France 24 - L'info en continu

S'abonner à flux France 24 - L'info en continu France 24 - L'info en continu
Mis à jour : il y a 53 min 58 sec

Le Printemps de Bourges relève le défi de la parité

mar, 04/24/2018 - 14:18

Avec quasiment le même nombre d'artistes féminines et masculins à l'affiche de sa 42e édition qui démarre mardi, le Printemps de Bourges relève le pari le parité, certes selon des critères qui lui sont propres, mais loin devant les autres festivals français.

Cette quête d'une affiche réellement mixte est née, explique à l'AFP le directeur du festival Boris Vedel, avec la disparition de Simone Veil l'été dernier. L'affaire Weinstein ou la libération de la parole des femmes n'en sont pas à l'origine, mais "cela nous a encore plus convaincus de le faire", affirme-t-il.

L'organisation du festival, revendiquant une parité parfaite, a communiqué à l'AFP son comptage qui tient compte de deux critères particuliers. Le premier est que tout groupe mixte, comptant donc en son sein au moins une femme, est comptabilisé parmi les artistes féminines. Et ce peu importe le nombre de femmes dans ce groupe.

Le second critère de comptabilisation exclut les artistes débutants qui concourent pour les "Inouis". Ils sont 33 cette année et "n?entrent pas dans la problématique de la parité car c'est un tremplin", justifient les organisateurs.

Le décompte s'opère donc non pas sur les 172 artistes qui joueront à Bourges jusqu'à dimanche soir, mais sur 139 artistes.

Selon le comptage de l'organisation, le plateau compte 71 artistes féminines et mixtes contre 68 masculins, donc la parité est plus que respectée. Dans le détail, sont recensés 44 artistes exclusivement féminines, 27 groupes mixtes et 68 artistes exclusivement masculins.

Un décompte qui diffère très légèrement de celui effectué par l'AFP, qui établit un total de 70 artistes masculins contre 69 féminines et mixtes (dans le détail: 40 artistes exclusivement féminines, 29 groupes mixtes et 70 artistes exclusivement masculins).

Ces quelques variations n'altèrent cependant en rien le fait que le Printemps de Bourges soit parvenu à bâtir un plateau globalement paritaire. Avec des femmes, en tout état de cause, beaucoup plus présentes sur l'affiche que dans les autres festivals.

Le festival Pause Guitare à Albi, dont la programmation n'est pas encore bouclée, se situe provisoirement à la deuxième place en nombre d'artistes féminines et mixtes, avec 19 invitées contre 27 masculins, soit 41,3%.

Suivent l'Ardèche Aluna Festival et le Festival du Bout du monde en Bretagne, qui comptent tous deux 33 artistes, dont 13 féminines et mixtes qui représentent 39,4%.

Aux Francofolies de La Rochelle, sont dénombrées 26 artistes féminines et mixtes sur les 73 à l'affiche, soit 35,6%.

Les Nuits Sonores à Lyon, consacrées à l'électro, compte 39 artistes féminines et mixtes sur 107 au total, soit 26,7%. Un pourcentage bien plus important que celui de l'Electro Beach (4,7%), où 2 artistes féminines sont programmées contre 39 masculins.

Restent enfin les festivals dédiés au hard rock comme le Hellfest ou le Download, où les femmes se font très rares sur scènes.

Au Download non loin de Paris, 14 artistes féminines et mixtes sont programmées sur 77 au total, soit 18,2% de l'affiche. Au Hellfest, près de Nantes, il y en aura également 14, mais sur 149 au total, soit 8,8%.

Catégories: Actualités

Meurtres néonazis: la défense plaide dans un procès hors norme en Allemagne

mar, 04/24/2018 - 14:13

La défense de la seule survivante d'un trio de tueurs néonazis présumés a entamé mardi ses plaidoiries en affirmant que le parquet s'était montré incapable de prouver la culpabilité de l'accusée malgré cinq ans de procès.

"Le parquet fédéral a soutenu que ma cliente, avec ses complices, a exécuté neuf êtres humains choisis de manière arbitraire car ils étaient des étrangers", a dit Me Hermann Borchert, l'avocat de la principale accusée, Beate Zschäpe.

"Je vais démontrer que l'exposé du parquet fédéral n'était rien d'autre qu'un examen des preuves mené uniquement à charge et miné par les spéculations", a-t-il ajouté, martelant que sa cliente n'avait pas "participé aux meurtres" et que les éléments de l'accusation étaient "lacunaires".

Après une demi-décennie d'audiences, du jamais vu dans l'histoire judiciaire contemporaine allemande, le procès de Beate Zschäpe, 43 ans, est ainsi entré dans sa dernière ligne droite.

Le parquet a déjà requis fin 2017 la prison à perpétuité à son encontre pour son rôle dans dix meurtres -- huit immigrés turcs, un ressortissant grec et une policière -- commis entre 2000 et 2007 à travers toute l'Allemagne.

Si quatre autres complices présumés sont sur le banc du tribunal de Munich, les absences des défunts Uwe Mundlos et Uwe Böhnhardt pèsent sur les débats.

Ces deux personnages et Beate Zschäpe constituaient, selon l'accusation, le groupuscule de tueurs "Clandestinité national-socialiste" (NSU). Les deux hommes sont morts en 2011 sans jamais avoir été interrogés, alors que l'étau policier se resserrait autour d'eux. Les enquêteurs tablent sur un double suicide ou un homicide suivi d'un suicide.

Outre l'horreur des crimes qui a choqué un pays encore profondément dans la pénitence pour son passé nazi, l'affaire s'est révélée aussi particulièrement infamante pour les autorités.

En effet, la piste néo-nazie n'a été que très tardivement explorée par les enquêteurs. Ceux-ci ont longtemps refusé de relier les différents assassinats, croyant bien souvent à des règlements de compte intracommunautaires ou criminels.

La NSU a pu ainsi longtemps agir en toute impunité, de quoi ternir un peu plus encore l'image des services de renseignement intérieur qui étaient censés surveiller de près la mouvance néo-nazie en général et ce groupe en particulier.

Catégories: Actualités

Pays basque: l'ETA va se dissoudre mais les blessures restent ouvertes

mar, 04/24/2018 - 14:10

Ivan Ramos croise souvent l'assassin de sa mère à Portugalete, ville du Pays basque où elle a été tuée par des proches de l'ETA. Encarni Blanco, elle, est née à quelques kilomètres de là et reste hantée par le souvenir de tortures policières.

Bien qu'appartenant à deux camps opposés, ils aspirent tous deux à la paix, une perspective qui se concrétise avec la dissolution imminente de l'organisation séparatiste ETA et une conférence internationale sur le processus de paix prévue le 4 mai près de Bayonne dans le sud-ouest de la France.

Lui, grand chauve athlétique de 44 ans, est employé dans la sidérurgie. Elle, 59 ans, est chargée de relations clients dans une compagnie d'assurance.

"J'ai été l'une des premières victimes à avoir dû coexister avec les meurtriers d'un proche", explique Ivan Ramos, attablé dans un bar à Portugalete, à 400 km au nord de Madrid.

En 1987, sept cocktails Molotov ont tué sa mère, Maite Torrano. C'était un 25 avril. Il n'avait que 13 ans.

Ramos a quitté un temps sa ville de 47.000 habitants, puis il y est revenu et a fondé une famille, comme l'un des auteurs de l'homicide, qu'il croise régulièrement.

"Je le vois quand je vais à la piscine (...) au parc".

Les deux hommes ont des fils qui se coisent sur les terrains de jeu.

Ivan a subi gestes et commentaires menaçants de l'auteur de l'attaque, mais il n'a rien dit à son fils sur les circonstances de la mort de sa grand-mère, qu'il n'a jamais connue, pour ne pas le conditionner: "Je ne veux lui transmettre ni haine ni rancune".

Ce genre de rencontres va se multiplier au Pays basque, petite région de 2,2 millions d'habitants où bourreaux et victimes ne pourront pas toujours s'éviter.

Les sorties de prison se multiplient et pourraient s'accélérer après l'annonce de la dissolution de l'ETA, prévue début mai. "Les gens ne sont pas préparés pour ça", s'inquiète Ivan.

- "Réconciliation" -

Il participe à des réunions organisées par le gouvernement basque ou l'Eglise visant à rapprocher les habitants, un processus complexe en vue d'une "réconciliation", rendue possible depuis que l'ETA a renoncé à la violence en 2011.

Aux réunions prennent aussi bien part des victimes de l'ETA que des proches de membres de cette organisation tués ou torturés par des groupes parapoliciers comme les Groupes antiterroristes de libération (GAL).

Encarni Blanco, se réveille ainsi toujours en sursaut la nuit, un quart de siècle après l'irruption brutale de gardes civils venus l'arrêter avec son mari.

Le calvaire a duré cinq jours, se souvient cette femme au visage rond encadré de cheveux gris.

Détenue au secret, encagoulée, tabassée, victime de décharges, debout "bras et jambes tendus contre un mur pendant des heures", "sans pouvoir s'allonger, sans dormir", avec la peur du viol, au point de se dire: "je suis disposée à faire n'importe quoi pour échapper à cet enfer".

Les Nations unies ont reproché à l'Espagne de ne pas avoir enquêté sur son cas. Elle et son compagnon ont été condamnés à six ans d'emprisonnement pour soutien à l'ETA.

Elle explique avoir accepté que son appartement serve de refuge à des membres de l'ETA, qui a tué au moins 829 personnes, même si finalement il n'a accueilli personne.

Pour elle, l'Etat espagnol doit s'excuser pour les exactions de ses services de sécurité. L'ETA a demandé pardon aux victimes qui n'étaient pas directement liées au "conflit" et a évoqué des "regrets" pour les autres.

Selon un rapport commandé par le gouvernement basque, 4.100 plaintes pour tortures policières ont été déposées entre 1960 et 2014.

Selon Gaizka Fernandez Soldevilla, du Centre Mémorial des victimes du terrorisme, les GAL et d'autres groupes parapoliciers ont tué au moins 60 personnes.

"Il faut le dire, mais on ne peut pas tout mettre au même niveau", estime cet historien, en dénonçant l'emploi de l'expression "conflit" par les partis indépendantistes basques, comme s'il s'agissait d'une guerre.

Pour lui, c'est plutôt l'histoire "d'un groupe terroriste", qui doit être enseignée aux écoliers, même si près de la moitié des Basques préféreraient "tourner la page", selon un récent sondage.

"La peur de parler politique reste encore très présente (...) Mais si l'Histoire n'est pas connue, il y a un risque de répétition", met-il en garde.

Catégories: Actualités

Facebook promet une "procédure d'appel" quand il supprime des "posts"

mar, 04/24/2018 - 14:00

Critiqué pour être parfois trop zélé dans la suppression de photos, vidéos ou textes qu'il juge obscènes ou violents, Facebook a promis mardi qu'il serait possible pour les utilisateurs de "faire appel" de ces décisions.

Engagé depuis des semaines dans une vaste opération de communication destinée à redorer une image ternie par le scandale Cambridge Analytica, le réseau social a décidé de rendre publics pour la première fois les critères de suppression de certains contenus.

"Et pour la première fois, nous vous donnons le droit de faire appel de nos décisions sur les +posts+, de façon à ce que vous puissiez demander un deuxième avis si vous pensez que nous avons fait une erreur", a expliqué à l'AFP Siobhan Cummiskey, responsable de ce dossier au sein du groupe américain, qui revendique plus de deux milliards d'utilisateurs.

Cela sera mis en place dans le courant de l'année et concernera dans un premier temps la nudité, le sexe, les appels à la haine ou la violence visuellement explicite, a-t-elle précisé.

Jusqu'ici, les usagers pouvaient faire appel des suppressions de profils ou de pages mais pas de "posts" individuels.

Mi-mars, Facebook a reconnu "une erreur" après avoir temporairement censuré une publicité représentant le tableau "La Liberté guidant le peuple" du peintre Eugène Delacroix, où une femme aux seins nus brandit un drapeau français.

Il avait aussi été très critiqué pour avoir fermé le compte d'un utilisateur qui avait publié une photo du tableau "L'Origine du monde" de Gustave Courbet, représentant un sexe féminin.

En 2016, il avait dû s'excuser pour avoir retiré une vidéo de sensibilisation sur le cancer du sein ou encore pour avoir censuré la célèbre photo d'une petite Vietnamienne nue brûlée au napalm, au nom de sa politique contre la nudité des enfants.

Facebook, comme Google ou Twitter, est pris dans un dilemme car il est à la fois critiqué pour ne pas assez lutter contre les contenus problématiques (fausses informations, terrorisme...) mais il est aussi accusé de censure lorsqu'il décide de supprimer certains contenus.

Il est par ailleurs cloué au pilori depuis plus d'un mois pour avoir laissé filer les données personnelles de dizaines de millions d'utilisateurs, qui sont arrivées à leur insu entre les mains de la firme de communication stratégique Cambridge Analytica.

Lundi, Facebook a aussi indiqué avoir "pris des mesures" --de suppression la plupart du temps-- au premier trimestre concernant 1,9 million de contenus liés aux organisations Etat islamique ou Al-Quaida, deux fois plus que lors du trimestre précédent.

Catégories: Actualités

Première statue d'une femme, une suffragiste, dévoilée devant le Parlement britannique

mar, 04/24/2018 - 14:00

Un siècle après l'octroi du droit de vote aux femmes au Royaume-Uni, une statue de la suffragiste Millicent Fawcett a été inaugurée mardi devant le parlement britannique, première statue de femme dans cet endroit symbolique.

Le bronze, réalisé par l'artiste Gillian Wearing, représente la militante des droits des femmes tenant une banderole sur laquelle on peut lire "Le courage appelle partout au courage" ("Courage calls to courage everywhere"), des mots prononcés par Millicent Fawcett lors d'un discours appelant à la mobilisation.

Il a été dévoilé en présence du maire de Londres, Sadiq Khan, qui a rendu hommage au combat féministe. "C'est une journée historique", a estimé M. Khan. "Parliament Square n'est plus une place réservée aux statues d'hommes. Pour saluer la prouesse réussie par Millicent Fawcett, il ne pouvait pas y avoir de meilleur endroit, au c?ur de la démocratie britannique", à quelques dizaines de mètres du Parlement, a-t-il ajouté. "Cela aurait dû arriver il y a déjà plusieurs décennies".

La cheffe du gouvernement, Theresa May, a salué l'héritage de Millicent Fawcett. "Je ne serais pas Première ministre aujourd'hui, aucune femme n'aurait pu siéger au Parlement, aucune d'entre nous ne disposerait des droits et des protections dont nous jouissons aujourd'hui" sans le combat qu'elle a mené, a-t-elle déclaré.

L'installation de cette statue est le résultat d'une mobilisation menée par la militante féministe Caroline Criado Perez, qui avait lancé une pétition en ligne, s'insurgeant de l'absence de femmes sur Parliament Square, où trônent onze statues représentant des personnalités masculines, parmi lesquelles Winston Churchill, Gandhi ou Nelson Mandela. Plus de 85.000 personnes avaient signé sa pétition.

A l'inverse des suffragettes, qui prônaient l'action directe pour faire avancer leur cause, brisant des vitrines ou incendiant des bâtiments, Millicent Fawcett était une suffragiste, adepte de méthodes non violentes. Elle s'était également battue contre le travail des enfants ou pour l'accès des femmes à l'université.

Le Parlement britannique avait voté en février 1918 la loi sur la "représentation populaire", permettant à certaines femmes âgées de plus de 30 ans de voter. Il fallut toutefois attendre 1928 pour qu'elles puissent voter aux mêmes conditions que les hommes, dès 21 ans.

Catégories: Actualités

Coupe d'Europe: Machenaud et Nakarawa en lice pour le titre de meilleur joueur

mar, 04/24/2018 - 13:56

Le demi de mêlée du Racing 92 Maxime Machenaud et le deuxième ligne Leone Nakarawa sont en lice pour le titre de meilleur joueur européen de l'année, avec trois joueurs du Leinster, a indiqué mardi l'organisateur de la Coupe d'Europe.

Le Bordelais et le Fidjien seront départagés avec Jonathan Sexton, Tadhg Furlong et Scott Fardy à l'issue de la finale qui opposera les deux formations le 12 mai à Bilbao.

Le lauréat, qui succédera à l'ouvreur anglais des Saracens Owen Farrell, sera élu par vote du public, scrutin clos à la fin du match.

Machenaud ne figurait pas sur la liste initiale de 15 prétendants mais ses performances en quarts de finale contre Clermont (28-17) et en demi-finale contre le Munster dimanche (27-22) ont amené l'European Professional Club Rugby (EPCR) à l'inclure dans la liste finale, établie par une combinaison des votes d'un panel de journalistes et du public.

Machenaud et Nakarawa sont deux joueurs-clés d'un Racing candidat à un doublé championnat-Coupe d'Europe. Actuel 3e du Top 14, le club des Hauts-de-Seine vise une victoire à Bordeaux face à l'UBB dimanche afin d'éviter un barrage périlleux en phase finale.

Catégories: Actualités

Affaire Lafarge en Syrie : que savaient l'État et les actionnaires ?

mar, 04/24/2018 - 13:49
Un cadre de Lafarge a affirmé à Libération que la DGSE connaissait les activités du cimentier, soupçonné d'avoir financé l'EI en Syrie. Selon Le Monde, la justice se demande si ces agissements n’ont pas été cautionnés par l’actionnaire principal.
Catégories: Actualités

Europa League: Germain et l'OM promettent "une ambiance exceptionnelle" à Salzbourg

mar, 04/24/2018 - 13:47

L'attaquant de l'OM Valère Germain promet à Salzbourg "une ambiance exceptionnelle" dans un stade de Marseille qui "nous galvanise", dans un entretien à l'AFP avant une bouillante demi-finale d'Europa League, jeudi (21h05).

Q: Faut-il s'inquiéter parce que Salzbourg vous a dominés en poules (1-0/0-0)?

R: "On n'avait pas la même équipe qu'en ce moment, on n'était pas dans la même dynamique, on faisait un peu tourner... C'est une équipe qui est jeune, joueuse, qui presse sans cesse. On n'avait pas réussi à les battre, cette équipe nous a posé des problèmes, comme dit le coach, je pense qu'ils sont plutôt favoris. On va leur laisser la pression à eux, et se mettre nous en position d'outsider, ça nous réussit bien..."

Q: Comment abordez-vous cette demi-finale?

R: "Ça va être une ambiance exceptionnelle, comme contre Leipzig (5-2). Quand le stade est comme ça, les équipes adverses n'ont pas forcément l'habitude, nous, au contraire, si. Et ça nous galvanise, eux peut-être qu'ils jouent un peu plus avec le frein à main..."

Q: Vous avez joué les demies de Ligue des champions l'an dernier avec Monaco, quelles leçons en tirez-vous?

R: "Il faut se lâcher. Avec Monaco, on n'était pas forcément favoris sur les matches à élimination directe, et au final on lâchait les chevaux, on était à 100% et on est passés (contre Manchester City et Dortmund). Si on arrive à mettre l'envie, comme les matches précédents contre Braga (3-0), Bilbao (3-1) et Leipzig (5-2), j'espère qu'on passera."

Q: Vous traversez une nouvelle période un peu stérile, avec un seul but en mars-avril, comment la vivez-vous?

R: "Il y a des moments où sur un centre, le ballon me tombe dessus et d'autres périodes où malheureusement, non, le ballon va au deuxième. Mais ça peut aller très vite, si ça se trouve au prochain match je vais rentrer et marquer, c'est ce qui est beau dans le football, chaque match a sa vérité. Je ne me prends pas pour un autre quand tout va bien et que je marque quelques buts, et j'essaie de ne pas m'enterrer quand ça va mal."

Q: Comment vivez-vous la concurrence avec Kostas Mitroglou?

R: "Mais la concurrence est toujours bonne, j'ai rarement vécu une concurrence malsaine dans ma carrière. Le coach nous fait alterner les matches, on est des attaquants avec des qualités différentes. Suivant les matches, le coach met un tel ou un tel. Je suis content qu'en ce moment Kostas marque parce qu'il nous permet d'engranger des points et ça nous permettra peut-être d'avoir la Ligue des champions à la fin de saison. On peut aussi nous mettre tous les deux, comme sur la fin de match à Troyes et ça nous a permis de remporter le match."

Q: C'est ce qu'on dit souvent de vous: il est mieux dans un système à deux attaquants...

R: "Mais il y a des matches à Marseille où je me suis super épanoui en jouant seul en pointe. Après il y a des matches un peu plus compliqués, où j'ai l'impression d'être isolé devant, comme c'était le cas contre Montpellier (0-0) par exemple, où j'avais l'impression d'être au milieu d'une défense à trois et de ne pas avoir de coéquipier avec qui échanger. J'ai eu l'habitude de jouer à deux attaquants, c'est vrai, mais je suis capable d'évoluer seul devant et je l'ai montré sur certains matches cette année."

Q: Votre jeu c'est aussi de créer des brèches?

"Oui, voilà. J'aimerais être un peu plus en lumière et marquer un peu plus de buts, mais souvent je fais des appels qui servent à mes coéquipiers, j'aime souvent couper au premier, et si le ballon n'arrive pas, cela veut dire qu'il y a un espace au deuxième. C'est un sport collectif, il faut savoir penser d'abord collectif, même si un attaquant doit penser d'abord à lui, à ses stats, j'ai toujours joué comme ça. Chacun son style de jeu, chacun son talent, moi mon talent, c'est sans doute de jouer collectif, de penser collectif."

Propos recueillis par Emmanuel BARRANGUET

Catégories: Actualités

Spécialiste de l'attaque, Vincent Bolloré désormais sur la défensive

mar, 04/24/2018 - 13:40

Connu pour ses stratégies offensives voire ses coups de force, l'industriel breton Vincent Bolloré se retrouve désormais en position défensive sur fond de soupçons de corruption en Afrique, après avoir aussi vu ses méthodes remises en question chez Vivendi.

En garde à vue mardi à Nanterre dans le cadre d'une enquête sur l'attribution de concessions portuaires, l'emblématique milliardaire de 66 ans a redressé au début des années 1980 le groupe familial, fondé en 1822 et spécialisé dans le papier bible et le papier à rouler OCB.

En le réorientant vers le film plastique pour en faire Bolloré Technologies, il y a ajouté les transports et la logistique pétrolière et portuaire, principalement en Afrique, avant de prendre d'assaut Havas (publicité-communication), en 2005 puis Vivendi (médias), en 2014.

A chaque fois, la méthode, appelée depuis "méthode Bolloré" était la même: entrée discrète au capital du groupe visé avant d'en devenir peu à peu le premier actionnaire puis d'en prendre le contrôle en réclamant des sièges au conseil d'administration.

Une prise en main qui s'accompagnait en général de l'installation d'hommes de confiance aux commandes, à l'image d'Havas, dirigé depuis 2013 par son fils cadet, Yannick Bolloré.

Pourtant, le début d'année 2018 n'a pas été conforme aux habitudes pour Vincent Bolloré, avec une mise en lumière des activités africaines du groupe, sur lesquelles l'homme d'affaires tente d'être en général très discret.

Aux côtés de ses affaires, Vincent Bolloré, passé dans sa jeunesse par le secteur bancaire, a toujours su cultiver ses connexions avec les décideurs politiques français, de gauche comme de droite, ainsi que sa proximité avec un certain nombre de chefs d'Etat africains, une proximité qui est donc désormais au centre de l'attention.

Une nouvelle affaire qui vient s'ajouter à celle, lancée par Vincent Bolloré cette fois, contre France Télévision, à la suite d'un reportage diffusé en 2016 dans l'émission "Complément d'enquête" qui évoquait notamment les activités de la Socapalm, société spécialisée dans l'huile de palme au Cameroun et dont M. Bolloré est actionnaire minoritaire.

Le reportage montrait notamment le témoignage de sous-traitants, pour certains présentés comme mineurs, payés à la tâche, travaillant sans vêtements de protection et logeant dans des conditions insalubres.

- Passage de témoin -

Le groupe Bolloré avait porté plainte, estimant que le reportage portait atteinte à son image, réclamant à France Télévision 50 millions d'euros.

Fin 2017, c'étaient cette fois les activités de transports sur le continent qui se retrouvaient dans l'actualité, avec le procès à Eseka (centre du Cameroun) des responsables présumés de la catastrophe ferroviaire dans la même ville, en octobre 2016, qui avait fait 79 morts et 600 blessés. La compagnie ferroviaire Camrail a pour actionnaire majoritaire le groupe Bolloré.

Du côté de Vivendi également, la situation semble plus difficile pour l'homme d'affaires, qui a dû notamment renoncer à mettre la main sur l'éditeur de jeux vidéo Ubisoft.

Après deux ans de bataille pour en prendre le contrôle, en appliquant, ici encore, la "méthode Bolloré", le groupe Vivendi a en effet choisi de vendre sa participation au capital de l'éditeur, face à la résistance des fondateurs, également bretons, la famille Guillemot.

Une défaite pour Vincent Bolloré qui, après avoir pris le contrôle de l'autre éditeur des Guillemot, Gameloft, espérait voir sa méthode de nouveau couronnée de succès.

En Italie également, la situation de Vivendi s'avère complexe, sur fond de bataille avec le fonds américain Elliott, qui tente de lui disputer la gouvernance de Telecom Italia (TIM). Si le groupe français a remporté la première manche, l'assemblée générale du 4 mai marquera une étape potentiellement décisive.

Autant de difficultés auxquelles devront faire face le fils de Vincent, Yannick, qui l'a remplacé à la présidence du conseil de surveillance de Vivendi à l'issue de la dernière assemblée générale du groupe, le 19 avril. Un début de passage de témoin pour M. Bolloré, qui a énoncé 2022 comme échéance de son départ à la retraite, année marquant à la fois ses 70 printemps et les 200 ans de son groupe.

Le 10 avril, M. Bolloré avait en outre laissé la présidence de Canal+ à un de ses proches, estimant que la filiale de télévision payante de Vivendi avait entamé son redressement.

Catégories: Actualités

Trois oursons sans famille recueillis en Bulgarie

mar, 04/24/2018 - 13:39

Trois oursons qui erraient seuls, apparemment sans famille, dans les montagnes bulgares ont été découverts par des villageois et confiés à un parc spécialisé où ils reprennent des forces, a annoncé lundi l'association de défense des animaux "Vier Pfoten".

Sans leur maman, les oursons âgés d'environ trois mois, trouvés dans le massif des Rhodopes, au sud du pays, menaçaient de dépérir. Le ministère bulgare de l'Environnement a décidé de les confier provisoirement aux soigneurs du parc de Belitsa (sud), spécialisé dans l'accueil des plantigrades.

Les spécialistes ont trouvé les petits orphelins, deux mâles bruns et une femelle, stressés mais en bonne santé. Pesant entre deux et trois kilos chacun, ils sont pour l'instant nourris au biberon, avec du lait de chèvre.

"Dans 90% des cas, lorsque des oursons si jeunes sont trouvés seuls, la maman ourse a été chassée ou tuée par des braconniers", a déclaré Dimitar Ivanov, le directeur du parc géré par l'association "Vier Pfoten" ("Quatre pattes").

La structure, qui est l'un des plus importants sanctuaires d'ours en Europe, a été créée pour réinsérer dans le milieu naturel "des ours dansants" autrefois exhibés dans des spectacles de rue, une pratique désormais interdite en Bulgarie.

Si la maman ourse n'est pas retrouvée, les petits seront confiés au parc Arktouros, situé dans le nord de la Grèce voisine et spécialisé dans les soins aux oursons. Ils seront préparés à retourner à la vie sauvage.

L'ours, particulièrement présent dans les pays du sud-est de l'Europe, compte en Bulgarie une population de 600 à 800 individus, selon un recensement récent.

Catégories: Actualités

Don Quichotte de Terry Gilliam à Cannes: "un passage en force" pour le producteur Paulo Branco

mar, 04/24/2018 - 13:30

La projection en clôture du Festival de Cannes de "L'homme qui tua Don Quichotte" de Terry Gilliam est "une tentative de passage en force", a dénoncé mardi l'avocat du producteur Paulo Branco, en conflit depuis des mois avec l'ancien Monthy Python.

Le film doit sortir sur les écrans français le samedi 19 mai, le même jour que sa projection au dernier jour du Festival de Cannes, selon son distributeur Océans Films Distribution.

"C'est une tentative de passage en force dont Thierry Frémaux (lé délégué général du festival) se rend complice", a déclaré à l'AFP Me Juan Branco, qui n'exclut pas d'entamer de nouvelles démarches "dans les jours qui viennent". "On va se retrouver avec une séance de clôture qui risque d'être annulée", a-t-il dit.

Le film n'avait pas, à ce jour, de visa d'exploitation, selon les données du Centre national du cinéma (CNC) disponibles mardi, ce qui ne l'empêche pas d'être montré dans le cadre d'un festival.

Les droits de "L'homme qui tua Don Quichotte" font l'objet d'un contentieux juridique entre Terry Gilliam et Paulo Branco, le producteur portugais aux 300 films qui lui a acheté en avril 2016 ses droits d'auteur-réalisateur, via sa société Alfama Films basée en France.

La cour d'appel de Paris rendra sa décision le 15 juin, après avoir examiné l'affaire début avril.

"Les producteurs et les distributeurs rappellent que le contrat qui a lié M. Gilliam et M. Branco a été résilié", avait assuré la semaine dernière le président d'Océans Films Distribution, Philippe Aigle, distributeur du film en France, se félicitant que le film soit projeté à Cannes.

Cet épisode judiciaire vient prolonger la "malédiction" qui frappe depuis 18 ans "L'homme qui tua Don Quichotte". En 2000, Terry Gilliam avait dû abandonner le tournage de sa libre adaptation de l'ouvrage de Cervantès, en raison notamment des problèmes de dos de l'acteur Jean Rochefort et de pluies diluviennes. Ce fiasco a fait l'objet d'un documentaire "Lost in La Mancha" (2002).

Catégories: Actualités

Une campagne pour sensibiliser les témoins de violences sexuelles

mar, 04/24/2018 - 13:28

Médecin, policier, collègue, voisin... Le secrétariat d'Etat à l'Egalité femmes-hommes lance mardi sur internet le troisième volet d'une campagne de sensibilisation contre les auteurs de violences sexistes et sexuelles, axée cette fois sur "le rôle central" des témoins.

"Je suis médecin. J'ai constaté de nombreux bleus sur son corps", "Je suis DRH. Elle est venue me confier les gestes déplacés d'un collègue", "Je suis un passager du métro. Je me suis interposé quand il a commencé à la toucher": à travers cinq saynètes, ce dernier volet de la campagne numérique "Arrêtons-les !" veut mettre à l'honneur les témoins qui agissent pour la protection des victimes.

"Dans les affaires d'agressions sexuelles et de harcèlement, les témoins jouent souvent un rôle central: ce sont eux qui extirpent les victimes d'une situation dangereuse, qui révèlent un lourd secret, qui détectent les traces de violences, qui sonnent l'alerte auprès des forces de l'ordre, auprès de leur hiérarchie", explique dans un communiqué la secrétaire d'Etat Marlène Schiappa.

Dans le sillage de l'affaire Weinstein, les plaintes pour viols et agressions sexuelles ont fortement augmenté l'an dernier en France, notamment au dernier trimestre (+30%). Des associations d'aide aux victimes ont également enregistré une forte hausse des appels et dossiers traités, se disant régulièrement "débordées".

"Si les femmes osent davantage parler, il faut que les pouvoirs publics et l'ensemble de la société soient aussi en capacité de les écouter et de leur venir en aide", poursuit Mme Schiappa, enjoignant les citoyens à "témoigner, intervenir".

Cette campagne est diffusée à partir de ce mardi sur le site internet et les pages Twitter et Facebook du secrétariat d'Etat.

Le premier volet, lancé fin octobre, visait les auteurs d'agressions sexistes ou sexuelles, et le deuxième, mis en ligne fin novembre, ciblait les violeurs.

Catégories: Actualités

Jawad Bendaoud en garde à vue pour menaces de mort sur son ex-compagne

mar, 04/24/2018 - 13:27

Jawad Bendaoud, logeur de deux jihadistes des attentats du 13-Novembre, a été placé en garde à vue au commissariat de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) pour menaces de mort sur son ex-compagne, a indiqué mardi une source proche de l'enquête, confirmant une information du Parisien.

Jawad Bendaoud, 31 ans, a été relaxé en février par le tribunal correctionnel de Paris pour "recel de malfaiteurs terroristes". Le parquet a fait appel de cette relaxe.

Catégories: Actualités

Tempête tropicale Fakir à La Réunion: deux morts dans une coulée de boue

mar, 04/24/2018 - 13:26

Un couple d'une vingtaine d'années a été tué mardi à l'Etang-Salé, au sud de La Réunion, dans une coulée de boue due à la tempête tropicale Fakir qui a frappé l'île dans la nuit, ont déclaré à l'AFP des responsables de la gendarmerie.

La tempête, qui s'est renforcée un peu avant de gagner La Réunion pour atteindre le stade de "forte tempête tropicale", a également causé, en raison des très fortes pluies, des grands vents et des fortes houles, et "de très gros dégâts" sur le réseau routier de l'ensemble de l'île.

Originaire de Saint-Louis (sud), le couple, qui louait un bungalow de vacances, a été surpris dans son sommeil par une coulée de boue.

Cette tempête tropicale est inhabituelle pour la saison et, fait également rare, elle est passée très rapidement sur l'île, à 43 km/h (contre 10 à 15 km/h normalement).

La ministre des Outre-mer, Annick Girardin, a indiqué suivre "l'évolution de la situation, heure par heure, en lien étroit avec la préfecture".

"Les services de l?État sont pleinement mobilisés aux côtés des collectivités locales dans la gestion de cet évènement météorologique exceptionnel par sa vitesse de déplacement, et de ses conséquences sur l'île", a-t-elle souligné dans un communiqué.

Catégories: Actualités

Inde: au moins 37 rebelles maoïstes tués dans des raids

mar, 04/24/2018 - 13:20

Au moins 37 rebelles maoïstes ont été tués ces derniers jours par les forces de sécurité indiennes dans le centre du pays, a annoncé mardi la police.

Des commandos ont mené ces derniers jours une série de raids dans la jungle de l'État du Maharashtra contre des camps de la rébellion maoïste, une guérilla active depuis cinquante ans.

Six insurgés ont péri dans des échanges de tirs au cours de la dernière opération en date, lundi soir dans le district de Gadchiroli, a indiqué à l'AFP Sharad Shelar, directeur des opérations de contre-insurrection du Maharashtra.

Les autorités ont saisi des armes et des munitions de ce campement, situé à environ 900 kilomètres à l'est de la capitale économique Bombay.

Dimanche, des forces spéciales avaient encerclé un camp de maquisards dans le même district et y avaient affronté une centaine de rebelles, selon les officiels.

Seize corps de guérilleros avaient initialement été récupérés sur place. Mais la police dit avoir ensuite découvert 15 autres cadavres dans une rivière voisine, où selon elle ils se sont noyés ou ont succombé à leurs blessures.

La plupart des rebelles abattus étaient des femmes, ont précisé les autorités.

Trouvant son origine dans une jacquerie paysanne dans un village du Bengale occidental en 1967, une guérilla maoïste, désormais repliée dans un "corridor rouge" de forêts du centre et de l'est de l'Inde, combat New Delhi par les armes depuis un demi-siècle.

Cette rébellion se nourrit de la colère des populations oubliées ou victimes collatérales du développement économique.

Depuis 1980, plus de 15.000 personnes ont perdu la vie dans ce conflit principalement concentré dans les régions forestières du Chhattisgarh, d'Odisha, du Bihar, du Jharkhand et du Maharashtra.

Le mois dernier, huit policiers ont trouvé la mort au Chhattisgarh (centre) dans l'explosion d'une bombe rebelle.

Catégories: Actualités

Corées: Kim, l'héritier né pour régner, Moon, le fils de réfugié

mar, 04/24/2018 - 13:16

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un et le président sud-coréen Moon Jae-in ont emprunté comme leur pays des voies radicalement différentes mais ils se retrouvent vendredi pour un sommet dans la Zone démilitarisée (DMZ) qui divise la péninsule.

Les parents de M. Moon sont nés dans un petit village de la région de Hungnam, aujourd'hui en Corée du Nord. Son père Moon Yong-hyung fut scolarisé dans un lycée d'élite avant de travailler comme fonctionnaire dans l'agriculture à l'échelon local.

Fin 1950, la guerre de Corée faisait rage, la ville de Hungnam était assiégée par les forces de Kim Il Sung. La famille Moon fut des 100.000 civils qui fuirent le Nord dans le cadre de "Evacuation Hungnam", l'une des plus importantes opérations américaines de secours aux civils.

La mère de M. Moon donna naissance à son fils dans un camp de réfugiés à Geoje, dans l'actuelle Corée du Sud. Intellectuel peu doué en affaires, son père s'endetta lourdement, sombrant dans la dépression.

"Même quand il ouvrit un petit commerce, il le fit dans un endroit où tout le monde disait que ça ne marcherait jamais. C'était comme ça tout le temps", écrit M. Moon dans son autobiographie.

La famille subsistait grâce à l'aide alimentaire de religieuses catholiques -- M. Moon se définit toujours comme catholique. A force de petits boulots, sa mère devint le principal soutien de famille. Le futur président l'aidait souvent à tirer une charrette remplie de briquettes de charbon à vendre.

De son père mort en 1958, M. Moon écrivit: "Il a souffert toute sa vie, de la pauvreté et comme réfugié. Il attendait tant de moi mais est mort sans me voir réussir. J'ai eu le coeur brisé, je me sentais si coupable".

Le Sud-Coréen hérita de son père ses capacités intellectuelles et son penchant pour les questions sociales devenant, sous la dictature de Park Chung-hee, avocat et militant des droits de l'Homme. En 2003, il fut nommé proche collaborateur du président de gauche Roh Moo-hyun.

L'année suivante, il accompagnait sa mère Kang Han-ok dans la station de montagne nord-coréenne du Mont Kumgang pour une réunion avec sa soeur, qui n'avait pas pu fuir pendant la Guerre. Il participa au dernier sommet intercoréen de Pyongyang en 2007 en tant que directeur de cabinet du président.

En 2012, il fut défait à la présidentielle par la fille de M. Park, Park Geun-hye, avant de lui succéder en 2017 après la destitution de celle-ci.

- Luxe -

D'après les biographies officielles, le père de Kim Kong Un, Kim Jong Il, est né en 1942 dans un camp de la guérilla anti-japonaise au Mont Paektu, endroit sacré aux yeux des Nord-Coréens.

Les spécialistes indépendants comme les archives soviétiques estiment cependant qu'il est né un an plus tôt dans un village de Sibérie où son père Kim Il Sung, le fondateur du pays, vivait en exil.

De la même manière, les débuts dans la vie de Kim Jong Un sont mystérieux, au point qu'on ignore jusqu'à sa date de naissance.

Mais il a vécu dans l'opulence.

Sa mère était la troisième épouse de Kim Jong Il, Ko Yong Hui, une Japonaise d'origine coréenne. Il poursuivit des études en Suisse, où sa tante maternelle et son époux s'occupaient de lui.

D'après la presse, le personnel éducatif tout comme ses amis d'école ignoraient qui il était. Ils se rappellent d'un élève timide, qui aimait le ski, Jean-Claude Van Damme et le basket.

Il serait aujourd'hui âgé d'environ 35 ans. Il aurait su qu'il était destiné à régner dès l'âge de huit ans, quand il reçut un uniforme de général en même temps que les salutations de la hiérarchie militaire.

Il n'a commencé à apparaître sur la scène publique qu'en 2008 après l'accident vasculaire cérébral de son père.

Quand il avait hérité du pouvoir fin 2011, il était jugé instable, vulnérable et susceptible d'être manipulé par des plus expérimentés que lui.

Mais il ne tarda pas à asseoir son autorité, y compris en faisant exécuter pour trahison son oncle influent Jang Song Thaek en 2013.

L'année dernière, son demi-frère Kim Jong Nam avait été assassiné à l'aéroport de Kuala Lumpur selon un scénario aux relents de Guerre froide. Les experts ne doutent pas que Pyongyang était à la manoeuvre.

Coiffure, vêtements, manière de parler, Kim a adopté le style de son grand-père Kim Il Sung, un personnage révéré.

Il a présidé à l?accélération fulgurante des programmes balistique et nucléaire de son pays.

Mais il est un débutant sur la scène internationale. Jusqu'à son voyage surprise à Pékin le mois dernier, sa première incursion à l'étranger comme dirigeant, la personnalité étrangère la plus en vue qu'il ait rencontrée était Dennis Rodman, ex-star des Chicago Bulls.

Catégories: Actualités

Soupçons de corruption: le DG du groupe Bolloré et un dirigeant d'Havas également en garde à vue

mar, 04/24/2018 - 13:00

Le directeur général du groupe Bolloré, Gilles Alix, et le responsable du pôle international de Havas, Jean-Philippe Dorent, ont également été placés en garde à vue mardi à Nanterre aux côtés de leur patron Vincent Bolloré, a appris l'AFP de source judiciaire, confirmant une information du Monde.

Tous trois sont interrogés par la police anticorruption dans le cadre d'une information judiciaire ouverte à Paris qui vise à déterminer si le groupe Bolloré a utilisé ses activités de conseil politique pour obtenir la gestion des ports de Lomé, au Togo, et de Conakry, en Guinée, en 2010-2011.

Catégories: Actualités

L'aide à la production audiovisuelle reste proche de son record

mar, 04/24/2018 - 12:57

Les aides à la production audiovisuelle allouées par le CNC ont été quasiment stables en 2017, après avoir atteint un record historique l'année précédente, et ce en dépit d'une baisse des sommes allouées à la fiction, selon un bilan publié mardi par l'institution.

D'après ce bilan annuel du Centre national du cinéma et de l'image animée, les aides ont atteint 274,8 millions d'euros en 2017 (-0,1%), après avoir enregistré un sommet à 275 millions d'euros l'année précédente. Le volume total de programmes audiovisuels aidés produits est également presque inchangé (+0,2%) à 4.873 heures.

Cette quasi stabilité masque cependant des mouvements plus amples, dont une baisse de 3,1% à 84,2 millions d'euros des aides à la fiction, qui peut paraître paradoxale à l'heure où les chaînes françaises réinvestissent à tour de bras dans les feuilletons et les séries face à la concurrence de Netflix et d'Amazon, notamment TF1 qui a lancé l'an dernier le feuilleton quotidien "Demain nous appartient".

Ce recul des aides allouées à la fiction s'explique selon le CNC par une baisse du volume des programmes soutenus (-2,9% à 871 heures), lié à l'arrêt de certaines séries comme "Nos chers voisins" et à un engouement pour les formats plus courts (au coût moyen moins élevé) au détriment des 90 minutes et des 52 minutes, plus onéreux à produire. Les 52 minutes restent cependant le format roi du PAF.

Ce volume reste néanmoins le deuxième plus haut niveau de production aidée depuis 9 ans, et la fiction reste le genre le plus aidé, souligne le CNC.

Côté audiences, "la fiction française enregistre 88 des 100 meilleures audiences de fiction à la télévision" en 2017, en forte hausse depuis 5 ans (37 sur 100 en 2013) relève le CNC.

Les aides allouées aux documentaires progressent en revanche de 1,5% à 80,8 millions, tandis que celles accordées à l'animation augmentent de 1% et atteignent un nouveau sommet, à 61,5 millions d'euros.

Catégories: Actualités

Israël démolit la maison d'un Palestinien accusé du meurtre d'un rabbin

mar, 04/24/2018 - 12:51

L'armée israélienne a démoli dans la nuit de lundi à mardi la maison d'un Palestinien accusé d'appartenir au groupe qui avait tué par balles un rabbin en janvier en Cisjordanie occupée, ont constaté des journalistes de l'AFP.

La maison d'Ahmed Konba à Jénine, dans le nord du territoire sous occupation israélienne depuis plus de 50 ans, a été détruite à l'aide d'explosifs, ont indiqué des sources de sécurité palestiniennes.

L'opération a donné lieu à des heurts entre forces israéliennes et Palestiniens.

Les gardes-frontières israéliens ont essuyé des jets de pierres et d'engins incendiaires et ont fait usage de moyens anti-émeutes, ont indiqué la police et l'armée israéliennes. Une policière a été légèrement blessée par balle à la jambe, a rapporté la police.

Ahmed Konba est accusé d'avoir pris part à l'assassinat du rabbin Raziel Shevah. Ce dernier a été tué par balles le 9 janvier dans sa voiture près de Naplouse et de la colonie de Havat Gilad où il vivait. Le principal suspect et deux autres Palestiniens ont été abattus par les forces israéliennes. Ahmed Konba a quant à lui été arrêté.

Israël démolit régulièrement les maisons de Palestiniens auteurs d'attaques anti-israéliennes meurtrières.

Les détracteurs de cette pratique la dénoncent comme relevant du châtiment collectif et affectant des familles qui se retrouvent à la rue. Le gouvernement israélien défend l'effet dissuasif de ces démolitions pour ceux qui seraient tentés de passer à l'acte.

En réponse à l'assassinat du rabbin Raziel Shevah, le gouvernement israélien a annoncé son intention de régulariser la colonie de Havat Gilad, établie sans autorisation israélienne. Une telle régularisation est une première depuis des années.

Israël fait une distinction entre les colonies qu'il a approuvées et les autres, dites "sauvages". Toute la colonisation est illégale au regard du droit international.

Environ 400.000 colons israéliens mènent sous la protection de l'armée une coexistence souvent conflictuelle en Cisjordanie avec 2,6 millions de Palestiniens.

Catégories: Actualités

NDDL: réunion mercredi à Matignon avec Edouard Philippe

mar, 04/24/2018 - 12:49

La préfète des Pays-de-la-Loire, Nicole Klein, a annoncé mardi une réunion mercredi après-midi à Matignon avec le premier ministre Édouard Philippe sur le dossier Notre-Dame-des-Landes.

"C'est le gouvernement qui tranchera" sur ce dossier, a déclaré Mme Klein, venue à Notre-Dame-des-Landes pour signer une convention d'occupation précaire (COP) avec quatre agriculteurs historiques. "Une fois qu'auront été examinés les projets déposés (par les occupants de la ZAD, ndlr), le processus de retour à l'Etat de droit devra se poursuivre", a-t-elle ajouté.

"Ceux qui ne se sont pas engagés dans cette démarche devront en tirer toutes les conséquences, car le gouvernement ne renoncera pas à l'engagement qu'il a pris de mettre fin aux occupations illégales", a insisté la représentante de l'Etat.

Mardi matin, Mme Klein a signé, dans une salle municipale de Notre-Dame-des-Landes, une COP avec les quatre agriculteurs historiques "qui avaient refusé les expropriations et les indemnisations", lorsque le projet d'aéroport était toujours d'actualité, afin qu'ils "retrouvent un cadre d'exploitation légal" de leurs terres, selon un communiqué de la préfecture.

C'est un "signe que l'avenir des terres agricoles à Notre-Dame-des-Landes se dessine", soulignait le communiqué.

Catégories: Actualités

Pages