France 24 - L'info en continu

S'abonner à flux France 24 - L'info en continu France 24 - L'info en continu
Mis à jour : il y a 11 min 39 sec

F1: Red Bull et Renault, c'est fini, place à Honda en 2019 !

mar, 06/19/2018 - 11:33
Le divorce était devenu inévitable: l'écurie Red Bull de Formule 1 ne sera plus motorisée par Renault en 2019 et utilisera à partir de la saison prochaine des moteurs Honda, comme sa filiale Toro Rosso depuis cette année. Les rapports entre l'écurie autrichienne et son motoriste depuis douze ans s'étaient détériorés car les victoires étaient devenues plus rares. Depuis 2016, le moteur français était d'ailleurs "badgé" TAG-Heuer, la célèbre marque suisse de montres haut de gamme, plutôt que Renault. "Cet accord pour plusieurs années avec Honda marque les débuts d'une nouvelle étape excitante dans les efforts d'Aston Martin Red Bull Racing pour se battre non plus seulement pour la victoire en Grand Prix mais pour les titres mondiaux, ce qui a toujours été notre but", confirme le "team principal" Christian Horner. "Nous avons été impressionnés par l'engagement de Honda en F1, par sa progression rapide ces derniers temps aux côtés de Toro Rosso, notre écurie soeur (que le motoriste japonais équipe depuis le début de l'année, ndlr), et par l'étendue de leur ambition, qui égale la nôtre", poursuit-t-il. L'engagement avec Honda devrait porter sur deux saisons. Cela laisserait la porte ouverte à une arrivée comme motoriste d'Aston Martin (sponsor titre de Red Bull) à partir de 2021, quand une nouvelle règlementation technique entrera en vigueur. Cette décision pourrait également conditionner l'avenir de l'Australien Daniel Ricciardo, dont le contrat avec Red Bull expire en fin de saison et que l'on dit courtisé par Ferrari et Mercedes, alors que celui-ci clame vouloir avant tout une voiture qui lui permette de se battre pour le titre mondial. - "Evolution naturelle" - Selon Renault, revenu il y a deux ans en tant qu'écurie à part entière (moteur et châssis), et qui espère lutter pour le championnat d'ici 2020, "c'est une évolution naturelle pour Renault et pour Red Bull Racing compte tenu de leurs aspirations respectives". Il aurait été surprenant en effet que le constructeur français, qui pointe actuellement à la quatrième place du Championnat, à 78 points de Red Bull, troisième, continue longtemps d'équiper une écurie vouée à devenir une concurrente directe. "Avoir deux équipes signifie que nous aurons accès à deux fois plus de données qu'aujourd'hui, explique pour sa part Takahiro Hachigo, président de Honda Motor. Nous croyons donc que travailler avec Toro Rosso et Red Bull Racing nous permettra de nous rapprocher de notre but de gagner des courses et des championnats." Honda a connu un retour désastreux en F1 en 2015 avec McLaren, avec qui le motoriste japonais avait été sacré quatre fois consécutives entre 1988 et 1991. Les deux parties se sont séparées fin 2017, McLaren se tournant vers Renault pour la fourniture de moteurs et Honda partant équiper Toro Rosso, auprès de laquelle il semble avoir progressé tant en termes de performance que fiabilité. Débuté en 2007, le partenariat entre Red Bull et Renault a produit 57 victoires et huit titres mondiaux (constructeurs et pilotes avec l'Allemand Sebastian Vettel) de 2010 à 2013, en comptant la période 2016-2018 avec l'appellation "TAG-Heuer". Cyril Abiteboul, le directeur général de Renault Sport, attendait une réponse de Red Bull en mai sur la poursuite ou non du partenariat, le contrat actuel courant jusqu'à fin 2018. Red Bull et Renault ont encore 14 Grands Prix de F1 à disputer ensemble, à commencer par le GP de France ce dimanche au Castellet.
Catégories: Actualités

Matteo Salvini regrette de ne pas pouvoir "expluser" les Roms italiens

mar, 06/19/2018 - 11:33
Les propos du ministre de l'Intérieur italien Matteo Salvini ont soulevé une vague d'indignation en Italie. Il a déclaré vouloir recenser la communauté rom pour procéder à leur expulsion, regrettant de devoir "garder" les Roms italiens.
Catégories: Actualités

Turquie: acquittement d'un rappeur accusé d'incitation à consommer de la drogue

mar, 06/19/2018 - 11:27
Un tribunal d'Istanbul a acquitté mardi dès la première audience de son procès un célèbre rappeur turc, Ezhel, incarcéré depuis le mois dernier pour des accusations d'incitation à consommer de la drogue, a annoncé l'organisation Amnesty International. Selon un tweet de l'organisation en Turquie, le juge a acquitté le rappeur et ordonné sa "libération immédiate", estimant qu'il n'avait pas commis de crime "intentionnellement". D'après des médias turcs, l'audience, la première de ce procès qui suscitait l'inquiétude d'organisations de défense des libertés, n'a duré que neuf minutes. L'artiste âgé de 28 ans était poursuivi pour "incitation à consommer de la drogue et des stupéfiants" et risquait jusqu'à 10 ans d'emprisonnement. Il doit sortir de prison dans la journée. Lors de l'audience, Ezhel a été interrogé à propos de textes dans lesquels il évoquait la drogue et d'une photographie publiée sur les réseaux sociaux le montrant avec des feuilles de cannabis, selon Amnesty. A propos de l'image, il a affirmé avoir vu les plantes dans la rue à Ankara et partagé la photo simplement par "amusement". Il a également défendu ses textes, affirmant qu'ils relevaient de la création "littéraire" et qu'il y mentionnait également les méfaits de la drogue, selon des propos rapportés par Amnesty sur Twitter. Certains clips d'Ezhel ont été visionnés plusieurs millions de fois sur Internet, notamment celui d'une chanson portant sur sa ville natale, Ankara, "Sehrimin tadi" ("Le goût de ma ville"), visionné plus de 37 millions de fois sur YouTube. Les autorités turques ont lancé depuis un an une "guerre contre la drogue", multipliant les déclarations de fermeté et les arrestations. Mais l'arrestation d'Ezhel a suscité la controverse en Turquie, où les autorités sont régulièrement accusées par l'opposition de faire pression sur le monde des arts et de porter atteinte à la liberté d'expression.
Catégories: Actualités

Mondial-2018: Achille le chat mise encore sur la Russie contre l'Egypte

mar, 06/19/2018 - 11:22
Son premier pronostic s'était confirmé: après avoir prédit un succès russe face à l'Arabie saoudite pour le match d'ouverture, Achille, le chat sourd désigné devin officiel du Mondial-2018, a de nouveau misé sur une victoire de la Russie contre l'Egypte mardi soir. Achille, éminent membre de la célèbre et historique brigade féline qui protège le musée de l'Ermitage de Saint-Pétersbourg des rongeurs, n'a pas hésité: il a opté immédiatement pour le bol marqué du drapeau russe et pas celui égyptien. Mais après avoir mangé toute la nourriture du bol "russe", l'oracle s'est dirigé vers le bol égyptien pour y grignoter un peu. La Russie et l'Egypte s'affrontent mardi soir (20H00 françaises) à Saint-Pétersbourg, premier match de la deuxième journée dans le groupe A. L'oracle du Mondial-2018 a été choisi comme pronostiqueur en raison de sa surdité, qui le rend moins soumis au stress causé par le bruit et l'agitation lors de son office, selon Anna Kondratieva, la vétérinaire du musée de l'Ermitage. Achille n'est pas le premier animal à essayer de reproduire le succès de Paul le Poulpe, devenu le mollusque le plus connu au monde en raison de ses prédictions correctes pour tous les matches de la sélection allemande lors du Mondial-2010. A la Coupe du monde 2014, les prévisions du cochon d'Inde suisse Madame Shiva et du piranha britannique Pelé n'avaient pas été marquées par le même taux de réussite.
Catégories: Actualités

Les avions Rafale en sourdine pendant le bac

mar, 06/19/2018 - 11:20
Le "moins de bruit possible": les avions de combat Rafale se font discrets pendant les épreuves du baccalauréat pour ne pas perturber les étudiants qui planchent, a-t-on appris mardi auprès du commandement de la base militaire de Mont-de-Marsan (Landes). "Pour ne pas trop gêner" les 3.773 élèves de terminale de tout le département qui passent leur bac, la base montoise "a décalé ses horaires" de manoeuvres et "adapté ses procédures d'atterrissage et de décollage", a expliqué à l'AFP le commandant du site, Cédric Gaudillière. Les Rafale sont donc priés de décoller dans la partie "la moins urbanisée de la base", et d'atterrir "en longue finale", une procédure "plus lente" qui évite les vols circulaires au-dessus de la ville, et s'avère "donc moins bruyante". D'autres bases militaires ont pris la même initiative à Saint-Dizier (Haute-Marne), Istres (Bouches-du-Rhône) et Orange (Vaucluse), a précisé le commandant. Les aspirants bacheliers ne sont pas les seuls bénéficiaires de l'opération silence de la base de Mont-de-Marsan. Celle-ci met aussi ses Rafale en sourdine pour des événements culturels comme le festival "Arte Flamenco" en juillet.
Catégories: Actualités

Peltier (LR) propose de briser le "tabou à droite" de l'augmentation du SMIC

mar, 06/19/2018 - 11:19
"Pourquoi ne pas imaginer enfin en France la hausse du SMIC ?", a demandé mardi le vice-président des Républicains (LR), Guillaume Peltier, proposant de briser "un tabou à droite", avec en contrepartie une baisse "drastique" des charges des entreprises. "C'est une proposition de bon sens, elle n'est ni de droite ni de gauche", a défendu le numéro 3 du parti d'opposition sur France Inter. "Vous croyez qu'on peut vivre en France décemment avec 1.100 ou 1.200 euros par mois ?", a-t-il justifié. "Je pense qu'il nous faudrait un électrochoc de 10, 15 ou 20% avec en échange, parce qu'il ne faut pas que ça pèse sur les entreprises, une baisse des charges drastique", a poursuivi l'élu LR. Le député du Loir-et-Cher, interrogé par ailleurs sur la loi Pacte, présentée la veille par le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, s'est dit plutôt favorable au texte, -- "il était temps de supprimer ces seuils sociaux absurdes" --, mais l'a en même temps qualifié de "catalogue de mesurettes". "Sur le patriotisme économique, sur la lutte contre les délocalisations, c'est très insuffisant", a-t-il jugé, proposant de rendre "obligatoire la participation et l'intéressement pour toutes les entreprises de plus de 11 salariés". La loi Pacte (Plan d'action pour la croissance et la transformation des entreprises) prévoit notamment la levée des contraintes légales empêchant l'État de céder ses parts dans trois entreprises emblématiques: ADP, Engie et la Française des jeux. La réforme, accueillie fraîchement par les syndicats, propose également une redéfinition des "seuils" à partir desquels les entreprises se voient imposer des obligations fiscales et légales: le seuil de 20 salariés sera ainsi supprimé et un délai de cinq ans sera mis en place, lorsqu'un seuil sera franchi, avant que les nouvelles obligations ne deviennent effectives. Le texte prévoit par ailleurs un guichet unique électronique pour les démarches administratives et modifie l'"objet social" de l'entreprise -- c'est-à-dire la façon dont les entreprises sont définies dans le code civil --, pour prendre en compte les enjeux sociaux et environnementaux.
Catégories: Actualités

Aquarius: des gilets de sauvetage devant le Sénat avant l'examen de la loi asile-immigration

mar, 06/19/2018 - 11:18
Un collectif de bénévoles d'aide aux migrants a déversé mardi matin des gilets de sauvetage devant le Sénat pour alerter sur les naufrages en mer et protester contre le projet de loi asile-immigration qui sera examiné dans l'après-midi, a constaté une journaliste de l'AFP. Arborant des pancartes "centres de rétention = prisons" et "Morts en Méditerranée vous assumez", les militants ont entassé en face du Sénat 348 gilets de sauvetage portant chacun le nom d'un sénateur, forme de "mémorial temporaire" en hommage au "35.000 morts depuis 1993" dans la traversée en mer vers l'Europe. "L'idée est de dire: ça pourrait être vous, et aussi de rappeler aux sénateurs qu'ils pourraient être ces gilets qui sauvent des vies", a expliqué Josselin, l'un des membres du collectif, qui veut "remettre la réalité devant les yeux des sénateurs et sénatrices". Sur les 348 gilets collectés, "250 neufs seront dès la semaine prochaine expédiés à l'Aquarius", le bateau-ambulance refusé par l'Italie qui a trouvé refuge en Espagne dimanche après avoir frôlé les côtes françaises. Devant une banderole "l'Etat noie le droit d'asile", une petite dizaine de sénateurs se sont vu remettre de façon symbolique le gilet étiqueté à leur nom, avant de prendre la parole pour dénoncer le projet de loi asile-immigration qui arrive, dans une version durcie, dans l'après-midi en séance. "Il faut une solution européenne d'accueil digne et humaine, et pas une énième loi pour décourager les exilés à venir chez nous", a affirmé la sénatrice écologiste Esther Benbassa, tandis que Marie-Pierre de la Gontrie (PS) se désolait de voir qu'"hier on était fier de l'accueil international de la France, et aujourd'hui on veut surtout montrer que la France n'accueille pas". "D'un côté on verse des larmes de crocodile pour l'Aquarius et de l'autre on crée conditions pour que se produise de nouveaux Aquarius", a affirmé le secrétaire général du PCF Pierre Laurent, s?inquiétant de la "surenchère en Europe" avec "une concurrence anti-migrants et un chantage à la fermeture des frontières".
Catégories: Actualités

Mondial-2018: Iran-Espagne, la "Roja" fait corps autour de De Gea

mar, 06/19/2018 - 11:17
Il faut sauver le soldat David de Gea! L'Espagne, tout juste rescapée de sa pire crise en Coupe du monde, remonte au front mercredi contre l'Iran (20h00 françaises) en serrant les rangs autour de son gardien, coupable d'avoir flanché sous la mitraille portugaise. Depuis l'Euro-2016, De Gea a succédé à Iker Casillas comme portier numéro 1 de la Roja mais ses dernières sorties ont relancé le débat, avec deux bourdes sur ses trois dernières apparitions, dont un tir de Cristiano Ronaldo cafouillé vendredi au Mondial-2018 (3-3). Et voilà le gardien de Manchester United (27 ans, 30 sél.) sous le feu des critiques avant un deuxième match déjà crucial contre le solide bloc défensif de l'Iran, leader du groupe B, à Kazan. Le nouveau sélectionneur Fernando Hierro a même dû lui réaffirmer sa confiance. "Nous ne doutons pas de lui et lui non plus ne doute pas", a dit Hierro. "Gardien est un poste spécial, avec une psychologie spéciale et nous n'avons aucun doute à son sujet, sincèrement", a ajouté l'Andalou, bombardé sélectionneur après la retentissante éviction de Julen Lopetegui. De Gea est pourtant loué pour son sang-froid et ses parades décisives en Angleterre. Mais en sélection, il peine à succéder à l'icône Casillas, capitaine des champions du monde 2010, connu pour sa fermeté sur sa ligne. D'où d'inévitables comparaisons après les cafouillages de De Gea contre la Suisse en préparation (1-1) ou face au Portugal... "Cela peut arriver de faire des erreurs", s'est défendu l'intéressé. "Il n'y a que ceux qui ont un jour enfilé des gants qui peuvent savoir combien c'est difficile." - Pas de véritable alternative - De Gea s'était déjà retrouvé dans l'oeil du cyclone il y a deux ans: tout juste promu titulaire pour l'Euro-2016, il avait été cité dans un scandale sexuel avant le tournoi, puis mis hors de cause par la justice. Cette affaire a ressurgi avant le Mondial quand Pedro Sanchez, nouveau président du gouvernement espagnol, est venu souhaiter bonne chance à la Roja. De Gea, main dans les poches, a refusé d'applaudir le discours de Sanchez, qui l'avait critiqué il y a deux ans, et a réclamé des "excuses publiques". Samedi, c'est ses performances sportives qui faisaient débat: Marca et As samedi ont regretté en "une" sa bourde, qui a sans doute coûté la victoire à la Roja. Les joueurs espagnols, eux, ont fait bloc autour de lui, d'autant qu'ils n'ont pas de véritable alternative: l'ambianceur Pepe Reina, 35 ans, a souffert des cervicales et Kepa Arrizabalaga est bien tendre (23 ans, 1 sélection). "De Gea est l'un des meilleurs gardiens du monde. Il a déjà connu ce genre de choses, il sait comment réagir. Et nous lui apportons toute notre affection", a assuré lundi le meneur de jeu Isco. D'ailleurs, depuis son changement de sélectionneur, l'esprit de corps semble être devenu l'une des forces de la Roja, toujours aussi séduisante dans le jeu. "Nous sommes plus forts dans l'adversité", a souligné Isco. "Il y a eu un contretemps mais l'équipe est allée de l'avant en restant unie." A Kazan, où le défenseur Gerard Piqué fêtera sa 100e sélection, Hierro devrait reconduire l'équipe qui a brillé contre le Portugal, avec Diego Costa en pointe. Derrière, le latéral Dani Carvajal, qui a repris l'entraînement, pourrait toutefois remplacer Nacho, s'il est suffisamment rétabli. Son apport offensif ferait du bien pour forcer la muraille iranienne... et permettre à l'Espagne d'effacer à la fois le traumatisme Lopetegui et la polémique De Gea.
Catégories: Actualités

Yémen: les forces progouvernementales pénètrent dans l'aéroport de Hodeida

mar, 06/19/2018 - 11:15
Les forces progouvernementales yéménites ont pénétré mardi, au milieu d'intenses combats, dans l'aéroport de Hodeida, au septième jour d'une offensive contre les rebelles Houthis, qui contrôlent cette ville stratégique de la mer Rouge depuis 2014. Dans la matinée, des combats intenses ont éclaté autour de l'aéroport, où les forces gouvernementales soutenues par une coalition emmenée par l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis ont massé des renforts. "Avec l'aide des forces armées émiraties, la +résistance+ yéménite a pénétré dans l'aéroport de Hodeida", a tweeté à la mi-journée l'agence d'Etat des Emirats. Cette information a été confirmée à l'AFP par une source militaire yéménite. L'opération armée s'est accompagnée d'intenses raids aériens de la coalition, ont indiqué à l'AFP des sources militaires sur place. Aucun bilan des pertes n'a été communiqué pour l'instant. "Le combats sont d'une violence inouie", a dit par téléphone à l'AFP Ahmed, un résident du secteur. "Ca n'a pas arrêté" depuis le matin, a ajouté ce jeune yéménite. D'après lui, des familles essaient de fuir, mais elles sont contraintes de rebrousser chemin face à l'intensité des combats. - Tranchées et monticules - Hodeida, grand port sur la mer Rouge, abrite avec sa région quelque 600.000 habitants, suscitant de vives craintes humanitaires dans un pays où la population est déjà exsangue. La ville est le point d'entrée d'une grande partie des importations et de cette aide humanitaire en territoire yéménite, constituant par conséquent un enjeu stratégique. A la faveur de l'offensive lancée le 13 juin avec le soutien de la coalition, les troupes fidèles au président Abd Rabbo Mansour Hadi ont progressé vendredi jusqu'à l'aéroport de Hodeida, à la limite sud de la cité. D'après des habitants joints par l'AFP, les rebelles Houthis ont édifié des tranchées et des monticules de terre dans l?hypothèse de combats urbains, alors que des efforts de médiation de l'ONU pour éviter un carnage ont jusque-là échoué. La coalition militaire dirigée par Ryad est intervenue au Yémen en mars 2015 pour aider le gouvernement à stopper la progression des Houthis, après la chute de vastes régions dont la capitale Sanaa. L'Arabie saoudite affirme que le port de Hodeida est utilisé par les Houthis pour lancer des missiles et des attaques contre les navires en mer Rouge. Arrivé dimanche à Sanaa, l'émissaire des Nations unies, Martin Griffiths, avait pour mission de faire cesser les combats et d'éviter une nouvelle catastrophe humanitaire dans ce pays en guerre depuis plus de trois ans. Mais il s'est heurté à l'intransigeance des belligérants. Le Premier ministre de l'administration rebelle, Abdel Aziz ben Habtour, a insisté dimanche devant M. Griffiths sur le fait qu'il n'était pas question d'accepter une trêve dans les conditions actuelles. "La paix voulue par le peuple ne se fera pas sur le dos des martyrs (...). Nous répondrons par l'escalade à toute escalade à Hodeida ou ailleurs", a-t-il prévenu. Les Emirats, autre membre important de la coalition, ont exigé lundi un retrait "sans condition" des insurgés de Hodeida pour mettre un terme à l'offensive contre la ville. - Négociations en juillet ? - Face à ce bras de fer, l'émissaire onusien a dit espérer une reprise en juillet des négociations. Lors d'une réunion à huis clos avec les 15 membres du Conseil de sécurité, M. Griffiths a indiqué que "toutes les parties étaient engagées" en faveur d'une relance d'un dialogue politique, ont rapporté à l'AFP des diplomates ayant requis l'anonymat. Les négociations entre le gouvernement yéménite, réfugié dans le sud du pays, et les rebelles Houthis sont interrompues depuis deux ans. "La solution politique reste le seul moyen" de mettre un terme au conflit, a souligné devant des médias l'ambassadeur russe adjoint à l'ONU Dimitri Polyanski, dont le pays préside actuellement le Conseil de sécurité. Il y a actuellement des "opportunités" pour obtenir des concessions, a avancé M. Griffiths, tout en reconnaissant la difficulté supplémentaire engendrée par les combats dans le port de Hodeida. Environ "5.200 familles" ont quitté leur maison, en majorité dans des quartiers au sud de Hodeida, a indiqué lundi lors de son point-presse quotidien le porte-parole de l'ONU, Stéphane Dujarric. "L'impact humanitaire des combats à Hodeida reste limité car la grande bataille n'a pas encore commencé", a précisé au Conseil de sécurité le secrétaire général adjoint de l'ONU pour les Affaires humanitaires, Mark Lowcock, cité par un diplomate. Dans ce conflit qui a fait près de 10.000 morts en plus de trois ans, la bataille de Hodeida est la plus importante depuis une offensive en 2015 qui avait permis aux forces loyalistes de reprendre aux rebelles plusieurs régions du sud dont Aden, deuxième ville du pays où siège aujourd'hui le gouvernement. Des ONG ont exprimé leur inquiétude sur les conséquences de violents combats à Hodeida, dans un pays où la guerre a provoqué la "pire crise humanitaire dans le monde", selon l'ONU.
Catégories: Actualités

Olivier Faure (PS) prône "un droit d'asile européen"

mar, 06/19/2018 - 11:12
Le premier secrétaire du Parti Socialiste Olivier Faure a plaidé mardi pour un "droit d'asile européen" qui prendrait en compte "la culture", "la langue", "la profession" des migrants, pour mieux les répartir selon "leurs besoins" et ceux des pays européens. "Je prône un droit d'asile européen qui permette à ceux qui demandent l'asile de le faire en lien avec leur culture, leur langue, leur famille qui est peut-être déjà installée dans un pays européen, et (leur) profession", a-t-il déclaré sur LCP. Le but serait de "faire le lien entre le besoin affiché par ces réfugiés" et les "besoins dans un pays d'accueil", en prenant en compte "les capacités d'accueil des pays européens". "Si on a des gens qui sont plus aptes à s'adapter en France qu'ailleurs, il faut les accueillir en France", a-t-il affirmé, notamment concernant les passagers de l'Aquarius, le bateau-ambulance refusé par l'Italie qui a trouvé refuge en Espagne dimanche après avoir frôlé les côtes françaises. "Il fallait ouvrir un port français", a-t-il jugé à ce sujet, "on était en capacité de le faire" et "ça aurait été l'honneur de la France d'être au niveau de ce qu'a été l'Espagne". Olivier Faure s'est par ailleurs positionné contre les discours alarmistes qui veulent faire "peur avec ces grands mots de submersion, d'invasion et de grand remplacement". "On parle comme si les migrations venaient submerger l'Europe. Mais aujourd'hui, en réalité, on en est très loin", a-t-il déclaré, soulignant toutefois que "si nous ne traitons pas le problème au niveau européen, ce ne sont pas quelques centaines de personnes qui vont débarquer, ce sont des millions".
Catégories: Actualités

Grèce: Moscovici ne veut pas d'un nouveau programme "déguisé"

mar, 06/19/2018 - 11:07
Le commissaire européen Pierre Moscovici a appelé mardi les pays de la zone euro à ne pas imposer à la Grèce un nouveau programme d'aide "déguisé". Ces déclarations interviennent à quelques jours de la réunion de l'Eurogroupe jeudi, qui doit conclure le troisième programme d'aide à la Grèce, composé de prêts internationaux assortis d'une stricte austérité. "Je le dis avec force: il n'y aura pas de quatrième programme déguisé envers la Grèce", a affirmé le commissaire européen lors d'une conférence de presse à Paris, jugeant qu'il serait "indécent" d'imposer un dispositif "tatillon et intrusif" à Athènes de vérification de ses engagements après la fin du troisième programme. M. Moscovici a certes reconnu que l'UE devait "s'assurer que les réformes sont mises en oeuvre en Grèce et que les politiques budgétaires continuent d'être saines", mais il a prôné une solution qui soit à mi-chemin "entre le trop peu et le trop", rappelant que "la Grèce a respecté sa part du contrat". Le commissaire a une fois de plus plaidé pour "des mesures d'allègement crédibles de la dette grecque qui soient suffisamment fortes", estimant que les marchés doivent être rassurés. M. Moscovici s'est déclaré "intimement persuadé" que l'Eurogroupe va conclure le troisième programme grec. "Il est invraisemblable que nous ne parvenions pas à cette conclusion", a-t-il assuré, rappelant le programme de réformes appliquées par le gouvernement grec. "L'ignorer serait injuste et totalement indécent", a-t-il affirmé. "C'est une page qui doit se tourner pour le pays et pour toute la zone euro", a-t-il ajouté. Les ministres des Finances de la zone euro doivent donner leur accord à la sortie de la Grèce du programme d'aide lors de leur prochaine réunion jeudi à Luxembourg. La dette de la Grèce atteint 178% de son PIB. La Grèce, qui a renoué avec la croissance en 2017, après neuf ans d'une profonde récession, doit définitivement quitter le 20 août la tutelle de ses créanciers.
Catégories: Actualités

Les avions Rafale en sourdine pendant le bac

mar, 06/19/2018 - 11:03
Le "moins de bruit possible": les avions de combat Rafale se font discrets pendant les épreuves du baccalauréat pour ne pas perturber les étudiants qui planchent, a-t-on appris mardi auprès du commandement de la base militaire de Mont-de-Marsan (Landes). "Pour ne pas trop gêner" les 3.773 élèves de terminale de tout le département qui passent leur bac, la base montoise "a décalé ses horaires" de manoeuvres et "adapté ses procédures d'atterrissage et de décollage", a expliqué à l'AFP le commandant du site, Cédric Gaudillière. Les Rafale sont donc priés de décoller dans la partie "la moins urbanisée de la base", et d'atterrir "en longue finale", une procédure "plus lente" qui évite les vols circulaires au-dessus de la ville, et s'avère "donc moins bruyante". D'autres bases militaires ont pris la même initiative à Saint-Dizier (Haute-Marne), Istres (Bouches-du-Rhône) et Orange (Vaucluse), a précisé le commandant. Les aspirants bacheliers ne sont pas les seuls bénéficiaires de l'opération silence de la base de Mont-de-Marsan. Celle-ci met aussi ses Rafale en sourdine pour des événements culturels comme le festival "Arte Flamenco" en juillet.
Catégories: Actualités

Marine Le Pen doit rembourser 300.000 euros au Parlement européen

mar, 06/19/2018 - 11:02
La justice européenne a confirmé mardi que la cheffe de l'extrême droite française Marine Le Pen devait rembourser près de 300.000 euros réclamés par le Parlement européen, en raison de l'emploi douteux d'une assistante parlementaire quand elle était eurodéputée. Le Tribunal de l'UE, basé à Luxembourg, a débouté la présidente du Rassemblement national (RN, ex-Front National) qui demandait l'annulation d'une décision de recouvrement de cette somme prise par le Parlement européen fin 2016. Marine Le Pen "n'a pas été en mesure de démontrer que son assistante assurait des tâches effectives pour elle" et "n'a pas fourni de preuve d'une activité quelconque (de cette dernière) au titre de l'assistance parlementaire, ce qu'elle a d'ailleurs reconnu lors de l'audience", souligne le tribunal dans son arrêt. La même juridiction avait déjà rejeté l'an dernier la demande en référé de Mme Le Pen de suspendre les retenues sur son salaire d'eurodéputée, mises en place par le Parlement pour récupérer son dû dans cette affaire, estimé à 298.500 euros. Marine Le Pen, eurodéputée de 2009 à 2017, avait en effet vu son indemnité parlementaire et son indemnité de séjour amputées de moitié à partir de début 2017. Ces recouvrements avaient cessé de fait quand elle a quitté le Parlement européen au courant de l'année 2017. Les retenues réalisées avant son départ sur ses revenus d'eurodéputée ont permis au Parlement de récupérer environ 60.000 euros, a indiqué à l'AFP une source parlementaire. Pour le reste, le Parlement européen compte sur les suites de la procédure en cours devant la justice française, dans laquelle il s'est porté partie civile. Le recouvrement contesté par Mme Le Pen porte sur des sommes liées à l'emploi de Catherine Griset en tant qu'assistante parlementaire de fin 2010 à début 2016. S'appuyant sur une enquête de l'Olaf, l'Office antifraude de l'UE, le Parlement européen avait estimé que Mme Le Pen lui devait au total environ 340.000 euros pour les emplois jugés fictifs de Mme Griset, ainsi que d'un autre assistant parlementaire. Marine Le Pen dispose désormais de deux mois pour demander un éventuel pourvoi devant la Cour de justice de l'UE.
Catégories: Actualités

La santé mentale des réfugiés, une "urgence" oubliée des politiques publiques

mar, 06/19/2018 - 11:02
Périples et traversées traumatisants, déracinement, solitude: la santé mentale des migrants est une "urgence de santé publique" ignorée pour laquelle les autorités doivent enfin agir, dénoncent mardi Médecins du monde et le Centre Primo Lévi. "Les violences multiples qui ont causé leur départ, les ruptures souvent brutales que cela a occasionnées et le parcours d'exil lui-même semé de violences et de pertes" peuvent générer "des troubles psychiques graves", soulignent les deux organisations humanitaires dans un rapport publié à la veille de la journée mondiale des réfugiés. La barrière de la langue, qui les empêche de mettre précisément des mots sur leurs souffrances, mais aussi leurs conditions de vie en France, souvent très précaires, et l'angoisse face à l'incertitude du processus de régularisation sont autant de facteurs pouvant aggraver des troubles psychiques déjà présents, détaille le rapport. Face à cette situation, le système sanitaire français est "globalement sous-dimensionné, saturé et sans interprétariat", ce qui complique la prise en charge de ce public particulièrement fragilisé et en attente de soins, pointent du doigt les deux organisations. D'autant plus que si l'offre de soins pour les réfugiés est assez développée pour traiter les problèmes physiques (blessures, infections, maladies...), elle l'est bien moins en matière de santé mentale, relèvent-elles. Cette "insuffisance", "l'une des principales préoccupations" dans les centres d'hébergement, laisse les centres de soins associatifs seuls face à une demande "à laquelle ils ne peuvent pas répondre". Au sein de cette population fragilisée, ce sont les mineurs non accompagnés, "un public surexposé à des risques sanitaires ou d'exploitation et aux troubles post-traumatiques", qui sont les plus fragiles, soulignent-elles. Les deux organisations estiment en outre que l'accès aux soins pour les migrants devrait être simplifié car certains sont dans l'impossibilité de fournir toutes les pièces justificatives demandées. Pour faire face à ce "grave problème de santé publique", elles égrènent une série de propositions comme l'augmentation du budget alloué aux ARS (agence régionale de santé), la sanctuarisation des budgets d'interprétariat pour les associations qui accueillent des personnes qui ne parlent pas français, ou encore l'ouverture immédiate des droits à une couverture santé.
Catégories: Actualités

JAL et ANA référencent Taïwan comme une partie de la Chine

mar, 06/19/2018 - 11:00
Les compagnies aériennes japonaises Japan Airlines (JAL) et ANA Holdings ont décidé de référencer désormais Taïwan comme faisant partie de la Chine sur leur site internet en langue chinoise, une décision de nature à satisfaire Pékin. En avril, l'Autorité chinoise de l'aviation civile avait demandé à 36 compagnies aériennes étrangères de respecter la volonté chinoise de voir désigner Taïwan, Hong Kong et Macao comme des territoires chinois. La Chine populaire considère que Taïwan fait partie intégrante de son territoire, même si l'île est dirigée de façon indépendante depuis 1949. Le changement a discrètement été effectué par JAL et ANA le 12 juin, jour d'un sommet historique entre le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un. L'appellation n'a pas été modifiée sur les sites web en japonais et dans les autres langues. "Nous avons pris cette décision après consultation avec le ministère des Transports et le ministère des Affaires étrangères", a déclaré à l'AFP un porte-parole de JAL. "Le changement est survenu le 12 juin car nous avions terminé les préparatifs". "Nous avons choisi une expression facile à comprendre et acceptable pour les utilisateurs de nos sites internet", a-t-il ajouté. Un représentant d'ANA a fourni des explications similaires. Le ministère taïwanais des Affaires étrangères a protesté auprès des deux compagnies et demandé que soit corrigé ce "titre inapproprié". "Une fois encore, les autorités chinoises font excessivement pression sur l'espace international de Taïwan", a déploré le ministère, ajoutant qu'une telle attitude "ne pouvait qu'accroître le ressentiment parmi la population taïwanaise et gravement nuire aux relations" entre les deux pays. Le gouvernement japonais a également exprimé ses inquiétudes vis-à-vis de la requête chinoise. "Nous ne sommes pas favorables à ce que des pouvoirs publics demandent à des compagnies privées de prendre des mesures basées sur une certaine opinion politique", a affirmé le porte-parole, Yoshihide Suga. JAL et ANA ne sont pas les seules compagnies aériennes à agir de la sorte. La société australienne Qantas avait défendu début juin sa décision de "respecter les demandes" de Pékin. "Ce n'est pas aux compagnies aériennes de définir ce qu'est un pays, c'est aux gouvernements", avait affirmé son patron Alan Joyce.
Catégories: Actualités

Début de la Fashion week homme à Paris, l'Américain Virgil Abloh en vedette

mar, 06/19/2018 - 11:00
Après Milan, les projecteurs se braquent sur les podiums parisiens à partir de mardi soir, pour une Fashion week masculine dont la star sera le créateur Virgil Abloh, roi du streetwear de luxe, qui fera ses débuts chez Louis Vuitton jeudi. La semaine s'annonce chargée pour le designer américain de 38 ans, architecte de formation, également DJ et ex-collaborateur de Kanye West, qui présentera mercredi le défilé de sa propre griffe, Off-White. Lancé en 2013, ce label est devenu en quelques saisons l'un des plus en vue dans le monde de la mode. Il a conquis les jeunes générations, avec son style streetwear, ses baskets et ses sweats, son logo fait de bandes obliques noires et blanches, et ses collaborations à succès, avec Nike, Jimmy Choo, Moncler... La marque compte 3,9 millions d'abonnés sur Instagram et ses défilés sont pris d'assaut. Celui de mars dernier à Paris, lors de la Fashion week femme, avait viré à l'émeute dans la foule compacte agglutinée à l'entrée du show. Nommé en mars directeur artistique des collections homme de Louis Vuitton -les collections féminines étant du ressort de Nicolas Ghesquière- ce fils d'immigrés ghanéens né dans l'Illinois, est l'un des rares Noirs à la tête d'une griffe de luxe. Designer au parcours atypique, il succède chez Vuitton au Britannique Kim Jones, nommé chez Dior homme pour remplacer Kris Van Assche, lui-même parti chez Berluti dans un jeu de chaises musicales. La première collection de Kim Jones chez Dior homme, samedi, promet d'être un autre moment phare de cette semaine parisienne printemps-été 2019, qui verra se succéder 50 défilés jusqu'à dimanche soir. - Performance et spectacle - Deux jeunes marques, CMMN SWDN et GMBH, originaires de Suède et d'Allemagne, ouvrent le bal mardi soir. Quinze nationalités au total sont représentées parmi les marques présentes à Paris, où Raf Simons fera son retour après trois saisons à New York. Dans la journée, hors calendrier officiel, le chausseur J.M. Weston, sous la direction artistique de l'historien de la mode Olivier Saillard, présentera une performance de la chorégraphe Mathilde Monnier autour des modèles de la marque. Une présentation qui se démarque des habituels défilés de mannequins au pas de course, en dix-quinze minutes chrono. C'est aussi une autre vision du défilé que défend Stéphane Ashpool, à la tête du label Pigalle Paris, qui organisera jeudi soir un spectacle d'une heure à la Salle Pleyel mêlant danse et musique pour dévoiler sa collection. A quoi faut-il s'attendre sur les podiums? "Le streetwear, les volumes +loose+, tout ce qui vient des plus jeunes, des millennials, continue à exploser", souligne Marie Sauvetre, styliste homme au bureau de tendances Peclers Paris. "Aujourd'hui, tout se mélange. On n'est plus dans des cases, il n'y a plus de segmentation aussi rigoriste qu'avant, avec un look pour les jeunes, un look pour les plus âgés, un look pour aller bosser, un look pour le week-end..." Autre tendance dans le dressing des hommes, l'influence du vestiaire féminin, avec ses couleurs et ses matières fluides, relève la styliste. Avec l'idée "qu'il n'y a pas que les filles qui peuvent s'habiller comme elles veulent. Le vestiaire homme devient moins statutaire et prisonnier de ses codes", constate-t-elle.
Catégories: Actualités

Mondial-2018: confiné comme un Bleu à Istra

mar, 06/19/2018 - 10:58
Dans le contexte ultra-sécuritaire du Mondial en Russie, les Bleus vivent retirés dans leur camp de base d'Istra, une situation de relatif isolement que le staff devra gérer avec finesse pour offrir aux joueurs des moments de respiration. "Il faut trouver un juste équilibre, il ne faut pas que ça soit ouvert à tous les vents ni complètement cloisonné", estime l'ancien attaché de presse de l'équipe de France François Manardo quelques jours avant le deuxième match de la France, jeudi contre le Pérou. Ce responsable se souvient d'avoir vécu une forme "d'emprisonnement" lors de la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud. Cet isolement, "c'était aussi à notre corps défendant, il y avait eu un problème d'attribution du centre d'entraînement. On devait parcourir quatre kilomètres sur une route privée pour le rejoindre et on restait toujours sur le même plateau (géographiquement, le camp de base français était en haut d'une colline, NDLR), ça participait à cet environnement fermé", raconte Manardo à l'AFP. En 2014 au Brésil, l'hôtel des Bleus était au bord d'un axe routier et beaucoup plus accessible pour des supporters ou des médias. - "Ça ne me gêne pas" - Cette année, le camp de base français est situé à une cinquantaine de kilomètres de Moscou, en pleine forêt, et protégé par un haut portail surveillé par la police. Même le président de la Fédération Noël Le Graët s'y est cassé les dents au début du séjour, faute d'avoir le bon macaron sur son véhicule. "Ça a duré dix minutes", mais il a trouvé cela "plutôt marrant". "Une sécurité forte, ça ne me gêne pas; c'est gênant pour les gens quelquefois d'attendre une demi-heure ou trois quarts d'heure, mais il vaut mieux", juge le patron de la FFF. Pas simple en effet pour les supporters qui n'auront pas eu le droit aux traditionnels autographes le 12 juin lors de l'entraînement ouvert au stade de Glebovets, où il leur aura fallu s'armer de patience pour passer les portiques de sécurité, munis de tickets dédiés pour assister à la séance. Cet isolement peut-il avoir un impact sur la vie de groupe ? "C'est normal d'avoir une forme de repli sur soi qu'on voyait déjà en 1998 à Clairefontaine, ce qui n'empêche pas en interne d'avoir une ambiance conviviale et positive", assure à l'AFP Cédric Quignon-Fleuret, responsable de l'unité psychologie du sport à l'Insep. Mais il faut aussi avoir "des sas de décompression", prévient-il. De la famille ou des amis avec qui partager "une éventuelle déception sur une performance en match ou des petits conflits qu'il a pu y avoir en interne". Plusieurs joueurs ont d'ailleurs fait venir leur entourage au premier match contre l'Australie et Blaise Matuidi aurait installé sa famille dans une villa entre Moscou et Istra, selon une bonne source. - Barbecue - Les joueurs français pourront par ailleurs retrouver leurs compagnes ou leurs épouses juste après leur dernier match de poules contre le Danemark le 26 juin. Pour les joueurs, au quotidien, il s'agit également de tromper l'ennui et la monotonie des journées sans match, entre entraînement, soins, récupération et repas collectifs. "On ne peut pas être mono-obsessionnel sur l'objectif sportif et ne penser qu'à la compétition. Il faut aussi des moments où on rigole, des moments de partage, en fonction des affinités, pour éviter de ne penser qu'au football", insiste Cédric Quignon-Fleuret. En 2006, au Mondial en Allemagne, après un premier tour difficile et la cruciale victoire contre le Togo, "les Bleus avaient demandé avec insistance et obtenu le droit après chaque match de s'isoler pour faire un barbecue entre eux", rapporte François Manardo. Cette année, "il y a des jeux vidéo, des jeux de cartes, certains aussi qui jouent au basket", décrit le jeune défenseur Benjamin Pavard. Et Didier Deschamps, il en pense quoi de ce camp de base aussi caché que protégé ? "C'est cadenassé au niveau de la sécurité mais c'est très sympa", a assuré le sélectionneur sur TF1, avant de plaisanter... "On a eu une demi-journée de liberté aussi à Clairefontaine. Après, ici... On va aller chercher les champignons dans la forêt !"
Catégories: Actualités

FR NW PKG F24 MONTE CARLO VERSION COURTE

mar, 06/19/2018 - 10:56
2018-06-19 11:00 FR NW PKG F24 MONTE CARLO VERSION COURTE
Catégories: Actualités

Pénicaud lance une mission sur les effectifs de Pôle emploi

mar, 06/19/2018 - 10:53
La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a demandé à l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) de réfléchir à une "méthodologie robuste" permettant "d'indexer" d'éventuelles baisses d'effectifs de Pôle emploi sur une "décrue constatée du chômage", a-t-elle annoncé mardi. Interrogée sur les effectifs de l'opérateur lors d'une audition au Sénat, Mme Pénicaud a "dit et redit" que "rien n'est décidé", alors le chiffre de 4.000 suppressions de postes ces prochaines années circule depuis deux mois. Sur le principe, "tout le monde comprend que si le chômage augmente, (...) on augmente les effectifs de Pôle emploi, mais que s'il y a une décrue durable du chômage, on diminue les moyens que la collectivité met sur le même sujet", a-t-elle poursuivi. "Je pense que c'est logique que ce soit dans les deux sens." La ministre a toutefois assuré qu'une éventuelle baisse d'effectifs ne serait "pas décidée a priori", mais seulement "s'il y a une décrue constatée" du chômage. Dans cette optique, "j'ai confié une mission à l'Igas pour qu'on puisse avoir une méthodologie robuste, que ce ne soit pas un peu de l'appréciation au pied levé", a-t-elle annoncé. Cette méthodologie sera "discutée dans le cadre (de la renégociation) de la convention tripartite (qui fixe les objectifs de Pôle emploi) avec les organisations patronales et syndicales" d'ici "la fin de l'année", et permettra "d'être opposable sur ce sujet et d'être raisonnable". "L'idée, c'est d'indexer (...) un effort qui sera fait en fonction de la décrue constatée du chômage", a-t-elle précisé.
Catégories: Actualités

Italie: le recensement des Roms, prôné pr Salvini, continue à faire des remous

mar, 06/19/2018 - 10:49
Le recensement des Roms voulu par le ministre italien de l'Intérieur et vice-Premier ministre Matteo Salvini, homme fort du nouveau gouvernement et patron de la Ligue (extrême droite), continuait mardi à faire des remous y compris au sein de son propre camp. L'autre vice-Premier ministre Luigi Di Maio, chef de file du Mouvement Cinq Etoiles (M5S, antisystème) qui fait partie de la coalition gouvernementale, a ainsi rappelé que le recensement d'une partie de la population sur une base ethnique était contraire à la loi italienne. "Cela me fait plaisir que Salvini ait démenti toute hypothèse de fichage et de recensement des immigrés parce que si une chose est inconstitutionnelle, elle ne peut se faire", a-t-il déclaré lundi soir lors d'une conférence de presse. Matteo Salvini a proposé lundi un recensement de la communauté Rom pour permettre, entre autres, de faciliter les expulsions de ceux de nationalité étrangère en situation irrégulière, puisque selon lui les "Roms italiens, malheureusement, tu dois te les garder à la maison". Ces propos ont soulevé une vague d'indignation dans les rangs de l'opposition et un certain malaise dans les rangs du gouvernement. M. Salvini a toutefois démenti vouloir "ficher" ou prendre les empreintes digitales des Roms vivant en Italie, assurant qu'il se préoccupait du sort des enfants de cette communauté. "Il n'est pas de notre intention de ficher ou de prendre les empreintes digitales de quiconque, notre objectif est une évaluation de la situation dans les camps de Roms", a-t-il assuré lundi soir. - '+Choc+', pourquoi?' - Et d'ajouter sur Twitter: "certains parlent de +choc+, pourquoi? Je pense seulement à ces pauvres enfants à qui on apprend à voler et l'illégalité". Aucun chiffre officiel n'existe mais selon une association proche de cette communauté, les Roms en Italie seraient entre 120.000 et 180.000, en majorité de nationalité italienne. La presse italienne rapporte mardi l'irritation du président du Conseil Giuseppe Conte, qui aurait téléphoné à M. Salvini pour le lui faire savoir, mais le nouveau chef du gouvernement italien, qui était lundi à Berlin, ne s'est pas publiquement exprimé sur cette affaire. L'opposition de gauche a en revanche tiré à boulets rouges sur la proposition de Matteo Salvini qui lui rappelle les lois raciales votées pendant la période fasciste dans les années 1930. "L'Italie est retournée en 1938", année du vote de ces lois raciales visant alors les juifs italiens, a ainsi jugé sur Twitter la sénatrice du Parti démocrate (PD, centre-gauche), Monica Cirinna. Matteo Salvini, 45 ans, occupe quasiment en permanence le devant de la scène politique depuis sa nomination le 1er juin au poste clé de l'Intérieur. Il a ainsi fait la Une de l'actualité la semaine dernière en s'opposant à l'entrée dans un port italien d'un navire humanitaire chargé de 630 migrants. Ce navire, l'Aquarius, est finalement arrivé dimanche en Espagne après une odyssée en Méditerranée de près d'une semaine, du large de la Libye en passant par les eaux maltaises et celles de la Sardaigne. "Beaucoup de propagande et peu d'effet pratique, mais un résultat certain: occuper complètement le débat et l'agenda politique", écrit mardi La Repubblica, quotidien proche de la gauche. Avec aussi pour conséquence, selon les médias italiens, d'éclipser chaque jour davantage son allié au gouvernement, le M5S, qui a pourtant remporté presque le double de voix aux élections législatives du 4 mars. Cette omniprésence du ministre de l'Intérieur semble payer électoralement, selon les derniers sondages qui donnent désormais plus de 25% des intentions de vote à la Ligue de Matteo Salvini, contre les 17% de voix obtenus le 4 mars. Surtout, ces sondages donnent le M5S en recul.
Catégories: Actualités

Pages