France 24 - L'info en continu

S'abonner à flux France 24 - L'info en continu France 24 - L'info en continu
Mis à jour : il y a 19 min 46 sec

Des centaines de personnes à Londres pour les droits des femmes

dim, 01/21/2018 - 14:57

Des centaines de personnes se sont rassemblées en face de Downing Street dimanche pour exprimer leur ras-le-bol face au harcèlement sexuel, aux violences et aux discriminations subies par les femmes.

"Je suis venue ici aujourd'hui pour dire : ça suffit la violence envers les femmes et les filles dans le monde", a déclaré à l'AFP Kiyleigh, 29 ans, qui participait à cette "Marche des femmes" londonienne.

"Je travaille avec des femmes victimes de violences domestiques, de violences sexuelles commises par des hommes et je ne veux plus voir ça", a poursuivi la jeune femme.

"ça suffit, ça suffit", a scandé la foule venue en nombre malgré la pluie et le froid devant la rue où habite la Première ministre, Theresa May.

"Ne touche pas à mes droits" ou encore "Garde tes rosaires loin de mes ovaires" pouvait-on lire sur certaines pancartes.

"Non, ça veut dire Non. Le harcèlement sexuel n'est pas acceptable", a dit à l'AFP Liberty Folker, 27 ans. Tenant en laisse son chien Gwen, elle brandissait une pancarte proclamant "Même ce chien sait ce que Non signifie".

"Toutes les femmes que je connais ont été victimes de harcèlement, d'abus ou de viols, je l'ai été moi même et je veux que ça n'arrive à aucune femme, nulle part", a-t-elle ajouté.

Dans la foule, certains tenaient aussi des pancartes hostiles à Donald Trump. Le président américain a annoncé récemment qu'il ne viendrait pas inaugurer comme prévu la nouvelle ambassade américaine à Londres, où il risquait d'être accueilli par des manifestations hostiles.

Aux Etats-unis, des centaines de milliers de personnes, dont les actrices Whoopi Goldberg à New York et Natalie Portman à Los Angeles, ont participé à des "Marches des femmes" anti-Trump, un an après de précédents rassemblements.

D'autres manifestations sont prévues dimanche dans quelques villes européennes, comme Paris ou Berlin.

Catégories: Actualités

Ski: Kristoffersen remporte le slalom de Kitzbühel, fin de série pour Hirscher, 2e

dim, 01/21/2018 - 14:51

Le Norvégien Henrik Kristoffersen a remporté le slalom de Kitzbühel, comptant pour la Coupe du monde de ski alpin, mettant fin à la série de cinq victoires dans cette discipline cette saison de l'Autrichien Marcel Hirscher, 2e, relégué à près d'une seconde.

En 1 min 48 sec 49/100, Kristoffersen, déjà meilleur temps de la 1re manche et qui signe son premier succès de la saison, le 16e de sa carrière, a devancé Hirscher de 97/100 et le Suisse Daniel Yule, 3e, de 1 min 35 sec. Le Français Victor Muffat-Jeandet termine au pied du podium à 2 sec 16/100.

asc-dhe

Catégories: Actualités

Décès de l'ex-ministre Alain Devaquet

dim, 01/21/2018 - 14:46

L'ex-ministre RPR Alain Devaquet, père d'une réforme de l'université avortée en 1986 après un large mouvement de contestation et la mort d'un étudiant, Malik Oussekine, est décédé vendredi à l'âge de 75 ans, a annoncé dimanche à l'AFP sa compagne Claude-Annick Tissot.

M. Devaquet, qui avait dû démissionner de son poste de ministre délégué à la Recherche et à l'Enseignement supérieur du gouvernement Chirac dans la foulée de ce retrait, est mort à l'hôpital Gustave-Roussy de Villejuif (Val-de-Marne) des suites d'un cancer, a précisé Mme Tissot. Ses obsèques auront lieu vendredi prochain dans le XVIIe arrondissement de Paris, a-t-elle indiqué.

Lors de la première cohabitation, ce ministre de Jacques Chirac avait porté, à l'automne 1986, le projet de réforme donnant davantage d'autonomie aux universités, qui reprenait les grandes lignes du programme UDF-RPR des législatives, six mois plus tôt.

Cette réforme a été aussitôt dénoncée par les syndicats lycéens et étudiants qui y voyaient la porte ouverte à une sélection accrue, à l'augmentation des frais d'inscription et à une université à deux vitesses. Alain Devaquet avait alors dû affronter plusieurs semaines de manifestations monstres, à Paris et à travers toute la France, où étudiants et lycéens défilaient aux cris de "Devaquet, si tu savais..."

Son ministre de tutelle, René Monory, avait alors repris le dossier en main en proposant la suppression de plusieurs des articles les plus contestés de la réforme.

La mort, le 6 décembre 1986, de l'étudiant Malik Oussekine à la suite d'une intervention musclée de la police dans le Quartier latin à Paris devait toutefois définitivement sonner le glas de cette réforme: Alain Devaquet présentait aussitôt sa démission et, le 8 décembre, Jacques Chirac retirait le projet de loi.

Ce mouvement étudiant d'ampleur avait considérablement affaibli le Premier ministre d'alors, qui a été ensuite sévèrement battu, moins de 18 mois plus tard, au second tour de la présidentielle de 1988 par le président sortant socialiste, François Mitterrand.

Né le 4 octobre 1942 à Raon-l'Etape (Vosges), Alain Devaquet, universitaire entré au RPR dès 1977, avait également été député de Paris (1978-1981 et 1988-1997) et maire du XIe arrondissement de la capitale (1983-1995).

Catégories: Actualités

Une jihadiste allemande condamnée à mort en Irak, une première

dim, 01/21/2018 - 14:40

Une Allemande a été condamnée à mort dimanche en Irak pour avoir rejoint le groupe Etat islamique (EI), une première dans ce pays où des centaines de jihadistes étrangers attendent en prison leur procès après la défaite militaire de leur organisation.

En décembre, les autorités irakiennes ont proclamé la victoire militaire contre l'EI, qui avait fait trembler l'Irak pendant trois ans après s'être emparé du tiers du territoire.

Elles n'ont jamais indiqué officiellement le nombre de jihadistes faits prisonniers pendant la contre-offensive pour chasser l'EI des centres urbains. Mais selon des commandants irakiens et kurdes, des centaines de jihadistes se seraient rendus, des milliers d'autres seraient parvenus à se faufiler parmi les déplacés ou à rester sur place en retournant à la "vie civile".

Dimanche, la Cour pénale centrale de Bagdad, chargée notamment des affaires de terrorisme, a condamné à la pendaison cette ressortissante allemande d'origine marocaine, dont l'identité n'a pas été précisée.

Elle a été reconnue coupable de "soutien logistique et d'aide à une organisation terroriste pour commettre des crimes", a précisé dans un communiqué le juge Abdel Settar Bayraqdar, porte-parole de la cour.

C'est la première fois que la justice irakienne prononce la peine capitale à l'encontre d'une femme européenne.

L'Allemande a 30 jours pour faire appel et après cette période, elle pourra être exécutée, a expliqué à l'AFP Ezzedine al-Mohammadi, chercheur en matière juridique et pénale.

- Russe, Suédois, Allemands -

"L'accusée a reconnu lors des interrogatoires avoir quitté l'Allemagne pour la Syrie puis l'Irak pour rejoindre l'EI, avec ses deux filles qui ont épousé des membres de l'organisation terroriste", a indiqué le porte-parole de la cour.

Une source judiciaire a indiqué à l'AFP qu'une des deux filles avait été tuée alors qu'elle se trouvait avec l'EI.

Selon la presse allemande, une Allemande dénommée Lamia K. et sa fille, parties en août 2014 de Mannheim (sud-ouest), ont été arrêtées lors de la reprise en juillet dernier par les forces irakiennes de Mossoul (nord), la deuxième ville d'Irak. Au moins deux autres Allemandes sont aussi en prison en Irak, l'adolescente Linda Wenzel et une certaine Fatima M. qui est, elle, d'origine tchétchène.

En septembre, la même Cour pénale centrale irakienne avait pour la première fois prononcé la peine capitale contre un jihadiste russe, arrêté à Mossoul. En décembre, un Suédois d'origine irakienne a été exécuté, avec 37 autres personnes condamnées pour "terrorisme".

Selon les services allemands de renseignement, 910 personnes ont "quitté l'Allemagne pour rejoindre des groupes jihadistes en Syrie ou en Irak". Environ un tiers d'entre eux sont rentrés en Allemagne dont 70 qui sont considérés comme des combattants. Ils ajoutent que 145 autres ont été tués.

Dans un rapport datant d'octobre, le centre de recherches Soufan notait que 190 Allemandes avec 70 enfants avaient rejoint le "califat" proclamé en 2014 par l'EI en Irak et en Syrie, et aujourd'hui en lambeaux.

Dans la seule province de Ninive, dont Mossoul est le chef-lieu, "plus de 4.000 jihadistes ont été arrêtés" depuis juillet, selon la police.

- Plus de 5.000 étrangers détenus -

Sur le blog Lawfare, spécialisé dans les questions de sécurité, la chercheuse Kim Cragin de la National Defense University, affirmait fin novembre que 5.395 étrangers se trouvaient en prison en Syrie et en Irak.

Selon une source de sécurité irakienne, les jihadistes étrangers arrêtés sont présentés devant un juge du bureau du contre-terrorisme à Bagdad pour interrogatoire avant d'être déférés devant un tribunal anti-terroriste.

En juillet, la justice allemande avait annoncé l'arrestation à Mossoul d'une Allemande de 16 ans ayant rejoint l'EI. Des diplomates lui avaient rendu visite dans une prison dans la zone de l'aéroport de Bagdad, selon la presse.

La question du sort des jihadistes occidentaux capturés en Syrie et en Irak fait débat alors que certains d'entre eux ou leurs proches ont demandé à retourner dans leur pays d'origine après la défaite de l'EI.

Paris a estimé début janvier que les Français de la nébuleuse jihadiste capturés devaient être jugés sur place dès que les conditions le permettraient.

Le nombre total de personnes emprisonnées en Irak pour appartenance supposée à l'EI s'élève à 20.000, selon des chercheurs.

La loi antiterroriste en Irak permet d'inculper des personnes qui ne sont pas impliquées dans des actions violentes mais sont soupçonnées d'avoir aidé l'EI.

Les ONG ont accusé les forces de sécurité de "recourir à la torture pour obtenir des aveux".

Catégories: Actualités

Marches interdites en RDC: au moins cinq morts et 33 blessés (bilan provisoire ONU) st/mbb/sba

dim, 01/21/2018 - 14:00

Au moins cinq personnes ont été tuées et 33 autres blessés dimanche en République démocratique du Congo dans la dispersion par les forces de sécurité de marches contre le maintien au pouvoir du président Kabila, a indiqué l'ONU.

Il y a eu également 69 arrestations, a ajouté la porte-parole de la Mission des Nations unies au Congo (Monusco). Les décès ont été comptabilisés à Kinshasa, alors que les blessés et les arrestations ont été enregistrés dans tout le pays, selon cette même source qui parle d'un "bilan provisoire".

Catégories: Actualités

Open d'Australie: Dimitrov survit à 36 aces de Kyrgios

dim, 01/21/2018 - 13:59

Le Bulgare Grigor Dimitrov, 3e mondial, a survécu à 36 aces de l'Australien Nick Kyrgios (17e) et s'est qualifié pour les quarts de finale de l'Open d'Australie en quatre sets extrêmement serrés 7-6 (7/3), 7-6 (7/4), 4-6, 7-6 (7/4), dimanche à Melbourne.

Kyrgios avait gagné les trois tie-breaks de son match contre Jo-Wilfried Tsonga au tour précédent, il a cette fois-ci perdu les trois de son duel contre le vainqueur du dernier Masters. Le choc opposait deux des outsiders pour le titre, derrière les favoris Roger Federer et Rafael Nadal.

"C'est toujours compliqué de jouer contre lui. J'avais perdu contre lui il y a deux semaines (en demi-finales de Brisbane, ndlr). Il a un service incroyable. Ce sont des matchs où il faut saisir les occasions", a dit le Bulgare.

C'est justement parce qu'il n'a pas toujours su le faire que Dimitrov s'est fait quelques frayeurs. Il s'est laissé entraîner dans un tie-break dans la seconde manche après avoir manqué une balle de set à 5-4 sur son service. Le scenario s'est répété dans la quatrième manche, où il a servi en vain pour le match à 5-3 avant de conclure dans le jeu décisif.

C'est finalement sa supériorité en fond de court (27 fautes contre 56 à son adversaire) et ses qualités en défense qui ont fait la différence. Le spectacle a été souvent de haut niveau, grâce aussi à l'Australien qui a pris des risques insensés en fin de match et a bien failli déstabiliser son rival.

"Il faut toujours être en alerte parce qu'on ne sait jamais à quoi s'attendre avec lui. Il a servi des secondes balles à plus de 200 km/h!", a dit Dimitrov.

Le Bulgare, âgé de 26 ans, retrouve les quarts de finale pour la troisième fois après 2014 et 2017. L'an passé, il s'était incliné lors d'une superbe demi-finale en cinq sets contre Rafael Nadal.

Il affrontera un invité-surprise à ce niveau, le Britannique Kyle Edmund, 49e mondial, contre lequel il sera bien sûr favori. "Je ne sentais pas très bien la balle au début du tournoi, mais je suis content d'avoir pu passer à la vitesse supérieure", a dit le Bulgare, qui s'était laissé entraîner dans un cinquième set par un qualifié au deuxième tour.

Catégories: Actualités

RD Congo : plusieurs morts lors des marches interdites contre Kabila

dim, 01/21/2018 - 13:50
Au moins cinq personnes sont mortes dimanche à Kinshasa lors des marches interdites contre le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila, ont indiqué l'ONU. Les forces de sécurité ont tiré à balles réelles pour disperser la foule.
Catégories: Actualités

Biathlon: Domracheva remporte la mass start d'Anterselva

dim, 01/21/2018 - 13:40

La Bélarusse Darya Domracheva a remporté dimanche la mass start d'Anterselva, 6e étape de la Coupe du monde de biathlon.

Domracheva, grande figure des Jeux de Sotchi en 2014 où elle avait remporté trois médailles d'or, s'est imposé en 40 min 23 sec 9/10 et une seule faute au tir, une réussite sur le pas de tir qui a fait la différence.

La Slovaque Anastasia Kuzmina a pris la 2e place à 11 sec 9/10 de Domracheva, malgré trois fautes au tir.

La Finlandaise Kaisa Makarainen complète le podium, 3e à 16 sec 2/10 malgré 4 fautes, de quoi susciter des regrets.

Les Françaises n'ont pas brillé, la première d'entre elles, Célia Aymonier, terminant à la 14e place (2 fautes, à 1:12.8 de Domracheva).

Justine Braisaz, plombée par ses tirs (4 fautes), termine 20e (1:40.4). Anaïs Bescond est 24e (6 fautes, 2:45.2), Anaïs Chevalier 26e (3 fautes, 3:23.9).

Catégories: Actualités

Le régime syrien dit avoir repris un aéroport militaire clé à Idleb

dim, 01/21/2018 - 13:10

Le régime syrien aidé de ses alliés a repris aux jihadistes un aéroport militaire stratégique dans la province d'Idleb, dans le nord-ouest du pays en guerre, deux ans après l'avoir perdu, a annoncé dimanche l'armée.

Soutenues par l'aviation de l'allié russe, les troupes prorégime livrent depuis fin décembre de violents combats au groupe jihadiste Hayat Tahrir al-Cham, dominé par l'ex-branche d'Al-Qaïda, pour le chasser de cette base située dans le sud-est de la province d'Idleb.

Cette province, la seule à échapper entièrement au pouvoir syrien, est contrôlée par ce groupe jihadiste. Les forces prorégime ont perdu le contrôle de l'aéroport d'Abou Douhour en septembre 2015.

"Après une série d'opérations spéciales, des unités de nos forces armées, en coordination avec des combattants alliés, ont réussi à reprendre le contrôle de l'aéroport d'Abou Douhour", a indiqué l'armée dans un communiqué.

"La zone est en train d'être nettoyée des mines, engins explosifs et bombes laissés par les terroristes", a-t-elle ajouté.

Dans un communiqué, le ministère de la Défense russe a confirmé la reprise d'Abou Douhour par les troupes syriennes.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui s'appuie sur un vaste réseau de sources dans le pays depuis le début de la guerre en mars 2011, a lui affirmé que l'aéroport avait été repris samedi.

Outre le groupe jihadiste, des groupes rebelles maintiennent également une présence dans la province d'Idleb, et malgré leurs différends, les deux camps se sont alliés pour lutter contre le régime.

Dans son offensive sur Idleb, le pouvoir s'est emparé de dizaines de villages et cherche à "sécuriser" une route qui relie Alep, deuxième ville du pays, à la capitale Damas, deux fiefs du régime.

Des dizaines de milliers de personnes ont fui depuis début décembre les combats aux limites d'Idleb puis dans le sud-est de la province.

Frontalière de la Turquie, Idleb est l'une des quatre "zones de désescalade" décidées par les parrains internationaux des belligérants pour obtenir des cessez-le-feu dans le pays.

La guerre en Syrie a coûté la vie depuis mars 2011 à plus de 340.000 personnes et déclenché une grave crise humanitaire avec des millions de déplacés et de réfugiés.

Catégories: Actualités

Le bassiste Richard Bona va ouvrir un club restaurant à la Seine Musicale

dim, 01/21/2018 - 13:04

Le bassiste camerounais Richard Bona va ouvrir le Nubia, un club restaurant à la Seine Musicale, sur l'île Seguin à Boulogne (Hauts-de-Seine), dont l'inauguration aura lieu le 15 mars avec un concert du batteur Manu Katché.

"La Seine Musicale inaugurée en avril 2017 est déjà un succès de fréquentation. Il ne manquait plus qu'un lieu de vie, de convivialité, de restauration de qualité et de musique jusqu'au bout de la nuit pour animer tout l'ouest parisien.

Le 15 mars prochain, ce sera chose faite avec le Nubia, créé par le bassiste multi récompensé et compagnon de route de tout le gotha de la musique internationale, Richard Bona", indique la salle dans un communiqué.

L'établissement, qui pourra accueillir 140 personnes, vient enrichir le complexe de la Seine Musicale, qui compte déjà la "grande seine", dont la jauge va de 2.500 à 6.000 places et où se sont déjà produits Bob Dylan, Herbie Hancock ou encore Michel Sardou, et l'auditorium, habituellement réservé aux musiques non amplifiées (1.150 places).

"J'ai investi, j'en serai le propriétaire", a dit à l'AFP Richard Bona qui espère rencontrer dans l'ouest parisien le même succès que le "Bonafide", le club qu'il a ouvert en 2016 sur la 52e rue à New York.

Il a précisé qu'il reviendrait à Reno Di Matteo, manager d'Anteprima, société de production de spectacles spécialisée dans le jazz, "de gérer la programmation musicale du lieu".

Outre la soirée d'ouverture du 15 mars, Manu Katché et son groupe joueront également le lendemain. Des concerts à dominante jazz se dérouleront les jeudi, vendredi et samedi soirs, et de la musique classique accompagnera les brunchs dominicaux.

Catégories: Actualités

Macron et Merkel pour "approfondir encore" la coopération franco-allemande

dim, 01/21/2018 - 13:02

Emmanuel Macron et Angela Merkel ont réaffirmé dimanche leur "détermination à approfondir encore la coopération" entre la France et l?Allemagne, dans une déclaration commune diffusée sur les réseaux sociaux, pour marquer le 55e anniversaire du Traité de l'Elysée.

Cet appel à donner "une nouvelle impulsion" au couple franco-allemand intervient à la veille de rencontres entre parlementaires français et allemands à Berlin puis à Paris pour réfléchir à un nouveau "Traité de l'Elysée".

"Il y a 55 ans, Charles de Gaulle et Konrad Adenauer signaient le Traité sur la coopération franco-allemande (Traité de l?Élysée) (...) Depuis lors, l?amitié franco-allemande est un pilier de l?intégration européenne. La France et l?Allemagne sont l?une pour l?autre des partenaires politiques majeurs et des voisins de confiance", déclarent le président français et la chancelière allemande, deux jours après une rencontre à Paris.

Ce texte est publié en même temps qu'une vidéo postée sur les réseaux sociaux après avoir été enregistrée vendredi dans un salon de l'Elysée. S'exprimant à tour de rôle dans leur langue avec quelques mots dans celle de l'autre, les deux dirigeants y lancent un appel aux citoyens, en particulier les jeunes, à "faire vivre cette amitié franco-allemande". "Soyez curieux les uns des autres", déclare Emmanuel Macron.

La déclaration précise que le président et la chancelière "sont convenus d?élaborer au cours de cette année un nouveau Traité de l?Élysée". Il s'agit en particulier d'"approfondir l?intégration" des deux économies, "en encourageant notamment une harmonisation bilatérale des législations", et de "renforcer les liens" entre les deux sociétés civiles. Ils appellent en outre à des "mesures ambitieuses pour promouvoir l?enseignement réciproque des langues".

Lundi, jour anniversaire du 55e anniversaire du traité, une délégation de parlementaires français menée par François de Rugy, président de l?Assemblée nationale, se rendra lundi matin au Bundestag à Berlin. Des députés allemands, menés par Wolfgang Schäuble, président du Bundestag, seront ensuite reçus à la Chambre des députés à Paris dans l'après-midi.

D'ici là, les sociaux-démocrates du SPD doivent décider dimanche après-midi s'ils acceptent le principe d'une nouvelle coalition dirigée par la chancelière. Un vote favorable conduirait à de nouvelles négociations pour former un gouvernement aux alentours de Pâques.

Emmanuel Macron et Angela Merkel avaient insisté vendredi sur l'importance d'une Allemagne en ordre de marche pour réformer l'UE.

Le président avait annoncé le 28 septembre, dans son discours sur l'Europe à la Sorbonne, son souhait de "réviser le traité de l'Elysée".

Ce traité avait été conclu le 22 janvier 1963 entre deux "ennemis de toujours" après des guerres sanglantes, dont deux conflits mondiaux, et près de 18 ans après l'effondrement du régime nazi. Sa première application avait été la création de l'Office franco-allemand pour la jeunesse (OFAJ) pour promouvoir les échanges entre jeunes des deux pays.

Il a été ensuite progressivement renforcé, notamment en 1988 par le chancelier Helmut Kohl et le président François Mitterrand, avec le lancement de conseils franco-allemands pour la sécurité et la politique économique et monétaire.

Catégories: Actualités

Corse: Talamoni souhaite "un hommage commun" pour les victimes du "conflit corse"

dim, 01/21/2018 - 13:00

Le président indépendantiste de l?Assemblée de Corse, Jean-Guy Talamoni a souhaité qu' un "hommage commun" soit organisé à la mémoire de l?ensemble de ceux qui ont perdu la vie" lors du "long conflit corse" et réitéré qu'il ne participerait pas à la cérémonie d'hommage au préfet Erignac le 6 février.

"Comme responsable politique et comme homme, je ne peux me résoudre à voir éternellement chaque +camp+ rendre hommage à +ses+ morts", écrit M. Talamoni, dans une tribune intitulée "De la compassion à la réconciliation" publiée dans Corse-Matin, à la veille de sa rencontre avec le Premier ministre Edouard Philippe à Matignon.

"Je pense, en ce qui me concerne, à une cérémonie religieuse qui constituerait -tout particulièrement en Corse- le moyen le plus naturel pour garantir la solennité et la profondeur de l?hommage. Mais je ne sais comment une telle idée pourrait être accueillie de l?autre côté de la mer. C?est en tout cas le v?u que je forme en ce moment-clé de notre histoire commune", ajoute-t-il.

"Rappelons que "durant les " 40 années" de conflit, l'usage de la force a existé des deux côtés, écrit encore M. Talamoni. "Il est aujourd'hui établi que certains services de l'Etat ont eu recours à des actions illégales et meurtrières", ajoute-t-il disant tenir "les éléments à disposition de quiconque en douterait".

M. Talamoni confirme qu?il ne participera pas à la commémoration des vingt ans de l?assassinat du préfet Erignac, le 6 février à Ajaccio, en présence du président de la République.

"J'écrivais il y a deux ans que ma compassion était acquise à la famille du préfet Erignac. Elle ne pouvait prendre la forme d'une participation à la cérémonie officielle qui devait lui être consacrée (...) mon sentiment demeure le même aujourd'hui", écrit-il.

Catégories: Actualités

Ski: première victoire de la saison pour Lara Gut, au super-G de Cortina

dim, 01/21/2018 - 13:00

La Suissesse Lara Gut a remporté dimanche sa première victoire de la saison en Coupe du monde en s'imposant lors du super-G de Cortina d'Ampezzo, dans le nord de l'Italie.

Gut, qui décroche ainsi la 24e victoire de sa carrière, a devancé l'Italienne Johanna Schnarf et l'Autrichienne Nicole Schmidhofer. L'Américaine Lindsey Vonn, victorieuse samedi en descente, s'est classée sixième.

Catégories: Actualités

Syrie : l'armée turque affirme être entrée dans Afrin, les Kurdes démentent

dim, 01/21/2018 - 12:43
L'armée turque affirme dimanche être entrée dans l'enclave kurde d'Afrin, dans le nord de la Syrie, en multipliant les frappes contre la milice kurde YPG, mais ces derniers disent avoir "repoussé une incursion".
Catégories: Actualités

De jeunes migrants hébergés par des bénévoles pour "réconfort et soutien"

dim, 01/21/2018 - 12:40

Un soir près de Paris, Ahmad et Kamara préparent le dîner avec Charlotte. Scène banale ? Pour ces migrants de 16 ans arrivés en France voici trois mois et hébergés chez cette bénévole, c'est un peu de répit dans un exil ponctué de nuits sans toit.

"J'ai de la place chez moi et c'est inacceptable qu'ils dorment dehors": comme d'autres bénévoles, Charlotte loge de jeunes migrants dans son appartement au Pré-Saint-Gervais (Seine-Saint-Denis) pour quelques jours ou semaines depuis juin 2017, via le collectif Paris d'Exil.

Elle a franchi le pas après avoir vu les conditions insalubres des migrants massés dans un campement dans le nord-est de Paris, près de la station de métro Stalingrad, évacué en novembre 2016.

"Je n'ai pas d'enfants, donc c'est marrant d'avoir des ados à la maison", dit joyeusement Charlotte. Ahmad, venu d'Afghanistan et Kamara, de Sierra Leone, (les prénoms ont été changés) seront ensuite accueillis par d'autres bénévoles pour ne pas retourner dormir dehors.

Selon le collectif d'aide aux migrants Paris d'Exil, entre 340 et 390 jeunes migrants vivent des les rues dans la capitale.

A Cachan (Val-de-Marne), ce sont deux Bangladais, Mohammed et Sanjay (les prénoms ont été changés), qui ont trouvé refuge pour la semaine chez David: ses deux enfants sont en garde alternée avec son ex-femme et une semaine sur deux, il a décidé d'être "hébergeur solidaire".

Les adolescents, arrivés récemment en France, parlent très peu anglais: pour communiquer avec David, ils se servent de Google Traduction avec leurs téléphones. Avant d'être accueillis chez des bénévoles, ils ont passé plusieurs nuits dehors.

Comme Charlotte, David a commencé à héberger des jeunes en avril 2017, après avoir été marqué par le campement du métro Stalingrad: "c'est une question d'humanité, surtout quand on voit les conditions d'accueil" des migrants.

"Ils ont fait un voyage long, dangereux et douloureux: en arrivant, ils se retrouvent dans des conditions d'accueil désastreuses", raconte-t-il.

- mineurs déclarés majeurs -

Kamara espère aller à l'école pour "être docteur". Mais pour reprendre sa scolarité, il doit attendre l'issue de son recours sur son âge devant un juge pour enfants.

Car si Kamara, Ahmad, Mohammed et Sanjay, disent être mineurs, les autorités les ont déclarés majeurs.

S'ils avaient été reconnus comme étant mineurs, ils auraient pu être pris en charge par l'Aide sociale à l'enfance. Déclarés majeurs, ils dépendent des dispositifs idoines, notamment le 115 qui d'après les associations refusent ces jeunes dont les papiers - souvent des extraits d'acte de naissance - les identifient comme âgés de moins de 18 ans.

Ils attendant donc un recours qui peut durer entre quatre et six mois, durant lesquels ils se trouvent souvent à la rue.

Selon la mairie de Paris, 6.676 évaluations ont été effectuées l'an dernier par le dispositif d'évaluation des mineurs isolés (Demie), géré par la Croix-Rouge et dépendant de la mairie de Paris, contre 2.000 en 2016.

"Ces évaluations sont très difficiles", d'après Dominique Versini, adjointe à la maire Anne Hidalgo en charge de la solidarité. "Il y a ceux qui sont de toute évidence mineurs. La plupart ont aux alentours de 17 ans et n'ont pas toujours de documents d'identité", dit-elle.

En 2016, 397 jeunes ont fait un recours devant un juge: 60 ont été requalifiés mineurs, d'après les chiffres de la mairie. "Il manque un centre d'hébergement pour les jeunes majeurs, l'Etat gagnerait à en créer", souligne l'élue.

Catherine Larré, du collectif Paris d'Exil qui fait héberger de 70 et 90 jeunes, voit l'hébergement solidaire comme "un moment de soutien et de réconfort pour préparer leur nouvelle vie et leur donner les clés pour s'adapter".

"Nous ne sommes pas là pour devenir pérenne: on veut que l'Etat prenne ses responsabilités", ajoute néanmoins Mme Larré.

Catégories: Actualités

Le styliste français Hedi Slimane nouveau directeur artistique de Céline

dim, 01/21/2018 - 12:39

Le styliste français Hedi Slimane a été nommé directeur de la création artistique et de l'image de le maison de luxe Céline, a annoncé dimanche le groupe LVMH qui détient la marque parisienne depuis 1996.

Hedi Slimane, 49 ans, qui a auparavant été responsable de la création chez Yves Saint-Laurent entre 2012 et 2016, "dirigera à partir du mois de février l?ensemble des collections de la Maison (Céline) qu?il étendra à la mode masculine, à la couture et aux parfums", indique le communiqué.

Catégories: Actualités

Le fisc espagnol veut poursuivre Shakira pour fraude

dim, 01/21/2018 - 12:26

Le fisc espagnol a demandé au parquet d'intenter des poursuites contre la chanteuse colombienne Shakira qu'il accuse de fraudes fiscales commises entre 2011 et 2014, a affirmé dimanche le quotidien La Vanguardia.

L'administration fiscale a présenté cette demande fin 2017, arguant que la star aurait dû déclarer la majeure partie ses revenus dans le monde en tant que résidente en Espagne pendant la période visée, croit savoir le journal barcelonais.

Le parquet doit maintenant décider s'il engage ou non ces poursuites pénales. Le délit dont serait victime le fisc espagnol est passible de deux ans de prison.

Selon La Vanguardia, qui cite des sources proches du dossier, l'affaire porterait sur "plusieurs dizaines de millions d'euros".

Contactée par l'AFP, l'administration fiscale espagnole s'est refusée à tout commentaire.

"Il s'agit d'une différence de critères, et non de dissimulation fiscale", ont indiqué à La Vanguardia des sources de l'entourage de Shakira, évoquant un "différend technique" que la chanteuse est prête à régler.

Selon ces sources, une grande partie des revenus de Shakira pendant la période 2011-2014 provenaient de ses tournées à l'étranger, lesquelles l'obligeaient en outre à vivre en Espagne moins de 183 jours par an, le seuil à partir duquel il est obligatoire de déclarer sa résidence fiscale dans le pays.

A 40 ans, Shakira, qui a vendu plus de 60 millions d'albums depuis le début de sa carrière, reste une des chanteuses les plus populaires au monde, avec quelque 50 millions de followers sur Twitter.

Catégories: Actualités

Mexique: 25.339 homicides en 2017, record en 20 ans

dim, 01/21/2018 - 12:20

Le Mexique a enregistré 25.339 homicides en 2017, sur fond d'une vague de violences croissante liée au trafic de drogues, selon les chiffres officiels, faisant de 2017 l'année la plus meurtrière depuis le début d'un tel décompte en 1997.

Le secrétariat pour la Sécurité, relevant du ministère mexicain de l'Intérieur, a publié samedi soir les chiffres des homicides pour décembre, qui se sont élevés à 2.219, soit un total pour l'année écoulée de 25.339 meurtres.

La violence liée au trafic de drogues a fait plus de 200.000 morts depuis décembre 2006, date à laquelle les autorités fédérales mexicaines ont lancé une opération militaire controversée contre le trafic de drogues et qui, selon ses détracteurs, n'a fait que contribuer à la multiplication des attaques et des assassinats.

Ces meurtres se sont produits dans les Etats liés à la présence de cartels de drogues, comme celui de Guerrero dans le sud ou celui de Veracruz à l'est, relèvent les experts.

En 2017, les Etats qui étaient étrangers à la violence il y a encore peu, comme la Basse Californie, Colima (nord-est), le Guanajuato (centre), ont commencé à être affectés par des attaques de type criminel, toujours selon les statistiques officielles.

Le nombre des homicides avait reculé sous les 20.000 entre 2013 et 2015, mais rebondi à 20.545 en 2016.

Les spécialistes attribuent cette recrudescence à l'apparition de nombreuses cellules criminelles autonomes après la capture de responsables de cartels de la drogue.

Ces experts signalent également une diversification des activités des bandes criminelles qui procèdent aussi au trafic d'essence volée, extorquent des commerçants ou s'activent dans le trafic d'êtres humains.

Dans ce contexte, le Parti révolutionnaire institutionnel (PRI), au pouvoir au Mexique, a fait adopter en décembre au Congrès une loi vivement contestée sur la sécurité. Selon ses opposants, elle risque de conduire à la militarisation du pays quand, mettent-ils en garde, la stratégie militaire de la lutte contre la drogue n'aura pas apporté les résultats escomptés.

Une requête a été déposée devant la Cour suprême, notamment par des parlementaires de l'opposition, pour dénoncer cette loi comme inconstitutionnelle.

Catégories: Actualités

Ski: Kristoffersen en tête après la 1re manche du slalom à Kitzbühel

dim, 01/21/2018 - 12:15

Le Norvégien Henrik Kristoffersen s'est montré le plus rapide dimanche sous la neige de la première manche du slalom de Kitzbühel, devançant, en 55 sec 87/100, les Autrichiens Michael Matt et Marcel Hirscher, de 10/100 et 1 sec 05/100.

Hirscher, septuple vainqueur de la Coupe du monde, est en lice pour une 6e victoire consécutive entre les portes serrées cette saison.

A la recherche d'un premier succès cette saison, Kristoffersen a totalisé depuis la mi-novembre 10 podiums, contre huit victoires pour Hirscher entre slalom et géant.

Le Français Alexis Pinturault, chef de file de l'équipe de France et régulier dans le +top 10+ en slalom cette saison, a été éliminée.

"Une matinée à oublier, un week-end à oublier (22e en super-G vendredi, ndlr)", a déclaré Pinturault. Je n'arrivais pas à créer de la vitesse sur un tracé assez tournant, et à la fin j'enfourche. Maintenant il faut essayer de rebondir pour Schladming (slalom en nocturne, mardi soir)".

Double vaiqueur à Kitzbühel (2008 et 2011), Grange a été le meilleur tricolore sur le 1er parcours, 10e à 1 sec 95 de Kristoffersen.

Victor Muffat-Jeandet et Julien Lizeroux sont respectivement 12e (+2.08) et 14e (+2.15) après 50 dossards.

Dossard 47, le jeune (20 ans) Clément Nöel s'est également qualifié avec le 19e chrono, à 2 sec 42/100 du scratch, pour la seconde manche dont le départ est programmé à 13h30 locales (12h30 GMT).

Outre Pinturault, Maxime Rizzo et Robin Buffet n'ont pas terminé la première manche.

asc/dhe

Catégories: Actualités

La consommation de cannabis bientôt passible d'une simple amende ?

dim, 01/21/2018 - 12:00

Vers un assouplissement de la loi pour les consommateurs de cannabis ? Un rapport parlementaire préconise de sanctionner les usagers par une simple amende, permettant ainsi aux forces de l'ordre de concentrer leurs efforts sur la lutte contre les trafics.

Promesse d'Emmanuel Macron, cette mesure, si elle s'applique en principe à tous les stupéfiants, concerne dans les faits les usagers du cannabis, dont le nombre, en augmentation constante en France, avoisine les 700.000 consommateurs quotidiens.

Au risque de relancer un débat sur la dépénalisation, un rapport parlementaire, que s'est procuré l'AFP et qui sera présenté en commission des lois mercredi, préconise deux solutions: une "amende forfaitaire délictuelle" comprise entre 150 et 200 euros assortie éventuellement de poursuites, et la simple contravention.

La première proposition, défendue par le député de Gironde Éric Poulliat (LREM), autorise la verbalisation du consommateur arrêté dans l'espace public. La drogue saisie devra ainsi être détruite, le nom de l'usager inscrit dans un fichier national, et en cas d'impayés, les huissiers seront chargés de recouvrer la dette.

"L'amende forfaitaire permettra de mettre une amende mais aussi d'engager des poursuites judiciaires" contre les trafiquants, en gardant le volet pénal, a précisé M. Poulliat à l'AFP.

"Ce n'est pas une banalisation ou un pas vers la dépénalisation", se défend Eric Poulliat, rappelant que si "le consommateur socialement intégré paiera son amende, celui pour lequel il y a une suspicion de trafic pourra être placé en garde à vue".

"Cette procédure est encore trop lourde", estime pour sa part Robin Reda, député LR de l'Essonne et co-rapporteur, qui privilégie la simple contravention.

Celle-ci "évite le rapport conflictuel entre la police et la justice" sur l'appréciation du profil du consommateur verbalisé (simple usager ou trafiquant) et d'éventuelles "contestations d'amende" pour obtenir une peine "plus avantageuse" devant un juge, explique-t-il.

L'objectif pour les co-rapporteurs est de clarifier les sanctions alors que la réponse pénale (rappels à la loi, amendes et dans de très rares cas des peines de prison) est jugée "peu lisible et appliquée diversement sur le territoire". Si le parquet de Lille sanctionne dès la détention de 20 grammes de cannabis, en région parisienne le seuil se situe aux alentours de 50 grammes.

Sur quelque 140.000 interpellations chaque année pour usage de stupéfiants, seules 3.098 peines de prison ont été prononcées en 2015 (derniers chiffres publiés), dont 1.283 ferme, alors que la loi prévoit jusqu'à un an de prison et 3.750 euros d'amende.

- Lutter contre les trafics -

"Une des idées du projet c'est aussi de désengorger les actions de la police et de la justice", estime David Weinberger, chargé de recherche à l'Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ), interrogé par l'AFP.

Soulagées de ces tâches, les forces de l'ordre pourront ainsi consacrer plus de temps à la lutte contre les trafics, estime le rapport.

Les policiers passent "1,2 million d'heures" par an sur des procédures liées à l'arrestation de consommateurs, avait relevé le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, devant la commission des lois en juillet.

L'un des responsables d'un groupe de lobby citoyen "Echo", Benjamin Jeanroy, déplore que le rapport n'apporte aucune proposition sur la prévention ou le suivi thérapeutique.

"Ce projet ne concerne pas le public des mineurs ou le consommateur bourgeois qui bénéficie de livraisons à domicile", a-t-il aussi dit. Un adolescent de 17 ans sur deux (48%) a déjà consommé du cannabis, aucune des deux amendes avancées ne pourra s'appliquer aux mineurs, dont le régime juridique est différent.

Pour le co-rapporteur Robin Reda, les propositions "ne sont pas des outils qui répondent à la question de la baisse de la consommation, mais à celle de la consommation en espace public". La problématique des jeunes devrait être abordée dans une mission d'information spécifique, a préconisé de son côté Eric Poulliat.

En 2016, 17 millions de personnes âgées de 11 à 64 ans ont déclaré avoir fumé au moins une fois du cannabis au cours de leur vie. Parmi eux, 5 millions ont déclaré avoir fumé dans l'année et ils sont 1,4 million à avoir fumé au moins dix fois par mois, selon l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT).

Catégories: Actualités

Pages