Agrégateur de flux

A Saint-Pétersbourg, les entrées d'immeuble d'époque font la joie des curieux

France 24 - L'info en continu - ven, 04/20/2018 - 14:20

Richement décorées ou délaissées par le temps, souvenir d'une époque révolue et parfois idéalisée, de nombreuses entrées d'immeuble de Saint-Pétersbourg, l'ancienne capitale des tsars de Russie, suscitent aujourd'hui l'intérêt de plus en plus de curieux.

Des visites guidées organisées par un groupe d'amateurs font découvrir tous les weekends ce patrimoine architectural resté longtemps ignoré du temps de l'Union soviétique.

"C'est très insolite qu'une visite comme celle-ci vous plonge dans une ambiance d'une autre époque", explique Natalia Gavrilova, venue avec une amie admirer le vaste hall d'un immeuble de rapport qui appartenait à un marchand au début du 20e siècle.

"Regardez ces carreaux de céramique, ils ont l'air tout neufs", s'enthousiasme le guide, Kirill Polejaïev, entouré de moulures et de médaillons d'époque, qui ornent les murs de l'entrée du bâtiment, situé non loin de la célèbre Perspective Nevski.

Une autre entrée, celle d'un sombre immeuble de la rue Sovietskaïa, frappe par sa lumineuse décoration de style moderne: des carreaux de céramique aux couleurs azurs, portes en bois sculptées, et dessins de fleurs ornant les murs et le plancher.

Dans un autre immeuble, peu de traces ont été conservées du faste d'antan. Les lambris en chêne ne recouvrent plus qu'une partie des murs: ceux qui ont survécu au siège de Leningrad, lorsque la deuxième ville de Russie était encerclée par les Allemands et que les habitants brûlaient tout ce qu'ils trouvaient pour se réchauffer.

"Il faut faire preuve d'imagination pour se rendre compte à quel point cette entrée était riche et luxueuse", regrette Kirill Polejaïev.

Saint-Petersbourg, surnommée la "Venise du nord" grâce à ses nombreux canaux, affiche un patrimoine architectural divers, allant du baroque au néoclassicisme le plus pur.

Catégories: Actualités

Cyclisme: Armstrong ou le dopage tous azimuts

France 24 - L'info en continu - ven, 04/20/2018 - 14:19

Symbole des années de plomb du cyclisme, Lance Armstrong, qui en a fini jeudi avec la justice américaine en payant 5 millions de dollars, a utilisé toute une panoplie de produits dopants.

. Dopage en stock

EPO, transfusions sanguines, hormones de croissance, testostérone, corticoïdes: l'éventail des substances utilisées par le Texan pour assurer son emprise sur le peloton lui a valu d'être accusé par l'agence antidopage de son pays (USADA), à l'origine de sa chute en 2012, d'avoir utilisé "le système de dopage le plus sophistiqué, le plus efficace et le plus professionnel que le sport a jamais connu".

Un excès d'"honneur" ? A l'époque de sa toute-puissance, l'équipe de l'US Postal dirigée par Johan Bruyneel, l'acolyte belge qui l'a accompagné dans sa carrière à partir de 1999, impose l'image du "train bleu" (de la couleur de leurs maillots), sept années durant. Dans les ascensions, Armstrong reste dans le sillage de ses coéquipiers qui s'effacent à tour de rôle avant que le Texan procède à l'élimination de ses adversaires. A sa façon, aussi tranchante que son caractère.

. Proximité avec les puissants

En coulisses, l'autorité du "Boss" opère de la même manière. Il est "à tu et à toi" avec le président de l'Union cycliste internationale (UCI) d'alors, l'homme d'affaires néerlandais Hein Verbruggen, décédé l'an passé. Face aux soupçons qui ont commencé à fleurir dès sa première victoire dans le Tour (1999), Armstrong nie tout. Combatif, il contre-attaque.

Il assure n'avoir recours au sulfureux préparateur italien Michele Ferrari que pour ses programmes d'entraînement. Il va jusqu'à financer l'achat de matériel antidopage à destination des jeunes par la fédération internationale. On apprendra ensuite qu'il a dénoncé à l'UCI tel ou tel rival (Iban Mayo notamment), suspecté de dopage.

Est-il protégé ? Dans son rapport publié en 2015, la Commission indépendante de réforme du cyclisme (CIRC), qui a enquêté sur les pratiques dopantes du peloton depuis 1998 et la gestion du problème par l'UCI, n'a pas relevé de corruption. Mais elle a souligné la proximité entre Armstrong et Verbruggen.

Le président de l'UCI, à l'époque l'un des hommes forts du Comité international olympique (CIO), est régulièrement monté en première ligne pour défendre le coureur américain.

. L'hypothèse du moteur

Comment donc expliquer l'écrasante supériorité d'Armstrong face à des adversaires dont la plupart sont soupçonnés d'avoir eu recours aux mêmes produits dopants ? Début 2017, la chaîne américaine CBS a enquêté sur l'utilisation du vélo à moteur dans le peloton et a instillé le doute autour du Texan. Un livre paru en France à la fin de la même année ("Rouler plus vite que la mort", par Philippe Brunel) a enfoncé le clou.

L'ingénieur hongrois Istvan Varjas, à l'origine de la trouvaille du moteur miniaturisé, raconte avoir mis au point cette arme absolue à la fin de l'année 1998. Il affirme que l'invention lui a alors été achetée, par un intermédiaire, avec une clause de "non-concurrence" portant sur dix ans, une sorte de contrat d'exclusivité.

Dès l'automne 2016, Armstrong a été interrogé par une radio irlandaise sur le sujet, l'utilisation d'un tel vélo motorisé dans le Tour. "Mais vous êtes fou !", a répondu le Texan. Par avocats interposés, il s'est défendu ensuite d'avoir jamais utilisé un tel système. Sans lever pour autant les doutes chez ses contempteurs, quant à ce qui serait une imposture suprême.

Catégories: Actualités

Réforme de la justice : à quoi faut-il s'attendre ?

L' Essentiel - SudOuest.fr - ven, 04/20/2018 - 14:19

Avocats et magistrats sont vent debout contre la réforme qui limite selon eux l'accès au juge, notamment en cas de divorce. .
Naissance du tribunal criminel, réforme des peines, simplification de la procédure civile, fusion de tribunaux. La garde des Sceaux Nicole Belloubet présentait vendredi en Conseil des ministres son... Lire la suite

Catégories: Actualités

Altara Cogedim : agenda financier 2018

Le Boursier - ven, 04/20/2018 - 14:17
Prochain rendez-vous le 14 mai...
Catégories: Économie - Finances

Les valeurs à suivre à Wall Street

Le Boursier - ven, 04/20/2018 - 14:16
(Reuters) - Principales valeurs à suivre vendredi à Wall Street où les contrats à termes sur indiquent laissent présager une ouverture sans grand changement :
Catégories: Économie - Finances

Uber facture désormais les clients qui feront attendre trop longtemps leur chauffeur

Le Huffington Post - ven, 04/20/2018 - 14:15
Uber facture désormais les clients qui feront attendre trop longtemps leur chauffeur
Catégories: Actualités

Frédérique Vidal : "créer l'écosystème pour faciliter l'émergence de start-ups"

La ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche Frédérique Vidal a répondu aux questions des journalistes de Sciences et Avenir. Dans cet extrait vidéo, elle explique les projets de campus d'innovation visant à faire émerger des start-ups depuis le monde de la recherche fondamentale.
Catégories: Sciences

Huit chiffres sur la fin de l’ère Arsène Wenger, entraîneur du club anglais Arsenal

EN UN GRAPHIQUE – Le Français, ancien joueur et ex-entraîneur de Monaco, aura passé vingt-deux saisons sur le banc des « Gunners ».
Catégories: Actualités

Et si Macron et Trump avaient plus en commun qu'il n'y paraît? / Que peut espérer Macron de sa rencontre avec Trump à Washington?

Slate.fr - ven, 04/20/2018 - 14:09
Ils ne se ressemblent pas, pourtant tous les deux sont sortis de nulle part. L’un a été amené par la détestation de l’ancien monde politique, l'autre par le vent du populisme. L’un cultive la solennité, l’autre l’a détruite. Emmanuel Macron et Donald Trump n'étaient pas attendus, ils sont entrés sans frapper.  ... Lire la suite
Catégories: Actualités

Foot - ANG - Arsène Wenger à Arsenal en stats

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - ven, 04/20/2018 - 14:07
Après vingt-deux ans passés sur le banc d'Arsenal, Arsène Wenger...
Catégories: Sport

A Saint-Pétersbourg, les entrées d'immeuble d'époque font la joie des curieux

ladepeche.fr - ven, 04/20/2018 - 14:06
Richement décorées ou délaissées par le temps, souvenir d'une époque révolue et parfois idéalisée, de nombreuses entrées d'immeuble de Saint-Pétersbourg, l'ancienne capitale des tsars de Russie, suscitent aujourd'hui l'intérêt de plus en plus de curieux. Des visites guidées organisées par un groupe d'amateurs font découvrir tous les weekends ce patrimoine architectural resté longtemps ignoré du temps de l'Union soviétique. "C'est très...
Catégories: Actualités

GTT : agenda financier 2018

Le Boursier - ven, 04/20/2018 - 14:06
Prochain rendez-vous le 17 mai...
Catégories: Économie - Finances

Immigration-asile: le PS dénonce "l'alignement" historique de LREM avec le FN et l'aile droite de LR

France 24 - L'info en continu - ven, 04/20/2018 - 14:03

Le Parti socialiste a dénoncé vendredi un "tournant" historique, "l'alignement" entre la majorité parlementaire, le Front national et l'aile droite des Républicains, après le vote d'un article de loi réduisant le délai de première demande d'asile.

"Pour la première fois dans notre histoire, le Front national vient, sur un texte qui concerne l'asile et l'immigration, apporter sa caution à un gouvernement", a déclaré le premier secrétaire du parti, Olivier Faure, dans les couloirs de l'Assemblée.

"Une très grande majorité de La République En Marche se déporte vers la droite et accepte un alignement avec le Front national et la partie la plus à droite du groupe Les Républicains", un "tournant dans notre histoire politique", a souligné Valérie Rabault, présidente du groupe Nouvelle Gauche, lors d'une conférence de presse.

L'Assemblée a donné jeudi soir son feu vert à l'article 5 du projet de loi asile et immigration, réduisant de 120 à 90 jours le délai de dépôt de première demande d'asile.

Cet article controversé a été adopté par 92 voix, dont 14 de LR et 4 du FN, face à 31 voix contre et 13 abstentions.

Les deux responsables socialistes ont également invoqué l'atteinte au droit constitutionnel que constitue selon eux l'article 5.

"Nous avons un président qui est non seulement le président des riches, mais qui tourne le dos à des principes fondamentaux pour notre République", a jugé M. Faure. "Pour le premier anniversaire de ce gouvernement, c'est assez significatif pour qu'on le souligne ce matin", a-t-il ajouté.

Le projet de loi ne garantit, selon les deux députés, ni une instruction correcte des dossiers de demande d'asile, ni des moyens matériels et financiers suffisants.

Mme Rabault et M. Faure ont de plus réaffirmé leur inquiétude sur la qualité du débat parlementaire.

"Le président du groupe LREM Richard Ferrand a refusé toute demande de la part de l'ensemble des parlementaires pour qu'il y ait un vote solennel de ce texte à l'issue d'une séance de questions au gouvernement, comme cela se fait à chaque fois", a déploré Mme Rabault. Et "personne ne sait quand le vote va intervenir. Le groupe LREM veut un vote en catimini".

Catégories: Actualités

Immigration-asile: le PS dénonce "l'alignement" historique de LREM avec le FN et l'aile droite de LR

LCP Assemblée nationale - ven, 04/20/2018 - 14:03

Le Parti socialiste a dénoncé vendredi un "tournant" historique, "l'alignement" entre la majorité parlementaire, le Front national et l'aile droite des Républicains, après le vote d'un article de loi réduisant le délai de première demande d'asile.

"Pour la première fois dans notre histoire, le Front national vient, sur un texte qui concerne l'asile et l'immigration, apporter sa caution à un gouvernement", a déclaré le premier secrétaire du parti, Olivier Faure, dans les couloirs de l'Assemblée.

"Une très grande majorité de La République En Marche se déporte vers la droite et accepte un alignement avec le Front national et la partie la plus à droite du groupe Les Républicains", un "tournant dans notre histoire politique", a souligné Valérie Rabault, présidente du groupe Nouvelle Gauche, lors d'une conférence de presse. 

L'Assemblée a donné jeudi soir son feu vert à l'article 5 du projet de loi asile et immigration, réduisant de 120 à 90 jours le délai de dépôt de première demande d'asile.

Cet article controversé a été adopté par 92 voix, dont 14 de LR et 4 du FN, face à 31 voix contre et 13 abstentions. 

Les deux responsables socialistes ont également invoqué l'atteinte au droit constitutionnel que constitue selon eux l'article 5. 

"Nous avons un président qui est non seulement le président des riches, mais qui tourne le dos à des principes fondamentaux pour notre République", a jugé M. Faure. "Pour le premier anniversaire de ce gouvernement, c'est assez significatif pour qu'on le souligne ce matin", a-t-il ajouté.

Le projet de loi ne garantit, selon les deux députés, ni une instruction correcte des dossiers de demande d'asile, ni des moyens matériels et financiers suffisants.

Mme Rabault et M. Faure ont de plus réaffirmé leur inquiétude sur la qualité du débat parlementaire. 

"Le président du groupe LREM Richard Ferrand a refusé toute demande de la part de l'ensemble des parlementaires pour qu'il y ait un vote solennel de ce texte à l'issue d'une séance de questions au gouvernement, comme cela se fait à chaque fois", a déploré Mme Rabault. Et "personne ne sait quand le vote va intervenir. Le groupe LREM veut un vote en catimini".

Catégories: Actualités

Filières courtes

Slate.fr - ven, 04/20/2018 - 14:02
Catégories: Actualités

ITW - Sting et Shaggy: 44/876, un étonnant album pop-reggae

Après le succès de son dernier album "57th & 9th", Sting revient avec la star du reggae Shaggy pour un album qui mêle la pop musique et les sonorités caraïbéennes, 44/876, en référence aux indicatifs téléphoniques de l’Angleterre et de la Jamaïque. Un 'feel good' album disponible le 20 avril. Nous les avons rencontrés pour parler ...

Cet article ITW - Sting et Shaggy: 44/876, un étonnant album pop-reggae est apparu en premier sur Rolling Stone.

Catégories: Musique

Manuel Valls étudie une candidature à la mairie de Barcelone

France 24 - L'info en continu - ven, 04/20/2018 - 14:00

L'ancien Premier ministre français Manuel Valls a annoncé vendredi qu'il envisageait d'être candidat à la mairie de Barcelone lors des élections de 2019 pour le parti de centre droit Ciudadanos.

"Je vais y réfléchir", a déclaré Manuel Valls sur la chaîne de télévision publique TVE où un journaliste catalan l'interrogeait sur cette possibilité.

Evoquant son engagement contre le séparatisme en Catalogne il a assuré en espagnol s'être impliqué dans ce débat "en tant qu'enfant de Catalan, né à Barcelone parce que je veux aussi donner à la Catalogne et à l'Espagne ce qu'elles m'ont offert: mes origines, c'est aussi une forme de générosité".

"Je me suis impliqué dans ce débat en tant qu'Européen, parce que les conséquences pour l'Europe (du séparatisme catalan ndlr) étaient très importantes", a-t-il ajouté.

"Continuer dans ce débat, oui cela m'intéresserait, rester dans ce débat politique et intellectuel. Puis-je aller plus loin? Je vais y réfléchir".

"Ciudadanos est ouvert à la présence de personnes comme M. Valls dans nos listes", a déclaré un peu plus tard Albert Rivera, chef de Ciudadanos, principale force d'opposition aux indépendantistes en Catalogne, qui a aussi le vent en poupe dans les sondages au niveau national.

"Il y a des primaires", a-t-il cependant ajouté avec prudence.

"J'espère que cela pourra se concrétiser mais pour le moment j'avoue que c'est une porte ouverte et il manque encore du temps", a encore déclaré M. Rivera en soulignant que son parti est "ouvert au talent" et que M. Valls serait bien meilleur maire que l'actuelle maire de Barcelone, Ada Colau, ancienne militante du droit au logement.

L'ancien chef du gouvernement (2014-2016), né espagnol mais naturalisé français, aime rappeler qu'il a grandi à Barcelone. Depuis l'automne il multiplie les voyages en Espagne et a participé à de nombreux débats et manifestations politiques pour dénoncer le séparatisme.

En France, Manuel Valls avait annoncé en juin 2017 qu'il quittait le Parti socialiste. Il siège comme député apparenté du groupe La République en marche (LREM), du président Emmanuel Macron.

Contacté par l'AFP M. Valls n'a pas souhaité faire d'autres commentaires.

Catégories: Actualités

Boursier.com Learning - Episode 12 : l'analyse technique

Le Boursier - ven, 04/20/2018 - 14:00
Les bases de l'analyse technique en Bourse.
Catégories: Économie - Finances

Foot - ANG - Arsenal : Les meilleurs buteurs sous l'ère Wenger

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - ven, 04/20/2018 - 13:56
À l'occasion de l'annonce du départ d'Arsène Wenger d'Arsenal à la...
Catégories: Sport

Angleterre: Wenger, l'orgueilleux révolutionnaire

France 24 - L'info en continu - ven, 04/20/2018 - 13:55

De "Wenger Who?" à "Wenger Out" en passant par "Wenger Knows": inconnu à son arrivée en 1996, l'altier Arsène Wenger (68 ans) a révolutionné Arsenal, le conduisant vers les sommets au début des années 2000, avant de stagner puis dévisser ces deux dernières saisons. Sans jamais se départir de sa classe.

A son arrivée, les tabloïds prédisaient au Français quelques semaines d'enfer seulement, une saison tout au plus, avant de rentrer chez lui. Mais l'inconnu d'alors, fraîchement débarqué de Nagoya après tout de même un titre de champion de France avec Monaco en 1988, a su gagner les coeurs, au moins jusqu'à ces dernières années.

Le chic et austère Wenger a apporté son style à Arsenal, son sens quasi scientifique du détail, et sa façon de mettre son nez partout, du recrutement jusqu'à la modernisation des infrastructures en passant par la santé des joueurs.

Il a introduit le concept de nutrition dans un football anglais des années 1990 qui se nourrissait au "fish and chips" et s'hydratait à la bière. Il a aussi mis fin au dilettantisme aux entraînements: avec Wenger, chaque session est pensée, planifiée et chronométrée. On ne rigole plus.

En recrutant des joueurs étrangers (notamment des "Frenchies"), il ouvre les yeux à toute la Premier League: les talents européens peuvent s'adapter au physique jeu anglais et même s'y épanouir.

Bref, Wenger modernise la Premier League toute entière.

- Age d'or -

Les résultats suivent, ouvrant une décennie fantastique pour Arsenal. Le fils d'Alphonse et Louise, restaurateurs à Duttlenheim (Bas-Rhin), mènent alors ses "Gunners" à trois titres en 1998, 2002 et à la saison invaincue des "Invincibles" de 2004. L'armoire à trophées se remplit encore avec quatre Cups jusqu'en 2006, année où il a perdu la finale de la Ligue des champions contre Barcelone.

"C'est un faiseur de miracle qui a révolutionné le club", assure l'ex-vice président David Dein.

Mais ce conte de fée dérape après 2006, tout doucement d'abord, avant de sortir complètement de la route ces dernières saisons. Le club est rattrapé par la réalité économique, puis, semble-t-il par les recrutements contestés de Wenger.

A la différence de ses rivaux, Wenger diplômé d'économie-gestion, n'a jamais cédé à la course à l'armement et a toujours préféré construire un club sain financièrement, privilégiant la qualité de jeu et le recrutement malin.

Obligé de vendre régulièrement ses pépites (Van Persie, Fabregas, Nasri, etc.) pour équilibrer les comptes et financer la construction de l'Emirates Stadium, Arsenal s'est laissé peu à peu distancer, en assurant toujours toutefois sa place dans la très lucrative Ligue des champions.

Mais les impatients supporters attendent un titre de champion. Alors le public demande régulièrement son départ et a protesté ces dernières semaines en ne se rendant même plus au stade.

Le double naufrage la saison passée contre le Bayern Munich en C1 (5-1; 5-1) a fait basculer les sceptiques. L'humiliation bavaroise étant celle de trop pour une équipe incapable de passer le cap des huitièmes de finale depuis 2010.

"Souffrances après souffrances après souffrances: c'est l'histoire récente de Wenger, seulement soulagée par un roman domestique à peine plus réjouissant", avait écrit le Mirror.

"Bien plus qu'une défaite, l'impression est celle d'une *fin de siècle*", avait lancé le Times, alors que toute la presse pointent depuis plusieurs saisons maintenant le manque de caractère des joueurs, toujours fins techniquement, mais pas toujours des guerriers dans les moments durs (à l'image des Xhaka, Özil, etc.).

D'une certaine manière, Wenger, qui n'a jamais perdu sa dignité, n'y a pas survécu.

- Electrochoc -

Après cette saison en enfer, sans qualification pour la C1 après pourtant 19 participations consécutives, il a toutefois été prolongé jusqu'en 2019.

Sans plus de succès cette saison: Arsenal végète à la 6e place, à 14 points des places qualificatives pour la compétition reine et croupit à 33 longueurs du champion Manchester City.

Sa seule option pour atteindre la C1 reste un sacre en Europa League, où l'Atletico Madrid se dresse sur sa route en demi-finale.

En mars, l'Arsenal Supporters Trust, la plus grande association de supporters, avait rendu public un sondage auprès de plus de 1000 membres: 88% exigeaient un départ de l'Alsacien à la fin de la saison.

Ils l'ont obtenu. Mais, le toujours digne technicien l'a fait à sa façon, choisissant la manière et le meilleur moment. Et on ne peut s'empêcher de penser qu'il espère un électrochoc à quelques jours d'affronter l'ogre madrilène, histoire d'aller en finale et quitter "son" Arsenal par la grande porte.

La saison passée, Wenger, sur le gril, n'avait pas participé au tour d'honneur de son équipe lors du dernier match de la saison, histoire de ne pas gâcher le moment. Nul doute que cette fois, ce sera lui qui sera applaudi.

Catégories: Actualités

Pages

S'abonner à JO CASANOVA MUSIC agrégateur