France 24 - L'info en continu

S'abonner à flux France 24 - L'info en continu France 24 - L'info en continu
Mis à jour : il y a 24 min 8 sec

Banlieues: Borloo se dit très satisfait des annonces de Macron

mar, 05/22/2018 - 14:42

L'ex-ministre Jean-Louis Borloo s'est dit très satisfait mardi des annonces d'Emmanuel Macron pour les banlieues, estimant que "tous les sujets du rapport ont été cochés".

"Les 19 points du rapport (dont il est l'auteur) y sont tous. J'ai retrouvé la cour d'équité territoriale, la fondation, le campus numérique, la cité éducative, la mobilisation de tout le monde. Je n'en vois pas un qui manque, sauf peut-être le programme +à la rencontre de l'autre", a-t-il dit à l'AFP à l'issue du discours du chef de l'Etat.

"Après c'est un art de l'exécution", a conclu M. Borloo dont l'ambitieux rapport sur l'action à mener dans les quartiers prioritaires a inspiré le président de la République.

Catégories: Actualités

Top 14: sans "garanties", Urios quittera Castres

mar, 05/22/2018 - 14:40

Le manager de Castres Christophe Urios quittera le CO s'il n'obtient pas de "garanties sur l'évolution du club", a-t-il déclaré mardi, quatre jours avant une demi-finale de Top 14 face au Racing 92.

"L'issue de la demi-finale ne change rien pour mon avenir. J'ai la vision d'un projet à Castres. Aujourd'hui, ma priorité est de rester mais j'ai besoin d'avoir des garanties sur l'évolution du club", a déclaré Urios à quelques jours de sa première demi-finale avec le CO depuis son arrivée comme manager en 2015.

"Même si on était champion, ça ne changerait rien. Et si je n'ai pas ces garanties, je quitterai le club. La clé ce n'est pas moi qui l'aie, c'est M. Revol", le président castrais, a ajouté l'ex-talonneur, champion de France 1993 avec le CO.

Pierre-Yves Revol avait relativisé le sujet un peu plus tôt: "Christophe avait pour ambition, quand il a signé pour 4 ans, d'essayer d'être champion. S'il l'est un an plus tôt, peut-être aura-t-il envie d'aller voir ailleurs avant. Quoi qu'il arrive, ça se passera bien entre nous", a assuré l'ancien président de la Ligue nationale de rugby (LNR), qui est aussi à la tête de la Fondation Pierre Fabre, actionnaire de référence du groupe pharmaceutique qui contrôle le club.

Après deux échecs en barrage ces deux dernières saisons, Castres a enfin franchi cette étape samedi en s'imposant avec la manière à Toulouse (23-11).

Catégories: Actualités

Attentat déjoué en Afghanistan: au moins 16 morts dans le désamorçage d'un véhicule piégé

mar, 05/22/2018 - 14:38

Au moins seize personnes ont été tuées et 38 blessées, en majorité des civils, mardi à Kandahar, grande capitale du sud de l'Afghanistan, dans l'explosion d'un minibus piégé que les forces de l'ordre tentaient de désamorcer en plein centre-ville.

Près de quatre heures après l'explosion, survenue à la mi-journée, ce bilan était encore susceptible de s'alourdir, des victimes risquant d'être restées coincées sous les décombres, a prévenu un responsable de l'hôpital local.

L'explosion s'est produite à la mi-journée, vers midi (7H30 GMT), dans le centre de Kandahar.

"J'étais dans ma boutique quand l'explosion s'est produite, je me suis retrouvé noyé de fumée, taché de sang, la main cassée", a rapporté un voisin à l'AFP.

Le groupe qui comptait utiliser le véhicule ne s'est pas fait connaître et il était encore impossible de savoir si l'attentat était imminent ou préparé pour une date ultérieure.

Selon le chef de la police Mohammad Qasim Azad, contacté par l'AFP, "les forces de sécurité traquaient depuis le matin un véhicule pouvant être utilisé comme voiture-suicide: elles ont découvert le minibus rempli d'explosifs, garé près d'un arrêt de bus".

"Le véhicule a explosé alors que les policiers essayaient de le désamorcer", a ajouté le responsable.

Le porte-parole du gouverneur provincial, Daud Ahmadi, a précisé que "les forces de sécurité agissant sur la foi d'un renseignement (...) la zone avait été évacuée" avant l'explosion, ce qui a limité le nombre de victimes.

Selon Daud Ahmadi, un "gros conteneur a été également découvert à proximité du lieu de l'explosion, rempli d'explosifs, de RPG (lance-roquettes), de vestes-suicide et de munitions".

Pour lui, "les terroristes prévoyaient de conduire un énorme attentat vers la fin du ramadan, quand la ville est pleine de gens qui préparent les festivités de l'Aïd... Heureusement, les forces de sécurité ont empêché ce désastre".

- Sous les décombres -

"Les derniers chiffres disponibles font état de seize morts et 38 blessés acheminés à l'hôpital. Mais nous avons encore des ambulances sur place car il pourrait y avoir d?autres victimes sous les décombres", a indiqué à l'AFP le responsable de l'hôpital Mirwais de Kandahar.

selon le chef de la police, la plupart des victimes sont des civils.

Le porte-parole du gouverneur provincial a confirmé ce bilan, ajoutant que les forces de sécurité avaient perdu quatre hommes et qu'au moins dix autres avaient été blessés. L'explosion a également touché cinq enfants, a-t-il ajouté.

Il s'agit du deuxième incident ayant tué des civils depuis le début du ramadan, observé en Afghanistan depuis le 17 mai.

Vendredi soir, une triple explosion durant un match de cricket à Jalalabad (Est), revendiquée par le groupe Etat islamique, avait fait huit morts et 45 blessés.

Une autre opération, attribuée aux talibans, a visé dans la nuit de lundi à mardi les forces de police dans la province de Ghazni, au sud de Kaboul. "Au moins seize policiers, dont leur chef et le commandant des forces de réserve ont été tués et quinze blessés", a indiqué à l'AFP un porte-parole du gouverneur local, Aref Noori.

Les talibans sont très présents dans la région de Kandahar et le sud et l'est de l'Afghanistan en général.

Lundi, ils ont mis en garde les habitants de Kaboul contre de nouveaux attentats visant des sites militaires. Ils ont affirmé vouloir éviter "qu'un seul civil innocent soit tué" dans la capitale, se targuant d'avoir déjà réduit le nombre de victimes civiles ailleurs dans le pays.

Selon la mission de l'ONU en Afghanistan (Manua) qui décompte depuis neuf ans les victimes civiles, les attaques contre la population au premier trimestre 2018 ont déjà fait deux fois plus de victimes qu'au premier trimestre 2017, avec 763 civils tués et 1.495 blessés entre janvier et mars, dont 39% dans des attentats - contre 30% lors d'engagements au sol.

Catégories: Actualités

Un très rare vase chinois en porcelaine Qianlong vendu par Sotheby's France

mar, 05/22/2018 - 14:28

Découvert par hasard dans un grenier, il pourrait atteindre des sommets aux enchères: un rare vase chinois en porcelaine de l'époque Qianlong (XVIIIe siècle), a été dévoilé mardi par Sotheby's avant sa vente le 12 juin à Paris.

Ce vase de la "famille rose", c'est-à-dire portant des décors polychromes dans lesquels dominent les tons roses, est en parfait état de conservation après avoir passé plusieurs décennies dans le grenier d'une maison en province.

"Cette pièce extrêmement rare a été exécutée par les meilleurs artistes travaillant sous l?empereur Qianlong (1735-1796)", selon Sotheby's.

Le vase aurait été acquis en France à la fin du XIXe siècle, époque où les objets en provenance d'Asie suscitaient un véritable engouement.

Deux vases similaires apparaissent dans les inventaires impériaux en 1765 et 1769, souligne la maison de ventes. Un autre vase de forme et de style similaires provenant de la célèbre collection d'Ernest Grandidier, est conservé au musée Guimet à Paris.

Un bol en porcelaine de la famille rose s?est vendu 30,4 millions de dollars en avril dernier chez Sotheby?s Hong Kong.

"Quintessence de la production des ateliers impériaux de Jingdezhen, souligne Sotheby's, ces porcelaines dites Yangcai étaient produites en pièce unique voire en paire".

Le vase mis en vente est décoré d?un paysage merveilleux peuplé de neuf daims et de cinq grues devant des rochers d?où jaillit une cascade, entourés de pins et de pics couverts de brume.

Des animaux et des plantes chargés de symboles: le daim est synonyme de bonheur et de prospérité; montures des immortels dans les airs, les grues personnifient la vieillesse; le pin vert représente la vie éternelle et le lingzhi, un champignon, l'immortalité.

Un cachet impérial datant de la même époque de l'empereur Qianlong (1736-1795) avait atteint le prix astronomique de 21 millions d'euros en décembre 2016 à Paris lors d'une vente aux enchères, établissant un record mondial pour ces pièces très recherchées.

Catégories: Actualités

Roland-Garros opère enfin sa mue sans gigantisme

mar, 05/22/2018 - 14:06

Seize ans que l'on parle de l'extension de Roland-Garros! Après une longue attente et de nombreux obstacles écartés, le stade opère enfin sa mue avec le pari osé de rester attractif tout en demeurant le plus petit des tournois du Grand Chelem.

Le chantier ne sera terminé qu'en 2021 mais les spectateurs peuvent déjà voir les contours de son nouveau visage. "Il était temps qu'ils donnent un coup de frais. Cela commençait à devenir un peu vétuste", estime Jordan Sacksick, 24 ans, un passionné de tennis croisé lundi lors des qualifications, qui juge le site "plus aéré".

Le manque d'espace est depuis longtemps le point noir de Roland-Garros et le "danger d'asphyxie" avait été pointé dès 2007 par Christian Bîmes, alors président de la Fédération française de tennis (FFT). C'est sous son impulsion, cinq ans plus tôt, qu'un premier projet, abandonné, avait été initié en lien avec la candidature parisienne pour l'organisation des JO-2012.

Seize ans et deux présidents plus tard, l'agrandissement est en ordre de marche avec d'un côté, le réaménagement du secteur du "Fonds des princes" et de l'autre, l'annexion d'une partie des Serres d'Auteuil. A l'ouest donc, du nouveau avec le court N.18 - renommé à terme N.14 - équipé de 2.200 places et construit à l'emplacement d'un ancien gymnase de la ville de Paris.

Près du court central Philippe-Chatrier (15.000 pl.), deux autres terrains, le N.7 (1.500 places) et le N.9 (550 pl.) jouxtent le nouveau bâtiment de l'organisation, ses façades gris platine, ses jardins suspendus et son "Village", espace dédié au business.

A l'est, dans le secteur des Serres, deux bâtiments en meulière, édifiés à la fin du 19e siècle, ont été récupérés et rénovés. C'est dans l'un d'eux, l'Orangerie, que se tiendra le tirage au sort jeudi soir.

Non loin, le chantier du court semi-enterré Simonne-Mathieu (5.000 pl.), du nom d'une ancienne championne, résistante durant la Seconde Guerre mondiale, touche presque à sa fin et sera opérationnel en 2019.

"C'est l'un des symboles du nouveau Roland-Garros. Il va permettre au tournoi de respirer et d'y faire rentrer la nature et le jardin", affirme Gilles Jourdan, responsable des travaux.

- Un toit sur le "Central" en 2020 -

Ce court avait cristallisé l'hostilité des défenseurs du patrimoine qui ont ferraillé pendant six ans avec la FFT pour faire annuler le projet d'utilisation des serres.

L'an passé, le dernier recours a été écarté. Les travaux, d'un montant estimé à 358 millions d'euros, ont pu se poursuivre. Ils ne s'achèveront pas avant 2021, un an après la pose du fameux toit rétractable sur le "Central", autre symbole de la modernisation.

C'est grâce à lui que les organisateurs pourront instaurer des sessions de soirée ("night session"). Celles-ci devraient permettre de générer de 100.000 à 150.000 billets supplémentaires.

En passant d'une superficie de 8,5 à 12,5 hectares, le site de Roland-Garros, qui fête ses 90 ans, restera néanmoins derrière ses rivaux de Wimbledon (17,7 hectares), de l'US Open (18,8 ha) et de l'Open d'Australie (20 ha), qui auront tous bientôt au moins deux courts équipés d'un toit (déjà trois à Melbourne).

"On ne cherche pas à se bagarrer pour être le plus grand ou à faire dans la quantité mais plutôt dans la qualité", souligne Christophe Fagniez, directeur général délégué à la FFT, qui veut miser sur la "French touch".

- Le refus d'une délocalisation -

Une délocalisation en banlieue aurait cependant permis à Roland-Garros de devenir un géant et comptait quelques partisans, notamment l'ancienne N.1 mondiale Amélie Mauresmo.

Mais cette solution, envisagée un temps, avait été abandonnée en 2011. Et ce, alors que le rapport Douillet soulignait en 2010 le "risque d'être insuffisamment ambitieux pour assurer le développement à long terme du tournoi", en restant à Paris.

Le sociologue Bertrand Pulman, auteur d'un ouvrage sur Roland-Garros, "Rouge est la terre" (Calmann-Lévy, 2013), fait part de son scepticisme. "Je comprends leur choix. Roland-Garros, c'est une espèce de cathédrale ultime de la terre battue. Ils n'ont pas eu envie de se déplacer. Mais j'ai peur qu'à terme, ils butent de nouveau sur des problèmes de surface."

Selon lui, la question pourrait se reposer dans "dix ou quinze ans".

Catégories: Actualités

Radicalisation: Macron souhaite que les maires soient informés sur les fichés les plus à risque

mar, 05/22/2018 - 14:00

Emmanuel Macron a souhaité mardi que les préfets "échangent" avec les maires sur la présence dans leurs communes des personnes fichées pour radicalisation islamiste identifiées comme les plus à risque, recensées dans le fichier FSPRT.

Revenant sur le déploiement de la police de sécurité et du quotidien, il a souligné que "des maires sont prêts à faire plus". "Je souhaite sur ce sujet qu'on puisse dans cet esprit-là améliorer et systématiser le partenariat avec les maires: comment on les aide à faire davantage quand ils sont candidats, comment on permet d'aller plus vite dans les quartiers où les maires sont prêts à jouer le jeu", a-t-il énuméré.

"Et dans ce cadre-là, pour lever parfois des demandes parfois légitimes et des polémiques, je souhaite aussi qu'on puisse avoir un protocole très clair du rôle et du partenariat des maires avec les préfets dans le cadre des GED (groupes d'évaluation départementaux, NDLR), dans le cadre de la lutte contre le terrorisme", a poursuivi le président de la République.

Indiquant que "beaucoup de maires disent +j'ai de l'insécurité chez moi, j'ai des fichés S, je ne le sais pas, je voudrais le savoir+", il a noté qu'un fiché S "n'est pas un terroriste ou en passe de l'être" mais que ce fichier est "un instrument de renseignement pour les services".

"Les personnes identifiées comme les plus à risque, qui sont dans un fichier qu'on appelle FSPRT, et qui sont revus par les préfets de manière régulière avec un compte-rendu au ministre, ces personnes-là, pour les plus sensibles, il est normal que le préfet ait maintenant de manière systématique, et dans une charte qu'on va rendre transparente, un dialogue avec les maires pour pouvoir échanger", a-t-il estimé.

"D'ici au mois de juillet le ministre de l'Intérieur fera des propositions concrètes pour qu'on puisse s'engager à l'égard des maires en la matière", a-t-il indiqué.

Près de 20.000 personnes sont recensées dans le FSPRT (Fichier des signalements pour la prévention et la radicalisation à caractère terroriste). L'accès des maires à ce fichier est une revendication notamment de Bruno Beschizza, maire LR d'Aulnay-sous-Bois, où Mohammed Belhoucine, l'un des complices présumés d'Amédy Coulibaly, auteur de la prise d'otages de l'Hyper-Cacher en janvier 2015, avait été employé en 2010 par la mairie, alors qu'il était déjà connu des services antiterroristes.

Catégories: Actualités

Syrie: les destructions à Yarmouk rendent improbable le retour des habitants (ONU)

mar, 05/22/2018 - 14:00

L'ONU a estimé mardi qu'il était impossible de croire à un retour des habitants au camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk, dans le sud de Damas, reconquis lundi par le régime et dévasté par les combats.

Les forces du président syrien Bachar al-Assad ont chassé lundi les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) de ce camp ainsi que des quartiers adjacents de Tadamoun et Hajar al-Aswad, reprenant ainsi le contrôle total de Damas, pour la première fois depuis 2012.

Asphyxié depuis mi-2013 par un implacable siège, Yarmouk a été pilonné jour et nuit depuis le 19 avril par l'aviation et l'artillerie du régime avant qu'un cessez-le-feu n'entre en vigueur le 19 mai.

Yarmouk a été meurtri par les combats et il est difficile d'imaginer la reprise d'une vie normale, a indiqué l'agence de l'ONU qui vient en aide aux réfugiés palestiniens (UNRWA).

"Yarmouk était jadis un foyer prospère pour 160.000 Palestiniens. Aujourd'hui, il est en ruines et presqu'aucune maison n'est intacte", a déclaré à l'AFP le porte-parole de l'UNRWA, Chris Gunness.

"Le système de santé publique, l'alimnetation en eau, en l'électricité et les services de base ont été sévèrement endommagés. Les traces de ce conflit impitoyable sont partout", a déploré ce porte-parole, affirmant qu'il était difficile, dans cet environnement, de voir des gens retourner vivre dans le camp.

Selon lui, entre 100 et 200 civils sont encore installés à Yarmouk, dont des personnes âgées ou malades.

Situé à sept kilomètres du centre de Damas, Yarmouk était initialement un camp de réfugiés créé par l'ONU dans les années 1950 pour accueillir les Palestiniens chassés de leurs terres ou fuyant la guerre israélo-arabe après la création de l'Etat hébreu en 1948.

Il s'est transformé au fil des décennies en un quartier résidentiel et commercial, qui s'étend sur deux kilomètres carrés, mais a gardé son nom de "camp".

Avant le début du conflit syrien en 2011, il abritait environ 160.000 réfugiés palestiniens, ainsi que des Syriens.

Anwar Abdel Hadi, un représentant local de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) a déclaré pour sa part à l'AFP que des discussions étaient engagées avec l'UNRWA pour voir comment le camp pourrait être reconstruit.

"La prochaine étape après la libération (du camp) est de dégager les gravats, d'évaluer les dommages pour pouvoir reconstruire et rétablir les infrastructures pour permettre aux civils de revenir", a ajouté ce responsable.

Catégories: Actualités

Marks & Spencer va fermer une centaine de magasins d'ici 2022 au Royaume-Uni

mar, 05/22/2018 - 13:49

L'enseigne Marks & Spencer va fermer plus d'une centaine de magasins au Royaume-Uni d'ici à 2022, menaçant potentiellementdes milliers d'emplois, un nuage noir de plus dans le ciel assombri de la distribution britannique.

Le vénérable groupe britannique a fourni mardi dans un communiqué les noms de 14 grands magasins d'alimentation, de vêtements et de produits d'équipement domestique qui vont fermer d'ici à l'année prochaine ou que le groupe propose de fermer. Ils s'ajoutent à 21 magasins déjà fermés depuis le lancement de cette restructuration à la fin 2016. Le reste des magasins concernés sera identifié plus tard.

M&S n'a pas précisé le nombre d'emplois supprimés, déclarant simplement que neuf des 14 grands magasins nommés mardi employaient 626 personnes et qu'il s'efforcerait de leur proposer un travail au sein du groupe.

Ces établissements amenés à fermer sont répartis sur tout le territoire britannique, du magasin East Kilbride à Glasgow (Écosse) au Newmarket de Cambridge (nord de Londres), en passant par le Walsall situé dans la ville du même nom dans les Midlands (centre de l'Angleterre) et le New Mersey du quartier de Speke à Liverpool (nord-ouest de l'Angleterre).

A la fin mars, le groupe possédait un millier de magasins au Royaume-Uni, dont 300 grands magasins diversifiés et près de 700 points de vente exclusivement alimentaires.

- Ventes en ligne -

Marks & Spencer parie sur le commerce en ligne, avec pour objectif d'arriver à "au moins un tiers de ses ventes en ligne".

Comme de nombreuses autres enseignes de distribution physique, M&S souffre de la montée d'acteurs plus présents que lui dans la vente en ligne et de la cherté des loyers au Royaume-Uni où les prix immobiliers ont nettement grimpé ces dernières années.

"M&S a l'ambition de se recentrer sur des magasins moins nombreux mais de meilleure qualité pour les vêtements et les produits pour la maison", a expliqué Sacha Berendji, responsable des ventes au détail. "Ces magasins seront plus grands, mieux connectés, mieux situés et plus accueillants", a souligné ce responsable.

Il a ajouté que, là où M&S avait déjà fermé des magasins, il voyait "un nombre encourageant de consommateurs aller faire leurs courses dans les autres magasins du groupe situés à proximité".

En novembre 2017, le directeur général Steve Rowe avait expliqué devoir encore "s'attaquer à beaucoup de questions structurelles (...) dans le contexte d'un environnement très difficile en matière de consommation et de vente au détail". Il avait notamment indiqué que le groupe faisait face à de "forts vents contraires dans l'alimentaire", qui avait jusque-là porté l'enseigne.

L'annonce de M&S s'ajoute à une série noire pour la distribution britannique ces derniers mois, avec la faillite du spécialiste des vêtements Calvetron, de la branche britannique des magasins de jouets Toys'R'Us, des boutiques de produits électroniques Maplin et des fabricants de lits Warren Evans, entraînant la destruction de milliers d'emplois.

Les restructurations se sont aussi multipliées depuis le début de l'année, chez l'enseigne de vêtement New Look, le marchand de tapis Carpetright, les magasins de maxidiscompte Poundworld ou encore le distributeur de vêtement infantile Mothercare.

Outre la concurrence des vendeurs en ligne et la cherté des loyers, les professionnels du commerce physique pointent la prudence des consommateurs, dont les revenus ont souffert l'an passé d'une montée de l'inflation liée à la dépréciation de la livre sterling après la décision des Britanniques de voter pour le Brexit.

Pour Felicity Hardley, maître de conférences en marketing et stratégie d'entreprise à la Westminster Business School, la distribution doit aussi s'adapter aux changements de comportement des consommateurs. "Nous entrons dans une économie de l'expérience où le parcours client est primordial. Les fournisseurs en ligne le comprennent et ont conçu toute leur offre de services pour mieux répondre aux besoins et aux attentes des clients. De nombreux détaillants peinent à rattraper leur retard et cela peut leur coûter cher à long terme."

Catégories: Actualités

Kandahar: 16 morts dans l'attentat déjoué, selon un nouveau bilan

mar, 05/22/2018 - 13:47

Au moins seize personnes ont été tuées et 38 blessées, en majorité des civils, mardi à Kandahar (sud de l'Afghanistan) dans l'explosion d'une camionnette piégée que les forces de l'ordre tentaient de désamorcer, selon un nouveau bilan des autorités et de sources hospitalières.

"Les derniers chiffres disponibles font état de seize morts et 38 blessés acheminés à l'hôpital. Mais nous avons encore des ambulances sur place car il pourrait y avoir d?autres victimes sous les décombres", a indiqué à l'AFP le responsable de l'hôpital Mirwais de Kandahar.

Catégories: Actualités

NDDL: un homme grièvement blessé sur la ZAD en ramassant une grenade

mar, 05/22/2018 - 13:40

Un homme a été grièvement blessé mardi en ramassant une grenade sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), lors de heurts avec des gendarmes en marge des travaux de déblaiement de squats détruits, a déclaré à l'AFP la procureure de la République de Saint-Nazaire, Sylvie Canovas.

Selon les premiers éléments de l'enquête, des opposants s'en sont pris aux gendarmes mobiles qui sécurisaient ces travaux. Pour se dégager, les forces de l'ordre ont répliqué par des jets de grenade. C'est à ce moment-là qu'un homme d'une vingtaine d'années a eu la main arrachée en ramassant une grenade lacrymogène GLI-F4, selon une source proche du dossier.

"Cet homme a été grièvement blessé à la main en ramassant une grenade et se trouve en cours d'évacuation vers un hôpital", a déclaré Mme Canovas, qui se rendait sur place.

Son pronostic vital n'est pas engagé, selon une source proche du dossier.

Les faits se sont déroulés à proximité du lieu-dit de la Chateigne, un des habitats précaires évacués par les gendarmes la semaine dernière.

"La personne blessée a été trainée par les GM (gendarmes mobiles, ndlr) pour l'évacuer de la Chateigne, avant d?être emmenée en ambulance à 12h30 sur le chemin de Suez par la Saulce. Flics, hors de nos vies", pouvait-on lire sur le site internet de la ZAD.

Les travaux de déblaiement portaient mardi matin sur les sites de la Chateigne et la Vosgerie, deux habitats démantelés la semaine dernière, selon la gendarmerie. Les gendarmes ont dû dégager le chemin de Suez, qui était à nouveau jonché de barricades, pour accéder aux habitats démolis.

Dix "squats" ou lieux de vie ont été détruits ou évacués jeudi et vendredi dernier, après la destruction de 29 habitats début avril sur les 97 qui étaient recensés au total sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes.

Catégories: Actualités

Transition énergétique: la France doit fortement baisser sa consommation, selon l'Ademe

mar, 05/22/2018 - 13:25

La France doit réduire sa consommation d'énergie de 30% d'ici à 2035 et accélérer massivement l'essor des renouvelables pour atteindre ses objectifs de transition énergétique, a estimé mardi l'Agence pour le développement et la maîtrise de l'énergie (Ademe).

L'Agence a publié mardi ses propositions dans le cadre du débat public sur l'élaboration de la feuille de route énergétique du pays pour les périodes 2019-2023 et 2024-2028, qui doit aboutir d'ici à la fin de l'année à un texte définitif.

Cette Programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) vise à atteindre les objectifs de la loi de 2015 sur la transition énergétique, notamment la baisse de la part du nucléaire et des émissions de gaz à effet de serre.

La réduction de la demande d'énergie passera par l'amélioration de l'efficacité énergétique, notamment dans l'industrie, la rénovation du parc de bâtiments, et l'évolution des "comportements de mobilités" des personnes et du transport de marchandises, a estimé l'Ademe.

A condition d'intégrer un prix du carbone aux énergies fossiles, l'Agence juge aussi "techniquement possible et économiquement souhaitable" d'augmenter la production d'énergie à partir d'énergies vertes (hydroélectricité, solaire, éolien, biogaz, etc.) de 70% d'ici à 2028, indique-t-elle.

Elle met en avant le développement des pompes à chaleur et de la biomasse pour réduire les émissions de CO2 liées à la production de chaleur, la poursuite de l'essor de l'éolien et du solaire pour l'électricité, et la méthanisation pour produire du biogaz.

Au total, la part des renouvelables dans la consommation d'énergie pourra doubler en 2028 par rapport au niveau actuel d'environ 16%.

Catégories: Actualités

Projet Europacity: trois fédérations de commerçants rejoignent ses opposants

mar, 05/22/2018 - 13:20

La contestation du projet de complexe de commerces et de loisirs au nord de Paris (Europacity) s'intensifie: trois grandes fédérations de commerçants ont annoncé mardi à l'AFP avoir rejoint la liste de ses opposants.

Ces trois fédérations - la Confédération des commerçants de France, la Fédération nationale des centres-villes et la Fédération nationale des marchés de France - se disent "convaincues des nombreux effets néfastes qu'aura Europacity sur la région et sur le commerce local".

Elles ont rejoint le collectif "Europas du tout", qui fédère 600 commerçants et 20 associations opposées à ce mégacomplexe qui doit s'installer dans le Val-d'Oise, entre les aéroports de Roissy et du Bourget.

"L'installation d'une telle structure ne peut qu'entraîner la destruction des entreprises de proximité qui exercent sur les marchés des départements limitrophes, qu'ils soient commerçants, artisans, producteurs ou salariés", a déclaré Monique Rubin, présidente de la Fédération nationale des marchés de France, citée dans un communiqué d'"Europas du tout".

Immochan, filiale du groupe Auchan, et le conglomérat chinois Wanda pilotent ce projet de 80 hectares à 3,1 milliards d'euros. S'il se concrétise, il s'agira du plus grand investissement privé en France depuis la construction de Disneyland Paris en 1992.

Le projet a connu un revers en mars avec l'annulation par la justice de la création de la zone d'aménagement du "triangle de Gonesse", où doit être implanté Europacity. L'État a fait appel de cette décision.

Les opposants avaient alors jugé cet appel "en contradiction totale avec la volonté du gouvernement de redynamiser les centres-villes et leurs commerces".

L'annonce du ralliement des fédérations de commerçants intervient alors qu'un autre collectif d'opposants, le Collectif pour le triangle de Gonesse - qui regroupe des associations de défense de l'environnement engagées pour "sauver les terres agricoles" menacées par le projet - appelle à se rassembler dimanche sur place.

Le maire (PS) de Gonesse Jean-Pierre Blazy doit parallèlement s'exprimer lors d'une conférence de presse. Il soutient l'aménagement de cette zone déshéritée du Val-d'Oise.

Catégories: Actualités

Volley: un an de prison avec sursis pour Ngapeth après un délit de fuite

mar, 05/22/2018 - 13:01

Le volleyeur français Earvin Ngapeth (Zenit Kazan) a été condamné à un an de prison avec sursis pour avoir pris la fuite après un accident de la route en 2015, ont révélé mardi les médias italiens.

Agé de 27 ans, le joueur vedette de l'équipe de France a plaidé coupable devant un tribunal de Modène. Il avait pris la fuite après avoir heurté trois hommes avec sa voiture, dans la banlieue de la ville italienne en novembre 2015.

Ngapeth a vécu quatre saisons contrastées à l'Azimut Modène avant de partir cette année en Russie, au Zenit Kazan. Son permis de conduire a également été suspendu pour un an.

Quelques jours après l'accident, l'ancien champion d'Europe avait reconnu son erreur. Depuis, deux des trois victimes ont été indemnisées par le joueur, mais la troisième n'a pas encore fait sa demande, selon la Gazzetta Dello Sport.

L'international français n'en est pas à son premier écart de conduite: son permis avait été suspendu en novembre 2017, pour conduite en état d'ivresse en sortant d'une boîte de nuit de Modène.

Catégories: Actualités

Marion Maréchal lance son école de sciences politiques à Lyon

mar, 05/22/2018 - 13:00

L'ex-députée du Front national Marion Maréchal a officiellement lancé mardi son projet d'école de sciences politiques à Lyon, qui portera notamment parmi ses valeurs "l'enracinement dans son identité culturelle".

L'établissement, qui ouvrira en septembre dans le nouveau quartier de la Confluence, est baptisé Issep, pour Institut de sciences sociales, économiques et politiques. Se plaçant ainsi sur le même terrain que les Instituts d'études politiques (IEP), et notamment Sciences Po Lyon.

Marion Maréchal assurera la direction générale de l'école.

Le conseil scientifique sera co-piloté par Patrick Louis et Jacques de Guillebon.

Le premier est professeur d'économie et de géopolitique à l'Ecole de management de l'Université Lyon 3 et, par ailleurs, secrétaire général du Mouvement pour la France (MPF) de Philippe de Villiers. Le second, un quadragénaire, dirige la rédaction d'un jeune mensuel baptisé "L'incorrect". Ses dernières Unes donnent une idée de sa ligne éditoriale: "quitter 68", "100% conservateur", ou l'homme occidental "présumé coupable".

"L'objectif de l?institut est de former des décideurs économiques et politiques polyvalents et cultivés qui puissent mettre leurs ambitions au service de projets utiles à la société", précise le communiqué.

Et quatre valeurs "essentielles" y seront mises en avant: "l?excellence, l?éthique dans l'exercice des responsabilités professionnelles, l?enracinement dans son identité culturelle et l'engagement au service des autres et de son pays", précise-t-il encore.

Les élèves pourront suivre un magistère sur deux ans et de la formation continue. Les enseignements seront assurés par des universitaires et des acteurs de la société civile.

La petite-fille de Jean-Marie Le Pen, qui souhaite désormais qu'on ne mentionne plus son appartenance à la famille Le Pen dans son nom, a choisi Lyon, fief de Gérard Collomb où l'extrême droite réalise des scores inférieurs à la moyenne nationale mais où les milieux traditionalistes catholiques dont elle est proche sont très implantés.

Catégories: Actualités

Vaccination: la radiation du controversé Pr Joyeux examinée jeudi

mar, 05/22/2018 - 12:51

Le controversé professeur Henri Joyeux, l'une des voix des anti-vaccins en France, sera-t-il radié de l'Ordre des médecins? Son sort se jouera jeudi lors d'une audience devant les instances disciplinaires du Conseil de l'Ordre, a indiqué ce dernier mardi.

Le professeur Joyeux avait été radié en première instance le 8 juillet 2016 mais avait fait appel et la sanction avait donc été suspendue.

A l'issue de l'audience de jeudi, la décision sera mise en délibéré et devrait être rendue "trois semaines ou un mois plus tard", a précisé le Conseil de l'Ordre à l'AFP, confirmant une information de M, le magazine du Monde.

Le cancérologue montpelliérain, à la retraite depuis 2014, avait fait l'objet d'une plainte du Conseil national de l'Ordre en juin 2015. Motif: la mise en ligne d'une pétition contre l'usage du vaccin hexavalent DTPolio-Hib-Coqueluche-Hépatite B, appelé Infanrix Hexa.

Cette pétition, toujours disponible et qui compte 1,1 million de signataires, fustigeait notamment la présence d'"aluminium et de formaldéhyde" dans ce vaccin, deux "substances dangereuses voire très dangereuses".

Le président du Conseil national de l'Ordre, Patrick Bouet, avait alors dénoncé "un discours dangereux" et des "propos non appuyés sur des bases scientifiques [et portant] atteinte à la profession".

Le professeur Joyeux, 72 ans, est l'une des principaux avocats des anti-vaccins en France, bien qu'il s'en défende.

"Nous ne sommes pas contre les vaccins mais pour qu'ils soient utilisés à bon escient et qu'il n'y ait pas d'abus", avait-il affirmé le 7 novembre, lors d'une conférence organisée dans un théâtre parisien pour protester contre l'extension du nombre de vaccins obligatoires pour les enfants.

Devant un public acquis au discours anti-vaccin, il avait dénoncé pêle-mêle "une dictature vaccinale", "une manipulation de la population" et "des experts dans les ministères qui sont extrêmement proches des labos".

Il avait en outre soutenu que "le meilleur de tous les vaccins, c'est le lait maternel".

Il avait coorganisé cette conférence avec le professeur Luc Montagnier, prix Nobel 2008 pour la découverte du virus du sida.

Ce dernier avait alors affirmé que certains vaccins pourraient être liés à des "risques de mort subite du nourrisson", ce qui n'est corroboré par aucune étude.

Les jours suivants, les propos des deux hommes avaient été largement condamnés dans le milieu médical.

"Les propos qu'ils ont tenus, qui ne manqueront pas d'introduire le trouble chez les parents de jeunes enfants, ne sont pas fondés et doivent être démentis", avaient estimé les Académies nationales de médecine et de pharmacie dans un communiqué commun.

Catégories: Actualités

Espagne: Lopetegui à la tête de la Roja jusqu'en 2020

mar, 05/22/2018 - 12:48

Julen Lopetegui, sélectionneur de l'équipe d'Espagne de football depuis 2016, a vu son mandat à la tête de la Roja prolongé jusqu'en 2020, avant même de partir pour le Mondial en Russie, a annoncé mardi la Fédération espagnole.

"Nous allons procéder à la signature (...) d'un contrat pour deux années supplémentaires", a déclaré le président de la Fédération espagnole de football (RFEF) Luis Rubiales lors d'une conférence de presse près de Madrid avec le sélectionneur.

Une marque de confiance pour l'ex-gardien de but de 51 ans, à trois semaines du Mondial-2018 en Russie (14 juin - 15 juillet) qui sera sa première phase finale comme sélectionneur de l'équipe première.

"Cela a été très simple car l'admiration professionnelle, le respect que nous avons pour Julen, pour son travail et pour toute son équipe est immense. C'est le meilleur pour mener la sélection", a expliqué Luis Rubiales.

Il n'a pas précisé si le nouveau contrat courait jusqu'à avant ou après l'Euro-2020.

Nommé à la tête de l'Espagne après le fiasco de l'Euro-2016 (élimination en huitièmes de finale), Lopetegui a réalisé une campagne quasi-parfaite de qualification pour le Mondial-2018 avec neuf victoires et un nul pour 36 buts marqués et trois encaissés.

Au total, matchs amicaux compris, le Basque est invaincu à la tête de la Roja avec 13 victoires et cinq nuls.

"Logiquement, nous acceptons avec joie cette responsabilité et cet espoir", a-t-il déclaré.

Lundi, il a présenté sa liste des 23 convoqués à la Coupe du monde, écartant notamment l'attaquant de Chelsea Alvaro Morata.

Les Espagnols, champions du monde en 2010 et éliminés au premier tour en 2014, entameront leur stage de préparation lundi 28.

En Russie, ils affronteront au premier tour, dans le groupe B, le Portugal, l'Iran et le Maroc (les 15, 20 et 25 juin).

Catégories: Actualités

Wauquiez accuse Macron de faire "de la politique spectacle" avec les banlieues

mar, 05/22/2018 - 12:41

Laurent Wauquiez a critiqué mardi devant les députés LR la "politique spectacle" d'Emmanuel Macron sur les quartiers défavorisés, l'accusant d'avoir voulu faire une opération "photo avec Borloo", mais sans "rien derrière", délaissant ainsi "les territoires oubliés de la République".

"Cet épisode est l'incarnation de la politique spectacle de Macron" a lancé M. Wauquiez en réunion de groupe LR, selon des participants, alors que le chef de l'Etat doit dévoiler des initiatives pour améliorer la vie dans les quartiers défavorisés, sans toutefois reprendre toutes les propositions de l'ambitieux rapport de Jean-Louis Borloo sur les banlieues.

"Il a cherché à instrumentaliser" l'ex-ministre de la Ville, "ce qu'il voulait c'était simplement une photo, sans tenir compte des propositions", a ajouté le patron de LR, pointant un "risque de fracture en France avec des territoires totalement oubliés par Macron", ce qui "vaut pour les banlieues comme pour les territoires ruraux".

"Avec Macron, c'est photo avec Borloo et rien derrière", a dit en substance M. Wauquiez, selon un député présent, pour qui le message du patron de LR était "positif vis-à-vis de Borloo et critique sur Macron qui délaisse les territoires oubliés de la République".

C'est de la "politique spectacle clic clac Kodak", "parler pour ne rien faire", a insisté M. Wauquiez, toujours selon des propos rapportés.

Le chef de l'Etat veut "donner une vision, du sens", mais pas présenter "un catalogue de mesures" pour ces quartiers qui concentrent les difficultés économiques et sociales, a-t-on assuré à l?Élysée, en soulignant que "l'enjeu n'est pas tant budgétaire que de mobilisation et d'efficacité".

Catégories: Actualités

XV de France: pas de conciliation entre Novès et la FFR

mar, 05/22/2018 - 12:41

L'ex-sélectionneur du XV de France Guy Novès et la Fédération française de rugby (FFR) qui l'a licencié pour faute grave après une série de mauvais résultats ne sont pas parvenus mardi à une conciliation aux prud'hommes, a indiqué l'avocat de l'entraîneur.

Actant l'absence de conciliation à l'issue de la réunion, le tribunal des prud'hommes de Toulouse a convié les deux parties le 14 février 2019 pour engager la procédure, a précisé Laurent Nougarolis, l'avocat de l'ancien manager du Stade Toulousain.

Selon Me Nougarolis, "l'avocat de la FFR n'était pas là, prétextant une grève du trafic aérien. Il a délégué le dossier à son confrère toulousain qui n'en avait pas la maîtrise pour engager une discussion".

Novès, âgé de 64 ans, a été évincé de son poste fin décembre par le président de la FFR Bernard Laporte, avec qui il entretenait une inimitié notoire, après une série de six test-matches sans succès, ponctuée d'une contre-performance historique face au Japon (23-23).

Remplacé par Jacques Brunel, Novès conteste depuis son éviction pour faute grave, estimant qu'elle n'était pas justifiée sur le fond et qu'elle n'a pas été réalisée dans les règles. Le Toulousain affirme notamment n'avoir pas été convoqué à un entretien préalable, étape obligatoire de la procédure.

"Dans la faute grave qui m'est reprochée, on ne m'a pas laissé finir mon travail avec l'équipe de France", a déclaré Novès en sortant des prud'hommes, qui dit se battre pour défendre son honneur.

"Pour moi, le plus important, c'est de retrouver le regard des gens", a ajouté celui qui avait permis auparavant à Toulouse de remporter 4 Coupes d'Europe (1996, 2003, 2005, 2010) et 10 championnats de France (1989, 1994, 1995, 1996, 1997, 1999, 2001, 2008, 2011, 2012).

Catégories: Actualités

Banlieues: Borloo appelle à un "plan de reconquête républicaine"

mar, 05/22/2018 - 12:40

Les banlieues "ne demandent pas d'assistance" mais leur "place dans la République", a affirmé mardi Jean-Louis Borloo, en appelant à un "plan de reconquête républicaine" avant la présentation, par Emmanuel Macron, de mesures très attendues pour les quartiers défavorisés.

Notre pays "est à un virage": soit il choisit "le repli, le malentendu et la haine", ou alors "il se redéploie" comme un "très grand pays" riche de sa jeunesse, a affirmé M. Borloo, auteur d'un rapport ambitieux qui devait nourrir la réflexion du chef de l'Etat sur l'action à mener dans les quartiers prioritaires.

"Les banlieues ne demandent pas d'argent ou d'assistance", mais simplement leur "place dans la République", a-t-il ajouté, en dénonçant "l'espèce de scandale qui consisterait à dire qu'on a beaucoup donné, des milliards aux quartiers, comme s'ils avaient réclamé".

Mais le plan qu'attendent ces quartiers où "il y a plus de besoins, plus de jeunesse dans une situation plus complexe, et moins de moyens globaux", est "un plan massif de créations d'emploi" et "de reconquête républicaine," a-t-il martelé, en appelant à "changer radicalement la donne".

"Au fond, leur situation est similaire à celle d'autres territoires de la République" que ce soit "les bassins industriels en crise", les "zones rurales", ou "une partie des Outre-Mer", a affirmé M. Borloo. "Ce dont on parle c'est d'un rattrapage ou une reconquête républicaine pour 10, 15 millions de nos compatriotes", a-t-il souligné.

Lors de son allocution, le chef de l'Etat veut "donner une vision, du sens", mais pas présenter "un catalogue de mesures" pour ces quartiers qui concentrent les difficultés économiques et sociales, assure-t-on à l?Élysée, en soulignant que "l'enjeu n'est pas tant budgétaire que de mobilisation et d'efficacité".

Catégories: Actualités

Rugby: le capitaine de l'Ecosse Barclay, opéré, indisponible sans doute six mois

mar, 05/22/2018 - 12:36

Le capitaine de l'équipe d'Ecosse de rugby John Barclay a été opéré d'une rupture d'un tendon d'Achille, a annoncé mardi la province des Scarlets où il joue, et pourrait être indisponible environ six mois.

Les Scarlets ont confirmé l'ampleur de la blessure du 3e ligne après un choc survenu lors de la demi-finale de Pro14 remportée contre Glasgow vendredi. Il manquera donc la finale contre le Leinster samedi à Dublin.

Aucune durée sur la récupération n'a été communiquée pour le joueur de 31 ans, mais ce type de blessure nécessite habituellement une convalescence de six mois.

Barclay (71 sélections), rejoindra Edimbourg cet été après cinq ans au pays de Galles.

L'Ecosse affrontera le pays de Galles à Cardiff le 3 novembre puis jouera trois matchs à Edimbourg contre les Fidji, l'Afrique du Sud et l'Argentine.

Catégories: Actualités

Pages