Agrégateur de flux

Israël pas prêt à faire la guerre pour les Saoudiens

France 24 - L'info en continu - il y a 9 heures 47 min

Une rare interview d'un général israélien à un média saoudien conforte les spéculations sur une éventuelle alliance entre Israël et l'Arabie saoudite face à l'Iran, mais les experts doutent que l'Etat hébreu se laisse entraîner dans une guerre par procuration.

L'Arabie saoudite et Israël n'ont pas de relations diplomatiques, mais un ennemi commun, l'Iran, dont l'expansion régionale les alarme.

Au-delà de l'antagonisme historique, les tensions se sont récemment avivées entre les deux poids lourds régionaux iranien et saoudien: compétition exacerbée par alliés interposés sur les théâtres de guerre du Proche-Orient, démission du Premier ministre libanais Saad Hariri, interception d'un missile tiré par des rebelles yéménites près de Ryad.

L'escalade verbale entre les deux rivaux a nourri les conjectures sur une convergence secrète entre l'Arabie saoudite et Israël et la possibilité d'une action contre l'Iran ou le Hezbollah libanais, son allié et autre grand ennemi d'Israël.

Dans ce contexte, le rare entretien accordé par le chef d'état-major israélien Gadi Eisenkot au site d'information en ligne Elaph, fondé par un homme d'affaires saoudien et basé en Grande-Bretagne, ne pouvait pas passer inaperçu.

Israël est "prêt à échanger (son) expérience et les informations provenant du renseignement avec les pays arabes modérés pour faire face à l'Iran", a-t-il dit. Israël et Ryad sont en "accord total": l'Iran est "la plus grande menace" régionale.

Israéliens et Saoudiens ne se sont jamais fait la guerre et la présidence américaine de Donald Trump offre "la chance d'une nouvelle alliance internationale dans la région", a-t-il ajouté.

- 'Calme trompeur' -

Les suppositions sur un rapprochement israélo-saoudien se nourrissent des vues prêtées à M. Trump: une recomposition régionale favoriserait l'accord "ultime" auquel il veut présider entre Israéliens et Palestiniens, historiquement soutenus par les Saoudiens.

Israël promeut lui-même l'idée que l'influence de l'Iran et les nouvelles réalités régionales annoncent une embellie de ses relations avec des pays arabes.

Il s'alarme des activités nucléaires iraniennes et du danger que l'Iran, engagé militairement en Syrie, n'établisse un nouveau front près de ses frontières. Il redoute de voir se dessiner un croissant proiranien continu passant par l'Irak, la Syrie et le Liban jusqu'à la Méditerranée.

Israël surveille aussi attentivement les lignes de démarcation avec le Liban et la Syrie, au-delà desquelles se trouve le Hezbollah considéré comme une organisation "terroriste" par l'Etat hébreu, l'Arabie saoudite et les Etats-Unis.

Jeudi, du haut d'une éminence avec vue sur Metoula, la ville israélienne la plus septentrionale flanquée par le Liban sur trois côtés, un tank israélien faisait pivoter en permanence son canon pointé vers le pays du Cèdre.

"Le Hezbollah est là, nous le voyons s'activer jour et nuit", dit sur place à l'AFP le lieutenant-colonel Elad Efrati, qui commande un bataillon gardant 25 km de frontière.

"Le calme relatif est trompeur", ajoute-t-il, "de l'autre côté le Hezbollah et l'armée libanaise collectent le renseignement non-stop". "Ce calme relatif peut voler en éclats à tout moment".

Après la démission du Premier ministre libanais, le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah a accusé l'Arabie saoudite d'avoir demandé à Israël de frapper le Liban.

- Risque de faux pas -

Le président iranien Hassan Rohani a renchéri en accusant Ryad: "Il est honteux et gênant qu'un pays musulman de la région demande et même supplie le régime sioniste de bombarder le peuple libanais".

"Nous n'avons aucune intention d'engager un conflit avec le Hezbollah au Liban", a répliqué le général Eisenkot, tout en prévenant qu'Israël se réservait le droit de contrer les "tentatives iraniennes d'escalade".

Israël n'est pas tenté par une nouvelle confrontation mais une région aussi instable est à la merci d'un dérapage, disent les experts.

Karim Bitar, de l'Institut des affaires internationales et stratégiques de Paris, relève "une combinaison de facteurs très inquiétants". "L'impulsivité saoudienne est soutenue par un président américain tout aussi impulsif".

"Il y a longtemps que les intérêts (israéliens et saoudiens) convergent", mais Israël fait la part des choses entre ses préoccupations et celles propres aux Saoudiens, dit Joshua Teitelbaum, du Centre israélien Begin-Sadat pour les études stratégiques.

"Israël ne se laissera pas entraîner dans une guerre pour le compte de l'Arabie saoudite", estime-t-il.

Par deux fois dans le passé, Ryad a misé sur la force de frappe israélienne, espérant une attaque contre les sites nucléaires de l'Iran, puis une intervention contre les forces du régime syrien, écrivait la semaine passée Amos Harel, expert des affaires de défense du quotidien israélien Haaretz.

"Les deux fois, il a été déçu", disait-il. Non sans admettre qu'Israël et le Hezbollah étant "souvent à deux faux pas mutuels de la guerre", un conflit peut vite arriver.

Catégories: Actualités

Toshiba "dément catégoriquement" la vente de ses PC à Asus

Le groupe d'électronique japonais nie les informations rapportée par la presse de son pays selon lesquelles ses activités liées aux ordinateurs individuels seraient sur le point d'être vendues.
Catégories: Sciences

Foot - ALL - Bayern - Thiago Alcantara touché à un genou

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - il y a 9 heures 49 min
Touché à un genou, Thiago Alcantara ne pourra pas jouer ce week-end...
Catégories: Sport

"Dropped" : un pilote d'hélicoptère ébloui par le soleil à l'origine du crash ?

L' Essentiel - SudOuest.fr - il y a 9 heures 53 min

Selon un rapport demandé par la justice, le soleil aurait pu provoquer le crash qui a coûté la vie à 10 personnes, dont trois sportifs, le 8 mars 2015.
Il y a plus de deux ans, une collision d'hélicoptères en Argentine avait coûté la vie à dix personnes, dont les sportifs Camille Muffat, Florence Arthaud et Alexis Vastine,... Lire la suite

Catégories: Actualités

En direct : le point sur la crise au Zimbabwe

Le président Mugabe négocie sa reddition. Retour sur cette crise politique avec l’historien Amzat Boukari-Yabara, qui vous répond dans ce Facebook Live.
Catégories: Actualités

Cyclisme: chez Direct Energie, cinq recrues pour 2018

France 24 - L'info en continu - il y a 9 heures 54 min

L'équipe cycliste française Direct Energie a fait le point vendredi sur son effectif 2018 qui comprendra cinq nouveaux coureurs, l'Estonien Rein Taaramae (Katusha), les Français Jérôme Cousin (Cofidis) et Damien Gaudin (Armée de Terre), et les néo-pros français Axel Journiaux et Simon Sellier.

Huit départs, en tenant compte de la fin de carrière de Thomas Voeckler qui a raccroché au terme du Tour de France, sont comptabilisés. Les Français Bryan Coquard, Romain Guillemois, Tony Hurel, Fabrice Jeandesboz, Julien Morice sont en partance tout comme les Canadiens Ryan Anderson et Antoine Duchesne.

Taaramae (30 ans), qui a couru pendant sept saisons dans une formation française (Cofidis, de 2008 à 2014), est le seul vrai nouveau du groupe de Jean-René Bernaudeau. Gaudin a déjà passé six ans dans la structure professionnelle et Cousin a été présent pour sa part pendant cinq ans.

L'équipe Direct Energie en 2018:

Restent: Thomas Boudat, Lilian Calmejane, Romain Cardis, Jérémy Cornu, Sylvain Chavanel, Yohann Gène, Fabien Grellier, Jonathan Hivert, Bryan Nauleau, Paul Ourselin, Adrien Petit, Alexandre Pichot, Perrig Quéméneur, Romain Sicard et Angelo Tulik (tous FRA).

Arrivent: Jérôme Cousin (FRA), Damien Gaudin (FRA), Axel Journiaux (FRA), Simon Sellier (FRA), Rein Taaramae (EST)

Catégories: Actualités

Johnny Hallyday a été hospitalisé

Le chanteur, qui souffre d’un cancer du poumon, est hospitalisé depuis la nuit de dimanche à lundi pour détresse respiratoire. Son entourage espère le voir quitter l’hôpital samedi.
Catégories: Actualités

Foot - L1 - Nice - Nice : «Trop court» pour Allan Saint-Maximin

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - il y a 10 heures 6 min
Allan Saint-Maximin ne sera pas dipsonible pour le déplacement de...
Catégories: Sport

Le b?uf de Beaune, du terroir bourguignon à la vente des Hospices

France 24 - L'info en continu - il y a 10 heures 7 min

Une viande persillée, avec un petit goût de cassis ou de raisin: le "b?uf de Beaune", fruit du terroir bourguignon, sera servi pour la première fois ce week-end dans la cité de Côte-d'Or pour la 157e vente des vins des Hospices.

Inspiré de son cousin japonais de Kobé, dont la viande est mondialement reconnue, le b?uf de Beaune, de race charolaise, est nourri dans ses derniers mois de gène de raisin - le résidu de fruit obtenu après fermentation du vin et distillation du marc de Bourgogne - et de baies de cassis pressées.

"Le vin de la vente des Hospices, c'est un vin fruité. C'est ce qu'on attendait de la viande: qu'elle soit goûteuse, avec des arômes de cassis, de raisin", expliquait récemment le chef cuisinier beaunois Laurent Parra lors d'une dégustation en avant-première, tout en grillant le b?uf à la plancha. "On sent légèrement ce petit goût."

Une douzaine de chefs de Beaune et des alentours, dont une majorité d'étoilés, étaient venus découvrir le produit et imaginer leurs futurs plats: pot-au-feu braisé "tout doucement" et servi avec des légumes d'antan; tartare à l'huile de bourgeon de cassis et ses échalotes au vin blanc, ou côte de b?uf rôtie et confit de champignons.

Laurent Parra décrit une chair "très tendre" mais imagine déjà une viande encore plus goûteuse et persillée, c'est-à-dire davantage nervurée de graisse, peut-être grâce à une ration plus généreuse. Car "c'est le gras qui donne le goût à la viande".

Les deux premiers b?ufs de Beaune ont été élevés "tranquillement, naturellement", explique Dominique Guyon, qui a bichonné pendant 40 mois ces mastodontes de 700 à 800 kilos: nourris d'abord sous la mère, puis à l'herbe des pâturages et au foin, avant d'avoir droit à une ration de céréales contenant 10 à 20% de gène de raisin et de cassis.

- Deux enchères caritatives -

"Le but ultime, c'était d'arriver à produire quelque chose qui a le goût du territoire, un peu comme un bon vin", complète son fils, Antoine, éleveur avec lui à Rouvres-sous-Meilly.

A 35 kilomètres de là, les vignes s'étirent sur la côte qui surplombe la ville de Beaune et produisent des vins réputés dans le monde entier.

En contrebas, on aperçoit l'institution hospitalière des Hospices, fondée au XVe siècle par Nicolas Rolin, chancelier du duc de Bourgogne, et dont le domaine, constitué au fil des siècles grâce à des donations, est classé pour 85% en Premier cru et Grand cru.

"La gène de raisin servait parfois à produire du compost mais on ne savait pas trop quoi en faire. L'idée, c'est d'en recycler la totalité en donnant à manger aux b?ufs de Bourgogne", explique Frédéric Mazeau, l'un des viticulteurs des Hospices.

Le millésime 2017 de l'établissement, fait de "vins équilibrés" après une récolte assez abondante, sera mis aux enchères dimanche: 787 pièces de vin - des tonneaux de 228 litres - contre 596 l'an dernier, issues de 50 cuvées (33 de rouge et 17 de blanc).

Pour la première fois, deux "pièces des Présidents" - une seule faisait jusque-là l'objet d'une vente caritative - seront vendues au profit de la Fondation Tara expéditions, la Fédération pour la Recherche sur le Cerveau et la Fondation pour la Recherche sur Alzheimer, parrainés pour l'occasion par Agnès b., Julie Depardieu, Marc-Olivier Fogiel et Charles Aznavour.

Le reste de la recette sera reversée aux Hospices, pour financer la modernisation de l'hôpital de la ville et l'entretien du bâtiment historique de l'Hôtel-Dieu. La vente avait rapporté 11,3 millions d'euros en 2015, un record - contre 8,4 M EUR l'an dernier.

Elle attire chaque année sous le marteau de Christie's de nombreux acheteurs étrangers, qui goûteront aussi cette année au b?uf de Beaune, espère le maire de la ville, Alain Suguenot, pour qui "c'est la rencontre du vin, des petits fruits et de la viande bovine".

Catégories: Actualités

Foot - ESP - Valence - Simone Zaza joue blessé au genou gauche

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - il y a 10 heures 11 min
L'attaquant de Valence, Simone Zaza, joue blessé depuis des semaines....
Catégories: Sport

Les oiseaux migrateurs peuvent-ils dormir en volant ?

Comme chaque semaine, Sciences et Avenir répond à une question posée par un internaute sur sa page Facebook. Cette semaine nous nous intéresserons aux oiseaux migrateurs et à leur incroyable endurance.
Catégories: Sciences

Syrie : comment la Russie s’oppose aux actions de l’ONU depuis six ans

Moscou, membre du Conseil de sécurité des Nations unies, a exprimé, jeudi, sa dixième opposition formelle à une résolution relative au conflit en Syrie.
Catégories: Actualités

Foot - L1 - OL - Bruno Genesio (OL) : «On aurait préféré avoir Fekir»

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - il y a 10 heures 22 min
Bruno Genesio se méfie de Montpellier, que l'OL recevra dimanche, et...
Catégories: Sport

Rugby - Top 14 - CO - Robert Ebersohn et Ma'ama Vaipulu prolongent à Castres

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - il y a 10 heures 23 min
Castres a annoncé vendredi la prolongation de contrat de deux...
Catégories: Sport

Foot - ESP - Real - Real : Luka Modric est disponible pour le derby madrilène

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - il y a 10 heures 24 min
Luka Modric s'est entraîné normalement ce vendredi et sera disponible...
Catégories: Sport

Une conférence de Jean Lassalle à Lille annulée suite aux accusations d'harcèlement

L' Essentiel - SudOuest.fr - il y a 10 heures 24 min

Le député des Pyrénées-Atlantiques devait participer à un débat organisé par Sciences Po Lille. Une association LGBT a milité contre sa venue.
Une association de débats de Sciences Po Lille a décidé d'annuler la venue de Jean Lassalle, après qu'une association LGBT de l'école a milité contre la venue de l'ancien... Lire la suite

Catégories: Actualités

Guirado (XV de France): face aux Springboks, "évacuer cette frustration"

France 24 - L'info en continu - il y a 10 heures 27 min

Le XV de France veut "évacuer cette frustration" née d'une première période ratée face à la Nouvelle-Zélande (score final 38-18) samedi face à l'Afrique du Sud, a énoncé vendredi son capitaine Guilhem Guirado.

Les Bleus retrouvent les Springboks cinq mois après trois larges défaites chez ce même adversaire, un épisode qui les a "marqués", a reconnu le talonneur.

Q: Quel va être votre message lors de l'entraînement du capitaine?

R: "Enlever cette frustration et déception du week-end dernier, qu'on a essayé d'évacuer en début de semaine, pour rebondir et reproduire ce qu'on a réussi à faire sur le début de seconde mi-temps (face aux All Blacks samedi, la France est remontée de 5-31 à 18-31, NDLR). On s'est préparé très durement pour faire un gros match. On a vraiment envie de se réveiller et de s'agacer un petit peu."

Q: Il s'agira donc de ne pas rater une nouvelle fois l'entame?

R: "Face à la Nouvelle-Zélande, on est passés un peu à côté même si on a eu le ballon les quatre premières minutes. On s'attend vraiment à faire vingt grosses premières minutes. On en a besoin d'une part et il faudra réussir à empêcher les Sud-Africains de jouer avec leurs forces. Se concentrer sur nous-mêmes, c'est le meilleur moyen de faire un gros début de match."

- 'Au même niveau que tout le monde' -

Q: Vous avez été en difficulté, comme d'autres cadres, face aux champions du monde. Le sélectionneur Guy Novès a parlé de rachat. Personnel ou collectif?

R: "C'est un rachat personnel au sein du collectif. Ce n'est pas jouer sa carte +perso+ et vouloir être plus haut que tout le monde, c'est être au même niveau que tout le monde et exemplaire dans ce qu'on sait faire de mieux."

Q: Malgré l'échec, le XV de départ est reconduit. Votre entraîneur des avants Yannick Bru a évoqué une confiance réciproque. C'est important?

R: "Ce discours-là et le fait qu'ils reconduisent la même équipe amènent de la confiance par rapport au fait qu'on soit passés au travers sur certaines actions ou par certains comportements. C'est pour dire: +ça peut arriver mais maintenant, il faut réagir en équipe et élever son niveau+. Cela amène de la pression positive."

Q: Ce test aura un impact énorme sur le bilan de la tournée et de l'année. Ressentez-vous une forte tension?

R: "On en est tous conscients, pas besoin de trop appuyer ce discours-là."

R: Les Springboks vous ont battus largement trois fois en juin. Avez-vous analysé précisément ces défaites pour inverser le scenario?

R: "Décortiquer toutes les erreurs ne servira pas à grand-chose parce qu'ils ont aussi une évolution de jeu et de joueurs, mais on ne peut pas laisser sans réponse ce rendez-vous qui a été complètement loupé de notre part. Cet épisode sud-africain nous a forcément marqués. Pour tout ceux qui y étaient, je peux vous promettre qu'il y aura de la revanche. Il ne faut pas tout confondre pour autant: s'inspirer de ce qu'on a fait auparavant mais rester concentrés sur le moment présent. Sur le 2e match, on avait été plus dominateurs et plus dangereux qu'eux, mais très maladroits dans leurs 22 mètres. On leur avait offert deux essais-cadeaux."

Propos recueillis en conférence de presse.

Catégories: Actualités

"Indigné" par "l'amende dérisoire" de HSBC, Dupont-Aignan "propose une loi"

France 24 - L'info en continu - il y a 10 heures 28 min

Le député Nicolas Dupont-Aignan va déposer une proposition de loi pour interdire les transactions "au-delà de 200.000 euros" en matière de délinquance économique importante, protestant contre une décision de justice qui permet à HSBC d'éviter un procès en versant 300 millions d'euros.

"Je propose une loi: il n'y aura pas de transaction autorisée avec les grandes entreprises pour dissimuler des faits scandaleux comme ça au-delà de 200.000 euros", a annoncé le président de Debout La France vendredi au micro de BFMTV-RMC, "indigné" du "traitement de faveur" accordé à la banque qui "va payer une amende dérisoire".

Le parquet national financier a annoncé mardi que HSBC Private Bank, filiale suisse du géant bancaire britannique, avait accepté de payer 300 millions d'euros pour échapper à un procès pour "blanchiment de fraude fiscale", une procédure inédite et un montant record en France.

Ce dispositif, nommé convention judiciaire d'intérêt public (CJIP), permet à une entreprise, poursuivie pour corruption ou blanchiment de fraude fiscale, de négocier une amende, sans aller en procès ni en procédure de "plaider coupable".

"Pourquoi je suis indigné? (...) C'est parce que sous l'apparence d'une amende, HSBC va s'en tirer, il n'y aura pas de procès public. On ne saura pas les mécanismes, comment ils ont été organisés, on ne connaîtra pas les noms des 3.000 Français, dont certains très connus sans doute" qui ont profité de ces "mécanismes", a déploré Nicolas Dupont-Aignan.

"J'aimerais les connaître", a-t-il insisté.

"Cette procédure nous permet d'obtenir rapidement ce que je n'obtiendrais jamais à l'audience d'un tribunal correctionnel", avait souligné pour sa part mardi Eliane Houlette, procureure du PNF.

Il était reproché à la filiale suisse de HSBC d'avoir, via des chargés de clientèle, prospecté en 2006 et 2007 des contribuables en France et d'avoir permis à ces clients de dissimuler des avoirs au fisc, pour au moins 1,6 milliard d'euros, "en toute connaissance de cause", a rappelé le parquet national financier. Deux de ses anciens dirigeants restent pénalement poursuivis.

"Je mène ce combat contre l'injustice fiscale", a affirmé Nicolas Dupont-Aignan, qui a déjà écrit sur le sujet ("Les voleurs de la République: enquête sur les parasites fiscaux", Fayard, 2013). "On est revenus à l'Ancien Régime. Les nouveaux seigneurs ce sont les grandes multinationales."

Le député de l'Essonne déposera sa proposition de loi "dans les jours qui viennent".

Catégories: Actualités

"Indigné" par "l'amende dérisoire" de HSBC, Dupont-Aignan "propose une loi"

LCP Assemblée nationale - il y a 10 heures 31 min

Le député Nicolas Dupont-Aignan va déposer une proposition de loi pour interdire les transactions "au-delà de 200.000 euros" en matière de délinquance économique importante, protestant contre une décision de justice qui permet à HSBC d'éviter un procès en versant 300 millions d'euros.

"Je propose une loi: il n'y aura pas de transaction autorisée avec les grandes entreprises pour dissimuler des faits scandaleux comme ça au-delà de 200.000 euros", a annoncé le président de Debout La France vendredi au micro de BFMTV-RMC, "indigné" du "traitement de faveur" accordé à la banque qui "va payer une amende dérisoire".

Le parquet national financier a annoncé mardi que HSBC Private Bank, filiale suisse du géant bancaire britannique, avait accepté de payer 300 millions d'euros pour échapper à un procès pour "blanchiment de fraude fiscale", une procédure inédite et un montant record en France.

Ce dispositif, nommé convention judiciaire d'intérêt public (CJIP), permet à une entreprise, poursuivie pour corruption ou blanchiment de fraude fiscale, de négocier une amende, sans aller en procès ni en procédure de "plaider coupable".

"Pourquoi je suis indigné? (...) C'est parce que sous l'apparence d'une amende, HSBC va s'en tirer, il n'y aura pas de procès public. On ne saura pas les mécanismes, comment ils ont été organisés, on ne connaîtra pas les noms des 3.000 Français, dont certains très connus sans doute" qui ont profité de ces "mécanismes", a déploré Nicolas Dupont-Aignan. 

"J'aimerais les connaître", a-t-il insisté.

"Cette procédure nous permet d'obtenir rapidement ce que je n'obtiendrais jamais à l'audience d'un tribunal correctionnel", avait souligné pour sa part mardi Eliane Houlette, procureure du PNF.

Il était reproché à la filiale suisse de HSBC d'avoir, via des chargés de clientèle, prospecté en 2006 et 2007 des contribuables en France et d'avoir permis à ces clients de dissimuler des avoirs au fisc, pour au moins 1,6 milliard d'euros, "en toute connaissance de cause", a rappelé le parquet national financier. Deux de ses anciens dirigeants restent pénalement poursuivis.

"Je mène ce combat contre l'injustice fiscale", a affirmé Nicolas Dupont-Aignan, qui a déjà écrit sur le sujet ("Les voleurs de la République: enquête sur les parasites fiscaux", Fayard, 2013). "On est revenus à l'Ancien Régime. Les nouveaux seigneurs ce sont les grandes multinationales."

Le député de l'Essonne déposera sa proposition de loi "dans les jours qui viennent".

Catégories: Actualités

Pages

S'abonner à JO CASANOVA MUSIC agrégateur