Agrégateur de flux

Open d'Australie (H) - Adrian Mannarino a battu Berrettini au premier tour de l'Open d'Australie

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - mar, 01/16/2018 - 04:59
Adrian Mannarino est bien entré dans son Open d'Australie en dominant...
Catégories: Sport

Migrants : « M. Macron, votre politique contredit l’humanisme que vous prônez ! »

Dans une lettre ouverte au président de la République – notamment signée par des partisans de la première heure –, des intellectuels et des syndicalistes critiquent sévèrement la politique migratoire du gouvernement.
Catégories: Actualités

Emmanuel Macron en visite à Calais pour défendre sa politique migratoire

Le chef de l’Etat et le gouvernement sont critiqués par les associations, la gauche et une partie de la majorité qui estiment que le projet de loi immigration porte atteinte au droit d’asile.
Catégories: Actualités

Migrants: à Calais, Macron et son "et de droite, et de gauche" mis à l'épreuve

Le Huffington Post - mar, 01/16/2018 - 04:20

POLITIQUE - "Indigne" pour la gauche et les associations de défense des réfugiés, "laxiste" voire contreproductive pour Laurent Wauquiez et Marine Le Pen, la réponse politique qu'Emmanuel Macron entend donner au drame humanitaire des migrants subit depuis des semaines le tir croisé des oppositions. Alors que le ministère de l'Intérieur planche sur un projet de loi "asile et immigration" d'ores et déjà voué aux gémonies, le doute s'est installé jusque dans les rangs de l'aile gauche de la majorité LREM, une première depuis le début du quinquennat.

C'est en partie pour répondre à cette crise de conscience et déminer les pièges tendus par ses adversaires qu'Emmanuel Macron se rend ce mardi 16 janvier à Calais, la ville qui symbolise depuis une vingtaine d'années la crise migratoire en Europe.

Nous ne pouvons intégrer tous ceux qui viennent de pays en paix, mais notre devoir est de protéger celles et ceux qui sont persécutés et nous demandent l'asile. pic.twitter.com/859KgQwwdi

— Emmanuel Macron (@EmmanuelMacron) 16 janvier 2018

Le casse-tête du credo "humanité et fermeté"

Sur le terrain, l'équation relève néanmoins du casse-tête, l'Elysée écartant à l'avance toute "solution miracle". Le chef de l'État, qui doit rencontrer tour à tour les migrants qui cherchent à passer au Royaume-Uni, les associations qui s'en occupent et les défendent, les élus locaux dépassés par la situation, les forces de l'ordre à bout de souffle et la population qui "oscille entre lassitude et exaspération", aura toutes les peines du monde à réconcilier "humanité et fermeté", credo adopté par les macronistes pour résumer la ligne officielle du pouvoir.

Deux des principales associations, qui disent assurer près de 80% des actions auprès des migrants de Calais, ont annoncé lundi 15 janvier qu'elle déclinaient l'invitation à rencontrer Emmanuel Macron à Calais ce mardi, "désapprouvant les politiques migratoires" en cours. "Alors même que le gouvernement n'a pas écouté à Paris les grandes organisations humanitaires, ni sur leurs critiques, ni sur leurs propositions, pourquoi le président tiendrait-il compte des mêmes critiques et propositions des associations locales?", écrivent L'Auberge des migrants et Utopia 56.

Récusant les "faux bons sentiments" de la gauche qui l'accuse d'avoir enterré la bienveillance de sa campagne présidentielle, Emmanuel Macron espère au contraire démontrer que sa réponse est équilibrée: après un soutien marqué aux forces de l'ordre et à la population, où il devrait vanter le démantèlement "systématique" (et brutal selon les associations) des campements sauvages, le chef de l'État visitera à Croisilles, également dans le Pas-de-Calais, l'un des trois centres ouverts depuis l'été pour accueillir les migrants et examiner administrativement leur situation "le plus rapidement possible".

Un geste censé conforter le droit d'asile immédiatement pointé du doigt à droite comme un potentiel appel d'air à l'immigration clandestine. "Avec Emmanuel Macron, les immigrés clandestins resteront sur notre sol. Ils seront même de plus en plus nombreux", a taclé dès ce week-end le président des Républicains, Laurent Wauquiez. La criminalité est "la conséquence de l'immigration", qui "va s'accélérer avec le projet de loi du gouvernement" sur l'asile et l'immigration, a renchéri la présidente du FN Marine Le Pen, visiblement sur la même ligne.

La majorité cherche un autre équilibre

Preuve que "l'équilibre" vanté par le chef de l'État et le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb n'est pas aussi solide qu'affiché, l'aile gauche de la majorité LREM s'interroge encore sur le sens de la politique conduite, alors que des associations dénoncent régulièrement les comportements violents des forces de l'ordre à l'égard des réfugiés, aux antipodes de la ligne "humaniste" revendiquée. Après des remous en fin d'année dernière qui ont repris début janvier, l'Elysée, la Place Beauvau et la direction de La République en Marche ont pris conscience du caractère explosif de ce dossier.

Coïncidence ou pas, c'est le moment qu'a choisi l'aile sociale de LREM pour se structurer dans un "organe de réflexion". Une manière pour ces élus marqués à gauche de tenter de peser sur les débats internes de la majorité.

Autre signal d'alerte, plusieurs soutiens de la campagne d'Emmanuel Macron, dont l'économiste Jean Pisani-Ferry, ont cosigné une tribune très critique à l'égard de sa politique migratoire. "Votre présidence se plaçait sous les auspices d'un humanisme responsable et assumé. Nous nous sommes hélas réveillés dans un pays où l'on arrache leurs couvertures à des migrants à Calais. Où l'on lacère leurs toiles de tente à Paris. Où l'on peut se perdre, pieds et mains gelés, sur les pentes enneigées de la frontière franco-italienne", déplorent-ils.

Pour calmer les esprits et trouver une ligne médiane entre ceux qui s'inquiètent du sort des migrants et ceux qui prônent une ligne dure sur les reconductions aux frontières, un séminaire gouvernemental a été organisé ces lundi et mardi. Un atelier législatif "asile-immigration" s'est notamment déroulé en fin de matinée le 15 janvier dans un climat apaisé, à en croire les participants. Gérard Collomb a quant à lui promis de discuter le temps qu'il faut avec le groupe majoritaire et le Modem pour s'assurer que chacun est sur la même ligne.

La suite devrait donc dépendre de la souplesse de l'exécutif qui semble pour l'heure camper sur la première rédaction du texte de loi. "C'est un projet de loi totalement équilibré", a juré Gérard Collomb en admettant qu'il y ait "des possibilités d'amendement". Mais, prévient-il, "il n'est pas question de changer d'orientation".

Lire aussi :

La préfecture du Pas-de-Calais répond en direct à Yann Moix sur le traitement des migrants

Un an après le démantèlement de la "Jungle", "la situation est encore pire" à Calais

Julien Dray fait hurler la majorité en dénonçant des "rafles" dans les centres de migrants

Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

À voir également sur Le HuffPost:

Catégories: Actualités

Des failles dans les logiciels BitTorrent permettent de pirater les PC à distance

L’application Transmission BitTorrent peut être utilisée pour exécuter du code arbitraire à distance, depuis un site web piégé. D’autres clients BitTorrent du marché sont vulnérables de la même manière.

Catégories: High-Tech

Soldes : une batterie externe Aukey de 30 000 mAh à moins de 30 €

Pour les soldes, Cdiscount propose la batterie externe Aukey de 30 000 mAh à 29,99 euros au lieu de 49,99 euros.

Catégories: High-Tech

La date de commercialisation du Samsung Galaxy S9 dévoilée ?

Présenté pour l’ouverture du Mobile World Congress, le smartphone haut de gamme pourrait être livré dès le 16 mars.

Catégories: High-Tech

Venezuela: opération policière contre le pilote-acteur rebelle, plusieurs morts

France 24 - L'info en continu - mar, 01/16/2018 - 03:00

Un ex-policier rebelle vénézuélien devenu acteur s'était rendu célèbre en juin en attaquant depuis un hélicoptère des bâtiments officiels, réclamant la démission du président Nicolas Maduro: une vaste opération pour le capturer s'est soldée lundi par la mort de plusieurs personnes, dont deux policiers.

Devant l'Assemblée constituante, le président Maduro a confirmé qu'au cours d'un affrontement armé, "plusieurs membres d'un groupe terroriste ont été abattus", cinq ont été arrêtés, deux policiers sont morts et six, blessés, sont "entre la vie et la mort".

Selon lui, le groupe prévoyait "de faire exploser une voiture piégée devant une ambassade d'un pays cher et prestigieux" à Caracas. Mais il n'en a pas précisé le nom.

Le ministère de l'Intérieur avait annoncé auparavant dans un communiqué que "les membres de cette cellule terroriste avaient opposé une forte résistance", laissant entendre que l'opération était terminée, sans préciser si le pilote mutin, Oscar Perez, avait été tué.

Perez, 36 ans, ancien policier et acteur aux traits fins et aux yeux clairs, était retranché depuis l'aube avec des hommes armés dans une cachette aux nord-ouest de Caracas. Dans une demi-douzaine de vidéos diffusées sur Instagram au cours de l'assaut, il a tenu le pays en haleine durant plusieurs heures.

Il y accuse les autorités de vouloir le tuer bien que lui et ses hommes soient disposés à se rendre.

Selon les autorités, les rebelles étaient "fortement armés, équipés d'armes de gros calibre" et "ont ouvert le feu contre les forces de l'ordre".

La police a été attaquée "en traître par les assaillants alors que des négociations étaient en cours en vue de leur reddition", assure le texte, selon lequel Perez et ses hommes ont essayé de "faire exploser un véhicule bourré d'explosifs".

Des journalistes de l'AFP en route lundi pour le site de l'assaut ont vu passer un char de l'armée, des commandos des forces spéciales et des ambulances.

Les forces de l'ordre, qui encerclaient la zone, ont dispersé avec des bombes lacrymogènes une manifestation spontanée d'une trentaine de personnes en faveur du pilote et contre le chef de l'Etat socialiste.

"Dehors!", "Liberté!", criaient les manifestants à l'adresse de Nicolas Maduro, tandis qu'ils brûlaient des pneus et des détritus, a constaté l'AFP. "Oscar!, Oscar!", scandaient-ils également.

- 'Mourir debout' -

"On est en train de nous tirer dessus avec des lance-grenades. On a prévenu qu'on allait se rendre mais ils ne veulent pas nous laisser nous rendre. Ils veulent nous tuer", a déclaré Oscar Perez, le visage en sang, dans une de ses vidéos diffusées sur les réseaux sociaux.

"Nous allons mourir debout en défendant notre patrie, mais jamais à genoux devant les tyrans", lance-t-il dans une autre. Sur les images on pouvait apercevoir d'autres hommes armés de fusils.

"Je veux demander aux Vénézuéliens qu'ils ne baissent pas les bras, qu'ils luttent, qu'ils sortent dans les rues, il est temps que nous soyons libres. Vous êtes les seuls à détenir le pouvoir à présent", poursuit le pilote.

Dans un de ses derniers messages, l'ex-policier s'adresse à ses trois enfants, à qui il explique avoir mené ces actions contre le gouvernement pour eux et les autres enfants du Venezuela qui souffrent les effets de la crise économique frappant ce pays.

Le numéro deux du pouvoir vénézuélien, Diosdado Cabello, avait annoncé un peu plus tôt sur Twitter qu'une opération des forces spéciales était en cours.

Oscar Perez s'était fait connaître le 27 juin, durant la vague de manifestations pour la démission du président socialiste Nicolas Maduro au cours desquelles 125 personnes ont été tuées entre avril et juillet.

Ce jour-là, en compagnie d'hommes non identifiés, il avait survolé Caracas à bord d'un hélicoptère dérobé à la police scientifique.

Ils avaient lancé quatre grenades sur le Tribunal suprême de justice (la Cour suprême vénézuélienne) et ouvert le feu sur le ministère de l'Intérieur, sans faire de victime.

Le pouvoir vénézuélien avait crié à la tentative de coup d'Etat, tandis que l'opposition et des analystes avaient mis en doute l'attaque, certains évoquant une manipulation.

En décembre, il avait refait parler de lui en revendiquant sur Twitter un assaut mené contre une unité militaire vénézuélienne et au cours duquel de nombreuses armes automatiques ont été volées.

Catégories: Actualités

Dans "C à vous", Meryl Streep et Tom Hanks s'embrassent en rejouant des classiques du cinéma français

Le Huffington Post - mar, 01/16/2018 - 02:42

CULTURE - Quand deux monstres sacrés du cinéma mondial s'attaquent aux classiques du cinéma français. Actuellement en pleine promotion pour "Pentagon Papers", le thriller de Steven Spielberg dont ils partagent l'affiche, Tom Hanks et Meryl Streep étaient ce lundi 15 janvier sur le plateau de "C à vous", sur France 5.

Et les deux acteurs ont accepté de se prêter à un jeu particulièrement amusant. À partir de deux extraits, l'un de "Le Quai des brumes" et l'autre issu de "Hôtel du Nord", les chefs d'œuvres de Marcel Carné, les deux stars hollywoodiennes ont dû rejouer des scènes légendaires de notre cinéma national.

L'occasion notamment d'observer une Meryl Streep hilare réinterpréter le cultissime "Atmosphère, atmosphère, est-ce que j'ai une gueule d'atmosphère?", d'Arletty, mais donc surtout de voir ce binôme d'immenses comédien donner une seconde jeunesse au duo constitué de Michèle Morgan et de Jean Gabin dans "Le Quai des brumes".

Un #ActorsStudio d'anthologie avec duo @tomhanks / #MerylStreep !#CàVouspic.twitter.com/gmnevIXb3O

— C à vous (@cavousf5) January 15, 2018

Et donc de s'embrasser tendrement après que Tom Hanks a prononcé aussi bien que possible le "T'as de beaux yeux, tu sais", de Jean Gabin. Difficile de conclure différement d'Anne-Elisabeth Lemoine: "Merci!"

Et pour la scène finale, un "t'as de beaux yeux tu sais" en français dans le texte, avec un vrai baiser en prime ! Bravo au duo @tomhanks / #MerylStreep ! #CàVouspic.twitter.com/4XSq1v3wBd

— C à vous (@cavousf5) January 15, 2018

Lire aussi :

Le nouveau Spielberg ne va pas plaire à Trump

Le Liban interdit de salles le dernier film de Spielberg

Aux Golden Globes, Tom Hanks s'est fait remarquer... en servant des martinis

Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

À voir également sur Le HuffPost:

Catégories: Actualités

Jeu vidéo, un secteur en pleine croissance

Ministère de la Culture - mar, 01/16/2018 - 02:33
Lundi 18 Décembre 2017 - 12h00 - Un secteur en plein essor, qui pourrait créer, en 2018, près de 13000 emplois. C'est l'un des enseignements de l’édition 2017 du "Baromètre du jeu vidéo" conçu par le Syndicat national du jeu vidéo (SNJV) et Idate Digiworld, qui est remis le 19 décembre à la ministre de la Culture et au secrétaire d’État chargé du Numérique et de l’Innovation. A cette occasion, nous republions notre infographie sur un secteur qui s'impose aujourd'hui comme un segment incontournable des industries culturelles.
Catégories: Culture

Douze frères et sœurs découverts attachés et affamés en Californie

L’alerte a été donnée par une sœur qui a réussi à s’échapper et à contacter la police. Ils sont âgés de 2 à 29 ans. Leurs parents sont poursuivi pour actes de torture.
Catégories: Actualités

Pour le Martin Luther King Day, LeBron James s'offre une nouvelle sortie contre Donald Trump

Le Huffington Post - mar, 01/16/2018 - 01:48

ÉTATS-UNIS - Une déclaration d'importance. La star des Cleveland Cavaliers et de la NBA LeBron James s'en est de nouveau pris à Donald Trump lundi 15 janvier, au moment où les États-Unis célébraient Martin Luther King. Selon le meilleur basketteur de la planète, le président américain a "donné aux gens" racistes "l'opportunité de se dévoiler et de parler sans crainte".

Interrogé par la chaîne sportive ESPN avant de disputer un match contre Golden State, en ce jour férié où l'Amérique rend hommage au héros des droits civiques, LeBron James a aussi accusé le président américain d'attiser les divisions au sein de la société américaine.

"Nous ne pouvons pas laisser le racisme nous diviser", a déclaré le joueur emblématique de Cleveland. "Le gars au pouvoir a donné aux gens" racistes "l'opportunité de se dévoiler et de parler sans crainte".

Donald Trump, un "tocard"

"C'est cela qui est effrayant pour nous, parce que c'est avec nous, ça nous entoure tous les jours. Et il a permis à des gens de se dévoiler et de se sentir en confiance même quand ils font des choses négatives", a ajouté LeBron James, qui avait déjà traité Donald Trump de "tocard" en septembre dernier.

"On ne peut pas laisser ça nous empêcher de rester ensemble et de prêcher la bonne parole de vivre, aimer et rire", a-t-il poursuivi. Le basketteur vedette, fervent militant des droits civiques, a affirmé qu'il continuerait à "mettre en lumière" la "stupidité" du racisme.

Célébrer "l'égalité et l'inclusion"

L'entraîneur des Golden State Warriors, Steve Kerr, a également expliqué ce que représentait pour lui le fait de jouer le jour du souvenir Martin Luther King: "J'aime ce que ça représente pour la NBA et pour le pays. C'est devenu un grand jour pour la NBA parce que nous célébrons le basket, mais ce que nous célébrons véritablement c'est l'égalité et l'inclusion, qui sont ce que représente la NBA".

"C'est un bon jour pour se rappeler ce qui est vraiment important et ce à quoi on aspire en tant que pays, et que nous pouvons faire beaucoup mieux, chacun d'entre nous", a-t-il encore souligné.

Lire aussi :

"Etre noir en Amérique est dur", réagit LeBron James après un tag raciste sur sa villa

En insultant les sportifs agenouillés, Trump a provoqué une déferlante de soutiens

Lebron James fête sa victoire en trollant les Warriors

Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

À voir également sur Le HuffPost:

Catégories: Actualités

Manifestations en Grèce après le vote de nouvelles réformes

Le plan voté lundi doit permettre de sortir du plan de sauvetage européen, qui maintient le pays à flot depuis 2015. Les protestations ont provoqué d’énormes embouteillages à Athènes.
Catégories: Actualités

Samsung Galaxy A8 : les clients Orange privés de double-SIM

Le prochain smartphone de Samsung aura droit à une double-SIM chez tous les opérateurs, sauf chez Orange. Un handicap potentiel pour de nombreux utilisateurs.

Catégories: High-Tech

Dieudonné écrit une lettre à Salah Abdeslam, les victimes des attentats du 13 novembre choquées

Le Huffington Post - mar, 01/16/2018 - 01:18

TERRORISME - Une démarche qui n'a pas plu aux familles des victimes. Lundi 15 janvier, Le Parisien a révélé que l'humoriste Dieudonné avait écrit à Salah Abdeslam au mois de septembre 2017, afin de solliciter un entretien en prison avec le seul survivant du funeste commando des attentats du 13-Novembre.

Le quotidien rapporte ainsi que début octobre, Salah Abdeslam a reçu dans sa cellule un courrier dactylographié d'une page, signé de la main de l'humoriste controversé. Une missive "au ton courtois" dans laquelle celui qui a déjà été condamné à plusieurs reprises pour diffamation, injures raciales ou encore apologie du terrorisme propose au terroriste le plus surveillé de France une rencontre.

"Comprendre votre état d'esprit"

Dieudonné explique ainsi qu'il prépare avec le concours de deux auteurs un ouvrage intitulé "Comment arrêter les attentats en France?" et qu'il aimerait dans ce cadre s'entretenir avec le terroriste capturé à Molenbeek en mars 2016.

"Nous ne voulons pas parler des actes qui vous sont reprochés. Ce qui nous intéresse est de comprendre votre état d'esprit et les raisons qui vous ont poussé à agir", lit le courrier. "L'attentat a pour but d'envoyer un message fort qu'on ne peut transmettre autrement. C'est en tout cas comme ça que nous le comprenons. En discutant avec vous, nous espérons mieux comprendre la profonde révolte qui vous habite et à laquelle la société reste sourde."

Une demande refusée par la justice

Des mots qui ont scandalisé Maître Gérard Chemla, avocat de plusieurs victimes du 13-Novembre. "Il y a une inversion des valeurs. L'humoriste présente le terroriste comme une victime de la société en état de légitime défense. A partir de cette analyse, on peut tout légitimer", explique-t-il, toujours dans les colonnes du Parisien.

Contacté par le quotidien, Jacques Verdier, l'un des avocats de "Dieudo" justifie l'approche de son client. "Il ne s'agit pas du tout d'une provocation ni d'une quelconque sympathie pour le terrorisme. Il y a une volonté de comprendre le moteur qui a conduit à ces actes." Et de préciser que Dieudonné a déjà tenté d'entrer en contact avec un autre terroriste, Carlos. Maître Verdier précise que le juge d'instruction a refusé la demande de son client concernant Salah Abdeslam.

"Les victimes sont choquées"

L'existence de ce courrier a été confirmée à l'AFP par des avocats. Le juge d'instruction en charge de l'enquête sur les attentats du 13 novembre s'est fait communiquer une copie de la lettre, datée de fin septembre et postée mi-octobre, et s'est opposé à une rencontre entre Dieudonné et Salah Abdeslam, selon l'un de ces avocats

Le seul membre encore en vie des commandos qui ont fait 130 morts à Paris et Saint-Denis s'était vu adresser cette lettre de Dieudonné à sa prison de Fleury-Mérogis (Essonne) où il est détenu à l'isolement et muré dans le silence depuis près de deux ans. "Ce courrier n'a jamais été transmis à Salah Abdeslam", a-t-on précisé à la Direction de l'Administration pénitentiaire.

Le courrier des détenus peut être ouvert, lu et transmis ou pas, selon les situations. Il peut être transmis au juge avant ou après sa lecture.

"Les victimes sont choquées d'apprendre cette démarche de Dieudonné et préfèreraient qu'Abdeslam leur donne directement à elles des explications", a déclaré à l'AFP Me Géraldine Berger-Stenger, une avocate de l'Association française des victimes du terrorisme (AfVT).

Lire aussi :

"Artistiquement", Elie Semoun aimerait remonter sur scène avec Dieudonné, "mais"...

Après Grenoble, Marseille annule un spectacle de Dieudonné

Valls juge "insupportable" que Dieudonné puisse continuer à "se produire"

Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

À voir également sur Le HuffPost:

Catégories: Actualités

Bientôt des PC portables gaming ultrafins... enfin abordables ?

Voilà l'une des annonces du CES que nous nous attendions... et qui n'est pas venue : des PC portables Nvidia Max-Q enfin abordables. Mais ils pourraient très vite débarquer.

Catégories: High-Tech

Basket - NBA - Chicago enchaîne face au Heat, les Bucks profitent en battant Washington

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - mar, 01/16/2018 - 00:48
Les Bulls ont signé une troisième victoire d'affilée lundi face au...
Catégories: Sport

Le pape François arrive au Chili

Le souverain pontife a été accueilli à son arrivée par la présidente chilienne Michelle Bachelet. Il doit visiter les peuples indigènes et revigorer l’Eglise locale.
Catégories: Actualités

Basket - NBA - Les NY Knicks dominent Brooklyn avec un excellent Frank Ntilikina

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - mar, 01/16/2018 - 00:42
Les New York Knicks ont dominé les Brooklyn Nets (119-104) pour la...
Catégories: Sport

Basket - NBA - Les Atlanta Hawks s'offrent les San Antonio Spurs

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - mar, 01/16/2018 - 00:18
Toujours aussi irréguliers, les San Antonio Spurs, peu inspirés, sont...
Catégories: Sport

Pages

S'abonner à JO CASANOVA MUSIC agrégateur