France 24 - L'info en continu

S'abonner à flux France 24 - L'info en continu France 24 - L'info en continu
Mis à jour : il y a 17 min 48 sec

En remplaçant Calmels par Leonetti, Wauquiez ne règle pas le problème des Républicains

lun, 06/18/2018 - 22:59
Laurent Wauquiez a fait preuve de fermeté en se séparant de Virginie Calmels, première vice-présidente des Républicains. Mais en la remplaçant par Jean Leonetti, un juppéiste pro-européen, rien n’a en réalité été tranché.
Catégories: Actualités

Suède: cinq personnes blessées dans une fusillade à Malmö

lun, 06/18/2018 - 22:54

Une fusillade a éclaté lundi soir dans le centre-ville de Malmö, dans le sud de la Suède, faisant cinq blessés, arapporté la police locale.

Un porte-parole a confirmé à l'AFP que la piste terroriste était écartée.

"L'état de santé des victimes n'est pas encore connu pour le moment", a indiqué la police de Malmö dans un communiqué.

Selon le quotidien Aftonbladet, les victimes ont été visées alors qu'elles sortaient d'un cybercafé, sur la rue Drottningatan, dans le centre-ville, non loin d'un commissariat. L'alerte a été donnée peu après 20 heures (18H00 GMT).

D'après plusieurs témoins cités par les médias locaux, au moins un assaillant aurait tiré à l'arme automatique.

Pour le moment, la police s'est refusée à commenter le profil du ou des assaillants, ni celui des victimes. Plusieurs blessés serait connus des services de police, précise l'agence de presse.

Si la Suède enregistre une criminalité relativement faible, les quartiers défavorisés de Stockholm, Göteborg et Malmö connaissent depuis plusieurs années une montée de la violence attribuée par les autorités à des rivalités entre bandes liées au contrôle du trafic de drogue et de la prostitution.

Catégories: Actualités

Basket: Le Mans à une victoire du titre

lun, 06/18/2018 - 22:54

Le Mans a pris les devants en finale du Championnat de France de basket en battant Monaco 84 à 72 dans le match 3 lundi à Antarès, et se trouve à une victoire du titre.

Les Manceaux auront l'occasion de conclure mercredi, de nouveau devant leur public. Ce serait leur premier sacre depuis 2006. Ils avaient perdu la première rencontre en Principauté avant d'y récupérer l'avantage du terrain en égalisant au match 2.

Le MSB a laissé passer l'orage lors d'un premier quart-temps complètement dominé par Monaco (23-10). C'est l'arrière Chris Lofton qui a fait revenir les Manceaux dans le match puis passer devant avant la pause en inscrivant pas moins de 21 points (34 au total à la fin de la rencontre) dans toutes les positions possibles. L'Américain s'impose comme l'homme-clef des play-offs après avoir été décisif en demi-finale contre Strasbourg.

"On n'a pas bien commencé, mais on a continué à se battre. Mercredi, il ne faudra pas faire le même début de match", a dit le shooteur au micro de SFR Sports.

Dans une grosse ambiance et devant des gradins entièrement oranges, les Manceaux ont maîtrisé le reste de la rencontre en s'appuyant sur l'immense pivot Youssoupha Fall, dissuasif dans la raquette (14 points), face à des Monégasques trop maladroits à trois points (aucun panier sur 12 tirs). Seul le pivot bosnien Elmedin Kikanovic leur a posé des problèmes (24 points).

Le Mans a eu un moment de frayeur lorsque Romeo Travis, son meilleur intérieur (12 points), est sorti dans le troisième quart-temps après être retombé sur le pied de son coéquipier Fall. Mais l'ami de LeBron James est revenu sur le parquet au bout de quelques minutes.

Les Manceaux sont près de créer une grosse surprise face à Monaco, qui partait favori après avoir gagné la saison régulière. L'ASM chercher à remporter son premier titre, trois ans après sa remontée dans l'élite.

Catégories: Actualités

Canada: les députés votent la légalisation du cannabis

lun, 06/18/2018 - 22:52

Les députés canadiens ont adopté lundi le projet de loi pour légaliser le cannabis, ce qui ferait du Canada le premier pays du G7 à autoriser la consommation libre de cette drogue douce.

Le texte législatif a été adopté à 205 voix contre 82 et a été renvoyé au Sénat, qui l'avait amendé. En vertu de la constitution, le Sénat peut retarder l'adoption d'un projet de loi mais pas la bloquer.

Une fois cette réforme adoptée par la chambre haute, elle devra recevoir la sanction royale (signature du décret d'application). Une légalisation effective est attendue début septembre.

Le gouvernement libéral avait rejeté la semaine dernière 13 des 46 amendements proposés par le Sénat qui avait approuvé le projet de loi la semaine précédente au terme de sept mois d'étude.

L'un de ces amendements aurait laissé le choix aux provinces d'interdire la culture du cannabis à domicile, comme souhaitent le faire le Manitoba et le Québec. Mais le gouvernement s'y est fermement opposé.

"On reconnaît qu'il y a diverses perspectives à travers le pays mais nous avons fait les études et les consultations par rapport à la culture à domicile", avait déclaré le Premier ministre Justin Trudeau en justifiant la décision du gouvernement d'autoriser la culture de quatre plants de cannabis au maximum par personne.

"Dans trois ans, on pourra réviser ce qui fonctionne, ce qui ne fonctionne pas" dans la loi, avait-il dit.

Catégories: Actualités

Wall Street, en ordre dispersé, reste lestée par les tensions commerciales

lun, 06/18/2018 - 22:40

La Bourse de New York a terminé en ordre dispersé lundi, les échanges restant dominés par les interrogations sur les conséquences des tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine.

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, a cédé 0,41% à 24.987,47 points.

Le Nasdaq, à forte composante technologique, a grappillé 0,01% à 7.747,03 points.

L'indice élargi S&P 500 a baissé de 0,21%, à 2.773,87 points.

"Les inquiétudes liées au commerce ont guidé l'action" des courtiers, a estimé Nate Thooft de Manulife Asset Management.

La décision vendredi du président américain Donald Trump d'imposer des droits de douane supplémentaires sur environ 50 milliards de dollars d'importations chinoises, immédiatement suivie d'une riposte similaire de la Chine, a en effet alimenté la crainte d'une surenchère entre les deux premières puissances économiques mondiales.

Toutefois, a souligné M. Thooft, "si les investisseurs pensaient vraiment que les effets pouvaient être sévères à court terme, les indices seraient descendus bien plus bas".

"Sans doute, estiment-ils, qu'il ne s'agit pas tant d'une guerre commerciale que d'une simple bataille portant au final sur un montant relativement limité si on le compare à l'ensemble des échanges" entre les deux pays, a-t-il ajouté.

Pour lui, les tensions commerciales serviraient surtout d'excuses aux acteurs du marché, par ailleurs inquiets du ralentissement de la croissance observé en dehors des États-Unis.

Le rebond des cours du pétrole à l'approche d'une réunion importante de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et de certains autres gros producteurs de brut, qui doivent décider s'ils augmentent ou non leurs extractions, a aussi animé les échanges lundi: l'indice représentant le secteur de l'énergie s'est apprécié de 1,12%.

Le marché obligataire se stabilisait: le taux d'intérêt sur la dette américaine à 10 ans évoluait vers 20H15 GMT à 2,919%, contre 2,921% vendredi soir, et celui à 30 ans à 3,046%, contre 3,047% à la précédente fermeture.

Catégories: Actualités

Après la chute du peso, la Bourse argentine dévisse à son tour

lun, 06/18/2018 - 22:32

La Bourse de Buenos Aires a dévissé lundi de 8%, entraînée par la chute des actions des compagnies pétrolières, quelques jours après l'effondrement du peso argentin, dans un pays scruté par les marchés car sur le point de recevoir un important prêt du FMI.

La baisse de la Bourse intervient après le limogeage, samedi, du ministre de l?Énergie et de celui de l'Industrie de la troisième économie d'Amérique latine, en soins intensifs après une forte agitation sur le marché des changes depuis le début de l'année (-35% face au dollar).

L'Argentine s'apprête à recevoir cette semaine une première tranche de 15 milliards de dollars, sur les 50 promis par le FMI en contrepartie d'un engagement à des réformes d'une économie fragilisée par un déficit budgétaire chronique et une inflation annuelle qui dépasse les 20% depuis une décennie.

En revanche, il y a du mieux sur le marché des changes. Après la flambée de la semaine dernière, la monnaie sud-américaine regagnait lundi 0,66% par rapport à la cotation de vendredi.

A l'ouverture des marchés lundi, l'indice Merval de la Bourse de Buenos Aires, a brusquement décroché de 6,55% à 28.240 points, emporté par la chute des actions des groupes d'énergie (YPF, Pampa Energie) et de banques (BBVA Francés, Supervielle). Le Merval a finalement clôturé avec une baisse 8,33% sur la journée (27.636 pts).

- FMI, faute de mieux -

La monnaie locale semblait, elle, résister: elle se situait à 28,27 pesos pour un dollar, à la veille d'un nouveau "supermardi" où la Banque centrale va émettre de la dette pour renouveler quasiment un tiers de ses réserves, un test important pour l'Argentine.

Le marché a été douché par l'annonce durant le week-end du limogeage de M. Aranguren ainsi que de son homologue chargé de la Production, Francisco Cabrera, deux jours seulement après le remplacement du gouverneur de la Banque centrale argentine, dont le poste a été attribué au ministre des Finances Luis Caputo.

A la suite de la crise monétaire d'avril et mai, l'Argentine a sollicité le Fonds monétaire international (FMI), qui a accordé un prêt de 50 milliards de dollars. Mercredi, l'Argentine doit encaisser une première partie, 15 milliards.

Après l'annonce de l'accord, la pression sur le peso avait continué la semaine dernière, faisant chuter le peso à son niveau le plus bas jamais atteint, avant une légère remontée vendredi, puis lundi. Depuis le début de l'année, le peso a perdu plus de 30% face au dollar, alors que le pays connaît plus de 20% d'inflation.

Le gouvernement a revu ses prévisions à la baisse. Pour l'inflation annuelle, il prévoit 27%, soit plus qu'en 2017 (25%), et pour la croissance il s'attend à une fourchette de 0,4 à 1,4%, contre 3% visés auparavant, après une hausse du PIB de 2,8% en 2017.

"Le gouvernement du président (Mauricio) Macri, en minorité dans les deux chambres du Parlement, avait promis dès sa prise de fonction fin 2015, de remédier au déficit budgétaire avec un plan gradualiste. Le pays s'est endetté à hauteur de 70 milliards de dollars sur les marchés internationaux, mais cette source de financement s'est tarie", fait remarquer l'économiste Ramiro Castiñeira.

"L?Argentine s'est alors tournée vers le FMI, mais à condition d'accélérer la réduction du déficit fiscal. La Bourse répond à cette réalité, les marchés s'adaptent", souligne-t-il.

- Crise de confiance -

Face à la pire crise de confiance depuis son arrivée au pouvoir, le président de centre droit, un homme d'affaires, a d'abord renforcé les pouvoirs de son ministre de l?Économie, Nicolas Dujovne, un économiste sans ambitions politiques.

La semaine dernière, il a remplacé le patron de la Banque centrale, Federico Sturzenegger, par le ministre des Finances Luis Caputo, un ancien de la Deustche Bank. Avant de remercier deux ministres pendant le week-end.

Aranguren, ancien patron de Shell Argentine, quitte le ministère de l'Énergie. Il était décrié en Argentine pour avoir mené une politique de fortes hausses des prix des factures de gaz et d'électricité.

Au ministère de la Production (industrielle), l'économiste Dante Sica, ex-secrétaire à l'Industrie, au Commerce et aux Mines en 2003/2004, aura pour mission de relancer une industrie en perte de vitesse, à un peu moins d'un an d'un scrutin présidentiel (octobre 2019), à l'occasion duquel M. Macri vise un second mandat.

Catégories: Actualités

Mondial-2018: Kane sauve la séduisante Angleterre

lun, 06/18/2018 - 22:21

Jusqu'ici tout va bien: l'Angleterre a réussi son entrée dans la Coupe du monde en s'offrant de justesse la Tunisie (2-1) grâce à un doublé du capitaine Harry Kane, lundi à Volgograd, lors de la première journée du groupe G.

La formation de Gareth Southgate, en pleine montée de confiance à l'abri des regards et dans une sérénité méconnaissable, a repoussé encore un peu les craintes d'un énième naufrage lors des grandes compétitions grâce à son héros "captain Kane".

Deux ans après la piteuse élimination contre l'Islande en huitièmes de finale de l'Euro-2016, les jeunes "Trois Lions" ont largement dominé les "Aigles de Carthage".

La Tunisie n'étant que 21e au classement Fifa, l'incertitude reste importante sur le niveau réel de ces jeunes Anglais mais Southgate pourra être satisfait: les intentions sont là et Kane est au rendez-vous. Le poli sélectionneur pourra toutefois regretter la maladresse face au but et la naïveté parfois criante, comme ce penalty concédé sans véritable danger pour un coup de coude de Walker au visage de Ben Youssef.

-Kane sur le fil-

N'eut été ce mauvais geste, tout avait été parfait ou presque. Dès l'entame, les Anglais ont pris le dessus: Henderson ouvrait superbement pour Alli, qui centrait pour Lingard. La reprise de l'attaquant de Manchester United était déviée du bout du pied par Hassen (3).

Quelques minutes plus tard, Kane ouvrait le score sans forcer, à la reprise d'une tête surpuissante de Stones mal repoussée par Hassen (11).

Si Sassi a ensuite égalisé sur le penalty concédé par Walker (35), le XI anglais, jamais aligné ensemble avant ce match, a continué d'accélérer terminant la première période avec 12 tirs et 60% de possession.

Las, le dernier geste a pêché. Stones, à bout portant (37), puis Lingard (40), ont été maladroits face au but. Juste avant la pause, le jeune attaquant devançait superbement la sortie de Ben Mustapha, entré à la place d'un Hassen blessé, mais ne trouvait que le poteau (44).

La mi-temps n'a rien changé à l'affaire, l'Angleterre a continué de faire le jeu. Un tout petit peu moins incisifs, Kane et sa bande se sont tout de même procurés de nombreuses occasions, notamment sur coups de pied arrêtés.

Mais à l'image de Sterling et Lingard, ou de ce coup franc de Trippier frôlant le poteau (69), ils ont tout gâché ou presque.

Si l'entrée de Rashford à la place de Sterling a redynamisé l'Angleterre, elle n'a pas été suffisante, jusqu'à ce nouveau corner dans le temps additionnel.

Kane a alors plongé sur un nouveau ballon dévié pour sauver les siens (90+1): en vrai finisseur, l'avant-centre de Tottenham avait disparu après son but... pour surgir au bon moment!

Catégories: Actualités

Mondial-2018 : l'Angleterre s'impose sur le fil face à la Tunisie

lun, 06/18/2018 - 22:16
Les Anglais se sont fait peur face à la Tunisie. Les Trois Lions ne se sont imposés que dans les arrêts de jeu (2-1) grâce à leur attaquant vedette, Harry Kane, auteur d'un doublé.
Catégories: Actualités

Finalement, l'album commun de Jay-Z et Beyoncé sort sur toutes les plateformes

lun, 06/18/2018 - 21:48

Jay-Z et Beyoncé ont finalement mis lundi leur récent album commun sur toutes les plateformes de streaming, y compris le géant Spotify, mettant ainsi fin à l'exclusivité offerte à Tidal, le service de musique en ligne de Jay-Z.

Le couple le plus célèbre du monde de la musique a sorti samedi à la surprise générale l'album "Everything is Love", où les deux artistes reviennent sur leur relation amoureuse, qui inspire une grande partie de leur musique depuis plusieurs années maintenant.

Depuis que Jay-Z a lancé Tidal en 2015, les deux artistes cherchent à faire gagner de nouveaux abonnés à leur plateforme de streaming. "Lemonade", album de Beyoncé sorti en 2016, et "4:44" (Jay-Z, 2017) ne sont ainsi pas dans le catalogue du géant du secteur, Spotify, même s'ils sont disponibles en version physique ou en téléchargement sur iTunes.

La mise à disposition de "Everything is Love" sur toutes les autres plateformes ressemble à un aveu d'échec pour Tidal, qui est encore bien loin de concurrencer Spotify. Les deux artistes n'ont pas encore commenté cette décision.

Plus de la moitié des revenus du secteur de la musique sont maintenant issus du streaming.

Spotify a annoncé le mois dernier avoir 75 millions d'abonnés payants, en plus de 99 millions d'utilisateurs mensuels de la version payante. Apple, son principal concurrent, compte 38 millions d'abonnés.

En 2016, Tidal faisait état de trois millions d'abonnés.

Catégories: Actualités

Benjamin Netanyahu a rencontré le roi Abdallah II en Jordanie

lun, 06/18/2018 - 21:44

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a rencontré lundi en Jordanie le roi Abdallah II, lors d'une rare visite dans le royaume axée sur le processus de paix israélo-palestinien en panne depuis 2014 et sur la question de Jérusalem.

La Jordanie et l'Egypte sont les deux seuls pays arabes à avoir conclu la paix avec Israël. La dernière visite annoncée publiquement de M. Netanyahu en Jordanie remonte à 2014.

Le roi jordanien a réitéré "la nécessité d'avancer dans les efforts en vue de trouver un règlement au conflit israélo-palestinien sur la base de la solution de deux Etats", c'est-à-dire la création d'un Etat palestinien coexistant avec Israël, selon un communiqué du cabinet royal à Amman.

"Le seul moyen de réaliser la paix et la stabilité dans la région" est une solution qui permettrait "la création d'un Etat palestinien sur les lignes de juin 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale, qui vivrait en paix et en sécurité à côté d'Israël", a-t-il ajouté.

Pour Abdallah II, la question de Jérusalem, l'une des plus épineuses du conflit israélo-palestinien, est "la clé pour réaliser la paix dans la région".

Les Palestiniens revendiquent Jérusalem-Est comme la capitale de l'Etat auquel ils aspirent. Mais pour les Israéliens elle est leur capitale "éternelle et indivisible".

La Jordanie, un allié des Etats-Unis, est un acteur historique dans le processus de paix mais aussi le gardien des lieux saints musulmans à Jérusalem-Est.

A Jérusalem, le bureau de M. Netanyahu a affirmé dans un communiqué que la brève rencontre s'était déroulée à Amman et confirmé qu'elle avait porté sur la question de Jérusalem.

"M. Netanyahu a réitéré l'engagement d'Israël à respecter le statu quo dans les lieux saints à Jérusalem", selon le communiqué israélien.

En vertu de ce "statu quo", les juifs ont l'autorisation d'accéder à l'esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de l'islam à Jérusalem-Est également vénéré par les juifs comme l'endroit où se dressait leur temple, mais y ont l'interdiction de prier. Les musulmans peuvent aller y prier à toute heure.

Israël a nommé en février un nouvel ambassadeur en Jordanie, poursuivant la normalisation avec Amman après des mois de tensions consécutives à la mort de deux Jordaniens tués par un agent de sécurité israélien dans l'enceinte de la représentation diplomatique en 2017.

Israël avait annoncé le 30 janvier la réouverture de son ambassade à Amman, qui avait été fermée pendant six mois.

Un arrangement avait été trouvé en janvier 2018, Israël exprimant ses regrets et acceptant de compenser les familles des victimes, non seulement pour les évènements de juillet 2017, mais aussi pour la mort d'un juge jordanien, tué le 10 mars 2014 par les forces israéliennes à Allenby (ou pont du roi Hussein), important point de passage entre la Jordanie et la Cisjordanie occupée par Israël.

Catégories: Actualités

Les syndicats d'Air France lèvent leur préavis de grève, sauf les pilotes du Spaf

lun, 06/18/2018 - 21:40

L'intersyndicale d'Air France a annoncé lundi qu'elle levait la grève prévue du 23 au 26 juin, en attendant la nomination d'un nouveau PDG prévue mi-juillet, seul le deuxième syndicat de pilotes de la compagnie, le Spaf, maintenant son préavis.

Alors que le choix d'un nouveau PDG d'Air France-KLM est attendu "au plus tard mi-juillet", l'intersyndicale de pilotes (SNPL, Alter), de personnels au sol (CGT, FO, SUD) et d'hôtesses et stewards (SNPNC, Unsa-PNC, CFTC, SNGAF) a "la conviction qu'il sera plus efficace d'attendre le bon interlocuteur et prend, par conséquent, la décision de suspendre son préavis du 23 au 26 juin", écrit-elle dans un communiqué.

Non-signataire du texte, le Spaf a indiqué à l'AFP qu'il maintenait son préavis pour les quatre journées de grève.

"La menace de grève a permis de susciter (...) des négociations +OFF+" avec la direction ces dernières semaines, fait valoir l'intersyndicale qui juge qu'une "sortie de crise est accessible avec une direction à la hauteur".

Selon diverses sources syndicales, la direction d'Air France a proposé lors de rencontres informelles 3% d'augmentation générale en 2018 puis 0,65% début 2019, contre 5,1% réclamés par l'intersyndicale.

"Nous sommes passés très près d'une proposition d'augmentation qui a été bloquée au dernier moment par le conseil d'administration" d'Air France-KLM, affirme l'intersyndicale.

- "Énorme provocation" -

A défaut d'annonce salariale, la direction d'Air France a promis jeudi en comité central d'entreprise des "mesures immédiates pour améliorer le quotidien des salariés" (rénovation des locaux de piste à Orly, augmentation de la disponibilité des chambres de repos pour les navigants, renouvellement d'imprimantes, etc.).

Si "les mesures prises +en urgence+ par la direction sont une énorme provocation", il reste que la présidente intérimaire Anne-Marie Couderc "a assuré qu'un candidat sera rapidement nommé (pour remplacer le PDG démissionnaire Jean-Marc Janaillac, NDLR), au plus tard mi-juillet et que sa première mission sera de régler la question des salaires", selon l'intersyndicale.

"A défaut, elle (Mme Couderc) s'est engagée à aller chercher un nouveau mandat salarial auprès du Conseil d'Administration", affirme-t-elle.

L'entreprise se cherche un nouveau patron depuis le départ début mai de Jean-Marc Janaillac, désavoué par le personnel lors d'une consultation portant sur 2% d'augmentation générale en 2018, puis 5% sur trois ans.

Malgré "le rendez-vous manqué" du CCE de jeudi, "une sortie de conflit est proche", a commenté auprès de l'AFP Christophe Malloggi de FO. "La séquence de la consultation peut être close rapidement pour peu que la confiance ne soit pas trahie à nouveau", selon lui.

Ce n'est pas l'avis du Spaf qui fustige l'attitude "totalement irresponsable du conseil d'administration et de la direction d'Air France", après "plus de trois mois de conflit" sur les salaires.

"On n'était pas loin d'un accord pour résoudre le conflit social en cours et on nous annonce dans une ultime provocation qu'on va changer les imprimantes et mettre cinq chambres de plus pour les pilotes...", a dit son président, Grégoire Aplincourt, dénonçant des annonces "méprisantes".

De son côté, la direction d'Air France s'est félicitée "que la raison ait finalement été privilégiée par l'intersyndicale". "A la veille de la saison estivale, toutes les équipes de la compagnie sont mobilisées pour assurer le meilleur service aux clients", affirme-t-elle dans une déclaration à l'AFP.

Catégories: Actualités

Trump veut dominer l'espace, la Lune et Mars

lun, 06/18/2018 - 21:39

Donald Trump s'est vanté lundi du dynamisme de l'industrie spatiale américaine privée, promettant l'hégémonie des Etats-Unis pour l'exploration de la Lune et de Mars, mais aussi dans toute éventuelle guerre spatiale.

"L'Amérique sera toujours la première dans l'espace", a déclaré le président américain lors d'un discours à la Maison Blanche.

"Nous ne voulons pas que la Chine et la Russie et d'autres pays nous dominent, nous avons toujours dominé", a-t-il poursuivi. "Mon administration va reprendre le flambeau en tant que premier pays de l'exploration spatiale".

Le commandant en chef a confirmé ce qu'il avait déjà évoqué auparavant: il souhaite la création d'une force spatiale indépendante de l'armée de l'air, un sujet controversé à Washington et notamment au sein du Pentagone.

La décision en revient au Congrès, mais il a ordonné lundi au département de la Défense d'en poser les jalons.

"Nous allons avoir une armée de l'air, et une force armée de l'espace, séparée mais égale", a-t-il dit, tranchant le débat actuel en défaveur de ceux qui voulaient que la nouvelle force spatiale soit rattachée à l'US Air Force.

"Pour défendre l'Amérique, une simple présence dans l'espace ne suffit pas, nous devons dominer l'espace", a déclaré Donald Trump.

Depuis son arrivée au pouvoir, le milliardaire s'est réinvesti dans les sujets spatiaux, reprenant à son compte le vocabulaire historique des "nouvelles frontières".

Il a cherché à augmenter le budget de la Nasa, et ordonné à l'agence spatiale américaine, en décembre, de retourner sur la Lune pour la première fois depuis 1972, et de préparer des missions vers Mars.

Le président a aussi engagé une déréglementation pour accélérer le processus d'autorisation et de licence par lequel les compagnies privées doivent passer avant de lancer une fusée ou un satellite.

- "Les riches adorent les fusées" -

Le secteur spatial américain est en pleine croissance, mais la Nasa a changé de rôle par rapport à la grande époque d'Apollo (1961-1972) et des navettes (1981-2011), étant devenue un client plutôt qu'un opérateur.

Depuis 2012, l'agence est sous contrat avec deux entreprises, SpaceX et Orbital ATK (rachetée récemment par Northrop Grumman), pour ravitailler la Station spatiale internationale.

Elle ne sait plus envoyer d'astronautes dans l'espace depuis 2011 et dépend du Soyouz russe - SpaceX et Boeing sont censés prendre le relais en 2019.

L'administration Trump veut privatiser la station à partir de 2025, ce qui est controversé au Congrès, afin de consacrer la majorité des moyens de la Nasa au retour d'astronautes sur la Lune.

"Cette fois, nous établirons une présence de long terme", a promis le président.

"La raison pour laquelle nous voulons retourner sur la Lune est que nous voulons faire atterrir des Américains à la surface de Mars", a expliqué Jim Bridenstine, le nouvel administrateur de la Nasa, un élu républicain nommé par Donald Trump.

Le plan de la Nasa est de construire la fusée la plus puissante de son histoire, "SLS", pour emmener dans l'espace suffisamment d'astronautes et de matériels pour des missions vers la Lune et, un jour, la planète rouge. Elle veut aussi construire une station en orbite autour de la Lune.

Mais là encore le privé aura sa place. La Nasa a déjà demandé au privé de concevoir des missions de livraison de matériel sur la surface lunaire.

"Les riches adorent les fusées", s'est amusé Donald Trump. "Du moment que c'est un riche Américain, ça va, ils peuvent nous battre".

Dans l'immédiat, avec la signature de deux directives récentes, il a transféré certains pouvoirs du Pentagone au sein du département du Commerce pour la régulation des satellites privés, notamment pour gérer un problème croissant: les "embouteillages" en orbite terrestre.

Le département de la Défense dénombre déjà 20.000 objets (satellites actifs ou morts, débris...), dont 800 satellites privés américains actifs, un nombre appelé à augmenter significativement chaque année.

Déjà, l'administration se vante d'avoir simplifié la bureaucratie.

Wilbur Ross, secrétaire au Commerce, a expliqué lundi que SpaceX ignorait jusqu'à cette année qu'elle devait avoir une autorisation pour retransmettre des images en direct de ses fusées pendant le décollage. La société a ensuite reçu une autorisation valable toute l'année, en seulement 23 jours, s'est félicité le ministre.

Catégories: Actualités

Le président malien félicite Mamoudou Gassama, qui a sauvé un enfant français

lun, 06/18/2018 - 21:35

Mamoudou Gassama, le jeune migrant malien qui a sauvé un enfant en escaladant la façade d'un immeuble à Paris, a été reçu lundi à Bamako par le président malien Ibrahim Boubacar Keïta, qui l'a félicité.

"Au moment où le courage de tous était interpellé, mais où un seul peut faire la décision, tu as fait la décision. De ça nous sommes très fiers", a-t-il déclaré au jeune homme, accompagné de son père.

"Il y a une habitude culturelle chez nous. Quand on veut célébrer quelqu'un, dire son patronyme avec force et le répéter: Gassama", a ajouté le président malien.

"On a bien parlé. Il m'a félicité pour le boulot que j'ai fait", a expliqué à la presse le jeune homme, en rappelant que le chef de l'Etat l'avait "soutenu" en l'appelant le jour de son exploit.

Mamoudou Gassama, 22 ans, rebaptisé Spiderman sur les réseaux sociaux, avait sauvé un enfant suspendu dans le vide en escaladant la façade d'un immeuble du nord de Paris, le 26 mai, suscitant l'admiration générale en France et la fierté au Mali.

Reçu à l'Elysée par le président Emmanuel Macron, le jeune sans-papiers a vu sa situation régularisée avant une prochaine naturalisation.

Il avait reçu début juin la médaille Grand Vermeil de la Ville de Paris, plus haute distinction de la capitale.

Catégories: Actualités

Benjamin Netanyahu a rencontré le roi Abdallah II en Jordanie

lun, 06/18/2018 - 21:20

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a rencontré lundi en Jordanie le roi Abdallah II, lors d'une rare visite dans le royaume, selon des sources officielles dans les deux pays voisins.

La Jordanie et l'Egypte sont les deux seuls pays arabes à avoir conclu la paix avec Israël.

Les deux dirigeants ont évoqué le processus de paix israélo-palestinien en panne depuis 2014, selon un communiqué du cabinet royal à Amman.

Le roi a réitéré "la nécessité d'avancer dans les efforts en vue de trouver un règlement au conflit israélo-palestinien sur la base de la solution de deux Etats", c'est-à-dire la création d'un Etat palestinien coexistant avec Israël, a précisé le communiqué.

A Jérusalem, le bureau de M. Netanyahu a affirmé dans un communiqué que la brève rencontre s'était déroulée à Amman et avait porté sur la question de Jérusalem, l'une des plus épineuses du conflit israélo-palestinien.

La Jordanie, un allié des Etats-Unis, est un acteur historique dans le processus de paix mais aussi le gardien des lieux saints musulmans à Jérusalem-Est.

"M. Netanyahu a réitéré l'engagement d'Israël à respecter le statu quo dans les lieux saints à Jérusalem", selon le communiqué israélien.

En vertu de ce "statu quo", les juifs ont l'autorisation d'accéder à l'esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de l'islam à Jérusalem-Est également vénéré par les juifs comme le mont du Temple, mais y ont l'interdiction de prier. Les musulmans peuvent aller y prier à toute heure.

Israël a nommé en février un nouvel ambassadeur en Jordanie, poursuivant la normalisation avec Amman après des mois de tensions consécutives à la mort de deux Jordaniens tués par un agent de sécurité israélien dans l'enceinte de la représentation diplomatique en 2017.

Catégories: Actualités

Italie: Matteo Salvini lance un nouvelle polémique sur les Roms

lun, 06/18/2018 - 20:40

Le ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini a lancé lundi une nouvelle polémique en annonçant le prochain recensement des Roms vivant en Italie, afin éventuellement d'expulser ceux de nationalité étrangère, et" malheureusement" de garder les Italiens.

M. Salvini, qui est aussi le patron de la Ligue (extrême droite) a indiqué lundi sur une télévision régionale en Lombardie (nord), sa région d'origine, qu'il comptait procéder à un recensement de la communauté Rom en Italie, pour "voir qui, comment et combien ils sont".

Cela permettra, a-t-il expliqué, d'évaluer la possibilité d'expulser ceux de nationalité étrangère qui se trouveraient en situation irrégulière; quant aux "Roms italiens, malheureusement, tu dois te les garder à la maison", a-t-il déclaré lors de cette émission.

Ce projet de recensement a déclenché un tollé dans les rangs de l'opposition et une réaction prudente de la communauté Rom. Le point sur cette communauté a déjà été fait l'an dernier par l'Institut national italien de la statistique (Istat), a indiqué l'Association Nation Rom, dans un communiqué, réclamant une rencontre au plus vite avec le nouveau ministre.

"Salvini continue sa campagne électorale avec des mots toujours plus aberrants", a jugé de son côté une sénatrice du Parti démocrate (PD, centre-gauche), Simona Malpezzi, pour qui ce recensement est "seulement la dernière trouvaille au parfum vaguement fasciste" de la part du nouveau ministre de l'Intérieur.

Ce dernier a fait la une de l'actualité la semaine dernière en s'opposant à l'entrée dans un port italien d'un navire humanitaire chargé de 630 migrants. Ce navire, l'Aquarius, est finalement arrivé ce weekend en Espagne après une odyssée en Méditerranée de près d'une semaine, du large de la Libye à l'Espagne en passant par les eux maltaises et celles de la Sardaigne.

"D'abord les attaques contre les migrants (...) et maintenant celles contre les Roms", a critiqué de son côté le chef de groupe du parti de gauche Libres et Egaux (LeU) à la Chambre des députés, Federico Fornaro.

"L'important est de fomenter la haine et de créer un ennemi", a-t-il ajouté.

"Certains parlent de +choc+, pourquoi ? Je pense seulement à ces pauvres enfants à qui on apprend à voler et l'illégalité", a réagi de son côté M. Salvini sur Twitter.

Catégories: Actualités

Trump ne veut pas laisser les Etats-Unis devenir "un camp de migrants"

lun, 06/18/2018 - 20:00

Donald Trump a revendiqué lundi sa fermeté extrême aux frontières malgré le tollé provoqué par la séparation de centaines d'enfants migrants arrachés à leurs familles, en affirmant qu'il ne laisserait pas les Etats-Unis devenir "un camp pour migrants".

Il s'est dit attristé par le sort de ces enfants, automatiquement séparés de parents que l'administration Trump a choisi de systématiquement incarcérer pour avoir franchi la frontière illégalement.

Mais le président américain a de nouveau rejeté la responsabilité de cette situation sur les démocrates qui empêchent, selon lui, toute avancée sur une réforme migratoire, alors même que les républicains détiennent la majorité au Congrès.

"Ce qui arrive est tellement triste, tellement triste. Et cela pourrait être réglé rapidement, magnifiquemen, et nous serions en sécurité", a déclaré Donald Trump.

"Les Etats-Unis ne deviendront pas un camp pour migrants et ne deviendront pas un centre de rétention pour réfugiés", a promis le président. "Nous sommes coincés avec ces lois horribles".

Pour illustrer son propos, il a agité le spectre de la crise migratoire en Europe, n'hésitant pas à prendre parti contre la chancelière allemande Angela Merkel dans la crise politique qui menace sa coalition.

- "Inadmissible" -

Près de 2.000 enfants ont été séparés de leurs parents dans les six semaines ayant suivi la mise en oeuvre d'une politique de "tolérance zéro" sur l'immigration clandestine, mi-avril, d'après les chiffres officiels de l'administration Trump. Des centaines sont hébergés, avec d'autres mineurs arrivés seuls à la frontière, dans de grands centres près de la frontière avec le Mexique.

"J'ai vu des tonnes d'enfants massés ensemble dans de grands enclos grillagés, séparés de leurs mamans et de leurs papas", a témoigné un sénateur démocrate, Chris Van Hollen, après avoir visité un centre dimanche au Texas. D'autres élus étaient attendus lundi.

Rarissime intervention dans un sujet politique brûlant, la Première dame Melania Trump a dit dimanche "détester voir des enfants séparés de leur famille". Si elle reprend dans sa déclaration l'argument de son époux rejetant la responsabilité sur la paralysie au Congrès, cette intervention exceptionnelle témoigne du malaise au sein-même de la Maison Blanche.

L'ex-Première dame Laura Bush a elle aussi rompu sa traditionnelle discrétion avec des mots forts, en dénonçant une politique "cruelle".

L'ONU a décrié une politique "inadmissible". "Les enfants ne doivent pas être traumatisés en étant séparés de leurs parents", a réaffirmé lundi son porte-parole, Stéphane Dujarric.

- Levier pour une réforme -

Pour l'administration Trump, l'équation est pourtant simple: plus question de relâcher des sans-papiers parce qu'ils ont été interpellés en compagnie de mineurs qui ne peuvent être détenus avec eux, dans l'attente de leur hypothétique retour devant le juge, comme c'était la pratique sous le démocrate Barack Obama.

Tous les clandestins surpris du côté américain de la frontière sont donc désormais poursuivis et écroués, martèle l'administration Trump, et leurs enfants doivent être hébergés de leur côté.

Sans détour, plusieurs hauts responsables de la Maison Blanche ont aussi affiché clairement l'argument de la dissuasion des candidats à l'immigration illégale.

"Nous ne pouvons pas et n'allons pas encourager les gens à amener des enfants en leur donnant une vaste immunité face à nos lois", a encore déclaré lundi le ministre de la Justice Jeff Sessions.

Et le bras de fer semble désormais clairement destiné à pousser une réforme de l'immigration qui patine depuis des mois au Congrès. Certains républicains modérés et des démocrates avaient accepté cet hiver de financer un mur à la frontière mexicaine en échange de la régularisation de centaines de milliers de jeunes arrivés mineurs aux Etats-Unis, mais la volonté de Donald Trump d'inclure une limite à l'immigration légale avait fait capoter cette loi. Et bloque pour l'instant toute avancée.

Le président pourrait rencontrer les républicains au Congrès mardi, selon le Wall Street Journal.

"Si nous construisons le mur, si nous passons une loi pour mettre un terme au non-droit, nous n'aurons plus à faire face à ces choix terribles", a argumenté Jeff Sessions en visite à La Nouvelle-Orléans où quelques manifestants s'étaient rassemblés lundi.

Mais l'idée que la Maison Blanche utilise ces enfants pour faire avancer le débat sur l'immigration indigne jusque dans les rangs républicains.

"Les enfants ne devraient pas être utilisés comme un outil de négociation", a jugé Jeb Bush, ex-rival de l'homme d'affaires lors des primaires républicaines en 2016.

"Certains dans l'administration ont décidé que cette politique cruelle renforçait leur pouvoir d'influence" au Congrès, a souligné sur Facebook un sénateur républicain, Ben Sasse. "C'est inacceptable. Les Américains ne prennent pas les enfants en otage. Point".

elc/vog

Catégories: Actualités

Mondial 2018: le 1er match de la Tunisie diffusé dans un amphithéâtre romain

lun, 06/18/2018 - 19:58

Le premier match de la Tunisie au Mondial, lundi soir contre l'Angleterre, sera diffusé sur écran géant à El Jem, l'un des plus imposants amphithéâtres romains au monde, situé dans le centre du pays.

Plus de 5.000 personnes sont attendues, selon l'association organisatrice, 3aich Tounsi, qui vise à donner "des motifs d'espoir" dans une société malmenée par un chômage persistant, notamment chez les jeunes, une inflation pénalisante, et un manque de loisirs familiaux.

"Nous avons choisi de diffuser les matches à El Jem pour que les habitants se réapproprient ce lieu", explique Najmeddine Jaouadi, un responsable de l'association.

L'amphithéâtre d'El Jem, visible des kilomètres à la ronde dans une plaine agricole, est l'un des plus grands au monde après ceux de Rome et de Capoue, et l'un des mieux conservés.

Avec son arène elliptique et ses trois niveaux de galerie toujours debout, il pouvait accueillir des dizaines de milliers de spectateurs selon les historiens, pour de nombreux spectacles lorsqu'El Jem, alors nommée Thysdrus, prospérait grâce à l'oléiculture et au commerce.

Si l'agriculture est toujours une importante source de revenus pour El Jem, le secteur touristique en revanche est moins développé. Hormis l'amphithéâtre romain, la bourgade offre peu de centres d'intérêts, contrairement à Monastir, une ville côtière plus au nord.

Des pièces de théâtre y ont été jouées, et un Festival international de musique symphonique a lieu chaque année dans l'imposant édifice rénové, mais "rarement des spectacles populaires, où les familles peuvent se rendre ensemble", indique M. Jaouadi.

"Comme dans beaucoup d'endroits en Tunisie, hormis la côte et le grand Tunis, il y a très peu d'espaces de loisirs", explique-t-il.

L'écran géant a été monté avec l'aide de plus de 200 bénévoles d'El Jem par l'association financée "par et pour les Tunisiens", qui organise des diffusions de matches dans plusieurs autres lieux marginalisés du pays.

Les Tunisiens attendent beaucoup de leur équipe nationale, qui n'a gagné qu'un seul match en Coupe du Monde il y a quarante ans. Les Aigles de Carthage rencontre lundi à 18H00 GMT l'Angleterre, avant de jouer la Belgique et le Panama.

Catégories: Actualités

Corbière dénonce "la contre-révolution idéologique" de Macron

lun, 06/18/2018 - 19:49

Alexis Corbière, député LFI de Seine-Saint-Denis, a dénoncé "la contre-révolution idéologique macronienne" du président de la République, qu'il a qualifié de "monstre politique", jeudi lors de l'émission L'Epreuve de vérité, de Public-Sénat, l'AFP, Les Echos et Radio classique.

"Je ne vois pas en quoi ce pays va mieux parce qu'on peut licencier plus facilement, parce qu'on baisse les aides sociales" et qu'on dit "en permanence qu'il y a trop d'aides sociales", a affirmé M. Corbière, en dénonçant ce "monstre politique qu'est Emmanuel Macron".

Le député Insoumis faisait référence à une vidéo publiée sur Twitter par l'entourage du chef de l'Etat, dans laquelle celui-ci regrette qu'on mette "un pognon de dingue dans les minima sociaux" et que "les gens pauvres restent pauvres", en ajoutant "on doit avoir un truc qui permet aux gens de s'en sortir".

Selon M. Corbière, M. Macron a "consacré beaucoup plus d'argent aux plus riches du pays - baisse de l'ISF, maintien du CICE qui n'a aucun effet - qu'aux gens modestes, qui ont le plus de difficultés". Pour eux, "on explique que quand même, toutes ces aides sociales, c'est pas très incitatif, sous-entendu, si on leur disait plus souvent +bouge-toi, feignasse+, les gens trouveraient plus facilement du boulot. Ca, c'est idéologiquement terrible. C'est une contre-révolution idéologique de M. Macron".

"La question de la répartition des richesses reste au c?ur du débat. Est-il normal qu'elle se détériore? La question des aides sociales permet que les inégalités ne se creusent pas encore plus", or, "elles continuent à se creuser", a-t-il remarqué.

"Faire croire que le problème est qu'on aide trop les gens en difficulté, franchement, c'est non seulement faux sur le plan économique mais moralement, ça me dégoûte. Il y a neuf millions de gens sous les seuils de pauvreté, il y a six millions de chômeurs", a-t-il dénoncé, prenant l'exemple du "scandale" Carrefour, qui va supprimer 4.300 postes, quand son ancien PDG, Georges Plassat, est parti avec "une prime de 13 milliards d'euros et 517.000 euros par an de retraite".

"Le scandale est tel qu'il a accepté de renoncer à 3 millions pour lesquels il s'engageait à ne pas aller travailler chez les concurrents. Il y a 4.300 salariés sur le carreau!", a-t-il insisté. "Et le gouvernement est inerte! Il faut interdire les licenciements boursiers", a-t-il dit.

Catégories: Actualités

Mondial-2018: l'Angleterre, sans surprise, avec Kane et Henderson

lun, 06/18/2018 - 19:40

Le sélectionneur anglais Gareth Southgate a opté, comme attendu, pour un 3-5-2 articulé autour de Jordan Henderson à la récupération et Harry Kane devant, mardi à Volgograd, pour affronter la Tunisie lors de la Coupe du monde 2018.

Le XI anglais est d'ailleurs sans surprise avec une défense à trois formée de Kyle Walker, Jonathan Stones et Harry Maguire.

La Tunisie, pour son premier Mondial depuis 2006, n'a pas non plus bouleversé ses plans avec une équipe rodée aux joutes de la Ligue 1.

Tous titulaires, le gardien Mouez Hassen (Châteauroux), les attaquants Wahbi Kazri (Rennes) et Naïm Sliti (Dijon) ainsi que le milieu Ellyes Skhiri (Montpellier) évoluent en championnat de France.

Tunisie: Hassen - Meriah, S. Ben Youssef, Bronn, Maaloul - Skhiri, Badri, Sassi - F. Ben Youssef, Khazri (cap), Sliti

Sélectionneur: Nabil Maaloul (TUN)

Angleterre: Pickford - Walker, Stones, Maguire - Trippier, Alli, Henderson, Lingard, Young - Sterling, Kane (cap)

Sélectionneur: Gareth Southgate (ENG)

arbitre: Wilmar Roldan (COL)

Catégories: Actualités

YouTube défie Spotify et Deezer en Europe avec un nouvel abonnement musical

lun, 06/18/2018 - 19:40

Google lance ce lundi en Europe une version payante de son service de streaming YouTube Music, pensée pour concurrencer Spotify, Deezer et Apple Music dans l'univers en pleine croissance de la musique en ligne.

Le service, disponible depuis le 22 mai aux États-Unis, en Australie, en Nouvelle-Zélande, au Mexique et en Corée du Sud, est désormais également déployé en France, en Espagne, en Allemagne, en Italie et au Royaume-Uni, notamment, a annoncé la société.

Pour le prix de 9,99 euros par mois, YouTube Music Premium propose une interface semblable à celle de ses concurrents, avec des milliers de listes de lecture, des recommandations personnalisées et un énorme catalogue d'albums et de chansons téléchargeables. YouTube y ajoute son gigantesque répertoire de clips et vidéos de concerts de stars ou d'inconnus, désormais visibles sans publicité.

YouTube pourrait renforcer ainsi sa position de géant mondial de la musique: 85% de ses utilisateurs s'en servent pour écouter gratuitement de la musique (soit 1,3 milliard d'internautes), selon une étude de l'IFPI (Fédération internationale de l'industrie phonographique) portant sur treize pays.

Pour convaincre ces utilisateurs de s'abonner, YouTube Music propose désormais de télécharger les morceaux sur son smartphone et de les écouter en arrière-plan, tout en utilisant d'autres applications.

Le géant américain s'attaque à un marché en pleine expansion: en 2017, 176 millions de personnes dans le monde ont payé pour un abonnement, selon l'IFPI. Ses concurrents se nomment Spotify (75 millions d'abonnés payants dans le monde), Apple Music (40 millions), Deezer (14 millions d'utilisateurs actifs, la société ne communiquant pas le nombre d'abonnés payants).

Critiqué par l'industrie musicale pour sa position dominante, YouTube a annoncé au début de l'année la signature de nouveaux accords plus équilibrés avec les principales maisons de disques.

YouTube ne leur reversait en moyenne qu'un dollar par an et par utilisateur, selon l'IFPI, contre 20 dollars pour Spotify, par exemple. Selon YouTube, ces nouveaux accords sont similaires à ceux de ses concurrents.

Les sommes reversées par les plates-formes de streaming ont permis au marché du disque, en crise depuis le début du millénaire, de repartir à la hausse depuis trois ans. Une période vertueuse qui devrait logiquement se prolonger avec le lancement de Youtube Music.

"L?arrivée de Youtube Music sur le marché du streaming audio payant est une bonne nouvelle pour notre industrie. Cela renforce l'offre globale de streaming et permet une exposition encore plus large de nos artistes", a réagi Thierry Chassagne, le président de Warner Music France.

"Youtube Music offrira aux fans de musique un service encore plus élaboré tout en assurant les intérêts des artistes et des ayants droit", a jouté celui qui préside également la SCPP (Société civile des producteurs phonographiques).

Google propose également une deuxième offre appelée YouTube Premium (ex-YouTube Red) et vendue un peu plus cher (11,99 euros), qui donne un accès sans publicité à toute la plateforme de vidéos, ainsi qu'à ses applications pour enfants ("Kids") et fans de jeux vidéo ("Gaming"). Les non-abonnés peuvent continuer à les utiliser, mais avec des publicités.

Catégories: Actualités

Pages