France 24 - L'info en continu

S'abonner à flux France 24 - L'info en continu France 24 - L'info en continu
Mis à jour : il y a 10 min 52 sec

Une jihadiste allemande condamnée à mort en Irak, une première

lun, 01/22/2018 - 15:34

Une Allemande a été condamnée à mort dimanche en Irak pour avoir rejoint le groupe Etat islamique (EI), une première dans ce pays où des centaines de jihadistes étrangers attendent en prison leur procès après la défaite militaire de leur organisation.

En décembre, les autorités irakiennes ont proclamé la victoire militaire contre l'EI, qui avait fait trembler l'Irak pendant trois ans après s'être emparé du tiers du territoire.

Elles n'ont jamais indiqué officiellement le nombre de jihadistes faits prisonniers pendant la contre-offensive pour chasser l'EI des centres urbains. Mais selon des commandants irakiens et kurdes, des centaines de jihadistes se seraient rendus, des milliers d'autres seraient parvenus à se faufiler parmi les déplacés ou à rester sur place en retournant à la "vie civile".

Dimanche, la Cour pénale centrale de Bagdad, chargée notamment des affaires de terrorisme, a condamné à la pendaison cette ressortissante allemande d'origine marocaine, dont l'identité n'a pas été précisée.

Elle a été reconnue coupable de "soutien logistique et d'aide à une organisation terroriste pour commettre des crimes", a précisé dans un communiqué le juge Abdel Settar Bayraqdar, porte-parole de la cour.

C'est la première fois que la justice irakienne prononce la peine capitale à l'encontre d'une femme européenne.

L'Allemande a 30 jours pour faire appel et après cette période, elle pourra être exécutée, a expliqué à l'AFP Ezzedine al-Mohammadi, chercheur en matière juridique et pénale.

- Russe, Suédois, Allemands -

"L'accusée a reconnu lors des interrogatoires avoir quitté l'Allemagne pour la Syrie puis l'Irak pour rejoindre l'EI, avec ses deux filles qui ont épousé des membres de l'organisation terroriste", a indiqué le porte-parole de la cour.

Une source judiciaire a indiqué à l'AFP qu'une des deux filles avait été tuée alors qu'elle se trouvait avec l'EI.

Selon la presse allemande, une Allemande dénommée Lamia K. et sa fille, parties en août 2014 de Mannheim (sud-ouest), ont été arrêtées lors de la reprise en juillet dernier par les forces irakiennes de Mossoul (nord), la deuxième ville d'Irak. Au moins deux autres Allemandes sont aussi en prison en Irak, l'adolescente Linda Wenzel et une certaine Fatima M. qui est, elle, d'origine tchétchène.

En septembre, la même Cour pénale centrale irakienne avait pour la première fois prononcé la peine capitale contre un jihadiste russe, arrêté à Mossoul. En décembre, un Suédois d'origine irakienne a été exécuté, avec 37 autres personnes condamnées pour "terrorisme".

Selon les services allemands de renseignement, 910 personnes ont "quitté l'Allemagne pour rejoindre des groupes jihadistes en Syrie ou en Irak". Environ un tiers d'entre eux sont rentrés en Allemagne dont 70 qui sont considérés comme des combattants. Ils ajoutent que 145 autres ont été tués.

Dans un rapport datant d'octobre, le centre de recherches Soufan notait que 190 Allemandes avec 70 enfants avaient rejoint le "califat" proclamé en 2014 par l'EI en Irak et en Syrie, et aujourd'hui en lambeaux.

Dans la seule province de Ninive, dont Mossoul est le chef-lieu, "plus de 4.000 jihadistes ont été arrêtés" depuis juillet, selon la police.

- Plus de 5.000 détenus -

Sur le blog Lawfare, spécialisé dans les questions de sécurité, la chercheuse Kim Cragin de la National Defense University, affirmait fin novembre que 5.395 combattants étrangers, de retour de Syrie et d'Irak, se trouvaient actuellement en prison.

Selon une source de sécurité irakienne, les jihadistes étrangers arrêtés sont présentés devant un juge du bureau du contre-terrorisme à Bagdad pour interrogatoire avant d'être déférés devant un tribunal anti-terroriste.

En juillet, la justice allemande avait annoncé l'arrestation à Mossoul d'une Allemande de 16 ans ayant rejoint l'EI. Des diplomates lui avaient rendu visite dans une prison dans la zone de l'aéroport de Bagdad, selon la presse.

La question du sort des jihadistes occidentaux capturés en Syrie et en Irak fait débat alors que certains d'entre eux ou leurs proches ont demandé à retourner dans leur pays d'origine après la défaite de l'EI.

Paris a estimé début janvier que les Français de la nébuleuse jihadiste capturés devaient être jugés sur place dès que les conditions le permettraient.

Le nombre total de personnes emprisonnées en Irak pour appartenance supposée à l'EI s'élève à 20.000, selon des chercheurs.

La loi antiterroriste en Irak permet d'inculper des personnes qui ne sont pas impliquées dans des actions violentes mais sont soupçonnées d'avoir aidé l'EI.

Les ONG ont accusé les forces de sécurité de "recourir à la torture pour obtenir des aveux".

Catégories: Actualités

Open d'Australie: l'aventure de Tennys Sandgren continue

lun, 01/22/2018 - 15:32

L'aventure de Tennys Sandgren se poursuit à l'Open d'Australie: après sa victoire sur l'Autrichien Dominic Thiem, 5e mondial, l'Américain, inconnu il y a encore dix jours, jouera les quarts de finale, dès sa première participation.

Sandgren n'est plus un espoir, à 26 ans. Il n'avait jamais gagné un match dans un tournoi du Grand Chelem avant d'arriver à l'Open d'Australie. Le dernier joueur à être allé aussi loin, à son coup d'essai à Melbourne, était le Français Nicolas Escudé en 1998.

Ses deux premières expériences dans le grand tableau s'étaient soldées par des défaites au premier tour l'an passé, à l'US Open et à Roland-Garros. C'était déjà un progrès par rapport à ses treize tentatives infructueuses de se hisser dans le grand tableau via les qualifications.

En une semaine, Sandgren, 97e mondial, a changé de statut grâce à ses deux victoires sur des top 10. Au deuxième tour, il s'était déjà offert le Suisse Stan Wawrinka (N.8), vainqueur de trois tournois majeurs mais un peu juste après six mois d'arrêt. Thiem, lui, était en pleine possession de ses moyens mais il a dû s'avouer vaincu par les 20 aces et les 63 coups gagnants de l'Américain.

"A un moment donné, j'aurais voulu qu'on me pince, pour que je me réveille (et que je vérifie que ce n'était pas un rêve). C'était vrai, heureusement", a souri Sandgren, vainqueur de Thiem en cinq sets 6-2, 4-6, 7-6 (7/4), 6-7 (7/9), 6-3.

"Les trois premiers matchs, c'était déjà beaucoup plus que j'espérais. Celle-ci, c'est ma plus belle victoire, celle pour laquelle je me suis le plus battu", a-t-il ajouté.

- Tennys, d'après son arrière-grand-père -

"Je sais que je suis assez bon pour faire des choses à ce jeu. C'est une confirmation. Je sais que je sers bien, et quand on peut tenir son service dans ce sport on peut rivaliser avec n'importe qui. Je bouge bien, je défends bien et ce qu'il y a de plus important c'est que je ne m'énerve pas trop, je suis capable de contrôler mes émotions", a expliqué le futur adversaire du Sud-Coréen Chung Hyeon, victorieux lundi du Serbe Novak Djokovic, ancien numéro 1 mondial.

S'il s'appelle Tennys, ce n'est pas parce que ses parents le destinaient particulièrement à ce sport, bien qu'étant joueurs eux-mêmes, ni parce qu'il vient de l?État du Tennessee. C'était tout simplement le nom de son arrière-grand-père. Ses amis le nomment "Sang" et lorsqu'il prend sa commande au café du coin, il préfère donner David comme prénom, pour éviter les questions.

Dernier Américain en course alors qu'il n'est que le dixième joueur de son pays au classement mondial, Sandgren a longtemps joué en universitaire aux États-Unis. Puis il a écumé les tournois Futures et Challengers (3e et 2e divisions de l'ATP) pour se frayer un chemin vers le grand circuit. Tout en continuant à prendre des cours de sciences de l'information, en ligne, avec l'université du Tennessee.

"Quand on joue au tennis, on a beaucoup de temps libre. Les jours où il n'y a pas de match, on ne peut pas être tout le temps à l'entraînement ou à la salle de gym. C'est bien de faire quelque chose de constructif", dit-il.

Catégories: Actualités

Exposition-hommage à Azzedine Alaïa, couturier à la mode éternelle

lun, 01/22/2018 - 15:26

Deux mois après le décès d'Azzedine Alaïa, une exposition-hommage s'ouvre lundi dans sa galerie du Marais à Paris, rassemblant une quarantaine de robes de haute couture, symboles de la cohérence du travail d'un créateur au-delà des modes.

A cette adresse où vivait et travaillait ce couturier atypique, disparu le 18 novembre à 82 ans, 41 robes telles des sculptures, sont disposées dans des cabines-écrins qui forment un collier de perles vu de haut.

"Azzedine était un vrai architecte de la couture. C'est l'hommage le plus beau qu'on pouvait lui faire de montrer son travail tout de suite", a déclaré à l'AFP son amie, l'éditrice Carla Sozzani.

Sous la verrière qui abritait les défilés de la maison, ces créations réalisées entre 1981 et 2017 sont exposées sans cartels explicatifs, pour renforcer le caractère intemporel du travail d'Azzedine Alaïa.

"Entre les pièces de 1981, celles de 1995 ou 2017, je défie quiconque de pouvoir trouver les dates", lance le commissaire de l'exposition, l'historien de la mode Olivier Saillard, ancien directeur du Palais Galliera qui avait organisé une rétrospective Alaïa en 2013.

Le visiteur doit se référer à un livret fourni à l'entrée pour découvrir la date de ces robes, qui semblent tout droit sorties de l'atelier.

La quasi totalité de la sélection est en noir et blanc: "Azzedine Alaïa disait qu'avec le noir on pouvait préciser davantage une idée et ne pas la diluer", explique le commissaire d'exposition.

Une façon de mettre en valeur le relief, la construction de ces robes sublimant le corps féminin. A l'image de sa personnalité discrète, la virtuosité de ce couturier franco-tunisien, qui avait étudié la sculpture aux Beaux-Arts de Tunis, n'est pas tape à l'oeil.

- Alaïa collectionneur -

"Comme Vionnet, Balenciaga, tous ceux qui savent coudre, couper, il était de plus en plus détaché d'une forme voyante de technique", souligne Olivier Saillard. Une "quête de l'invisible", qui s'illustre particulièrement sur une robe noire bustier de 1988, dont la silhouette évoque le trait vif d'un pinceau.

Les icônes sont là: une robe à capuche de 1986, dont une version a été portée par Grace Jones, une robe à bandelettes en maille stretch de 1990, une robe à zips de 1981, une autre au rouge incendiaire qui a habillé Rihanna. Des robes légères de mousseline évoquant la couture des années 1930. Des robes drapées comme des tuniques antiques. Mais aussi la robe portée par Naomi Campbell lors du dernier défilé haute couture présenté en juillet.

Autant de créations que l'association Azzedine Alaïa, sous la houlette du peintre Christoph von Weyhe, compagnon du couturier, et son amie Carla Sozzani, a la mission de préserver.

Azzedine Alaïa, qui conservait toutes ses robes, était aussi un collectionneur de mode hors pair, souligne Olivier Saillard.

Pendant 50 ans, il a acquis des robes de Vionnet, Madame Grès, Balenciaga, Charles James, et de créateurs contemporains comme Rei Kawakubo, Thierry Mugler, Jean Paul Gaultier, Junya Watanabe, Margiela, Nicolas Ghesquière chez Balenciaga.

Jamais montrées, ces créations ont vocation à être exposées par l'association. Une collection qui regroupe "des milliers de pièces", selon Olivier Saillard.

"C'est à l'échelle d'un musée de mode. Je ne connais pas d'autre créateur qui se soit passionné pour l'histoire de la mode comme cela", commente-t-il. "Tous les vêtements que nous, directeurs de musées, voulions acheter, on les ratait parce que M. Alaïa les prenait!"

Après la mort de son fondateur, la maison, propriété du groupe suisse Richemont, a annoncé qu'elle continuerait à présenter des collections, réalisées par le studio de création.

Azzedine Alaïa sera aussi célébré à Londres au Musée du design, du 10 mai au 7 octobre, où seront montrées une soixantaine de créations que le couturier lui-même avait sélectionnées.

Exposition "Je suis couturier", du 22 janvier au 10 juin. Galerie Azzedine Alaïa, 18 rue de la Verrerie, Paris.

Catégories: Actualités

Le 'crashed ice', ce nouveau sport complètement givré

lun, 01/22/2018 - 15:19

Ils dévalent à toute vitesse des pistes glacées et vallonnées sur des patins, au contact d'un public électrisé: le 'crashed ice', ou patinage de descente extrême, créé il y a 15 ans, a fait entrer les sports de glace dans une autre dimension.

A Saint-Paul, capitale du Minnesota située au coeur des Etats-Unis, c'est la fièvre du samedi soir. Une centaine d'athlètes, des hommes mais aussi des femmes tout aussi dingues, lancent la saison du tour mondial du Red Bull Crashed Ice, un pur produit de la marque de boisson énergisante.

D'un simple show en 2001 aux allures de promotion commerciale est né un sport d'un genre nouveau (le patinage de descente extrême ou ice cross downhill), qui met le feu sur la glace en milieu urbain.

Quatre athlètes s'élancent du haut d'une structure de 400 m de long en moyenne pour 3 à 8 m de large, et souvent, la course se joue à la bagarre, au coude à coude au propre comme au figuré. Une bagarre entre sportifs protégés comme des joueurs de hockey qui se joue à quelque 60 km/h durant 35 à 45 secondes, avec des chutes spectaculaires et des envolées aériennes qui font frémir.

"C'est en quelque sorte une compilation de tous les sports que j'aime et que j'ai pratiqués en grandissant. Il y a la vitesse évidemment, mais aussi sauter dans les airs. Et puis c'est très technique", raconte à l'AFP le double tenant du titre mondial, l'Américain Cameron Naasz, qui vit à quelques kilomètres de Saint-Paul.

- 'Course folle' -

"Ce qui est génial, c'est que c'est un tout qui rend l'événement très spectaculaire. Une course folle en pleine ville devant un monument historique (la cathédrale de St. Paul) et devant une centaine de milliers de personnes, c'est juste grandiose", poursuit-il.

Voilà sept ans que Saint-Paul accueille une étape du circuit. Jeux de lumières, musique, écrans géants: rien ne manque pour emballer un public déjà conquis par ce sport à rebondissements.

Massés tout le long de la piste, les spectateurs se collent à la structure pour encourager les patineurs en frappant leurs mains sur les plaques. Certains tentent même de taper la main des concurrents lancés à vive allure.

"La proximité du public rend l'atmosphère aussi intense. Il n'y a pas de sport où les spectateurs sont aussi proches même en pleine action. Ca donne une énergie spéciale aux athlètes, le public est en feu, ça donne une bonne alchimie. Mais la sécurité est la première chose qu'on a en tête. Dans les virages par exemple, on rehausse les protections", explique le directeur sportif du circuit, le Canadien Chris Papillon.

Au fil des ans, le patinage de descente extrême s'est densifié pour répondre aux attentes de plus en plus nombreuses des athlètes mais aussi des pays avides de sports à sensations.

Le circuit mondial a vu le jour en 2010 et des compétitions secondaires (les rider cups) se multiplient ces 3 dernières années dans le monde. Une fédération internationale (ATSX) a été créée en 2015 à Innsbruck: 3000 athlètes y sont recensés pour 40 nations représentées, avec l'arrivée cette saison d'un Brésilien. La Chine organisera une étape pour la première fois l'année prochaine, à Pékin ou à Shanghai.

- 'Hors de question !' -

Les accros de ce sport viennent pour la plupart du hockey-sur-glace. Il y a aussi des patineurs de short-track, des skieurs et mêmes des patineuses artistiques ! Tous raffolent des montées d'adrénaline. Il s'entraînent de plus en plus sérieusement, sur les patinoires mais aussi dans les skate-parks ou sur les pistes de roller. Certains sont des professionnels et s'en sortent surtout grâce aux sponsors (le prize money est léger: environ 2000 euros si on est un garçon et la moitié si on est une fille).

Mais la plupart ont une activité professionnelle. Physiothérapiste comme l'Autrichienne Alice Senz ou pompier comme le Canadien Scott Coxhall.

Quand elle n'est pas sur la piste, Jacqueline Legere, une Canadienne de 26 ans double tenante du titre, joue... les cascadeuses pour le cinéma !

"Quand j'ai dit à ma mère que je m'étais inscrite au crashed ice, elle m'a dit: "Hors de question!". Et maintenant elle est ma plus grande fan! C'est vrai que ça paraît dangereux et bien sûr ça peut l'être mais on s'entraîne pour ça", souligne ce tout petit gabarit.

Rien ne semble pouvoir arrêter ce nouveau sport, que le Comité international olympique a dans son viseur.

"Je suis sûr que ce sport à un grand avenir", se réjouit le président de l'ATSX, l'Autrichien Stefan Aufschnaiter. En 2001, avec son comparse Sigurd Meiche, c'est lui qui avait été à l'origine de l'apparition de la discipline.

Catégories: Actualités

Vietnam: l'apparatchik enlevé en Allemagne condamné à la prison à vie

lun, 01/22/2018 - 15:10

Un ancien apparatchik du régime communiste vietnamien, enlevé en Allemagne l'été dernier, a été condamné lundi par la justice vietnamienne à la prison à vie pour corruption, lors d'un procès largement médiatisé par les autorités.

Trinh Xuan Thanh, ex-cadre dirigeant du parti communiste qui a par ailleurs dirigé PetroVietnam Construction, un important groupe pétrolier public, a été condamné à "14 ans de prison pour mauvaise gestion et à la prison à vie pour détournement de fonds", d'après le site d'information officiel VNExpress.

Il sera de nouveau jugé à partir de mercredi lors d'un second procès pour d'autres détournements de fonds, des faits pour lesquels il risque la peine de mort.

Les juges ont estimé que Tranh avaient causé de "graves dommages à l'Etat" et que la punition devait servir d'avertissement pour les Vietnamiens qui "abusent de leur pouvoir et violent les lois sur la corruption".

A ses côtés sur le banc des accusés, l'ancien membre du Politburo Dinh La Thang a été condamné à 13 années de prison.

Le verdict est attendu dans la journée pour vingt autres anciens responsables de l'appareil d'Etat jugés dans ce procès, fermé à la presse étrangère et dont le gouvernement veut faire un symbole du combat contre la corruption des hauts fonctionnaires.

Trin Xuan Tanh avait été enlevé le 23 juillet par des hommes armés, dans un parc public de Berlin, d'après l'Allemagne, suscitant une crise diplomatique entre les deux pays.

Hanoi a toujours nié l'avoir fait kidnapper et affirme qu'il est rentré au Vietnam de son plein gré.

L'avocate de Trin Xuan Tanh, Petra Schlagenhauf, de nationalité allemande, n'a pas été autorisée à se rendre au Vietnam pour le procès. Elle a affirmé que la procédure ne respectait pas l'Etat de droit et appelé Berlin à continuer à faire pression pour que son client puisse revenir en Allemagne.

Une porte-parole du ministère des Affaires étrangères allemand, Maria Adebahra, a déclaré lundi qu'il était "trop tôt" pour évaluer le déroulement du procès mais a indiqué que l'Allemagne avait "pris acte" du fait que l'ancien apparatchik avait échappé à la peine de mort.

Avant de trouver asile en Allemagne, il menait un train de vie fastueux au Vietnam, comme de nombreux responsables du régime communiste. Mais en mai 2016, des photos de lui au volant d'une voiture de luxe portant des plaques gouvernementales l'avaient fait remarquer et mis en difficulté.

Les photos, sorties dans la presse locale, l'ont fait passer du statut d'apparatchik profitant discrètement des avantages de sa position à celui de symbole du haut fonctionnaire corrompu.

Or, le régime communiste mène ces dernières années une opération "mains propres" pour tenter de se défaire de sa réputation de corruption.

Thanh n'a rien d'un dissident, mais son rapt en pleine Europe avait attiré l'attention sur les méthodes du régime vietnamien, coutumier des disparitions et des tabassages d'opposants.

De nombreux blogueurs sont derrière les barreaux au Vietnam, condamnés pour propagande anti-étatique parce qu'ils ont osé critiquer la gestion de l'Etat et sa corruption.

Catégories: Actualités

Syrie: le régime accusé d'une nouvelle attaque chimique près de Damas (OSDH)

lun, 01/22/2018 - 15:00

Au moins 21 cas de suffocation, dont des enfants, ont été rapportés lundi en Syrie dans une ville de la Ghouta orientale, enclave rebelle assiégée à l'est de Damas, une ONG accusant le régime d'avoir mené une nouvelle attaque chimique.

Depuis le début de la guerre en Syrie en 2011, le pouvoir de Bachar al-Assad a été accusé à plusieurs reprises par des enquêteurs de l'ONU d'avoir eu recours au gaz de chlore ou au gaz sarin lors d'attaques chimiques parfois meurtrières.

"Après des tirs de roquettes menés par les forces du régime sur le secteur ouest de la ville de Douma, une fumée blanche s'est répandue, causant 21 cas de suffocation", a annoncé lundi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Dans un hôpital de Douma, des bébés emmitouflés dans des couvertures, portés par un grand frère ou un parent, respirent dans des masques à oxygène, certains en pleurs, a constaté un correspondant de l'AFP.

Des petites filles, des hommes, tous assis sur des lits d'hôpital, les larmes aux yeux, font la même chose, ne pouvant pas s'empêcher de tousser, selon la même source.

Six enfants et six femmes figurent parmi les blessés, selon l'OSDH.

"Des habitants et des sources médicales évoquent les effets du gaz de chlore, mais l'OSDH ne peut pas confirmer", a précisé à l'AFP le directeur de l'ONG, Rami Abdel Rahmane.

Les patients souffraient "d'irritations des voies respiratoires, de difficultés respiratoires, ils toussaient, avaient des rougissements aux yeux", selon le docteur Bassel, un responsable à l'hôpital de Douma où ils ont été transférés.

"On a constaté qu'ils sentaient comme une odeur d'eau de javel ou de chlore, on leur a enlevé leurs vêtements", a-t-il souligné.

Le 13 janvier, une attaque similaire avait déjà visé la périphérie de Douma, selon l'OSDH, qui rapportait "sept cas de suffocation".

Assiégés depuis 2013 par les forces du régime, les quelque 400.000 habitants de ce fief rebelle vivent déjà une grave crise humanitaire, alors qu'ils subissent au quotidien des pénuries de nourriture et de médicaments.

Déclenché en 2011 par la répression de manifestations pacifiques par le régime de Bachar al-Assad, le conflit en Syrie s'est complexifié au fil des ans avec l'implication de pays étrangers et de groupes jihadistes, sur un territoire de plus en plus morcelé.

Il a fait plus de 340.000 morts et des millions de déplacés et réfugiés.

Catégories: Actualités

Chypre-Nord: des manifestants caillassent un journal critiquant l'offensive turque en Syrie

lun, 01/22/2018 - 14:54

Des centaines de manifestants ont caillassé lundi à Nicosie-Nord les locaux d'un journal chypriote-turc qui avait critiqué l'offensive d'Ankara contre une milice kurde en Syrie, selon une journaliste de l'AFP.

Environ 500 personnes, certaines brandissant des drapeaux turcs, se sont rassemblées devant les locaux du journal Afrika et ont lancé des pierres, des oeufs et des bouteilles d'eau, brisant plusieurs vitres.

Un groupe de personnes a escaladé la façade de l'immeuble et arraché l'enseigne du journal, a constaté la journaliste de l'AFP, précisant que la police n'était pas intervenue contre les manifestants.

Ces violences surviennent alors que le journal Afrika, critique du président turc Recep Tayyip Erdogan, avait titré dimanche en Une: "Une nouvelle occupation par la Turquie".

Ankara a lancé samedi une vaste opération dans la région d'Afrine, dans le nord de la Syrie, multipliant les frappes aériennes et les bombardements à l'artillerie contre les positions des Unités de protection du peuple (YPG).

La Turquie accuse cette milice kurde d'être une "organisation terroriste", mais les Etats-Unis la soutiennent dans la lutte contre le groupe jihadiste Etat islamique (EI) dans le pays en guerre.

Chypre est divisée en deux depuis 1974 et l'invasion de la partie nord de l'île par l'armée turque en réaction à un putsch visant à rattacher l'île à la Grèce. La République turque de Chypre du Nord (RTCN) est uniquement reconnue par Ankara.

M. Erdogan avait vivement critiqué dimanche le journal Afrika, qualifiant d'"immorale" sa couverture de l'offensive turque.

"Ils disent que l'armée turque est en train de lancer une nouvelle occupation, après celle de Chypre. C'est immoral, c'est honteux!", avait tonné le président turc, appelant les habitants de Chypre-Nord à ne pas rester silencieux.

Catégories: Actualités

Le rugby ghanéen rêve de jouer dans la cour des grands

lun, 01/22/2018 - 14:40

Certaines portent le hijab, d'autres courent pieds nus sur un terrain de fortune, dont les lignes de but ont été tracées au charbon. Des conditions loin d'être optimales, mais les 14 joueuses rêvent d'être les futures stars du rugby ghanéen.

Rafatu Inusah fut l'une des premières femmes de ce pays d'Afrique de l'Ouest à se mettre au rugby en 2009. Elle est désormais entraîneuse et surveille les progrès de ses protégés, garçons et filles, dans cette école en banlieue d'Accra.

Elle est chargée de populariser ce sport pour la fédération nationale et d'aider à mettre en place le programme "Mets-toi au rugby" lancé par World Rugby, l'organe suprême du rugby mondial.

Le Ghana, qui compte seulement 13 clubs membres de la Ghana Rugby Football Union (GRFU), s'est fixé pour objectif la création de 120 écoles mixtes de rugby avec quelque 1.500 joueurs d'ici 2020.

"J'ai décidé d'aller d'abord dans les écoles islamiques afin de changer leur perception", raconte la jeune femme de 28 ans, qui porte elle-même le hijab.

"Ils pensent que le rugby n'est pas pour les filles. Mais ce sport est pour tout le monde - et ce, que l'on soit chrétien, musulman, hindou. Tout le monde peut jouer au rugby."

Maimuna Dawda a longtemps regardé des matches derrière son poste de télévision avant de toucher un ballon ovale pour la première fois en 2016. Aujourd'hui, l'adolescente de 14 ans joue trois matches par semaine.

"Je veux jouer dans une équipe nationale et être la meilleure joueuse de rugby du Ghana", explique-t-elle fièrement à l'AFP en marge d'un tournoi inter-écoles de rugby à VII.

Reste encore à mettre sur pied une telle équipe féminine nationale.

- 'Les Aigles du Ghana' -

Son pendant masculin existe depuis 2003, "les Aigles du Ghana", qui se sont qualifiés pour le Tournoi Coupe d'Afrique de rugby à VII en octobre à Kampala, la capitale de l'Ouganda. Et même s'ils n'ont décroché que la 9e place sur 10, grâce aux entraînements menés dans les écoles, les joueurs ghanéens rêvent de jeux Olympiques et de Coupe du monde, en particulier pour le rugby à VII.

Selon World Rugby, il y avait environ 8,5 millions joueurs inscrits et non-inscrits dans 121 pays à travers le monde en 2016, mais la moitié d'entre eux se concentrent dans seulement neuf pays (ceux des "Six Nations", soient Angleterre, Ecosse, Pays de Galles, Irlande, France et Italie, ainsi qu'en Afrique du Sud, en Australie et en Nouvelle-Zélande).

L'Afrique, avec ses 770.000 joueurs, est en première ligne de l'effort mondial pour développer le rugby et en 2016, près de 400.000 jeunes ont participé à des programmes d'initiation.

L'Afrique du Sud, géant historique du ballon ovale, et le Kenya -notamment réputé pour le rugby à VII- restent les leaders sur le continent.

- 'Tenter l'impossible' -

Mais le président de la fédération ghanéenne GRFU, Herbert Mensah, est convaincu que le Ghana - surtout connu pour les exploits de ses footballeurs internationaux, les Black Stars - a tous les atouts pour devenir un compétiteur sérieux.

Il concède toutefois que son travail revient parfois à "tenter l'impossible". Il faut déjà démocratiser le rugby dans son pays, en en faisant un sport aussi inclusif et accessible que possible. "Si on peut jouer au football partout, on peut jouer au rugby aussi dans la rue", lance-t-il.

Herbert Mensah a parcouru le pays à la recherche de nouveaux talents pour modeler les Aigles du Ghana. L'équipe a d'ailleurs sa propre version du haka, le rituel guerrier maori chanté et dansé par les All Blacks néo-zélandais avant les matchs internationaux pour impressionner les adversaires.

"Avec cette nouvelle équipe, et en partant de zéro, nous avons remporté le tournoi d'Afrique de l'Ouest en 2017.

Le manque de moyens est toutefois un lourd frein à l'expansion du sport, et le président de la GRFU doit souvent puiser dans ses économies personnelles pour payer les factures médicales ou le logement de l'équipe, et donner de son temps libre pour aller démarcher des sponsors, encore réticents.

"Maintenant nous devons former un nouveau groupe de joueurs prometteurs, qui ont aujourd'hui 10, 11, 12 ans et qui auront appris à jouer dès le plus jeune âge", explique M. Mensah.

Il se donne quelques années pour y arriver.

Catégories: Actualités

Transfert: "Lass" Diarra, tout proche du PSG

lun, 01/22/2018 - 14:38

Capuche sur la tête avant de s'engouffrer dans un van noir, il a été filmé sortant de l'hôpital américain après sa visite médicale ce lundi: Lassana Diarra, talent phénoménal mais carrière sinusoïdale, est tout proche de rejoindre le Paris SG, selon plusieurs médias.

Ces images du site du Parisien confortent les dernières informations de RMC et L'Equipe, qui avancent un futur contrat de 18 mois. 'Lass' ne va sans doute pas faire grimper sa cote de popularité à Marseille. Son histoire avec l'OM s'était déjà très mal terminée, par des bordées d'injures et de sifflets et un contrat résilié "d'un commun accord", pour le plus grand soulagement, apparemment, du club, de ses supporters, du joueur.

Le Parisien de 32 ans --il a grandi à Belleville, dans le XXe arrondissement-- avait pourtant largement le niveau pour être adulé à Marseille, que ce soit avant ou après le rachat du club par l'homme d'affaires américain Frank McCourt.

Hargneux au pressing, technique dans la conservation de balle, brillant dans la construction, l'ancien de Chelsea (2005-07) et du Real Madrid (2009-12) avait ébloui le Vélodrome à ses débuts, au sein d'un collectif brinquebalant où il était l'un des seuls à surnager.

Mais l'histoire d'amour a mal fini à Marseille. Il y a eu le clash avec le président Vincent Labrune au sujet d'une clause contractuelle lui permettant de quitter Marseille sans indemnité de transfert, alors que l'état-major phocéen prétendait être récompensé de lui avoir donné une chance de se relancer.

Et l'actualité davantage judiciaire que sportive, 'Lass' ayant écopé d'une amende de 10 millions d'euros pour avoir rompu son contrat avec son ancien club, le Lokomotiv Moscou (2013-14), où il avait échoué après une pige lucrative au pied du Caucase, à l'Anji Makhatchkala (2012-13).

- Remplacer Motta -

L'international français, 34 sélections au compteur mais une Coupe du Monde 2010 manquée pour cause de "drépanocytose ou anémie falciforme" (maladie du sang), s'était finalement engagé en mai dernier avec Al Jazira, aux Emirats arabes unis. Avant de se libérer de ce contrat fin décembre "par consentement mutuel".

Ce n'est pas la première fois que le PSG tente d'enrôler le milieu défensif. Il avait déjà discuté avec Diarra lors du mercato 2016, mais les prétentions salariales de celui qui jouait alors à l'OM avait refroidi Paris.

Cette fois, Paris n'a plus tellement le choix: il a besoin d'un N.6 d'expérience pour pallier une éventuelle absence de Thiago Motta lors des deux matches contre le Real Madrid, en février puis mars en huitièmes de finale de la Ligue des champions.

Or, les contraintes sont doubles pour ce PSG entravé par la possibilité de sanctions de la part de l'UEFA concernant son mercato XXL cet été. Il lui faut dénicher un joueur ayant le niveau Ligue des champions, pas trop onéreux en indemnité de transfert. Et trouver une perle rare n'ayant pas disputé la compétition cette saison, car les règlements UEFA interdisent de la jouer avec deux clubs différents.

A cette aune, Diarra remplit tous les critères, et RMC Sport rappelle que les Parisiens Marco Verratti et Thiago Motta ont été épatés par le niveau du joueur formé au Havre lors de leurs confrontations sous les maillots parisiens et marseillais.

Catégories: Actualités

Paris SG: petite déroute et gros doutes

lun, 01/22/2018 - 14:20

Des latéraux coupables, une sentinelle qui manque, une mégastar qui rime avec dépendance et polémiques: le Paris SG prend froid cet hiver, avec une 3e défaite depuis décembre, alors que le choc contre le Real Madrid en Ligue des champions approche.

. Neymaro-dépendance?

Le PSG a donc concédé sa troisième défaite de la saison dimanche à Lyon (2-1), toutes compétitions confondues, après celles en L1 le 2 décembre à Strasbourg (2-1) et en C1 à Munich contre le Bayern (3-1) le 5 décembre.

Faut-il s'inquiéter? "Il faut rester mesuré sur cette défaite", commente auprès de l'AFP Alain Roche, consultant de Canal+. "Quand vous prenez un but d'entrée, que Neymar n'est pas là, que Mbappé s'en va (sorti sur blessure) et qu'il y a une expulsion (Alves), bien sûr que c'est plus difficile d'approcher la surface adverse", relativise l'ancien joueur et dirigeant du PSG.

Y aurait-il une Neymar-dépendance? A Strasbourg et à Munich, le Brésilien était présent. Pas à Lyon, en raison d'une "douleur à la cuisse droite", selon le club.

. Penaltygate, encore et toujours

Pour L'Equipe, le joueur est également touché moralement après les sifflets contre Dijon mercredi dernier, pour ne pas avoir laissé un penalty à Edinson Cavani (qui lui aurait permis de battre le record de buts de Zlatan Ibrahimovic).

"Mets ton casque (sur les oreilles) et n'oublie pas d'être heureux", a réagi le père de Neymar. Ce nouvel épisode du penaltygate entre "Edi" et "Ney" a été qualifié de "petite chose" par Marquinhos sur Canal+. "Il ne faut pas que (ce qu'en disent la presse et les supporters) nous énerve, surtout, sinon (...) ça va nous embêter dans le vestiaire", ajoute le défenseur brésilien. Et de conclure au sujet de Neymar: "C'est quelqu'un qui est très facile à gérer et très facile à vivre".

. Latéraux, gros problème

Au-delà du cas Neymar, il y a un point noir récurrent: "Les latéraux" comme le pointe Alain Roche. "Dani Alves avait bien démarré la saison mais il est moins bien en ce moment (exclu à Lyon pour un geste d'énervement). Il est en difficulté défensivement quand il fait face à des attaquants virevoltants".

"Pour Layvin Kurzawa, il fait un match plutôt correct jusqu'à cette relance malheureuse. C'est dur pour lui car je trouve qu'on lui tombe parfois dessus de manière injuste", poursuit Roche. Kurzawa a inscrit le but de l'égalisation à Lyon, avant sa relance ratée, dans l'axe, qui permet à Memphis Depay de marquer le but du 2-1. Le débat sur son niveau en défense est permanent cet hiver.

. "Lass" Diarra pour remplacer Motta?

Roche diagnostique aussi une autre faiblesse du PSG: "La maîtrise du ballon est là, mais Paris a peut-être été un peu moins bien dans la récupération. Est-ce dû à l'absence de vraie sentinelle (avec la blessure de Thiago Motta) ? Il manque un joueur comme Casemiro au Real ou même Ndombele à Lyon".

Lassana Diarra, 32 ans, a passé sa visite médicale lundi, à l'hôpital américain de Neuilly, selon des images du journal Le Parisien. L'ancien joueur de Chelsea, du Real Madrid ou encore de Marseille, qui évoluait récemment aux Emirats arabes unis, peut-il être la solution miracle? Son âge et sa forme font naître bien des interrogations.

. Le Real est de retour

Dans le même temps, le Real a crevé l'écran dimanche en pulvérisant la Corogne (7-1) après un hiver déprimant. L'équipe de Zinédine Zidane relève enfin la tête alors que le PSG viendra à Santiago-Bernabeu le 14 février pour "LE" choc des 8es de finale de la Ligue des champions (retour à Paris le 6 mars).

"Madrid redevient Madrid", titre Marca en Espagne. Le trio "BBC" (Benzema-Bale-Cristiano), qui n'avait plus été aligné ensemble depuis neuf mois, a fait des étincelles, avec notamment un doublé du Gallois et un de Ronaldo.

Le quotidien As a salué un festival "thérapeutique" pour le Real, qui "confirme" que Zidane "pense jouer" avec ce trio "contre le PSG".

La presse espagnole dit aussi que Neymar va aller au Real... "Je pense qu'ils veulent nous embêter un petit peu, ils veulent créer une petite confusion dans sa tête (...) ce n'est pas vrai", a répliqué Marquinhos.

Catégories: Actualités

XV de France: Parra incertain contre l'Irlande

lun, 01/22/2018 - 14:14

Le demi de mêlée Morgan Parra, rappelé au sein du XV de France plus de deux ans après sa dernière sélection, est incertain pour le premier match du Tournoi des six nations contre l'Irlande le 3 février, touché au genou gauche, a indiqué lundi le sélectionneur des Bleus, Jacques Brunel.

"On va voir s?il est rétabli et on prendra une décision. On va voir dans quel état il est mais c?est vrai qu?il a eu un petit souci ce week-end. Est ce que cela m?inquiète? Oui, j'espère que tous les joueurs que nous avons retenus pourront débuter l?aventure" a déclaré à RMC Sport Brunel, nommé le 27 décembre en remplacement de Guy Novès.

Parra (29 ans, 68 sél.), fortement pressenti pour démarrer face aux Irlandais, a reçu un coup au genou gauche samedi avec Clermont en Coupe d'Europe contre les Ospreys (24-7). Un simple "bobo", avait déclaré après le match le directeur sportif de l'ASM, Franck Azéma.

Ausculté par le médecin de Clermont à la 8e minute, le demi de mêlée, dont la dernière sélection remonte au quart de finale de la Coupe du monde 2015 face à la Nouvelle-Zélande (13-62), n'est sorti qu'à la 75e, remplacé par Greig Laidlaw.

Il doit être de nouveau examiné lundi après-midi, par l'encadrement médical des Bleus, qui verra également les 31 autres joueurs retenus pour préparer ce premier match de l'ère Brunel.

Le groupe est rassemblé depuis 12h00 au Centre national du rugby (CNR) de Marcoussis, où Brunel et ses adjoints, Julien Bonnaire (touche), Sébastien Bruno (mêlée) et Jean-Baptiste Elissalde (arrières), ont commencé à travailler samedi matin.

Le premier entraînement est prévu mardi après-midi. Deux séances sont programmées mercredi et vendredi, une samedi, et aucune jeudi et dimanche, jours de repos.

La composition de l'équipe retenue pour affronter l'Irlande sera annoncée jeudi 1er février à 9h30.

Catégories: Actualités

Le zoo de Thoiry va accueillir un nouveau rhinocéros un an après la mort de Vince

lun, 01/22/2018 - 14:00

Le zoo de Thoiry (Yvelines), dont le rhinocéros Vince avait été abattu par des braconniers il y a bientôt un an pour lui dérober sa corne, va accueillir un nouveau rhinocéros blanc jeudi, a annoncé le zoo dans un communiqué.

Unesco, né le 11 mars 2015 au safari de Peaugres en Ardèche, va être séparé de ses parents "mais reste dans la même +grande famille+ puisque le safari de Peaugres fait partie du groupe Thoiry", précise le zoo.

L'animal va rejoindre Bruno, 5 ans, et Gracie, 37 ans, "les deux autres rhinocéros blancs du parc" de Thoiry. Les transferts d'animaux entre parcs zoologiques sont réguliers, afin de maintenir "un brassage génétique maximal".

Peaugres est l'un des rares centres d'élevage de rhinocéros blanc en Europe et Unesco est le deuxième animal à y naître en 5 ans après Goliath, en 2012. "Ces deux naissances sont exceptionnelles et représentent un réel espoir pour la conservation de l'espèce", ajoute le communiqué.

Le rhinocéros blanc, originaire d'Afrique du Sud, a failli disparaître au 19e siècle et est une sous-espèce extrêmement menacée par le braconnage.

Le 7 mars dernier, les soigneurs du zoo de Thoiry avaient découvert la dépouille de Vince, rhinocéros mâle de 4 ans, abattu de trois balles dans la tête et dont la corne principale, "longue de 20 cm", avait été sciée.

Cette découverte, inédite dans un zoo européen d'après les responsables du vaste parc animalier, avait provoqué un fort émoi et fait réagir la ministre de l'Ecologie de l'époque, Ségolène Royal. Cette dernière avait réitéré sa demande "d'interdire tout commerce d'ivoire d'éléphant et de corne de rhinocéros au niveau européen, comme c?est déjà le cas en France".

L'enquête, confiée à la gendarmerie des Yvelines, n'a jusqu'ici identifié aucun suspect. La valeur marchande de la corne de Vince a été estimée à entre "30.000 et 40.000 euros" par les enquêteurs.

Catégories: Actualités

Catalogne: le juge espagnol refuse de lancer un mandat d'arrêt européen contre Puigdemont

lun, 01/22/2018 - 13:58

Le juge espagnol en charge de l'enquête sur l'indépendantiste catalan Carles Puigdemont a refusé lundi de lancer un mandat d'arrêt européen à son encontre comme le souhaitait le parquet, a annoncé la Cour suprême dans un communiqué.

Le juge estime que le déplacement lundi, de la Belgique au Danemark, de M. Puigdemont, a justement pour but de "provoquer cette arrestation à l'étranger", dans le cadre d'une stratégie visant à se doter d'arguments pour être investi en son absence président de la Catalogne.

Catégories: Actualités

Philippot conduira la liste des Patriotes aux européennes

lun, 01/22/2018 - 13:55

Le président des Patriotes et ancien numéro deux du FN, Florian Philippot, a affirmé lundi qu'il conduirait la liste de son mouvement aux élections européennes et souhaitait que la présidente du FN Marine Le Pen fasse de même.

Interrogé sur RMC et BFMTV pour savoir s'il allait conduire la liste des Patriotes aux élections européennes de 2019, M. Philippot a répondu: "si mon mouvement me fait confiance, bien sûr".

Le député européen, qui veut sortir la France de l'Union européenne (Frexit), a souhaité "avoir un débat" avec Marine Le Pen, qu'il a conseillée pendant toute la campagne présidentielle, pour "comprendre pourquoi (au FN) ils ont renoncé à la souveraineté nationale".

"Je sais que le FN hésite sur sa tête de liste. Moi j'ai dit à Marine Le Pen de ne pas se défiler, d'y aller. Parce que moi, (...) j'aimerais bien avoir ce débat avec elle, parce que je voudrais comprendre pourquoi ils ont renoncé à la souveraineté nationale, pourquoi ils ont renoncé au Frexit", a-t-il dit.

Marine Le Pen a proposé pendant la présidentielle de sortir la France de l'euro, une idée soutenue par M. Philippot mais qui n'a pas convaincu les électeurs et a divisé le FN. La direction du FN soutient désormais que la sortie de l'euro n'est plus prioritaire, mais vient après la souveraineté territoriale (récupération des frontières) et législative.

Evoquant des propos sur la BBC dimanche du président Emmanuel Macron, pour qui la France aurait voté "probablement" en faveur d'une sortie de l'UE si elle avait organisé un référendum comme celui de juin 2016 au Royaume-Uni, M. Philippot a suggéré que M. Macron "vérifie son intuition par référendum". "Le sujet est trop grave. Il en va de notre liberté et de notre démocratie".

Catégories: Actualités

Alliot-Marie dénonce la "critique systématique" envers Wauquiez

lun, 01/22/2018 - 13:52

L'ancienne ministre Michèle Alliot-Marie en a "un peu ras-le-bol du dénigrement et de la critique systématique" envers Laurent Wauquiez, jugeant qu'il faut "laisser du temps" au nouveau président des Républicains (LR), et charge Alain Juppé et son manque d'"élégance".

"J'en ai un peu ras-le-bol du dénigrement et de la critique systématique! Laurent est juste dans le collimateur de certaines ambitions personnelles qui n'acceptent pas qu'il ait gagné avec 74% des voix! Il faut respecter ce choix démocratique", juge Mme Alliot-Marie dans un entretien au Parisien.

"Il faut lui laisser du temps. Il faudra juger sur ce qu'il va concrètement faire dans les prochains mois. Je suis persuadée qu'il a les capacités, la volonté et l'énergie de fédérer les envies et répondre aux interrogations du moment", poursuit-elle.

Xavier Bertrand qui quitte LR, Alain Juppé qui ne renouvelle pas sa cotisation? "Avec ces garçons, j'ai toujours l'impression que c'est le retour à la cour d'école maternelle: puisque c'est pas moi le chef, alors je m'en vais", raille-t-elle.

Sur M. Juppé, "venant de celui qui a imposé la primaire pour y participer? quelle élégance ! Et je ne parle même pas du manque de classe vis-à-vis du militant qui est au smic, ou de celui qui a une petite retraite et qui, lui, fait l'effort de payer la sienne (sa cotisation, ndlr)", charge la députée européenne.

"Le début de l'année, c'est l'heure des inventaires qui permettent de redémarrer sur des bases claires. C'est aussi l'époque des soldes. Et au final, les soldes, c'est quoi? Vendre pour pas cher ce qui était à la mode les années passées? Mais à la différence qu'en politique, les Français ne sont pas fans du vintage".

"Qu'il y ait des débats internes, c'est normal. Mais si c'est pour saper l'unité du mouvement, c'est très dangereux", a-t-elle également averti, interrogée sur Valérie Pécresse ou Jean-François Copé.

Pour l'ancienne ministre, "la création de l'UMP (en 2002), ça a été l'erreur originelle" à droite, "tout comme l'organisation d'une primaire a été une ânerie". En 2002, "j?étais (alors) partisane de créer une fédération des partis existants (...). C'est un autre choix qui a été fait, sous la pression de certains, comme Alain Juppé ou Jean-Pierre Raffarin".

Catégories: Actualités

Liberia : la star du football George Weah prête serment comme président

lun, 01/22/2018 - 13:48
La star planétaire du football George Weah a prêté serment comme président du Liberia devant des milliers de partisans réunis dans le plus grand stade de Monrovia. Il s'agit de la première transition démocratique dans ce pays depuis 1944.
Catégories: Actualités

Le PS valide les modalités d'organisation du Congrès

lun, 01/22/2018 - 13:41

Les adhérents du Parti Socialiste ont validé les modalités d'organisation du Congrès des 7 et 8 avril à Aubervilliers, a annoncé le PS dans un communiqué.

"La Direction collégiale salue unanimement ce résultat et réaffirme son engagement à remplir la triple mission qui lui a été confiée: enclencher le processus de refondation, assurer collectivement la transition, tout mettre en ?uvre pour la réussite du congrès d?Aubervilliers", précise le Parti socialiste dans ce communiqué.

Les modifications approuvées jeudi par le vote des militants seront entérinées samedi 27 janvier, en marge du Conseil national.

Selon des résultats encore partiels (93 fédérations sur 103, 20.896 votants, soit 23,34% de participation), à la question "Es-tu favorable à une modification de nos statuts concernant les règles de ce congrès uniquement?", 67,37% des militants ont répondu par l'affirmative.

"L'intégralité des mesures proposées ont été validées, qu'il s'agisse de la suppression des contributions générales, du cadrage des textes d'orientation par des thématiques et un nombre de signes limités à 50.000, le nombre de parrainages nécessaires pour déposer une motion ou encore le calendrier général jusqu'au Congrès", s'est réjouie la direction du parti.

La députée des Deux-Sèvres et candidate au poste de Premier secrétaire, Delphine Batho, a assigné vendredi en référé son propre parti auprès du tribunal de grande instance de Paris, fustigeant "un coup d'Etat statutaire"auprès de l'AFP. Invitée lundi sur France Inter, l'ancienne ministre de l'Ecologie a affirmé "ne rien lâcher" et vouloir "aller jusqu'au bout".

Le TGI de Paris a déjà débouté mercredi la requête semblable de Philippe Sopena, militant socialiste, de rejeter les modalités d'organisation du Congrès proposées en Conseil National le 9 décembre.

Catégories: Actualités

George Weah a prêté serment comme président du Liberia

lun, 01/22/2018 - 13:40

La légende du football George Weah a prêté serment lundi comme président du Liberia devant des milliers de partisans en liesse, première passation de pouvoirs entre deux présidents élus dans ce pays depuis 1944.

George Weah a prêté serment à la mi-journée devant le président de la Cour suprême Francis Korpor, dans le plus grand stade de la capitale Monrovia, rempli à craquer, ont constaté des journalistes de l'AFP. Il succède à Ellen Johnson Sirleaf, première femme élue chef d'Etat en Afrique en 2005.

Catégories: Actualités

Yémen: neuf morts, dont un journaliste, dans un bombardement rebelle

lun, 01/22/2018 - 13:29

Des roquettes tirées par des rebelles Houthis ont tué lundi neuf personnes, dont un journaliste, une femme et un enfant, dans la province de Taëz, au sud-ouest du Yémen, a déclaré un responsable gouvernemental.

Un barrage de six roquettes s'est abattu lors de l'inauguration d'un complexe de sécurité, tuant quatre soldats en plus de cinq civils, a dit ce responsable à l'AFP.

Les roquettes sont tombées sur la localité de Nashma, près de la ville de Taëz, dans la province du même nom.

Etaient présents le vice-ministre de l'Intérieur du gouvernement du Yémen internationalement reconnu, ainsi que des dizaines de résidents locaux.

La chaîne de télévision yéménite Belqees TV a confirmé la mort de son cameraman Mohammed al-Qudsi dans un communiqué sur son site web. Elle a dénoncé "le bombardement des Houthis".

Taëz, troisième ville du Yémen, est en grande partie contrôlée par des forces anti-Houthis, mais de nombreux secteurs dans les environs restent aux mains des rebelles.

Le Yémen est en guerre depuis plus de trois ans.

Le gouvernement a été chassé en septembre 2014 de la capitale Sanaa par les Houthis, soutenus par l'Iran, ce qui a entraîné en mars 2015 l'intervention d'une coalition sous commandement saoudien.

Cette intervention n'a pas permis à ce jour aux forces loyalistes de reconquérir de vastes territoires toujours contrôlés par les rebelles.

La guerre a fait plus de 9.200 morts et près de 53.000 blessés depuis mars 2015. Selon l'ONU, le Yémen est le théâtre de "la pire crise humanitaire du monde".

Catégories: Actualités

LR reproche à Belloubet de "ne pas prendre la mesure" de la "détresse" des gardiens de prison

lun, 01/22/2018 - 13:20

Les Républicains (LR) se sont dits lundi "solidaires du mouvement des gardiens de prison", reprochant à la garde des Sceaux Nicole Belloubet de ne "pas prendre la mesure" de leur "détresse", sur fond d?agressions dans les établissements carcéraux.

Des dizaines de prisons partout en France sont bloquées lundi matin à l'appel des syndicats avant une rencontre prévue à partir de 13H00 avec la ministre de la Justice pour reprendre les discussions sur leurs revendications salariales et sécuritaires.

"Nous sommes naturellement solidaires du mouvement des gardiens de prison. Ils expriment une détresse et un désarroi que nous devons entendre et auquel nous devons apporter des réponses rapides", a déclaré lundi l?une des porte-parole de LR, Lydia Guirous.

"Nicole Belloubet ne semble pas prendre la mesure de cette détresse et de cette urgence qu?ils expriment. Les réponses qui ont été apportées jusqu?à maintenant semblent en deçà des enjeux. L?administration pénitentiaire est pour le moment toujours le parent pauvre de la justice", a-t-elle poursuivi.

L'Ufap-Unsa et la CGT-Pénitentiaire ont participé à des négociations avec le gouvernement, mais ont refusé samedi de signer le "projet d'accord" qui en est sorti. L'Ufap-Unsa et la CGT estiment que le "projet d'accord" est "bien en deçà des attentes des collègues mobilisés" notamment concernant les indemnités et le statut des 28.000 surveillants. Ils jugent aussi insuffisante la proposition de 1.100 créations de postes sur quatre ans.

"Nous demandons le rétablissement des peines plancher, nous avons lancé une pétition pour que les peines plancher soient rétablies pour toute agression contre une personne détentrice de l?autorité publique, la police, les gendarmes, les gardiens de prison mais également les pompiers", a rappelé Lydia Guirous.

"Nous demandons également que le plan de construction de places de prisons soit relancé. Il avait été freiné durant le quinquennat de François Hollande. Emmanuel Macron et son gouvernement ne semblent pas non plus prêts à relancer un plan ambitieux de construction de places de prison", a-t-elle développé.

"Plus de places de prison, c?est permettre à ce que la surpopulation carcérale diminue, des meilleures conditions de travail pour les gardiens de prison, avec un meilleur équipement, et également pouvoir dédier des ailes dans les prisons pour les détenus radicalisés, car le problème aujourd?hui, comme dans l?ensemble de la société française, c?est la montée en puissance de la violence liée à l?islamisme radical", a conclu Mme Guirous.

Catégories: Actualités

Pages