France 24 - L'info en continu

S'abonner à flux France 24 - L'info en continu France 24 - L'info en continu
Mis à jour : il y a 2 min 2 sec

VIH en Chine : la jeunesse particulièrement exposée

mar, 06/19/2018 - 15:00
Les jeunes Chinois urbains n'ont jamais connu un tel niveau de vie. Ils ont un meilleur accès à l'éducation, aux services de santé et ont une meilleure qualité de vie en général. Mais les autorités ont été récemment alarmées par une statistique : le taux de VIH chez les jeunes âgés de 15 à 19 ans a triplé au cours de la dernière décennie. En cause : une jeunesse chinoise décomplexée, mais privée d'éducation sexuelle et une population homosexuelle particulièrement exposée. Reportage.
Catégories: Actualités

Yémen: sept jours d?offensive sur Hodeida

mar, 06/19/2018 - 15:00
Retour sur sept jours d'offensive sur la ville portuaire de Hodeida menée par les forces gouvernementales yéménites, soutenues par une coalition emmenée par Ryad et Abou Dhabi. Hodeida, grand port sur la mer Rouge qui abrite avec sa région quelque 600.000 habitants, contrôlé depuis 2014 par les rebelles Houthis, est le point d'entrée d'une grande partie des importations et de l'aide humanitaire en territoire yéménite. - L'assaut - Le 13 juin, les forces progouvernementales, appuyées par les Emiratis et les Saoudiens, lancent l'assaut sur le port de Hodeida (ouest). Les Émirats arabes unis avaient donné jusqu'au 12 juin à l'ONU pour trouver une solution et contraindre les Houthis à abandonner Hodeida sans combattre. Une quinzaine d'ONG internationales estiment que l'assaut "aurait probablement des conséquences catastrophiques sur la population civile", dans une lettre au président français Emmanuel Macron. Elles jugent "inconcevable" de maintenir la conférence humanitaire prévue fin juin à Paris. La France appelle "à une solution politique négociée". L'Arabie saoudite et les Émirats affirment avoir pris des dispositions pour assurer la continuité du flot de l'aide humanitaire en dépit de l'opération militaire. - "Bourbier" - Le 14 juin, le président Abd Rabbo Mansour Hadi se rend à Aden (sud), la capitale provisoire de l'autorité internationalement reconnue, pour "superviser" les opérations militaires. A New York, le Conseil de sécurité de l'ONU "répète son appel à laisser ouverts les ports de Hodeida et Salif", au nord de Hodeida, pour assurer la continuité de l'approvisionnement. "Nous ne sommes pas en train de nous approcher du port" et "nous n'avons pas l'intention de détruire l'infrastructure", dit le ministre yéménite des Affaires étrangères. Le port reste ouvert en dépit de l'assaut, indique son directeur. Le chef des rebelles pro-iraniens, Abdel Malek al-Houthi, appelle ses combattants à faire face aux "forces de la tyrannie". Il faut "transformer la côte ouest en bourbier pour les envahisseurs", dit-il. - Aux portes de l'aéroport - Le 15 juin, les forces progouvernementales engagent des combats pour prendre l'aéroport. Des combats ont lieu à 2 km au sud de l'aéroport, selon un correspondant de l'AFP. Les Houthis réussissent à couper la route côtière à 100 km au sud de Hodeida, au niveau de la localité de Tuhaita. Le 17 juin, les troupes progouvernementales et les rebelles échangent des tirs près de l'aéroport de Hodeida et sur la route côtière. L'aviation saoudienne continue ses raids sur les positions rebelles. Le Premier ministre de l'administration rebelle, Abdel Aziz ben Habtour, affirme devant l'émissaire de l'ONU Martin Griffiths, arrivé la veille à Sanaa, qu'il n'est pas question d'accepter une trêve dans les conditions actuelles. - "Sans condition" - Le 18 juin, les Émirats affirment que les Houthis doivent se retirer "sans condition". La coalition a maintenu ouverte la route reliant Hodeida à Sanaa afin de permettre aux "Houthis de se retirer", précise le ministre d'Etat émirati aux Affaires étrangères, Anwar Gargash. Le secrétaire général adjoint de l'ONU pour les Affaires humanitaires, Mark Lowcock, estime que "l'impact humanitaire des combats à Hodeida reste limité car la grande bataille n'a pas encore commencé". Environ "5.200 familles" ont quitté leur maison dans la province de Hodeida depuis le 1er juin, selon l'ONU. L'émissaire onusien dit espérer une reprise en juillet des négociations. - Les loyalistes dans l'aéroport - Le 19, les forces progouvernementales pénètrent, au milieu d'intenses combats, dans l'aéroport de Hodeida. L'opération s'est accompagnée de raids aériens de la coalition, selon des sources militaires sur place. L'émissaire de l'ONU pour le Yémen quitte Sanaa sans faire la moindre déclaration.
Catégories: Actualités

CHRONIQUE CULTURE

mar, 06/19/2018 - 14:59
L''évènement culturel du jour décrypté par les journalistes de France 24.
Catégories: Actualités

Ingrid Chauvin et Jimmy Jean-Louis, stars du petit écran

mar, 06/19/2018 - 14:57
A l’occasion du Festival de télévision de Monte-Carlo qui se tient à Monaco cette semaine, Genie Godula a rencontré Ingrid Chauvin, la star de "Demain Nous Appartient" sur TF1, ainsi que l’acteur haïtien, qui est membre du jury, Jimmy Jean-Louis, des séries "Heroes" et "Claws". Ils reviennent sur l’âge d’or du petit écran.
Catégories: Actualités

Focus sur la situation en mer Méditerannée / InfoMigrants

mar, 06/19/2018 - 14:56
2018-06-19 13:50 Focus sur la situation en mer Méditerannée / InfoMigrants
Catégories: Actualités

Marine Le Pen doit bien rembourser 300.000 euros au Parlement européen

mar, 06/19/2018 - 14:40
La cheffe de l'extrême droite française Marine Le Pen a subi un revers mardi devant la justice de l'UE, qui a confirmé qu'elle devait rembourser près de 300.000 euros au Parlement européen pour l'emploi douteux d'une assistante quand elle était eurodéputée. "Je fais un pourvoi bien sûr", a rapidement réagi sur son compte Twitter la présidente du Rassemblement national (ex-Front National), critiquant un arrêt "ubuesque" dans cette affaire visée par ailleurs par une procédure judiciaire en France. Le Tribunal de l'UE a rejeté sa demande d'annuler la décision de recouvrement prise par le Parlement européen fin 2016, soulignant qu'elle "n'a pas été en mesure de démontrer que son assistante assurait des tâches effectives pour elle". Mme Le Pen, qui a été eurodéputée de 2009 à 2017, "n'a pas fourni de preuve d'une activité quelconque (...) au titre de l'assistance parlementaire, ce qu'elle a d'ailleurs reconnu lors de l'audience", est-il également précisé dans l'arrêt. L'ex-eurodéputée, qui dispose de deux mois pour faire un pourvoi devant la Cour de justice de l'UE, a rétorqué mardi sur Twitter avoir au contraire "versé au tribunal 655 pièces" prouvant cette activité. "Le tribunal refuse d'en tenir compte au motif que j'aurais dû les fournir au Parlement européen, qui ne me les a pas demandées", assure-t-elle, tandis que son parti a fustigé "des violations caractérisées des droits de la défense". - Retenues sur salaires - Le Tribunal de l'UE avait déjà rejeté l'an dernier la demande en référé de Mme Le Pen de suspendre les retenues sur son salaire d'eurodéputée, mises en place par le Parlement pour récupérer son dû dans cette affaire, estimé à 298.500 euros. Marine Le Pen avait en effet vu son indemnité parlementaire et son indemnité de séjour amputées de moitié à partir de début 2017, des recouvrements qui avaient cessé de fait quand elle a quitté le Parlement européen au courant de l'année 2017. Les retenues réalisées avant son départ ont permis de récupérer environ 60.000 euros, a indiqué à l'AFP une source parlementaire. Pour récupérer le reste, le Parlement européen compte sur les suites de la procédure en cours devant la justice française, dans laquelle il s'est porté partie civile. Le recouvrement visé mardi porte sur l'emploi de Catherine Griset en tant qu'assistante parlementaire de fin 2010 à début 2016. Le Parlement européen réclame également environ 40.000 euros à Mme Le Pen dans une affaire similaire, concernant l'emploi d'un garde du corps comme assistant. S'appuyant sur une enquête de l'Olaf, l'Office antifraude de l'UE, le Parlement avait estimé que Mme Le Pen lui devait au total environ 340.000 euros. Marine Le Pen n'est pas la seule membre de l'ex-FN à avoir été visée par des procédures de recouvrement pour des emplois d'assistants considérés comme fictifs par le Parlement européen. Le Tribunal de l'UE a ainsi déjà confirmé des remboursements exigés auprès du père de Marine Le Pen, Jean-Marie Le Pen (320.000 euros), de Bruno Gollnisch (276.000 euros environ), de Mylène Troszczynski (plus de 56.000 euros) et de l'eurodéputée Dominique Bilde (environ 40.000 euros). - "Système" organisé - Marine Le Pen avait déjà subi un revers judiciaire début juin devant la justice française, qui enquête de son côté sur ces affaires d'assistants d'eurodéputés du FN soupçonnés de travailler en réalité pour le parti. La cour d'appel de Paris a ainsi rejeté son recours contre la procédure qui lui vaut d'être mise en examen pour "abus de confiance" et "complicité d'abus de confiance". Dans l'instruction qu'ils mènent depuis fin 2016, les juges français Claire Thépaut et Renaud Van Ruymbeke enquêtent sur un possible "système" organisé par le parti et Marine Le Pen pour faire rémunérer des permanents avec les fonds européens réservés à l'embauche d'assistants. Le préjudice estimé par le Parlement européen est au total de 7 millions d'euros sur la période 2009 à 2017. Marine Le Pen est soupçonnée par la justice française d'une part d'avoir indûment employé sa cheffe de cabinet au FN, Catherine Griset, et son garde du corps, Thierry Légier, et d'autre part d'avoir "donné des instructions" afin que des eurodéputés engagent comme assistants des personnes "occupant en réalité des emplois" au FN.
Catégories: Actualités

FR MG PKG FR2 YEMEN ONG

mar, 06/19/2018 - 14:39
2018-06-19 14:42 FR MG PKG FR2 YEMEN ONG
Catégories: Actualités

L''Odysée des pêcheurs sénégalais en Bretagne

mar, 06/19/2018 - 14:34
L''Odysée des pêcheurs sénégalais en Bretagne
Catégories: Actualités

Attentats du 13 novembre 2015 : le documentaire réalisé par Jules et Gédéon Naudet

mar, 06/19/2018 - 14:33
Attentats du 13 novembre 2015 : le documentaire réalisé par Jules et Gédéon Naudet
Catégories: Actualités

FR WB MARDI POL LE PEN 1 0619

mar, 06/19/2018 - 14:30
2018-06-19 14:31 FR WB MARDI POL LE PEN 1 0619
Catégories: Actualités

Mondial 2018 : qui sont les favoris cette année ?

mar, 06/19/2018 - 14:29
Mondial 2018 : qui sont les favoris cette année ?
Catégories: Actualités

FR WB MARDI POL LE PEN 2 0619

mar, 06/19/2018 - 14:28
2018-06-19 14:30 FR WB MARDI POL LE PEN 2 0619
Catégories: Actualités

FOCUS

mar, 06/19/2018 - 14:28
Un reportage long format réalisé par les correspondants de France 24 est analysé en plateau.
Catégories: Actualités

Mondial-2018: "Tous nos matches sont maintenant des finales", dit l'Allemand Neuer

mar, 06/19/2018 - 14:23
L'Allemagne, battue par le Mexique (1-0) lors de son match inaugural au Mondial-2018, va maintenant aborder ses prochaines rencontres comme "des finales", a assuré le capitaine et gardien de la Mannschaft Manuel Neuer mardi à Vatutinki, le camp de base des champions du monde en banlieue de Moscou. "A partir de maintenant, il nous reste deux finales à jouer", contre la Suède samedi à Sotchi et contre la Corée du Sud ensuite, a-t-il dit, pour tenter d'arracher une qualification pour les 8es de finale du Mondial et garder l'espoir de défendre son titre conquis en 2014 au Brésil. Arrivé avec 45 minutes de retard à la conférence de presse, Neuer s'est excusé en assurant qu'une réunion entre joueurs s'était éternisée. "Nous parlons beaucoup entre nous de ce que nous devons améliorer, je n'avais jamais vu ce niveau de communication dans l'équipe, nous nous parlons très franchement", a assuré le portier de 32 ans. "Nous connaissons les critiques qui nous ont été adressées, mais nous sommes nous-mêmes nos plus sévères critiques, nous sommes vexés et déçus de ce que nous avons montré sur le terrain", a-t-il ajouté. "La solution doit venir de nous, joueurs, nous devons retrouver ce qui a fait notre force par le passé. Nous croyons et nous savons que nous pouvons le faire dès le prochain match contre la Suède". "La raison principale de la défaite", a-t-il expliqué, "est à chercher du côté des joueurs leaders. Nous n'avons pas été capables de nous organiser nous-mêmes et de prendre les choses en main". Les Allemands ont reconnu avoir été pris par surprise par le schéma de jeu des Mexicains. Alors que la Mannschaft s'était préparée pour affronter une équipe jouant le pressing et cherchant la possession de balle, les latinos-américains ont attendu les champions du monde et ont procédé par contres ultra-rapides. L'Allemagne, venue en Russie avec la ferme intention de défendre son titre, est tombée de très haut, et les critiques se sont déchaînées contre l'équipe, accusée de manquer à la fois de caractère et d'intelligence dans le jeu.
Catégories: Actualités

Après Donald Trump, Kim Jong-Un rencontre Xi Jinping à Pékin

mar, 06/19/2018 - 14:22
Une semaine après son entrevue historique avec le chef d'État américain, Kim Jong-un était reçu à Pékin, mardi 19 juin, par le président chinois Xi Jinping, qui appelle à "concrétiser" les avancées sur le nucléaire nord-coréen.
Catégories: Actualités

Mort d'un couturier chinois à Aubervilliers: jusqu'à 15 ans de prison requis contre deux jeunes

mar, 06/19/2018 - 14:20
L'affaire était devenue un symbole du racisme envers les personnes d'origine asiatique en France: quinze et huit ans de prison été requis mardi à Bobigny contre deux jeunes hommes pour l'agression mortelle en 2016 de Chaolin Zhang, un couturier chinois d'Aubervilliers. Les deux adolescents sont jugés depuis vendredi à huis clos par la cour d'assises des mineurs de Seine-Saint-Denis, pour "vol avec violences ayant entraîné la mort" et, concernant un ami de la victime qui avait lui aussi été frappé, une "incapacité totale de travail (ITT) de moins de huit jours", avec la circonstance aggravante de "racisme". Ils risquent la réclusion criminelle à perpétuité. "C'est totalement disproportionné", ont réagi à l'issue des réquisitions Philippe-Henry Honegger et Steeve Ruben, avocats du jeune contre qui 15 ans ont été requis. Âgé de 19 ans lors des faits, il est accusé d'avoir porté le coup ayant entraîné la mort de M. Zhang. "Il n'y jamais eu d'intention homicide", ont ajouté ses défenseurs à l'AFP, regrettant qu'on veuille faire de ce dossier "un exemple". Une peine de huit ans a été requise contre le second accusé, 17 ans à l'époque. "Je suis choquée", a dit à l'AFP son avocate Marlène Viallet, avant sa plaidoirie. "Ils n'ont pas du tout tenu compte de la personnalité, ils ont oublié que c'était un gamin de 17 ans à l'époque". Le 7 août 2016, les deux jeunes avaient, avec un troisième adolescent, violemment agressé Chaolin Zhang, un père de famille de 49 ans, et son ami, lui aussi d'origine chinoise, pour s'emparer de la sacoche de ce dernier. Victime d'un violent coup de pied, Chaolin Zhang avait lourdement chuté au sol. Il était mort à l'hôpital quelques jours plus tard. La sacoche de son ami ne contenait en réalité qu'un chargeur de portable et quelques bonbons. - Agression "raciste" ? - Après sa mort, des milliers de personnes avaient manifesté dans les rues de Paris et d'Aubervilliers pour dénoncer le "racisme anti-asiatique", des agressions à répétition et réclamer plus de sécurité. Plus de 10.000 personnes originaires de Chine travaillent à Aubervilliers, où se trouve la première plateforme européenne d'import-export de textile. Parfois surnommée le "Sentier chinois", cette commune du nord de Paris est régulièrement le théâtre de vols violents. L'avocat général a retenu la circonstance aggravante de "racisme" dans ses réquisitions, ont précisé les avocats. Le caractère raciste de l'agression est contesté par les accusés. Chez eux, il y a certes des "préjugés", mais "pas de haine pour les Asiatiques, pas de xénophobie", avait dit Me Viallet, avant l'audience. Au contraire, pour les avocats de la famille et des associations anti-racistes, la Licra et le Mrap, parties civiles au procès, la dimension raciste ne fait aucun doute. Lors des auditions, l'un des accusés a reconnu qu'ils s'en étaient pris à des Chinois, parce qu'ils avaient "entendu dire" qu'ils "avaient de l'argent". L'autre victime dit également avoir entendu les mots "chinois", "argent", être prononcés lors de l'agression. La circonstance aggravante a déjà été retenue contre le troisième mis en cause. Agé de 15 ans lors des faits, il a été condamné en 2017 par le tribunal des enfants à cinq ans de prison dont trois avec sursis. "Compte tenu de cette première décision, je ne vois pas comment le caractère raciste pourrait ne pas être retenu" contre les deux autres accusés, avait dit avant l'ouverture du procès Me Calvin Job, l'un des avocats de la famille. Le verdict est attendu mardi en fin de journée.
Catégories: Actualités

Le Colombien Carlos Sanchez reçoit le premier carton rouge du Mondial-2018

mar, 06/19/2018 - 14:18
Le colombien Carlos Sanchez a reçu le premier carton rouge du Mondial-2018, ce qui a permis dans la foulée à Shinji Kagawa de marquer sur penalty pour le Japon, mardi à Saransk. Carlos Sanchez a été sanctionné à la 4e minute pour avoir touché du bras le ballon dans la surface de réparation et Kagawa a converti le penalty dans la minute suivante. Le Japon a ainsi pris l'avantage 1 à 0.
Catégories: Actualités

Turquie: un petit parti islamiste lorgne l'électorat d'Erdogan

mar, 06/19/2018 - 14:14
Le président turc Recep Tayyip Erdogan fait feu de tout bois pour mobiliser sa base en vue des élections de dimanche, mais il risque de laisser de précieuses voix à un improbable rival: un parti islamiste qui cherche à rogner son électorat traditionnel. Le parti Saadet (Parti de la Félicité) s'est en effet allié avec l'opposition pour le volet législatif du scrutin face à l'AKP, le parti islamo-conservateur de M. Erdogan. Et son chef septuagénaire, Temel Karamollaoglu, fait partie des candidats qui briguent la présidence face à l'homme qui tient les rênes du pays depuis 15 ans. Saadet et son chef, selon les enquêtes d'opinion, ne devraient réaliser qu'un score marginal. Mais le scrutin s'annonce si serré que le peu de voix qu'ils obtiendraient pourraient priver l'AKP de majorité au Parlement et M. Erdogan de victoire à la présidentielle dès le premier tour. Le parti qui cherche aujourd'hui à barrer la route à M. Erdogan et l'AKP est paradoxalement celui qui en est idéologiquement le plus proche, les deux formations étant issues de l'islam politique incarné par l'ancien chef de gouvernement Necmettin Erbakan, mort en 2011. - Candidature "significative" - "Lors des élections de 2002, M. Erdogan avait énuméré des principes: la justice, la démocratie et la liberté d'expression et de pensée. Mais il semble les avoir mis au placard", affirme à l'AFP M. Karamollaoglu, 77 ans, pour expliquer la rupture avec l'AKP. M. Karamollaoglu, qui dirige Saadet depuis 2016, avait déjà marqué ses désaccords avec M. Erdogan en militant pour le "non" lors d'un référendum organisé en avril 2016 portant sur une révision constitutionnelle renforçant les pouvoirs du chef de l'Etat. "Il y a certes la fonction présidentielle, mais nous devons avoir un Parlement fort et une justice totalement à l'abri de leur influence", ajoute-t-il. Anthony Skinner, analyste du cabinet de consultants en risques Verisk Maplecroft estime que la candidature de M. Karamollaoglu est "significative", car il pourrait "détourner d'Erdogan des voix dont celui-ci a besoin pour éviter un second tour potentiellement compliqué". "Karamollaoglu et son parti jouent un rôle important pour plomber la quête de réélection d'Erdogan et il existe bel et bien un scénario dans lequel Karamollaoglu pourrait faire pencher la balance au détriment d'Erdogan et de l'AKP", ajoute-t-il. Saadet se veut l'incarnation véridique de la "Vision nationale" ("Milli Görüs"), la matrice de l'islam politique en Turquie fondée par Erbakan et dont M. Erdogan et l'ancien président Abdullah Gül se sont inspirés pour créer l'AKP, en 2001. "Ce sont eux qui ont rompu avec nous. Ils ont dit qu'ils ne porteraient plus la bannière de +Vision nationale+", souligne M. Karamollaoglu. - "Un élan de changement" - Méfiant à l'égard de l'Occident, il reproche à M. Erdogan son rapprochement avec l'Union européenne (UE) et les Etats-Unis au début de son règne, même si les relations entre Ankara d'un côté et Washington et Bruxelles de l'autre sont traversées de vagues de tension depuis le putsch manqué de juillet 2016 en Turquie. "On voulait une politique étrangère avec du caractère, mais ces gens (l'AKP) se sont désavoués et aujourd'hui, on est réduits à attendre aux portes de l'Europe", affirme-t-il. En dépit de son idéologie islamique, Saadet n'a pas hésité à nouer une alliance électorale avec des partis farouchement laïques comme le CHP ou l'Iyi Parti pour tenter de déloger M. Erdogan et l'AKP du pouvoir. Ce pacte devrait lui permettre de faire son entrée au Parlement sans avoir à atteindre le seuil fatidique de 10% des voix. Si la mission de battre M. Erdogan peut paraître ardue, M. Karamollaoglu se dit confiant et voit comme un signe la récente élection de l'homme d'affaires Ali Koç à la tête de Fenerbahçe, l'un des clubs de football les plus populaires du pays, mettant fin à un règne de deux décennies de son prédécesseur Aziz Yildirim. "Un élan de changement est arrivé, on l'a vu avec le congrès de Fenerbahçe", dit-il. "Ce sera la même chose avec la Turquie, j'y crois sincèrement".
Catégories: Actualités

Philippe appelle les députés LREM à rester "groupés" face au "gros temps" en Europe

mar, 06/19/2018 - 14:11
Edouard Philippe a appelé mardi les députés LREM à rester "groupés" face au "gros temps" à venir, notamment au vu du contexte politique en Europe, selon des propos rapportés. "Ce qui est devant nous est un gros temps: quand ça devient difficile il vaut mieux être groupés", a déclaré le chef du gouvernement devant le groupe majoritaire à l'Assemblée lors d'une réunion à huis clos, un an après leur élection. "Satisfaction du travail réformateur effectué depuis un an, préoccupations sur le contexte en Europe. Députée de la nation, je partage avec mes collègues et Edouard Philippe la conscience de ces enjeux pour la France", a tweeté la députée de la Drôme, Mireille Clapot. Cette réunion est "l'occasion de dresser un point d'étape et d'évoquer les grands enjeux européens et internationaux. La majorité est mobilisée aux côtés du gouvernement et du président", a aussi écrit sur le réseau social le président du groupe, Richard Ferrand. Emmanuel Macron retrouve mardi en Allemagne une Angela Merkel politiquement affaiblie pour négocier en particulier des alliances sur la crise migratoire et parachever une réforme de la zone euro. Avant l'arrivée du Premier ministre, M. Ferrand avait dressé le bilan de l'année écoulée, jugeant que "ce qui nous cimente est infiniment plus grand que ce qui nous fissure", selon des participants. "La parole est libre, mais mesurons bien qu'exprimer le moindre état d'âme laisse penser qu'il y a une division", avait-il ajouté, en appelant "à la responsabilité de chacun". "Un an de travail collectif, ni godillots, ni frondeurs mais travailleurs", a résumé la députée Stéphanie Rist sur Twitter. Les questions au gouvernement posées mardi et mercredi par les députés LREM porteront "sur le bilan de l'action engagée par la majorité pour la transformation du pays depuis un an", a indiqué le groupe. A l'approche de l'examen par l'Assemblée du volet constitutionnel de la réforme des institutions voulue par Emmanuel Macron, M. Ferrand a aussi demandé de "porter cette réforme collectivement", appelant à demi-mot à la modération sur les amendements individuels. "Ce n'est pas rien de modifier la Constitution, ce n'est pas anecdotique", a estimé l'ancien ministre, soulignant que "chaque amendement fera l'objet d'un débat et aura des réponses, notamment en réunion de balayage" par le groupe. Le député Bruno Questel a suggéré un "engagement collectif à ne pas présenter d'amendements individuels sur la réforme constitutionnelle" et a été largement applaudi, selon un participant.
Catégories: Actualités

Athlétisme: le TAS a reçu le recours de Semenya concernant l'hyperandrogénie

mar, 06/19/2018 - 14:09
Le Tribunal arbitral du sport a confirmé mardi avoir reçu un recours de la double championne olympique sud-africaine Caster Semenya, qui estime "illégales" les règles imposées aux athlètes féminines hyperandrogènes par la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF). Le TAS, tribunal suprême du sport, qui siège à Lausanne, a enregistré une demande d'arbitrage déposée par Caster Semenya contre l'IAAF. L'athlète demande au TAS de constater "l'illégalité du règlement" de l'IAAF et d'empêcher son application. Fin avril, l'IAAF a annoncé l'introduction, à compter du 1er novembre, de nouvelles règles pour les athlètes féminines qui produisent naturellement beaucoup de testostérone, au motif que ce désordre hormonal les avantageait. Selon ces règles, les athlètes concernées devront faire baisser, avec des médicaments, leur taux de testostérone sous les 5 nanomoles/l de sang si elles veulent participer aux épreuves internationales du 400 m au mile (1.609 m). Cette nouvelle réglementation a provoqué un tollé en Afrique du Sud. Elle y a été interprétée comme un moyen de "ralentir" Caster Semenya, dont la domination sans partage sur l'épreuve du 800 m suscite de nombreux commentaires. "Je suis très fâchée d'avoir été à nouveau placée sous les projecteurs", a déclaré l'athlète citée dans un communiqué publié lundi par ses avocats. "Je n'aime pas parler de cette nouvelle règle, je veux juste courir naturellement, telle que je suis née". "Il n'est pas juste que certains remettent en cause celle que je suis", a insisté Semenya, "je suis Mokgadi Caster Semenya, je suis une femme et je suis rapide". "C'est un dossier majeur qui met en cause les droits humains et la discrimination contre les athlètes femmes, avec un impact considérable sur les droits des genres", a commenté l'un de ses avocats, Gregory Nott. La Fédération sud-africaine d'athlétisme avait déjà saisi le TAS, dès le mois dernier, au sujet du nouveau règlement.
Catégories: Actualités

Pages