Agrégateur de flux

Ericsson va passer 1,4 milliard d'euros de dépréciations au quatrième trimestre

France 24 - L'info en continu - mar, 01/16/2018 - 09:17

L'équipementier en télécoms suédois Ericsson a annoncé mardi des dépréciations d'actifs d'un montant de 14,2 milliards de couronnes (1,4 milliard d'euros) au titre du quatrième trimestre 2017, sans conséquence pour sa trésorerie.

A cette réduction de la valeur d'actifs, imputée à la nouvelle segmentation des activités du groupe présentée l'an dernier, s'ajoute une provision de 1,0 milliard de couronnes liée à la baisse de l'impôt sur les bénéfices des sociétés aux Etats-Unis, a précisé Ericsson dans un communiqué.

Catégories: Actualités

Venezuela : plusieurs morts dans une opération policière contre Oscar Perez, ex-policier rebelle

France 24 - L'info en continu - mar, 01/16/2018 - 09:15
Une vaste opération pour capturer un ex-policier vénézuélien reconverti en tant qu'acteur, rendu célèbre en juin pour avoir attaqué des bâtiments officiels depuis un hélicoptère, s'est soldée lundi par la mort de plusieurs personnes.
Catégories: Actualités

En Afrique, les faux médicaments, un trafic rentable et meurtrier

France 24 - L'info en continu - mar, 01/16/2018 - 09:14

Vaccins, antirétroviraux, antipaludéens contrefaits: l'Afrique est devenue le terrain de jeu préféré des trafiquants de faux médicaments, un business lucratif qui fait des centaines de milliers de victimes.

Le chiffre d?affaires généré par la contrefaçon est estimé au minimum à 10 ou 15% du marché pharmaceutique mondial, soit 100 à 150 milliards de dollars, voire 200 milliards, selon une étude du World Economic Forum. Un chiffre qui a quasiment triplé en cinq ans.

"Pour vendre des faux médicaments, il faut avoir une clientèle, or les malades pauvres sont plus nombreux sur le continent africain que partout ailleurs dans le monde", explique à l'AFP le professeur français Marc Gentilini, spécialiste des maladies infectieuses et tropicales et ancien président de la Croix-Rouge française.

Selon lui, des vaccins délivrés il y a quelques années contre une épidémie de méningite au Niger étaient des faux, alors que cette maladie tue plusieurs milliers de personnes chaque année dans ce pays pauvre du Sahel.

Un médicament sur 10 dans le monde est une contrefaçon, selon l'OMS. Mais ce chiffre peut atteindre 7 sur 10 dans certains pays, notamment en Afrique.

Cette foire aux faux médicaments est parfois le fait de responsables de santé publique corrompus, qui font leur marché au rabais en Chine et en Inde, où sont fabriqués l'essentiel de ces produits.

Au moins 100.000 personnes meurent chaque année en Afrique à cause de faux médicaments, selon l'OMS.

D'après l'American Journal of Tropical Medecine and Hygiene, 122.000 enfants de moins de cinq ans sont décédés en 2013 en Afrique subsaharienne après avoir pris des antipaludéens contrefaits.

"C'est un double crime sanitaire et social: le fait de tuer des malades et des malades pauvres", déplore M. Gentilini.

- Plus rentable que la drogue -

Interpol a annoncé en août 2017 la saisie de 420 tonnes de produits médicaux de contrebande en Afrique de l'Ouest, dans le cadre d'une vaste opération qui a mobilisé un millier d'agents de police, des douanes et d'agences de réglementation des produits de santé de sept pays: Bénin, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Mali, Niger, Nigeria et Togo.

"Le business de la contrefaçon des médicaments arrive en tête des trafics illicites", affirme Geoffroy Bessaud, directeur de la coordination anticontrefaçon du groupe pharmaceutique français Sanofi. Il rapporte même plus que le trafic de cannabis, selon le World Economic Forum.

"Ce phénomène prend de l?ampleur: l'attractivité financière est en effet très forte et des organisations criminelles de toutes tailles sont impliquées dans ce trafic", souligne-t-il. "Un investissement de 1.000 dollars peut rapporter jusqu?à 500.000 dollars alors que pour le même investissement, le trafic d?héroïne ou de fausse monnaie rapporte 20.000 dollars".

"Le trafic de faux médicaments est un des principaux fléaux du 21e siècle", accuse-t-il.

Les autorités ivoiriennes avaient incinéré en mai 2017 40 tonnes de faux médicaments saisis à Adjamé, un quartier populaire d'Abidjan, abritant le plus grand marché de médicaments de rue d'Afrique de l'Ouest et représentant 30% des ventes de médicaments en Côte d'Ivoire.

Mais l'opération semble n'être un coup d?épée dans l'eau. Les affaires continuent.

- Particuliers et cliniques privée -

Dès son entrée à "Roxy", le surnom de ce marché, le visiteur est happé par les vendeuses de faux médicaments : "Vous voulez quel médicament? Il y a de tout ici !"

Fatim, une vendeuse assise devant une large cuvette remplie de produits pharmaceutiques, raconte : "Beaucoup de personnes viennent avec leur ordonnance médicale pour s'approvisionner ici, tout comme les propriétaires de cliniques privées".

Elle refuse de dévoiler sa source d'approvisionnement, mais souligne que les vendeuses de faux médicaments sont organisées "en syndicat", c'est-à-dire qu'il y a des réunions pour "réguler" le marché - prix, approvisionnement.

"Les policiers nous +emmerdent+ alors qu'eux-mêmes viennent nous acheter des médocs. Quand nous sommes traquées, on s'arrange toujours avec les policiers pour reprendre nos activités", confie Mariam, une autre vendeuse.

En Côte d'Ivoire, première économie d'Afrique francophone, le secteur pharmaceutique légal enregistre chaque année "une perte de 40 à 50 milliards de francs CFA (60 à 76 millions d'euros) dont plus de 5 milliards destinés à l'Etat", selon les chiffres de l'ordre des pharmaciens de Côte d'Ivoire.

Les criminels profitent du fait qu'à l'inverse du trafic de stupéfiants, le commerce de faux médicaments demeure largement impuni dans le monde, étant considéré comme un simple délit de violation de la propriété intellectuelle, alors qu'il est pourtant responsable de centaines de milliers de morts par an, déplore l'Institut international de recherche anticontrefaçon de médicaments (Iracm), basé à Paris, dans un rapport.

Face à un "drame universel", les spécialistes appellent à une mobilisation internationale.

Le groupe Sanofi, en pointe dans la lutte, affirme avoir démantelé en 2016, 27 laboratoires clandestins, dont 22 en Chine, en Indonésie, en Ukraine, en Pologne.

Le groupe dispose d'un système de gouvernance qui détecte les produits contrefaits et les achemine à son laboratoire central d'analyse de contrefaçon à Tours.

Mais les Etats pauvres n'ont eux pas les moyens suffisants pour s'attaquer réellement aux trafiquants de médicaments, qui innovent en permanence pour échapper aux contrôles.

Les gouvernements africains, qui ont beaucoup d'autres préoccupations, n'ont pas la possibilité de mettre à la disposition des douaniers et des policiers les moyens nécessaires pour une contre-attaque efficace", souligne quelque peu résigné le professeur Gentilini, également chef de service a l'hôpital de la Pitié Salpêtrière à Paris.

Catégories: Actualités

BP: nouvelle charge de 1,7 milliard de dollars liée à la marée noire du Golfe du Mexique

France 24 - L'info en continu - mar, 01/16/2018 - 09:09

Le géant pétrolier BP a annoncé mardi avoir passé dans ses comptes une nouvelle charge de 1,7 milliard de dollars pour financer des indemnisations liées à la marée noire du Golfe du Mexique en 2010.

Cette somme, qui sera enregistrée dans les résultats du quatrième trimestre de 2017, provient d'une évaluation plus élevée que prévu des demandes de remboursements dans ce dossier, qui devraient toutefois être moins importantes à l'avenir, selon un communiqué du groupe britannique.

"La charge que nous passons est entièrement gérable au vu de notre situation financière, en particulier compte tenu du fait que le groupe équilibre à nouveau ses comptes à 50 dollars le baril", explique Brian Gilvary, directeur financier de BP.

Le groupe indique en outre qu'il s'attend à ce que cette catastrophe lui coûte encore 3 milliards de dollars en 2018, soit plus que les 2 milliards attendus jusqu'à présent pour cette année.

L'explosion de la plate-forme pétrolière DeepWater Horizon opérée par BP dans le Golfe du Mexique en 2010 avait fait 11 morts et provoqué une marée noire sur 180.000 kilomètres carrés.

Le groupe avait souligné en octobre dernier avoir payé 4,9 milliards de dollars depuis le début de 2017 pour compenser la marée noire, une somme qui était proche de celle de 2016, mais qui ne tenait alors pas compte de la nouvelle charge de 1,7 milliard.

Entre amendes, indemnisations des victimes et nettoyage des côtes, BP aura payé au total ces dernières années et à fin 2017 autour de 65 milliards de dollars pour compenser l'impact de ce désastre.

Catégories: Actualités

Basket - NBA - La nuit des Frenchies : du tout bon pour Frank Ntilikina et Nicolas Batum

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - mar, 01/16/2018 - 09:06
Le meneur des New York Knicks Frank Ntilikina s'est mis en évidence...
Catégories: Sport

Open d'Australie (H) - Mischa Zverev abandonne dès le premier tour à l'Open d'Australie

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - mar, 01/16/2018 - 09:05
Tête de série n°32, l'Allemand Mischa Zverev a abandonné après 49...
Catégories: Sport

Prison de Mont-de-Marsan: sept surveillants agressés par un détenu "radicalisé"

France 24 - L'info en continu - mar, 01/16/2018 - 09:00

Sept surveillants ont été agressés et blessés à coups de poing par un détenu "radicalisé", au centre pénitentiaire Pémégnan, à Mont-de-Marsan (Landes), lundi vers 15H30, a indiqué la CGT à l'AFP, confirmant une information de franceinfo.

Il aura fallu neuf agents au total pour maîtriser le détenu qui "refusait de se soumettre à une fouille" et qui "a été placé en garde à vue" après l'agression. "Trois agents souffrent de fractures et quatre autres de contusions multiples", a précisé à l'AFP Ludovic Motheron, délégué CGT au centre pénitentiaire de Mont-de-Marsan.

Catégories: Actualités

VIDEO. Cette tortue peine à recouvrir son nid sur une plage pleine de déchets

Un chercheur Taïwanais a filmé les efforts désespérés d'une tortue marine qui tente de recouvrir son nid pour protéger les oeufs sur une plage polluée.
Catégories: Sciences

VIDEO. Cette tortue peine à creuser un nid sur une plage recouverte de déchets

Un chercheur Taïwanais a filmé les efforts désespérés d'une tortue marine qui tente de creuser un nid pour y pondre ses oeufs sur une plage recouverte d'ordures.
Catégories: Sciences

La Zad de Notre-Dame-des-Landes "sera évacuée des éléments les plus radicaux", promet Collomb

Le Huffington Post - mar, 01/16/2018 - 08:58

NOTRE-DAME-DES-LANDES - A-t-il vendu la mèche? Gérard Collomb a apporté une réponse très étonnante à la question de l'évacuation de la "Zad" de Notre-Dame-des-Landes, dans laquelle sont concentrés les opposants au projet d'aéroport.

Elle sera "évacuée des éléments les plus radicaux", a-t-il déclaré ce mardi 16 janvier sur France 2. "Le président prendra sa décision dans les prochaines semaines (sur le projet d'aéroport). Evidemment, nous sommes toujours prêts à maintenir l'ordre républicain", a précisé le ministre de l'Intérieur.

Sur #NotreDamedesLandes : @gerardcollomb "La #ZAD de #NDDL sera évacuée des éléments les plus radicaux. Nous voulons lui donner un autre avenir." #Les4V@telematinpic.twitter.com/IAmddjXa7q

— Caroline Roux (@Caroline_Roux) 16 janvier 2018

L'ancien maire de Lyon répondait à la question suivante: quelle que soit la décision qui sera prise, la Zad sera-t-elle évacuée? En cas d'aménagement de l'actuel aéroport de Nantes-Atlantique on peut en effet envisager qu'une partie des occupants de la Zad reste sur place dans un scénario qui ressemblerait à celui du Larzac.

"Ce que nous voulons, c'est lui donner un autre avenir. Il y a toute une série de gens qui ont des projets sur la Zad, donc qui sont prêts le cas échéant à pouvoir faire autre chose", a estimé Gérard Collomb. "Il faut gérer ce genre de crise avec beaucoup de maîtrise", a-t-il aussi souligné, louant "la maîtrise" du préfet de police Maurice Grimaud en poste durant les manifestations de Mai 68.

Problème, le maintien des occupants même les moins agressifs n'est pas compatible avec la construction de la plateforme à Notre-Dame-des-Landes. Dans ce cas, il faut une évacuation totale de la Zad. Et ce n'est pas ce qu'a à quoi s'est engagé le ministre.

Le gouvernement s'est donné jusqu'à la fin du mois pour prendre une décision définitive sur ce feuilleton vieux de 50 ans.

Lire aussi :

Le gouvernement a définitivement enterré le référendum sur Notre-Dame-des-Landes

NDDL vs Nantes-Atlantique: le match des aéroports selon les médiateurs

La prudence de Sioux d'Edouard Philippe à la réception du rapport sur NDDL

Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

À voir également sur Le HuffPost:

Catégories: Actualités

Yvette Roudy : « On trouve encore des femmes du côté de la “domination masculine” »

En réponse à la tribune publiée dans « Le Monde » par un collectif de 100 femmes, dont Catherine Deneuve, l’ancienne ministre des droits de la femme juge que l’affaire, « politique », doit être réglée par le gouvernement au plus vite.
Catégories: Actualités

Foot - Transferts - Transferts : Emiliano Sala (Nantes) a décliné Brighton

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - mar, 01/16/2018 - 08:56
Emiliano Sala, en passe de prolonger son contrat avec Nantes, a été...
Catégories: Sport

Open d'Australie (H) - Gaël Monfils rejoint Novak Djokovic au deuxième tour de l'Open d'Australie

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - mar, 01/16/2018 - 08:56
Qualifié pour le deuxième tour de l'Open d'Australie, Gaël Monfils y...
Catégories: Sport

Open d'Australie: Monfils prend rendez-vous avec Djokovic

France 24 - L'info en continu - mar, 01/16/2018 - 08:54

Le Français Gaël Monfils a pris rendez-vous avec Novak Djokovic pour un deuxième tour de l'Open d'Australie explosif en battant l'Espagnol Jaume Munar (187e mondial) en trois sets 6-3, 7-6 (7/5), 6-4, mardi à Melbourne.

Tombé à la 39e place mondiale lors d'une saison 2017 décevante, le Parisien a opéré un retour début janvier en gagnant le tournoi de Doha.

Il a dominé le jeune Espagnol de 20 ans, issu des qualifications et handicapé par une blessure à la jambe au dernier set.

Catégories: Actualités

Moins d'alcool et de tabac: les Russes se mettent à la vie saine

France 24 - L'info en continu - mar, 01/16/2018 - 08:52

Jamais depuis la chute de l'URSS, les Russes n'avaient aussi peu consommé d'alcool: ce constat résulte de plus de dix ans de lutte contre un alcoolisme et un tabagisme aux conséquences sanitaires dramatiques mais aussi d'une tendance à un mode de vie plus sain.

Si la vodka fait toujours figure de boisson nationale, les Russes, avec une consommation moyenne de 12,2 litres d'alcool pur par an et par personne, boivent moins que les Français (13,3 litres), les Portugais (12,6 litres) ou les Allemands (13,4 litres), selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Cela représente une chute de près de 20% depuis 2012.

Que l'on parle de la consommation d'alcool mais aussi de cigarettes, "la baisse annuelle est vraiment abrupte, surtout si vous regardez d'où nous sommes partis", commente pour l'AFP Melita Vujnovic, représentante de l'OMS en Russie.

Melita Vujnovic explique cette tendance par la politique de plus en plus restrictive, mise en place par les pouvoirs publics depuis plus de dix ans: fin des ventes d'alcool après 23H00, introduction d'un prix minimum et interdiction de la publicité...

"Ce qui fonctionne ailleurs fonctionne ici aussi. Vous entendrez les mêmes arguments dans de nombreux pays, comme le fait que boire fait partie de notre identité nationale, mais c'est un mythe", assure-t-elle.

Les autorités cherchent à tourner la page de la dramatique crise sanitaire des années suivants la chute de l'URSS en 1991, marquées par une chute de l'espérance de vie et un déclin de la population. Cela a entraîné une baisse de la population que le pays peine toujours à enrayer aujourd'hui.

En 1990, la consommation d'alcool par habitant était inférieure à 12 litres, après des années de mesures très restrictives imposées par Mikhaïl Gorbatchev. Elle a ensuite augmenté dans la période post-soviétique jusqu'en 2007, quand la courbe s'est inversée, selon l'OMS.

- Paquet à deux euros -

La consommation de tabac est en repli aussi, avec une baisse de 20% du nombre de fumeurs entre 2009 et 2016. Désormais, "seuls" 30% des Russes fument, selon les chiffres compilés par l'OMS dans la Global Adult Tobacco Survey.

Le prix des cigarettes, proche de deux euros, reste bien inférieur aux moyennes européennes. Mais Melita Vujnovic salue le programme de lutte contre le tabagisme mis en place en Russie comme "l'un des meilleurs du monde", qui met en place de strictes limitations dans les lieux publics.

Elena Dmitrieva, la directeure de l'ONG russe Fondation pour le développement et la santé, estime aussi que les mesures gouvernementales ont joué un rôle essentiel, mais constate une tendance générale à un mode de vie plus sain, notamment dans les grandes villes.

"Il y a cette mode des clubs de sports, de la santé, du bien-être. Tout cela est plus à la mode qu'auparavant", souligne-t-elle. "Les tendances culinaires, les tendances en terme de santé changent dans le monde entier, et les Russes aiment suivre les tendances occidentales".

- Changement de culture -

Anton, un Moscovite de 32 ans qui organise des tournois d'arts martiaux dans la capitale russe, n'a plus bu une goutte depuis dix ans, après des problèmes d'alcoolisme.

"Il y a davantage de gens qui ne boivent pas dans mon cercle d'amis", constate-t-il. "Quand vous faites du sport sérieusement, vous faites votre possible pour être en meilleure santé, vous ne voulez pas prendre d'alcool ou autre chose".

Il lie cette tendance à la popularité croissante en Russie du mouvement "Straight Edge", apparu aux Etats-Unis dans les années 1980, qui rejette les drogues, l'alcool, le tabac mais aussi le sexe sans sentiments.

Le président russe Vladimir Poutine lui-même s'affiche en amateur de sports et ne boit pas. Il s'est fait le champion d'un retour à l'ordre moral tranchant avec le délitement des années 1990... et avec son prédécesseur Boris Eltsine connu pour son penchant pour l'alcool.

Iaroslav, un Russe de 26 ans travaillant dans les arts visuels, a arrêté de fumer quand la cigarette a été bannie des bars et restaurants. Selon lui, fumer devient moins bien vu.

"Je pense que quand nous allions à l'école, tous nos professeurs fumaient, sauf peut être le professeur d'éducation physique", se souvient le jeune homme, qui a grandi à Mourmansk (nord-ouest du pays). "Les choses ont vraiment changé. Je connais quelques bars où on peut fumer et je n'irais pour rien au monde".

Catégories: Actualités

Open d'Australie: Djokovic, Sharapova, Wawrinka, le jour des retours gagnants

France 24 - L'info en continu - mar, 01/16/2018 - 08:49

La deuxième journée de l'Open d'Australie a été marquée mercredi à Melbourne par les retours gagnants de Novak Djokovic et Stan Wawrinka après une longue absence, et par celui de Maria Sharapova sur les lieux de son contrôle antidopage positif d'il y a deux ans.

- La ballade de Djokovic -

Six mois qu'il n'avait pas joué un match officiel, depuis son abandon à Wimbledon ! Novak Djokovic s'est offert une promenade de santé pour son retour aux dépens de l'Américain Donald Young (63e mondial), battu 6-1, 6-2, 6-4. Le Serbe, classé à une inhabituelle 14e place mondiale, porte une volumineuse protection au coude droit, mais apparemment il ne va pas trop mal physiquement ni mentalement.

"Il n'y a pas de meilleur endroit pour reprendre qu'ici en Australie. J'adore venir jouer ici", a-t-il dit aux spectateurs. "Je sors d'une longue période sans match officiel, mais j'ai passé du bon temps avec ma famille", a-t-il ajouté. "Je voulais commencer avec la bonne intensité et j'y suis parvenu. J'ai joué un tennis parfait pendant les deux premiers sets, puis Donald a réagi", a dit l'ex-N.1 mondial.

- Revoilà Wawrinka -

On n'avait plus vu le Suisse non plus depuis Wimbledon. Opéré d'un genou, le vainqueur de l'édition 2014 actuellement 8e mondial s'est sorti d'un beau combat contre le Lituanien Ricardas Berankis (136e) en quatre sets 6-3, 6-4, 2-6, 7-6 (7/2).

- Les frissons de Sharapova -

Maria Sharapova revenait elle sur les lieux de son contrôle antidopage positif au meldonium, il y a deux ans, qui lui avait coûté une suspension de quinze mois. Tout s'est bien passé face à l'Allemande Tatjana Maria (47e), battue en deux sets 6-1, 6-4.

"Regardez, j'ai des frissons ! J'adore ces moments-là", a-t-elle répondu au speaker de la Margaret Court Arena qui lui demandait ce que signifiait ce retour pour elle. Revenue sur le circuit en 2017, elle n'a pas dépassé la 48e place mondiale, notamment en raison de blessures, et préfère ne pas se fixer d'objectifs trop grandioses.

"Je suis en train de construire. Certaines choses reviennent vite, d'autres moins. La confiance vient avec le temps et avec les matchs. J'ai des espérances, mais je suis aussi réaliste", a dit Sharapova qui, après l'US Open, joue son deuxième tournoi du Grand Chelem depuis sa reprise.

- Caroline Garcia veut faire mieux -

La Française, 8e mondiale, a certes gagné en deux sets face à l'Allemande Carina Witthöft (50e) 7-5, 6-4, mais elle n'est "pas satisfaite de son niveau de jeu".

Menée dans le premier set 5 à 3, elle est "restée calme pour trouver une solution sans paniquer". Plus rigoureuse dans la deuxième manche, après les nombreuses fautes de la première, elle a aligné neuf jeux pour se mettre en position de conclure (7-5, 5-0), mais il a fallu attendre un peu plus que nécessaire à cause d'un nouveau moment de crispation.

La bonne nouvelle est que ces hauts et ces bas n'ont rien à voir avec les problèmes de dos de la demi-finaliste du Masters. Gênée en début de saison, elle avait dû abandonner à Brisbane. Sa victoire sur Witthöft, 50e mondiale, était sa première de l'année. "C'est bien de pouvoir s'exprimer", a-t-elle dit.

- Kerber sur sa lancée -

On avait un peu oublier l'Allemande pendant la saison 2017, qu'elle avait commencée à la première place mondiale avant de glisser au-delà de la 20e. De nouveau en forme et 16e mondiale, la championne de l'édition 2016 a dominé sa compatriote Anna-Lena Friedsam (388e) 6-0, 6-4. C'était sa sixième victoire d'affilée après son succès au tournoi de Brisbane.

- Trois Français sur cinq -

Avant les matchs de la soirée (Monfils, Gasquet), trois Français ont poursuivi leur route vers le deuxième tour: Garcia, le vétéran Julien Benneteau, 36 ans, et Adrian Mannarino. En revanche Océane Dodin et Jérémy Chardy ont perdu.

Catégories: Actualités

Ces moutons roumains qui rendent chèvres les militaires américains

France 24 - L'info en continu - mar, 01/16/2018 - 08:44

C'est l'un des sites militaires américains les plus stratégiques en Europe et il est tombé sur un ennemi inattendu: des moutons. Le commandement de la base de Deveselu, dans le sud de la Roumanie, a engagé un improbable bras de fer avec l'éleveur du troupeau qui perturbe ses installations.

Les quelque 250 brebis de Dumitru Bleja "ont brouté sans être inquiétées" pendant des années, avant que l'arrivée des Américains, fin 2013, ne mette fin à cette vie paisible, raconte à l'AFP Alexandru Damian, maire de la petite commune de Stoenesti, limitrophe de Deveselu, dans la vaste plaine danubienne.

Car "les moutons ne sont pas comme les hommes. Ils ne respectent pas les règles, entrent dans la zone d'action des senseurs de sécurité, touchent la clôture et déclenchent les systèmes d'alerte", explique-t-il.

Inconcevable pour l'armée américaine qui a choisi ce site pour installer un système de défense antimissile intégré dans le bouclier de l'Otan en Europe, conçu pour intercepter des missiles intercontinentaux.

- Menace pour la sécurité ? -

Du coup, le haut représentant des Etats-Unis à Deveselu a informé en 2014 le ministère roumain de la Défense que l'abri à moutons situé à une dizaine de mètres de la clôture "mine les exigences minimales de sécurité et est incompatible" avec le fonctionnement des installations.

La saga judiciaire opposant le ministère roumain à l'éleveur dure depuis plus de trois ans et mercredi, c'est la plus haute instance du pays, la Haute Cour de Cassation et de Justice, qui est appelée à se prononcer sur l'un des volets de l'affaire.

Selon le maire, M. Bleja avait acheté en 2007 près d'un hectare de terrain contigu à la base de Deveselu et construit un abri pour ses moutons un an plus tard, bien avant le début des travaux sur le bouclier. Mais, admet-il, l'éleveur n'avait pas obtenu - ni demandé - de permis de construire comme l'exige la législation.

Aux plaintes des autorités roumaines ont répondu celles du berger de 63 ans: il exige des dédommagements d'un montant de 18.000 euros en cas de démolition du bercail de 132 m2.

Pour M. Damian, la situation est "gênante". "Nous avons signé un traité avec les Américains et nous devons le respecter", dit le maire.

Sans commenter ce dossier, les Etats-Unis se félicitent du "partenariat fort et continu avec les alliés roumains, qui permet de poursuivre les opérations" sur la base de Deveselu, selon un porte-parole du commandement du système naval américain en Europe, Afrique et Asie du Sud-Ouest, Tim Pietrack.

Le site de Deveselu, qui fait partie du bouclier de l'Otan, a été inauguré en mai 2016, suscitant la colère de la Russie qui le considère comme une menace pour sa sécurité. Sa construction a coûté environ 800 millions de dollars.

- Dédommagements 'exagérés' -

A Stoenesti, les habitants sont réticents à s'exprimer "pour ne pas avoir d'ennuis" avec M. Bleja, mais nombre d'entre eux estiment que ce dernier est en faute dans cette histoire.

"Même lorsqu'il s'agit de la construction d'une simple autoroute, les gens doivent accepter les conditions des autorités" chargées des expropriations, dit la patronne d'un bar.

"On ne peut pas s'obstiner à faire les choses uniquement à notre tête. Le propriétaire doit arriver à un accord avec l'unité militaire et avec la mairie", estime une retraitée, Nicoleta Nacu, 69 ans. "En plus, les dédommagements qu'il demande sont exagérés, car après tout l'abri n'est pas si grand que ça."

Un conseiller local accuse lui M. Bleja d'avoir acheté le terrain et construit l'abri "justement pour obtenir des dédommagements importants de la part des Américains".

"Exclu", réplique l'avocat de l'intéressé, Serban Dinu. "Nul ne savait en 2007 que Deveselu serait choisi pour abriter le bouclier", indique-t-il à l'AFP.

En attendant le verdict, M. Bleja, qui refuse toute demande d'interview, s'est retiré avec ses moutons à Caracal, sa ville natale située à une quinzaine de kilomètres de Stoenesti.

Catégories: Actualités

Pages

S'abonner à JO CASANOVA MUSIC agrégateur