France 24 - L'info en continu

S'abonner à flux France 24 - L'info en continu France 24 - L'info en continu
Mis à jour : il y a 49 min 43 sec

Laïcité: Bayrou exprime son désaccord avec Valls

il y a 12 heures 34 sec

Le président du MoDem François Bayrou "ne suit pas" Manuel Valls lorsqu'il accuse certains à gauche de complicité avec l'islam radical, affirme-t-il dans une interview au Parisien vendredi.

"Je respecte Manuel Valls, mais sur ce point je ne le suis pas. Je ne partage pas le sentiment que nous sommes une société assiégée", affirme l'ancien ministre de la Justice.

"Contaminer le débat sur l'islam au nom de l'islamisme, le débat sur la religion du plus grand nombre au nom de l'extrémisme religieux, je ne le partage pas. De même que ni le christianisme ni le judaïsme ne se définissent par les pratiques les plus intégristes et les plus agressives", explique-t-il.

La polémique déclenché par l'affaire Ramadan "stupéfie" le maire de Pau.

"On est parti d'accusations de harcèlement sexuel, de violences ou peut-être même de viol, à l'encontre de Tariq Ramadan (...) mais de là, le sujet a flambé en accusations réciproques qui ont peu à voir avec les faits (...) Le tout avec une violence sans précédent, déraisonnable".

Se définissant comme "chrétien, croyant, pratiquant, et en même temps défenseur absolu de la laïcité", M. Bayrou affirme que s'il était président, il n'irait pas se faire introniser chanoine du Latran par le pape.

"Non, vraiment. J'apprécierais grandement d'avoir des échanges avec le pape, comme personne et autorité spirituelle, mais je lui expliquerais avec le sourire que j'ai vocation de responsable politique, pas de chanoine", répond-il.

M. Bayrou se dit par ailleurs favorable à une "contribution sur les aliments certifiés hallal" pour financer la création de lieux de culte musulmans, estimant que "les prières de rue sont inacceptables".

Egalement interviewé par le Parisien, M. Valls a de son côté estimé que le président devait "parler fort" sur la laïcité. "Il doit aussi très clairement rappeler la protection que nous devons à la presse, aux journalistes, aux dessinateurs...", a-t-il poursuivi.

Regrette-t-il ses propos parfois enflammés ? "Ce n'est pas de la virulence, j'ai mon style. (...) C'est un combat qui est, je crois, vital, c'est le combat de ma vie incontestablement".

Catégories: Actualités

Le bel hommage de l'Opéra à Patrice Chéreau: exposition, opéra, films

il y a 12 heures 4 min

Nul n'a porté comme Patrice Chéreau la mise en scène d'opéra à ce point de fusion, de "théâtre comme chauffé à blanc par la musique", selon ses propres mots. Trois ans après sa disparition, l'Opéra de Paris lui rend hommage avec une exposition, un opéra et un cycle de projections.

Au Palais Garnier, l'exposition de plus de 160 pièces, dont de nombreuses lettres, notes de travail, entretiens et extraits d'opéras fait revivre la relation compliquée de l'homme de théâtre et de cinéma avec l'art lyrique.

"Patrice Chéreau nourrissait une relation ambivalente avec l'opéra, entre passion et défiance", raconte Pénélope Driant, co-commissaire de l'exposition organisée par la Bibliothèque nationale et l'Opéra de Paris.

Dans son premier opéra, "L'Italienne à Alger" de Rossini à Spolète (1969), il éprouve le besoin d'ajouter un prologue entièrement joué, où il interprète lui-même le rôle d'un imprésario.

Pour "Les Contes d'Hoffmann" d'Offenbach à Paris (1974), il remplace les récitatifs (chantés) par des dialogues parlés, inverse l'ordre des actes et "se bat avec la musique", qu'il n'aime pas. L'exposition montre comment l'expressionnisme allemand, et notamment le "Nosferatu" de Murnau l'inspirent pour rendre aux "Contes" leur dimension fantastique.

La vraie rencontre a lieu avec le Ring de Wagner. Pour le centenaire de Bayreuth en 1976, plusieurs metteurs en scène pressentis déclinent la proposition: Ingmar Bergman, Peter Brook, Peter Stein. Pierre Boulez appelle alors Chéreau, qui n'a que 31 ans.

La production en 1976 fait scandale. On reproche en vrac à Chéreau une mise en scène "marxiste" et surtout "trop théâtrale". Un spectateur lui adresse même des menaces de mort ("you will be shot!") s'il apparaît seul sur le plateau. La reprise de ce "Ring du centenaire" en 1980 sera triomphale, avec 1h et 9 minutes d'applaudissements.

- "Un travail colossal" -

Patrice Chéreau expliquera plusieurs fois dans des entretiens avoir voulu arrêter la mise en scène d'opéra à cause du conservatisme du public ("un travail colossal pour 2.000 à 4.000 personnes, toujours les mêmes") et surtout en raison des durées de répétition insuffisantes.

L'exposition montre ce "travail colossal" pour amener les chanteurs à incarner des personnages de chair et de sang. "Patrice disait qu'il voulait des acteurs qui sachent chanter, et non des chanteurs qui sachent jouer", rappelle Pierre Boulez dans une vidéo.

On voit Chéreau enlacer une chanteuse, dans une sorte de valse poignante: il ne donnait pas ses indications de loin, de la salle, mais était sur le plateau, au contact direct des chanteurs.

Ses onze créations d'opéras sont aussi des compagnonnages, avec les chefs d'orchestre (Pierre Boulez, Daniel Barenboim, Esa-Pekka Salonen), des chanteurs comme l'Allemande Waltraud Meier, de "Wozzeck" (1992) à "Tristan et Isolde" (2007) et jusqu'à l'ultime production, "Elektra" au festival d'Aix-en-Provence (2013). Le fidèle d'entre les fidèles Richard Peduzzi signe tous les décors.

Grâce à lui, et à tous ceux qui avaient travaillé sur la création, "De la Maison des morts" (2007) est repris à l'Opéra Bastille du 18 novembre au 2 décembre dans sa mise en scène d'origine. Pour ceux qui n'ont jamais vu les créations de Patrice Chéreau, c'est l'occasion de découvrir cette fusion si particulière à son art.

Cet opéra d'hommes se passe dans le lieu clos d'une prison. Le compositeur tchèque Janacek s'est inspiré des "Carnets de la maison morte" de Dostoïesvki, écrits après ses 4 années de bagne pour possession de livres interdits et revendications de droits et liberté.

Toute la violence, l'inhumanité de l'enfermement explose entre les hauts murs du plateau. On oublie qu'il s'agit d'opéra, on pense aux bagnes, aux camps de concentration, aux goulags.

Le cycle de projection organisé du 19 au 26 novembre au Studio Bastille (introduit par le directeur de l'Opéra Stéphane Lissner, Waltraud Meier et Esa-Pekka Salonen le 19 novembre) permettra de voir cinq autres productions ainsi que la fameuse tétralogie filmée en 1980.

mpf/alu/cam

Catégories: Actualités

La SNCF condamnée en appel pour discrimination envers une ancienne employée

il y a 12 heures 5 min

Ambiance misogyne, bizutage, carrière ralentie: poursuivie par une ancienne agente, qui était la première femme contrôleur de train, la SNCF a été condamnée par la cour d'appel d'Aix-en-Provence pour discrimination en raison du sexe de la salariée et de son appartenance à un syndicat.

L'entreprise ferroviaire a été condamnée en appel fin octobre à verser 99.362 euros pour le préjudice matériel à l'ex-agente, 20.000 euros pour le préjudice moral, et 3.000 euros à la CGT des cheminots de Marseille, dont elle était membre.

La plaignante, entrée en 1980 dans l'Etablissement commercial trains (ETC) de Marseille, devenant la première femme contrôleur en France, a dépeint une ambiance misogyne sur son lieu de travail, des remarques sexistes ou encore des moqueries liées à son genre.

Un ancien collègue masculin de la plaignante a témoigné qu'"il était courant d'entendre à l'époque: +pas de gonzesses dans les trains+". Il a raconté qu'en 1991, la jeune femme s'était "faite agresser dans l'exercice de ses fonctions par un agent de train ivre". L'agent a ajouté que sa collègue n'avait alors reçu "aucun soutien de l'entreprise et avait gagné seule son procès".

En outre, la plaignante rapporte avoir été rétrogradée à des tâches subalternes, qui ne correspondaient pas à ses compétences, et s'estime victime de discrimination syndicale. Une étude comparative sur 7 salariés diplômés en même temps qu'elle montre également que l'agente a été la dernière à accéder au statut de cadre, avec un salaire inférieur de 700 euros brut à celui des hommes non syndiqués. La SNCF n'a pas produit d'élément expliquant cette différence de salaire.

Dans son arrêt, la cour d'appel relève aussi que la SNCF n'a pas convoqué la salariée à des entretiens individuels annuels entre 2009 et 2013, alors que ces entretiens étaient, selon la SNCF, importants pour l'évolution de carrière d'un agent.

Plusieurs certificats médicaux joints au dossier prouvent que la plaignante a souffert de dépression suite à des refus de poste répétés, ce qui a notamment poussé la Cour a condamné la SNCF à 20.000 euros d'amende au titre du préjudice moral.

Catégories: Actualités

Zimbabwe: le retour du "crocodile" Emmerson Mnangagwa

il y a 12 heures 6 min

Il est surnommé le "crocodile" pour son caractère impitoyable. Longtemps en tête de la course à la succession du président du Zimbabwe Robert Mugabe avant d'en être sèchement écarté, Emmerson Mnangagwa n'a jamais renoncé à lui succéder.

Vice-président depuis 2014, ce vétéran de la guerre d'indépendance a été limogé la semaine dernière, victime des ambitions politiques de la Première dame Grace Mugabe.

Sa déchéance n'aura duré que quelques jours. Contraint à l'exil, M. Mnangagwa avait promis de revenir dans son pays pour diriger la Zanu-PF, le parti au pouvoir.

Il est rentré jeudi dans son pays avec le soutien de l'armée, qui a pris le contrôle du pays dans la nuit de mardi à mercredi pour dénoncer son éviction.

Son nom revient désormais avec insistance pour diriger la transition politique qui s'annonce, si Robert Mugabe accepte de rendre les clés du pays qu'il dirige depuis trente-sept ans.

Ce scénario constituerait un aboutissement pour ce fidèle serviteur du régime, aux rêves de pouvoir longtemps contrariés.

Dès l'indépendance du Zimbabwe en 1980, Robert Mugabe a mis Emmerson Mnangagwa sur orbite en lui confiant d'importants postes ministériels (Défense, Finances...).

En 2004, il est victime une première fois de son ambition. Accusé d'intriguer pour le poste de vice-président, il perd son poste de secrétaire à l'administration de la Zanu-PF. Et sa rivale Joice Mujuru remporte la course.

Ce n'est finalement qu'en 2014 qu'il accède à la vice-présidence, lorsque Joice Mujuru est victime de la campagne de dénigrement orchestrée par, déjà, Grace Mugabe.

M. Mnangagwa accède alors au statut de dauphin potentiel d'un "camarade Bob" à la santé de plus en plus fragile.

Né le 15 septembre 1942 dans le district de Zvishavana, dans le sud-ouest d'un Zimbabwe alors britannique, le jeune Emmerson a grandi en Zambie.

Fils d'un militant anticolonialiste, il rejoint en 1966 les rangs de la guérilla indépendantiste contre le pouvoir colonial. Arrêté, il échappe à la peine capitale et purge dix ans de prison.

- 'Détruire et tuer' -

M. Mnangagwa continue depuis ces années de lutte à entretenir des liens très étroits avec les militaires du pays.

Le "crocodile" ne verse guère de larmes et n'est connu que pour sa dureté. Il explique que ses années de guérilla lui ont appris à "détruire et tuer".

Alors chef de la Sécurité nationale, il dirige en 1983 la brutale répression des forces de l'ordre dans les provinces dissidentes du Matabeleland (ouest) et des Midlands (centre). Son bilan n'a jamais été confirmé mais elle aurait fait environ 20.000 morts.

En 2008, il est en charge des élections auprès du président et dirige les fraudes et les violences qui permettent à Robert Mugabe de conserver le pouvoir malgré sa défaite au premier tour.

Son zèle lui vaudra des sanctions américaines et européennes. Mais aussi le poste stratégique de chef du Commandement des opérations de tout l'appareil sécuritaire.

Takavafira Zhou, analyste politique à l'université d'Etat de Masvingo (sud), décrit Emmerson Mnangagwa comme un "jusqu'au-boutiste par essence".

Il serait aussi l'un des hommes les plus riches d'un régime critiqué pour sa corruption, avec des intérêts dans les mines d'or.

Un câble diplomatique américain datant de 2008, révélé par WikiLeaks, évoquait "un patrimoine extraordinaire", en partie amassé lorsqu'il a aidé le président Laurent Kabila à combattre les rebelles en République démocratique du Congo (RDC).

Après son éviction de la vice-présidence la semaine dernière, il a spectaculairement rompu avec Robert et Grace Mugabe en les accusant de se prendre pour des "demi-dieux" et en dénonçant un président "qui pense être en droit de diriger jusqu'à sa mort".

Mais l'hypothèse de son retour au pouvoir inquiète ceux qui n'ont pas oublié son passé.

"Personne ne veut d'une transition qui verrait un tyran non élu remplacé par un autre", a résumé le ministre des Affaires étrangères britannique Boris Johnson.

Catégories: Actualités

La loi russe sur les médias contraire à la liberté d'expression, selon HRW

il y a 12 heures 10 min

La loi russe permettant de classer des médias comme "agents de l'étranger" constitue une "attaque" contre la liberté de la presse, a dénoncé vendredi l'organisation Human Rights Watch (HRW), qualifiant également de "malheureuses" les restrictions imposées par Washington à la chaîne russe RT.

Le texte, adopté par les députés russes et qui doit encore être voté par les sénateurs et promulgué par le président Vladimir Poutine, permet de classer tout média international opérant en Russie sous cette appellation controversée sur décision du ministère de la Justice.

Cette loi est présentée comme une riposte après l'enregistrement aux Etats-Unis en tant qu'"agent de l'étranger" de la chaîne RT, contrôlée par l'Etat russe.

"La décision malheureuse du gouvernement américain d'enregistrer (RT en tant qu'+agent de l'étranger+) a donné au Kremlin une plateforme pour riposter et c'est ce qu'il a fait avec une attaque à plein régime contre la liberté de la presse", a dénoncé HRW dans un communiqué.

"Malheureusement, la loi ne va pas seulement causer du tort aux médias étrangers, mais encore pire, limiter injustement le droit des citoyens russes à accéder aux informations et aux idées", estime l'organisation.

"Cette législation est taillée sur mesure pour être sélective et mise en application de manière politique pour faire taire les voix qui ne doivent pas être entendues par les Russes", poursuit-elle.

La loi russe, également critiquée par Berlin et l'ONG Amnesty international, contraint notamment les entités concernées à donner des informations aux autorités sur leur situation financière, et à préciser dans les documents qu'elles produisent qu'ils sont classés comme tels.

Les radios Voice of America et Radio Free Europe/Radio Liberty, financées par le Congrès américain, sont les premiers médias qui ont été avertis par Moscou d'un possible enregistrement prochain sous cette dénomination.

Catégories: Actualités

Johnny Hallyday hospitalisé pour détresse respiratoire

il y a 12 heures 25 min

Johnny Hallyday, qui lutte depuis plusieurs mois contre un cancer des poumons, est hospitalisé à Paris pour détresse respiratoire, a-t-on appris vendredi auprès d'un proche confirmant une information de l'hebdomadaire Voici.

"Son retour à la maison est prévu sous peu, la situation est stabilisée", a indiqué un proche à l'AFP, confirmant que la star était encore hospitalisée.

"Son état s'est aggravé", titre pour sa part Voici en une de son édition, précisant dans ses colonnes que "le chanteur de 74 ans a été admis le 13 novembre à 2 heures du matin dans la clinique Bizet". C'est dans cet établissement privé du XVIe arrondissement de Paris que la star devait subir cette semaine une nouvelle séance de chimiothérapie, selon l'hebdomadaire.

Le magazine people montre des photographies de proches de Johnny Hallyday lui rendant visite à la clinique, parmi lesquels sa fille Laura Smet et son manager Sébastien Farran. Contacté par l'AFP, celui-ci n'a pas communiqué, pas plus que sa maison de disques.

Il y a onze jours, Sébastien Farran s'était voulu rassurant sur l'état de santé de Johnny Hallyday.

"Il va bien, il a un cancer du poumon comme on le sait tous. Il se soigne, il n'y a pas péril en la demeure. Il va bien, voilà. Il se bat, il est là et il sera prochainement là pour le montrer", avait-il déclaré, à l'occasion de la promotion du disque hommage "On a tous quelque chose de Johnny" qui paraît ce vendredi.

Il n'avait précisé ni à quelle occasion ni à quelle échéance, la star se montrerait de nouveau en public.

"Johnny a un album en cours d'enregistrement qui ne va pas tarder à entrer dans sa finalisation", avait-il rappelé, affichant même son optimisme à propos d'un retour sur scène de Johnny. Le chanteur a lui-même annoncé cet été une nouvelle tournée pour 2019.

Malgré le cancer, dont il a annoncé être atteint en mars, Johnny Hallyday a tenu son engagement lors de la tournée des Vieilles Canailles en juin et juillet, avec ses amis Jacques Dutronc et Eddy Mitchell.

Depuis, il suit un traitement contre le cancer à Paris. Ces dernières semaines, il s'efforçait de donner des nouvelles rassurantes sur sa santé sur les réseaux sociaux, par le biais de son épouse Laeticia.

Catégories: Actualités

Une ONG s'inquiète de la pollution chimique de crèches et écoles en Ile-de-France

il y a 12 heures 31 min

Hydrocarbures, solvants chlorés, plomb... Certaines crèches et établissements scolaires de Paris et d'Ile-de-France sont installés sur des sols pollués, a assuré l'ONG Robin des bois, réclamant une meilleure information du public.

L'association a indiqué avoir obtenu auprès de la Commission d'accès aux documents administratifs des diagnostics réalisés lors d'une campagne lancée en 2012-2013 par le ministère de la Transition écologique, qu'elle publie sur son site.

"La diffusion de ces diagnostics a été beaucoup trop confidentielle, ils auraient dû être partagés avec les parents d'élèves, les enseignants et les enfants" en âge de les comprendre, a dénoncé vendredi Jacky Bonnemains, porte-parole de Robin des bois.

Selon l'ONG, en Ile-de-France (hors Paris), 4% des 123 établissements accueillant des enfants et adolescents doivent "faire l'objet d'aménagements et de précautions d'usage" (classés C), comme la fermeture de jardins pédagogiques ou l'amélioration de la ventilation, et 58% "doivent faire l'objet d'une vigilance renforcée sur le long terme" (classés B).

A Paris intra-muros, sur les 40 crèches diagnostiquées, 52% sont classées B et 23% sont classées C. Parmi ces dernières, certaines ont déjà fait l'objet de mesures comme celle des Petites écuries dans le Xe arrondissement qui a été fermée. Des teneurs en plomb de 1.400 mg/kg avaient été mesurées dans les sols du jardin pédagogique, alors que le Haut Conseil de la Santé publique recommande un dépistage du saturnisme infantile à partir de 300mg/kg.

Ces diagnostics ont mis en évidence "un parc scolaire et de crèches ancien, qui date en moyenne des années 1920-30 et autour de ces écoles sont venus s'agglomérer stations-services, teintureries, blanchisseries, garages, petites industries qui ont fermé mais ont laissé sur place perchloréthylène et hydrocarbures", a expliqué à l'AFP M. Bonnemains.

Certains établissements plus récents construits sur des friches "pas dépolluées" sont également concernés, comme une crèche du XXe arrondissement qui devrait être fermée "dans les meilleurs délais", a-t-il ajouté, notant que ces informations étaient également importantes pour les riverains également concernés par la présence de polluants.

"Il ne suffit pas de fermer les portes, de purger les robinets, d'ouvrir les fenêtres et de condamner des pièces, il faut extraire les sources de pollution", a insisté Robin des bois dans un communiqué, notant que "cette dépollution coûte cher".

abd/alu/gf

Catégories: Actualités

"Le Brio" d'Yvan Attal: "cette histoire est la mienne"

il y a 12 heures 42 min

Pour "Le Brio", son cinquième long métrage en salles mercredi, Yvan Attal plonge dans les cités de son enfance à Créteil et signe une comédie à thèse, où une jeune fille issue de l'immigration algérienne, Neila Salah, franchit tous les obstacles pour devenir brillante avocate à travers un concours d'éloquence.

Après "Ma femme est une actrice" (avec sa compagne Charlotte Gainsbourg), ou encore "Ils sont partout", sur les clichés antisémites, l'acteur - réalisateur poursuit dans la veine introspective: "Cette histoire, c'est la mienne en fait. Je suis issu d'une famille d'Algérie, pas musulmane (de juifs séfarades, ndlr) qui arrive d'Algérie après l'indépendance avec rien", constate-t-il.

"J'ai grandi dans une cité à Créteil à côte de la cité où on a tourné. Mes parents ne m'ont pas donné des livres à lire, ne m'ont pas amené à l'opéra et pour reprendre les dialogues du film, je n'ai pas eu la chance de faire du solfège et du char à voile à l'Ile de Ré. Pour des raisons mystérieuses j'ai eu envie d'être acteur, je me suis inscrit dans un cours de théâtre et là je suis tombé sur un professeur qui m'a fait découvrir Molière, Marivaux, Musset, Shakespeare et les autres. Et aujourd'hui, grâce à lui, je suis acteur et réalisateur."

De ce parcours, Yvan Attal tire la conclusion que "tout est possible, même si on est à une autre époque, qu'il y a des difficultés supplémentaires, même si on porte un nom qui est difficile à porter pour certains". "On ne peut pas toujours brandir la carte de la discrimination toute la journée. Il faut se bouger le cul", lance-t-il.

Message transparent, dans cette comédie qui doit tout son charme aux performances de Daniel Auteuil en vieux prof réac, et surtout de Camélia Jordana, dont le parcours semble étayer la démonstration du film: la jeune chanteuse d'origine algérienne révélée par "La Nouvelle star" connaît un début de carrière plus que prometteur dans la chanson comme au cinéma.

Camélia Jordana sait à merveille faire ressentir au spectateur l'humiliation ressentie par Neïla, brutalement interpellée par le professeur Pierre Mazard en plein amphi de droit à Assas où elle arrive en retard le jour de la rentrée. "Typique", lance le vieux maître, hué par les étudiants qui le traitent de raciste.

- "C'est un film chauvin" -

Pour Yvan Attal, Mazard "n'est pas raciste, c'est un provocateur, c'est quelqu'un qui nous sort de notre zone de confort, même s'il dérape, évidemment, comme ces intellectuels qui pour nous démontrer une idée vont un peu trop loin mais peut-être que l'intention n'était pas mauvaise".

Le film raconte donc une rencontre entre deux êtres que tout sépare: le professeur provocateur à la Houellebecq, toujours sur le point de "déraper", et la jeune Neïla que tout à la fac renvoie à sa condition de fille de l'immigration et de banlieusarde, jusqu'au vigile noir à l'entrée qui lui réclame systématiquement sa carte d'étudiante.

Mazard, acculé au conseil de discipline pour ses écarts de langage, accepte pour se couvrir de former Neïla au concours d'éloquence annuel et c'est l'occasion de scènes savoureuses et d'un bel hommage à la littérature.

"C'est un film chauvin, on fait référence au patrimoine culturel, à nos auteurs", revendique Yvan Attal. Il place d'ailleurs en début de film de courts extraits de Jacques Brel, Serge Gainsbourg, Claude Lévi-Strauss et Romain Gary, pour qui "la France est le plus beau pays du monde", en appui de sa démonstration.

"Attention, je n'ai pas voulu asséner de message avec ce film, j'ai voulu raconter une histoire où les gens rigolent, sont émus, et que si possible certains sujets émergent entre les lignes", dit le réalisateur. Difficile pourtant de ne pas voir dans le film une leçon d?assimilation appuyée en direction d'une "certaine jeunesse qui ne se remet pas en question".

Catégories: Actualités

Inondations meurtrières en Grèce: six personnes toujours disparues

il y a 12 heures 42 min

Les pompiers poursuivaient vendredi leurs recherches pour trouver six personnes portées disparues après des inondations meurtrières qui ont fait 16 morts mercredi dans une zone semi-industrielle à l'ouest d'Athènes.

"Notre priorité est de retrouver les personnes disparues", a indiqué Konstantinos Yovas, responsable du service des pompiers à la télévision publique Ert.

Parmi elles figurent un chasseur et une personne qui a été vue pour la dernière fois vue devant un snack mobile dans la rue, selon un porte-parole des pompiers.

Les victimes de ces inondations consécutives à des pluies torrentielles qui ont déversé des tonnes de boue et de gravats à Mandra, Néa Peramos et Megara, à une cinquantaine de kilomètres d'Athènes, sont notamment des personnes âgées piégées dans leurs maisons ou des gens bloqués dans leurs voitures alors qu'ils étaient en train d'aller à leur travail.

Un deuil national de trois jours a été décrété jeudi en Grèce après ce drame imputé surtout à l'urbanisation tous azimuts de cette zone agricole devenue semi-industrielle ces dernières années.

Le manque de contrôles stricts dans le secteur du bâtiment et de l'aménagement du territoire, l'un des plus importants moteurs de l'économie grecque avant la crise, ainsi que la déforestation des sommets au fil des incendies estivaux, sont des problèmes endémiques en Grèce.

Après une visite dans la région, le Premier ministre Alexis Tsipras a exprimé "sa grande tristesse" pour les victimes et son "choc" devant l'ampleur des dégâts.

"Il s'agit clairement d'un phénomène météorologique rare et extrême", a-t-il souligné, selon un communiqué de ses services.

Certains habitants de Mandra ont comparé le déferlement de tonnes d'eau et de boue "de tsunami".

Depuis jeudi, les précipitations ont été réduites à Mandra, Néa Peramos et Megara.

Des grues tentant de débarrasser les rues de l'amas de carcasses de voitures et des gravats, ainsi que des personnes avec des lances à eau et des pelles, continuaient vendredi, pour la troisième journée consécutive, à nettoyer les routes boueuses, les maisons et les magasins ravagés.

Catégories: Actualités

Rallye d'Australie: Mikkelsen (Hyundai) a pris la main

il y a 12 heures 43 min

Le Norvégien Andreas Mikkelsen (Hyundai), vainqueur de l'épreuve l'an dernier, était en tête du Rallye d'Australie, 13e et dernière manche du Championnat du monde des rallyes (WRC), à l'issue de la première journée vendredi.

Après avoir remporté les trois premières spéciales du matin, Mikkelsen a également signé deux temps scratch l'après-midi.

Cela lui permet de devancer de 20 sec 1/10 son coéquipier belge Thierry Neuville, qui a été le plus rapide dans les deux super spéciales clôturant la journée, et le Britannique Kris Meeke (Citroën) de 20 sec 8/10.

"Cela a vraiment été un très bon début de rallye, qui m'a rappelé des souvenirs de notre victoire de la saison dernière", a souligné le Norvégien, qui prend part à son 3e évènement WRC avec Hyundai.

"J'ai eu une conduite propre tout au long de la journée, sans erreur, et avec un sentiment incroyablement positif à l'intérieur de la voiture", s'est-il réjoui.

Vainqueur en Australie en 2016 alors qu'il était chez Volkswagen, le pilote de 28 ans aimerait marquer les esprits avec un quatrième succès et s'affirmer face à Neuville en vue de la saison prochaine.

Pour son dernier rallye avec l'équipe de Malcolm Wilson, avant de rejoindre Toyota, l'Estonien Ott Tänak (M-Sport/Ford), 6e à 33 secondes, n'a pas débuté au mieux sa chasse derrière Neuville pour la place de vice-champion du monde.

- Ogier pas gâté -

"Ce n'est pas le départ dont on rêvait mais le podium est encore possible", a souligné le pilote de 30 ans.

Quant à son coéquipier français Sébastien Ogier, sacré champion du monde pour la cinquième année consécutive lors de la manche précédente au Royaume-Uni, il était 8e à 47 sec 9/10.

Mais le Français, qui doit annoncer dans les jours à venir sa décision concernant la poursuite ou non de sa carrière en WRC, a eu le désavantage d'ouvrir la route.

Comme Tänak, il a perdu son diffuseur arrière dans l'ES4, et a en outre souffert d'un problème de sélection de rapport de boîte.

"La position d'ouvreur sera encore plus pénalisante samedi mais on va quand même essayer de prendre du plaisir, même si la possibilité d'obtenir un bon résultat semble assez loin actuellement", a résumé Ogier.

Son compatriote Stéphane Lefebvre (Citroën) a crevé à deux reprises le matin puis l'après-midi dans la spéciale de Pilbara, et occupe le 9e rang à 57 sec 3/10.

Le jeune espoir finlandais Kalle Rovenpera, 17 ans, pointe au 12e rang à plus de 4 minutes de Mikkelsen avec sa Ford Fiesta R5, de la catégorie WRC2.

Catégories: Actualités

Corse: la maison d'un responsable LR visée par une bombe pour la 2e fois en 6 mois

il y a 12 heures 45 min

La maison familiale du président de la fédération LR de Corse-du-Sud a été légèrement endommagée par l'explosion d'une bombe de faible intensité dans la nuit de jeudi à vendredi, pour la deuxième fois en six mois, a-t-on appris de source judiciaire.

"Il s?agit a priori d?un engin explosif de faible intensité qui a provoqué de petits impacts sur le mur d?enceinte et sur la maison du gardien", a précisé le procureur de la République d'Ajaccio Eric Bouillard.

Le couple de gardiens, alerté par une détonation vers 22H50, est alors sorti, provoquant la fuite en moto de deux personnes. Aucun blessé n?est à déplorer, a encore ajouté M. Bouillard.

Le président de la fédération LR de Corse-du-Sud Marcel Francisci était quant à lui absent au moment des faits. Une enquête a été ouverte et confiée à la gendarmerie.

La même villa avait déjà été prise pour cible par un premier attentat le 1er juin dernier. Une charge explosive, qui avait vraisemblablement mal fonctionné, avait détruit le portail de la propriété. Aucun auteur n?a pour l?instant été interpellé.

Catégories: Actualités

Première apparition publique de Mugabe depuis le coup de force militaire

il y a 12 heures 49 min

Le président zimbabwéen Robert Mugabe a fait vendredi sa première apparition publique depuis le coup de force de l'armée cette semaine, à l'occasion d'une cérémonie de remise de diplômes universitaires à Harare, a constaté un photographe de l'AFP.

Le chef de l'Etat, âgé de 93 ans, était vêtu d'une toge bleue et d'une coiffe assortie, lors de cette réception organisée à l'université Zimbabwe Open. La veille, il s'était entretenu avec le chef d'état-major, le général Constantino Chiwenga, et avait refusé de démissionner, selon une source proche des militaires.

Catégories: Actualités

Début du procès d'Abdelhakim Dekhar, "le tireur de Libé"

il y a 12 heures 50 min

Le procès d'Abdelhakim Dekhar, jugé pour tentative d'assassinat en novembre 2013 à BFMTV, Libération et à la Société générale, s'est ouvert vendredi devant la cour d'assises de Paris.

Abdelhakim Dekhar, aujourd'hui âgé de 52 ans, est détenu depuis près de quatre ans. Il est apparu calme dans le box des accusés, répondant d'une voix posée aux premières questions du président. Cheveux grisonnants, il fait plus âgé que sur les photos de vidéosurveillance qui avaient tourné en boucle au moment des faits.

Le périple armé d'Abdelhakim Dekhar avait déclenché une traque de cinq jours. Il avait démarré au siège de BFMTV le 15 novembre, où il avait pénétré vers 7 heures du matin, menaçant un rédacteur en chef avant de s'enfuir.

Trois jours plus tard, il avait grièvement blessé par balle un assistant photographe à Libération, avant de se rendre à la Défense, où il avait tiré contre l'immeuble de la Société générale, sans faire de blessé.

Une des questions centrales du procès concernera les motivations de cet homme. Lors de l'enquête, il avait mis en avant son "combat politique". Dans des courriers antérieurs, il développait la théorie d'un "complot fasciste", se faisait le porte-parole des opprimés. Il vouait une haine aux journalistes "payés pour faire avaler des mensonges".

Il avait expliqué vouloir se faire tuer par la police mais s'était enfui rapidement à chaque étape de son périple.

Sa défense tentera de convaincre la cour que l'accusé n'avait pas l'intention de tuer.

Abdelhakim Dekhar est connu des autorités depuis les années 90. Il avait été condamné en 1998 dans un dossier criminel majeur de l'époque lié aux milieux de l'ultragauche. Il était soupçonné d'être "le troisième homme" de l'équipée de deux membres de cette mouvance, Florence Rey et Audry Maupin: une fusillade au cours de laquelle trois policiers, un chauffeur de taxi et Maupin avaient été tués en 1994.

Le procès doit se terminer le 24 novembre.

Catégories: Actualités

Ligue 1: Lille et Saint-Etienne dans le brouillard, Monaco à la Licorne

il y a 12 heures 51 min

Attention, duel d'ambitieux malades: Lille, avant-dernier de Ligue 1, et Saint-Etienne, qui vient de perdre son entraîneur Oscar Garcia, s'affrontent vendredi en ouverture de la 13e journée. Dans la foulée, le stade de la Licorne d'Amiens rouvrira ses portes pour recevoir Monaco.

. Pour Monaco, Amiens avant le PSG

Le stade picard n'avait plus accueilli de match de football depuis la rupture d'une barrière de sécurité qui avait fait 29 blessés le 30 septembre, lors du match de Championnat entre Amiens et Lille.

Ce dernier se rejouera le 20 novembre, à la Licorne puisque la commission départementale de sécurité a donné mercredi un avis favorable à la réouverture au public de l'enceinte, à la suite de travaux entrepris pour "renforcer les garde-corps de chacune des tribunes", selon la préfecture.

Avant cela, les Amiénois reçoivent vendredi (20h45) le champion sortant, Monaco, qui doit l'emporter pour rester dans le sillage du Paris SG, leader avec quatre points d'avance.

Les deux places fortes du football français s'affrontent en Principauté lors de la 14e journée, et les hommes de Leonardo Jardim n'ont donc pas intérêt à laisser filer le PSG, qui reçoit Nantes samedi (17h00).

. Lille, Saint-Etienne, ambitieux à la traîne

Malgré les ambitions d'avant-saison, ces considérations de haut de tableau ne concernent plus tellement Lille et Saint-Etienne (19h00). Les premiers, qui avaient pour objectif le top 5, sont avant-derniers, avec un match en moins, malgré leur succès 3-0 contre Metz lors de la journée précédente, et le prestige de leur entraîneur Marcelo Bielsa commence à être sérieusement écorné.

Les seconds, sixièmes à sept points du podium (et du grand rival lyonnais, troisième), restent sur une humiliation contre l'OL à domicile (défaite 5-0) et viennent de voir partir leur entraîneur, l'Espagnol Oscar Garcia.

Garcia avait pour mission de faire oublier Christophe Galtier, entraîneur emblématique des Verts de décembre 2009 à juin dernier.

Il n'est resté que cinq mois en poste et laisse des Verts en plein doute avant une série de matches piégeuse, qui les verra notamment se déplacer à Bordeaux ou Marseille et recevoir Nantes ou Monaco d'ici la trêve hivernale. Pas simple pour le remplaçant de Garcia, Julien Sablé, directeur du centre de formation et ancien capitaine des Verts, qui commencera par un premier gros test dans le Nord.

Le programme de la 13e journée de Ligue 1 de football qui sera disputée les vendredi 17, samedi 18 et dimanche 19 novembre:

Vendredi 17 novembre

(19h00) Lille - Saint-Etienne

(20h45) Amiens - Monaco

Samedi 18 novembre

(17h00) Paris SG - Nantes

(20h00) Dijon - Troyes

Guingamp - Angers

Toulouse - Metz

Strasbourg - Rennes

Dimanche 19 novembre

(15h00) Caen - Nice

(17h00) Lyon - Montpellier

(21h00) Bordeaux - Marseille

Catégories: Actualités

Clichy: une nouvelle prière de rue envisagée vendredi prochain

il y a 12 heures 51 min

L'Union des associations musulmanes de Clichy-la-Garenne (UAMC) a l'intention d'organiser une prière de rue vendredi 24 novembre en centre-ville, a affirmé à l'AFP son avocat vendredi alors qu'une nouvelle réunion de conciliation avec la mairie est prévue lundi.

"On ne lâchera pas", a affirmé Arié Alimi, l'avocat de l'UAMC. Il a assuré qu'aucune prière de rue ne serait organisée ce vendredi, mais a affirmé qu'une demande de manifestation serait déposée dès ce jour en préfecture pour la semaine suivante.

Une réunion organisée jeudi soir à la mairie de Clichy avait pourtant semblé avoir apaisé la situation.

Le préfet Pierre Soubelet avait invité les musulmans de cette ville des Hauts-de-Seine à "aller dans la salle des Trois-Pavillons", ajoutant que l'UAMC était "d'accord pour utiliser cette solution", même si elle n'était pas forcément "optimale pour eux".

Il avait en outre pris l'engagement de mettre un terme aux prières de rue qui "constituent un trouble à l'ordre public", surtout "depuis la manifestation des élus" vendredi dernier.

Une centaine d'élus en écharpe tricolore avaient tenté d'empêcher des fidèles musulmans de faire leur prière dans la rue à Clichy.

Ces fidèles protestent contre la fermeture en mars de leur lieu de culte en centre-ville. Ils estiment en outre que la salle des Trois-Pavillons, excentrée et gérée par une autre association cultuelle, est trop exigüe et qu'elle n'est pas aux normes de sécurité.

Vendredi 24 novembre, "tous les fidèles vont aller aux Trois-Pavillons pour montrer qu'il n'y a pas de place", a affirmé Me Alimi.

Ensuite, ils se dirigeront vers la place du marché, où se déroulaient jusqu'à présent les prières de rue, pour organiser une nouvelle manifestation. Si la préfecture refuse le rassemblement, l'UAMC prévoit de déposer un recours devant le tribunal administratif puis devant le Conseil d'Etat, "qui sera obligé de rendre une décision".

Catégories: Actualités

Pompili (LREM) ironise sur les "journées de 48 heures" de Castaner

il y a 12 heures 52 min

La députée Barbara Pompili a estimé vendredi que Christophe Castaner devait prendre "des décisions claires" quant à un éventuel cumul de fonctions au gouvernement et à la tête de La République en marche (LREM), ironisant sur un responsable "capable de faire des journées de 48 heures".

"Christophe Castaner, à un moment, il aura à prendre des décisions claires", a jugé Barbara Pompili sur franceinfo.

Pour l'ancienne élue EELV qui a rallié Emmanuel Macron, LREM est "un parti qui a besoin qu'on prenne le temps de le structurer, de quelqu'un qui s'en occupe à plein temps". "Je fais confiance à Christophe Castaner pour qu'il prenne les bonnes décisions dans le sens de l'intérêt général". "S'il se sent capable de faire des journées de 48 heures, tant mieux. Maintenant je pense qu'il serait très fort".

Adoubé par l'Elysée, M. Castaner est seul candidat au poste de délégué général de LREM et devrait être élu samedi à Lyon.

Mercredi, il a laissé entendre qu'il s'apprêtait à quitter le poste de porte-parole du gouvernement, sans exclure de rester secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement, ce qui suscite des critiques au sein de l'opposition de droite, du PS mais aussi au sein de LREM dont une membre de la direction provisoire, Astrid Panosyan, qui a jugé qu'un tel cumul "pos[ait] problème".

Selon un sondage Elabe réalisé par BFMTV, sept Français sur dix estiment qu'il doit quitter le gouvernement.

LREM, "c'est un mouvement qui a été construit par Emmanuel Macron pour l'installer à la présidence de la République. Aujourd'hui, il faut restructurer ce mouvement qui ne fonctionne pas, il faut bien le dire, qui fonctionne mal", a également déclarée la députée de la Somme, présidente de la Commission du développement durable au Palais-Bourbon.

Catégories: Actualités

Ouverture du procès d'Abdelhakim Dekhar, le "tireur de Libé"

il y a 12 heures 56 min
Abdelhakim Dekhar est jugé à partir de vendredi aux assises pour plusieurs tentatives d'assassinats en novembre 2013. Il avait notamment ouvert le feu dans les locaux de Libération, blessant un assistant photographe.
Catégories: Actualités

"Thelma": un thriller surnaturel à la sauce norvégienne

il y a 12 heures 58 min

Remarqué avec le très mélancolique "Oslo, 31 août", le Norvégien Joachim Trier s'essaie au film de genre avec "Thelma", un thriller surnaturel "sans tripes, ni hémoglobine" évoquant une jeune fille élevée dans un milieu rigoriste et se découvrant des pouvoirs occultes.

"Je n'avais pas envie de tripes et de sang, ou d'un film d'horreur avec des monstres", explique Trier qui, pour son quatrième long métrage, voulait un film très "visuel" comparable à un cauchemar.

Dès la première scène, le ton est posé: un père et sa fille partent chasser dans un paysage enneigé quand l'homme tourne son fusil vers l'enfant, prêt à tirer, avant de se résigner. Un préambule glaçant.

Le film redémarre ensuite avec l'arrivée à l'université de Thelma, jeune fille timide, élevée par des parents dévots de l'ouest de la Norvège.

Alors qu'elle tente de se faire des amis et de se rapprocher de la populaire Anja, elle est prise de convulsions proches de l'épilepsie. Les crises vont se multiplier et se faire de plus en plus violentes, obligeant la jeune fille à chercher le mal qui l'habite.

D'une grande virtuosité, "Thelma" offre de superbes scènes fantasmatiques, dont une très impressionnante avec un serpent ou une autre dans une piscine. Dans une autre séquence, un vol de corbeaux venant s'écraser sur une fenêtre symbolise l'arrivée d'un malheur.

Né dans les années 70, la réalisateur a puisé son inspiration dans les films de sa jeunesse, ceux de Brian De Palma (dont "Carrie, au bal du diable", auquel on compare beaucoup "Thelma") et de David Cronenberg ("Dead zone"), qui ont tous deux adapté des romans du maître du fantastique Stephen King.

Si l'esthétique est différente, l'ambition est la même: "raconter une histoire très humaine mais en même temps allégorique, grâce au fantastique", explique le réalisateur qui s'est également inspiré des histoires de sorcières répandues en Norvège.

- Regard masculin ? -

"L'idée de départ était de travailler sur la perte de contrôle. Le film est sur ce que nous nous interdisons", poursuit-il. "Et comme +Oslo, 31 août+, (sur un ancien drogué qui peine à retrouver ses marques, ndlr), c'est un film sur un personnage qui ne sait pas s'intégrer", indique celui qui travaille avec le coscénariste Eskil Vogt depuis ses débuts.

Portrait d'une jeune femme à "l'inquiétante étrangeté", "Thelma" est portée par l'interprétation d'Elli Harboe (22 ans au moment du tournage) et de Kaya Wilkins, dont c'est la première apparition à l'écran.

L'alchimie est palpable entre ces deux jeunes femmes, amoureuses dans le film. Interrogé sur la manière de filmer deux femmes et des scènes sensuelles, Joachim Trier plaide la collaboration avec ses actrices. "Je suis bien conscient des problématiques d'avoir un +regard masculin+ mais j'essaie d'être respectueux et de collaborer avec les actrices".

"A vrai dire, je ne vois pas trop de différence entre un personnage masculin ou féminin. Etre un homme ou une femme est une partie d'un individu mais ne le résume pas", poursuit cet admirateur de la réalisatrice Claire Denis et de sa façon de filmer des personnages, tous sexes confondus.

Interrogé sur d'éventuelles répercussions de l'affaire Weinstein, le réalisateur confirme que "les choses bougent" en Norvège et qu'il parle énormément avec ses confrères des pratiques dans le 7e art. "Pas question de faire passer des castings le soir", insiste le quadra.

"Faisons passer des essais le jour pour ne pas créer de moments bizarres pour de jeunes acteurs. Sinon, nous risquons de laisser passer le train", conclut celui qui travaille déjà à un autre projet: un documentaire sur le peintre Edvard Munch, qu'il coréalise avec son frère, Emil.

Catégories: Actualités

Allemagne: Dortmund, la crise? Quelle crise?

il y a 12 heures 59 min

Aubameyang suspendu pour "raisons disciplinaires", des résultats en chute libre, et des critiques qui pleuvent: tous les clignotants sont au rouge à Dortmund, mais entraîneur et dirigeants conservent un calme étonnant à l'heure d'aller affronter Stuttgart vendredi pour la 12e journée de Bundesliga.

Jeudi soir, le Borussia a annoncé que son buteur Pierre-Emerick Aubameyang ne serait pas du voyage, "pour raisons disciplinaires". Aucun autre détail n'a été donné.

. Les chiffres de la chute

Une seule victoire sur les sept derniers matches, contre une équipe de 3e division en coupe.

En Bundesliga, le Borussia reste sur trois défaites et un nul. Leader du championnat avec 5 points d'avance au 1er octobre, il a lâché 11 points au Bayern en un mois, et occupe désormais la 3e place à 6 pts des Bavarois.

En Ligue des champions, il est virtuellement éliminé après deux défaites contre Tottenham et le Real Madrid, et deux nuls 1-1 contre le modeste Apoel Nicosie.

. Neufs jours décisifs

Après le déplacement vendredi chez le promu Stuttgart -- l'équipe du néointernational français Benjamin Pavard --, Dortmund enchaînera avec Tottenham en C1 et Schalke. "Trois épreuves de vérité", commente jeudi le magazine du football Kicker.

L'entraîneur Peter Bosz, venu de l'Ajax d'Amsterdam cet été, "va faire face en neuf jours à son examen le plus difficile depuis qu'il est arrivé à Dortmund", ajoute Kicker.

"L'optimisme est là, en moi", dit-il quand on l'interroge sur la situation.

Dans bien d'autres clubs de ce niveau, l'alerte rouge aurait déjà été déclenchée. Au Borussia, tout est calme. En surface tout au moins. Changer de coach ? "Ce serait complètement aberrant", assure le patron du club Hans-Joachim Watzke, "il faut donner du temps à un nouvel entraîneur".

. Système ? Vous avez dit système?

Les causes de la dégringolade opposent les experts. Plusieurs consultants mettent en cause la tactique de Bosz, son jeu de transition ultra-rapide qui déséquilibre l'équipe vers l'avant, et laisse des couloirs béants derrière pour les contres adverses.

"Nous savons que nous pouvons jouer dans ce système", assure le gardien de but suisse Roman Bürki, "personne ne pense autre chose dans l'équipe. Mais il nous manque en ce moment le petit plus de confiance" qui fait la différence.

. La défense à la loupe

En raison des blessures ou des suspensions, Dortmund a joué cette saison avec dix lignes défensives différentes. "Ca ne facilite pas les choses et ça empêche d'avoir de la constance", se désole le capitaine et arrière latéral Marcel Schmelzer: "Mon espoir est que nous puissions avoir de meilleurs automatismes".

La qualité individuelle des défenseurs centraux, Sokratis, Toprak ou du tout jeune Dan-Axel Zagadou, arrivé du centre de formation du PSG cet été, n'est peut-être pas non plus au niveau de celle des attaquants.

. Aubameyang en panne sèche

Le Gabonais a marqué 10 fois lors des huit premières journées de championnat. Mais depuis, c'est le silence... Trois matches de championnat et deux de Ligue des champions sans toucher la cible!

Ses coéquipiers espéraient que la série noire prendrait fin vendredi à Stuttgart, mais sa suspension surprise repousse encore la date de sa résurrection. Le Borussia avait-il vraiment besoin de ça ?

Le programme de la 12e journée(en heures locales, GMT+1):

Vendredi 17 novembre

(20h30) Stuttgart - Dortmund

Samedi 18 novembre

(15h30) Bayern Munich - Augsbourg

Hoffenheim - Francfort

Leverkusen - Leipzig

Mayence - Cologne

Wolfsburg - Fribourg

(18h30) Hertha Berlin - Mönchengladbach

Dimanche 19 novembre

(15h30) Schalke 04 - Hambourg

(18h00) Werder Brême - Hanovre

Catégories: Actualités

De la table mobile à l'écran tactile, des établissements esquissent la classe de demain

il y a 13 heures 18 sec

Repenser le mobilier et l'espace d'une salle de classe pour encourager de nouvelles formes d'apprentissage: tel est le pari de quelques établissements pionniers en France, qui inventent peut-être l'école de demain.

Des tables et chaises mobiles, des poufs de repos, un coin dédié au jeu, un jardin pédagogique, un espace pour la créativité: présentée au salon spécialisé Educatec-Educatice, à Paris jusqu'à vendredi, cette "nouvelle classe" vise à incarner une façon innovante de concevoir l'enseignement.

"L'idée est de casser la logique descendante du prof au tableau face à ses élèves, qui deviennent acteurs", explique Bertrand Chavanel, responsable éducation et numérique du groupe Manutan, qui conçoit ce type de mobilier.

Il y a cinq ans, profitant d'un projet de restructuration de leur établissement près de Lyon, l'équipe enseignante du collège public Jean-Philippe Rameau s'est lancée dans la création et l?expérimentation d?un nouvel espace de travail, baptisé Ecla (pour école de l'avenir). "L'idée que l'enseignant était le seul porte-voix du savoir nous semblait totalement obsolète", explique Caroline Brottet-Aiello, professeur de Sciences et vie de la terre (SVT) et chef de projet.

L'équipe réalise alors des plans de salles modulables, investit dans des matériaux comme des cloisons phoniques, des murs à écriture Velleda sur lesquels les élèves pourront tour à tour "phosphorer", des sièges de réunion mobiles et pivotants, des poufs déformables. Sont aussi intégrés du matériel numérique, comme de grands tableaux interactifs et des tablettes.

Aujourd'hui, la salle se réserve à l'avance par les enseignants du collège, en fonction de leurs projets pédagogiques. "Concrètement, nous ne sommes plus du tout dans l'enseignement frontal", résume Caroline Brottet-Aiello, mais dans "le travail collaboratif" et "la mutualisation des savoirs".

Les murs ont été peints avec des couleurs pop (vert pomme, violet, orange), pour renforcer le bien-être des élèves. "On sent que leur motivation est plus forte, qu'ils travaillent mieux ensemble", se félicite l'enseignante.

- Du face à face au côte-à-côte -

Seuls une poignée d'établissements sont pour l'instant allés aussi loin dans la mise en oeuvre de nouveaux espaces. Mais d'ici 2020, pas moins de "50 lycées vont voir le jour en France, des besoins vont se faire sentir", avance Christophe Caron, chef de projet "archiclasse" au ministère de l'Education, qui doit penser une architecture scolaire innovante.

Prof de mathématiques au lycée pilote innovant international de Poitiers (public), Xavier Garnier fait régulièrement cours dans une salle où les tables et chaises, à roulettes, avec tablettes intégrées, se déplacent à l'envi pour créer des îlots de travail, en petits groupes ou en arc de cercle. "On passe du face à face au côte-à-côte et les élèves ont ainsi la sensation d'avoir la main sur la construction de la leçon", explique-t-il.

Selon lui, se développeront dans ces nouveaux espaces "des compétences indispensables au monde du travail de demain, telles que la citoyenneté, la flexibilité, l'autonomie". Remodeler l'espace sert aussi à lutter contre des difficultés scolaires.

C'est parce qu'il a constaté l'an dernier de "gros problèmes d'attention" dans sa classe que Bruno Vergnes, professeur de français au collège public innovant Pierre-Emmanuel de Pau, a revu toute l'organisation de sa classe. "Certains élèves ne supportaient pas de rester assis trop longtemps, d'autres se laissaient glisser par terre", dit-il. Afin que "chacun trouve sa place", il a installé des tables permettant de se tenir debout mais aussi un coin calme, avec des tapis et des poufs, "sas de décompression" avant le début des cours.

Mais "il ne suffit pas de bouger trois armoires pour résoudre tous les problèmes", prévient-il: "la posture du prof doit changer, il doit repenser sa façon de faire cours". Dans sa classe, il a mis l'accent sur la "collaboration": les élèves les plus performants travaillent ensemble et aident ensuite ceux qui ont le plus de difficultés, à qui il peut aussi consacrer davantage de temps.

Catégories: Actualités

Pages