France 24 - L'info en continu

S'abonner à flux France 24 - L'info en continu France 24 - L'info en continu
Mis à jour : il y a 46 min 18 sec

NBA: danger pour Cleveland au 1er tour des play-offs

sam, 04/21/2018 - 06:58

Cleveland a dilapidé une avance de 17 points vendredi et s'est incliné 92 à 90 face à Indiana qui a repris l'avantage deux victoires à une dans leur duel du 1er tour des play-offs NBA.

Comme il le fait chaque année à ce moment de la saison, LeBron James a récompensé ses coéquipiers de leurs efforts en leur offrant des costumes d'un styliste renommé que tous les Cavaliers arboraient fièrement avant le match N.3.

Sur le parquet, "King James" et ses partenaires se sont fait tailler un (second) costard par les Pacers qui ne font aucun complexe contre l'un des favoris pour le titre, ayant disputé les trois dernières finales NBA.

Indiana a pourtant très mal débuté la rencontre, à l'image de son meilleur marqueur Victor Oladipo, transparent jusqu'à la pause (5 points, 4 ballons perdus).

Sous l'impulsion de James et de George Hill, les Cavaliers ont pris rapidement le large et ont rallié les vestiaires avec une avance confortable (57-40).

Mais Oladipo a retrouvé ses repères et pendant que Cleveland s'endormait sur ses lauriers, Indiana revenait petit à petit au score pour ne plus compter que six points de retard en fin de 3e période (69-63).

- 30 points de Bogdanovic -

Les Pacers ont égalisé à huit minutes de la sirène (75-75) et c'est alors Bojan Bogdanovic qui a définitivement mis KO LeBron James et ses coéquipiers.

Le Croate, auteur de son meilleur match de la saison avec 30 points --dont 15 en 4e période-- a notamment inscrit trois paniers à trois points de suite, dont l'un à cinq mètres de la ligne des tirs primés, pour donner un avantage décisif à son équipe (89-84).

James (28 pts) a bien tenté de lui répondre, mais ses Cavaliers ont manqué de réalisme de money time, notamment sur la dernière possession où J.R Smith a oublié Jordan Clarkson, pourtant démarqué, pour tenter sa chance de loin, sans succès.

Mais la superstar de Cleveland s'est bien gardé de critiquer Smith ou ses autres coéquipiers.

"Je ne suis pas le genre de joueur qui rejette la faute sur les autres. On doit tous mieux jouer, moi le premier, j'ai perdu trop de ballons, j'ai été catastrophique en 3e période (3 pts, NDLR). Si j'avais marqué plus de paniers à ce moment là, l'histoire serait différente", a rappelé le triple champion NBA.

- Toronto et Boston malmenés -

Plus que leur effrondrement après la pause (13 sur 28 au tir) et leur manque d'efficacité à trois points (31,3%), ce qui est inquiétant pour les Cavaliers, c'est qu'Indiana a trouvé avec Bogdanovic et Lance Stephenson un moyen de limiter l'impact offensif de James.

Et quand James est ainsi maîtrisé, Cleveland n'a plus dans son effectif de joueur capable de faire la différence - comme Kyrie Irving jusqu'à l'été dernier.

L'entraîneur des Cavaliers, Tyronn Lue, reste confiant avant le match N.4 dimanche qui peut permettre à Indiana, à nouveau devant son public, de prendre le large.

"Si on joue comme on a joué avant la pause, on peut gagner ce match, mais il faut le gagner", a-t-il prévenu.

Dans les autres rencontres de la soirée, les favoris ont également été malmenés.

Meilleure équipe de la conférence Est à l'issue de la saison régulière, Toronto a été rudoyé par John Wall et Bradley Beal qui ont marqué chacun 28 points et relancé Washington avec une nette victoire 122 à 103.

Toronto mène deux victoires à une, tout comme Boston qui a été corrigé par Milwaukee 116 à 92, porté par Giannis Antetokounmpo (19 pts) et Kris Middleton (23 pts).

Catégories: Actualités

Kim Jong Un annonce la fin des essais nucléaires nord-coréens, fermeture du site

sam, 04/21/2018 - 05:00

La Corée du nord a pris une décision spectaculaire en annonçant samedi la fin des essais nucléaires et des tests de missiles intercontinentaux ainsi que la fermeture du site d'essais nucléaires, une décision aussitôt saluée par Washington et Séoul mais jugée insatisfaisante par Tokyo.

"A partir du 21 avril, la Corée du Nord va cesser ses essais nucléaires et les lancements de missiles balistiques intercontinentaux", a dit le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, qui a estimé que le site d'essais nucléaires a "rempli sa mission", selon ses propos cités par l'agence officielle nord-coréenne KCNA.

"Le Nord va fermer un site d'essais nucléaires dans le nord du pays afin de prouver son engagement à suspendre les essais nucléaires", a ajouté KCNA, citant le dirigeant nord-coréen.

Cette annonce intervient moins d'une semaine avant le sommet prévu entre Kim Jong Un et son homologue du sud, Moon Jae-in, qui préfigure un sommet historique qui devrait avoir lieu entre Kim Jong Un et Donald Trump, en principe début juin.

Le président américain a immédiatement salué l'annonce de Kim Jong Un, y voyant "une très bonne nouvelle pour la Corée du Nord et le monde".

"Grand progrès! Hâte de participer à notre sommet"", a-t-il ajouté dans un tweet.

De son côté, Séoul s'est empressé de saluer un "progrès significatif pour la dénucléarisation de la Péninsule coréenne, que le monde attend".

La présidence sud-coréenne s'est félicitée de "l'environnement très positif pour les sommets à venir (...)", que la décision de Pyongyang "va créer".

En revanche, par la voix de son ministre de la Défense, le Japon s'est dit insatisfait de l'annonce nord-coréenne et affirmé qu'il allait maintenir la pression sur Pyongyang.

- "Mission accomplie" -

"Comme le caractère opérationnel des armes nucléaires a été vérifié, il n'est plus nécessaire pour nous de mener des essais nucléaires ou de lancer de missiles à moyenne et longue portée ou ICBM" (missiles balistiques intercontinentaux, ndlr), a expliqué Kim Jong Un lors d'une réunion du Comité central du parti unique au pouvoir en Corée du Nord.

"Le site d'essais nucléaires du nord a rempli sa mission", a-t-il assuré.

Sous sa direction, Pyongyang a fait des progrès rapides dans son programme d'armements, objet de multiples sanctions aggravées de la part notamment du Conseil de sécurité de l'ONU, des Etats-Unis, de l'Union européenne et de la Corée du Sud.

Pour Daniel Pinkston de l'université Troy, "il s'agit certainement d'une évolution positive". "C'est un pas nécessaire mais insuffisant quant au retour de la Corée du nord à ses engagements précédents de non-prolifération" nucléaire, a-t-il dit.

Durant des années, a expliqué le dirigeant nord-coréen au comité central du Parti des travailleurs, la Corée du nord a pratiqué une politique dite du "développement simultané", ou "byungjin", de l'armée et de l'économie.

Mais devenu désormais un Etat puissant, "le Parti tout entier et la nation tout entière doivent maintenant se concentrer sur le développement de l'économie socialiste", a dit Kim Jong Un.

- "Nouvelle ligne" -

"Ceci est la nouvelle ligne politique stratégique du Parti", a déclaré le jeune dirigeant, cité par KCNA.

Le Parti des travailleurs était réuni en séance plénière vendredi afin de discuter d'une "nouvelle étape" dans une "période historique importante de la révolution coréenne en développement".

Le Nord, qui a tiré l'année dernière des missiles balistiques intercontinentaux capables d'atteindre le territoire continental des Etats-Unis et mené son plus puissant essai nucléaire à ce jour, disait de longue date avoir besoin de l'arme atomique pour se protéger d'une invasion américaine.

Pyongyang a depuis proposé de négocier sur le sujet en échange de garanties pour sa sécurité.

Donald Trump avait prévenu mercredi qu'il n'hésiterait pas à abandonner la rencontre prévue avec Kim Jong Un, si elle n'était pas "fructueuse".

"Une voie prometteuse est ouverte pour la Corée du Nord si elle accomplit une dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible", avait-il déclaré.

Mais, a-t-il averti, Kim Jong Un doit être sérieux dans ses engagements:

"Si je pense que cette rencontre ne sera pas fructueuse, nous n'allons pas nous y rendre. Si la rencontre, lorsque j'y serai, n'est pas fructueuse, je la quitterai respectueusement", a affirmé le président américain.

Les deux Corées ont ouvert par ailleurs vendredi un téléphone rouge entre leurs dirigeants, à une semaine de leur rencontre prévue dans la Zone démilitarisée qui divise la péninsule.

A l'approche du sommet, le président sud-coréen a souhaité jeudi la conclusion d'un traité de paix pour mettre fin officiellement à la guerre de Corée.

Catégories: Actualités

Tampons bios et coupes menstruelles n'empêchent pas le syndrome du choc toxique (étude)

sam, 04/21/2018 - 04:55

Les tampons hygiéniques en coton bio sont souvent présentés comme étant plus sûrs que les classiques, mais ils ne sont en fait pas plus efficaces pour empêcher le syndrome du choc toxique, selon une étude publiée vendredi.

Les coupes menstruelles peuvent elles aussi augmenter le risque de choc toxique et les femmes les utilisant doivent les faire bouillir entre chaque utilisation, selon le journal de la Société américaine de microbiologie, "Applied and Environmental Microbiology".

Il est depuis longtemps conseillé aux femmes de changer de tampon régulièrement pour éviter un choc toxique, une affection rare et potentiellement mortelle due au staphylocoque doré.

Ces dernières années, de nouveaux produits ont fait leur apparition, comme des tampons en coton bio et des coupes menstruelles lavables.

Les chercheurs ont testé onze types de tampons et quatre coupes menstruelles en laboratoire pour étudier leur effet sur le développement du staphylocoque doré.

Ils ont placé les tampons et les coupes dans des sacs en plastique puis injecté du liquide et une trace de bactérie prélevée sur une patiente ayant subi un choc toxique en 2014, puis les ont fermés et laissés ainsi pendant huit heures.

Leur conclusion: le type de tampon ne fait pas de différence tandis que la quantité d'air entre les fibres semble augmenter le risque de croissance de la bactérie.

"Nos résultats ne soutiennent pas l'hypothèse qui suggère que les tampons composés exclusivement de coton bio pourraient être intrinsèquement plus sûrs que ceux faits d'un mélange de coton et de rayonne", a dit Gérard Lina, professeur de microbiologie à l'université Claude Bernard de Lyon, en France.

"Nous avons observé que l'espace entre les fibres qui contribue à l'apport d'air dans le vagin représente également le site majeur de croissance" du staphylocoque doré.

Les coupes menstruelles semblent elles permettre un développement encore plus accru de bactéries que les tampons, ce qui s'expliquerait là aussi par l'apport d'air supplémentaire qu'elles laissent passer.

Il existe au moins un cas recensé de femme ayant souffert du syndrome du choc toxique après avoir utilisé une coupe menstruelle.

"On avance depuis des années que si les tampons étaient faits de matériaux naturels, les chocs toxiques pourraient peut-être être évités. Cette nouvelle étude récemment publiée démontre clairement que ceci est faux", analyse Adi Davidov, responsable du département de gynécologie à l'hôpital universitaire américain de Staten Island, qui n'a pas participé à ces recherches.

Catégories: Actualités

Afrique du Sud : des manifestations contraignent le président Ramaphosa à rentrer au pays

sam, 04/21/2018 - 04:16
Le président Cyril Ramaphosa a été obligé de rentrer précipitamment au pays, vendredi, alors qu'il assistait à un sommet à Londres, en raisons de violentes manifestations dans la province du Nord-Ouest.
Catégories: Actualités

USA: les démocrates portent plainte contre l'équipe de campagne de Trump et la Russie

sam, 04/21/2018 - 03:40

Le parti démocrate américain a porté plainte vendredi contre de hauts responsables de l'équipe de campagne de Donald Trump, la Russie et WikiLeaks en les accusant d'avoir conspiré pour faire pencher l'élection présidentielle de 2016 en faveur de l'actuel président, qui a promis de contrattaquer.

Cette plainte au civil déposée auprès d'une cour fédérale à Manhattan par le parti démocrate (DNC) accuse la Russie d'avoir informé l'équipe de campagne de M. Trump qu'elle avait conduit une cyberattaque contre le DNC, menant ainsi à la révélation d'informations préjudiciables pour la rivale de M. Trump, la démocrate Hillary Clinton.

"Je viens juste d'entendre que la Campagne est poursuivie par les Démocrates Obstructionnistes", a tweeté plusieurs heures plus tard le président américain, qui a toujours démenti toute collusion avec Moscou.

"Cela peut être une bonne nouvelle puisque nous allons maintenant répliquer", a promis Donald Trump, évoquant notamment "les serveurs du DNC" et de son ancienne présidente, ainsi que "les emails de Clinton".

Ce dossier portant sur l'utilisation d'un serveur privé, au lieu des canaux officiels, par Hillary Clinton lorsqu'elle était secrétaire d'Etat avait empoisonné la campagne de la démocrate et galvanisé les supporteurs de Donald Trump.

La plainte du parti démocrate assure qu'un proche conseiller de M. Trump, Roger Stone, semblait avoir "une connaissance avancée" des projets du groupe WikiLeaks de diffuser une partie de ces informations, participant ainsi à ce que le texte qualifie de vaste complot pour influencer l'élection.

Elle vise l'équipe de campagne de Donald Trump --dont de hauts responsables comme Paul Manafort--, son fils Donald Trump Jr, son gendre Jared Kushner, le gouvernement russe (y compris son agence de renseignement militaire), et enfin WikiLeaks et son fondateur Julian Assange.

- "Acte de trahison" -

"Pendant la campagne présidentielle de 2016, la Russie a lancé une attaque contre notre démocratie, et elle a trouvé dans l'équipe de campagne de Donald Trump un partenaire actif et enthousiaste", a déclaré dans un communiqué le patron du DNC, Tom Perez.

"Ce fut un acte de trahison sans précédent: l'équipe de campagne d'un candidat à la présidence des Etats-Unis liguée à une puissance étrangère hostile pour multiplier ses chances de remporter la présidence", a-t-il accusé.

La présidente du parti républicain, Ronna McDaniel, a dénoncé sur Twitter cette plainte comme étant "l'effort désespéré d'un parti en faillite qui tente encore de se remettre du fait que leur candidate a perdu l'élection de 2016".

La plainte des démocrates expose une chronologie détaillée de faits déjà connus, car ayant fait l'objet d'articles de presse ou en raison de procédures judiciaires.

Parmi ces faits, une réunion en juin 2016 à la Trump Tower à New York entre les membres de l'équipe de campagne de Donald Trump et une avocate russe ou encore une série de courriels et messages confirmant, selon les démocrates, les liens entre la Russie et l'équipe de campagne de Trump.

La plainte détaille en outre le rôle dans cette affaire présumée de Paul Manafort, l'ancien directeur de campagne de Trump inculpé de douze chefs d'accusation dont complot contre les Etats-Unis, blanchiment, fausses déclarations et non-déclaration de comptes détenus à l'étranger.

Elle précise également la participation de l'ancien conseiller de campagne de Trump George Papadopoulos, qui a admis avoir eu de nombreux contacts avec les Russes et cherché à organiser un voyage du milliardaire à Moscou.

Il n'est pas certain cependant qu'elle débouche sur des poursuites, de nombreux pays bénéficiant d'une immunité dans le cas de procédures engagées aux Etats-Unis.

Catégories: Actualités

Inspections d'urgence de moteurs d'avions après l'accident du vol Southwest aux Etats-Unis

sam, 04/21/2018 - 03:00

Le régulateur aérien américain a imposé vendredi des inspections d'urgence en réaction à la mort d'une passagère dans un accident mardi, ciblant les moteurs semblables à celui qui a partiellement explosé sur un appareil 737 de la compagnie Southwest.

La Federal Aviation Administration (FAA) a ordonné vendredi soir l'examen sous 20 jours des lames de ventilateur des moteurs CFM56 pour Boeing 737 ayant effectué plus de 30.000 rotations, soit quelque 681 moteurs dans le monde, dont 352 aux Etats-Unis.

Le régulateur a annoncé avoir pris cette décision sur la base des premières informations émanant de l'enquête sur l'accident de mardi et d'un bulletin publié vendredi par le fabricant de ces moteurs, la société franco-américaine CFM, co-entreprise du français Safran et de l'américain General Electric.

Dans un communiqué, CFM avait appelé à accélérer les inspections de ses moteurs CFM56-7B équipant les Boeing 737, en commençant par inspecter sous 20 jours ceux ayant effectué plus de 30.000 "cycles" (allumage du moteur/décollage et atterrissage/arrêt complet). Puis, "d'ici la fin août", ceux ayant effectué plus de 20.000 rotations, soit quelque 2.500 moteurs supplémentaires.

Passée la première inspection, le fabricant a également recommandé de faire ré-inspecter les moteurs tous les 3.000 cycles, soit environ tous les deux ans.

Les moteurs CFM56-7B sont utilisés par quelque 60 compagnies aériennes, a ajouté CFM, soulignant avoir mobilisé 500 techniciens pour "minimiser les perturbations" générées par ces inspections supplémentaires.

Chaque inspection prend environ quatre heures, a ajouté la société, précisant que 150 des 681 moteurs à inspecter dans les 20 jours avaient déjà été examinés.

L'ordre de la FAA survient trois jours après qu'un vol de la compagnie Southwest avec 149 personnes à bord a vu une partie de son moteur CFM56 se détacher en vol.

Les premiers éléments de l'enquête ont montré que des éclats de métal avaient brisé un hublot, blessant mortellement une mère de famille de 43 ans, happée partiellement à l'extérieur de l'appareil, et semant la panique en cabine.

- La FAA critiquée -

Grâce au sang-froid de la pilote, ex-pilote de l'armée de l'air, le Boeing 737, parti de New York pour Dallas, a pu faire un atterrissage d'urgence à l'aéroport de Philadelphie sans faire d'autres victimes.

Southwest avait annoncé dès mardi des inspections supplémentaires de ses moteurs CFM56, prévoyant de les achever sous 30 jours.

Le chef du NTSB, l'organisme fédéral américain chargé de la sécurité dans les transports, avait rapidement reconnu des similarités avec un accident survenu sur un autre vol Southwest en août 2016, également un 737 équipé d'un CFM56, qui avait dû effectuer un atterrissage d'urgence en Floride, sans faire de victime.

CFM avait à l'époque appelé les compagnies à mener des inspections supplémentaires, et la FAA avait également proposé de telles inspections.

Mais elle n'avait pas publié de directive contraignante, plusieurs compagnies, dont Southwest, faisant notamment valoir qu'elles avaient besoin de plus de temps pour mener des inspections que ce que proposait la FAA, selon plusieurs journaux américains.

Les critiques n'ont pas tardé pour reprocher à la FAA d'avoir tardé à prendre des mesures.

"Les compagnies dictent à la FAA ce qu'elles pensent qui doit être fait, alors que c'est la FAA qui devrait dire, +Non, vous allez faire ça maintenant+", a notamment déclaré vendredi Gary Peterson, vice-président du syndicat des employés des transports, cité par la chaîne NBC. "On ne veut pas d'une situation où des personnes doivent périr avant que quelqu'un regarde ça de près".

"La FAA doit être plus agressive à s'assurer que, quand il y a un problème, il soit résolu", a aussi souligné William McGee, qui a travaillé dans le transport aérien et milite aujourd'hui pour les droits des consommateurs du secteur.

Catégories: Actualités

L'Aston Martin de Daniel Craig vendue 468.500 dollars à New York

sam, 04/21/2018 - 02:20

L'Aston Martin personnelle de l'acteur Daniel Craig, qui incarne à l'écran un autre amateur du constructeur britannique, James Bond, a été vendue vendredi 468.500 dollars lors d'une vente organisée par Christie's à New York.

Le prix s'est inscrit plutôt dans le bas de la fourchette d'estimation donnée par la maison d'enchères avant la vente, soit entre 400.000 et 600.000 dollars.

Le produit de la vente ira à l'ONG The Opportunity Network, co-présidée par Daniel Craig et sa compagne, l'actrice Rachel Weisz.

L'association soutient financièrement des jeunes issus de minorités pour leur permettre de développer leurs connaissances et leur formation.

L'acteur britannique a fait une apparition surprise lors de la vente et s'est même joint à l'équipe de Christie's, parlant à un client pour lui demander de surenchérir.

Le modèle, baptisé "Centenary Vanquish" et dont la vitesse de pointe est d'environ 290 km/h, a été fabriqué à cent exemplaires seulement en 2014 pour célébrer le centenaire d'Aston Martin.

Le modèle de Daniel Craig avait, évidemment, le numéro "007".

"Ce n'est pas une voiture de film", avait expliqué Becky MacGuire, responsable de la vente organisée vendredi, lors de la présentation du véhicule. "Elle est prête pour la route."

Daniel Craig l'a utilisée avec modération, car elle affiche moins de 2.000 km au compteur.

Catégories: Actualités

Dialogue de sourds sur le commerce aux réunions du FMI et du G20

sam, 04/21/2018 - 01:40

Les Etats-Unis et ses alliés ont nourri un dialogue de sourds vendredi sur le commerce, les uns identifiant des pratiques "déloyales" comme menace planant sur la croissance mondiale, les autres pointant du doigt une potentielle guerre commerciale.

Dans un discours prononcé à l'occasion des réunions du Fonds monétaire international (FMI) à Washington, le ministre des Finances de Donald Trump a dit croire "fermement que les pratiques commerciales déloyales dans le monde entravent la croissance de l'économie mondiale et des Etats-Unis".

Et au moment où le différend commercial entre Washington et la Chine suscite de vives inquiétudes à travers le monde, Steven Mnuchin a pressé le FMI de "parler plus haut et plus fort de la question des déséquilibres extérieurs".

Près de dix ans après le début de la récession mondiale, l'économie de la planète évolue dans une bonne dynamique grâce, en particulier, aux échanges de biens et de services, a souligné cette semaine le FMI, à l'occasion de la publication de ses dernières prévisions. Mais ce sont ces mêmes échanges commerciaux qui pourraient faire "dérailler" plus vite que prévu l'économie de la planète, a-t-il mis en garde.

Le repli sur soi n'est "pas la bonne façon" de s'attaquer aux déséquilibres commerciaux, a en outre affirmé le ministre brésilien des Finances Eduardo Refinetti, critique à peine voilée des Etats-Unis.

Au nom de la défense de la sécurité nationale, Donald Trump a en effet imposé le 8 mars, de manière unilatérale, des droits de douane sur les importations d'acier et d'aluminium. Puis son administration a spécifiquement ciblé la Chine, qu'il accuse de "transfert forcé de technologies américaines" et de "vol de propriété intellectuelle", en dressant une liste provisoire de produits chinois susceptibles d'être soumis à leur tour à de nouvelles taxes pour compenser ces pratiques commerciales jugées "déloyales".

Le géant asiatique, qui a répliqué avec des représailles dans des proportions identiques, n'avait pas encore réagi aux derniers commentaires du Trésor.

- "Pillage des technologies" -

Steven Mnuchin s'en est aussi pris aux pays disposant de surplus comme l'Allemagne. Mais sur ce point, le FMI a semblé lui donner raison en s'inquiétant vendredi des excédents commerciaux allemands qui ne diminuent pas.

La France s'est dit de son côté disposée à reconnaître que la Chine devait améliorer ses pratiques en matière de commerce.

"Le diagnostic (des Américains), nous le partageons", a déclaré le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire. "Nous avons des difficultés sur les surcapacités de l'acier, nous avons un sujet sur la protection de nos technologies, nous ne voulons pas de pillage des technologies françaises", a-t-il ainsi cité en exemples.

Pour autant, il s'est refusé à "entrer dans un combat contre la Chine", qui serait "vain et inutile", soulignant qu'il voulait plutôt engager Pékin dans un dialogue constructif.

"Nous devons éviter une guerre commerciale et revenir à une situation où l'on coopère pour redéfinir un nouvel ordre économique multilatéral", a-t-il insisté.

Dans ce dossier, les pays européens font front commun et avancent "de manière unie", s'est-il félicité, confirmant des propos de son homologue allemand Olaf Scholz. "Agir ensemble a prouvé son efficacité", a commenté ce dernier.

"Nous avons l'impression que les Etats-Unis jouent avec le feu. Ce n'est pas la bonne méthode que de mettre sous pression tout le monde, en particulier ses alliés", a déclaré à l'AFP une source européenne.

"Une rupture dans les relations commerciales entre les principales économies pourrait faire dérailler la reprise de ces dernières années, menaçant la croissance économique et mettant en danger de nombreux emplois", avait plus tôt prévenu Roberto Azevedo, le directeur général de l'OMC.

L'Organisation mondiale du commerce a souvent été critiquée ces derniers mois pour ne pas être parvenue à régler de manière multilatérale les conflits commerciaux entre les Etats-Unis et notamment la Chine, souvent accusée pour son non-respect des règles du commerce international.

Vendredi, c'est le président du G20 Finances qui a reconnu les "limites" du groupe.

"Ce groupe a été très important pour faire face à la crise financière de 2008 et il doit continuer à travailler ensemble", a-t-il ajouté. Toutefois le commerce ne fait pas vraiment partie des compétences des ministres des Finances. Ils ne traitent ce dossier que lorsque la croissance mondiale est menacée.

Catégories: Actualités

Visiter le Versailles de la grande époque: le pari du Met à New York

sam, 04/21/2018 - 01:20

Apparat, cérémonial, prestige, durant cent ans, Versailles a été au centre de l'Europe, voire du monde, une période que tente de faire revivre la nouvelle exposition du Metropolitan Museum de New York.

Au départ, ce devait être un livre, construit sur les nombreux récits des "Visiteurs de Versailles", diplomates, gentilshommes, artistes et écrivains venus du monde entier à Versailles entre 1682, date de l'installation de la cour de France, à 1789 et au retour forcé à Paris.

Mais Daniëlle Kisluk-Grosheide, chargée des sculptures et arts décoratifs européens au Met, et Bertrand Rondot, conservateur en chef au musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, l'ont également décliné en exposition, visible jusqu'au 29 juillet.

Rendre la grandeur de Versailles hors les murs était un défi, que le Met relève avec des oeuvres de 53 origines différentes et en puisant dans sa propre collection.

Le musée new-yorkais propose une scénographie rappelant la succession des pièces et galeries de Versailles, les nervures du marbre, et joue sur l'audioguide, qui permet d'écouter certains récits de visites à la cour.

L'ouverture de Versailles et des palais royaux sur l'extérieur était "une tradition française", explique Daniëlle Kisluk-Grosheide, afin que "les sujets aient accès à leur roi".

Louis XIV souhaitait également montrer au monde ce qu'était devenu le modeste relais de chasse de son père. "C'était un calcul très politique", analyse la conservatrice.

"Ils aimaient particulièrement recevoir des étrangers", dit-elle, "parce qu'ils allaient écrire (sur leur visite), comme aujourd'hui on tweete ou on poste sur Instagram".

Tout, du mobilier aux tapis, en passant par le marbre omniprésent, la vaisselle en porcelaine, dont sont exposés des exemplaires, sans oublier les jardins, était de nature à impressionner les visiteurs.

Les récits évoquent également le protocole rigide qui présidait aux activités de la cour.

Un visiteur raconte une visite d'ambassadeurs qui devaient faire trois révérences avant d'approcher le roi, puis devaient se retirer en reculant, face à lui, même lorsque le souverain ne les voyait plus.

Les écrits des visiteurs évoluent avec la montée de la philosophie des Lumières, explique Daniëlle Kisluk-Grosheide. A l'émerveillement inconditionnel succède la réserve, qui questionne "toute cette extravagance pour un seul homme", dit-elle.

Plus de deux siècles après le déménagement de la cour aux Tuileries, Versailles continue de fasciner, notamment aux Etats-Unis.

Pour la curatrice, les Américains s'intéressent à la royauté, qu'ils n'ont pas connue, mais aussi à l'art français, et ont un lien privilégié avec la France remontant au soutien lors de la guerre d'indépendance.

Aujourd'hui encore, dit-elle, Versailles "est un endroit pour rêver".

Catégories: Actualités

La Corée du Nord va fermer son site d'essais nucléaires et cesser ses tirs de missiles

sam, 04/21/2018 - 01:06
La Corée du Nord a annoncé samedi qu'elle allait fermer son site d'essais nucléaires et cesser ses tirs de missiles, gage de sa bonne volonté en vue des pourparlers avec le Sud et les États-Unis.
Catégories: Actualités

Macron va offrir à Trump un jeune chêne pour la Maison Blanche

ven, 04/20/2018 - 23:20

Le président français Emmanuel Macron va offrir à son homologue américain Donald Trump un jeune plant de chêne symbolisant la force des relations entre les deux pays, a rapporté vendredi Fox News.

Il s'agit d'une "bouture d'un chêne du Nord de la France qui, espère-t-il, sera planté sur le terrain de la Maison Blanche pour symboliser la ténacité de cette amitié", a déclaré le journaliste Chris Wallace, qui a interviewé M. Macron à l'Elysée.

Dans cette interview que diffusera dimanche Fox News Sunday, Emmanuel Macron confie "ne jamais se demander" si le président Trump achèvera son mandat, selon un extrait dévoilé à l'avance.

"Je travaille avec lui car nous sommes tous les deux au service de nos pays", justifie, en anglais, le chef de l'Etat français.

M. Macron refuse par ailleurs de commenter certaines controverses entourant M. Trump, notamment l'enquête sur l'ingérence russe dans l'élection de 2016 qui pèse sur la présidence du milliardaire.

"Ce n'est pas à moi de juger ou, d'une certaine façon, d'expliquer à votre peuple ce que devrait être votre président", affirme M. Macron.

Emmanuel Macron effectue à partir de lundi une visite d'Etat de trois jours aux Etats-Unis, au cours de laquelle il sera reçu en grande pompe par M. Trump et il fera une allocution devant le Congrès.

Catégories: Actualités

GP des Amériques: Iannone surprend Marquez aux essais libres en MotoGP

ven, 04/20/2018 - 23:01

L'Italien Andrea Iannone (Suzuki) a devancé le grand favori, l'Espagnol Marc Marquez (Honda), lors des deux premières séances d'essais libres du Grand Prix des Amériques, catégorie MotoGP, vendredi à Austin (Texas).

Iannone a bouclé son meilleur tour du Circuit des Amériques (5,5 km) en 2 min 04 sec 599/1000e en toute fin de la deuxième séance d'essais.

Il a réalisé un petit exploit: il s'agit seulement de la 6e fois en 22 séances d'essais libres que Marquez, invaincu à Austin depuis 2013, n'a pas le meilleur chrono.

Marquez, meilleur temps de la première séance (2:05.530), a terminé la journée avec le deuxième chrono, à 56/1000e de Iannone.

Le double champion du monde en titre est parti à la faute à quinze minutes de la fin de la deuxième séance d'essais, mais s'est rapidement relevé et a pu améliorer son tour de référence en fin de séance.

L'Espagnol Maverick Vinales (Yamaha) a terminé à la 3e place sur la feuille de temps, à 264/1000e du meilleur chrono, juste devant son coéquipier, l'Italien Valentino Rossi.

L'explication entre Marquez et Rossi en course dimanche est très attendue après le Grand Prix d'Argentine début mars où l'Espagnol a envoyé au tapis le nonuple champion du monde qui, depuis, ne ménage pas ses critiques.

Leader du Championnat du monde après les deux premières manches de la saison, le Britannique Cal Crutchlow (LCR Honda) est encore dans le coup, à la 5e place, à 489/1000e d'Iannone.

En revanche, le Français Johann Zarco (Yamaha Tech3), très en vue depuis le coup d'envoi de la saison, a dû se contenter du 13e temps, à 1 sec 334/1000e du meilleur chrono.

Classement combiné des deux premières séances d'essais libres, catégorie MotoGP:

1. Andrea Iannone (ITA/Suzuki) 2:04.599

2. Marc Marquez (ESP/Honda) à 0.056

3. Maverick Vinales (ESP/Yamaha) à 0.264

4. Valentino Rossi (ITA/Yamaha) à 0.359

5. Cal Crutchlow (GBR/LCR Honda) à 0.489

6. Alex Rins (ESP/Suzuki) à 0.853

7. Jorge Lorenzo (ESP/Ducati) à 0.888

8. Andrea Dovizioso (ITA/Ducati) à 1.048

9. Aleix Espargaro (ESP/Aprilia) à 1.140

10. Dani Pedrosa (ESP/Honda) à 1.162

...

13. Johann Zarco (FRA/Yamaha Tech3) à 1.334

NDLR: 24 pilotes classés. Record du circuit: 2:02.135 (Marc Marquez en 2015), record du tour en course: 2:03.575 (Marc Marquez en 2014).

Catégories: Actualités

Fusillades: nouvelle mobilisation lycéenne au 19e anniversaire du massacre de Columbine

ven, 04/20/2018 - 23:00

Des milliers de lycéens ont manifesté vendredi à travers les Etats-Unis pour marquer le 19e anniversaire de la fusillade de Columbine et relancer la mobilisation contre les armes à feu née de la tuerie de Parkland en février dernier.

Plus de 2.500 manifestations étaient prévues à travers le pays, 19 ans exactement après la fusillade du lycée Columbine à Littleton, dans le Colorado, où deux lycéens avaient tué 12 élèves et un professeur avant de se donner la mort.

Les manifestations ont coïncidé avec un nouvel incident: un lycéen de 17 ans du lycée Forest à Ocala, dans le centre de la Floride, a été blessé vendredi à la jambe par un ex-élève de 19 ans, selon la police locale. Le tireur a été interpellé et placé en détention.

A Washington, plusieurs centaines de lycéens se sont rassemblés près de la Maison Blanche, venus de la capitale fédérale et de sa région. A 10H00 (14H00 GMT), les étudiants ont respecté treize minutes de silence alors que les noms des victimes étaient égrainés au haut-parleur.

La tragédie de Columbine "est terrible", a affirmé Emma Corcoran, lycéenne de 15 ans venue de Bethesda, estimant que "les choses ont empiré ces dernières années" alors que "les gens ne protestaient pas".

"Cela doit changer (...) Chaque enfant espère un changement et même si nous ne pouvons pas voter, nous voulons aider".

A New York, quelques milliers de collégiens et lycéens venus d'une vingtaine d'écoles se sont retrouvés à Washington Square Park, aux cris de "Block the NRA" et autres slogans hostiles au puissant lobby des armes américain, opposé aux restrictions sur les armes à feu réclamés par les lycéens.

A l'appel des organisateurs lycéens, beaucoup ont commencé par s'allonger par terre, faisant les morts pour dénoncer les victimes des fusillades.

"Depuis que je suis petite, j'entends parler de ces histoires (de fusillades) mais ça avait toujours semblé assez distant. Cette année, pour la première fois, cela semble très proche et entendre d'autres élèves en parler publiquement a été vraiment une source d'inspiration", a expliqué Yana Gitelman.

- "Faire entendre nos voix" -

Cet anniversaire est venu redynamiser le mouvement lycéen contre la prolifération des armes né de la tuerie d'un lycée de Parkland, en Floride, qui a fait 17 morts dont une majorité d'adolescents.

Lancé par plusieurs élèves rescapés de la tuerie, le mouvement réclame des restrictions sur les armes à feu aux élus et appelle à voter contre ceux qui les refusent.

"Nous devons sortir et faire entendre nos voix", a déclaré vendredi David Hogg, un des élèves de Parkland devenu un leader du mouvement. "C'est ce que font les étudiants qui manifestent, ou ceux qui restent à l'école en rendant service. Tant que vous faites quelque chose et que vous votez, c'est ça qui compte".

Depuis, les étudiants ont organisé trois grandes mobilisations nationales. Plus de 1,5 million de personnes ont ainsi participé le 24 mars à des centaines de rassemblements, dénonçant notamment l'attitude de l'administration Trump.

Cette manifestation avait reçu le soutien appuyé de plusieurs célébrités, dont George et Amal Clooney. Vendredi, une nouvelle initiative a été annoncée réunissant des acteurs comme Alec Baldwin, Ashley Judd, Alyssa Milano ou la fondatrice du mouvement #MeToo Tarana Burke, qui ont tous signé une lettre ouverte en forme de menace au président de la NRA.

"C'est fini le temps où vous pouviez signer des chèques avec notre sang" dit la lettre. "On va s'occuper de votre argent. On va s'occuper de vos marionnettes. ET nous allons gagner".

Les fusillades sont devenues un fléau national, et beaucoup de lycéens disent ne plus se sentir en sécurité à l'école.

Après Columbine, les plus graves ont été la fusillade de Virginia Tech à Blacksburg (32 morts en 2007), et celle de l'école primaire Sandy Hook à Newton (Connecticut) en 2012, où un jeune a tué 26 personnes dont 20 enfants, avant de se suicider.

Catégories: Actualités

Ligue 1: Lyon écrase Dijon 5-2 et met la pression sur Marseille

ven, 04/20/2018 - 22:58

Lyon est allé écraser Dijon 5 à 2 vendredi pour consolider sa troisième place en Ligue 1 avec trois points d'avance sur Marseille, 4e, opposé à Lille samedi, lors de la 34e journée.

Lyon a ouvert la marque par Memphis Depay (4e), imité par Houssem Aouar (50e), Nabil Fekir (53e), Bertrand Traoré (77e) et Maxwell Cornet (82e). Naïm Sliti a marqué les deux buts dijonnais.

Catégories: Actualités

Amende d'un milliard contre Wells Fargo pour pratiques illicites

ven, 04/20/2018 - 22:43

La banque américaine Wells Fargo a écopé vendredi d'une amende d'un milliard de dollars, la plus grosse jamais infligée à une société sous l'ère Trump, pour des pratiques commerciales illicites, dont des primes d'assurance automobile superflues.

L'établissement "s'est engagé dans des pratiques imprudentes et risquées en maintenant des polices d'assurance collatérales sur des crédits auto et en récoltant des frais qui y étaient associés", a notamment fustigé le régulateur bancaire OCC (Office of the Comptroller of the Currency), une des deux autorités ayant puni Wells Fargo.

L'OCC ajoute avoir découvert que la banque, qui exploite 8.200 agences aux Etats-Unis et emploie environ 265.000 personnes, avait surfacturé certains emprunteurs immobiliers.

Il s'agit de la plus grosse pénalité financière contre une banque depuis l'arrivée à la Maison-Blanche de Donald Trump, dont l'administration a considérablement assoupli la règlementation financière mise en place par la loi Dodd-Frank après la crise financière de 2008.

"Je vais réduire la règlementation mais durcir les pénalités (financières) si (un établissement) est pris en train de tricher", avait tweeté le 8 décembre le président américain, qualifiant au passage les pratiques commerciales de Wells Fargo de "mauvais agissements ".

- Graves manquements -

Le montant de l'amende reflète "la gravité des manquements et violations de la loi, les dégâts financiers causés aux consommateurs et l'incapacité de la banque à corriger ses déficiences", a justifié l'OCC.

"Nous avons toujours dit que nous appliquerions la loi et c'est ce que nous avons fait en l'espèce", a ajouté Mick Mulvaney, le patron très contesté du Bureau de la protection financière des consommateurs (CFPB), agence créée après la crise.

L'OCC et le CFPB ont ordonné à la banque californienne de restituer aux clients lésés les sommes qui leur ont été indûment prélevées et de renforcer son programme de gestion des risques.

"Nous avons fait des progrès pour ce qui est de renforcer nos procédures opérationnelles et nos contrôles internes", a réagi Tim Sloane, le PDG. Mais "nous avons encore beaucoup à faire", a-t-il reconnu.

Dans l'immédiat, cette amende n'aura pas de gros impact financier sur Wells Fargo, si ce n'est de réduire de 800 millions de dollars son bénéfice net au premier trimestre, à 4,7 milliards. A ce niveau, l'établissement reste une des entreprises américaines les plus rentables.

A Wall Street, le titre a gagné 1,98% vendredi.

- Réputation entachée -

Cette affaire écorne toutefois la réputation de Wells Fargo, considérée encore il y a peu comme la grande banque américaine la mieux gérée. Non seulement l'essentiel de ses activités porte sur le financement de l'économie réelle, au travers des prêts accordés aux ménages et aux PME, mais elle est aussi faiblement exposée aux marchés financiers.

Mais depuis 2016, l'établissement est englué dans une série de scandales dont le plus retentissant est l'ouverture de 3,5 millions de comptes fictifs au nom de clients à leur insu.

A la suite de ces malversations, quelque 5.300 employés ont été licenciés et Wells Fargo a déjà écopé d'une amende de 185 millions de dollars. John Stumpf, le PDG de l'époque, a dû démissionner.

La banque s'est en outre vu interdire par la Réserve fédérale américaine (Fed) toute expansion jusqu'à ce qu'elle prenne des mesures destinées à corriger ses erreurs, une décision sans précédent aux Etats-Unis pour un établissement de cette taille.

La Fed a également exigé le remplacement de quatre membres du Conseil d'administration. L'assemblée générale des actionnaires, prévue mardi, s'annonce par conséquent comme un test difficile pour la direction.

L'amende contre Wells Fargo est de nature à neutraliser temporairement les critiques des élus démocrates, qui accusent l'administration Trump de faire le jeu des banques en détricotant la régulation.

"Depuis que vous êtes arrivé à l'agence, vous avez annoncé que vous ne feriez pas usage de vos pouvoirs pour faire cesser les escroqueries", avait par exemple lancé la semaine dernière à Mick Mulvaney la sénatrice démocrate Elizabeth Warren, égérie de la lutte contre les excès de Wall Street.

"Nous avons plus de 100 enquêtes en cours", avait répondu M. Mulvaney. Mais depuis qu'il a pris la tête du CFPB, il a institué un gel des embauches et minimisé une enquête sur l'agence de crédit à la consommation disgraciée Equifax.

Catégories: Actualités

NBA: Le meneur de Golden State Stephen Curry de retour à l'entraînement samedi

ven, 04/20/2018 - 22:40

Le meneur de Golden State Stephen Curry va reprendre l'entraînement samedi, quatre semaines après une entorse du genou gauche, a annoncé vendredi son équipe.

"L'examen réalisé vendredi a montré que Stephen a fait des progrès constants d'un point de vue fonctionnel", ont indiqué les Warriors dans un communiqué.

"En conséquence, il va commencer à participer à des séances aménagées samedi et l'intensité des séances va progresser, jusqu'à un nouvel examen dans une semaine", ont poursuivi les champions NBA en titre.

Curry s'est blessé au genou gauche (entorse du ligament collatéral tibial de type 2) le 23 mars dernier et a manqué les 13 derniers matches de son équipe.

Le double champion NBA, âgé de 30 ans, tourne cette saison à des moyennes de 26,4 points, 5,1 rebonds et 6,1 passes décisives par match.

Sans son meneur, Golden State a mal terminé la saison régulière (58 v-24 d), mais a conservé sa 2e place au classement de la conférence Ouest. Depuis, la franchise d'Oakland a idéalement débuté les play-offs en remportant ses trois premiers matches du 1er tour contre San Antonio.

Les Warriors peuvent composter leur billet pour le 2e tour dès dimanche en cas de succès à San Antonio dans le match N.4.

Le 2e tour, ou demi-finale de conférence, débutera au mieux dans huit jours, ce qui permettrait à Steve Kerr d'aligner son meneur dès le début de cette série qui opposerait Golden State à Portland ou La Nouvelle-Orléans.

La Nouvelle-Orléans mène trois victoires à zéro face à Portland.

Catégories: Actualités

Fed Cup: France-Etats-Unis, un miracle sinon rien

ven, 04/20/2018 - 22:40

L'équipe de France, très diminuée par les absences, aura besoin d'un miracle face aux États-Unis en demi-finales de la Fed Cup ce weekend à Aix-en-Provence où son destin dépendra de la forme de Kristina Mladenovic.

Comment faire chuter les tenantes du titre en étant privée de trois de ses quatre joueuses les mieux classées dont sa N.1? C'est l'équation à résoudre pour les Bleues et leur guide Yannick Noah.

Pour ce grand défi, peut-être son dernier en Fed Cup, le capitaine a dû se passer encore de Caroline Garcia (7e mondiale), qui privilégie sa carrière individuelle.

Alizé Cornet (35e), visée par une procédure disciplinaire pour infraction aux règles de la lutte antidopage (trois "no show"), est toujours mise à l'écart. Et Océane Dodin (102e) n'est pas très intéressée par la Fed Cup.

Noah a donc reconduit les trois joueuses ayant participé au premier tour, en février, contre la Belgique (3-2): Mladenovic (20e), Pauline Parmentier (122e) et Amandine Hesse (204e).

De l'autre côté du filet, il n'y aura pas les s?urs Venus et Serena Williams, qui n'a pas encore retrouvé son niveau d'avant grossesse. Mais c'est sans doute la meilleure sélection américaine du moment sur terre battue, avec trois membres du top 20: Coco Vandeweghe (16e), Madison Keys (13e) et surtout Sloane Stephens (9e), championne de l'US Open et lauréate du Masters 1000 de Miami le mois dernier.

"J'ai de la chance de pouvoir compter sur autant de très bonnes joueuses", se réjouissait la capitaine Kathy Rinaldi-Stunkel. Il ne faut pas oublier Bethanie Mattek-Sands, qui a été N.1 mondiale en double, avant de se blesser grièvement au genou droit, en juillet à Wimbledon.

- Mladenovic en dos majeur ? -

"La barre est haute", a souligné Noah. La qualification pour la finale, qui serait la deuxième en trois ans - face à l'Allemagne ou la République tchèque - paraît quasiment impossible.

Mais la présence des Françaises en demi-finales est déjà presque un miracle. On ne donnait pas cher de leur peau face à la Belgique, emmenée par Elise Mertens, alors récente demi-finaliste de l'Open d'Australie et 20e mondiale.

Mladenovic avait été héroïque en Vendée, ramenant deux points en simple et le dernier, décisif, lors du double avec sa camarade Hesse, qui disputait son premier match à enjeu.

La leader des Bleues devra se surpasser davantage. Mais une incertitude plane sur son état de forme. La semaine dernière, elle a dû abandonner lors du tournoi de Lugano à cause de douleurs au dos.

"Pour être honnête, ce n'est pas exactement comme je le voudrais. Mais je vais être à 100% ce weekend", a affirmé l'intéressée. Noah, lui, s'est voulu plus rassurant. "Je ne suis pas inquiet", a-t-il dit.

- Terre plus lente -

Un paramètre pourrait aider les Bleues samedi face aux "frappeuses" Stephens et Vandeweghe, préférée à Keys pour les simples. La terre battue, a pris la pluie lors de son acheminement vers l'Arena du Pays d'Aix. Les conditions sont plus lentes que prévu.

Parmentier, transparente sur dur lors du premier tour, espère tirer profit de cette surface qui lui convient le mieux. "En Vendée, c'était bien au niveau des entraînements mais je n'étais pas hyper sereine. Là, je sens que mon jeu est en place", a expliqué la doyenne du groupe (32 ans), qui a obtenu sa seule victoire contre Stephens sur l'ocre (Strasbourg/2016).

Un exploit mettrait moins de pression sur Mladenovic, opposée ensuite à Vandeweghe.

Catégories: Actualités

Ligue 2: Grejohn Kyei envoie Reims en Ligue 1

ven, 04/20/2018 - 22:25

Le Stade de Reims, leader depuis mi-septembre, a validé son retour en Ligue 1 vendredi soir, et même le titre de champion de Ligue 2, en battant difficilement l'AC Ajaccio (1-0), candidat à la montée, grâce à but de Grejohn Kyei.

Les Rémois, longtemps stériles face à la défense compacte des visiteurs, ont donc fait la décision par Kyei, 22 ans, à la 76e minute. Ils totalisent 78 points, soit 13 d'avance sur le deuxième, Nîmes, et 15 sur le troisième, l'AC Ajaccio, qui n'ont plus que quatre journées à disputer (et 12 points au maximum à marquer).

Alors qu'on pensait que la fête allait être reportée, il aura fallu attendre le dernier quart d'heure de la rencontre pour voir le stade Auguste-Delaune rugir de plaisir.

Tout juste entré en jeu, Kyei a libéré ses coéquipiers suite à une action collective: servi en retrait par Chavarria, Da Cruz a frappé fort devant le but et l'attaquant des Bleuets a coupé la trajectoire. Leca, qui a touché le ballon, n'a pas pu empêcher le ballon de franchir la ligne (1-0).

- Bonheur des Marnais -

Cela suffisait largement au bonheur des Marnais et de tout un stade, qui pouvait alors scander comme un seul homme: "On est en Ligue 1, on est en Ligue 1 !".

Une certitude, l'AC Ajaccio n'était pas venue jusqu'à Reims pour jouer un match d'attente. Dans un stade Auguste-Delaune où régnait l'ambiance des grands soirs, les deux formations ont attaqué la rencontre pied au plancher.

Siebatcheu, bien lancé par Métanire dans la profondeur, tombait sur Leca (10e). La première période, rythmée, voyait les Ajacciens jouer sans complexe et poser des problèmes aux hommes de David Guion, mais sans parvenir à trouver l'ouverture.

À la pause (0-0), l'entraîneur rémois opérait un ajustement en sortant Ndom et en faisant rentrer Diego. Puis un nouveau choix de coaching allait faire la différence en faveur du Stade de Reims, le but de la victoire et de la montée étant signé Kyei.

Malgré cette courte défaite, les Corses ont montré qu'il faudrait compter avec eux jusqu'au terme de la saison, pour la course à la montée. Le Stade de Reims, qui y était déjà virtuellement depuis plusieurs semaines, peut se préparer à reprendre l'ascenseur.

Catégories: Actualités

Dialogue de sourds sur le commerce aux réunions du FMI et du G20

ven, 04/20/2018 - 22:20

Les Etats-Unis et ses alliés ont nourri un dialogue de sourds vendredi sur le commerce, les uns identifiant des pratiques "déloyales" comme menace planant sur la croissance mondiale quand les autres pointent du doigt une potentielle guerre commerciale.

Dans un discours prononcé à l'occasion des réunions du Fonds monétaire international à Washington, le ministre des Finances de Donald Trump a indiqué croire "fermement que les pratiques commerciales déloyales dans le monde entravent la croissance de l'économie mondiale et des Etats-Unis".

Et au moment où le différend commercial entre Washington et la Chine suscite de vives inquiétudes à travers le monde, Steven Mnuchin a pressé le FMI de "parler plus haut et plus fort de la question des déséquilibres extérieurs".

Près de dix ans après le début de la récession mondiale, l'économie de la planète évolue dans une bonne dynamique grâce, en particulier, aux échanges de biens et de services, a souligné cette semaine le FMI, à l'occasion de la publication de ses dernières prévisions. Mais ce sont ces mêmes échanges commerciaux qui pourraient faire "dérailler" plus vite que prévu l'économie de la planète, a-t-il mis en garde.

"Le risque le plus grand est l'escalade des tensions commerciales", a également affirmé le ministre brésilien des Finances, Eduardo Refinetti, estimant que le repli sur soi n'était "pas la bonne façon" de s'attaquer aux déséquilibres commerciaux, critique à peine voilée des Etats-Unis.

Au nom de la défense de la sécurité nationale, Donald Trump a en effet imposé le 8 mars, de manière unilatérale, des droits de douane sur les importations d'acier et d'aluminium. Puis son administration a spécifiquement ciblé la Chine, qu'il accuse de "transfert forcé de technologies américaines" et de "vol de propriété intellectuelle", en dressant une liste provisoire de produits chinois susceptibles d'être soumis à leur tour à de nouvelles taxes pour compenser ces pratiques commerciales jugées "déloyales".

Le géant asiatique a répliqué avec des représailles dans des proportions identiques, faisant redouter une véritable guerre commerciale.

- "Pillage des technologies" -

Steven Mnuchin s'en est aussi pris aux pays disposant de surplus comme l'Allemagne. Mais sur ce point, le FMI a semblé lui donner raison en s'inquiétant vendredi des excédents commerciaux allemands qui ne diminuent pas.

La France s'est dit de son côté disposée à reconnaître que la Chine devait améliorer ses pratiques en matière de commerce.

"Le diagnostic (des Américains), nous le partageons", a déclaré le ministre français de l'économie Bruno Le Maire. "Nous avons des difficultés sur les surcapacités de l'acier, nous avons un sujet sur la protection de nos technologies, nous ne voulons pas de pillage des technologies françaises", a-t-il ainsi cité en exemples.

Pour autant, il s'est refusé à "entrer dans un combat contre la Chine", qui serait "vain et inutile", soulignant qu'il voulait plutôt engager Pékin dans un dialogue constructif.

La France fait tout pour éviter la guerre commerciale prônant une vision fondée sur des règles de réciprocité, "les seules viables", a-t-il dit. Et dans ce dossier, les pays européens font front commun et avancent "de manière unie", s'est-il félicité, confirmant des propos de son homologue allemand Olaf Scholz.

"Nous avons l'impression que les Etats-Unis jouent avec le feu. Ce n'est pas la bonne méthode que de mettre sous pression tout le monde, en particulier ses alliés", a déclaré à l'AFP une source européenne.

"Une rupture dans les relations commerciales entre les principales économies pourrait faire dérailler la reprise de ces dernières années, menaçant la croissance économique et mettant en danger de nombreux emplois", avait plus tôt prévenu de son côté Roberto Azevedo, le directeur général de l'OMC.

L'OMC a souvent été pointée du doigt ces derniers mois pour ne pas être parvenue à régler de manière multilatérale les différends commerciaux entre les Etats-Unis et notamment la Chine, souvent critiquée pour son non-respect des règles du commerce international.

Vendredi, c'est le président du G20 Finances qui a reconnu les "limites" du groupe.

"Ce groupe a été très important pour faire face à la crise financière de 2008 et il doit continuer à travailler ensemble", a-t-il ajouté. Toutefois le commerce ne fait pas vraiment partie des compétences des ministres des Finances. Ils ne traitent ce dossier que lorsque la croissance mondiale est menacée.

Catégories: Actualités

Ligue 2: Reims, de retour au plus haut niveau après une saison flamboyante

ven, 04/20/2018 - 22:19

Cela ne faisait plus guère de doute, c'est désormais officiel: leader intraitable de la Ligue 2, le Stade de Reims retrouve l?élite grâce à sa victoire vendredi face à l'AC Ajaccio (1-0), grâce à un but de Grejohn Kyei (76) alors qu?il s?était donné trois ans pour atteindre cet objectif.

Le club champenois a survolé la saison de L2: vainqueur de son match inaugural à Nîmes (1-0), il s?est définitivement installé en tête du championnat dès la 8e journée, pour ne jamais lâcher les commandes. Ce n'est que son deuxième titre de champion de L2, après celui de 1966.

A la fin de la phase aller, les Rémois comptaient déjà sept points d?avance sur leurs dauphins nîmois(44 contre 37) et déjà 10 sur l?AC Ajaccio, le troisième (34).

Descendu en Ligue 2 à l'issue de la saison 2015-2016, Reims n'avait pas réussi à remonter au plus haut niveau en 2016-2017, malgré un budget conséquent de 41 millions d?euros.

- "Inoubliable" -

A 50 ans, sans avoir jamais exercé à ce niveau, l?entraîneur David Guion, ancien directeur du centre de formation, a réussi là où l?expérimenté Michel Der Zakarian avait échoué douze mois plus tôt.

"Cette saison restera inoubliable", assure Guion. "C?est la récompense d?un énorme travail, d?un engagement, d?un investissement personnel et collectif".

L'équipe a pu compter sur des joueurs clés: les attaquants Jordan Siebatcheu, 3e meilleur buteur de la saison (14 buts), Pablo Chavarria (12) et Diego Rigonato (7); les défenseurs axiaux Yunis Abdelhamid et Julian Jeanvier; le milieu relayeur Xavier Chavalerin.

Reims peut aussi s'enorgueillir d'avoir été jusqu'ici la meilleure équipe à domicile et à l?extérieur, la meilleure défense (18 buts encaissés) et la deuxième meilleure attaque de la saison (62 buts marqués), derrière Nîmes.

- La conquête des records -

La remontée désormais acquise, le club peut même rêver de records, notamment celui du plus grand nombre de points depuis l'instauration de la deuxième division à vingt clubs en 1998/1999.

Ce record, symbolique, est actuellement détenu par le Losc de Vahid Halilhodzic qui avait terminé la saison 1999/2000 avec un impressionnant bagage de 83 unités.

Il reste cinq matches à Reims, déjà 78 points au compteur, pour faire beaucoup mieux. Surtout si les joueurs de David Guion continuent sur le même rythme: 2,36 points par match, en moyenne.

Autres records à battre: le plus grand nombre de victoires (25, Lille 1999-2000), le plus grand nombre de buts inscrits (67, Sochaux 2000-2001), le plus petit nombre de buts encaissés (22, Metz 2006-2007), la meilleure différence de buts (+40, Sochaux 2000-2001). C'est bien parti.

Catégories: Actualités

Pages