France 24 - L'info en continu

S'abonner à flux France 24 - L'info en continu France 24 - L'info en continu
Mis à jour : il y a 45 min 24 sec

Après le mariage princier, Serena Williams s'entraîne à Roland-Garros

dim, 05/20/2018 - 19:35

Serena Williams, dont la participation à Roland-Garros (27 mai - 10 juin) semblait incertaine, s'est entraînée dimanche sur le court central Philippe-Chatrier après avoir assisté, samedi en Angleterre, aux noces du Prince Harry et de Meghan Markle.

Les organisateurs de Roland-Garros ont publié sur les réseaux sociaux une vidéo de 4 min 40 de l'ancienne N.1 mondiale (aujourd'hui 454e) exécutant une série de coups droit et de revers du fond de court, sous la supervision de son entraîneur, le Français Patrick Mouratoglou.

La cadette des s?urs Williams, 36 ans, qui a donné naissance à son premier enfant, une petite fille, en septembre dernier, n'est plus apparue en compétition depuis fin mars et sa défaite dès le premier tour à Miami face à la jeune Japonaise Naomi Osaka.

La joueuse aux 23 titres du Grand Chelem avait effectué son retour sur le circuit deux semaines plus tôt, à Indian Wells (Californie). Elle s'y était inclinée au troisième tour face à sa s?ur aînée Venus.

Catégories: Actualités

Greffe de trachée: réussite française après le fiasco tragique d'un chirurgien italien

dim, 05/20/2018 - 19:00

Reconstruire une trachée: là où avait échoué un chirurgien italien dont les interventions manquées resteront l'un des scandales de l'histoire de la discipline, un autre, français, a réussi avec une technique différente.

Présentée dimanche au congrès de la Société américaine à San Diego (États-Unis), cette avancée des techniques de greffe a permis de guérir des patients qui vivaient avec une trachéotomie.

"Les organes artificiels (...) c'est vraiment ce qui va révolutionner la médecine", dit le Pr Emmanuel Martinod, de l'hôpital Avicenne (Assistance publique-Hôpitaux de Paris).

Son choix a été de transformer par "l'ingénierie tissulaire" des aortes, plus grand canal sanguin du corps humain, en trachées, un conduit du système respiratoire.

Les aortes avaient été prélevées sur des donneurs décédés, et cryogénisées (conservées à -80°C). Leur tissu a été greffé, en plus d'un "stent" (tuteur vasculaire), à la place d'une trachée préalablement retirée.

"On est allé de surprise en surprise, puisque dans un premier temps on a vu une régénération d'épithélium, qui est la couche la plus superficielle", décrit le Pr Martinod.

"Et ensuite, ça, ç'a été la plus grosse surprise: (...) l'aorte s'est transformée en trachée", se mettant d'elle-même à assurer les fonctions respiratoires. "Ce n'est pas de la magie" mais "personne ne croyait vraiment à tout ça", ajoute-t-il.

- "Magnifique corps humain" -

Éric Volery, 40 ans, peut témoigner de la prouesse, lui qui a été greffé en 2011.

Il faisait partie de ces patients dits en "impasse thérapeutique". Atteint d'une sténose trachéale qui l'étouffait, il avait subi des opérations en vain, le laissant sans autre perspective que de respirer pour le restant de ses jours avec un trou sous la gorge.

"J'étais en arrêt-maladie. Je pouvais parler seulement en mettant le doigt sur la trachée", donc en apnée, se souvient-il. "Un médecin, renommé, de l'hôpital Nord [à Marseille] m'a dit, et ça m'a marqué: 'les amours et le travail, c'est fini Monsieur'".

Il avait tort. Éric Volery, lors de quatre ans de ce qu'il appelle "maintenance", a vu cette nouvelle trachée se régénérer d'elle-même. Et comme les autres patients, il a pu se faire enlever le stent. Il est en parfaite santé, appréciant par exemple de "courir 45 ou 50 minutes".

"Aujourd'hui la communauté scientifique pense qu'au lieu d'utiliser un bioréacteur externe [dispositif qui recrée des conditions biologiques], de faire tout en dehors du corps humain, il faut utiliser ce magnifique corps, qui est capable de réparer lui-même", relève le Pr Martinaud.

- Jury du Nobel -

Objet du scandale, la technique controversée du Pr Macchiarini consistait à cultiver "ex vivo", en laboratoire, une trachée plastique "colonisée" par des cellules souches du patient. Mais sept des huit patients opérés entre 2011 et 2014 par ce chirurgien sont morts. La trace du huitième a été perdue.

La révélation de fraudes dans la présentation de ses résultats a été catastrophique pour la réputation de l'Institut Karolinska de Stockholm, son employeur de 2010 à 2016. Pour préserver du scandale le jury du prix Nobel, abrité par cet institut, des responsables ont démissionné en admettant leur manque de vigilance ou leur inertie.

L'équipe parisienne se prévaut aujourd'hui de la transparence dans sa présentation, publiée dimanche dans la revue médicale américaine JAMA. Elle a attendu longtemps pour présenter les résultats d'opérations effectuées en 2009 et 2017.

Sur 20 patients sélectionnés, atteints de cancer ou d'autres maladies, sept ont finalement bénéficié d'un traitement plus classique, sans greffe d'aorte.

Sur les 13 autres, cinq se sont vu reconstruire une trachée, sept des bronches souches (les plus proches de la trachée), et le dernier une carène trachéale (bifurcation entre bronches gauche et droite). A chaque fois à partir d'une aorte.

"La mortalité à 90 jours a été de 5%. Il n'y a eu aucune complication grave liée au greffon ou au stent (...) La grande majorité des patients respire aujourd'hui à l'aide du greffon qui s'est transformé", résume l'AP-HP.

Catégories: Actualités

Le président palestinien hospitalisé au moins jusqu'à lundi (responsable)

dim, 05/20/2018 - 18:46

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas va rester hospitalisé "au moins jusqu'à lundi" à la suite de douleurs à la poitrine et d'une forte fièvre après une opération à l'oreille la semaine dernière, a indiqué un responsable palestinien à l'AFP.

Ce responsable qui a requis l'anonymat n'a pas fourni d'autres de détails sur l'état de santé du dirigeant palestinien admis dans un hôpital de Ramallah, en Cisjordanie occupée, dimanche en milieu de matinée. "Le président va rester hospitalisé au moins jusqu'à demain (lundi)", s'est-il contenté d'affirmer.

C'est la troisième fois que le président Abbas est hospitalisé en une semaine, après avoir subi une opération chirurgicale mineure à l'oreille mardi. Il a ensuite été admis pour des examens samedi dans la nuit, avant de ressortir une demie heure plus tard.

Le directeur de l'hôpital, cité dimanche par l'agence de presse palestinienne Wafa, a affirmé que les résultats des tests étaient "excellents" et que l'état de santé de Mahmoud Abbas était "rassurant".

L'état de santé du président palestinien, âgé de 83 ans et connu pour être un grand fumeur, fait régulièrement l'objet de rumeurs.

M. Abbas a été élu président de l'Autorité palestinienne en 2005 pour quatre ans, mais est resté à son poste faute d'élections, à cause des divisions intestines palestiniennes avec le Hamas, le mouvement islamiste au pouvoir dans la bande de Gaza. Il n'a désigné aucun successeur.

Catégories: Actualités

Tour d'Italie: pour Pinot, "Yates est intouchable"

dim, 05/20/2018 - 18:46

Thibaut Pinot (Groupama-FDJ), toujours en lice pour le podium du Giro, estime que le Britannique Simon Yates, porteur du maillot rose et vainqueur dimanche de la 15e étape, "est intouchable à moins d'une grosse défaillance".

A une semaine de l'arrivée à Rome, le Français occupe la 4e place du classement, à plus de deux minutes et demie de Yates mais à 9 secondes seulement du grimpeur italien Domenico Pozzovivo (3e).

"Cela allait mieux qu'hier au Zoncolan", a-t-il dit après en avoir terminé à Sappada avec l'étape des Dolomites. "Il y a des jours comme ça... Aujourd'hui, les pentes me correspondaient davantage".

Le Franc-Comtois, 6e de l'étape, a regretté la mésentente dans le groupe de poursuite derrière Yates: "Tout le monde comptait ses coups de pédale. Il y avait la guéguerre entre Carapaz et Lopez pour le maillot blanc (de meilleur jeune), ils se sont regardés, ils ont un peu condamné notre petit groupe. On pouvait peut-être rentrer sur Yates et surtout prendre du temps sur les autres."

"Reprendre du temps sur Froome, c'est un plus", a analysé à chaud Thibaut Pinot qui s'est tourné sans attendre vers la prochaine étape, mardi, entre Trente et Rovereto: "Il faudra être bon. Le chrono sera décisif. Ce n'est pas ce que je préfère au lendemain d'une journée de repos. On va essayer de gérer au mieux cette journée."

Epuisé la veille au Zoncolan, il est apparu ragaillardi à Sappada. A l'image de son directeur sportif Martial Gayant qui a résumé la journée: "ça fait du bien de terminer la semaine sur une bonne note."

Catégories: Actualités

Manger mieux avec des agriculteurs mieux payés: vers un marathon à l'Assemblée

dim, 05/20/2018 - 18:40

Mieux rémunérer les agriculteurs et alimenter plus sainement les Français: le projet de loi sur l'agriculture censé notamment interrompre la "guerre des prix" va animer à partir de mardi les débats à l'Assemblée, où une partie des députés espère semer d'autres avancées.

Avec ce texte "pour l'équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine et durable" porté par le ministre Stéphane Travert, "l'agrirévolution est en en marche", vante le rapporteur et éleveur Jean-Baptiste Moreau.

"Nous allons inverser la construction du prix en partant du coût de revient des agriculteurs. C'est une révolution", a assuré M. Travert dans Le Journal du Dimanche.

Signe de la mobilisation des élus et des lobbies, l'afflux d'amendements (quasiment 2.500) est tel que la durée globale des discussions, jusqu'au mardi suivant, sera limitée à 30 heures entre les sept groupes politiques.

Premier volet de la réforme du secteur agroalimentaire promise par l'exécutif, le texte de 18 articles est né dans le sillage des "Etats généraux de l'alimentation" (EGA). Il doit être voté définitivement au plus tard en septembre et être effectif pour les négociations commerciales 2018-2019.

L'objectif est notamment "que cesse une guerre des prix génératrice de destruction de valeur et d'appauvrissement des producteurs", selon le gouvernement.

Le texte mise sur trois leviers: inversion de la construction du prix payé aux agriculteurs, jusqu'à présent déterminé par les distributeurs; encadrement des promotions parallèlement au relèvement du seuil de revente à perte; regroupement des producteurs.

Mais "un peu comme Saint-Thomas", Laure de la Raudière (LR) "attend de voir", "dubitative quant à la capacité d'un texte de loi à moraliser les relations commerciales entre agriculteurs, industriels et distributeurs".

M. Travert a écarté l'idée de voir cette réforme aboutir à une forte hausse des prix pour le consommateur. "Ce que j'entends, c'est que +les prix vont gonfler+, que +l'inflation va être énorme+, et ça ce n'est pas vrai", a-t-il assuré dimanche sur France Inter.

Il a néanmoins estimé que le consommateur était "prêt à payer quelques centimes de plus" pour se nourrir, "dès lors où il sait que le produit qu'il va acheter va mieux rémunérer les agriculteurs".

Pointant, à l'unisson d'autres groupes, "un décalage entre les attentes considérables exprimées" aux EGA et le projet de loi, les socialistes, qui comptent dans leurs rangs l'ex-ministre Stéphane Le Foll, souhaitent "l'enrichir autant que possible".

- Du bio et des poules -

"Il va falloir le muscler (...) le rendre moins libéral", selon Sébastien Jumel (PCF). Outre une "souris législative", François Ruffin (LFI) a épinglé en commission "une contradiction flagrante entre la volonté de réguler un peu ce secteur et le fait de négocier des accords comme le Ceta" (entre l'UE et le Canada) ou avec le Mercosur.

En commission, les députés ont prévu la publication obligatoire des sanctions pour pratiques commerciales déloyales ou des sanctions accrues des groupes agro-alimentaires ne publiant pas leurs comptes annuels, après les cas Lactalis ou Bigard.

De "la fourche à la fourchette", le projet veut aussi promouvoir une alimentation plus saine et durable et un respect du bien-être animal, mais certains, comme LR, s'inquiétent de "nouvelles charges" pour les agriculteurs.

Un volet partiellement renforcé en commission, par exemple pour que les repas dans la restauration collective publique comprennent, au plus tard en 2022, au moins 50% de produits bio ou intégrant la préservation environnementale.

En revanche, les députés ont repoussé pour l'heure l'interdiction de la vente d??ufs provenant d'élevages en cage et l'élevage de lapins en cage.

Plusieurs camps cherchent à peser dans le débat politique. "Le texte sur la table ne nous convient pas", a prévenu jeudi la présidente de la FNSEA Christiane Lambert.

"Les agriculteurs ont des inquiétudes fortes sur l'efficacité des dispositifs pour améliorer les niveaux de prix" sachant qu'"il y a des vents contraires, notamment des distributeurs", a-t-elle expliqué. D'autant que le texte entraîne pour les agriculteurs "des charges nouvelles" liées aux phytosanitaires, a-t-elle plaidé.

50 organisations de la société civile ont, elles, jugé ce projet "sans grande ambition", notamment sur les phytosanitaires ou la santé environnementale.

Catégories: Actualités

Décès de l'historien Bernard Lewis, spécialiste de l'islam

dim, 05/20/2018 - 18:35

L'historien américain Bernard Lewis, dont les livres ont influencé des générations de spécialistes de l'islam mais qui fut aussi au coeur de vives polémiques, est décédé samedi à l'âge de 101 ans, selon le Washington Post.

Né à Londres, Bernard Lewis, qui a longtemps enseigné à l'université de Princeton, dans le New Jersey, était résolument pro-Israël et proche des néo-conservateurs américains.

"Pour certains, je suis un génie immense. Pour d'autres, je suis le diable incarné", déclarait-il dans un entretien accordé en 2012 au Chronicle of Higher Education.

Il avait en particulier contesté la réalité du génocide des Arméniens par les Turcs en 1915, apportant sa caution intellectuelle à la Turquie en affirmant que la thèse du génocide était "la version arménienne" de l'histoire.

Parmi ses très nombreux ouvrages, figurent notamment "Les Arabes dans l'histoire", "L'Islam en crise", "Islam et laïcité" ou encore "Le langage politique de l'Islam".

Catégories: Actualités

Accord nucléaire: l'Iran juge les promesses européennes insuffisantes

dim, 05/20/2018 - 18:28

Le ministre iranien des Affaires étrangères a estimé dimanche que les engagements de l'Union européenne pour sauver l'accord nucléaire étaient insuffisants et que l'UE devait faire des "pas supplémentaires", selon le site de la télévision d'Etat.

"Avec la sortie des Etats-Unis de l'accord nucléaire, les attentes de l'opinion publique iranienne concernant l'Union européenne ont augmenté et (...) le soutien politique de l'UE à l'accord nucléaire n'est pas suffisant", a déclaré Mohammad Javad Zarif après une rencontre à Téhéran avec le commissaire européen à l'Energie, Miguel Arias Canete.

"L'Union européenne doit effectuer des pas concrets supplémentaires et augmenter ses investissements en Iran", a ajouté M. Zarif. "Les engagements de l'UE pour appliquer l'accord nucléaire ne sont pas compatibles avec l'annonce du retrait probable (d'Iran) de grandes sociétés européennes".

M. Canete est le premier responsable occidental à être reçu dans la capitale iranienne depuis l'annonce début mai du retrait des Etats-Unis de l'accord historique signé en 2015 entre Téhéran et six grandes puissances, qui vise à limiter le programme nucléaire iranien en contrepartie d'une levée partielle des sanctions internationales.

Washington va réimposer des sanctions économiques contre l'Iran et les entreprises étrangères en lien avec ce pays, forçant ainsi certaines sociétés, notamment européennes, à renoncer à leurs investissements en Iran.

A Téhéran, M. Canete a indiqué que le temps pressait et insisté sur la nécessité de donner rapidement des réponses concrètes à l'Iran, soulignant aussi l'importance pour les Européens de maintenir leurs achats de pétrole iranien.

L'UE avait indiqué cette semaine chercher "des solutions pratiques pour permettre à l'Iran de continuer ses ventes de pétrole et de gaz, poursuivre ses transactions bancaires, maintenir les liaisons aériennes et maritimes".

Le géant français de l'énergie Engie (ex-GDF Suez) a toutefois annoncé samedi qu'il se désengagera de ses activités d'ingénierie en Iran d'ici à novembre afin d'éviter les sanctions. Le groupe pétrolier français Total avait indiqué mercredi qu'il ne mènerait pas à terme un grand projet gazier s'il n'obtenait pas une dérogation de Washington.

D'autres sociétés européennes ont également annoncé leur retrait du pays en prévision des sanctions américaines.

Le porte-parole de la diplomatie iranienne a de son côté démenti des informations selon lesquelles l'Iran avait accepté de négocier avec les Européens sur d'autres sujets que l'accord nucléaire, faisant notamment référence au programme balistique de Téhéran et le rôle régional de l'Iran, selon le site du ministère des Affaires étrangères.

Catégories: Actualités

Mondial de hockey sur glace: les Etats-Unis prennent la 3e place

dim, 05/20/2018 - 18:22

Les Etats-Unis se sont classés 3e du Championnat du monde de hockey sur glace en remportant la petite finale contre le Canada (4-1), dimanche à Copenhague.

La finale oppose la Suède, tenante du titre, à la Suisse en soirée.

Les Etats-Unis avaient été éliminés dès les quarts de finale l'an dernier. Ils n'étaient plus montés sur le podium depuis 2015.

Déception en revanche pour le Canada, champion du monde en 2015 et 2016, qui rate le top 3 pour la première fois depuis 2014.

La rencontre a été plus serrée que le score ne le laisse penser, les Américains ayant inscrit leurs deux derniers buts en filet désert, quand les Canadiens ont tenté le tout pour le tout en fin de partie en sortant leur gardien.

Catégories: Actualités

Grand Steeple-Chase de Paris : On The Go victorieux et triple chute

dim, 05/20/2018 - 18:17

Le pur sang français On The Go n'a que 5 ans et vient de remporter la 140e édition du Grand Steeple-Chase de Paris dimanche à Auteuil, une édition marquée par une triple chute, dont le double tenant du titre So French monté par Bertrand Lestrade.

Les 14 concurrents se sont élancés sous le soleil sur un terrain très souple. Coup de théâtre au saut de la première haie, trois chevaux sont tombés : So French, Bipolaire et Roi Mage.

On The Go sous la selle de l'Anglais James Reveley a devancé d'une tête la favorite Perfect Impulse, six ans, montée par Tristan Lemagnen alors que Edward d'Argent, un autre 5 ans confié à Kevin Nabet a pris la 3e place sept longueurs plus loin.

Milord Thomas, un des vétérans, âgé de 9 ans, lauréat en 2015 de cette course mythique longue de 6km avec 23 obstacles à franchir, a fini, lui, 4e après avoir longtemps animé la course avant de rendre les armes en abordant le dernier tournant.

Il n'aura fallu que 7 minutes 9 secondes et 77 centième à On The Go, magnifique cheval à la robe ébène entraîné par Guillaume Macaire (6e succès dans la course), pour s'imposer à l'issue d'une longue explication sur le plat, après avoir franchi impeccablement les gros obstacles du parcours, dont le redoutable Rail ditch and Fence et deux fois la rivière des tribunes.

On The Go a attaqué entre les deux dernières haies Perfect Impulse, toujours aux avant-postes, qui a longtemps donné l'impression de pouvoir l'emporter mais a dû se contenter, cette année encore d'une courageuse deuxième place.

- "Un parcours de rêve"-

"J'ai eu un parcours de rêve. Mon cheval est très courageux. Je pensais être battu entre les deux dernières haies. Je l'ai laissé souffler et il est reparti et on a gagné dans la dernière foulée", a déclaré en descendant du podium James Reveley "ravi d'avoir eu de la chance" .

Le jeune jockey de 29 ans établi en France depuis l'été 2015 qui a connu une série de malchances cette année, dont quelques mauvaises chutes qui l'ont éloigné des hippodromes, a prouvé son retour en grande forme en signant un troisième succès d'affilée dans le Grand Steeple-chase de Paris.

"Je suis battu de peu, je ne regrette rien car je suis sportif. Ma jument était parfaite, le jockey a bien monté", a déclaré Arnaud Chaillé-Chaillé, l'entraîneur de Perfect Impulse.

Avec cette victoire dans l'épreuve reine de l'obstacle, On The Go a rapporté à ses propriétaires, la famille Papot, la somme de 369.000 euros promise au vainqueur sur les 820.000 euros de primes diverses qui en fait la course d'obstacle française la mieux dotée.

"On a eu très chaud, je salue Perfect Impulse qui nous a donné du fil à retordre", a commenté Xavier Papot, propriétaire du cheval vainqueur "avec une pensée pour les trois chevaux qui sont tombés et pour qui l'aventure avait à peine commencée".

Parmi les autres incidents survenus dans cette édition, le cheval Punch Nantais est tombé en franchissant le Rail dich and fence et Sainte Turgeon sur l'obstacle suivant.

Quand à Géluroni, entraîné par l'ancien Jockey David Cottin, son jockey Jonathan Plouganou l'a arrêté après un tour de piste.

Catégories: Actualités

Accusé de viols, Tariq Ramadan tente d'obtenir mardi sa mise en liberté

dim, 05/20/2018 - 18:01

L'intellectuel musulman suisse Tariq Ramadan, incarcéré depuis trois mois dans le cadre d'une enquête pour viols en France, conteste mardi devant la justice le refus de sa remise en liberté, invoquant son état de santé et dénonçant "des incohérences" de ses accusatrices.

La cour d'appel de Paris doit examiner mardi matin, en son absence, le recours que le théologien de 55 ans a formé après le rejet, le 4 mai, de sa première demande de mise en liberté.

Tariq Ramadan, atteint d'une sclérose en plaques dont le traitement a été jugé compatible avec la détention, est incarcéré depuis sa mise en examen le 2 février pour deux viols présumés, dont l'un sur une personne vulnérable, qu'il conteste vigoureusement.

Son avocat Me Emmanuel Marsigny compte demander le renvoi de l'audience, faute d'avoir obtenu la présence de son client et afin "que la cour juge par elle-même de son état de santé".

"Il est vraiment handicapé et ne peut quasiment plus marcher", a déclaré à l'AFP Me Marsigny, qui réclame une nouvelle expertise médicale. "Celle de fin mars n'est plus d'actualité et l'hôpital de la maison d'arrêt de Fresnes (où il est incarcéré) n'est pas en mesure de lui donner les soins auxquels était conditionnée sa détention provisoire", a-t-il ajouté.

Il propose de nouveau une mise en liberté sous contrôle judiciaire - avec remise de son passeport suisse et caution de 150.000 euros - ou sous bracelet électronique.

Le 4 mai, le juge des libertés et de la détention avait motivé son refus par la nécessité "d'éviter tout risque de pression sur les victimes", compte tenu des menaces qu'elles ont dénoncées, mais aussi pour prévenir le renouvellement des faits, "dont la succession interroge sur la dangerosité criminologique de l'intéressé" et afin de garantir sa présence en France.

"Il y a des contradictions et des incohérences multiples chez les plaignantes, qui ne font pas l'objet de véritables investigations. Il faut que les magistrats et les enquêteurs reviennent à la raison, c'est un dossier qui demande du sang-froid et de la rigueur", dénonce Me Marsigny.

"Cette défense façon théorie du complot n'est pas digne face à la vérité du dossier", estime pour sa part Me Eric Morain, avocat de la deuxième plaignante.

- Audition le 5 juin -

L'enquête contre cette rare figure médiatique de l'islam francophone avait été déclenchée en octobre par les plaintes de deux femmes, dans le sillage du scandale Weinstein aux Etats-Unis et de la campagne #MeToo et, en France, #Balancetonporc.

La première, Henda Ayari, est une ancienne salafiste qui a raconté dans un livre et à la télévision avoir été violée en 2012 à Paris. La deuxième, surnommée "Christelle" et souffrant d'un handicap, a dénoncé un rapport sexuel contraint d'une très grande violence, commis en 2009 à Lyon. Elle est la seule à ce jour à avoir été confrontée au suspect, lors de sa garde à vue en février.

Auditionnée une première fois par les juges le 15 mai, Henda Ayari doit être réentendue prochainement, selon une source proche du dossier.

En mars, une troisième femme a affirmé avoir été violée en France, à Londres et à Bruxelles à neuf reprises entre 2013 et 2014. Cette ancienne escort-girl, protagoniste au côté notamment de Dominique Strauss-Kahn dans l'affaire pour proxénétisme du Carlton de Lille, doit être bientôt auditionnée à son tour par les juges français.

L'audition prévue le 5 juin de Tariq Ramadan - la première depuis sa garde à vue - pourrait conduire à une nouvelle mise en examen pour ces faits.

Une quatrième femme a également déposé plainte pour viol à Genève.

La détention de ce petits-fils du fondateur des Frères musulmans a suscite une vive émotion, en particulier dans les milieux de l'islam militant.

Mais la campagne du comité "Free Tariq Ramadan", qui dénonce les "mensonges" des plaignantes et des soupçons de "collusions", a vu ses soutiens s'effriter au fur et à mesure que l'affaire révélait les détails de la vie sexuelle du professeur, en contradiction avec les enseignements religieux qui lui ont valu sa célébrité.

Catégories: Actualités

Italie: Salvini juge "inacceptables" les avertissements de Le Maire

dim, 05/20/2018 - 18:00

Le patron de la Ligue (extrême droite) Matteo Salvini a jugé dimanche "inacceptables" les avertissements du ministre français de l'Economie, Bruno Le Maire, inquiet pour la stabilité de la zone euro.

"Un ministre français +avertit+ le futur gouvernement: ne changez rien ou il y aura des problèmes. Encore une invasion de terrain inacceptable", a tweeté dimanche Matteo Salvini, qui doit soumettre lundi au président italien un projet de gouvernement commun avec le Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème).

"Je n'ai pas demandé les votes et la confiance pour continuer sur la route de la pauvreté, de la précarité et de l'immigration: les Italiens d'abord!", a ajouté le chef de la Ligue, proche du Front national français.

"Que les Français s'occupent de la France et ne mettent pas leur nez dans les affaires des autres", a-t-il encore lancé à la presse dimanche après-midi, devant l'un des stands où la Ligue a invité ses sympathisants à se prononcer sur l'accord de gouvernement conclu avec le M5S.

"Parlons plutôt de Vintimille et des migrants arrêtés à la frontière" en provenance de l'Italie, a-t-il ajouté.

La Ligue et le M5S ont dévoilé vendredi un "contrat de gouvernement" qui n'évoque pas une sortie de l'euro comme ses premières ébauches mais tourne résolument le dos à l'austérité et aux "diktats" de Bruxelles et promet la plus grande fermeté contre l'immigration.

"Si le nouveau gouvernement prenait le risque de ne pas respecter ses engagements sur la dette, le déficit, mais aussi l'assainissement des banques, c'est toute la stabilité financière de la zone euro qui serait menacée", a mis en garde dimanche Bruno Le Maire lors de l'émission "Le Grand Rendez-vous" Europe 1-Les Echos-CNEWS.

"Chacun doit comprendre en Italie que l'avenir de l'Italie est en Europe et nulle part ailleurs, et pour que cet avenir soit en Europe, il y a des règles à respecter", a encore souligné M. Le Maire.

"Les engagements qui ont été pris par l'Italie (...) valent quel que soit le gouvernement. Je respecte la décision souveraine du peuple italien, mais il y a des engagements qui dépassent chacun de nous", a-t-il martelé.

Catégories: Actualités

L1: après une saison spectaculaire, place aux préparatifs pour 2018-2019

dim, 05/20/2018 - 17:52

Thomas Tuchel intronisé au Paris SG, Monaco et Lyon qui pourraient chercher des remplaçants à Thomas Lemar et Nabil Fekir, l'OM qui doit franchir un palier, ou encore l'avenir de Saint-Etienne et Lille en stand-by: les préparatifs pour la saison 2018-2019 sont déjà lancés !

. Tuchel va lancer le nouveau PSG

Emery parti, place à l'ère Thomas Tuchel. Le nouvel entraîneur du PSG est présenté à 19h00 dimanche au Parc des princes, et dévoilera ses ambitions pour un club qui n'arrive plus depuis deux ans à dépasser le stade des 8e de finale de la Ligue des champions, objectif suprême des propriétaires qataris.

"On a besoin de nouveauté, aussi bien pour lui que pour nous", a déclaré le président du PSG Nasser Al-Khelaifi dans un entretien à L'Equipe publié dimanche pour justifier l'arrivée de l'Allemand, un entraîneur présentant un peu le même profil que l'Espagnol, le palmarès en moins.

Malgré une Coupe d'Allemagne et un quart de finale de C1 à son actif, Tuchel, 44 ans, devra prouver sa capacité à gérer un vestiaire de superstars comme Neymar et lutter contre les géants du continent. Mais avec quel effectif ? Les éventuelles sanctions liées au fair-play financier vont conditionner le mercato parisien, tandis que Layvin Kurzawa, Javier Pastore, ou encore Kevin Trapp, entre autres, sont donnés partants.

. Départs programmés à l'ASM et Lyon, l'OM veut grandir

Malgré le billet direct en Ligue des champions, Monaco (2e) et Lyon (3e) semblent condamnés à voir leurs meilleurs joueurs partir cet été. L'ASM ne devrait certes pas réussir à égaler les ventes records du mercato 2017 avec plus de 360 millions d'euros de gains réalisés, mais avec les transferts programmés de Fabinho (valorisé à 45 M EUR minimum), et des internationaux français Thomas Lemar (estimé à 100 M EUR) et Djibril Sidibé, la balance commerciale restera à coup sûr positive !

A Lyon, si l'on se félicite de la manne financière à venir avec la future participation en C1 (34 M EUR environ) et des bénéfices dégagés par le nouveau stade, la perte du joyau maison Nabil Fekir semble inéluctable. La sortie du capitaine lyonnais, à la 83e minute du match décisif contre Nice (3-2), sous l'ovation du Groupama stadium a sonné comme des adieux... Après les départs de Lacazette à Arsenal et Tolisso au Bayern Munich, nouveau transfert record à venir ?

A Marseille (4e), la non-qualification en C1 pourrait paradoxalement pousser les dirigeants à olympiens à changer de braquet pour leur "OM Champion Project". Après une saison remarquable marquée par l'épopée européenne en Europa League, la direction, qui espère des sanctions "douces" de l'UEFA dans le cadre du fair-play financier, "sait quelles sont (les) faiblesses" à gommer pour faire mieux la saison prochaine. Le propriétaire américain Frank McCourt a même promis de "bâtir une équipe encore plus compétitive". A suivre...

. Sainté et Lille, avenir en "stand-by"

Saint-Etienne va-t-il passer comme l'OM sous pavillon américain ? Les négociations "exclusives" entre les actionnaires du club français le plus titré de L1 avec le fonds d'investissement PEAK6 devraient connaître leur épilogue le 25 mai selon L'Equipe. En attendant, l'avenir de l'entraîneur Jean-Louis Gasset, auteur d'un redressement spectaculaire depuis son arrivée en cours de saison, reste en suspens...

"Il y a un passage devant la DNCG et on est bien obligé d'attendre ce qui va se passer le 29 mai": Christophe Galtier le sait. Malgré un maintien acquis de haute lutte sur le terrain, son avenir ainsi que celui de Lille dans l'élite se jouera devant le gendarme financier du foot français. Le Losc de Gérard Lopez, sous le coup d'une rétrogradation en Ligue 2 à titre conservatoire depuis décembre dernier, est condamné à démontrer que son modèle économique est solide et durable pour ne pas tout perdre...

. Nouveaux cycles à Nice, Nantes et Caen

Adieu Lucien Favre, Claudio Ranieri et Patrice Garande ! Dans le viseur de Dortmund depuis l'an dernier, le Suisse a finalement obtenu son bon de sortie à Nice. Dans son communiqué actant son départ, le club niçois a affirmé qu'il "se traduira par l'arrivée prochaine d'un nouvel entraîneur dont le profil demeurera en droite ligne avec le projet de Nice". Selon la presse sportive, l'ancien international Patrick Vieira est pressenti comme le grand favori à sa succession.

A Nantes, Ranieri, coach réputé pour avoir fait des miracles à Leicester en l'emmenant au titre de champion d'Angleterre 2016, était arrivé l'été dernier à Nantes pour faire franchir un palier aux Canaris. Mais après une première partie de saison prometteuse, l'Italien n'a pas su maintenir le niveau et a décidé de s'en aller au bout d'une saison seulement. Pour le remplacer, le club de Waldemar Kita pourrait se tourner vers Jocelyn Gourvennec, ancien de la maison.

A Caen, la révolution peut se poursuivre après un maintien arraché à la dernière journée. Solidaire de Jean-François Fortin, qui était à la tête du club depuis 2002 avant d'être débarqué cette semaine au terme d'une fronde d'un groupe d'actionnaires majoritaires, Patrice Garande a annoncé son choix de quitter le Stade Malherbe après six saisons. Gilles Sergent, actionnaire historique désormais nouveau président, doit trouver un successeur au plus vite.

Catégories: Actualités

Shana Fisher, victime du tireur texan, avait repoussé ses avances

dim, 05/20/2018 - 17:40

A tout juste 16 ans, Shana Fisher repoussait depuis des mois les avances d'un camarade de classe, Dimitrios Pagourtzis.

Vendredi, le garçon a pris les armes de son père, abattant la jeune Shana, sept autres lycéens et deux adultes dans leur lycée de Santa Fe, au Texas.

"L'une des cartouches était destinée à ma fille", a affirmé à CNN la mère de Shana Fisher, Sadie Baze.

"Ma fille avait raconté à ma mère ces quatre derniers mois et à mon frère qu'il (le tireur) lui faisait des avances et qu'elle lui avait finalement tenu tête parce que sa petite soeur était harcelée à l'école. Elle voulait lui montrer +regarde, c'est ce qu'il faut faire, il faut lui tenir tête et lui dire +non, ce n'est pas bien+ et... voilà le résultat", a raconté Mme Baze en s'effondrant en larmes à l'écran.

Lorsque les familles étaient encore dans l'attente horrible de nouvelles, Candi Thurman avait écrit sur Twitter: "Ma nièce Shana Fisher n'a pas encore été retrouvée. Elle était dans la salle d'arts plastiques et certains de ses camarades ont dit qu'on lui avait tiré dans la jambe".

Elle a plus tard annoncé le décès de l'adolescente, aux cheveux mi-long et visage fin, écrivant: "Shana a eu 16 ans le 9 mai (...) elle devrait avoir sa première voiture, pas des funérailles".

Le tireur a également tué neuf autres personnes qui sont:

- Jared Black, 17 ans -

Jared Black venait d'avoir 17 ans et a été fauché la veille de la fête prévue pour son anniversaire. Il aimait les jeux vidéo, les dessins d'animation japonais, la lutte et il a été tué durant son cours préféré, celui d'arts plastiques.

- Christian 'Riley' Garcia, 15 ans -

Christian Garcia adorait faire du Jet-Ski et du ski nautique sur un lac où sa famille allait régulièrement en vacances. Sa mort a été confirmé par son cousin sur Twitter.

"Aujourd'hui j'ai appris qu'il y avait eu la fusillade et j'ai découvert que mon petit cousin était là-bas. REPOSE EN PAIX MON PETIT GARS JE T'AIME!", a-t-il écrit sous le nom de AJ.

- Aaron Kyle McLeod, 15 ans -

Mary Baker, qui serait la grande tante de Aaron Kyle McLeod, a rapporté qu'il était décédé lors de la fusillade et plusieurs internautes ont indiqué que le cours d'arts était son préféré.

Sur son portrait diffusé en ligne, on voit un adolescent aux cheveux roux et au visage doux, au volant d'une voiture.

- Ann Perkins, 64 ans -

Cette professeure remplaçante, était connue de beaucoup sous le surnom "Grand-mère Perkins". Elle avait selon certains hâte de passer à la retraite.

"C'est une professeure, une amie et une femme bien-aimé", a écrit une de ses amies.

Une page pour rassembler des fonds sur le site GoFundMe indique qu'elle est décédée en "protégeant ses élèves dans ses derniers moments".

- Angelique Ramirez, 15 -

"Le sourire d'Angelique était contagieux et illuminait n'importe quelle pièce dans laquelle elle entrait", a écrit un ami sur une page de soutien GoFundMe. "En perdant Angelique, ses amis et sa famille perdent tellement."

- Sabika Sheikh, 17 ans -

Sabika Sheikh, originaire du Pakistan, participait à un échange scolaire au lycée de Santa Fe. Elle devait rentrer à Karachi dans les prochaines semaines.

"Je n'arrêtais pas de l'appeler et de lui envoyer des messages sur WhatsApp. Normalement, ma fille me répondait toujours", a raconté Abdul Aziz à l'AFP, ayant appris la nouvelle de sa mort à la télévision. "Nous sommes toujours dans une phase de déni. C'est comme un cauchemar", a-t-il ajouté.

- Chris Stone, 17 ans -

"Il était toujours là si quelqu'un avait besoin d'être écouté", a raconté à CNN sa grande soeur Mercedez, décrivant un garçon "aventurier", tandis qu'un ami parlait sur Twitter d'un camarade "gentil et drôle".

- Cynthia Tisdale, 63 ans -

Cynthia Tisdale était l'enseignante de la classe d'arts plastiques où s'est produit le drame.

Egalement juriste, elle avait choisi de faire des remplacements dans des écoles "parce qu'elle voulait aider les enfants" et non parce qu'elle avait besoin d'un salaire supplémentaire, a dit au Washington Post son fils adulte, Recie Tisdale.

- Kimberly Vaughan -

Kimberly Vaughan était scoute et sa mère Rhonda Hart, qui l'élevait seule, est militaire.

"Appelez vos fichus sénateurs, appelez vos élus au Congrès (...) nous avons besoin de REGLEMENTATION SUR LES ARMES", a écrit sur Facebook Rhonda Hart.

Catégories: Actualités

L1: attaques de feu à Paris et Lyon, fiasco Bielsa... Tops et flops de la saison

dim, 05/20/2018 - 17:37

Des attaques de feu du PSG et de Lyon à la saison incroyable de l'OM et du promu Amiens, sans oublier le fiasco Bielsa à Lille, les "bugs" de la Goal-Line Technology et les turbulences en tribunes: les tops et les flops de la saison de L1.

= TOPS =

. PSG et OL à l'attaque

Kylian Mbappé, Edinson Cavani, Neymar: le trio d'attaquants, recruté pour un total de 466 millions d'euros, a largement répondu aux attentes en L1: "Edi" trône au classement des buteurs de L1 (28 réalisations), Neymar a été sacré meilleur joueur de L1 et meilleur passeur du championnat (13 "assists") et Mbappé s'est parfaitement adapté (13 buts, 7 passes décisives).

Mais l'affaire des "penaltygate(s)" entre Cavani et Neymar et l'incapacité du trio à s'affirmer en Ligue des champions, à l'image de l'élimination sans gloire face au Real Madrid en 8e de finale, a terni le bilan des trois cracks, tandis que la blessure du N.10 brésilien fin mars a brisé son élan.

A Lyon, ils ne sont pas trois mais quatre attaquants à avoir inscrits au moins 13 buts: Memphis Depay, meilleur buteur lyonnais après une 2e partie de saison remarquable (19 buts), Nabil Fekir et Mariano Diaz (18 buts), et enfin Bertrand Traoré (13 buts). Un quatuor qui aura pesé 80% des buts inscrits par l'OL, n'étant pas pour rien dans sa qualification en Ligue des champions.

. L'OM ravive la flamme

Marseille, ville de foot: ce n'était plus guère qu'un cliché touristique. Grâce à la saison de l'OM, c'est redevenu un thème d'actualité car l'équipe de Rudi Garcia a fait rêver jusqu'au bout ses supporters. Finale de l'Europa League, course pour le podium et la Ligue des champions... Les Marseillais ont finalement terminés sans gagner ni l'une, ni l'autre, mais l'exigeant public du Vélodrome les a remercié pour leur saison spectaculaire. "Ce n'est que le début, nous avons de grandes ambitions", a promis le propriétaire du club Frank McCourt. Les Marseillais ne demandent qu'à continuer de rêver.

. Amiens, fatals picards

Qui aurait parié sur le maintien dans l'élite d'Amiens, petit poucet du championnat et en Ligue 1 pour la première fois de son histoire? Grâce à une équipe solide et équilibrée, bien gérée par l'ancien entraîneur de Luzenac Christophe Pélissier, le club de Picardie a assuré son maintien avant même la dernière journée, terminant 13e après notamment des matches nuls contre Monaco et le Paris SG. Sacré performance !

= FLOPS =

. Bielsa et les entraîneurs étrangers

Ils étaient censés incarner l'attractivité retrouvée de la L1, mais les prestigieux entraîneurs étrangers sont partis aussi vite qu'ils sont arrivés. Le départ le plus rapide a été celui de Marcelo Bielsa. Le "Loco" n'a pas démissionné mais a été évincé le 22 novembre, seulement cinq mois après son arrivée à Lille, en raison de mauvais résultats, fragilisant le projet du propriétaire Gérard Lopez déjà vacillant sur le plan financier.

A Nantes, Claudio Ranieri, arrivé avec son statut de champion d'Angleterre 2016 avec Leicester a déçu après des débuts prometteurs en décidant de s'en aller au bout d'une saison, tandis que l'Espagnol Oscar Garcia, auréolé d'une réputation d'apôtre du beau jeu, a été écarté de Saint-Etienne à la suite du lourd revers à domicile dans le derby face à Lyon (5-0).

. 'Flop line technology'

Alors que la Coupe du Monde en Russie s'apprête à accueillir pour la première fois la technologie d'assistance vidéo à l'arbitrage (VAR), la L1 a connu quelques errements d'un autre dispositif d'aide à la décision, la technologie de la ligne de but (goal-line technology, GLT). Censée détecter de manière infaillible si le ballon a intégralement ou non franchi la ligne de but, cette technologie a connu de sérieux dysfonctionnements cette saison, au point que la Ligue de football (LFP) a décidé de rompre son contrat avec le prestataire, Goal Control, au profit de Hawk Eye, également en charge du déploiement de la VAR en L1 à compter de la saison prochaine. Sans couac, cette fois?

. Turbulences en tribunes

Dans les tribunes de L1, la saison n'a pas été un long fleuve tranquille. Il y a bien sûr eu l'effondrement de la barrière du stade de la Licorne à Amiens, qui a fait 29 blessés parmi les supporters de Lille. Mais il y a aussi eu des envahissements de terrain à Saint-Etienne, Bordeaux ou Lille pour protester contre les mauvais résultats de ces clubs, l'utilisation de très nombreux engins pyrotechniques un peu partout (Paris, Marseille, Bordeaux, Saint-Etienne, Lyon...), une politique de "désobéissance civile" de supporteurs bordelais décidant de braver des arrêtés préfectoraux au risque d'être lourdement sanctionnés, des interdictions et restrictions de déplacement souvent mal vécues par les supporters... Point positif: une expérimentation sur les tribunes debout pourrait être conduite dans certains stades tests la saison prochaine.

Catégories: Actualités

La présidente voilée de l’Unef répond à la polémique : "Mon voile n'a aucune fonction politique"

dim, 05/20/2018 - 17:27
Attaquée depuis son intervention télévisée, coiffée d'un hijab, la présidente du syndicat étudiant Unef à la Sorbonne, Maryam Pougetoux, a répondu aux critiques et expliqué son choix de porter le voile dans un entretien accordé dimanche à Buzzfeed.
Catégories: Actualités

Roland-Garros: pour Henri Leconte, "il n'y a pas un Français vraiment préparé et déterminé"

dim, 05/20/2018 - 17:24

Henri Leconte, dernier finaliste français du tournoi messieurs de Roland-Garros, il y a trente ans, estime que ses compatriotes ne sont pas "vraiment préparés et déterminés" à regagner le trophée qui échappe au tennis tricolore depuis 1983, dans un entretien accordé à l'AFP.

Q: Est-ce une satisfaction d'être encore aujourd'hui le dernier joueur français finaliste de Roland-Garros?

R: "Ce n'est pas une satisfaction parce que cela veut dire que depuis 30 ans on a perdu. Disons plutôt que cela fait plaisir."

Q: Comment expliquez vous l'absence de Français en finale depuis 1988?

R: "On n'a pas quelqu'un de vraiment préparé et déterminé à faire quelque chose à Roland-Garros. Le dire c'est une chose, mais l'organiser c'en est une autre. C'est une chance d'avoir ce tournoi à la maison. Certains s'en servent pour se surpasser. Pour d'autres la pression est trop importante. Il y a toujours des aléas, des blessures mais chaque année, la même chose se répète. Il faut écouter son corps, avoir une vision sur du long terme et avoir une faim vorace pour dévorer la balle. Je dis dévorer parce qu'à la fin Rafa (Nadal) croque toujours la Coupe! Ils (les Français) n'arrivent pas à analyser. Ils lâchent plus mentalement que physiquement."

Q: Les Français ne sont donc pas assez bien préparés?

R: "Ce que je vois, ce sont les blessures, la préparation... Il faut être déterminant et déterminé dans son programme. On peut tous le dire qu'ils sont mal préparés. On peut voir quelqu'un qui manque complètement de confiance comme Lucas (Pouille). Il faut qu'il arrive à se remettre en question. Je ne pense pas qu'il soit vraiment honnête avec lui-même, suffisamment à l'écoute. C'est normal d'avoir une période difficile. Cela arrive même aux meilleurs. Mais il faut réussir à faire une analyse positive de tout cela."

Q: Quels sont les enjeux pour réussir sur terre battue?

R: "C'est comme un jeu d'échecs. On construit son point encore plus que sur les autres surfaces. Il faut donc jouer beaucoup, beaucoup de matches pour s'adapter. Cela demande une concentration extrême, une puissance beaucoup plus importante que sur d'autres surfaces. Roger Federer (NDLR: qui a fait l'impasse sur toute la saison sur terre battue, Roland-Garros inclus) sait très bien ce que cela coûte de se surpasser sur terre battue. C'est difficile de s'illustrer à Roland-Garros sans avoir fourni beaucoup, beaucoup de travail, à moins d'être un mutant comme Gaël Monfils. Mais Gaël vieillit, il n'a plus du tout de base solide pour visualiser, dévorer les adversaires et la terre battue."

Q: Quelle année vous êtes-vous dit "Cette fois, c'est fini, je ne serai plus le dernier"?

R: "Quand Jo (Tsonga) était face à (David) Ferrer (en demi-finale en 2013). Je pensais vraiment qu'il pouvait passer. Quand on voit un joueur comme Ferrer, qui n'a pas un gros avantage, pas un coup très percutant, réussir à faire aussi bien sur terre, on se dit que le travail, il n'y a que ça de vrai. Tant que les joueurs français ne l'auront pas compris, on ne gagnera plus Roland-Garros. A chaque fois, on me dit Henri tu exagères... Mais il n'ont toujours pas trouvé la solution. Quand Yannick (Noah) a gagné en 1983, vous ne pouvez pas imaginer la masse de travail fournie. Demandez à Stan Wawrinka, comment il a fait pour gagner ce trophée (2015)!"

Q: Le peu de relève derrière la génération des Tsonga et Monfils, vous fait-il peur?

R: "Non pas peur. C'est juste la réalité. Quelque part, c'est tant mieux... On va devoir se remettre en question. Que l'on arrête de dire que quand un junior gagne l'Orange Bowl, il va gagner un titre majeur. Il n'a encore rien fait! On a laissé tomber le haut niveau pour faire du tennis de masse. Les Français n'ont plus de leader. D'autres sports prennent de l'importance. Aujourd'hui, le tennis ne va pas aussi bien qu'on le dit... Ils faut s'inspirer de ce qui se fait à l'étranger et ne pas rester en France pour garder son petit confort. Il faut allez voir comment on travaille dans l'Académie de Nadal, aux Etats-Unis, en Russie, au Canada où nos entraîneurs, des Français, y font du très bon travail."

Propos recueillis par Ludovic LUPPINO

Catégories: Actualités

Lutte ouvrière appelle à un nouveau Mai-68 et une "explosion sociale"

dim, 05/20/2018 - 17:23

Nathalie Arthaud, porte-parole de Lutte ouvrière, a appelé à "un nouveau Mai-68" et à une "explosion sociale" contre la politique d'Emmanuel Macron, dimanche, lors de la fête annuelle de son parti à Presles (Val d'Oise) en demandant à ses troupes de se mobiliser les 22 et 26 mai prochains.

Environ 15.000 personnes, selon les organisateurs, assistaient à cette fête dans un parc boisé de cette commune du Val d'Oise où le parti marxiste-léniniste organisait de nombreuses activités, ludiques, pédagogiques et politiques. De samedi à lundi soir, environ 25.000 personnes sont attendues, selon LO.

L'ambiance "à la bonne franquette" des festivités -des stands proposant des débats sur "l'antisémitisme de gauche: l'exemple britannique", "la crise des hôpitaux aux Antilles" ou "les postiers face aux attaques de leur direction", côtoient buvettes, orchestres de jazz et autres ateliers poterie- tranchait avec le ton très combatif de la responsable de Lutte ouvrière.

"Contre l'offensive de Macron et du capital, le monde du travail doit rendre les coups" et "avec tous ceux qui ne supportent plus la situation et souhaitent une nouvelle explosion sociale, nous affirmons que oui, il faut un nouveau mai-juin 1968 !", lançait-elle à la foule attentive. "Tôt ou tard, les exploités se lèveront de nouveau en masse".

"En un an, Macron a enchaîné les attaques contre les travailleurs", a-t-elle dénoncé, énumérant "les ordonnances travail pour que le patronat puisse licencier plus vite et moins cher", "la hausse de la CSG que les retraités ont payé de plein fouet", "la sélection dans les universités" ou le "contrôle des chômeurs".

"Si nous ne mettons pas un coup d?arrêt à tout cela, où en serons-nous dans cinq ou dix ans ? Quelle sera la vie de nos enfants ? Derrière le +changement+ et la +modernité+ affichés par Macron, il y a un président qui n?a d?yeux que pour les fameux premiers de cordée et les machines à faire du fric", a-t-elle encore accusé.

- Sévérité avec les leaders de gauche -

L'ancienne candidate à l'élection présidentielle (0,65% en 2017) sous les couleurs de LO, parti aux 8.000 membres revendiqués, a demandé à ses troupes de participer à la journée d'action de la Fonction publique le 22 mai et réitéré son appel à manifester le 26 mai, aux côtés d'une cinquantaine d'organisations politiques, syndicales et associatives, en lançant toutefois un avertissement.

"Avec Mélenchon ou le PCF, (c'est) une contestation partagée de Macron mais les perspectives sont opposées", a-t-elle assuré, alors que le leader de La France insoumise venait d'appeler un peu plus tôt à la constitution d'un "Front populaire" de partis, syndicats et associations.

"Tout en ?uvrant pour le succès de cette manifestation, nous ne signons pas l?appel unitaire car nous rejetons l?opération politique qui se dessine et nous appelons les travailleurs à la méfiance", a-t-elle réaffirmé, jugeant avec une grande sévérité les leaders de gauche (LFI, PCF ou Générations).

Selon elle, "l?alternative que cette opération construit est une nouvelle mouture de l?Union de la gauche de l?époque Mitterrand et de la Gauche plurielle du temps de Jospin", qui s'est finalement "transformée en déception, voire en désespoir" pour les "travailleurs et militants ouvriers".

"Quels que soient leurs discours d?aujourd?hui, lorsqu?ils seront au pouvoir, ils gouverneront à leur tour au service des plus riches", assène-t-elle. "Alors, si nous dénonçons souvent les mêmes choses que Mélenchon, Laurent ou Hamon, nous ne le faisons pas du tout dans la même perspective".

"Quand ces derniers dénoncent Macron pour préparer le retour de la gauche au pouvoir qui gérera les affaires de la bourgeoisie, nous le dénonçons pour armer politiquement les travailleurs dans la perspective qu?ils agissent eux-mêmes, collectivement", insiste Mme Arthaud.

Catégories: Actualités

Top 14: Toulouse encore en convalescence

dim, 05/20/2018 - 17:21

Éliminé samedi en barrage à domicile par Castres (11-23), Toulouse, club le plus titré du rugby français, a encore des étapes à franchir pour rejouer un jour les premiers rôles au sommet du Top 14.

Certes, la saison dernière, achevée à une humiliante douzième place qui avait privé les Rouge et Noir de phases finales pour la première fois depuis 41 ans, est (un peu) oubliée.

Mais quand on s'appelle le Stade Toulousain et qu'on dispose de l'un des plus gros budgets du Top 14 et du plus grand palmarès du rugby français (19 Boucliers de Brennus), on peut et on doit logiquement espérer mieux.

"Quand tu finis troisième (de la saison régulière), tu te dois de jouer le dernier carré", dont Toulouse n'a pas fait partie depuis 2015, "on va avoir un goût d'amertume assez long", regrettait l'entraîneur Ugo Mola après la rencontre.

Fort d'un recrutement réussi (Kolbe, Faumuina, Dupont, Holmes), très peu sollicité par le XV de France - ce qui lui a permis de passer sans encombres la période de doublons - et absent de la Coupe d'Europe pour la première fois depuis la création de cette compétition, Toulouse avait pourtant globalement maîtrisé la phase régulière et lutté pour la deuxième place jusqu'à la dernière journée.

Avant cet échec douloureux face au CO qui "doit nous servir à préparer la suite", tente de positiver Mola.

Car trois ans après le départ de Guy Novès, emblématique patron de la maison rouge et noire auréolé de dix titres de champion de France dont le dernier en 2012, la transition n'est pas encore tout à fait achevée et ne le sera que lorsque Toulouse sera de nouveau en haut de l'affiche.

- 'On n'est pas morts' -

"A nous de comprendre ce qui nous manque encore", insiste le président Didier Lacroix, aux commandes depuis juillet dernier.

"C'est difficile à entendre mais c'était une équipe convalescente" au début de la saison, "le Stade Toulousain a su soigner un certain nombre de blessures, pas toutes. Si on ne les avait pas soignées, on serait peut-être déjà morts. Aujourd'hui, on n'est pas morts" mais "on a une équipe qui doit se construire encore", ajoute-t-il.

Cette reconstruction, Lacroix a choisi de la faire avec l'aide d'un grand nom, le All Black Jerome Kaino dont la signature a souligné au printemps le regain d'attractivité du club sur le marché des transferts.

Changement d'époque, Kaino arrivera dans un vestiaire qui ne comptera plus aucun joueur aligné lors de la dernière finale remportée en 2012, les derniers arrêtant (Fritz) ou quittant le club (David pour Castres, Doussain pour Lyon, Maestri pour le Stade Français).

"Il faudra donc tout reconstruire, enfin. C'est une étape", juge Mola.

Une étape sur le chemin du retour au plus haut niveau qui compte, au delà du terrain, encore des obstacles extra-sportifs dont l'assainissement des finances et le conflit virulent qui oppose le club à son actionnaire Fiducial qui met en cause la véracité des comptes.

Mais sur ce plan, Lacroix est confiant. "Rassurez-vous, la DNACG (le gendarme financier du rugby, ndlr) nous a confortés dans notre capacité à rétablir la situation de déficit structurel dans laquelle on est", assurait-t-il en milieu de semaine à l'AFP. Et les finances sont le nerf de la guerre.

Catégories: Actualités

Présidentielle au Venezuela : "Le taux de participation sera le grand enjeu de ce scrutin"

dim, 05/20/2018 - 17:20
"Les Vénézuéliens n'ont pas manifesté un grand enthousiasme pour cette campagne parce qu'elle a été très courte. Il faut dire aussi que les Vénézuéliens sont las de la politique car les élections se succèdent mais les problèmes demeurèrent ", explique Roméo Langlois, envoyé spécial de France 24 à Caracas.
Catégories: Actualités

Italie: la Ligue annonce un accord sur le chef du gouvernement

dim, 05/20/2018 - 17:20

Le patron de la Ligue (extrême droite), Matteo Salvini, a annoncé dimanche un accord sur la composition du prochain gouvernement italien avec le Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème), qui sera soumise lundi au président Sergio Mattarella.

"Nous nous sommes mis d'accord sur le chef et les ministres du gouvernement et nous espérons que personne ne mettra de veto sur un choix qui représente la volonté de la majorité des Italiens", a annoncé M. Salvini, en précisant que ni lui ni Luigi Di Maio, chef de file du M5S, ne serait Premier ministre.

La Ligue et le M5S ont dévoilé vendredi un "contrat de gouvernement" qui tourne le dos à l'austérité et aux "diktats" de Bruxelles et promet la plus grande fermeté contre la corruption, toutes les formes de délinquance et l'immigration.

Mais le mystère sur le profil et le nom du prochain président du Conseil pourrait ne pas être levé avant lundi après-midi.

Les deux dirigeants populistes se sont rencontrés dimanche à Rome durant deux heures, loin des médias.

Selon la presse, ils devraient tous deux avoir un ministère: l'Intérieur pour M. Salvini, le Travail ou le Développement économique pour M. Di Maio.

Invités vendredi à voter sur la plate-forme internet du M5S, les militants de cette formation créée en 2009 par le comique Beppe Grillo ont approuvé le programme "à plus de 94%" selon le parti.

La Ligue, un ancien parti sécessionniste devenu souverainiste, a pour sa part invité ses sympathisants à se prononcer samedi et dimanche sur un millier de stands dans toute l'Italie. Les résultats du vote seront annoncés en début de soirée.

Catégories: Actualités

Pages