France 24 - L'info en continu

S'abonner à flux France 24 - L'info en continu France 24 - L'info en continu
Mis à jour : il y a 35 min 1 sec

Yémen: l'aéroport de Hodeida "sous contrôle" total des forces progouvernementales

mer, 06/20/2018 - 09:05
Les forces progouvernementales yéménites ont repris le "contrôle" total de l'aéroport de Hodeida, a annoncé mercredi la coalition emmenée par l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, après une semaine d'une offensive visant à reprendre cette ville stratégique aux rebelles Houthis. "L'aéroport (de Hodeida) a été complètement +nettoyé+ (de la présence des rebelles) et il est sous le contrôle" total des troupes progouvernementales, a dit Abdel Salam al Shehi, commandant émirati des forces de la coalition au Yémen, dans une vidéo postée par l'agence officielle des Emirats, WAM. "Aujourd'hui, l'aéroport de Hodeida a été libéré grâce aux +Brigades des Géants+ et au soutien de la coalition", a déclaré ce commandant. Les Emirats apportent un soutien essentiel au sol aux forces yéménites hétéroclites impliquées dans l'offensive de Hodeida. Les "Brigades des Géants" sont une ancienne unité d'élite de l'armée yéménite remise sur pied par les Émirats et renforcée par des milliers de combattants du sud du Yémen. Hodeida, ville de 600.000 habitants sur la mer Rouge, est le principal point d'entrée des importations et de l'aide humanitaire au Yémen, pays pauvre et en guerre depuis 2015. La coalition affirme que Hodeida est aussi un point de départ pour des attaques rebelles contre des navires et le lieu par lequel l'Iran livrerait des armes aux Houthis, ce que Téhéran dément.
Catégories: Actualités

"Erdogan va-t-il desserrer son étau?"

mer, 06/20/2018 - 09:04
Dans la presse, ce mercredi 20 juin, la décision des Etats-Unis de quitter le Conseil des droits de l’homme de l’ONU. Un plaidoyer en faveur des migrants et des réfugiés. Les élections de dimanche en Turquie. Et un coup de ciseaux pour Neymar.
Catégories: Actualités

Bensimon: une histoire de frères, de mode, de voyages et de tennis

mer, 06/20/2018 - 09:00
Deux frères qui habitent le même immeuble, qui partent en vacances ensemble et qui ont créé une marque dont le modèle emblématique - la célèbre chaussure en toile - fête ses 40 ans cette année: Yves et Serge Bensimon se distinguent dans le milieu de la mode. C'est vrai, raconte à l'AFP Yves, yeux clairs rieurs et barbe de trois jours poivre et sel, "nous sommes un peu particuliers, Serge et moi". Son grand frère renchérit: "dès le départ, on a décidé de ne pas faire comme les autres". Point d'égo surdimensionné chez les frangins nés à Oran (Algérie) d'une mère vendeuse et d'un père commerçant, dont l'adolescence s'est déroulée au soleil de Nice, près d'une grand-mère couturière à domicile. "On la chance d'avoir été bien élevés, chacun a su rester à sa place", souligne Yves, 61 ans, rencontré au siège de l'enseigne, près du canal Saint-Martin à Paris. A Serge, le stylisme, le marketing et la création et à Yves, la gestion, les cordons de la bourse et un sens du commerce chevillé au corps, au point d'avoir été l'un des pionniers de l'ouverture des commerces le dimanche, depuis leur premier magasin du Marais, avant que le quartier ne devienne branché. Et pourtant rien ne les prédestinait à devenir les chefs d'une entreprise de 230 salariés: Serge, passionné de moto, a même fait des études de mécanique! "Mais comme on n'était pas bons à l'école, on a décidé d'être les premiers ailleurs", confie-t-il malicieusement. Une histoire de famille qui dure, sans dispute, assurent-ils: "c'est rare de réussir à conserver une vision commune malgré le temps", confirme à l'AFP Serge Carreira, maître de conférences à Sciences Po, spécialiste de la mode et du luxe. - Tennis emblématiques - Et c'est vrai que la tennis Bensimon a traversé les époques, chaussant plusieurs générations: "le propre d'un produit +iconique+, c'est d'être installé dans la mémoire collective", souligne l'expert. En réussissant à la sortir des salles de gym pour en faire un modèle "multi-usage", les Bensimon ont inventé un concept toujours d'actualité, qui se réinvente tous les ans grâce à des collaborations avec des marques ou des stylistes, explique M. Carreira. A l'origine, les fameuses tennis, toujours fabriquées en Slovaquie par le même fournisseur depuis 40 ans, provenaient d'un stock de l'armée, racheté par le père d'Yves et Serge, propriétaire d'un magasin spécialisé dans les surplus militaires au Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne). Yves a l'idée de les teindre car "dès le début, (sa) touche, ce sera la couleur": c'est un succès tel que les plus grandes stars de l'époque les portent, comme Jane Birkin ou Brigitte Bardot. Quand on lui demande si ces années ont passé vite, Serge, dont la passion pour les voyages imprègne l'ADN de la marque, le concède: "on est un peu fier du travail qu'on a fait". Même lorsque la société, toujours détenue à égalité par les frères Bensimon et au chiffre d'affaires de 35 millions d'euros en 2017, stable sur un an, a connu des "périodes difficiles", confie Yves pudiquement. - Quelle succession? - Selon Serge, 65 ans, haute stature et regard doux des grands timides, la marque plaît car elle est "hors mode, hors tendance", en choisissant de ne pas vendre du noir par exemple. Si on entre chez Bensimon par la chaussure, on y retourne pour les vêtements, les sacs et les objets de déco, rapportés lors des nombreux voyages de Serge et vendus dans l'un des 54 magasins "Home autour du monde". Les Bensimon ont apporté une "autre" vision, en faisant reposer leur marque non sur un style mais "sur un mode de vie, une attitude plus qu'un look", alliant pratique et confort, explique M. Carreira. Et c'est cet état d'esprit, ouvert à la "dimension créative qui l'entoure", qui a permis la pérennité de la maison, ajoute l'expert. Au moment de passer la main, et même s'ils fourmillent encore d'idées, comme une rétrospective de la marque au printemps 2019, les deux frères se disent "prêts", mais conscients de la difficulté de trouver un partenaire de confiance. Yves a bien un fils de 35 ans, en charge de la logistique au sein de la société, mais pour son père, "il est compliqué de transmettre cette affaire: elle est +incarnée+ et repose sur deux fortes personnalités".
Catégories: Actualités

FR NW SOT BERGER u CNEWS

mer, 06/20/2018 - 08:59
2018-06-20 09:02 FR NW SOT BERGER u CNEWS
Catégories: Actualités

JO: :l'important, c'est de participer: les Féroé veulent être une nation olympique

mer, 06/20/2018 - 08:57
À Londres puis à Rio, Pál Joensen a défendu les couleurs d'un pays qui n'était pas vraiment le sien, une déchirure pour ce nageur désormais engagé pour que les Féroé, îles isolées de l'Atlantique Nord, deviennent une nation olympique. Déjà membres du comité international paralympique, de la Fifa et de plusieurs autres fédérations internationales, ces îles autonomes férues de sport militent depuis une quarantaine d'années pour obtenir le droit de concourir aux JO séparément du Danemark, la puissance de tutelle. Pour Pál Joensen, natif de l'archipel, la participation aux JO de 2012 et 2016 a été un "casse-tête bizarre": rester fidèle à ses racines et faire l'impasse sur les Jeux ou y prendre part mais sous une bannière danoise quasi étrangère pour lui? "Le Danemark, ce n'est pas ça que j'ai envie de représenter en mon for intérieur", explique le nageur de 27 ans, quadruple vice-champion d'Europe pour les Féroé -- parce que la natation est une discipline où le territoire est internationalement reconnu. "Représenter les îles Féroé m'a toujours apporté une immense fierté. Quand soudain vous ne pouvez pas le faire, cela sème le trouble émotionnellement", confie-t-il à l'AFP en marge d'une compétition d'aviron, le sport national féringien, à Klaksvík, la deuxième ville de l'archipel. - La charte olympique comme obstacle - Avec l'appui d'une agence londonienne, les Féringiens ont lancé une campagne olympique qui semble faire consensus parmi la population, au-delà des clivages entre partisans et opposants à l'indépendance totale vis-à-vis du Danemark. "Je suis moi-même unioniste et je peux dire qu'on soutient cela de tout c?ur. Ce n'est pas un combat entre le Danemark et nous", assure la ministre de la Culture et des Sports, Rigmor Dam. Mais "nous sommes culturellement et sportivement indépendants du Danemark: nous avons notre propre langue, notre propre culture, notre propre histoire et... notre propre sport", précise-t-elle. Les résistances ne viennent pas nécessairement d'où l'on croit: tant le gouvernement que le comité national olympique danois se sont rangés derrière les aspirations des Féroé. C'est la charte du Comité international olympique (CIO) qui pose problème. Depuis une modification en 1996 --postérieure aux premières approches féringiennes--, celle-ci requiert d'être "un État indépendant reconnu par la communauté internationale" même si des territoires comme les îles Vierges britanniques ou Porto Rico ont été admis avant ce changement. Dans un courriel à l'AFP, le CIO répète ne pouvoir reconnaître un comité national olympique féringien "à l'aune des règles actuelles de la charte olympique et du statut actuel des îles Féroé". Le ballon rond montre que les équipes lilliputiennes peuvent mériter leur place dans le concert des grandes nations sportives. Après leur admission au sein de la Fifa en 1988, les Féroé ont marqué les esprits en battant des équipes comme l'Autriche et la Grèce (deux fois). "Le football aux îles Féroé a énormément bénéficié de la reconnaissance de la Fifa. Cela donnerait un coup de fouet à tous les sports si nous obtenions la reconnaissance olympique que nous méritons", affirme le capitaine de l'actuelle sélection, Atli Gregersen. "Vous voyez le drapeau, vous chantez l'hymne national, vous êtes si fier que votre niveau augmente de 400%", assure-t-il. - Revenir à 'l'esprit olympique' - Plus d'un tiers des 50.000 Féringiens sont licenciés d'un club de sport mais, Copenhague étant à plus de deux heures d'avion, les îliens sont généralement condamnés à concourir en vase clos. Seuls deux d'entre eux ont un jour disputé des Olympiades au sein de la délégation danoise. De jeunes athlètes, dit-on, mettent prématurément fin à leur carrière, faute de perspectives de pouvoir un jour représenter leur nation au plus haut niveau. Du haut de ses 17 ans, la nageuse Signhild Joensen est déjà descendue en dessous des temps de qualification attendus pour participer aux JO de Tokyo en 2020. "Je suis des îles Féroé et je veux montrer au monde d'où je viens, montrer mon drapeau", dit-elle. "Aller aux JO ne serait pas la même chose si c'était dans l'équipe danoise". Vice-président de la campagne olympique, Jon Hestoy appelle le CIO à revenir aux fondamentaux. "Allez, appliquez l'esprit olympique: participons, faisons du sport!", clame-t-il. "Nos résultats seraient probablement abominables mais la seule chose qui me tient à c?ur, c'est que, quand les athlètes féringiens entrent sur le stade, il y ait un signe +îles Féroé+ devant eux".
Catégories: Actualités

Pour son 20e anniversaire, Solidays met à l'honneur ses bénévoles

mer, 06/20/2018 - 08:57
Guetta, Bigflo & Oli et Jain mais aussi Paulin et Yann, sans qui Solidays n'existerait pas: pour ses 20 ans, l'emblématique festival solidaire, qui se tient de vendredi à dimanche à Paris, met à l'honneur ses 2.400 bénévoles. Sombreros sur les têtes et sourires sur les visages, une cinquantaine de bénévoles sont à pied d??uvre depuis quelques jours sur les pelouses de l'hippodrome de Longchamp, pour que tout soit prêt pour accueillir les quelque 200.000 festivaliers attendus pendant trois jours. La plupart ont moins de trente ans, campent sur le site et travaillent huit heures par jour pour délimiter les espaces, disposer des palettes pour créer tables et chaises autour d'un bar, entre autres. Sur l'ensemble du festival, du montage au démontage en passant par l'accueil et la prise en charge des spectateurs, ils seront 2.400 bénévoles mobilisés. "Je ne raterai une édition pour rien au monde", s'exclame Paulin Kangni, 38 ans, qui participe pour la cinquième fois. Cet ancien animateur prévention de lutte contre le sida à Lomé, au Togo, a découvert Solidays il y a sept ans, alors qu'il était invité sur le village des associations, l'un des c?urs actifs du festival. Sont invités tous les ans une vingtaine de partenaires de pays du Sud, dont une partie des programmes d'aide aux malades est financée par Solidarité Sida, l'association organisatrice. Depuis sa création en 1999, Solidays a récolté plus de 25 millions d'euros en faveur de la lutte contre le sida, et soutenu près de 2.200 programmes dans 42 pays. "A Solidays, j'ai découvert une grande famille, une générosité incroyable, un enthousiasme sans limite que je n'avais jamais vu ailleurs", explique Paulin, qui depuis cinq ans vit en Bretagne où il travaille comme intérimaire. Pour Luc Barruet, cofondateur de Solidarité Sida et directeur du plus grand festival francilien, "ce sont les bénévoles qui portent ce festival depuis 20 ans". - Record d'affluence? - Pour leur rendre hommage, le festival proposera "notamment une exposition-photo sur les bénévoles qui ont fait le montage en 2016 dans des conditions absolument apocalyptiques, sous les orages et des pluies diluviennes." Ce rendez-vous annuel a "fait naître de nombreuses vocations chez ces jeunes", assure Luc Barruet. "Je connais des dizaines et des dizaines d'anciens bénévoles qui aujourd'hui ont une carrière dans le social, l'humanitaire ou la santé grâce à Solidays". A l'image de Yann, 25 ans, bénévole pour la deuxième année consécutive: "Solidays m'a ouvert d'autres horizons, aujourd'hui j'ai envie de travailler pour quelque chose qui a du sens, dans le monde associatif par exemple." Cette année, ces bénévoles vont recevoir le renfort de quelques personnalités pour servir au bar ou vendre des tee-shirts: "Vous pourrez retrouver des comédiens, des animateurs, des sportifs ou encore les parrains de l'association Antoine de Caunes, Mc Solar et Claudia Tagbo", annonce le directeur fondateur, qui garde toutefois le suspense sur les autres célébrités enrôlées. Les stars musicales, elles, sont connues. Vendredi, le rappeur français Nekfeu, le groupe Bagarre ou la chanteuse Jain ouvrent le bal. Samedi et dimanche, Amadou & Mariam, David Guetta, Roméo Elvis, Bigflo & Oli, L'impératrice, Juliette Armanet, Niska ou encore Two Door Cinema Club suivront sur les neuf scènes de l'hippodrome. "Il y a beaucoup d'artistes qui voulaient participer aux 20 ans de Solidays, c'était important pour eux d'être présents pour cet anniversaire symbolique", selon Luc Barruet. Et si l'année dernière la fréquentation du festival était en baisse - notamment en raison de l'offre de plus en plus importante en festivals à Paris - l'édition 2018 pourrait battre un record d'affluence. Quelques billets (allant de 40 à 99 euros) seront remis en vente sur le site du festival vendredi à partir de 10h.
Catégories: Actualités

LE DECRYPTAGE

mer, 06/20/2018 - 08:53
Les chroniqueurs de France 24 analysent et décryptent le fait marquant du jour dans l''actualité internationale.
Catégories: Actualités

Dons d'organes: les mots pour le dire

mer, 06/20/2018 - 08:50
Comment parler du don d'organes aux proches d'un défunt encore sous le choc? Comment être sûr que sa volonté sera respectée? Première étape d'une greffe, l'entretien des médecins avec la famille du donneur est un moment chargé d'émotion. "Après l'annonce de la mort, on laisse un temps aux proches, puis on les revoit dans l'heure qui suit. C'est là qu'on leur explique que le défunt pourrait donner ses organes", explique l'anesthésiste-réanimateur Stanislas Kandelman, avant la Journée nationale de réflexion sur le don d'organes vendredi. "Il faut faire passer trois informations à ces gens sidérés et émus par un décès: le défunt peut participer au don d'organes, la finalité est la greffe et la décision qui sera prise repose sur son souhait", raconte le docteur Kandelman, chargé de la coordination des prélèvements à l'hôpital Beaujon de Clichy. Le principe légal qui guide le don d'organes est le "consentement présumé": chacun est un donneur potentiel, sauf s'il a exprimé son refus de son vivant (en le disant à ses proches ou en s'inscrivant sur un registre). Quand un donneur potentiel est identifié, l'équipe médicale consulte le registre national des refus qui contient 300.000 noms. L'entretien avec les proches n'a lieu que si le défunt n'y était pas inscrit. Dans les cas les plus simples, le défunt avait exprimé sa volonté à sa famille, qui en fait part durant l'entretien. S'il ne souhaitait pas donner ses organes, ses proches doivent le stipuler par écrit. "Mais trop souvent, on nous dit +On ne parlait pas de ça chez nous+. Alors on aborde la question du consentement présumé", poursuit le docteur Kandelman. Il faut prendre le temps de parler pour tenter de savoir quelle était la position du défunt, mais il ne s'agit pas de demander l'autorisation des proches. Pas question pour autant de leur mettre la pression. - Donner du sens - "Le but n'est pas de culpabiliser les gens (...) Cela peut laisser des traumatismes", souligne le professeur Olivier Bastien, responsable du prélèvement et des greffes à l'Agence de la biomédecine. Le choix des mots est crucial. "On parle de +don d'organes+ et pas de +prélèvement+, qui a un côté clinique, passif", selon le docteur Kandelman. De même, lors de l'annonce du décès, "le terme +mort+ doit être prononcé, et pas +mort cérébrale+ qui est difficile à comprendre". "Parfois, on nous demande quels organes pourraient être donnés. L'écueil, c'est de tomber dans un inventaire à la Prévert en énumérant le coeur, les reins etc. de façon trop technique", ajoute-t-il. Le don d'organes est régi par la loi de bioéthique, qui sera examinée par le Parlement cet automne pour une révision au premier semestre 2019. Certains voudraient remplacer le registre des refus par un registre inverse, sur lequel il faudrait s'inscrire de son vivant pour être donneur. "Les pays qui ont un registre du +oui+ ont des taux de prélèvement plus faibles", objecte le professeur Bastien. "Certains sont même en train de changer de position, comme les Pays-Bas ou le pays de Galles". D'autres, comme Singapour, ont opté pour une solution plus radicale: si on refuse d'être donneur, on est placé en fin de liste si on a un jour besoin d'une greffe. Impensable en France, où près de 5.500 greffes à partir de donneurs décédés ont été réalisées l'an dernier (sur 6.100 au total, en comptant les donneurs vivants). Le don est anonyme, le receveur et la famille du donneur ne peuvent pas entrer directement en contact. En 2017, 23.828 patients ont été en attente d'un organe. "Parfois, pour les proches, le don donne du sens à un décès", note Joanne Bombré, infirmière de coordination des prélèvements à Beaujon. "J'ai eu le cas d'une mère de donneur qui, pendant 10 ans, nous a appelés tous les ans à la date anniversaire pour prendre des nouvelles du receveur".
Catégories: Actualités

Yémen: l'aéroport de Hodeida sous "contrôle total" des forces progouvernementales

mer, 06/20/2018 - 08:49
Les forces progouvernementales yéménites ont repris le "contrôle total" de l'aéroport de Hodeida, a annoncé mercredi la coalition emmenée par l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, après une semaine d'une offensive visant à reprendre cette ville stratégique aux rebelles Houthis. "L'aéroport (de Hodeida) a été complètement +nettoyé+ (de la présence des rebelles) et il est sous le contrôle total" des troupes progouvernementales, a dit Abdel Salam al Shehi, commandant émirati des forces de la coalition au Yémen, dans une vidéo postée par l'agence officielle des Emirats, WAM.
Catégories: Actualités

L''INVITE DU JOUR

mer, 06/20/2018 - 08:48
Un expert analyse les développements d''un grand titre de l''actualité.
Catégories: Actualités

Plastic Odyssey, un projet de catamaran carburant aux déchets plastiques

mer, 06/20/2018 - 08:47
Lutter contre la pollution des océans en faisant le tour du monde sur un catamaran propulsé grâce aux déchets plastiques: c'est le défi du projet Plastic Odyssey, qui vient de mettre son prototype à l'eau. Baptisé "Ulysse", le bateau démonstrateur de 6 mètres de long inauguré il y a quelques jours à Concarneau en Bretagne (ouest de la France) préfigure un catamaran de 25 mètres censé prendre la mer en mars 2020. "Un projet extraordinaire", a salué la secrétaire d'État française à la Transition Écologique Brune Poirson, en baptisant le bateau vendredi. "Vous êtes l'économie de demain", a-t-elle ajouté à l'intention des quatre jeunes hommes de 24 à 30 ans à l'origine du projet. L'idée est née il y a quelques années, à Dakar, au Sénégal, raconte Simon Bernard, 27 ans, officier de la marine marchande. "On a vu du plastique partout et des gens qui cherchaient un petit boulot pour survivre. On s'est dit qu'il fallait rendre le recyclage plus accessible", explique-t-il. Le but d'"Ulysse" n'est pas de nettoyer les océans, déjà largement pollués par le plastique. En effet, "une fois en mer, il est trop tard: seulement 1% des déchets plastiques flottent à la surface", soulignent ses concepteurs. "Les 99% restants se décomposent en microparticules et tapissent les fonds marins". "Alors, comment on fait pour que le plastique n'arrive pas dans l'océan ? Il faut couper le robinet", souligne le leader de l'expédition. D'où l'idée d'un bateau qui, à travers un périple de trois ans et 33 étapes, va avant tout sensibiliser les populations à la réutilisation, au tri et au recyclage du plastique, en proposant notamment des machines libres de droit pour créer des objets à partir de déchets. Selon l'ONU, seulement 9% des neuf milliards de tonnes de plastique que le monde a produites ont été recyclées et 12% ont été incinérées. Le reste a fini dans les décharges, les océans, les canalisations, où il mettra des milliers d'années à se décomposer totalement. Si les modes de consommation actuels et les pratiques de gestion des déchets se poursuivent, on comptera environ 12 milliards de tonnes de déchets plastiques dans les décharges et dans l'environnement à l'horizon 2050, estime l'ONU. - "Couteau suisse du recyclage" - "L'objectif est de fournir une sorte de couteau suisse du recyclage" à des prix accessibles pour les pays émergents, explique Simon Bernard, en présentant broyeur, compresseur, extrudeuse et capteur de tri, qui seront proposés en Afrique, Asie et Amérique latine, d'où vient l'essentiel du plastique déversé dans l'océan. "Il faut des modèles économiques viables pour que ces machines ne restent pas dans un garage", explique-t-il. Le plastique qui ne peut pas être recyclé sera transformé en carburant grâce à la "pyrolyse plastique" et alimentera ainsi le catamaran pour la suite de son odyssée. Construit notamment pour tester ce système de plastique-carburant, le démonstrateur Ulysse est d'ailleurs "le premier bateau au monde à avancer aux déchets plastiques", selon ses concepteurs. Le prototype a une capacité de 5 kg/heure de plastique traité, pour une production de 3 litres de diesel et 2 litres d'essence maximum. "On ne fait pas la promotion de la pyrolyse comme le fleuron de notre expédition mais on est convaincu qu'il y a un marché à développer", souligne Benjamin de Molliens, responsable "partenariats" de l'expédition. Selon lui, le prix du "plastique-carburant" devrait être "compétitif voire moins cher que le prix à la pompe" dans des pays comme le Mozambique ou le Sénégal. Le projet, d'un coût total de 11 millions d'euros, a été dans sa phase initiale financé grâce à des sponsors privés (Clarins, Crédit Agricole, Veolia, etc). Mais les fonds ne sont pas encore réunis pour la construction du bateau, supposée commencer au mois de septembre. "Le plus dur, c'est de démarrer. Maintenant, on est sur notre lancée", affirme Simon Bernard. "On commence à avoir des gens qui nous contactent du monde entier: des entrepreneurs africains, un chercheur du Costa Rica..." Prochaine étape: un tour de France avec le prototype afin de promouvoir le projet et trouver des financements.
Catégories: Actualités

L'Ina lance une chaîne sur Molotov

mer, 06/20/2018 - 08:47
Découvrir ou revoir des moments cultes de la télévision, mettre l'actualité en perspective grâce à des vidéos archives: c'est ce que propose l'Institut national de l'audiovisuel (Ina) en lançant une chaîne sur Molotov, application qui permet de regarder la télévision en ligne. Lancée mercredi, cette nouvelle offre proposera deux rubriques alimentées chaque jour par les équipes de l'Ina, une première étape gratuite avant une utilisation plus poussée des archives de l'Ina sur Molotov. "Molotov propose la meilleure expérience utilisateur de ce qui se fait aujourd'hui" pour regarder la télévision, estime Laurent Vallet, PDG de l'Ina, expliquant à l'AFP qu'il travaille sur ce partenariat depuis deux ans. Cette alliance "permet d'ancrer Molotov dans le monde de la télévision, car le monde de la télévision c'est aussi son histoire", se félicite pour sa part Jean-David Blanc, PDG de Molotov. L'institut cherche depuis quelques années à mieux exposer ses archives, en mettant à disposition des extraits via les réseaux sociaux, son propre site, son offre de SVOD payante Ina Premium et éventuellement prochainement Salto, la nouvelle offre de vidéos de France Télévisions, TF1 et M6, indique Laurent Vallet. Les rubriques lancées sur Molotov sont "Moments cultes de la télé" (lapsus de politiques, play-back ratés, fous-rires, moments de grâce et de clash ...) et "A la une", qui proposera des vidéos d'archives en lien avec l'actualité ou reviendra sur des moments historiques et médiatiques dont le jour de diffusion de la vidéo marquera l'anniversaire. "Au fur et à mesure, on enrichira les rubriques. On pourrait par exemple, recréer la télévision de son enfance en entrant sa date de naissance et en ayant accès aux programmes qui passaient à l'époque", projette Jean-David Blanc. "On envisage aussi d'enrichir les contenus biographiques de Molotov (l'application permet de suivre des personnalités pour accéder aux programmes où elles apparaissent, ndlr). Si on arrive à mettre en place les contenus de l'Ina, on donnera une profondeur, une troisième dimension à l'expérience de télé augmentée proposée par Molotov", complète Laurent Vallet. L'Ina espère à terme proposer une offre payante aux 5,5 millions d'utilisateurs de Molotov. Laurent Vallet estime qu'elle ne parasiterait pas Ina Premium qui est "une offre de niche".
Catégories: Actualités

FR NW PKG V2 ETATS UNIS TRUMP ALTERCATION 7H30

mer, 06/20/2018 - 08:44
Donald Trump pris à parti dans les couloirs du capitole ..UPSOUND: Congressman Juan Vargas, Democrat from southern California à la sortiecessez de separer les enfants ils séparent les enfants!vous avez des enfants pourtant Monsieur le Président ?"vous avez des enfants?Plusieurs représentants démocrates écoeurés par la politique migratoire de tolerance zero du président americain : depuis début mai les clandestins franchissant la frontière sont systematiquement arrêtés, séparés de leurs enfants qui sont placés ds des centres de rétention...des images d''enfants en larmes ont indigné le paysDEMOCRATIC U.S. HOUSE REPRESENTATIVE FOR NEW MEXICO, MICHELLE LUJAN GRISHAM"TRump traumatise son pays, il traumatise des enfants il traumatises des famillesce n''est rien d autre que de la maltraitance sur enfants générée intentionellement par le président des etats unis. cela doit cesser"Pas de quoi décontenancer Donald Trump. qui justifie sa politique par la nécessité d''appliquer la loi. Sous Barack Obama, les autorités faisaient preuve de souplesse , et relâchaient les migrants accompagnés de mineurs pour éviter les séparations. U.S. PRESIDENT DONALD TRUMP à la sortie de la reunion"la reunion s''est bien passé. les lois en vigueur sont violées depuis des années, des décennies..elle s''est bien passé. même constat chez la plupart des républciainsdes voix dissonantes il y en a au sein du patti mais a la sortie de l areunion c est l unité qui semblait primersot républciain Rep. Steve Scalise, (R) Louisiana:"le président a fait du bon travail en nous expliquant la loi qu il veut faire passer..une loi qui règle le probleme de la sécurité frontaliere, qui fait en sorte qu''il y ait assez d argent pr la construction du mur et qui réunit les familles...."Donald Trump espère maintenir l''ordre ds sa famille politique et ne pas décevori ses electeurs.Le parti républicain joue sa majorité au congrès lors des élections de mi mandat en novembre prochain
Catégories: Actualités

Kim Jong Un loue "l'unité" avec la Chine lors de sa nouvelle visite

mer, 06/20/2018 - 08:42
Kim Jong Un a célébré son "unité" inébranlable avec la Chine lors de sa troisième visite en trois mois chez son grand voisin, soucieux de ses velléités de rapprochement avec l'Amérique de Donald Trump après le sommet historique de Singapour. Cette visite de deux jours, qui s'achève mercredi, vise à envoyer un message clair: non, Pyongyang ne négligera pas les intérêts chinois, même en cas de lune de miel diplomatique avec le président américain. Il s'agit d'un numéro d'équilibriste pour le jeune Kim, qui ambitionne de développer des relations apaisées avec les Etats-Unis tout en préservant ses liens historiques avec la Chine, de loin son premier partenaire économique et diplomatique. Tout comme Washington, Pékin espère voir une péninsule coréenne dénucléarisée. Mais la Chine craint que le rapprochement américano-nord-coréen se fasse à ses dépens: un scénario qui menacerait ses intérêts économiques et sécuritaires dans la région. Si la Chine n'était pas représentée lors du sommet entre Kim Jong Un et Donald Trump le 12 juin à Singapour, elle a prêté au dirigeant nord-coréen un avion pour rejoindre la cité-Etat. Un signe qu'elle conserve une influence déterminante. Chinois et Nord-Coréens sont alliés depuis qu'ils ont combattu côte-à-côte lors de la guerre de Corée (1950-1953). Mais l'application par la Chine des sanctions de l'ONU destinées à convaincre Pyongyang d'abandonner son programme nucléaire ont tendu les relations, que les deux pays s'efforcent désormais de réchauffer. - Garde d'honneur - Fin mars, Kim Jong Un avait ainsi effectué à Pékin son premier déplacement à l'étranger depuis son arrivée au pouvoir fin 2011, avant un second voyage en mai dans la ville portuaire de Dalian (nord-est de la Chine). Le programme du jeune dirigeant pour mercredi n'a pas été rendu public. Durant son entretien mardi avec Xi Jinping, il a remercié la Chine pour "son soutien positif et sincère et son aide pour le fructueux" sommet de Singapour, selon l'agence officielle nord-coréenne KCNA. Kim Jong Un, accueilli par une garde d'honneur militaire au monumental Palais du peuple à Pékin, a salué "la coopération stratégique qui s'est renforcée récemment" entre les deux pays. "Il a exprimé sa détermination et sa volonté de développer davantage les relations étroites d'amitié, d'unité et de coopération", selon KCNA. M. Kim a également évoqué la "perspective d'une dénucléarisation de la péninsule coréenne". Xi Jinping a lui appelé la Corée du Nord et les Etats-Unis à "concrétiser" l'accord obtenu à Singapour. Et a assuré que la Chine continuera à jouer "un rôle constructif" dans le dossier nucléaire. Les médias officiels des deux pays n'ont cependant pas indiqué si MM. Xi et Kim avaient discuté de l'éventualité d'une levée des sanctions de l'ONU. - 'Terrain d'entente' - Mais Shin Bum-cheol, chercheur à l'Asan Institute for Policy Studies, un centre de réflexion basé à Séoul, estime que les deux dirigeants ont certainement trouvé un "terrain d'entente" après le sommet de Singapour. La Corée du Nord est "une carte importante à jouer" pour la Chine dans ses négociations avec les Etats-Unis alors que se profile une potentielle guerre commerciale entre Pékin et Washington, assure par ailleurs M. Shin à l'AFP. "Pour le Nord, (cette visite) sert aussi à montrer au monde, et tout particulièrement aux Américains, que Pékin pourra compter sur le soutien de Pyongyang si jamais les relations entre le Nord et les Etats-Unis se dégradent", souligne-t-il. De hauts responsables nord-coréens se sont également rendus en Chine récemment afin de se renseigner sur ses réformes économiques. Un autre signe de la dépendance économique de Pyongyang vis-à-vis de son voisin. "Nous sommes heureux de voir que (la Corée du Nord) a pris la décision majeure de mettre l'accent sur la construction de son économie", a déclaré mardi Xi Jinping à Kim Jong Un, selon l'agence officielle Chine nouvelle. La Chine a indiqué l'an passé que le Conseil de sécurité de l'ONU pourrait envisager un allègement des sanctions visant Pyongyang.
Catégories: Actualités

FR NW PKG FR3 USA : LA FIN DES POURBOIRES DES SERVEURS ?

mer, 06/20/2018 - 08:30
Ces serveurs se sont mobilisés en faveur du non.... En vain... Malgré leurs réticences, les électeurs de Washington ont approuvé dans la nuit le principe d''un salaire minimum pour les employés de la restauration... D''ici 2025, ils seront payés 15 dollars de l''heure, l''équivalent de 13 euros... DLSVOX POP"Les pourboires dépassent largement le revenu qui est proposé. Alors si vous travaillez dur, si les gens apprécient votre service, vous vous en sortez très bien"Jusqu''à présent, les serveurs dans les restaurants et les bars de Washington avaient un salaire fixe très bas de 3 euros de l''heure. Mais avec les pourboires - habituellement entre 15 et 20% de la note - ce salaire pouvait atteindre 23 euros de l''heure en moyenne. DLSComme leurs employés, les restaurateurs s''inquiètent... VOX POP"Cela aura un impact sur l''économie, ça va faire monter les prix, faire grimper le coût de la main d''oeuvre et entraîner des licenciements. Nos marges dans la restauration sont déjà très faible."Les clients, eux, sont moins catégorique...La pratique est bien trop ancré dans la culture américaine pour disparaître...VOX POP"C''est bien d''augmenter leur salaire. Et je suis sûre que les gens vont continuer à donner des pourboires""C''est une grande tradition dans ce pays de donner un pourboire, alors je suis sûre qu''on continuera à le faire. Pour beaucoup d''américains, le système du pourboire est la garantie aussi d''un meilleur service.
Catégories: Actualités

Camille Combal va animer "Danse avec les stars" sur TF1

mer, 06/20/2018 - 08:22
L?ancien chroniqueur de "Touche pas à mon poste" sur C8, Camille Combal, rejoint la chaîne TF1 sur laquelle il présentera l'émission "Danse avec les stars"? annonce le Parisien publié mercredi. "C?est signé. Camille Combal va rejoindre TF1 à la rentrée. Après plusieurs semaines de négociations, l?ancien chroniqueur de +Touche pas à mon poste+ sur C8 a trouvé un accord avec la Une. Il y présentera la prochaine saison de +Danse avec les stars+", écrit le quotidien. Ce programme phare était animé par Sandrine Quétier -qui a quitté la chaîne récemment- accompagnée d?autres vedettes de la Une à tour de rôle, rappelle le journal qui précise que l'animateur avait également reçu une proposition du groupe M6. "L'aventure +TPMP+ va prendre fin pour moi en juin. (...) Je pense qu'il faut se renouveler", avait déclaré en avril Camille Combal, 36 ans, qui est également aux commandes de la matinale de la radio Virgin après être passé par Fun Radio, NRJ mais aussi les chaînes W9, NRJ 12, M6. Et C8 où il a animé plusieurs émissions. Il continue la matinale sur Virgin. "J'avais envie d'essayer de nouvelles choses, j'en ai toujours envie et j'espère qu'elles plairont aux gens", avait-il ajouté.
Catégories: Actualités

Plus d'un salarié sur deux en situation de "fragilité" professionnelle ou personnelle

mer, 06/20/2018 - 08:20
Difficulté financière, maladie, conditions de travail éprouvantes... Plus d'un salarié sur deux (56%) est en situation de "fragilité" professionnelle ou personnelle, une situation qui pèse sur leur engagement au travail selon quatre dirigeants sur dix, dévoile mercredi une étude de Malakoff Médéric. Les salariés sont 37% à déclarer connaître une situation de "fragilité personnelle", principalement une grande difficulté financière (14%), une situation d'aidant (9%), une maladie grave ou un deuil récent (8%). Une proportion équivalente se déclare dans une situation de "fragilité professionnelle", en majorité à cause de conditions de travail physiques ou psychiques éprouvantes (31%), une perte de sens et un sentiment fort de déshumanisation du travail (23%), ou une grande difficulté à concilier vie personnelle et professionnelle (11%). Toutefois, du point de vue "du salarié, mais également de l'entreprise et des partenaires sociaux, il y a de moins en moins de frontières (...) entre les fragilités dites personnelles et professionnelles", a commenté à l'AFP Christophe Scherrer, directeur général délégué du groupe de protection sociale. Que 40% des dirigeants "fassent ce lien entre situation de fragilités" et productivité de l'entreprise, "c'est beaucoup", estime M. Scherrer, et cela crée "un mouvement qui va dans le sens d'une prise en charge globale", se félicite-t-il. Ainsi, 6 dirigeants sur 10 déclarent avoir mis en place une ou plusieurs actions, comme des avances sur salaire ou de frais (69%) ou l'aménagement du temps de travail (68%). Reste que dans la plupart des cas, les démarches engagées restent informelles, et seuls 35% des dirigeants déclarent mener des actions de prévention (26% des actions d'aide au retour à l'emploi). "L'avance sur salaire est une mesure plus souvent mise en ?uvre car elle est à la seule main de l'entreprise, elle ne nécessite pas un accompagnement extérieur", explique M. Scherrer. De plus, des freins existent toujours à cet accompagnement. Côté salariés, la peur d'être licenciés (45%) ou pénalisés dans leur évolution professionnelle (39%) peut les inciter à ne pas évoquer ces problèmes. Côté employeurs, la crainte de paraître intrusif est ressentie chez 50% des dirigeants. Cette étude a été réalisée entre mars et avril 2018 auprès de 300 dirigeants d'entreprises par téléphone, et de 1.580 salariés en ligne.
Catégories: Actualités

Golf: décès de l'Australien Peter Thomson, quintuple vainqueur du British

mer, 06/20/2018 - 08:11
Le golfeur australien Peter Thomson, qui a remporté à cinq reprises le British Open, un record dans l'ère moderne, est décédé mercredi à l'âge de 88 ans des suites de la maladie de Parkinson, a annoncé sa famille dans un communiqué. "Il souffrait de la maladie de Parkinson depuis plus de quatre ans et a perdu sa courageuse bataille à Melbourne, entouré de sa famille", indique le communiqué. Thomson a été le premier Australien à remporter l'Open britannique, l'un des quatre tournois Majeurs du circuit. Au total, il a remporté ce tournoi et son fameux trophée, le Claret Jug, à cinq reprises entre 1954 et 1965, dont trois fois consécutivement (1954, 1955, 1956). Seul l'Américain Tom Watson, à l'époque moderne, a égalé son record (entre 1975 et 1983). Alors qu'il a remporté des dizaines de tournois en Europe, en Australie et en Asie, il n'a joué que quelques saisons aux Etats-Unis, remportant l'Open du Texas en 1956. Mais il a participé plus régulièrement au circuit senior américain, gagnant neuf fois et établissant un record qui n'a jamais été égalé. Thomson a été président de l'Australian PGA pendant 32 ans. Il a également aidé à établir l'Asian Tour et a écrit pour des journaux et des magazines pendant 60 ans. Il était patron de l'Australian Golf Writers Association.
Catégories: Actualités

FOCUS

mer, 06/20/2018 - 08:10
Un reportage long format réalisé par les correspondants de France 24 est analysé en plateau.
Catégories: Actualités

Plus de 500 migrants débarquent d'un navire des gardes-côtes italiens en Sicile

mer, 06/20/2018 - 08:02
Plus de 500 migrants secourus en Méditerranée ont été acheminés en Sicile, mardi, par un navire des gardes-côtes italiens.
Catégories: Actualités

Pages