France 24 - L'info en continu

S'abonner à flux France 24 - L'info en continu France 24 - L'info en continu
Mis à jour : il y a 54 min 30 sec

Le président libanais en visite en Irak, une première

mar, 02/20/2018 - 15:40

Le chef de l?État libanais Michel Aoun est arrivé mardi à Bagdad pour une visite officielle de 24 heures, la première dans l'histoire des deux pays, a souligné son homologue irakien Fouad Marsoum.

Pour marquer l'évènement, ce dernier a fêté l'anniversaire de son hôte âgé de 85 ans avec un gâteau sur lequel figuraient les drapeaux des deux pays.

"Nous avons eu des entretiens constructifs qui reflètent les liens de fraternité et d'histoire entre nos pays et nos peuples", a dit M. Aoun lors d'une conférence de presse conjointe.

"Je profite de cette occasion pour féliciter le peuple irakien pour sa fermeté, sa patience et la force de sa détermination face à l'adversité, les conditions terribles qu'il a endurées, notamment face au terrorisme", a-t-il ajouté.

"Nous avons au Liban la même souffrance à la frontière orientale, et nous avons réussi à l'emporter dans une bataille grandiose à l'automne de l'an dernier", a-t-il souligné faisant allusion à la bataille de l'armée pour chasser le groupe Etat islamique (EI) d'une région libanaise frontalière de la Syrie.

Le chef de l'Etat a insisté sur "la nécessité d'efforts conjoints des pays arabes et internationaux pour combattre le terrorisme de manière effective et radicale, basée non seulement sur l'élimination des terroristes mais aussi sur la lutte contre les facteurs favorisant l'émergence de cette idéologie".

M. Aoun a également fait part à son homologue "des menaces israéliennes contre son pays, qui se sont intensifiées dans la période récente, et lui a expliqué la position unifiée et ferme du Liban face à elles".

Une vive tension règne entre l'Etat hebreu, la Syrie et le Liban. Récemment l'aviation de Damas a abattu un avion israélien qui bombardait son territoire.

Pour sa part Fouad Marsoum a assuré à son interlocuteur qu'après "le changement de régime en Irak, nous avons commencé à chercher un modèle d'équilibre des composantes (religieuses) et nous avons trouvé le modèle libanais".

Après la chute du dictateur Saddam Hussein, l'Irak a adopté une nouvelle Constitution en 2006 avec pour règle non écrite, comme au Liban, une répartition des pouvoirs en fonction des communautés, la présidence étant dévolue à un kurde, le poste de Premier ministre à un chiite et celui de chef du Parlement à un sunnite.

Le président Aoun, qui passera la nuit à Bagdad, avant de poursuivre sa route en Arménie, doit rencontrer successivement le Premier ministre Haider al-Abadi ainsi que le président du Parlement Salim al-Joubouri et le vice-président Iyad Allawi.

Le pays a été mis en quarantaine après l'invasion irakienne du Koweit en 1990 et l'embargo international qui avait suivi.

Amine Gemayel, en tant qu'ancien président de la République libanaise (1982-1988) était venu à Bagdad pour tenter une médiation en 2003 afin d'empêcher l'invasion de l'Irak par une coalition menée par les Etats-Unis.

Chrétien maronite, Michel Aoun a visité la cathédrale syriaque catholique Saiyadat al-Najat (Notre-Dame du Perpétuel secours) de Bagdad, théâtre d'un massacre le 31 octobre 2010 qui avait fait 55 morts.

Le 3 novembre 2010, la branche irakienne d'Al-Qaïda qui avait revendiqué l'attaque, avait qualifié les chrétiens irakiens de "cibles légitimes".

M. Aoun a assisté à un sermon de l'archevêque syriaque catholique de Bagdad, Ephrem Youssef Abba, qui a remercié le Liban d'accueillir des Irakiens ayant fui leur pays à cause de la guerre et des menaces extrémistes.

Le quotidien gouvernemental irakien a titré "Bienvenu général", en raison de la carrière militaire du chef de l'Etat libanais.

Catégories: Actualités

France: 3 arrestations liées à l'enquête sur l'attentat de Barcelone en 2017

mar, 02/20/2018 - 15:39

Le ministère de l'Intérieur espagnol a annoncé mardi l'arrestation dans le sud de la France de trois personnes ayant des liens avec Driss Oukabir, membre présumé de la cellule qui avait commis en août 2017 les attentats de Barcelone et Cambrils, en Catalogne.

Ces trois personnes ont été arrêtées mardi dans le Gard (sud) et le Tarn (sud-ouest) lors d'une opération menée conjointement avec la police française ayant aussi débouché sur des perquisitions, a précisé le ministère dans un communiqué.

Les personnes arrêtées à Pont-Saint-Esprit et Albi ont été en lien avec Driss Oukabir mais il n'existe "pas d'éléments à ce stade qui attestent d'une participation aux attentats" commis en Espagne, a indiqué une source proche du dossier interrogée en France.

Dans ce pays, c'est la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) qui est en charge de l'enquête.

Les papiers de Driss Oukabir avaient servi à louer la camionnette utilisée lors de l'attentat sur les Ramblas de Barcelone. Le conducteur, Younes Abouyaaqoub, avait été tué le 21 août par la police.

Driss Oukabir, un Marocain ayant grandi en Catalogne, est le grand frère de Moussa, 17 ans, un des membres présumés de la cellule qui avait organisé ces attentats le 17 août à Barcelone (15 morts), puis dans la nuit du 17 au 18 dans la station balnéaire de Cambrils (1 mort).

Moussa Oukabir et quatre autres jeunes avaient été tués par la police pendant l'attaque à la voiture-bélier perpétrée à Cambrils.

Driss Oukabir avait dans un premier temps assuré que son frère lui avait pris ses papiers pour la louer avant d'affirmer qu'il rendait service aux amis de son frère pour "un déménagement", sans pouvoir préciser où il devait avoir lieu.

Catégories: Actualités

Bayrou veut 100 députés à la proportionnelle et presse l'exécutif

mar, 02/20/2018 - 15:24

Le président du MoDem François Bayrou a souhaité mardi que la réforme des institutions prévoie l'élection de 100 députés à la proportionnelle, alors que l'exécutif n'a actuellement selon lui "pas de volonté farouche d'aller jusqu'au bout" sur ce point, selon des propos rapportés.

M. Bayrou avait fait de l'introduction d'une dose de proportionnelle une condition de son soutien à Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle.

Devant les députés MoDem mardi matin à huis clos, il a demandé 100 députés à la proportionnelle et 300 au scrutin majoritaire. "Ceux qui veulent moins de proportionnelle, je n'en fais pas partie", a-t-il déclaré.

La dose en question est un des sujets en débat notamment entre le président de l'Assemblée et celui du Sénat: François de Rugy plaide lui aussi pour 100 députés sur les 400 futurs élus, à la proportionnelle, Gérard Larcher considère que "25 à 30%, c'est trop".

Selon M. Bayrou, "gouverner au centre, ça veut dire qu'on donne une assise au corps politique central du pays, elle ne peut pas naître du scrutin majoritaire".

Le président du parti centriste a aussi dit devant le groupe MoDem, toujours selon des propos rapportés, ne pas sentir "de volonté farouche du gouvernement d'aller jusqu'au bout de cette réforme du mode de scrutin".

M. Rugy a récemment assuré que cela avait "toujours été très clair pour la majorité, le gouvernement et le président que le mode de scrutin n'a pas vocation à être dans la Constitution", ce sujet pouvant être traité par une loi organique "ou même une loi simple".

Par la réforme des institutions, Emmanuel Macron veut notamment réduire le nombre de parlementaires, limiter les mandats à trois consécutifs, instaurer une dose de proportionnelle, réformer le Conseil supérieur de la magistrature, supprimer la Cour de justice de la République et accorder une plus grande liberté d'administration aux collectivités.

Catégories: Actualités

Cinq fruits et légumes par jour...Et des traces de pesticides

mar, 02/20/2018 - 15:20

Près de trois-quarts des fruits et 41% des légumes non bio sont porteurs de traces de pesticides: c'est la conclusion d'un rapport publié mardi par Générations futures, qui appelle à "un élan" pour utiliser moins de produits phytosanitaires.

L'ONG, qui milite contre les pesticides, a compilé des données de la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) sur la période 2012-2016 et a retenu 19 fruits et 33 légumes consommés en France pour lesquels les échantillons sont représentatifs.

Résultat: 72,6% des échantillons de fruits présentent des résidus de pesticides quantifiés, c'est-à-dire dont la quantité peut être mesurée. Dans le cas des légumes, ce chiffre tombe à 41,1%.

"On s'attendait à trouver des résidus de pesticides" dans des aliments issus de l'agriculture conventionnelle, a expliqué le directeur de l'ONG, François Veillerette, lors d'une conférence de presse. "Mais l'intérêt est d'avoir le détail sur une période assez longue", ce qui n'était pas le cas jusqu'à présent, explique-t-il.

Quel enseignement tirer de ce rapport? "Tout n'est pas à loger à la même enseigne", constate François Veillerette: parmi les fruits, le pourcentage d'échantillons le plus élevé présentant des traces de pesticides concerne le raisin (89%), devant les clémentines/mandarines (88,4%) et les cerises (87,7%). La pomme, le fruit le plus consommé en France, n'arrive qu'en huitième position (79,7%).

Ces écarts s'expliquent par "les différences de sensibilité des cultures", le raisin par exemple étant particulièrement sensibles aux maladies, indique M. Veillerette.

Parmi les légumes, les échantillons de céleri branche sont ceux présentant les traces les plus importantes de pesticides (84,6%), devant les herbes fraiches, hors persil, ciboulette et basilic (74,5%) et les endives (72,7%). Les pommes de terre arrivent à la septième place (57,9%) et les tomates à la 13e (48,9%).

- 'Pas nécessairement un danger' -

Le nombre d'échantillons de fruits dépassant les limites maximales de résidus (LMR) reste faible: 6,6% des cerises, 4,8% des mangues/papayes, 4,4% des oranges, 1,7% des pommes. Pour les légumes, les limites sont dépassées pour 29,4% des échantillons d'herbes fraiches, 16% de céleri branche, 2,9% de tomates et 2% de pommes de terre.

"Le fait de dépasser les LMR n'implique pas nécessairement un danger", précise Loic Tanguy, directeur de cabinet de la DGCCRF. Quand c'est le cas, un retrait du marché est demandé.

"Il n'y a pas d'indications de risque sanitaire (lié aux pesticides, ndlr) à consommer des fruits et légumes", renchérit Jean-Luc Volatier, de l'Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail).

Générations futures a laissé de côté les fruits et légumes bio, faute de données suffisantes, et regrette que les chiffres de la DGCCRF "ne permettent pas de connaître la présence de cocktails de résidus de pesticides".

Ce rapport "met bien en évidence l'urgence de la sortie d'un usage non maîtrisé des produits phytos comme le glyphosate", a réagi la secrétaire d'Etat à la Transition écologique, Brune Poirson, sur Twitter.

Alors que les mesures prises par le passé n'ont pas permis de réduire drastiquement l'usage de pesticides dans l'agriculture française, Générations futures espère que le nouveau plan du gouvernement "permettra réellement de (...) créer l'élan nécessaire pour un changement de pratiques".

Les consommateurs sont de plus en plus réticents à l'utilisation de produits phytosanitaires, reconnaît Eric Thirouin, secrétaire général adjoint de la FNSEA, qui assure que le monde agricole "est clairement engagé pour trouver des alternatives". "Les normes sont beaucoup plus strictes en France" sur le nombre et le type de pesticides utilisés que dans d'autres pays, insiste-t-il aussi.

Des producteurs maraîchers et arboriculteurs veulent lancer de leur côté un label "zéro résidu de pesticides", différent du bio. Chaque produit ne pourra pas présenter plus de 0,01 mg de pesticide au kilo.

Pour Générations futures, cette solution n'est pas satisfaisante car "ces offres ne garantissent pas une absence d'utilisation de pesticides" et elles ne "suppriment pas les pollutions environnementales".

Catégories: Actualités

JO-2018: le curleur russe réfute avoir sciemment "utilisé une susbstance interdite"

mar, 02/20/2018 - 15:07

Le curleur Alexander Krushelnitsky, contrôlé positif durant les JO-2018 à Pyeongchang, a réfuté mardi avoir sciemment "utilisé une substance interdite", se disant "choqué" par la découverte de traces de meldonium dans ses échantillons.

"Je suis prêt à dire ouvertement que jamais, à aucun moment au cours de ma carrière sportive, je n'ai utilisé de substance interdite ou d'autres moyens malhonnêtes", a déclaré le sportif dans un communiqué diffusé sur le site de la Fédération russe de curling.

"Je suis catégoriquement opposé au dopage et je me suis toujours efforcé de suivre rigoureusement toutes les règles antidopage", a poursuivi le curleur.

Selon Krushelnitsky, médaillé de bronze dans l'épreuve du curling mixte avec sa femme, Anastasia Bryzgalova, son contrôle positif à Pyeongchang a été "non seulement un choc, mais aussi un énorme coup porté à (sa) réputation et à (sa) carrière".

"Seule une personne dépourvue de bon sens serait capable de se doper, d'autant plus s'il s'agit de meldonium, à la veille des Jeux olympiques, où le niveau de contrôle est au plus haut", a-t-il ajouté, se disant "plus intéressé que tout autre par une enquête rapide pour éclaircir les causes de ce qui s'est passé".

Le meldonium, surtout utilisé dans les pays d'Europe de l'Est, est normalement destiné à soigner les angines et les cardiopathies afin d'augmenter les performances des sujets malades. Son usage a été détourné notamment dans les épreuves de vitesse, car il accroît la vascularisation du muscle cardiaque.

Le curleur russe risque une suspension et la perte de sa médaille de bronze gagnée à Pyeongchang.

C'est un nouveau coup dur pour les JO et la Russie, montrée du doigt depuis deux ans avec les révélations du rapport McLaren sur les manipulations organisées par les autorités sportives russes dans le cadre des Jeux olympiques de Sotchi en 2014.

Catégories: Actualités

Georges Tron de retour aux assises du 22 octobre au 16 novembre

mar, 02/20/2018 - 14:59

Après un faux départ en décembre 2017, le procès pour viols en réunion de l'ex-secrétaire d'Etat et maire en exercice de Draveil (Essonne) Georges Tron se tiendra du 22 octobre au 16 novembre, a-t-on appris auprès du parquet général de la Cour d'appel de Paris.

Quatre semaines sont prévues devant les assises de Seine-Saint-Denis - du ressort de cette cour d'appel - pour juger l'élu LR et son ancienne adjointe Brigitte Gruel qui nient en bloc les accusations de viols et agressions sexuelles portées par deux anciennes employées municipales.

En décembre 2017, cette affaire devait être jugée durant neuf jours, mais avait été renvoyée au soir du quatrième: d'incident en incident, les débats avaient pris du retard et le président de la cour d'assises avait fini par reporter le procès après avoir été désavoué par la défense de Georges Tron.

Son conseil Eric Dupond-Moretti avait ainsi révélé à l'audience que lors d'une conversation privée avec des avocats, le magistrat avait confié qu'il aurait préféré "que ce soit une femme qui préside".

Le procès s'était ouvert quelques semaines après la déflagration Harry Weinstein et le déferlement de récits de violences sexuelles qui a suivi. Ce contexte avait semblé accentuer la fébrilité des débats, ponctués d'invectives entre la défense et les parties civiles.

Le procès repartira de zéro à l'automne, avec une durée sensiblement allongée pour entendre les dizaines de personnes appelées à témoigner.

Le scandale avait éclaté en mai 2011 dans le sillage de l'arrestation à New York de l'ancien directeur général du Fonds monétaire international Dominique Strauss-Kahn, mettant soudain en lumière la passion de Georges Tron pour la réflexologie plantaire.

Mais ce qui vaut au maire de Draveil d'être renvoyé devant les assises va au-delà de massages de pied impromptus : Virginie Ettel et Eva Loubrieu disent avoir subi des attouchements et des pénétrations digitales entre 2007 et 2010, sans être capables de s'y opposer, tétanisées face à leur employeur et son adjointe.

Georges Tron avait démissionné de ses fonctions de secrétaire d'Etat à la Fonction publique (2010-2011), mais pas de sa mairie de l'Essonne (30.000 habitants) à la tête de laquelle il a été réélu en 2014.

Catégories: Actualités

Recensement des migrants: le Conseil d'Etat refuse de suspendre la circulaire Collomb

mar, 02/20/2018 - 14:57

Le Conseil d'Etat a refusé de suspendre la très controversée "circulaire Collomb" organisant un recensement des migrants dans l'hébergement d'urgence, déboutant une trentaine d'associations qui dénonçaient une logique de tri, selon la décision publiée mardi.

La circulaire du 12 décembre ne confère "aucun pouvoir de contrainte" aux équipes mobiles chargées du recensement et elles ne pourront rencontrer que les personnes "qui acceptent de s'entretenir avec elles", a estimé le Conseil d'Etat saisi en référé, selon qui aucun élément concret ne permet de conclure à une "situation d'urgence" qui justifierait une suspension.

Catégories: Actualités

Laurent Wauquiez, un aspirant à l'Elysée à la personnalité contestée

mar, 02/20/2018 - 14:57

Laurent Wauquiez, 42 ans, empêtré depuis vendredi dans des déclarations choc enregistrées à son insu, est un surdiplômé qui ne fait pas mystère de son ambition élyséenne, à la personnalité autant appréciée des militants qu'elle peut être honnie parmi ses pairs.

L'affaire du cours de Lyon, ces déclarations au vitriol sur Emmanuel Macron, Gérald Darmanin ou encore Alain Juppé, prononcées devant des étudiants, constitue-t-elle le premier accident de parcours de sa carrière ? Bien qu'âprement critiqué, y compris à droite, le président du parti Les Républicains n'avait guère jusqu'ici connu que des hauts.

Celui dont son entourage rappelle qu'il n'a "jamais perdu une élection" a vécu une ascension rapide et linéaire: député en 2004 à 29 ans, membre des gouvernements Sarkozy-Fillon dès 32 (porte-parolat, Emploi, Europe, Enseignement supérieur), maire du Puy-en-Velay en 2008, réélu au premier tour en 2014, président de la région Auvergne-Rhône-Alpes en 2015 et, depuis décembre, président de LR élu à 75%.

Mais cet ancien protégé de Jacques Barrot, qui a rompu avec le centrisme de son mentor, récolte davantage d'inimitiés que de satisfecit. "Il est face à un mur d'antipathie qu'il a lui-même savamment construit", juge un cadre LR. "Je n'ai jamais vu quelqu'un d'aussi méchant", assure un membre de l'exécutif actuel.

L'homme à la silhouette longiligne (1,91 m), aux cheveux poivre et sel et à la parka rouge - son vêtement de prédilection par temps maussade - doit affronter deux procès convergents. Celui en insincérité, que ses détracteurs instruisent de plus belle depuis cette affaire lyonnaise où on l'entend promettre à son auditoire de leur épargner son habituel "bullshit" ("conneries") réservé aux "plateaux médiatiques".

Au plan politique, un procès en "dérive droitière", voire en connivence avec l'extrême droite, désormais alimenté par une partie de ses anciens camarades de LR qui ont quitté le parti en lui reprochant de ne pas avoir appelé explicitement à voter pour Emmanuel Macron face à Marine Le Pen.

"J'ai la conviction que les valeurs auxquelles les Français sont les plus attachés supposent un programme résolument et sereinement à droite", prône celui qui assure qu'il ne fera "jamais" d'alliance avec le FN.

- "Tête de Turc" -

Quant à son image, "je connais le prix à payer puisque de chouchou des médias, je suis devenu leur tête de Turc", se défend-il dans une interview à Causeur, daté de décembre.

Elu sans grande opposition président de LR, Laurent Wauquiez n'en est pas moins contesté. Par Xavier Bertrand, qui a claqué la porte du parti. Par Valérie Pécresse, qui a créé son propre mouvement, Libres !, associé aux Républicains. Le président des Hauts-de-France et celle de l'Ile-de-France ne l'ont cependant pas défié pour la présidence du parti.

M. Wauquiez revendique le statut de premier opposant à Emmanuel Macron, qu'il attaque sans ménagement tant sur sa supposée méconnaissance de la France profonde (une "haine de la province") que sur sa politique "injuste", notamment envers les retraités et "les classes moyennes", l'un de ses grands chevaux de bataille.

Personne ne doute de ses ambitions élyséennes, même s'il prend soin de n'en parler qu'avec parcimonie. Chaque année, il fait l'ascension du Mont Mézenc (Haute-Loire), à la manière de François Mitterrand gravissant la Roche de Solutré.

La collection de diplômes de celui qui pourfend désormais les "élites" est impressionnante: major de l'ENA en 2001, premier à l'agrégation d'histoire, diplômé de Sciences Po, DEA de droit public, sans compter la connaissance de l'arabe, acquise au Caire quand il travaillait à l'ambassade de France, au début des années 2000. Avec une polémique qui le suit depuis cette expérience égyptienne sur sa supposée proximité avec Soeur Emmanuelle, constamment démentie par une proche de la religieuse.

Même éclectisme côté loisirs: passion pour les arts - transmise par sa mère Eliane Wauquiez-Motte, maire du Chambon-sur-Lignon et ancienne conservatrice du musée d'art moderne de Saint-Etienne - littérature, poésie, musique électronique. Ce marathonien, marié à une administratrice du Sénat, est père de deux enfants.

Catégories: Actualités

Real Madrid: pas de départ en vue pour Zidane, malgré l'"usure"

mar, 02/20/2018 - 14:53

"J'ai envie de rester le plus longtemps possible": Zinédine Zidane, sous contrat au Real Madrid jusqu'en 2020, a coupé court mardi aux rumeurs d'un départ en fin de saison, reconnaissant l'"usure" du poste mais soulignant être "encore jeune" et vouloir continuer à se battre.

"Non, je suis là, bien là, content d'être ici, toujours passionné", a lancé le technicien français en conférence de presse.

"Je suis jeune, c'est important, et je fais ce métier depuis pas très longtemps, c'est aussi important. Ma passion, mon envie sont toujours présentes. Après, c'est le quotidien qui dicte tout ça. Je sais où je suis, je sais l'exigence (du Real). J'ai envie de me battre, je me battrai toujours de toute façon, j'ai envie de rester le plus longtemps possible", a-t-il ajouté.

Le Français a confirmé en janvier avoir récemment prolongé son contrat d'entraîneur jusqu'en 2020. S'il va au bout de ce bail, il pourrait devenir le technicien à avoir passé le plus de temps sur le banc du Real au XXIe siècle.

La presse espagnole a toutefois commencé à spéculer sur une possible démission de l'entraîneur merengue après des propos du capitaine Sergio Ramos, selon qui Zidane pourrait bien "surprendre" la presse et s'en aller au sommet s'il gagne une troisième Ligue des champions d'affilée en mai prochain.

Zidane, pour sa part, avait évoqué vendredi dernier la "grande usure" provoquée par ce poste très exposé, qu'il occupe depuis janvier 2016 et où il a essuyé ces dernières semaines de vives critiques.

"Je profite de chaque jour", a-t-il néanmoins réaffirmé mardi. "C'est beaucoup d'usure mais je suis jeune, je n'ai pas 75 ou 80 ans pour pouvoir dire que je suis fatigué d'entraîner. J'ai 45 ans, c'est très jeune pour entraîner et j'ai de la marge", a souri le Français.

Et quand un journaliste lui a demandé s'il clarifierait son avenir avant la fin de la campagne actuelle, comme il l'avait fait en 2006 à l'heure de prendre sa retraite en tant que joueur, Zidane s'en est tiré par une pirouette.

"Oui, je le dirai avant la fin de la saison... mais juste avant la fin", a-t-il lancé, tout sourire.

Catégories: Actualités

Qatar Airways défie Alitalia en lançant Air Italy

mar, 02/20/2018 - 14:53

Nouveau nom, nouvelles couleurs et nouvelle ambition: la compagnie italienne Meridiana, détenue à 49% par Qatar Aiways, devient Air Italy avec l'ambition de détrôner sa rivale Alitalia, toujours en proie à de graves difficultés financières.

"Nous voulons devenir la marque numéro un en Italie et nous avons les moyens pour le faire", a déclaré lundi à Milan le PDG de Qatar Airways, Akbar Al Baker, en annonçant la naissance de la nouvelle compagnie.

L'ambition du dirigeant est que ce nouvel entrant dans le paysage aérien de la péninsule devienne "le vecteur national pour l'Italie", a-t-il précisé lors d'une conférence de presse, présentant le projet industriel qui doit permettre d'atteindre cette position de leader.

Ce dernier prévoit un renouvellement complet de la flotte de la compagnie, détenue depuis septembre à 49% par Qatar Airways (l'actionnaire majoritaire étant le prince Aga Khan, via Alisarda).

L'ex-Meridiana, devenue Air Italy, passera ainsi de 11 appareils actuellement en service à 50 dans les trois prochaines années (parmi lesquelles 20 nouveaux Boeing 737 Max 8, dont le premier sera livré en avril, et 30 Boeing 787-8 Dreamliner), qui seront habillés d'une toute nouvelle livrée bordeaux et vert émeraude, présentée lundi.

Le réseau sera lui aussi totalement revu avec l'aéroport de Milan Malpensa comme hub, d'où partiront trois nouvelles liaisons vers New York et Miami (en juin), puis Bangkok (en septembre), le siège de la compagnie restant à Olbia, en Sardaigne.

Le plan prévoit aussi de renforcer les lignes nationales en interconnexion avec Milan depuis Rome, Naples, Palerme ou Catane avec l'objectif de transporter 10 millions de passagers à l'horizon 2022 (contre 2.6 millions actuellement), a précisé l'actuel patron de Meridiana, Francesco Violante, qui participait à la conférence de presse.

- Devenir n°1 -

Le projet d'Air Italy doit s'accompagner de l'embauche de 1.500 personnes au moment même où la compagnie nationale Alitalia (détenue à 49% par le groupe d'Abu Dhabi Etihad) est toujours placée sous tutelle après le rejet par les salariés d'un plan de restructuration prévoyant la suppression de quelque 1.700 emplois sur les 11.500 actuels.

En proie depuis plusieurs années à une grave crise financière, la compagnie nationale a accumulé les pertes face à la concurrence des compagnies à bas coûts et trois groupes ont déposé une offre pour sa reprise partielle ou totale: Lufthansa, le fonds américain Cerberus et Easyjet.

Selon les médias, la compagnie allemande Lufthansa souhaiterait réduire les effectifs de 2.000 personnes, soit 25% du personnel de la partie "aviation" (8.400 personnes).

Une phase de fortes turbulences dont Air Italy entend bien tirer profit pour asseoir son expansion et détrôner sa rivale.

"Nous sommes la seule compagnie aérienne en Italie à ne pas avoir affronté un plan de restructuration", a déclaré Akbar Al Baker dans une allusion à peine voilée à Alitalia.

"Il y aura une relance sur le marché européen et notre objectif est de devenir la compagnie numéro un pour l'Italie, élégante, sophistiquée, internationale et innovante", a-t-il souligné.

Le dirigeant a également fait part de l'ambition d'Air Italy d'intégrer à terme l'alliance aérienne Oneworld, à laquelle appartiennent une quinzaine de compagnies, dont British Airways, Quantas, Iberia ou Qatar Airways, et ainsi étendre son réseau à davantage de destinations.

"En Italie, il y aura une compétition et ce sera une compétition dure", a prédit Akbar Al Baker.

Catégories: Actualités

Oxfam enquête sur 26 nouveaux cas de comportements sexuels inappropriés

mar, 02/20/2018 - 14:52

La parole semble se libérer depuis la révélation d'abus commis par des membres d'Oxfam déployés en Haïti après le séisme meurtrier de 2010: l'ONG britannique a indiqué mardi enquêter sur 26 nouveaux cas de comportements sexuels inappropriés.

Seize de ces cas concernent les programmes internationaux d'Oxfam, confédération d'une vingtaine d'organisations humanitaires qui emploie 10.000 personnes à travers le monde et plusieurs dizaines de milliers de volontaires.

Ces cas se rapportent à "des événements récents comme à d'autres historiquement plus anciens", a précisé devant les membres d'une commission parlementaire britannique le directeur général d'Oxfam, Mark Goldring.

"Nous voulons vraiment que les gens se manifestent", a-t-il dit, indiquant que des enquêtes pourraient de nouveau être menées sur certaines affaires anciennes.

Ces derniers jours, d'autres révélations avaient déjà émergé. Plusieurs employés d'Oxfam sont ainsi accusés de viols au cours de missions humanitaires au Soudan du Sud et d'abus sexuels au Liberia.

Oxfam enquête aussi sur des accusations d'abus sexuels aux Philippines après le passage d'un typhon destructeur en 2013. La directrice régionale en Asie, Lan Mercado, a expliqué avoir connaissance de plaintes dans ce pays ainsi qu'au Bangladesh et au Népal sur la période 2009-2013, tout en affirmant que leur ampleur n'était "pas comparable" avec Haïti.

L'an dernier, "87 rapports d'incidents" ont été remontés au sein de l'ONG au Royaume-Uni et à l'étranger, 35 étant communiqués à la commission caritative, l'institution britannique qui contrôle les organisations humanitaires. Ces 87 cas vont d'affaires "mineures à très graves", selon M. Goldring. Il s'est excusé "pour les dommages qu'Oxfam a causés".

- 7.000 donateurs en moins -

L'ONG a remis au gouvernement haïtien l'enquête interne réalisée en 2011 au sujet de la mission humanitaire en Haïti.

Un responsable y reconnaît avoir payé des prostituées, d'autres employés sont accusés de harcèlement et d'intimidation, et un témoin a été menacé physiquement.

Une jeune Haïtienne a raconté au quotidien The Times avoir eu une relation avec l'ancien directeur d'Oxfam en Haïti, Roland Van Hauwermeiren, alors qu'elle avait 16 ans et lui 61. Il lui aurait donné de l'argent et des couches pour son nouveau-né. Selon elle, il invitait parfois dans sa maison des femmes venues demander un emploi et leur donnait parfois de l'argent.

M. Van Hauwermeiren a démenti la semaine dernière avoir organisé des orgies avec de jeunes prostituées. Il a dit avoir eu des rapports sexuels avec une "femme honorable et d'âge mûr" et maintenu qu'il ne lui avait pas versé d'argent.

Sept employés d'Oxfam en Haïti avaient quitté l'ONG dans le cadre de l'enquête interne.

Quatre ont été licenciés pour "faute grave" tandis que trois ont démissionné, dont Roland Van Hauwermeiren auquel il a été proposé un "départ digne, à condition qu'il coopère pleinement avec le reste de l'enquête".

Celui-ci avait poursuivi ensuite sa carrière dans l'humanitaire, devenant chef de mission pour Action contre la faim au Bangladesh de 2012 à 2014. Oxfam n'avait pas communiqué à ACF les raisons de sa démission.

"Nous aurions dû être plus proactifs", a reconnu M. Goldring. "Nous aurions dû dire 'S'il vous plaît appelez-nous - il y a lieu de s'inquiéter'".

Conséquence du scandale éclaboussant Oxfam, environ 7.000 donateurs réguliers ont interrompu leurs versements ces dix derniers jours et certaines entreprises s'interrogent sur leur soutien à l'ONG, selon le directeur général.

Pour contrer les critiques, Oxfam a annoncé une série de mesures dont la création d'une commission "indépendante" qui passera en revue la culture et les pratiques de l'ONG.

Le scandale s'est aussi étendu à d'autres organisations humanitaires, dont Save the Children. L'ONG britannique est accusée d'avoir laissé partir sans sanction Brendan Cox, le mari de la députée assassinée Jo Cox, alors qu'il lui était reproché un comportement sexuel inapproprié envers des collègues féminines.

Interrogé par la commission parlementaire, le directeur général de Save the children, Kevin Watkins, a expliqué que l'ONG avait produit par le passé deux rapports mettant en garde contre la propension "de prédateurs masculins" à s'engager dans l'humanitaire pour commettre des abus.

Selon lui, rien qu'en 2016 l'ONG a identifié "193 cas" problématiques concernant des enfants, ayant conduit à une vingtaine d'enquêtes policières et onze licenciements.

Catégories: Actualités

JO-2018: le relais mixte francais sacré, Fourcade, seul sur l'Olympe

mar, 02/20/2018 - 14:43

Il vole d'exploit en exploit: deux jours après sa fabuleuse victoire sur la mass start, Martin Fourcade a écrit une nouvelle page de sa légende en devenant l'athlète français le plus titré dans l'Histoire des Jeux avec une 5e médaille d'or décrochée avec le relais mixte tricolore, mardi à Pyeongchang.

Ce succès acquis en compagnie de Marie Dorin, Anaïs Bescond et Simon Desthieux, le roi du biathlon y tenait particulièrement. Au-delà de la statistique, qui lui permet désormais d'être seul sur l'Olympe du sport national, le Pyrénéen de 29 ans n'avait jusqu'ici jamais connu l'ivresse d'un podium avec les Bleus en trois participations aux JO. L'anomalie a été réparée et de manière éclatante.

On attendait du porte-drapeau de la délégation française qu'il donne l'exemple et soit la star de ces Jeux. Fourcade aura été exact au rendez-vous avec trois succès, effaçant pour de bon des tablettes les escrimeurs Christian D'Oriola et Lucien Gaudin et leurs quatre titres olympiques.

Il devient également le deuxième Tricolore à s'emparer de trois médailles d'or lors d'une même édition, 50 ans après Jean-Claude Killy. Une performance qui ne sera pas battue de sitôt.

Avec une dernière course prévue vendredi, le relais messieurs, il a désormais en ligne de mire le quadruplé du Norvégien Ole-Einar Bjoerndalen en 2002, avec qui il partage le statut de plus grand biathlète de tous les temps.

- Motivation décuplée -

Sa victoire sur la mass start, au bout du suspense et grâce à la photo-finish dimanche, au lieu de le fatiguer, a manifestement encore décuplé sa motivation et son envie de gagner enfin avec ses camarades.

Alors que le reste de la troupe bleue paraissait en grande difficulté en Corée du Sud, il a su tirer tout le monde vers le haut, avant de finir le travail de manière magistrale, par un sans-faute au tir et une aisance incroyable sur les skis.

Au final, la Norvège (Marte Olsbu, Tiril Eckhoff, Johannes Boe, Emil Svendsen) est reléguée à 20,9 secondes et l'Italie (Lisa Vittozzi, Dorothea Wierer, Lukas Hofer, Dominik Windisch) à 26,9 secondes.

Les Allemands, considérés comme les grands favoris de cette épreuve, ont fait quasiment toute la course en tête, mais le retour en trombe de la fusée Fourcade a fait totalement craquer le malheureux Arnd Peiffer, sacré sur le sprint, et seulement 4e à l'arrivée. La Mannschaft a posé réclamation pour essayer de s'inviter sur le podium après un sprint jugé litigieux de l'Italien Windisch. En vain.

Ce titre est également une magnifique récompense pour Marie Dorin, qui a annoncé la fin de sa carrière à la fin de cette saison. La chef de file historique des Bleues pourra tirer sa révérence par la grande porte sur ce premier sacre olympique, après un hiver de galères et une sélection pour Pyeongchang gagnée in extremis.

Avec son 10/10 à la carabine, la quintuple championne du monde de 31 ans a parfaitement lancé ses coéquipiers. Anaïs Bescond a connu plus de difficultés avec notamment trois pioches sur son tir debout mais Simon Desthieux a su repositionner les Bleus avant de confier l'ultime relais à Fourcade. Le roi a fait le reste.

Catégories: Actualités

Berlinale: Gus Van Sant filme la rédemption d'un dessinateur alcoolique

mar, 02/20/2018 - 14:40

Trois ans après son dernier film reçu de manière désastreuse, l'Américain Gus Van Sant a présenté mardi à la Berlinale son nouvel opus "Ne t'inquiète pas, il n'ira pas loin à pied" avec Joaquin Phoenix, un biopic sans grand éclat sur la rédemption d'un dessinateur alcoolique et tétraplégique.

Connu pour jongler entre films d'auteurs ("Elephant", Palme d'or 2003) et oeuvres plus grand public de commande ("Will hunting"), le réalisateur s'est penché sur la biographie du dessinateur John Callahan, découverte il y a vingt ans grâce à Robin Williams qui avait envisagé un temps de l'interpréter.

Alcoolique depuis l'adolescence, John Callahan sera paralysé à la suite d'un accident de voiture à l'âge de 21 ans, qui accentuera ses problèmes de boisson.

Il finira par se lancer dans le dessin humoristique, tendance humour noir, et à s'en sortir progressivement. Décédé en 2010, l'homme aux cheveux roux est une figure de Portland (Oregon), la ville de Gus Van Sant.

"C'est quelqu'un qui a toujours joué avec les limites", a souligné le cinéaste à Berlin. Les cartoons très politiquement incorrects du dessinateur font partie intégrante de son film, et permettent de mieux saisir sa personnalité.

"Boire était son principal handicap", a estimé Joaquin Phoenix, refusant de s'étendre plus sur sa préparation pour ce rôle en fauteuil roulant.

"J'ai lu le livre cinq-six fois", s'est contenté d'expliquer l'acteur récompensé l'an dernier à Cannes pour sa performance dans "A beautiful day".

Poignant sans être bouleversant, le film se concentre sur l'accident de John Callahan et sa rédemption. Il consacre une large place aux réunions d?alcooliques anonymes et thérapies de groupe entreprises par le personnage. L'occasion de revenir sur une enfance marquée par l'abandon et le mal-être.

En animateur de groupe à l'allure christique, l'acteur Jonah Hill impressionne. Le casting est complété par Rooney Mara en infirmière suédoise, Jack Black en copain de défonce et plusieurs figures de la scène musicale indépendante comme Beth Ditto et Kim Gordon (Sonic Youth), en compagnons de souffrance.

En dépit de ses bonnes intentions, le film, produit par Amazon, souffre d'une mise en scène assez convenue et d'un air de déjà vu.

Le précédent film de Gus Van Sant, "La Forêt des songes" avec Matthew McConaughey et Naomi Watts, avait été étrillé à Cannes en 2015: il racontait la rencontre de deux hommes partis se suicider dans une forêt au Japon.

Entretemps, le réalisateur a travaillé sur la mini-série "When we rise" sur la lutte pour les droits des homosexuels aux Etats-Unis.

Catégories: Actualités

Virus aviaire: plus de 9.000 canards abattus par précaution dans le Gers

mar, 02/20/2018 - 14:40

Quelque 9.400 canards ont été abattus mardi dans deux exploitations du Gers au nom du principe de précaution en raison de la présence d'un virus d?influenza aviaire faiblement pathogène, a-t-on appris auprès du mouvement les Canards en colère, confirmé par la préfecture.

"7.400 canards ont été abattus sur une exploitation à Sauviac" et 2.000 autres à Viella, deux communes situées dans le sud du département, déjà touché par ce type d'épidémie, a indiqué Lionel Candelon, fondateur des Canards en colère.

Début février, plus de 10.000 palmipèdes avaient déjà été abattus dans deux communes voisines, Sainte-Dode et Sarraguzan, en raison de la détection du virus faiblement pathogène H5N3.

A une dizaine de kilomètres seulement, à Sauviac, "il y a quatre bâtiments avec 2.000 canards chacun. Seulement deux bâtiments ont été confirmés comme atteints par l'infection H5N3", a déclaré M. Candelon, mais "pour ne pas prendre de risques, l'éleveur a demandé l'abattage des canards des quatre bâtiments".

"Conformément à la réglementation européenne, deux zones réglementées sont définies à Viella et Sauviac dans un rayon de 1 km", selon un communiqué de la préfecture du Gers. "Les entrées et les sorties de volailles sont interdites. Tous les élevages de volailles y font l?objet de visites vétérinaires avec, dans les élevages de palmipèdes, dépistage systématique du virus influenza aviaire". Ces zones réglementées seront levées "21 jours après la fin des opérations de nettoyage et de désinfection", a ajouté la préfecture.

Selon la préfecture, la présente "souche faiblement pathogène d'influenza aviaire n'a pas de caractère exceptionnel ou alarmant (...). Elle n'a notamment aucun lien direct avec les souches hautement pathogènes H5N1 et H5N8 qui ont justifié en 2016 et 2017 des abattages massifs de volailles dans le Sud-Ouest de la France".

A Sauviac, l'éleveur et les Canards en colère contestent la fiabilité des analyses et se demandent pourquoi seulement deux des quatre bâtiments seraient affectés par le virus. "On remet en cause la biosécurité", s'indigne M. Candelon.

"L'éleveur a traité de manière identique ses quatre bâtiments", estimant que soit les analyses sont passées à côté d'une contamination, soit au contraire elles se sont révélées positives là où le virus était absent et "on a euthanasié des canards qui n'étaient peut-être pas malades", a ajouté M. Candelon.

"Les éleveurs vont être indemnisés, ce n'est qu'une question de semaine", a-t-il rassuré. "Le souci est pour les professionnels qui viennent après" dans la chaîne: "le gaveur va avoir un préjudice sur le manque d?animaux en gavage. Et ce seront des animaux qu'on n'aura pas sur les étalages. Pour les gros fournisseurs, ce n'est pas grave mais pour une petite coopérative comme celle de Sauviac, c'est important", a-t-il déploré.

Catégories: Actualités

Une sixième dirigeante indépendantiste catalane quitte l'Espagne

mar, 02/20/2018 - 14:32

Une sixième dirigeante indépendantiste de Catalogne, Anna Gabriel, a quitté l'Espagne pour échapper à une éventuelle incarcération et s'est installée en Suisse d'où elle a assuré mardi être privée d'un procès équitable.

"Comme je n?aurai pas un procès équitable chez moi, j?ai cherché un pays qui puisse protéger mes droits", a-t-elle déclaré au quotidien suisse le Temps dans un entretien publié mardi.

Anna Gabriel était convoquée mercredi par la Cour suprême à Madrid et risquait d'être placée en détention, comme quatre autres séparatistes incarcérés depuis plus de trois mois.

Selon la justice, elle aurait appartenu à un "comité stratégique" chargé de mener la Catalogne vers l'indépendance.

Dans cet entretien, la responsable juge excessives les enquêtes policières et judiciaires et les inculpations visant des centaines de personnes pour leur rôle dans la tentative de sécession du mois d'octobre en Catalogne.

"C'est une persécution politique (...) ce n'est pas un tribunal impartial", a aussi déclaré à la télévision suisse RTS, dans un français presque parfait, l'ex-porte-parole du groupe parlementaire de la CUP (Candidature d'unité populaire, extrême gauche indépendantiste).

Anna Gabriel compare la situation en Catalogne à "ce qui se passe en ce moment en Turquie" où plus de 55.000 personnes, dont des journalistes, députés et militants, ont été arrêtés après la tentative de coup d'Etat en 2016.

Le ministre espagnol de la Justice Rafael Catala a pour sa part estimé que Mme Gabriel a fait preuve d'une "irresponsabilité gravissime".

- Demande d'asile ? -

Mme Gabriel a précisé qu'en cas de demande d'extradition de l'Espagne, elle n'écartait pas la possibilité de demander l'asile politique à la Suisse.

Le 1er octobre, les indépendantistes ont organisé en Catalogne, en dépit de son interdiction par la Cour constitutionnelle, un référendum d'autodétermination émaillé de violences policières.

Puis, affirmant l'avoir emporté avec 90% des voix et 43% de participation, ils avaient exigé un "dialogue" à Madrid sur l'autodétermination et ont fini par déclarer l'indépendance le 27 octobre.

La déclaration sans lendemain a entraîné la mise sous tutelle de la région par Madrid.

Le parti de Mme Gabriel, une professeure de droit née en 1975, est la plus petite des trois formations indépendantistes mais aussi la plus virulente, prônant la désobéissance civile et une rupture unilatérale.

Or les appels à la résistance passive ont déjà été assimilés par le juge en charge du dossier à des actes pouvant entrainer des violences. Elle risquait donc à ce titre un placement en détention provisoire.

- Belgique et Suisse -

En quittant l'Espagne, Anna Gabriel, marche dans les pas de cinq autres indépendantistes: le président catalan destitué Carles Puigdemont et quatre ex-"ministres" régionaux, installés en Belgique.

Tous sont visés par des poursuites pour "rébellion, sédition et malversation de fonds", passibles de peines allant jusqu'à 30 ans d'incarcération.

Cette enquête vise l'ensemble du noyau dur séparatiste, une trentaine de personnes, dont quatre sont encore en détention provisoire, depuis plus de trois mois, notamment l'ancien vice-président Oriol Junqueras.

Pour deux d'entre eux, les dirigeants d'associations indépendantistes Jordi Sanchez et Jordi Cuixart, l'ONG Amnesty juge ces incarcérations excessives.

En Catalogne, après la tentative de sécession, de nouvelles élections régionales, organisées, le 21 décembre ont vu indépendantistes et partisans de l'Espagne terminer au coude à coude.

Si les premiers ont conservé leur majorité de 70 députés sur 135, grâce à une pondération des voix profitant aux provinces les plus séparatistes, ils sont depuis des semaines embourbés dans des négociations sur la conduite à adopter après les incarcérations et "exils" volontaires de leurs leaders.

Puigdemont, dirigeant d'"Ensemble pour la Catalogne", liste la plus votée, entend être investi président à distance, mais la Cour constitutionnelle a interdit cette option et prévenu que ceux qui la rendraient possible seraient passibles de poursuites.

Le deuxième groupe indépendantiste, la Gauche républicaine de Catalogne (ERC), insiste lui sur la nécessité de doter rapidement la Catalogne d'un gouvernement.

Catégories: Actualités

Un rapport juge l'état de l'armée allemande préoccupant

mar, 02/20/2018 - 14:22

Sous-marins en panne, avions cloués au sol et manque de personnel: un rapport parlementaire publié mardi tire la sonnette d'alarme sur l'état de l'armée allemande, en écho aux critiques de Donald Trump.

Les déficiences de la Bundeswehr en équipements et en hommes, par rapport aux missions croissantes qui lui sont assignées à l'étranger, sont connues. Mais le gouvernement d'Angela Merkel avait promis d'y remédier en déliant les cordons de la bourse.

"Loin de s'améliorer, la capacité de mise en action des forces armées s'est plutôt encore dégradée", souligne le rapporteur de la chambre des députés pour l'armée allemande, Hans-Peter Bartels, dans son rapport.

Il constate "la persistance de gros manques tant en termes de personnel que de matériel dans tous les domaines de la Bundeswehr" et met en garde contre une armée sans direction avec des soldats livrés à eux-mêmes: 21.000 postes d'officiers et sous-officiers sont vacants.

Les exemples qu'il donne ont de quoi préoccuper le gouvernement mais aussi les alliés de l'Allemagne au sein de l'Otan, ou les pays partenaires dans les missions internationales.

- Cale sèche -

Fin 2017, les six sous-marins que compte l'Allemagne étaient tous en cale sèche pour problème technique. L'armée de l'air a de son côté connu des périodes récentes où aucun de ses 14 avions de transport militaire Airbus A400M n'était en état de voler.

Même les responsables des escadrilles d'appareils les plus sophistiqués de l'armée de l'air, chasseurs Eurofighter et Tornado, hélicoptères Tigre, CH-53 ou NH-90, se plaignent de ne pas pouvoir former suffisamment les équipages car les aéronefs sont trop souvent cloués au sol pour pépins mécaniques, indique le rapport.

"Le manque de pièces détachées de rechange frappe tout autant l'armée de terre que l'armée de l'air", morigène le rapport.

Suite aux coupes dans le budget militaire de l'Allemagne depuis la réunification du pays en 1990 et la fin de la Guerre Froide, qui ont réduit les effectifs de la Bundeswehr à 180.000 aujourd'hui, l'armée a été régulièrement confrontée à des problèmes d'équipements obsolètes.

Le gouvernement a annoncé l'an dernier vouloir stopper cette tendance: la Bundeswehr va bénéficier dans les 7 années à venir de sa première hausse d'effectifs depuis 1990 et de davantage d'investissements.

Mais jusqu'ici "il n'y a pas encore de réel supplément" dans les budgets militaires, alors que la Bundeswehr est de plus en plus engagée dans des missions à l?étranger, de maintien de la paix comme en Afghanistan ou en Afrique, ou plus offensives comme celle contre l?organisation Etat islamique en Syrie et en Irak, déplore le rapport.

- 'Resquilleur' -

Selon un rapport confidentiel de l?armée qui a fuité dans la presse cette semaine, il manquera à la Bundeswehr l?an prochain non seulement des chars mais aussi des vêtements d?hiver et des vestes balistiques pour les militaires en vue des engagements de l?Otan en Europe de l?Est face à la menace russe.

Le rapport parlementaire vient nourrir les critiques récurrentes du président américain Donald Trump, qui accuse l?Allemagne, pays en pleine forme économiquement, de ne pas assez dépenser sur le plan militaire.

Ces critiques sont partagées par d?autres membres de l?Otan. Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a accusé jeudi l?Allemagne de se comporter en "resquilleur" au sein de l?Alliance atlantique.

L?Allemagne dépense actuellement 1,2% de son PIB pour la défense, loin de l?objectif de 2% que se sont fixés les pays de l?Otan.

Et le programme du prochain gouvernement d?Angela Merkel ne prévoit qu?une hausse mesurée, à 1,5% à l?horizon 2021.

La pusillanimité de Berlin dans ce domaine suscite aussi, selon des diplomates, certaines tensions avec la France pour les projets liés à l?Europe de la Défense. Le chef de l?Etat français Emmanuel Macron a fait de ce point une de ses priorités pour la relance du projet européen.

Catégories: Actualités

JO-2018: une prime de 50.000 euros pour l'or des Français

mar, 02/20/2018 - 14:21

Cinquante mille euros pour l'or: les primes versées aux médaillés olympiques à Pyeongchang-2018 sont d'un montant équivalent à celles enregistrées pour Sotchi-2014 et Rio-2016, a indiqué mardi à l'AFP le Comité national olympique et sportif français.

Ces primes sont de 50.000 euros pour une médaille d'or, de 20.000 euros pour l'argent et de 13.000 euros pour une médaille de bronze.

Depuis 2014, ces primes, qui sont également les mêmes pour les sportifs des Jeux paralympiques ont été inscrites au Journal officiel afin d'institutionnaliser une pratique jusqu'alors à discrétion du ministre des Sports.

Martin Fourcade, devenu mardi le Français le plus titré de l'histoire des Jeux, été et hiver confondus, a gagné à Pyeongchang-2018 trois médailles d'or, soit d'ores et déjà un joli pactole de 150.000 euros.

Catégories: Actualités

Migrations: petite amende pour le père de "l'enfant de la valise"

mar, 02/20/2018 - 14:20

Le tribunal de l'enclave espagnole de Ceuta au Maroc a finalement condamné, mardi, à une simple amende de 92 euros l'Ivoirien Ali Ouattara, dont l'enfant de huit ans avait été caché dans une valise pour passer la frontière sud de l'Europe.

Le 7 mai 2015, à un poste frontière de Ceuta, un bagage pesant transporté par une jeune fille marocaine avait été passé au scanner: les gardes civils, stupéfaits, avaient alors vu apparaître la silhouette d'un enfant recroquevillé en position foetale.

Le parquet réclamait initialement trois ans de prison à l'encontre du père du garçon, Ali Ouattara, 45 ans.

"On avait mis en danger la vie de l'enfant, recroquevillé d'une façon inhumaine dans une très petite valise sans ventilation", avait d'abord lu le président du tribunal, Fernando Teson, résumant un argument de l'accusation.

Mais en fin d'audience, le procureur n'a finalement requis qu'une amende de 224 euros, car il n'avait pas été prouvé que le prévenu "savait de quelle façon son fils allait être introduit dans le pays".

Les juges ont condamné le prévenu à 92 euros d'amende, tenant compte du fait qu'il avait passé un mois en détention provisoire.

Ils ont pris leur décision après avoir écouté le récit de l'enfant, Adou, désormais âgé de dix ans.

Il a bien admis qu'il "respirait mal" dans la valise où l'avait placé "une fille marocaine". Mais il a complètement disculpé son père qui lui avait expliqué qu'il passerait "en voiture" et n'avait jamais parlé de valise.

Ali Ouattara avait auparavant expliqué qu'il avait payé 5.000 euros à un réseau de passeurs, pour faire venir son fils coûte que coûte en Espagne.

Il a rappelé qu'à l'époque de l'affaire, il vivait depuis huit ans en Espagne - avec un titre de séjour, un travail stable et un logement - et avait pu faire venir sa femme et sa fille mais pas son petit dernier, l'administration espagnole estimant que ses 1.300 euros de salaire n'étaient pas suffisants pour les faire vivre tous.

La jeune Marocaine ayant transporté le bagage est recherchée par la justice, alors que le parquet réclamait six ans de prison contre elle.

Ali, ex-professeur de philosophie et de français à Abidjan, était arrivé en 2006 en Espagne, clandestinement par la mer, comme des milliers d'Africains le font chaque année à bord d'embarcations de fortune.

"Nous allons commencer à revivre", a-t-il conclu, "tous ensemble, ma femme, ma fille, mon fils et moi à Bilbao" au Pays basque espagnol.

Catégories: Actualités

Maëlys: audition jeudi de Lelandais sauf contre-indication médicale

mar, 02/20/2018 - 14:20

La prochaine audition de Nordahl Lelandais, qui a avoué la semaine dernière avoir tué "accidentellement" la petite Maëlys après cinq mois et demi de dénégations, devrait se tenir jeudi comme prévu sauf contre-indication médicale, a-t-on appris mardi de sources concordantes.

L'ancien maître chien de 35 ans est hospitalisé depuis vendredi soir dans une unité hospitalière spécialement aménagée (UHSA) de la prison de Lyon-Corbas, sise au sein de l'hôpital psychiatrique du Vinatier, près de Lyon.

"Suite à ses aveux, un changement de comportement a été constaté" qui a donné lieu à une surveillance particulière de Nordahl Lelandais "pour éviter tout passage à l'acte", a indiqué l'Administration pénitentiaire (AP).

Le détenu a demandé à voir un médecin et ce dernier a décidé de le transférer en UHSA. "Son maintien, comme sa sortie, dépendent d'une décision médicale", a souligné l'AP, rappelant l'existence du secret médical autour de tout malade, fut-il détenu.

Cette unité aménagée "reste un établissement pénitentiaire, il peut y être entendu (par les juges d'instruction, ndlr), y avoir des parloirs, etc.", a-t-on ajouté de même source.

A priori, si "aucune contre-indication médicale" ne vient reporter cette audition, Lelandais, mis en examen pour l'enlèvement et le meurtre de la fillette, devrait être extrait de l'UHSA, ou de la prison de Saint-Quentin Fallavier, s'il y est revenu entretemps, pour être entendu à Grenoble, selon une source proche du dossier.

Cette audition est très attendue pour comprendre ce qui est arrivé à Maëlys De Araujo cette nuit du 26 au 27 août à Pont-de-Beauvoisin (Isère) où elle participait à une fête de mariage avec sa famille, avant de disparaître.

"On a le +où+ et le +quand+, il nous manque le +comment+ et le +pourquoi+" de la mort de la fillette de 8 ans, dont le squelette et quelques effets (la robe et une sandale) ont été retrouvés à l'endroit où Nordahl Lelandais a conduit les enquêteurs mercredi, a relevé une source proche de l'enquête.

Ce rebondissement inattendu, alors qu'il niait depuis sa première mise en examen début septembre toute implication, est lié à la découverte d'une goutte de sang de Maëlys dans le coffre de sa voiture qu'il avait minutieusement récurée le lendemain du mariage.

"Il dira ce qu'il estime devoir dire", a déclaré mardi sur RMC/BFMTV son avocat Me Alain Jakubowicz. Si c'est un "accident" comme il le dit maintenant, "il aura à l'expliquer, à l'étayer" devant les juges, a poursuivi l'avocat, qui entend rester "aux côtés de l'homme dont on attend qu'il dise la vérité".

Nordahl Lelandais est aussi mis en examen à Chambéry pour l'assassinat du caporal Arthur Noyer, 23 ans, disparu en avril 2017.

Catégories: Actualités

JO-2018 : troisième médaille d'or pour Martin Fourcade, Français le plus titré des Jeux olympiques

mar, 02/20/2018 - 14:16
En décrochant une troisième médaille aux JO de Pyeongchang, le biathlète Martin Fourcade est devenu, mardi, le Français le plus titré des Jeux olympiques, été et hiver confondus.
Catégories: Actualités

Pages