Agrégateur de flux

Armes chimiques: plongée au coeur du laboratoire de l'OIAC

France 24 - L'info en continu - sam, 04/21/2018 - 13:20

Michael Barrett a un vieux téléphone à clapet. Mais lorsque sa ligne d'urgence sonne, il dispose de seulement trois heures pour préparer le matériel de pointe d'experts déployés sur le site d'une attaque chimique présumée.

Alors que circulent des images épouvantables d'enfants et d'adultes paniqués, victimes présumées de gaz toxiques ou d'agents neurotoxiques en Syrie, le laboratoire et le magasin d'équipement de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) bourdonnent d'activité.

Dans un bâtiment de deux étages, niché dans une petite zone industrielle de Rijswijk, ville de la banlieue de La Haye, au sud des Pays-Bas, une vingtaine d'employés travaillent ardemment depuis deux décennies pour débarrasser le monde des armes chimiques.

C'est ici que tout a commencé pour la mission des experts chargés d'enquêter dans la ville syrienne de Douma sur une attaque chimique présumée perpétrée sur des civils le 7 avril.

Sur fond d'indignations politiques et d'un besoin de réponses de la population mondiale, les échantillons recueillis par les enquêteurs de l'OIAC sont scellés et amenés au laboratoire, respectant une stricte chaîne de surveillance, pour une analyse minutieuse.

Cela fait 21 ans que Michael Barrett, ancien militaire, forme et équipe les experts volontaires pour se rendre sur les sites les plus toxiques de la planète. Lui aussi a été déployé.

"Bien sûr, vous êtes nerveux, si vous ne l'êtes pas, il y a quelque chose qui ne va pas", confie l'homme de 61 ans lors d'une visite exclusive du laboratoire par une équipe de l'AFP.

- Equipement passé au crible -

Avant chaque départ, la tenue des enquêteurs doit être vérifiée de la tête au pied, des combinaisons de protection imprégnées de carbone aux bottes en caoutchouc taille XXL pour couvrir les chaussures.

Il en est de même pour les détecteurs sophistiqués, téléphones satellites et kits médicaux contenants des flacons d'antidotes aux agents neurotoxiques les plus mortels. L'équipement entier est passé au crible.

"Imaginez-vous un masque à gaz dont la valve serait dans le mauvais sens", lâche cyniquement M. Barrett, principal technicien logistique et chef d'équipe du magasin d'équipement de l'OIAC.

Les mots d'ordre au laboratoire de Rijswijk restent "protection" de l'équipe et "préservation" de l'intégrité de la science, pendant que les dirigeants politiques s'accusent et dénient l'utilisation d'armes chimiques en Syrie où d'un agent innervant rare dans la paisible ville britannique de Salisbury.

Le moindre petit trou dans un gant peut s'avérer fatal si un agent neurotoxique mortel s'infiltre, à travers la peau, pour attaquer le système nerveux. VX, l'agent neurotoxique le plus mortel, peut tuer en 20 minutes.

Les mesures de protection drastiques portent leurs fruits: aucun membre de l'équipe n'a été atteint au cours des 7.000 missions officielles - 10.000 en comptant les missions d'entraînement - effectuées en 21 ans.

Le travail dangereux et méthodique de l'OIAC, qui compte environ 400 employés, a permis l'élimination de 96% des stocks mondiaux d'armes chimiques. Une performance qui lui a valu le prix Nobel de la paix en 2013.

"Le travail du chimiste analytique est l'un des plus dangereux ici car il consiste à prélever l'échantillon", explique Michael Barrett.

La plupart des experts sont des scientifiques qui n'avaient souvent jamais utilisé de masque à gaz avant de rejoindre l'OIAC. Désormais, ils sont capables d'oeuvrer en zone de guerre.

En 2012, une nouvelle pièce a été ajoutée à des sacs déjà lourds : un gilet pare-balles en kevlar, au cas où ils essuiraient des coups de feu.

- Preuves sur le sol et dans le sang -

Une fois sur place, une équipe, composée de deux à vingt-cinq experts, scrute la zone à l'aide de détecteurs photométriques à flamme ou de spectromètres de mobilité ionique pour détecter tout agent toxique.

Travaillant dans des délais serrés, parfois moins de vingt minutes, ils recueillent des échantillons sur le sol, la végétation, ou même sur des joints de fenêtre en caoutchouc qui peuvent contenir des preuves de contamination pendant des semaines.

Les prélèvements de sang et d'urine des victimes et l'analyse de tissus prélevés sur des morts sont également essentiels.

"Nous préférons prélever des échantillons sur les survivants car ils peuvent raconter leur histoire", affirme Marc-Michael Blum, directeur du laboratoire de l'OIAC.

Les échantillons de sang sont les plus révélateurs, dit-il. Ils peuvent contenir des traces d'agents neurotoxiques ou vésicants, comme la moutarde, jusqu'à trois mois après l'attaque.

Une fois les échantillons ramenés à Rijswijk, ils sont divisés et envoyés dans quelques laboratoires indépendants parmi la vingtaine certifiés par l'OIAC dans le monde. Dans la plus stricte confidentialité, ils préparent des rapports, compilés ensuite par La Haye, siège de l'organisation.

Avec toujours le même objectif en tête : l'intégrité de la preuve et des résultats.

Catégories: Actualités

Tennis - Fed Cup - Fed Cup (demi-finales) : Petra Kvitova lance la République tchèque

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - sam, 04/21/2018 - 13:19
La République tchèque mène 1-0 face à l'Allemagne, en demi-finales de...
Catégories: Sport

Vidéos. Mort du DJ Avicii : ses cinq principaux tubes

L' Essentiel - SudOuest.fr - sam, 04/21/2018 - 13:16

Vous les avez forcément entendus : retour sur les titres mondialement connus du DJ suédois de 28 ans, décédé vendredi.
Le DJ suédois Avicii est mort vendredi à l'âge de 28 ans, à Oman. Un décès qui a ébranlé le monde de l'electro. Retour sur les principaux tubes de sa courte carrière qui ont fait dansé tous les clubs du... Lire la suite

Catégories: Actualités

Droits TV L1 et L2: l'appel d'offres lancé "avant l'été" selon des médias

France 24 - L'info en continu - sam, 04/21/2018 - 13:09

La Ligue de football professionnel (LFP) va lancer son appel d'offres sur les droits TV de la Ligue 1 et de la Ligue 2 sur la période 2020-2024 "avant l'été", ont affirmé les quotidiens L'Equipe et Le Parisien dans leur édition de samedi.

L'information du quotidien sportif, qui cite une confidence du directeur général de la LFP Didier Quillot lors de son intervention devant le comité exécutif de la Fédération française (FFF) jeudi, a été confirmée par le Parisien.

Régulièrement interrogés sur l'éventualité de déclencher dès à présent l'appel d'offres concernant la période 2020-2024 pour profiter de l'effet attractif de l'arrivée de la star brésilienne Neymar au Paris SG, les dirigeants de la LFP ont toujours annoncé vouloir le faire "quand le moment sera venu" afin d'atteindre l'objectif du milliard d'euros annuel.

L'influent président de l'Olympique lyonnais, Jean-Michel Aulas, a de son côté longtemps prôné une temporisation car il avait "toujours imaginé que c'était un peu prématuré" de lancer l'appel d'offres dès cette année. "Je crois comprendre que les choses sont remises à plus tard, et personnellement je trouve que c'est une très bonne chose", avait-il ainsi déclaré fin décembre.

Et pour cause, si pour l'heure les diffuseurs Canal Plus et BeIN Sports semblent attachés au produit L1/L2, le nouvel acteur majeur des droits sportifs SFR Sports avait dit ne pas être "pressé" de voir un tel appel d'offre être déclenché, notamment en raison des difficultés financières de sa maison-mère Altice.

Le patron de SFR Alain Weill avait estimé fin novembre qu'il ne "(fallait) pas se précipiter pour lancer cet appel d'offres", alors qu'il s'était offert en 2015 les droits TV pour la France de la Premier League anglaise pour 300 millions d'euros et a décroché à partir de 2018 ceux de la Ligue des champions pour 1,1 milliard d'euros.

En février dernier, les patrons de clubs de L1 ont affiché leur volonté de créer une société chargée du développement économique du foot professionnel, pour booster notamment de la commercialisation des droits TV français, beaucoup moins importants qu'en Angleterre ou en Espagne.

A titre de comparaison, les droits TV de la Premier League ou de la Liga espagnole s'élèvent respectivement à 2,3 milliard d'euros et plus d'un milliard par an, contre 762 millions d'euros annuels pour la Ligue française sur la période 2016-2020.

Catégories: Actualités

À cause de la loi asile et immigration, Gérard Collomb va-t-il louper un sommet du G7?

Le Huffington Post - sam, 04/21/2018 - 13:07
À cause de la loi asile et immigration, Gérard Collomb va-t-il louper un sommet du G7?
Catégories: Actualités

En Norvège, les surfeurs de l’archipel des Lofoten

Le photographe de l’AFP Olivier Morin, passionné de surf, s’est rendu à Unstad, en Norvège, au-delà du cercle arctique, où il a photographié des surfeurs de l’extrême.
Catégories: Actualités

Protestations en Iran: Rohani critique l'inaction des responsables

France 24 - L'info en continu - sam, 04/21/2018 - 13:00

Le président iranien Hassan Rohani a déploré samedi le "silence" des membres de son gouvernement face aux revendications sociales de manifestants, l'attribuant entre autres à des "menaces" reçues par ces responsables.

Les réseaux sociaux ont regorgé ces dernières semaines de vidéos et d'informations sur des manifestations dans plusieurs villes d'Iran. Mais les médias locaux les ont peu couvertes et les lieux en question étant interdits à la presse étrangère, il est difficile d'en estimer l'ampleur.

Parmi ces protestations, des agriculteurs manifestant contre des pénuries d'eau à Ispahan (centre), des habitants se plaignant de discriminations dans le Khouzestan (sud-ouest) ou encore des habitants s'élevant contre des réformes administratives à Kazeroun (sud-ouest).

Des slogans entendus dans certaines vidéos visent directement le pouvoir: "Notre ennemi est juste ici, et à tort ils disent que c'est l'Amérique notre ennemi".

"Alors que les gens ne voient pas de projet pour l'avenir, ils peuvent être énervés, descendre dans la rue et crier", a déclaré M. Rohani, un modéré, dans un discours devant de hauts responsables diffusé par la télévision publique.

Mais "nous parlons peu aux gens. Les responsables du gouvernement ont fait le choix du silence. Je ne sais pas qui leur a dit (de faire ça). Je ne sais pas de quoi ils ont peur", a-t-il ajouté.

M. Rohani a néanmoins tenu à souligner que ces responsables avaient été intimidés par des "organismes de surveillance".

Il n'a pas nommé ces "organismes" mais il avait auparavant reproché aux Gardiens de la révolution, l'armée idéologique d'Iran, et à la justice contrôlée par les conservateurs, leur implication de plus en plus importante dans les affaires politiques et économiques.

"Le matin, lorsqu'(un responsable) va travailler, quelqu'un lui envoie un SMS, un autre lui téléphone, un autre le menace. Le pays ne peut pas être géré ainsi", a-t-il dit en évoquant ces "menaces".

En mars, le maire réformateur de Téhéran, Mohammad Ali Najafi, a démissionné après des pressions des conservateurs.

"Ne tenez pas compte des lettres, des menaces. Si vous avez peur de répondre, dites le moi", a lancé M. Rohani.

Président depuis 2013, Hassan Rohani est très critiqué par les conservateurs qui contrôlent de nombreuses institutions clés du pouvoir. Ils lui reprochent ses tentatives de rapprochement avec l'Occident et sa volonté d'accorder davantage de libertés civiles.

Autour du Nouvel an, des dizaines de villes iraniennes ont été agitées par des troubles ayant fait au moins 25 morts en marge de manifestations non autorisées contre la situation économique et sociale et contre le pouvoir.

Les effets de la suspension d'une partie des sanctions internationales contre l'Iran, résultat de l'accord international sur le nucléaire iranien conclu en 2015, tardent à se faire sentir après des années d'isolement.

Le chômage reste très élevé, 11,9%, selon les chiffres officiels. En mars, la dépréciation du rial, qui a perdu environ un quart de sa valeur face au dollar en six mois, a alimenté l'inflation.

Catégories: Actualités

Challenge européen : suivez la demi-finale Cardiff - Pau commentée en direct

L' Essentiel - SudOuest.fr - sam, 04/21/2018 - 12:58

Demi-finale de Challenge Cup entre les Cardiff Blues et la Section Paloise. Coup d'envoi à 14h00
Lire la suite

Catégories: Actualités

Comment désactiver la reconnaissance faciale sur Facebook

Slate.fr - sam, 04/21/2018 - 12:57
Facebook l'avait annoncé: l'arrivée de la reconnaissance faciale en France est en cours. ... Lire la suite
Catégories: Actualités

Foot - L1 - Troyes - Troyes : Rémi Walter est là, pas Bryan Pelé

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - sam, 04/21/2018 - 12:57
Rémi Walter est de retour dans le groupe de Troyes pour le...
Catégories: Sport

Kim Jong Un annonce la fin des essais nucléaires nord-coréens, Washington et Pékin saluent

ladepeche.fr - sam, 04/21/2018 - 12:54
La Corée du nord a annoncé samedi la fin des essais nucléaires et des tests de missiles intercontinentaux ainsi que la fermeture de son site d'essais atomiques, un geste aussitôt salué par le président américain Donald Trump qui doit prochainement rencontrer le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un pour un sommet inédit. "A partir du 21 avril, la Corée du Nord va cesser ses essais nucléaires et les lancements de missiles balistiques...
Catégories: Actualités

Armes chimiques: plongée au coeur du laboratoire de l'OIAC

ladepeche.fr - sam, 04/21/2018 - 12:54
Michael Barrett a un vieux téléphone à clapet. Mais lorsque sa ligne d'urgence sonne, il dispose de seulement trois heures pour préparer le matériel de pointe d'experts déployés sur le site d'une attaque chimique présumée.Alors que circulent des images épouvantables d'enfants et d'adultes paniqués, victimes présumées de gaz toxiques ou d'agents neurotoxiques en Syrie, le laboratoire et le magasin d'équipement de l'Organisation pour...
Catégories: Actualités

Golf - PGA Tour - Valero Texas Open : Zach Johnson partage l'affiche avec Moore

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - sam, 04/21/2018 - 12:51
Double vainqueur du Texas Open, Zach Johnson co-dirige le tournoi en...
Catégories: Sport

La version originale de"Nothing Compares 2 U" chantée par Prince dévoilée deux ans après sa mort

Le Huffington Post - sam, 04/21/2018 - 12:49
La version originale de"Nothing Compares 2 U" chantée par Prince dévoilée deux ans après sa mort
Catégories: Actualités

Foot - ANG - Liverpool - Liverpool : Jürgen Klopp fait tourner avant la demi-finale de Ligue des champions contre la Roma

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - sam, 04/21/2018 - 12:49
L'entraîneur allemand des Reds ménage cinq joueurs avant le...
Catégories: Sport

Alpes : des militants d’extrême droite vont bloquer le col de l’Echelle, lieu de passage de migrants

Une centaine de militants de Génération identitaire gravissaient samedi matin ce col, point de passage de migrants, « pour veiller à ce qu’aucun ne puisse rentrer en France ».
Catégories: Actualités

Evacuation de Tolbiac: l'AP-HP dément à son tour l'hospitalisation d'un blessé grave

Le Huffington Post - sam, 04/21/2018 - 12:46
Evacuation de Tolbiac: l'AP-HP dément à son tour l'hospitalisation d'un blessé grave
Catégories: Actualités

Asile: les oppositions dénoncent à nouveau l'organisation des débats à l'Assemblée

France 24 - L'info en continu - sam, 04/21/2018 - 12:40

Les groupes politiques d'opposition ont à nouveau dénoncé samedi l'organisation "incompréhensible" des débats à l'Assemblée nationale sur le projet de loi asile et immigration, alors que la moitié seulement des amendements avaient été examinés avant la sixième journée de discussions.

Dès l'ouverture de la séance, Eric Ciotti (LR) a fait un rappel au règlement pour déplorer "le choix qu'a fait ce gouvernement d'organiser le débat" dans ces conditions depuis lundi, avec un vote à l'issue "en catimini", dans la nuit de samedi à dimanche, voire dimanche.

"Pour un texte pareil, ne pas prévoir 15 jours de débats, le faire juste avant le départ en vacances, c'est pas concevable et c'est triste", a abondé l'UDI-Agir-Indépendant Michel Zumkeller.

Danièle Obono (LFI) a aussi estimé que les conditions ne permettaient pas "un débat décent", y voyant "un mépris" par rapport à "ce qui est en jeu" et aux parlementaires, déplorant également l'absence d'un vote solennel.

Laurence Dumont (PS) a aussi souligné qu'en dehors de LREM, tous les groupes avaient réclamé un tel vote solennel sur ce texte, promettant de "prendre le temps qu'il faut" pour débattre de "cette régression dans les droits des demandeurs d'asile".

Et Stéphane Peu (PCF) a jugé "incompréhensible" le choix sur le vote, notant "qu'aucune loi de cette importance" n'avait été adoptée dans de telles conditions.

A l'ouverture de la séance à 9H30, quelque 570 amendements restaient à examiner sur le millier au départ.

Pour le vote final, à l'issue de la fin des débats, seront notamment scrutés les votes de la majorité, où certains élus ont exprimé leurs divergences de fond.

A ce stade, seul Jean-Michel Clément a annoncé qu'il voterait contre, ce qui l'exposerait à une exclusion. Il devait rencontrer le chef de file des députés LREM Richard Ferrand dans la matinée, selon un autre "marcheur".

"Tant que le vote n'a pas eu lieu, aucune sanction n'est prévue", a-t-on glissé du côté du groupe LREM.

"Le syndrome post-traumatique des frondeurs, il faut passer à autre chose. Il faut faire confiance à Jean-Michel Clément", ancien avocat spécialiste du droit des étrangers et ex-PS, a jugé une autre "marcheuse" critique, Sonia Krimi, sur RTL. "Je ne l'espère pas que Jean-Michel Clément soit viré".

Pour cette élue de la Manche, "sur des lois de société (...) on doit laisser la liberté à chacun de voter en son âme et conscience". "On est un groupe très différent avec des sensibilités différentes, le plus important est qu'on garde notre liberté et la bienveillance entre nous, on l'a promis aux Français, on ne peut pas fléchir au premier obstacle", a-t-elle glissé.

Catégories: Actualités

Asile: les oppositions dénoncent à nouveau l'organisation des débats à l'Assemblée

LCP Assemblée nationale - sam, 04/21/2018 - 12:40

Les groupes politiques d'opposition ont à nouveau dénoncé samedi l'organisation "incompréhensible" des débats à l'Assemblée nationale sur le projet de loi asile et immigration, alors que la moitié seulement des amendements avaient été examinés avant la sixième journée de discussions.

Dès l'ouverture de la séance, Eric Ciotti (LR) a fait un rappel au règlement pour déplorer "le choix qu'a fait ce gouvernement d'organiser le débat" dans ces conditions depuis lundi, avec un vote à l'issue "en catimini", dans la nuit de samedi à dimanche, voire dimanche.

"Pour un texte pareil, ne pas prévoir 15 jours de débats, le faire juste avant le départ en vacances, c'est pas concevable et c'est triste", a abondé l'UDI-Agir-Indépendant Michel Zumkeller.

Danièle Obono (LFI) a aussi estimé que les conditions ne permettaient pas "un débat décent", y voyant "un mépris" par rapport à "ce qui est en jeu" et aux parlementaires, déplorant également l'absence d'un vote solennel. 

Laurence Dumont (PS) a aussi souligné qu'en dehors de LREM, tous les groupes avaient réclamé un tel vote solennel sur ce texte, promettant de "prendre le temps qu'il faut" pour débattre de "cette régression dans les droits des demandeurs d'asile".

Et Stéphane Peu (PCF) a jugé "incompréhensible" le choix sur le vote, notant "qu'aucune loi de cette importance" n'avait été adoptée dans de telles conditions.

A l'ouverture de la séance à 9H30, quelque 570 amendements restaient à examiner sur le millier au départ.

Pour le vote final, à l'issue de la fin des débats, seront notamment scrutés les votes de la majorité, où certains élus ont exprimé leurs divergences de fond.

A ce stade, seul Jean-Michel Clément a annoncé qu'il voterait contre, ce qui l'exposerait à une exclusion. Il devait rencontrer le chef de file des députés LREM Richard Ferrand dans la matinée, selon un autre "marcheur".

"Tant que le vote n'a pas eu lieu, aucune sanction n'est prévue", a-t-on glissé du côté du groupe LREM.

"Le syndrome post-traumatique des frondeurs, il faut passer à autre chose. Il faut faire confiance à Jean-Michel Clément", ancien avocat spécialiste du droit des étrangers et ex-PS, a jugé une autre "marcheuse" critique, Sonia Krimi, sur RTL. "Je ne l'espère pas que Jean-Michel Clément soit viré".

Pour cette élue de la Manche, "sur des lois de société (...) on doit laisser la liberté à chacun de voter en son âme et conscience". "On est un groupe très différent avec des sensibilités différentes, le plus important est qu'on garde notre liberté et la bienveillance entre nous, on l'a promis aux Français, on ne peut pas fléchir au premier obstacle", a-t-elle glissé.

Catégories: Actualités

Pages

S'abonner à JO CASANOVA MUSIC agrégateur