France 24 - L'info en continu

S'abonner à flux France 24 - L'info en continu France 24 - L'info en continu
Mis à jour : il y a 35 min 54 sec

Libye: trafic aérien toujours suspendu à l'aéroport de Mitiga après des combats

mar, 01/16/2018 - 14:15

Le trafic aérien était toujours suspendu mardi à l'aéroport de Mitiga, près de Tripoli, au lendemain de combats entre les forces de sécurité et un groupe armé qui ont fait au moins 20 morts, selon la direction de l'aéroport.

Tous les vols programmés depuis et vers Tripoli ont été détournés sur Misrata, une ville située à 200 kilomètres à l'est de la capitale, selon cette source.

"Tous les vols de mardi seront assurés par Libyan Airlines depuis et vers l'aéroport international de Misrata", a indiqué la direction de l'aéroport de Mitiga sur Facebook.

Lundi, un groupe armé a lancé une attaque contre Mitiga, une installation militaire qui est devenue l'unique plateforme aéroportuaire de Tripoli depuis que des combats en 2014 ont sérieusement endommagé l'aéroport international.

Les affrontements de lundi ont fait 20 morts et 63 blessés, selon le ministère de la Santé du gouvernement d'union nationale (GNA). L'identité de ces personnes décédées n'est pas connue.

Les assaillants cherchaient à libérer "des terroristes appartenant aux organisations Etat islamique (EI), Al-Qaïda et à d'autres groupes", détenus dans une prison sur le site de l'aéroport, a affirmé le GNA.

Les combats ont cessé mardi, ont rapporté des témoins, selon lesquels des barrages de sécurité étaient toujours visibles dans le secteur de l'aéroport.

Trois compagnies aériennes --Afriqiyah Airways, Buraq Air et Libyan Wings-- ont annoncé lundi la suspension de tout ou partie de leurs vols "jusqu?à nouvel ordre", après que certains de leurs appareils ont été touchés dans les combats.

"Nous regrettons de vous informer que la flotte d'Afriqiyah Airways, ses cinq appareils dont un avion-cargo, ont été considérablement touchés", a notamment indiqué la première dans un communiqué.

Malgré une amélioration de la sécurité à Tripoli ces derniers mois, des combats éclatent sporadiquement dans le secteur de l'aéroport de Mitiga. Il est au centre d'une lutte d'influence entre milices armées qui font la loi dans le pays plongé dans le chaos depuis la chute du dictateur Mouammar Kadhafi en 2011.

Le GNA a condamné une attaque "préméditée (...) qui visait la libération de terroristes appartenant aux organisations Etat islamique (EI) et Al-Qaïda".

La mission d'appui des Nations unies en Libye a elle rappelé "toutes les parties à Tripoli à leurs obligations morales et légales de protéger les civils (...) contre des attaques aveugles", dans un communiqué sur Twitter.

Catégories: Actualités

Paris-2024: Jusqu'où aller pour protéger la marque olympique et ses sponsors ?

mar, 01/16/2018 - 14:12

Olympique n'est pas un mot comme un autre. D'ici aux Jeux d'été de Paris-2024, le mouvement olympique français veut la protection la plus stricte pour sa marque, afin de rassurer les sponsors, indispensables au financement de l'événement.

"Si tout le monde peut utiliser le mot olympique comme il veut, à ce moment-là il ne peut plus y avoir de marketing", s'inquiète le président du Comité national olympique et sportif français (Cnosf), Denis Masseglia. Dans le viseur du patron du Cnosf, la loi "olympique" adoptée en première lecture en décembre à l'Assemblée nationale, qui ne donne pas suffisamment de garanties à ses yeux.

Pourtant, le Cnosf est déjà dépositaire en France des emblèmes comme les cinq anneaux, de la devise "Citius, Altius, Fortius" (plus vite, plus haut, plus fort) ou des termes "jeux Olympiques" et "Olympiade". Cela signifie que l'utilisation à des fins de promotion de ces éléments protégés sans autorisation peut être punie comme de la contrefaçon.

Après une longue bataille, le Cnosf avait obtenu la condamnation des magasins Leclerc à lui verser un million d'euros de dommages et intérêts en 2004. En cause, au moment des jeux d'Atlanta en 1996, la mention "transporteur officiel Olymprix" qui apparaissait sur les chariots des magasins, un cas de "marketing en embuscade". Concrètement, il s'agit de profiter de la notoriété et des valeurs positives de l'olympisme sans payer le prix d'un véritable sponsor.

Au comité olympique français, on indique avoir relevé pas moins de 750 cas autour de la période des Jeux de Rio 2016, dont la plus grande majorité se règlent sans aller au tribunal.

Quant aux clubs "olympiques" de très longue date, comme Marseille ou Lyon, s'ils peuvent garder leur appellation historique, des conventions avec le Cnosf encadrent leur droit à utiliser le terme, notamment pour leurs produits dérivés.

- "vocabulaire courant" -

Depuis Lausanne, c'est le Comité international olympique (CIO) qui veille au grain, via sa charte, qui délègue à chaque pays le soin de protéger ses symboles dans ses législations.

"Le CIO a créé une +commission des emblèmes+ dès les années 50 pour surveiller le contrôle des symboles olympiques", explique à l'AFP Dana Lee Ellis, maître-assistant à l'école de management du sport à l'université Laurentienne (Canada).

Le sujet a changé de dimension dans les années 80, avec la naissance du programme TOP, qui voit un petit nombre de grands groupes payer au prix fort leur exclusivité au niveau mondial.

"Le programme TOP est basé sur ce concept d'exclusivité: une seule société a le droit de profiter de la marque olympique par produit ou secteur d'activité. L'idée, c'est que sans une telle exclusivité, être un sponsor a moins de valeur", explique Dana Lee Ellis.

C'est justement ce qui inquiète l'olympisme français. Car à côté des sponsors mondiaux du CIO, il y a aussi les sponsors "domestiques" de Paris-2024, attendus à hauteur d'un milliard d'euros au moins, sur un budget d'organisation prévu de 3,8 milliards d'euros. Autant de partenaires indispensables dans le modèle économique des Jeux, mais qui ne mettront le prix qu'avec l'assurance que la "marque olympique" ne sera pas galvaudée.

Dans ce contexte, le projet de loi olympique adopté en première lecture à l'Assemblée en décembre prévoit d'ajouter les mots "olympique", "olympien(ne)" et "olympisme" dans le périmètre protégé, mais seulement "lorsqu'ils sont utilisés pour faire référence aux jeux Olympiques de l'ère moderne, à une compétition sportive ou à une pratique sportive". Une manière de ne pas offrir au Cnosf une propriété totale sur ces termes.

Car ces mots "font partie du vocabulaire courant" et peuvent s'appliquer "en dehors de tout contexte sportif", ont exposé les auteurs d'un amendement en ce sens, les députés LREM Pierre-Alain Raphan et Perrine Goulet. Et la rapporteure du projet de loi Aude Amadou (LREM) de citer "les Olympiades des métiers".

Mais avec un tel dispositif, "une marque de voiture pourra lancer une ligne +olympique+ trois ans avant les jeux sans être inquiétée", prévient-on au Cnosf, alors que Toyota figure parmi les TOP partenaires du CIO.

"Il va falloir faire de la pédagogie", explique Denis Masseglia.

Prochaine étape, la discussion du texte au Sénat, début février.

Catégories: Actualités

Pénicaud rénove les contrats aidés pour améliorer leur efficacité

mar, 01/16/2018 - 14:02

Le gouvernement, qui a réduit drastiquement le nombre de contrats aidés, a présenté mardi une version rénovée de ces dispositifs d'insertion professionnelle, avec l'objectif d'améliorer leur efficacité en matière de retour à l'emploi.

Muriel Pénicaud, ministre du Travail, a vanté une "transformation assez radicale des contrats aidés", qui doit mettre fin à un système qui produisait, selon elle, "emploi précaire sur emploi précaire". L'objectif est de permettre, en sortie de contrat, "un accès durable à l'emploi" à "plus de 50%" des bénéficiaires, contre seulement 26% aujourd'hui dans le secteur non marchand (Etat, collectivités, associations).

Si les contrats aidés sont rebaptisés "parcours emploi compétences" (PEC), leur base légale - le contrat d'accompagnement dans l'emploi (CUI-CAE) - ne change pas.

Pour obtenir de meilleurs résultats, la ministre mise sur une plus grande sélection des employeurs, comme le préconise un rapport du président du groupe SOS (économie sociale et solidaire), Jean-Marc Borello.

Avant d'accorder un PEC à un employeur, les préfets, l'administration du travail et Pôle emploi devront s'assurer qu'il s'engage à fournir un accompagnement et une formation à son employé. Pôle emploi devra par la suite contrôler cet engagement, notamment au cours d'un entretien de "bilan" organisé "un à trois mois" avant la fin du contrat.

Les contrats aidés prévoient déjà, en théorie, des mesures d'accompagnement et de formation mais, en pratique, elles sont peu mises en oeuvre. Cette fois, pour que les engagements ne restent pas lettre morte, ils seront "contractualisés" avec Pôle emploi avant le début du contrat.

En cas de manquement, "il y a de fortes chances que l'employeur n'ait plus accès au dispositif", a prévenu Jean-Marc Borello.

Son rapport préconise d'en finir avec la "politique du chiffre" pour entamer un "virage vers la qualité". Cette promesse est conforme au budget pour 2018, qui ne prescrit que 200.000 contrats aidés, après 320.000 en 2017 et 459.000 en 2016. Cette réduction de voilure, amorcée à l'été 2017, avait fortement inquiété les collectivités et le monde associatif.

- 'Obligation d'embauche' pas retenue -

"Il vaut mieux en faire 200.000 avec un taux d'insertion qui soit bien meilleur que faire du nombre pour faire diminuer artificiellement les chiffres du chômage", a déclaré Muriel Pénicaud.

Les contrats aidés ne pourront être signés que dans le secteur non marchand et seront d'une durée de neuf mois minimum.

Mme Pénicaud promet, en outre, de donner une "marge de manoeuvre aux préfets" pour piloter les dispositifs d'insertion professionnelle "en fonction des réalités du terrain".

Pour ce faire, la ministre a retenu une deuxième proposition de Jean-Marc Borello, la création d'un "fonds d'inclusion dans l'emploi", doté des 1,4 milliard d'euros initialement budgétés pour les contrats aidés (hors Education nationale) et les dispositifs d'insertion par l'activité économique (IAE). Ces derniers s'adressent à des personnes très éloignées de l?emploi en raison de difficultés particulières (âge, état de santé, précarité).

Jusqu'à présent, les préfets de régions devaient atteindre un nombre prédéterminé de bénéficiaires pour chaque dispositif. Désormais, ils affecteront plus librement les fonds. Il pourront, par exemple, dépenser moins d'argent en contrats aidés et plus pour les entreprises d'insertion.

Par ailleurs, pour renforcer le "parcours" d'insertion des nouveaux contrats aidés, le gouvernement a retenu une troisième proposition du rapport Borello: mobiliser 50 millions d'euros par an du plan d'investissement compétences (PIC) pour permettre à "18.000 sortants de contrat" de suivre une "formation d'environ 280 heures". La même somme sera affectée aux formations des salariés de l'IAE.

En revanche, le gouvernement n'a, pour l'heure, pas retenu plusieurs autres recommandations: un "engagement civique transmission" pour les seniors de plus de 55 ou 57 ans, un "contrat de professionnalisation" adapté aux "personnes éloignées de l'emploi" ou encore "une obligation d'embauche des chômeurs de longue durée".

Cette dernière proposition s'appuierait sur le mécanisme de "bonus-malus" que le gouvernement menace de créer si les partenaires sociaux ne trouvent pas d'alternative efficace pour lutter contre les contrats précaires. M. Borello suggère qu'"à terme", le financement de tous les dispositifs d'insertion professionnelle soit "assuré par l'affectation des malus".

Catégories: Actualités

Open d'Australie: Federer voudrait que les joueurs soient plus décontractés devant les médias

mar, 01/16/2018 - 14:00

Roger Federer voudrait que les joueurs de tennis soient "plus décontractés" devant les médias et ne se comportent pas "comme des robots".

"Je crois qu'ils ont peur de vous (les médias) parce qu'ils pensent qu'ils ont été mal interprétés dans le passé. Le pouvoir du micro, c'est quelque chose d'étrange. Certains ont du mal avec lui", a dit le Suisse mardi à Melbourne, après sa victoire au premier tour sur le Slovène Aljaz Bedene.

"Je voudrais que plus de joueurs soient eux-mêmes devant la presse, plus décontractés, qu'ils ne se soucient pas de faire des erreurs. Je pense que certains joueurs ont un peu trop l'air d'être des robots. Je voudrais qu'ils se laissent aller. C'est ce que j'essaie toujours de faire. Ce n'est pas toujours facile, mais je fais des efforts. Il a pu m'arriver de dire des choses en trop, mais j'essaie d'être honnête. La plupart du temps, ça m'a servi", a ajouté le champion aux 19 titres majeurs.

Catégories: Actualités

Avec moins de bébés en 2017, la France reste le pays le plus fécond d'Europe

mar, 01/16/2018 - 13:57
Pour la troisième année, le nombre des naissances en France est en baisse. En 2017, 767 000 bébés ont vu le jour, soit 17 000 de moins qu'en 2016, selon un bilan de l'Insee publié mardi. La France reste néanmoins le pays le plus fécond en Europe.
Catégories: Actualités

Cyclisme: Prudhomme comprend Bardet

mar, 01/16/2018 - 13:54

Le directeur du Tour de France Christian Prudhomme a déclaré mardi "comprendre" Romain Bardet qui a marqué son impatience pour que le cas Froome soit résolu dans les meilleurs délais.

"Je comprends ses propos", a assuré le directeur du Tour en marge de la présentation du Grand départ du Tour 2019 à Bruxelles.

"La saison démarre sans qu?aucune décision n?ait été prise", a estimé Bardet à propos du contrôle antidopage "anormal" de Chris Froome lors de la victoire du Britannique à la Vuelta en septembre dernier. "On est ridicule, on est la risée. On marche sur la tête".

"Je ne peux que me répéter", a déclaré Christian Prudhomme, "en souhaitant la réponse la plus rapide ou la moins lente possible".

"J'ai la conviction que l'Union cycliste internationale (UCI) et son président David Lappartient vont tout faire pour que ce soit le cas", a cependant ajouté le directeur du Tour.

Le contrôle "anormal" de Froome (excès de salbutamol, deux fois plus que le plafond autorisé) a été révélé en décembre. Conformément au réglement international, le quadruple vainqueur du Tour n'a pas été suspendu à titre provisoire, dans l'attente de la décision.

Froome, averti de son contrôle dès la fin septembre, a annoncé qu'il tenterait cette année le doublé Giro (mai) et Tour de France (juillet).

Catégories: Actualités

Macron à Calais : "On ne laissera pas se reconstituer une 'jungle'"

mar, 01/16/2018 - 13:48
Emmanuel Macron a affirmé, mardi, lors d'un discours ferme devant les forces de l'ordre de Calais, mardi, que l'État "ne laissera se reconstituer une jungle'". Il a aussi promis l'engagement de l'État sur la distribution de nourriture aux migrants.
Catégories: Actualités

Le bitcoin sous 12.000 dollars, toutes les cryptomonnaies à la peine

mar, 01/16/2018 - 13:42

Le bitcoin et d'autres cryptomonnaies, qui avaient flambé en fin d'année dernière, étaient à la peine mardi, ce que des analystes expliquaient entre autres par une volonté accrue de réguler le secteur.

La plus célèbre monnaie virtuelle, le bitcoin, "est passé sous la barre des 12.000 dollars, du jamais vu depuis début décembre", relevait par exemple mardi matin David Madden, analyste chez CMC Markets UK.

Peu avant Noël, la cryptomonnaie avait tutoyé les 20.000 dollars.

Toutes les cryptomonnaies étaient affectées par la baisse, selon la plateforme d'échange coinmarketcap.com. L'ethereum, le ripple et le bitcoin cash perdaient ainsi respectivement 12,41%, 19,16% et 15,51% en milieu de journée mardi, selon cette source.

Selon les analystes, ce mouvement s'explique notamment par les indications d'un durcissement des autorités à l'égard des cryptomonnaies, notamment en Corée du Sud et en Chine.

"Expliquer les mouvements sur le bitcoin est toujours délicat, mais ce plongeon (...) pourrait bien s'expliquer par les signes de volonté régulatrice accrue" des autorités, écrivait ainsi mardi matin Neil Wilson, analyste chez le courtier ETX Capital.

Le gouvernement sud-coréen a indiqué la semaine dernière que Séoul se préparait à interdire les plate-formes d'échange de cryptomonnaies, avant de faire machine arrière et dire qu'il ne s'agissait que d'une des mesures envisagées par le ministère de la Justice.

Or la Corée du sud "abrite certaines des plus grosses plate-formes d'échange de bitcoins", soulignait mardi la société d'analyse Capital economics.

Les marchés bruissent également de rumeurs selon lesquelles la Chine s'apprêterait à appliquer une interdiction complète du minage de bitcoin, l'activité informatique consistant à émettre de la monnaie numérique.

Or c'est en probablement Chine que l'activité de minage de bitcoin est la plus développée, rappellent les analystes.

Catégories: Actualités

Tour de France 2019: départ royal à Bruxelles

mar, 01/16/2018 - 13:37

Le Tour de France 2019 commencera par deux étapes à Bruxelles, une étape en ligne qui arrivera près du château royal puis un contre-la-montre par équipes.

La 106e édition de la plus grande course cycliste, dont le Grand départ a été présenté mardi, rendra à cette occasion un hommage appuyé au champion légendaire de son sport, le Belge Eddy Merckx, dont la première des cinq victoires dans le Tour a eu lieu cinquante ans plus tôt en 1969.

"Il était important de partir de la ville du champion qui a porté le plus souvent le maillot jaune", a déclaré le directeur du Tour, Christian Prudhomme, en soulignant que l'année 2019 marquera le centenaire de la création de la tenue de leader du Tour, le célébrissime maillot jaune.

Le 6 juillet, la première étape dessinera une boucle en Flandre et en Wallonie, en passant par Charleroi puis Waterloo, pour une distance de 192 kilomètres avec départ et arrivée dans la capitale belge.

La première côte du parcours sera le mur de Grammont, haut lieu historique du Tour des Flandres. Mais le final sera favorable aux routiers-sprinteurs avec un faux-plat de 2 kilomètres, à 3/4 %, selon les explications du directeur de course Thierry Gouvenou. La ligne sera installée face à l'entrée du Palais Royal.

- Hommage à Merckx -

Le lendemain, la deuxième étape prendra la forme d'un contre-la-montre de 28 kilomètres. "Le parcours sera urbain, avec de belles et larges avenues, sur des faux-plats montants et descendants", a précisé Thierry Gouvenou.

Eddy Merckx (72 ans), qui a reçu une "standing ovation" lors de la présentation du Grand départ donnée aux musées royaux, a apprécié l'hommage que représente le Grand départ donné dans la ville où il a endossé le premier de ses 111 maillots jaunes, avant qu'il gagne le premier de ses cinq Tours de France, à sa première participation.

"Le Tour 1969 est le plus beau souvenir de ma carrière", a estimé le champion belge. "Il y avait trente ans qu'un Belge n'avait pas gagné le Tour. C'était un rêve d'enfant qui se réalisait".

Un moment en froid avec ASO (la société qui organise le Tour) en raison de problèmes liés à l'organisation des Tours du Qatar et d'Oman, Merckx avait menacé de bouder le Grand départ du Tour 2019.

Mais "par amitié pour Christian Prudhomme" et parce qu'il "ne peut snober cet hommage qui lui est rendu", le quintuple vainqueur du Tour est revenu à de meilleurs sentiments.

"Le parcours passe par des endroits où j'ai vécu", a relevé Merckx. "Eddy est une personne d'une immense générosité", a salué le directeur du Tour. "Comme quand il courait..."

Le Tour, qui s'élancera en juillet prochain de Vendée, partira en 2019 pour la 23e fois de l'étranger. Pour la deuxième fois de Bruxelles, qui avait déjà accueilli les opérations de départ en 1958.

Selon le bourgmestre Philippe Close, les autorités bruxelloises ont débloqué un budget de cinq millions d'euros pour accueillir un événement qui devrait rassembler un million de personnes.

Catégories: Actualités

Les dessins oubliés du naturaliste Audubon dévoilés à La Rochelle

mar, 01/16/2018 - 13:33

Peintre naturaliste célébrissime aux Etats-Unis, le Français Jean-Jacques Audubon (1785-1851) reste méconnu chez lui, où il a pourtant réalisé ses premières oeuvres: oubliés dans des caisses à La Rochelle pendant plus d'un siècle, ses dessins de jeunesse sont exposés par le Muséum de la ville.

L'occasion jusqu'à fin mars pour les passionnés d'oiseaux et les amateurs d'Audubon - qui a donné son nom à de nombreuses localités outre-Atlantique et à une fondation ornithologique forte de 600.000 adhérents - de découvrir des planches jusqu'alors inconnues du grand public. En particulier ses "premiers dessins américains, qui sont tous ici", assure à l'AFP la commissaire de l'exposition du Muséum d'Histoire naturelle de La Rochelle, Lucille Bourroux.

Au total, 131 dessins ont été redécouverts par hasard dans les années 1990 dans les caisses en bois où étaient stockées en vrac des archives de la Société des sciences naturelles de la Charente-Maritime, explique-t-elle. Ils y prenaient sans doute la poussière depuis que Charles-Marie d'Orbigny en avait fait don, en 1852, à cette société savante qui en est toujours propriétaire...

Car c'est au contact de M. d'Orbigny que le jeune Audubon, peu intéressé par ses études maritimes (il a le mal de mer) mais fasciné par les oiseaux des marais des bords de Loire où il a grandi, s'était initié à la technique du dessin naturaliste.

En 1803, son père, capitaine de marine qui a participé à la guerre d'indépendance des Etats-Unis, envoie Audubon, âgé d'à peine 18 ans, dans son domaine de Pennsylvanie pour monter une exploitation minière, et échapper à la conscription dans les armées napoléoniennes. Un échec commercial cuisant qui permet quand même au jeune homme de découvrir les forêts nord-américaines et leurs animaux, qu'il peint à la manière des naturalistes Buffon et Brisson dont il connaît le travail.

Il réalise au passage ce qui est considéré comme le premier bagage d'un oiseau en Amérique du Nord. En attachant un fil d'argent à la patte d'un petit passereau migrateur, la moucherolle phebi, il confirmera son intuition que cette espèce revient chaque année pondre au même endroit.

- A échelle réelle -

Devenu Américain et dès lors prénommé "John James", Audubon effectue un dernier voyage en France pour dire au revoir à sa famille avant de s'installer définitivement aux Etats-Unis. Avant de partir, il laisse à M. d'Orbigny en gage d'amitié ses dessins réalisés entre 1803 et 1806.

Présentées aux côtés d'animaux naturalisés permettant une comparaison avec leur modèle, les 101 planches exposées au Muséum de La Rochelle illustrent l'évolution rapide de la technique du jeune homme. De l'imitation scolaire des oiseaux de Buffon, "qu'il jugeait raides" selon Mme Bourroux, à l'émergence de sa "patte" caractéristique: des pastels aux contours tracés au crayon de graphite pour donner l'illusion du mouvement.

Paradoxalement, pour sa première série américaine, la plupart des oiseaux peints par Audubon sont représentés morts et suspendus à un fil, vraisemblablement une astuce pour masquer un axe de symétrie, comme ce pigeon migrateur ("tourte voyageuse") aux tons bruns disparu depuis plus d'un siècle.

Mais malgré ses tâtonnements et imperfections, le jeune naturaliste manifeste déjà le souci de dessiner à l'échelle réelle et de "représenter la vie telle qu'il l'a vue", avec toutes ses couleurs, souligne Lucille Bourroux. A l'instar des rouges carmins du cardinal, oiseau emblématique d'Audubon choisi pour l'affiche de l'exposition.

Un art qui atteindra son sommet vingt ans plus tard, après des années de vache maigre à courir les bois, dans l'ouvrage "Birds of America" qui lui vaudra le surnom de "Léonard américain". "Réalisé sur des planches d'un mètre sur 70 cm, ce recueil remporte un tel succès que des expéditions seront même financées pour permettre à Audubon de se rendre dans des endroits qu'il ne connaît pas encore", comme le Labrador et la Floride, explique la commissaire de l'exposition.

"Birds of America" est l'un des livres imprimés les plus chers au monde: en 2010, une édition originale s'était vendue aux enchères plus de dix millions de dollars, un record à l'époque.

Catégories: Actualités

Chili: le pape François appelle au respect des "droits" des indigènes   

mar, 01/16/2018 - 13:33

Le pape François a appelé mardi au respect des "droits" et de la "culture" des peuples autochtones, dans son premier discours prononcé au Chili, devant les autorités politiques et civiles du pays.

Il faut "écouter" les peuples autochtones, "souvent oubliés et dont les droits ont besoin d'être pris en compte et la culture protégée, pour que ne se perde pas une partie de l'identité et de la richesse de cette nation", a plaidé le pape, sans nommer spécifiquement les indiens Mapuche qu'il doit rencontrer mercredi.

Pour François, "la pluralité ethnique, culturelle et historique demande à être préservée de toute tentative de division ou de suprématie" .

"La sagesse des peuples autochtones peut constituer une grande contribution" à la protection environnementale de la planète, a plaidé le pape, abordant ainsi un autre de ses thèmes fétiches.

"De ceux-ci, nous pouvons apprendre qu'il n'y a pas de développement authentique pour un peuple qui tourne le dos à la terre et à tous ceux qui l'entourent", a ajouté François.

A Temuco, à plus de 600 kilomètres au sud de Santiago du Chili, le pape s'adressera mercredi aux indigènes Mapuche (7% de la population chilienne), qui occupaient un vaste territoire à l'arrivée des conquistadors espagnols au Chili en 1541.

Cette région, Auracania, est rythmée par des actions violentes d'une minorité radicalisée, qui se bat pour "récupérer" des terres ancestrales actuellement aux mains d'entreprises forestières.

Le pape a recommandé au Chili d'être également "à l'écoute" des jeunes qui réclament des opportunités éducatives, mais aussi des migrants qui arrivent nombreux au Chili en provenance d'autres pays d'Amérique latine à la recherche de travail.

Jeudi, il se rendra à Iquique, à 1.450 km au nord de la capitale chilienne, une ville à forte concentration étrangère.

Le pape a rendu en outre hommage au développement de la démocratie au Chili qu'il faut néanmoins "continuer à travailler", après avoir salué dans la salle du palais de La Moneda la présidente socialiste sortante Michelle Bachelet et son successeur conservateur Sebastian Piñera qui prendra ses fonctions en mars.

Il a lancé un appelé à lutter contre les inégalités sociales persistantes. "Chaque génération doit faire sienne les luttes et les acquis des générations passées", mais il n'est pas possible de s'en contenter en ignorant que "beaucoup de nos frères subissent des situations d'injustice", a noté le pape.

François, qui a semblé fredonner l'hymne national chilien à son arrivée au palais présidentiel, a fait part de sa "joie" de se retrouver au Chili où il avait étudié pendant une année durant sa jeunesse.

Catégories: Actualités

Bouches-du-Rhône: un détenu suivi pour radicalisation agresse une surveillante

mar, 01/16/2018 - 13:28

Une surveillante de la prison de Tarascon (Bouches-du-Rhône) a été agressée mardi matin par un détenu, suivi pour radicalisation, qui lui a porté un coup de poing au visage, a-t-on appris de sources concordantes.

Le détenu, incarcéré pour une affaire de vol, était "suivi au niveau local au titre de la radicalisation et présentait des troubles du comportement", a précisé une source de l'administration pénitentiaire. La surveillante a été conduite à l'hôpital, où elle devait être examinée, et le personnel de l'établissement, en plein mouvement national de protestation, a lancé une opération "prison morte", ont précisé des sources syndicales.

Catégories: Actualités

Formule 1: le Russe Sirotkin pilote titulaire chez Williams en 2018

mar, 01/16/2018 - 13:27

Le Russe Sergey Sirotkin sera pilote titulaire chez Williams aux côtés du Canadien Lance Stroll pour la saison 2018, et le Polonais Robert Kubica pilote de réserve, a annoncé mardi l'écurie britannique de Formule 1.

Le Russe de 22 ans remplace le Brésilien Felipe Massa, parti à la retraite à la fin de la saison dernière. Il a terminé 3e du GP2 en 2015 et 2016, année où il est devenu pilote de développement chez Renault F1.

"Dire que je suis heureux et fier de rejoindre une équipe aussi célèbre que Williams est un euphémisme", a-t-il souligné, cité dans le communiqué.

"Il a fallu énormément de travail pour arriver là où je suis et je suis vraiment heureux et reconnaissant envers toutes les personnes impliquées", a expliqué Sirotkin, qui avait effectué des essais pour Williams à Abou Dhabi fin novembre.

Avec cette annonce, le plateau des vingt pilotes de la saison 2018 de F1 est connu.

"Nous avons pris notre temps pour évaluer toutes les options disponibles, et je suis confiante dans le fait que Lance et Sergey peuvent apporter les meilleurs résultats à l'équipe", a réagi la Team Principal adjointe Claire Williams.

Soutenu par de riches sponsors de son pays, Sirotkin a été notamment préféré au Polonais Robert Kubica, qui espérait faire son retour en tant que titulaire dans un baquet en F1 après huit ans d'absence à la suite d'un grave accident de rallye, mais qui ne présentait pas autant de garanties, tant physiques que financières.

Kubica, 33 ans, se voit donc attribuer une place de pilote réserviste et de développement chez Williams, qui lui permettra de rouler lors de séances d'essais libres, et d'être aux premières loges si jamais Sirotkin ne donnait pas satisfaction.

Catégories: Actualités

IAG toujours intéressé par Niki après un nouvel appel d'offre

mar, 01/16/2018 - 13:25

Le groupe IAG a annoncé mardi être toujours intéressé par la reprise d'actifs de la compagnie aérienne à bas coûts Niki après qu'un nouvel appel d'offre a été ouvert en Autriche concernant cette ex-filiale d'Air Berlin.

"IAG reste intéressé par les actifs de Niki et attend avec impatience que le nouveau processus soit achevé rapidement", écrit dans un communiqué le groupe britannique, qui possède British Airways, l'irlandaise Aer Lingus et les espagnoles Iberia et Vueling.

Vendredi dernier, un tribunal autrichien s'était déclaré compétent dans le dossier d'insolvabilité de Niki, le siège social de cette compagnie fondée en 2003 par l'ancien champion du monde autrichien de F1 Niki Lauda étant en Autriche.

Cette décision a déclenché l'ouverture d'un nouvel appel d'offre pour la reprise de la compagnie, avec pour échéance le 19 janvier 2018, alors même qu'un tribunal allemand avait engagé une première procédure et attribué une bonne partie des actifs à IAG.

Ce nouvel appel d'offre a suscité des interrogations sur le périmètre de la vente, d'autant que la procédure autrichienne a été contestée par l''administrateur allemand de Niki, selon lequel seuls les actifs autrichiens, soit 20% de la compagnie, peuvent tomber sous la juridiction de Vienne.

Dans un communiqué commun, l'administrateur allemand et son homologue autrichienne ont toutefois assuré mardi qu'ils travailleraient en "étroite collaboration dans ce dossier" et qu'ils en souhaitaient un dénouement rapide.

Ils ont précisé qu'outre les précédents candidats (IAG, l'allemand Tuifly, le britannique Thomas Cook/Condor et M. Lauda), jusqu'à présents seuls autorisés à présenter une offre, de nouveaux postulants étaient également les bienvenus.

"Le prix, les capacités de financement et le maintien d'un maximum d'emplois resteront décisifs", ont souligné les administrateurs, assurant que de leur côté ils s'efforçaient de s'entendre sur les périmètres respectifs et que la "sécurité juridique" de l'opération serait en tout état de cause garantie.

Niki Lauda a annoncé qu'il soumettrait une offre et Ryanair, qui n'avait pas participé au premier appel d'offre, a de son côté indiqué à l'AFP avoir fait part à l'administrateur autrichien de son intéret pour les actifs de Niki.

IAG, qui veut reprendre les actifs de Niki via Vueling, dit "être en discussions avec les administrateurs autrichiens et allemands" et estime que les autorités ont la volonté d'avancer vite sur le dossier.

Fin décembre, le Britannique avait annoncé avoir été retenu, dans le cadre de la procédure de liquidation d'Air Berlin en Allemagne, pour le rachat de jusqu'à 15 avions de la famille A320 et un portefeuille de créneaux horaires de Niki.

Le coût de la transaction, qui devait être finalisée fin février, avait été fixé à 20 millions d'euros, auxquels s'ajoutent jusqu'à 16,5 millions d'euros de liquidités. Environ 740 des 1.000 salariés de Niki devaient être accueillis par IAG.

Les appareils de Niki doivent rester cloués au sol jusqu'à la finalisation de la reprise.

Niki avait été placée en redressement judiciaire mi-décembre après la défection de Lufthansa, qui souhaitait reprendre la compagnie en même temps que des parties d'Air Berlin. Le géant allemand avait finalement jeté l'éponge en raison de réserves de l'Autorité européenne de la concurrence.

Catégories: Actualités

On se pacse davantage dans l'Ouest, on se marie plus dans l'Est

mar, 01/16/2018 - 13:20

Il existe de "fortes disparités" des formes d'union selon le département de résidence, le Pacs étant plus répandu dans le sud-ouest et sur la façade atlantique, et le mariage dans l'Est, selon une étude de l'Insee publiée mardi.

En 2016 en France (hors Mayotte), 30,5 millions de personnes vivaient en couple sous le même toit, selon l'Insee. Elles étaient le plus souvent mariées (72%), tandis que 21% vivaient en union libre et 7% étaient pacsées.

C'est dans l'Ouest et le Sud-Ouest que la proportion de couples pacsés est la plus élevée, par exemple en Ille-et-Vilaine, Haute-Garonne et Loire-Atlantique, tandis que les mariages sont plus présents dans l'Est du territoire, notamment en Moselle, dans le Haut-Rhin ou la Loire. Le mariage est également plus présent en Seine-Saint-Denis ou dans les Yvelines.

On observe une forte proportion d'unions libres à Paris, en Corse du Sud, dans les départements d'outre-mer et dans le Nord de la France (Somme et Aisne par exemple).

Les "disparités" observées d'un département à l'autre "s'expliquent en partie par les caractéristiques sociodémographiques", souligne l'Insee. Par exemple, le Pacs est très présent à Paris (9%), département peuplé de couples en moyenne jeunes et très diplômés, deux caractéristiques correspondant à une forte inclinaison pour cette forme d'union.

Globalement, c'est en effet "autour de 30 ans" que le Pacs, créé en 1999, est le plus répandu, même si, y compris à ces âges, cette forme d'union reste devancée par le mariage et l'union libre. Chez les plus jeunes, on observe une majorité d'unions libres, tandis que la fréquence du mariage augmente avec l'âge.

Les personnes pacsées sont souvent plus diplômées que celles qui sont mariées, les cadres et professions intermédiaires étant les plus enclins à se pacser. A l'opposé, les agriculteurs sont ceux qui se pacsent le moins et se marient le plus.

Les couples pacsés vivent le plus souvent dans les grandes villes, et sont rarement issus de l'immigration. Les personnes propriétaires de leur logement et ayant des enfants sont plus souvent mariées que les autres.

Les villes comptant le plus d'étudiants sont en général aussi celles qui comptent le plus de couples pacsés. Ainsi à Clermont-Ferrand, Rennes, Nantes, Toulouse, Bordeaux, Lille et Lyon, 10% ou plus des couples sont pacsés et un quart (26%) sont en union libre.

A l'inverse, dans des villes comme Saint-Etienne ou Nîmes, où la population est plus âgée et moins diplômée, 76% des couples sont mariés.

Catégories: Actualités

"Thérapie de la vache" dans des pénitenciers indiens

mar, 01/16/2018 - 13:14

Utiliser le "pouvoir magique" des vaches pour remettre les détenus dans le droit chemin: un État du nord de l'Inde compte installer dans ses prisons des abris pour cet animal révéré dans l'hindouisme.

Une commission gouvernementale de l'Haryana, région frontalière de New Delhi et dirigée par les nationalistes hindous, a annoncé qu'elle comptait acheter 600 vaches pour ce programme, estimé à 1,5 million de dollars. Une "thérapie de la vache", selon ses termes.

La Gau Sewa Aayog (Commission de protection des vaches) escompte que l'installation d'étables bovines dans six pénitenciers à partir du mois prochain aura une influence positive sur les personnes incarcérées.

"Les vaches font partie de la religion hindoue, et elles ont des pouvoirs magiques envers ceux qui s'occupent d'elles", a déclaré à l'AFP Bhani Ram Mangla, président de la commission, en louant les "innombrables bénéfices" de cette idée.

Le lait des bêtes pourrait selon lui "purifier" les détenus, tandis que la bouse et l'urine - aux vertus supposées revigorantes - produits dans l'univers carcéral pourraient eux être vendus sur les marchés locaux.

Depuis l'arrivée au pouvoir des nationalistes hindous à la tête du pays en 2014, l'Inde est confrontée à une crispation politico-religieuse autour de la vache sacrée.

De nombreux États du nord du pays ont renforcé leur arsenal législatif au nom de sa protection, avec des peines pouvant aller jusqu'à la prison à vie.

Le géant démographique d'Asie du Sud est secoué ces dernières années par une série de lynchages de musulmans et de dalits ("intouchables") perpétrés par des milices autoproclamées de protection des vaches.

Si le Premier ministre Narendra Modi a condamné à l'occasion ces meurtres, les défenseurs des droits de l'Homme estiment que ces milices agissent en toute impunité.

Catégories: Actualités

Paradis fiscaux: l'UE s'apprête à retirer Panama et 7 autres pays de sa liste noire

mar, 01/16/2018 - 13:10

Les ministres des Finances de l'UE s'apprêtent à retirer de leur liste noire de paradis fiscaux huit pays, dont le Panama, a indiqué mardi une source européenne à l'AFP.

"Sauf accident, les ministres des Finances de l'UE devraient sortir de la liste noire le Panama, la Corée du Sud, les Emirats Arabes Unis, la Tunisie, la Mongolie, Macao, Grenade et Barbade" lors de leur réunion prévue le 23 janvier à Bruxelles, a déclaré un haut responsable européen sous couvert de l'anonymat.

"Les ministres devraient adopter cette décision sans discussion", a-t-il précisé, expliquant que les huit pays concernés avaient fourni des engagements justifiant la décision. Réunis cette semaine, les ambassadeurs des 28 de l'UE devraient également entériner leur retrait sans discussion.

"Les engagements ont été évalués par les experts et tout le monde est d'accord pour les enlever de la liste", a-t-il ajouté.

Mardi, lors de ses voeux à la presse française à Paris, le Commissaire européen à la fiscalité, Pierre Moscovici, a indiqué qu'"une petite dizaine de pays tiers inscrits sur la liste noire ont adressé des engagements supplémentaires".

"C'est bon signe, puisque l'objectif d'une liste c'est bien d'en sortir et pour en sortir il faut que vous régliez les problèmes qui sont identifiés", a poursuivi l'ancien ministre français.

Selon le responsable européen qui a requis l'anonymat, les huit pays resteront néanmoins sous surveillance étroite. "Ils vont en en effet passer sur la liste grise", celles des pays qui ont pris des engagements de bonne conduite en matière fiscale et font l'objet d'un suivi, a-t-il dit.

Le 5 décembre 2017, les 28 pays de l'UE s'étaient doté, pour la première fois de leur histoire, d'une liste noire de 17 paradis fiscaux, situés hors de l'Union.

Allégée des huit pays, cette liste n'en comporterait plus que neuf: Bahreïn, Guam, Îles Marshall, Namibie, les Palaos, Samoa, les Samoa américaines, Sainte Lucie ainsi que Trinidad et Tobago.

L'adoption de cette liste avait été décidée dans le sillage d'une série de scandales d'évasion fiscale --"LuxLeaks" fin 2014, "Panama Papers" en avril 2016 et "Paradise Papers" en novembre 2017--.

Interrogée par l'AFP, une experte de l'ONG Oxfam, Aurore Chardonnet, a critiqué la décision à venir: "c'est une tendance inquiétante, juste un mois après avoir adopté la liste, ils enlèvent des pays".

"Ils affaiblissent la crédibilité de la liste... qui est en train de se vider", a-t-elle déploré.

Au moment de son adoption en décembre, les 28 membres de l'UE n'étaient pas parvenus à s'entendre sur d'éventuelles sanctions à l'encontre des pays blacklistés.

Alors que le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, avait plaidé en faveur de ces sanctions, son homologue luxembourgeois, Pierre Gramegna, s'était montré moins pressé: "C'est déjà assez grave comme cela d'être sur la liste noire", avait-il jugé.

Catégories: Actualités

Euro de hand: pour Dipanda "hors de question" de ne pas gagner contre le Belarus

mar, 01/16/2018 - 13:03

Déjà qualifiés pour le second tour, les handballeurs français achèvent mardi (18h15) le tour préliminaire de l'Euro en Croatie avec un match à leur portée contre le Belarus, qu'ils ne peuvent pas pour autant se permettre de négliger s'ils veulent aborder au mieux la suite de la compétition.

"Il est hors de question qu'on ne gagne pas ce match contre la Biélorussie", prévient l'arrière droit Adrien Dipanda. "On va le préparer comme tous les matches depuis le début de la préparation, avec beaucoup de sérieux".

La rencontre contre le Belarus n'est en effet pas dénuée d'enjeux, les points acquis au premier tour de la compétition étant conservés pour le tour principal. Une troisième victoire en trois matches mettraient les Bleus dans les meilleures conditions pour le tour principal et leur permettrait de faire déjà un grand pas vers les demi-finales.

D'autant que lors du tour principal, la France, qui cherche à décrocher un quatrième titre européen, devrait affronter la Croatie à Zagreb, un gros morceau que les Bleus feraient mieux de défier avec le maximum de points au compteur.

Après une victoire héroïque en ouverture face à la Norvège, vice-championne du monde (32-31), les Français ont poursuivi avec un succès plus tranquille contre l'Autriche dimanche (33-26), en laissant au repos leurs cadres Cédric Sorhaindo et Nikola Karabatic.

Ils font face désormais au Belarus, un adversaire considéré comme supérieur à l'Autriche. "Je trouve que les joueurs biélorusses ont plus de qualités. Ils ont un entraîneur qui sait les faire jouer et des joueurs qui jouent en club en Ligue des champions, donc ils ont toutes les cartes en main", estime Kentin Mahé.

Les Biélorusses, qui avaient battu l'Autriche pour leur entrée dans la compétition (27-26), ont résisté une bonne partie de leur match face à la Norvège avant de s'incliner finalement à l'usure 33-28 dimanche. Mais les partenaires du pivot de Saint-Raphaël Artsem Karalek, 21 ans et déjà très prometteur, ont montré qu'ils étaient de vrais combattants.

"Avec ce match contre la Biélorussie, on va monter un peu d'un cran. On sait qu'il va falloir hausser notre niveau", affirme pour sa part le sélectionneur des Bleus Didier Dinart. "On sait aussi qu'on est supérieurs à l'équipe biélorusse. On ne va pas se cacher".

Catégories: Actualités

Attentats du 13-Novembre: une lettre de Dieudonné à Abdeslam choque les victimes

mar, 01/16/2018 - 13:00

Une lettre adressée à Salah Abdeslam par le polémiste Dieudonné, qui a demandé en vain à le rencontrer afin de "comprendre sa profonde révolte" en vue d'un livre, suscite les critiques des parties civiles, ont indiqué mardi à l'AFP des avocats réagissant à une information du Parisien.

Le juge d'instruction en charge de l'enquête sur les attentats du 13-Novembre s'est fait communiquer une copie du courrier, datée de fin septembre et postée mi-octobre, et s'est opposé à cette rencontre, selon l'un de ces avocats.

Le seul membre encore en vie des commandos qui ont fait 130 morts à Paris et Saint-Denis avait reçu cette lettre de Dieudonné à sa prison de Fleury-Mérogis (Essonne) où il est détenu à l'isolement et muré dans le silence depuis près de deux ans.

Selon Le Parisien, Dieudonné M'Bala M'Bala affirme au prisonnier le plus surveillé de France qu'il souhaite lui parler dans le cadre d'un projet de livre intitulé "Comment arrêter les attentats en France ?".

"Nous ne voulons pas parler des actes qui vous sont reprochés. Ce qui nous intéresse est de comprendre votre état d'esprit et les raisons qui vous ont poussé à agir", écrit le polémiste, selon le quotidien. "En discutant avec vous, nous espérons mieux comprendre la profonde révolte qui vous habite et à laquelle la société reste sourde".

"C'est un prétexte pour mettre à la charge de la société la responsabilité des attentats terroristes", a réagi auprès de l'AFP Me Gérard Chemla, avocat de parties civiles, qui dénonce "une fascination morbide et extrêmement inquiétante".

"Les victimes sont choquées d'apprendre cette démarche de Dieudonné et préfèreraient qu'Abdeslam leur donne directement à elles des explications", a déclaré à l'AFP Me Géraldine Berger-Stenger, une avocate de l'Association française des victimes du terrorisme (AfVT).

Pour Me Jacques Verdier, conseil de Dieudonné joint par l'AFP, "cette démarche n'est ni une provocation, ni une marque d'empathie. Il ne s'agit en aucun cas d'indigner les victimes mais d'essayer de comprendre ce qui se passe dans la tête de ces terroristes".

Dans sa lettre, Dieudonné rappelle à Abdeslam qu'il a été lui-même condamné pour "apologie du terrorisme" pour avoir publié le 11 janvier 2015 sur Facebook "Je me sens Charlie Coulibaly", aux lendemains des attentats de Charlie Hebdo et de l'Hyper Cacher (17 morts).

Le polémiste a été condamné en juin à Paris à deux mois d'emprisonnement avec sursis ainsi qu'à une amende de 10.000 euros.

Salah Abdeslam doit apparaître en public pour la première fois depuis son arrestation à l'occasion de son procès à Bruxelles à partir du 5 février.

Catégories: Actualités

Ligue 1: pas de répit, Monaco-Nice au programme

mar, 01/16/2018 - 13:00

La reprise est intense en Ligue 1: deux jours après la précédente journée, les clubs de l'élite enchaînent avegoal la 21e journée du championnat de France, marquée par un duel entre Monaco et Nice mardi soir (21h00).

Pour la troisième et dernière fois de la saison (après la 15e journée fin novembre et le multiplex de la 19e journée du 20 décembre), la Ligue 1 se dispute en semaine. Afin que les 38 journées puissent avoir lieu entre le 4 août 2017 et le 19 mai 2018, la LFP exploite les rares créneaux disponibles en dehors des week-ends pour programmer des journées de championnat.

Dès mardi, Monaco (2e, 42 pts) et Marseille (4e, 41 pts) batailleront à distance pour le podium. À 19h00, les Olympiens reçoivent Strasbourg (11e, 24 pts) alors que les Monégasques retrouveront les Niçois (6e, 30 pts) une semaine après les avoir éliminés, en quarts de finale de la Coupe de la Ligue (2-1 à Nice).

Frustré après son nul contre Angers, Lyon (3e, 42 points) tentera de repartir de l'avant en se déplaçant à Guingamp mercredi (19h00). Le Paris SG (53 pts), tranquillement en tête du championnat, clôturera cette 21e journée en recevant Dijon (9e, 25 pts) à 21h00.

Dans les autres rencontres, Saint-Étienne (14e, 23 pts) tentera mercredi (19h00) de glaner une deuxième victoire consécutive sur le terrain de la lanterne rouge Metz (12 pts), tout comme Lille (15e, 22 pts) qui dans le même temps recevra Rennes (10e, 25 pts), une équipe sur la pente descendante en Ligue 1.

Dans la lutte pour le maintien, Toulouse (19e, 19 pts) aura fort à faire pour venir à bout de Nantes (5e, 33 pts).

De son côté, le SCO Angers (18e, 19 pts) essaiera de céder sa place de barragiste à Troyes (17e, 21 pts) dans un match que devait initialement arbitrer Tony Chapron, écarté "jusqu'à nouvel ordre" par la direction technique de l'arbitrage (DTA) de la Fédération après sa balayette contre le Nantais Diego Carlos lors de Nantes-PSG.

Programme de la 21e journée de L1 qui sera disputée mardi et mercredi :

Mardi

(19h00) Bordeaux - Caen

Marseille - Strasbourg

(21h00) Monaco - Nice

Mercredi

(19h00) Amiens - Montpellier

Angers - Troyes

Guingamp - Lyon

Lille - Rennes

Metz - Saint-Étienne

Toulouse - Nantes

(21h00) Paris SG - Dijon

Catégories: Actualités

Pages