 7-6 (7/3), 2-6, 6-3, 6-0. Il est le premier Sud-Coréen à atteindre les huitièmes de finale à l'Open d'Australie.

. Djokovic tranquille

Le Serbe Novak Djokovic a poursuivi tranquillement son parcours en balayant l'Espagnol Albert Ramos 6-2, 6-3, 6-3.

Catégories: Actualités

Real Madrid: Benzema revient, le trio "BBC" enfin reformé ?

sam, 01/20/2018 - 14:24

L'attaquant du Real Madrid Karim Benzema, rétabli d'une blessure à une cuisse, sera opérationnel contre La Corogne dimanche en Championnat d'Espagne, a annoncé samedi l'entraîneur madrilène Zinédine Zidane, heureux de retrouver la "force de frappe" de son trio offensif "BBC" (Bale-Benzema-Cristiano Ronaldo).

"Je suis content de pouvoir retrouver ces trois joueurs. Ils font partie intégrante de l'équipe même s'ils n'ont pas joué beaucoup cette année. Après, on verra ce qui se passera demain (dimanche), l'important c'est d'avoir les trois", a déclaré le technicien français en conférence de presse, sans vouloir préciser s'ils seraient alignés ensemble.

Cela fait neuf mois que Gareth Bale, Karim Benzema et Cristiano Ronaldo n'ont pas été associés sur un terrain en raison de leurs blessures successives. Et les rares fois où ils ont figuré ensemble dans le groupe, Zidane a souvent fait sortir l'un pour faire entrer l'autre.

Le retour en forme conjoint de ce trio est une vraie bonne nouvelle à moins d'un mois du choc européen face au Paris SG (14 février), que le Real aborde sans véritables certitudes.

"Pour nous, on sait la force de frappe qu'ils ont chacun", a savouré Zidane.

Quant à Benzema, rétabli d'un problème musculaire ressenti fin décembre dans le clasico perdu face au Barça (0-3), il a hâte de reprendre la compétition malgré les violentes critiques dont il a fait l'objet pour son rendement jugé insuffisant, a dit son entraîneur.

"Il a juste envie de jouer au foot, de récupérer ses sensations", a fait valoir Zidane.

"Il n'est pas revanchard, il a juste envie d'apporter ce qu'il sait faire sur un terrain de foot. Rien de plus. En tous les cas, c'est mon message, ce que moi je dois lui adresser, et c'est ce que lui a envie de faire, jouer au ballon, montrer ses qualités. Le reste... On ne pourra jamais contrôler tout ce qui se dit et il faut l'accepter", a conclu Zidane.

Déprimé et relégué à 19 longueurs du leader Barcelone, le Real Madrid (4e, 32 pts, un match de moins) espère enfin se rassurer dimanche contre La Corogne et consolider la quatrième et dernière place qualificative pour la C1.

Catégories: Actualités

Paul Bocuse, figure de la gastronomie, est mort

sam, 01/20/2018 - 14:20

Paul Bocuse, surnommé le "pape" de la gastronomie française qu'il a incarnée durant des décennies dans le monde entier, est mort, a annoncé samedi sur Twitter le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, ancien maire de Lyon.

Celui qui fut élu "cuisinier du siècle" s'est éteint à 91 ans dans sa célèbre auberge de Collonges-au-Mont-d'Or, près de la capitale des Gaules, selon un chef cuisinier lyonnais proche de la famille, qui ne s'est pas encore exprimée.

Son épouse Raymonde Bocuse et leur fille Françoise étaient présentes samedi à l'auberge où Jérôme Bocuse, fils de Paul né d'une autre union, devait les rejoindre, selon une journaliste de l'AFP sur place.

souffrait depuis plusieurs années de la maladie de Parkinson.

"Monsieur Paul, c'était la France. Simplicité & générosité. Excellence & art de vivre. Le pape des gastronomes nous quitte. Puissent nos chefs, à Lyon, comme aux quatre coins du monde, longtemps cultiver les fruits de sa passion", a écrit M. Collomb sur le réseau social.

Le patron du guide Gault & Millau, Côme de Chérisey, a salué "le grand homme mais surtout celui avec qui Henri Gault et Christian Millau ont lancé la Nouvelle cuisine. Il a été à l'origine de ce big bang dans la gastronomie française et mondiale".

Dans l'auberge de Collonges, rien ne laissait soupçonner la nouvelle samedi à la mi-journée, le personnel restant souriant.

C'est dans cette commune lovée dans une boucle de la Saône que Paul Bocuse était né le 11 février 1926 dans une famille de cuisiniers. Et qu'il y est mort entouré de sa famille, laissant un vaste empire derrière lui.

Catégories: Actualités

Open d'Australie: Federer domine de nouveau Gasquet

sam, 01/20/2018 - 14:00

Le Suisse Roger Federer, 2e mondial, a de nouveau dominé Richard Gasquet (31e) pour se qualifier pour les huitièmes de finale de l'Open d'Australie en trois sets 6-2, 7-5, 6-4, samedi à Melbourne.

C'était la 17e victoire de Federer en 19 duels avec Gasquet, dont le dernier succès remonte à 2011. Depuis, le Suisse a gagné 22 sets d'affilée. Le Français ne s'est jamais imposé sur terre battue ni en Grand Chelem.

Gasquet n'a pourtant pas joué un mauvais tennis samedi. Au contraire, il a réussi de nombreux coups gagnants (27, contre 42 à Federer) et a souvent régalé le public.

Mais il a fallu attendre la fin du troisième set pour qu'il se procure ses premières balles de break. Ayant recollé à 4-4 après avoir été mené 4 à 1, il s'est bien battu mais ce semblant de suspense n'a pas survécu plus de quelques jeux.

"Qu'est-ce qui a fait la différence? Peut-être que je suis resté plus offensif que lui, peut-être que j'ai mieux protégé mon service", a dit Federer, auteur de 12 aces, en réponse à une question du speaker de la Rod Laver Arena Jim Courier.

"Le deuxième set a été serré et le match aussi. A la fin, on aurait pu aller jusqu'au tie-break et alors on ne sait jamais. Il a fallu que je reste concentré jusqu'au bout", a dit le quintuple vainqueur à Melbourne.

Questionné sur son état de forme et d'esprit par rapport au même stade de la compétition l'an passé, le Suisse a répondu: "Cette année mon dernier match ne date pas d'il y a six mois. Je suis très en forme et je sais que les matchs en cinq sets ne me poseront pas de problème".

Gasquet a quitté le court "frustré" de ne pas avoir pu prendre au moins un set. "C'est dommage de ne pas être allé au tie-break dans le troisième. Après on ne sait jamais ce qui peut se passer. J'étais très motivé, en forme, et j'ai bien joué. On sait que pour le battre il faut être exceptionnel", a-t-il commenté. "En plus les conditions étaient très rapides, il y avait peu de rebonds, c'était parfait pour son jeu".

Federer affrontera au prochain tour le Hongrois Marton Fucsovics, 80e mondial, qu'il connaît pour s'être entraîné avec lui en Suisse l'an passé.

Gasquet était le dernier Français en lice à Melbourne. C'est la première fois depuis l'Open d'Australie 2015 que le tennis français masculin ne sera pas en deuxième semaine d'un Grand Chelem. Au moins un Français avait participé aux huitièmes de finale des onze derniers tournois majeurs.

Il reste une chance française chez les femmes, avec Caroline Garcia.

Catégories: Actualités

Paul Bocuse, le "pape de la gastronomie française"

sam, 01/20/2018 - 14:00

"Pape de la gastronomie française", "primat des gueules" ou simplement "M. Paul", Paul Bocuse, décédé à 91 ans, a incarné avec une gouaille unique la gastronomie française durant des décennies, en étant le premier chef à parcourir le monde pour défendre ses couleurs.

Star parmi les stars des fourneaux, bâtisseur d'un empire estimé à plus de 50 millions d'euros, Paul Bocuse, toujours prêt à poser avec sa veste et sa toque de cuisinier, était aussi le plus ancien des trois étoiles au monde, depuis 1965 sans discontinuer.

Ce qui n'empêche pas certains critiques de dire que son restaurant des bords de Saône n'était plus à la hauteur et certains guides de le classer dans la catégorie institution, à défaut de le noter.

Né le 11 février 1926 dans une famille de cuisiniers de père en fils à Collonges-au-Mont d'Or, près de Lyon, cet épicurien à l'énergie débordante, infatigable globe-trotteur, a consacré sa vie à la gastronomie.

Entré en apprentissage à 16 ans à Lyon -- enfant, il préférait la chasse et la braconne aux études --, il poursuit après la guerre sa formation chez Eugénie Brazier, première femme triplement étoilée en 1933, qui lui inculquera la rigueur. Puis chez Fernand Point, à Vienne (Isère), au début des années 1950, devenu son "maître à penser".

Il obtient sa première étoile au Michelin en 1958, puis une deuxième deux ans plus tard en transformant l'auberge familiale qui deviendra le temple de la gastronomie française. Meilleur Ouvrier de France en 1961, Bocuse décroche sa troisième étoile en 1965, consacrant sa fulgurante ascension.

- Cuisinier du siècle -

On afflue du monde entier pour déguster sa "poularde demi-deuil", son "gratin de queues d'écrevisses", ou sa "soupe VGE", un consommé à la truffe surmonté d'un dôme de pâte feuilletée, créé en 1975 pour la remise de sa Légion d'honneur à l'Elysée. Autant de classiques devenus des incontournables de la carte de son célèbre restaurant de Collonges-au-Mont-d'Or, à la façade verte et rose, où trône son portrait en trompe-l'oeil.

Dans "Paul Bocuse, le Feu sacré" (Ed. Glénat - 2005), "Monsieur Paul" se définissait comme "un adepte de la cuisine traditionnelle", qui "aime le beurre, la crème, le vin", et pas "les petits pois coupés en quatre".

"Oui, sûrement, ma cuisine est ringarde", admettait ce bon vivant qui se régalait de "plats simples" comme le pot-au-feu ou le boeuf bourguignon.

Elu "cuisinier du siècle" en 1989 par le guide Gault et Millau, puis sacré "chef du siècle" en 2011 par le prestigieux Culinary Institute of America (CIA), Bocuse aura ouvert de nouveaux horizons à la gastronomie française, érigeant son nom en marque.

Dès 1960, il laisse ses fourneaux pour voyager en Europe, au Japon, aux Etats-Unis. "J'étais un précurseur, ma curiosité m'a emmené un peu partout", disait-il.

Il en rapportait des recettes, déclinées dès 1994 dans ses brasseries lyonnaises: Le Nord, le Sud, l'Est, l'Ouest, l'Argenson ou l'Auberge de Fond Rose.

En janvier 2007, il ouvre sa première brasserie au Japon. Sept autres suivront. En février 2013, tout juste remis d'une hospitalisation, il inaugurait encore en super-star un restaurant à son nom, au nord de New-York.

- Polygame assumé -

Président de l'Institut Paul Bocuse d'Ecully (Rhône), qui forme aux métiers de l'Hôtellerie, de la Restauration et des Arts Culinaires, Bocuse aimait transmettre le "goût du travail bien fait".

Le concours international du "Bocuse d'Or", lancé en 1987, constitue un véritable tremplin pour de jeunes chefs.

Souffrant de la maladie de Parkinson et préparant sa succession, il avait ouvert en 2010 le capital de ses brasseries lyonnaises et placé des proches à des postes stratégiques en France et aux Etats-Unis.

"Je travaille comme si j'allais vivre 100 ans et je savoure la vie comme si chaque jour était le dernier", se plaisait à dire ce séducteur invétéré, qui arborait fièrement un coq tatoué sur son épaule par les Américains pendant la guerre.

Son incroyable appétit de vivre s'exprimait aussi dans la vie privée de ce polygame assumé: marié depuis 1946 à Raymonde, qui lui a donné une fille, Bocuse a également partagé sa vie pendant plus de 60 ans avec Raymone, la mère de son fils Jérôme, et pendant plus de 40 ans avec Patricia, qui gère sa communication.

"J'adore les femmes et nous vivons trop longtemps de nos jours pour passer une vie entière avec une seule", confiait-il en 2005 au Daily Telegraph.

Catégories: Actualités

Biathlon: victoire de l'Allemande Laura Dahlmeier en poursuite

sam, 01/20/2018 - 13:59

L'Allemande Laura Dahlmeier a confirmé sa montée en puissance à trois semaines des jeux Olympiques de Pyeongchang, en remportant samedi la poursuite d'Anterselva, sa deuxième victoire de la saison en Coupe du monde de biathlon.

Dahlmeier, qui s'était élancée en 2e position à 12 secondes de la Norvégienne - son classement et son retard à l'issue du sprint de jeudi - a profité d'une meilleure qualité de tir (une seule faute) pour s'imposer.

La Norvégienne Tiril Eckhoff, qui avait remporté le sprint, a craqué face aux cibles (4 fautes) pour échouer au pied du podium (4e à 50 secondes).

Le podium est complété par l'Italienne Dorothea Wierer (2e à 17 secondes) et la Bélarusse Darya Domracheva (3e à 20 sec), triple championne olympique à Sotchi qui, comme Dahlmeier, semble elle aussi retrouver son meilleur niveau au meilleur moment.

La première Française est Anaïs Bescond, 9e (3 fautes, à 1 min 30 sec).

Catégories: Actualités

Ski: l'Allemand Thomas Dressen remporte la descente de Kitzbühel

sam, 01/20/2018 - 13:54

L'Allemand Thomas Dressen a remporté samedi la descente de Kitzbühel, signant ainsi à 24 ans sa première victoire en Coupe du monde de ski alpin sur la plus mythique des pistes.

Il a devancé le Suisse Beat Feuz qui, en tête avant le passage de Dressen, a cru réaliser le doublé après sa victoire à Wengen la semaine dernière, et l'Autrichien Hannes Reichelt.

Dressen, dont le seul podium jusque-là en Coupe du monde était sa 3e place à Beaver Creak en décembre dernier, a dévalé la Streif en 1 min 56 sec 15/100 et ainsi relégué Feuz à 20/100 et Reichelt à 41/100.

Le meilleur Français a été Brice Roger qui s'est classé 7e à 93/100.

Deux fois vice-champion du monde juniors de descente en 2012 et 2014, Dressen a bénéficié d'une éclaircie et d'un coup de soleil qui a changé la luminosité et rendu la neige plus rapide.

Il est le premier Allemand à gagner à Kitzbühel depuis Josef Ferstl le 20 janvier 1979. Ferstl l'avait gagnée deux fois (1977 et 1979). Le dernier Allemand vainqueur en descente était Max Raufer en 2004 à Val Gardena (Italie).

Dressen est Bavarois comme la plupart des grands skieurs allemands, il vient de Garmisch Partenskirschen.

Catégories: Actualités

Le père de la gastronomie française, Paul Bocuse, est mort à l'âge de 91 ans

sam, 01/20/2018 - 13:42
Le grand chef français s'est éteint dans son sommeil samedi matin chez lui à Collonges-au-Mont-d'Or, commune du Rhône où il est né le 11 février 1926. Il est considéré comme le "Pape de la gastronomie" et le "Cuisinier du siècle".
Catégories: Actualités

Open d'Australie: Federer élimine Gasquet au 3e tour

sam, 01/20/2018 - 13:14

Le Suisse Roger Federer, 2e mondial, s'est qualifié pour les huitièmes de finale de l'Open d'Australie en battant le Français Richard Gasquet (31e) en trois sets 6-2, 7-5, 6-4, samedi à Melbourne.

C'était la 17e victoire de Federer en 19 duels avec Gasquet, dont le dernier succès remonte à 2011. Depuis, le Suisse a gagné 22 sets d'affilée.

Federer, tenant du titre à Melbourne, affrontera au prochain tour le Hongrois Marton Fucsovics, 80e mondial.

Catégories: Actualités

JO-2018: Corée du Nord et Corée du Sud défileront ensemble, 22 Nords-Coréens dans 3 sports

sam, 01/20/2018 - 13:14

La Corée du Nord et la Corée du Sud défileront ensemble lors de la cérémonie d'ouverture des jeux Olympiques d'hiver de Pyeongchang auxquels 22 sportifs nord-coréens vont participer dans trois sports, a annoncé samedi le président du CIO Thomas Bach à l'issue d'un sommet quadripartite.

Une équipe commune aux deux Corées sera également alignée dans le tournoi dames de hockey sur glace, a ajouté M. Bach à l'issue d'une réunion réunissant des réprésentants nord et sud-coréens et du comité d'organisation des JO de Pyeongchang (9-25 février).

Catégories: Actualités

Irlande: Mary Lou McDonald succèdera à Gerry Adams à la tête du Sinn Féin

sam, 01/20/2018 - 13:10

Le leader historique du Sinn Féin, Gerry Adams, a annoncé samedi que son bras droit Mary Lou McDonald lui succèderait à la présidence du parti irlandais, formation longtemps décrite comme la vitrine politique de l'IRA.

Lors d'une réunion de la direction du parti à Belfast, Gerry Adams a annoncé que les nominations pour le poste étaient closes. Mary Lou McDonald était la seule candidate.

"Merci d'accueillir la présidente élue de notre parti, Mary Lou McDonald", a tweeté Gerry Adams.

Mary Lou McDonald, 48 ans, vice-présidente du parti nationaliste, devrait être confirmée dans ses nouvelles fonctions lors d'un congrès extraordinaire, le 10 février.

Tous les autres poids lourds du parti avaient décidé de ne pas se lancer dans la course à la présidence du parti ou avaient apporté leur soutien à Mary Lou McDonald, bras droit de Gerry Adams depuis des années.

Après 34 ans passés à la tête du Sinn Féin, Gerry Adams avait annoncé en novembre dernier qu'il quitterait cette année la présidence du parti qu'il incarnait depuis 1983, au nom du renouvellement générationnel.

Indissociable de la période des Troubles, les violences qui ont fait plus de 3500 morts sur trois décennies en Irlande du Nord en opposant les communautés unioniste et nationaliste, il avait déclaré vouloir laisser la place à de nouveaux visages, notamment pour permettre au parti de progresser en tant que force politique.

Catégories: Actualités

Combiné nordique: victoire du Norvégien Jan Schmid à Chaux-Neuve

sam, 01/20/2018 - 13:07

Le Norvégien Jan Schmid a remporté l'épreuve individuelle de Chaux-Neuve (Doubs) comptant pour la Coupe du monde de combiné nordique, et renforce ainsi sa première place en tête du classement général.

Schmid a devancé le Japonais Akito Watabe, meilleur skieur du concours de saut à skis, en rattrapant ses 27 secondes de retard au cours des 10 km de ski de fond. La troisième place est revenue au Finlandais Ikka Herola.

Meilleur Français de la journée, François Braud a pris la 9e place, à un peu plus d'une minute de Schmid. Jason Lamy Chappuis, qui tente cet hiver un retour au plus haut niveau après deux années de pause a pris la 25e place, à deux minutes de la victoire.

Catégories: Actualités

Le traumatisme Kerviel, une page dure à tourner chez Société Générale

sam, 01/20/2018 - 13:04

Dix ans après, est-ce enfin l'heure de tourner la page de l'affaire Kerviel chez Société Générale ? Le désir prédomine à tous les échelons de la banque, mais le souvenir du "tremblement de terre" n'est pas aisément effacé.

En matière de commémoration, la banque s'en tient au strict minimum, dix ans après l'annonce le 24 janvier 2018 d'une perte de 4,9 milliards d'euros liée aux transactions effectuées par M. Kerviel au sein de sa branche spécialisée dans les opérations de marché.

"Le dossier qui oppose la banque à Jérôme Kerviel est clos pour l'essentiel", a déclaré vendredi la banque à l'AFP. "Toutes les décisions de justice ont reconnu de manière unanime et définitive la culpabilité de Jérôme Kerviel."

C'est la seule position officielle du groupe, qui n'a pas donné suite à des demandes d'entretien. En interne, on a aussi tendance à minimiser.

"Vous en parlez dans les couloirs de la Générale, il y a plein de gens qui n'étaient pas là à l'époque...", assure un employé du groupe. "C'était il y a dix ans, on n'est pas forcément affectés."

Mais chez des témoins de l'affaire, la parole est plus libre, certains s'agaçant de la défense de M. Kerviel qui accuse sa hiérarchie d'avoir fermé les yeux sur des paris à plusieurs dizaines de milliards de dollars entre 2005 et début 2018.

"Il a gâché un fleuron de l'industrie française, il a dû casser plus de 50 personnes qui faisaient bien leur boulot", s'énerve un ancien cadre de la branche de marchés de Société Générale, présent à l'époque de l'affaire Kerviel.

Il insiste sur "une histoire traumatisante pour tous ceux qui ont travaillé dans ce département".

- "Ca peut se reproduire" -

Depuis 2008, la plupart des supérieurs de Jérôme Kerviel ont quitté Société Générale, démissionnaires ou licenciés. Le dirigeant des activités de marchés de l'époque, Jean-Pierre Mustier - aujourd'hui à la tête de l'italienne UniCredit -, est parti, alors qu'il était promis, selon certains, à la succession du patron de l'époque, Daniel Bouton.

M. Bouton lui-même a abandonné son poste quelques mois après les débuts de l'affaire Kerviel avant de quitter Société Générale l'année suivante.

Quant à son successeur, Frédéric Oudéa, l'actuel directeur général du groupe, l'affaire Kerviel a manifestement joué dans sa promotion, vu son profil - à l'époque directeur financier - bien éloigné des activités de marché.

L'affaire n'a pas seulement bouleversé en haut lieu. Elle a durement marqué le réseau de la banque de détail, soit les agences fréquentées au quotidien par les clients.

Dans l'année qui a suivi ce "tremblement de terre", Monique Motsch, déléguée syndicale CFDT, se souvient de tensions liée aux agios, les intérêts prélevés par les banques en cas de découvert.

"Tous les clients ont râlé en disant: +vous nous prenez des frais parce qu'il faut rembourser l'affaire Kerviel+", raconte-t-elle à l'AFP. "Dix ans après, les salariés ne veulent plus en entendre parler."

Chez les témoins de l'époque, on perçoit aussi une sidération devant la figure de Jérôme Kerviel, loin de faire partie des figures les plus brillantes d'un département - les produits dérivés - à l'époque considéré comme l'un des plus performants au monde parmi le secteur bancaire.

"Si l'on avait voulu confier à quelqu'un une opération de cette ampleur, on n'aurait pas choisi Kerviel qui ne faisait pas partie du cénacle", confie un responsable de la banque, toujours employé du groupe.

Société Générale explique d'ailleurs que c'est à cause de son parcours atypique que M. Kerviel est parvenu à contourner les règles: il est passé aux grandes manoeuvres - le "front office" -, après avoir commencé au sein du "middle office" où il vérifiait la conformité des transactions.

Elle assure en avoir "tiré toutes les leçons", notamment en ayant investi 200 millions d'euros pour renforcer le sécurité sur les activités de marché. Au-delà même du groupe, les emplois liés au contrôle des risques se sont démultipliés dans le secteur, dans le cadre d'une tendance plus générale après la crise financière.

Mais certains témoins jugent que l'affaire Kerviel ne sera pas la dernière. "Ca peut se reproduire n'importe où: c'est une erreur humaine", conclut l'ex-cadre de Société Générale.

Catégories: Actualités

Pages