Agrégateur de flux

Après Amazon et Google, Facebook veut se faire une place dans l'e-sport

France 24 - L'info en continu - mar, 02/20/2018 - 16:37

Plutôt que de se lancer dans la course aux droits de retransmission d'un sport classique comme la Premier League de football au Royaume-Uni, Facebook mise sur les compétitions de jeux vidéo ("e-sport") pour séduire de nouveaux utilisateurs.

"Nous travaillons énormément à construire un écosystème e-sport sur Facebook. Nous voyons le e-sport comme une priorité. Nous avons une communauté très engagée avec des centaines de millions de joueurs", explique à l'AFP Patrick Chapman, en charge des partenariats e-sport pour le réseau social.

Facebook est parti avec du retard face à ses grands concurrents américains Google et Amazon. Mais il a annoncé depuis fin 2016 une série de partenariats avec des éditeurs de jeux vidéo, tels Activision Blizzard, et d'alliances techniques, comme avec Nvidia.

"Facebook a accéléré sur la stratégie de contenus, le e-sport, le crossfit (dont le réseau social retransmet aussi des compétitions NDLR), etc. Ils ont pris conscience qu'ils sont aussi un média et qu?ils peuvent proposer à leurs fans des contenus à regarder", relève Vincent Chaudel, spécialiste du sport au sein du cabinet Wavestone.

Le réseau n'a en outre "pas besoin de s?embêter avec une grille de programmes. Avec un peu d'intelligence artificielle pour connaître vos goûts, il peut vous proposer une compétition d'e-sport par exemple en +live+ ou dès que vous arrivez sur la plateforme", ajoute-t-il.

Facebook a encore décroché en janvier l'exclusivité des retransmissions en anglais et portugais des compétitions de deux des principaux jeux sur le circuit e-sport Counter Strike: Global Offensive (CS:GO) et Dota2. Elles sont organisées par l'ESL, un des plus gros acteurs du secteur. "Nous y avons vu une occasion d'aller toucher de nouveaux publics", note Patrick Chapman.

Car au-delà des polémiques récurrentes autour de ses contenus (diffusion de contenus violents, de fausses nouvelles...), le réseau est confronté à un problème grave pour sa survie à long terme: "la pyramide des âges de Facebook vieillit, les plus jeunes n'utilisent plus le réseau social, même s'ils sont toujours très présents sur son application (de messagerie instantanée) Messenger", rappelle Laurent Michaud, directeur d'études pour le centre de réflexion Idate.

- Retenir les jeunes -

"Les jeunes restent sur Facebook mais ne passent pas autant de temps dessus. Ils ne fuient pas Facebook, qui a gagné la bataille des réseaux sociaux visiblement, mais la nature de la consommation des réseaux varie", nuance Vincent Chaudel.

Or l'e-sport a l'avantage d'attirer des utilisateurs plus jeunes, avec une moyenne d'âge qui tourne autour des 33 ans, contre plus de 45 ans au minimum pour les sports traditionnels, selon le cabinet Nielsen. Et le coût des droits de diffusion est moindre.

"Dans les sports traditionnels, les conditions de vente de droits sont très établies, avec des modèles publicitaires et de +sponsoring+ existants depuis 50 ans. C'est très différent dans le e-sport, il y a encore énormément à faire", insiste M. Chapman.

Le réseau social n'est cependant pas seul sur ce créneau. Google et Amazon se sont déjà rendus essentiels à l'écosystème du e-sport, via leurs plateformes respectives YouTube et Twitch.

"Il y a peut-être une carte à jouer, une partie du e-sport sera sur mobile et Facebook peut se faire une place dans ce domaine, notamment grâce à sa plateforme Messenger", estime cependant Laurent Michaud.

La lutte n'oppose pas uniquement les grandes plateformes américaines. Elle concerne également les médias traditionnels, télévisions en particulier: confrontés à la même problématique d'âge de leur public, ils voient eux-aussi dans le e-sport une possibilité d'y remédier.

Selon le cabinet BMI Research, ces médias traditionnels, grâce à leur expérience dans le sport, ont une meilleure maîtrise de la mise en valeur des contenus, notamment auprès des annonceurs et des sponsors, alors que les plateformes en ligne peinent encore à trouver le format idéal pour des audiences mondiales.

Pire encore, estime le cabinet, "la fidélité relative de la cible démographique" aux plateformes "signifie un investissement risqué sur le long terme" dans le e-sport, même si "les réseaux sociaux tels que Facebook semblent idéalement placés pour bénéficier" de la croissance de ce divertissement.

Catégories: Actualités

Procès de Jérôme Cahuzac: le parquet requiert trois ans ferme

Le Huffington Post - mar, 02/20/2018 - 16:37

JUSTICE - Il a fait appel pour éviter la case prison. C'est-à-dire être condamné à pas plus de deux ans ferme, ce qui lui permettrait d'espérer un aménagement de peine. A ce titre, le réquisitoire de l'avocat général ne va pas plaire à Jérôme Cahuzac qui risque en théorie jusqu'à sept ans d'emprisonnement.

Il a requis trois ans ferme, soit la peine à laquelle l'ex-ministre du Budget a été condamné pour fraude fiscale en première instance; c'était aussi la peine requise lors du premier procès. "Votre plus grande contribution à la lutte contre la fraude fiscale aura été votre procès", a asséné le représentant du parquet.

Une nouvelle fois, il a attaqué fortement Jérôme Cahuzac sur la dissimulation de son compte en Suisse puis à Singapour. "L'impunité, c'est penser que la loi c'est pour les autres", a lancé Jean-Chritophe Muller. Mais c'est surtout la poste ministériel occupé par le mis en cause qui a été pointé du doigt. "Les fautes commises ont empoisonné l'air que les citoyens ont respiré, elles ont altéré la confiance des citoyens", a repris l'avocat général.

C'est désormais aux avocat de Jérôme Cahuzac, dont Eric Dupond-Moretti, de prendre la parole.

À voir également sur Le HuffPost:

Lire aussi :

Financement occulte: pourquoi Cahuzac refuse toujours de donner les noms des rocardiens

Ce qu'il faut à Cahuzac pour éviter le passage en prison

Cette archive de Cahuzac vieille de 20 ans est toujours aussi cruelle

Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

Catégories: Actualités

Pour le parquet, la place de Cahuzac est en prison

Le Boursier - mar, 02/20/2018 - 16:36
PARIS (Reuters) - Le parquet a requis mardi la confirmation de la peine de Jérôme Cahuzac, qui avait été condamné en première instance à trois ans de prison pour son compte bancaire dissimulé à l'étranger.
Catégories: Économie - Finances

Fraude fiscale : trois ans de prison ferme requis en appel contre Cahuzac

Le parquet a requis, mardi, la confirmation en appel de la peine contre l’ancien ministre de François Hollande condamné en première instance pour son compte caché à l’étranger.
Catégories: Actualités

Zone euro: La confiance du consommateur retombe de son pic de 17 ans

Le Boursier - mar, 02/20/2018 - 16:34
BRUXELLES/BERLIN (Reuters) - La confiance du consommateur est retombée plus lourdement que prévu en février par rapport à un pic de 17 ans atteint le mois précédent, montre une estimation préliminaire de la Commission européenne publiée mardi.
Catégories: Économie - Finances

SNCF: Edouard Philippe tente de calmer les inquiétudes sur les petites lignes

France 24 - L'info en continu - mar, 02/20/2018 - 16:34

Edouard Philippe a tenté mardi de calmer les inquiétudes sur de possibles fermetures de petites lignes ferroviaires en France, en assurant que la décision dépendrait des échanges avec les régions et la SNCF.

"L'avenir de ces petites lignes, ça n'est pas le gouvernement qui peut le déterminer. C'est probablement le gouvernement qui est le moins bien placé pour le déterminer", a fait valoir le Premier ministre lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale.

Leur avenir "dépendra de discussions qui auront lieu avec les régions, dont c'est une partie de la responsabilité, avec l'entreprise, dans le cadre des schémas d'aménagement qui sont prévus par la loi", a-t-il insisté en réponse au député UAI (UDI, Agir et indépendants) du Nord Guy Bricout.

Quant à d'éventuelles décisions de fermer certaines lignes, "ce serait absurde de le dire maintenant et d'aussi haut si j'ose dire, d'aussi loin du terrain", a-t-il encore affirmé.

Sans préconiser explicitement de fermetures de lignes, le rapport Spinetta remis jeudi au Premier ministre propose un audit des "petites lignes", qui mobilisent 16% des moyens consacrés au ferroviaire et transportent seulement 2% des voyageurs.

Matignon avait déjà affirmé qu'"aucune décision ne (serait) engagée sans discussion étroite avec les régions et les territoires" et assuré du respect des "engagements pris dans les contrats de plan État-région (CPER)".

"L'important, c'est de vérifier ligne par ligne quelle est la bonne façon d'assurer la mobilité. Et je ne doute pas qu'y compris sur les petites lignes, il faudra conserver du transport ferroviaire, bien entendu", a déclaré M. Philippe.

"Peut-être sur d'autres, les régions, dans le cadre de leur politique d'aménagement, pourront-elles par un choix raisonné, discuter d'avoir recours à d'autres formes de mobilité", a-t-il ajouté, en allusion aux autocars souvent évoqués pour remplacer les lignes à faible trafic.

Le Premier ministre a fait part de sa détermination à mener la réforme, qui s'annonce très sensible dans une SNCF aux mouvements sociaux en mesure de paralyser le pays.

"Si nous voulons sauver le système ferroviaire, disons-le clairement, nous devrons prendre des décisions", a insisté le Premier ministre face aux députés.

De nombreux élus locaux, mais aussi la principale association d'usagers des transports, la Fnaut, ou encore des écologistes, ont exprimé leur inquiétude après la remise en cause de petites lignes ferroviaires par le rapport Spinetta, en réclamant leur maintien.

Catégories: Actualités

Le DG de Thomson Reuters devrait pleinement récupérer d'une arythmie

Le Boursier - mar, 02/20/2018 - 16:34
TORONTO (Reuters) - Jim Smith, directeur général de Thomson Reuters, se trouve dans un état stable après un problème d'arythmie cardiaque survenu le 12 février et il devrait sortir de l'hôpital d'ici deux semaines, a annoncé mardi la société de nouvelles et d'informations financières.
Catégories: Économie - Finances

SNCF: Edouard Philippe tente de calmer les inquiétudes sur les petites lignes

LCP Assemblée nationale - mar, 02/20/2018 - 16:34

Edouard Philippe a tenté mardi de calmer les inquiétudes sur de possibles fermetures de petites lignes ferroviaires en France, en assurant que la décision dépendrait des échanges avec les régions et la SNCF.

"L'avenir de ces petites lignes, ça n'est pas le gouvernement qui peut le déterminer. C'est probablement le gouvernement qui est le moins bien placé pour le déterminer", a fait valoir le Premier ministre lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale.

Leur avenir "dépendra de discussions qui auront lieu avec les régions, dont c'est une partie de la responsabilité, avec l'entreprise, dans le cadre des schémas d'aménagement qui sont prévus par la loi", a-t-il insisté en réponse au député UAI (UDI, Agir et indépendants) du Nord Guy Bricout.

Quant à d'éventuelles décisions de fermer certaines lignes, "ce serait absurde de le dire maintenant et d'aussi haut si j'ose dire, d'aussi loin du terrain", a-t-il encore affirmé.

Sans préconiser explicitement de fermetures de lignes, le rapport Spinetta remis jeudi au Premier ministre propose un audit des "petites lignes", qui mobilisent 16% des moyens consacrés au ferroviaire et transportent seulement 2% des voyageurs.

Matignon avait déjà affirmé qu'"aucune décision ne (serait) engagée sans discussion étroite avec les régions et les territoires" et assuré du respect des "engagements pris dans les contrats de plan État-région (CPER)".

"L'important, c'est de vérifier ligne par ligne quelle est la bonne façon d'assurer la mobilité. Et je ne doute pas qu'y compris sur les petites lignes, il faudra conserver du transport ferroviaire, bien entendu", a déclaré M. Philippe.

"Peut-être sur d'autres, les régions, dans le cadre de leur politique d'aménagement, pourront-elles par un choix raisonné, discuter d'avoir recours à d'autres formes de mobilité", a-t-il ajouté, en allusion aux autocars souvent évoqués pour remplacer les lignes à faible trafic.

Le Premier ministre a fait part de sa détermination à mener la réforme, qui s'annonce très sensible dans une SNCF aux mouvements sociaux en mesure de paralyser le pays.

"Si nous voulons sauver le système ferroviaire, disons-le clairement, nous devrons prendre des décisions", a insisté le Premier ministre face aux députés.

De nombreux élus locaux, mais aussi la principale association d'usagers des transports, la Fnaut, ou encore des écologistes, ont exprimé leur inquiétude après la remise en cause de petites lignes ferroviaires par le rapport Spinetta, en réclamant leur maintien.

Catégories: Actualités

Les députés de la France Insoumise demandent une commission d'enquête sur la "malbouffe"

Le Huffington Post - mar, 02/20/2018 - 16:29

ALIMENTATION - Les députés de la France insoumise ont officiellement demandé mardi 20 février la création d'une commission d'enquête sur l'alimentation industrielle et ses conséquences notamment sur la santé.

LFI a fait la demande d'user de son "droit de tirage" pour une commission d'enquête "sur l'alimentation industrielle: qualité nutritionnelle, rôle dans l'émergence de pathologies chroniques, impact social et environnemental de leur provenance", lors de la conférence des présidents à l'Assemblée nationale.

Chaque groupe parlementaire a le droit, une fois par session, à user de ce "droit de tirage" pour une commission d'enquête. Les demandes sont étudiées mais toutes ne débouchent pas sur l'ouverture d'une telle commission.

"Les études s'accumulent, se succèdent"

Selon l'Insoumis Loïc Prud'homme, qui pointe "un sujet de société majeur", les élus ont déposé une proposition de résolution visant à créer une telle commission sur "la malbouffe".

"Les études s'accumulent, se succèdent", a expliqué à l'AFP le député, évoquant notamment celle publiée la semaine dernière, réalisée auprès de 105.000 personnes, qui établit une corrélation entre consommation de plats préparés par l'industrie et risque de cancer.

Pour Loïc Prud'homme, qui dénonce "les scandales sanitaires à répétition", la "malbouffe" est un vaste sujet, "une grosse pelote que l'on va essayer de démêler".

Malbouffe et risque de cancer

Cette étude scientifique auprès d'environ 105.000 Français, publiée jeudi 15 février, a établi un lien entre consommation de plats préparés par l'industrie et risque de cancer. L'étude, appelée NutriNet-Santé, repose sur des questionnaires remplis sur internet entre 2009 à 2017 par des participants dont l'âge médian approchait 43 ans.

Les chercheurs se sont intéressés aux "aliments ultratransformés", qui, d'après eux "contiennent souvent des quantités plus élevées en lipides, lipides saturés, sucres et sels ajoutés, ainsi qu'une plus faible densité en fibres et vitamines".

Leur conclusion: "la consommation d'aliments ultratransformés a été associée avec un risque global plus élevé de cancer" (accru de 6 à 18%) "et de cancer du sein" (accru de 2 à 22%). Cette étude a été critiquée par plusieurs spécialistes après sa publication.

À voir également sur Le HuffPost:

Lire aussi :

Sarkozy explique comment il a aidé un enfant malade du cancer

Ces femmes atteintes du cancer rejetées par leur mari après une ablation du sein

Aliments "anti-cancer": les croyances ont la vie dure

Pour suivre les dernières actualités sur Le HuffPost C'est La Vie, cliquez ici

Deux fois par semaine, recevez la newsletter du HuffPost C'est La Vie

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

Catégories: Actualités

renforcement dans le digital avec Sarenza

Le Boursier - mar, 02/20/2018 - 16:29
Consultez cet article sur Boursier.com
Catégories: Économie - Finances

eSport - eSport - Rainbow 6 : PENTA s'impose à Montréal, bilan contrasté pour les Français

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - mar, 02/20/2018 - 16:27
La formation européenne de PENTA Sports a remporté lé Six...
Catégories: Sport

Fashion Week de Londres: adieux, donuts et orgasmes

France 24 - L'info en continu - mar, 02/20/2018 - 16:25

Des adieux de Christopher Bailey aux porte-clefs donuts, retour sur les tendances et moments forts de la Fashion Week de Londres, qui s'est achevée mardi après cinq jours de défilés consacrés aux collections féminines pour la saison automne-hiver 2018/19.

Burberry: bye bye Bailey

Une page s'est tournée chez Burberry avec l'ultime défilé pour la marque de Christopher Bailey, qui quittera fin 2018 la vénérable maison britannique devenue sous sa houlette un mastodonte du luxe.

Le créateur britannique de 46 ans en a profité pour proposer une collection très personnelle, rendant, lors d'un show XXL devant 1.300 invités, un vibrant hommage aux communautés lesbiennes, gays, bi-sexuelles, transgenres et queer, avec une garde-robe constellées d'arcs-en-ciel.

Qui pour lui succéder? Les favoris sont Phoebe Philo (ex-Céline) et Kim Jones (ex-Louis Vuitton), selon la presse spécialisée.

Paisley et timbres poste

Le motif cachemire d'inspiration orientale orne des chemises à volants complexes et structurées chez J.W. Anderson, la griffe de Jonathan Anderson, un des créateurs britanniques les plus en vue.

Le paisley s'invite aussi chez Mary Katrantzou, spécialiste des imprimés, pour parer manteaux et pantalons roses et dorés. Ou chez Margaret Howell, sur des robes vintage descendant jusqu'au genou, portées avec chaussettes noires et chaussures de villes.

Chez Preen by Thornton Bregazzi, on trouve des fleurs façon nature morte, des figures abstraites et minimalistes chez Roksanda et des timbres postes chez Temperley London.

En rose

Le rose a triomphé sur les podiums de la Fashion Week, avec moult nuances et variations.

Très en vogue en ce moment, le "millennial pink", ce rose teinté de pêche, a coloré les robes de J.W. Anderson, d'Emilia Wickstead ou de Molly Goddard.

Chez Nicopanda, le rose vire au bonbon et illumine des mini-jupes bling bling insolentes aspect éponge et parcourues de guirlandes dorées.

Plus sages, Roksanda et Jasper Conran explorent le jaune, vibrant chez la première, terrien virant à l'ocre chez le deuxième.

So sexy

Les femmes de la Fashion Week sont indépendantes et volontaires, fières de leur féminité et de leur sensualité.

A ce jeu, c'est Christopher Kane qui l'emporte avec une petite robe rouge moulante ultra-courte et transparente, en dentelle échancrée, très femme fatale. Le créateur écossais se fend également d'imprimés montrant des femmes en plein orgasme, tirés d'illustrations du best seller "Les joies du sexe" (1972) d'Alex Comfort.

Chez le Français Roland Mouret, les femmes dévoilent subtilement jarretières colorées et décolletés.

De la transparence aussi chez Supriya Lele, Charlotte Knowles, Mulberry, avec des pièces qui laissent entrevoir la peau.

Accessoires insolites

Des porte-clefs donuts: vus chez J.W. Anderson, à qui l'on doit en outre des pompons à oreilles de lapin cousus sur des pulls au niveau du coeur.

Le Britannique Matty Bovan, qui défilait pour la première fois, a proposé de son côté d'imposants chapeaux formés de ballons gonflables, rouges, dorés, argentés ou tigrés, capturés dans des filets.

La Turque gothico-punk Dilara Findikoglu a elle paré ses ceintures d'objets tout droit sortis du début du siècle dernier: couverts en argent, photos en noir et blanc, mini-statuettes, etc.

Moins rigolo mais plus piquant : le masque intégral en clous de Gareth Pugh, maître dans l'art de la provocation.

Le vêtement que vous ne porterez pas

Est à mettre au crédit d'Edwin Mohney, jeune créateur américain issu de la prestigieuse école londonienne de mode Central Saint Martins, qui s'est distingué avec une robe rose en forme de... préservatif géant, enveloppant tête, bras et poitrine.

On lui doit également des "Trumpettos", soit des stilettos (escarpins à talon fin d'au moins 10 cm) ornés de masques en caoutchouc de Donald Trump.

Catégories: Actualités

SFCMC : rendez-vous au Majestic !

Le Boursier - mar, 02/20/2018 - 16:25
Les actionnaires de la Société Fermière du Casino Municipal de Cannes sont avisés de la tenue d'une Assemblée générale ordinaire le mardi 20 mars...
Catégories: Économie - Finances

Rugby - Bleus - Tournoi : Mathieu Bastareaud incertain pour France-Italie

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - mar, 02/20/2018 - 16:25
Touché aux ischio-jambiers, Mathieu Bastareaud pourrait manquer le...
Catégories: Sport

Foot - PSG - Kylian Mbappé assiste au match de Youth League entre le PSG et le Barça

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - mar, 02/20/2018 - 16:24
Kylian Mbappé assiste au match de Youth League entre le PSG et le...
Catégories: Sport

Le Drian craint "un cataclysme humanitaire" en Syrie

LCP Assemblée nationale - mar, 02/20/2018 - 16:23
Syrie

"C'est vrai que la situation en Syrie se dégrade considérablement..." Mardi, lors de la séance des questions au gouvernement, le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a évoqué avec gravité la crise syrienne.

Selon lui, "le pire est devant nous" :

S'il n'y a pas d'éléments nouveaux, nous allons vers un cataclysme humanitaire.Jean-Yves Le Drian

Interrogé par la députée LREM Monica Michel sur la situation en Ghouta orientale, Jean-Yves Le Drian a affirmé qu'en Syrie, "le processus politique est bloqué". En plus du combat contre Daech et Al Qaïda, "la guerre civile se poursuit", s'est désolé le ministre.

Appel à "une trêve humanitaire"

Jean-Yves le Drian regrette par ailleurs que le conflit, avec "l'incursion des Turcs dans la zone d'Afrine" et "l'incursion iranienne, au dessus du territoire israélien", a pris une "dimension régionale" :

Le France estime indispensable que le conseil de sécurité (de l'ONU) puisse permettre dès à présent une trêve humanitaire qui évite les risques les plus lourds. C'est ce qui se passe en ce moment au conseil de sécurité.Jean-Yves Le Drian

Le ministre des Affaires étrangères prône une reprise des négociations de Genève : il se rendra donc "dans les jours qui viennent à Moscou et Téhéran" pour pousser les propositions françaises de résolution du conflit.

Catégories: Actualités

"Personne ici n'est une marionnette": Philippe réplique aux "guignols" de Wauquiez

France 24 - L'info en continu - mar, 02/20/2018 - 16:20

"Personne ici n'est une marionnette" et "nous sommes en démocratie": Edouard Philippe a répliqué allusivement mardi aux propos controversés du patron de LR Laurent Wauquiez sur les députés LREM "guignols" et "la dictature totale en France" sous Emmanuel Macron.

Alors qu'il répondait lors des questions à l'Assemblée nationale sur la réforme de la SNCF au député UAI (UDI, Agir et indépendants) du Nord Guy Bricout, le Premier ministre s'est interrompu pour répondre aux bancs du parti Les Républicains qui le chahutaient et l'interpellaient à haute voix.

"Messieurs les députés, restez calmes! Nous sommes dans une démocratie. Personne ici n'est une marionnette, et je vais vous répondre", a lancé le chef du gouvernement, applaudi par des députés de la majorité.

La réponse était une allusion transparente aux déclarations choc de M. Wauquiez, enregistrés à son insu lors d'un cours devant des étudiants de l'école de commerce EM Lyon la semaine dernière, et diffusés vendredi et lundi par l'émission de Quotidien.

"Vous avez vu les guignols d'En Marche? Ils sont tous avec le petit doigt sur la couture, ils doivent tous voter la même chose (...) Il n'y a aucun équilibre des pouvoirs en France. Donc il y a une dictature totale en France", peut-on entendre M. Wauquiez déclarer.

Sous le feu des critiques, le patron de LR s'explique mardi soir sur BFMTV, ses soutiens s'efforçant tant bien que mal de minimiser le tollé provoqué par ses propos.

Lors d'une question sur la formation professionnelle un peu plus tard, Aurore Bergé, une porte-parole des députés LREM a insisté sur la "revalorisation de la voie professionnelle": "Mais comment permettre aux familles d'avoir confiance en la voie professionnelle quand des responsables politiques s'y refusent et la méprisent ? Quand le porte-parole des Républicains déclare évoquant les propos tenus par M. Wauquiez: +est-ce du journalisme ? Non ça éventuellement, c'est un exercice du niveau CAP d'ajusteur monteur+"?, a-t-elle déploré.

"Que doivent penser de leur classe politique nos élèves en CAP, leurs familles, leurs enseignants ?" "Les ébenistes, bouchers, charpentiers, coiffeurs, chaudronniers exercent-ils donc des métiers au rabais ?", a-t-elle poursuivi, avant d'ajouter à ses collègues, face aux exclamations de la droite: "ne tendons pas la perche à ceux qui voudraient nous traiter de +guignols+".

Catégories: Actualités

La Finlande ne sait pas quoi faire des Bitcoins qu'elle a confisqués

Le Boursier - mar, 02/20/2018 - 16:20
La Finlande ne sait pas quoi faire de ses Bitcoins! Les autorités, qui ont récupéré quelques 2...
Catégories: Économie - Finances

F1 - 2018 - Renault a présenté sa monoplace 2018, la R.S. 18

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - mar, 02/20/2018 - 16:20
L'écurie française Renault a dévoilé ce mardi sa nouvelle monoplace,...
Catégories: Sport

Trois ans de prison ferme requis contre Jérôme Cahuzac pour fraude fiscale

LCP Assemblée nationale - mar, 02/20/2018 - 16:19

L'accusation a requis mardi la "confirmation" de la peine de trois ans de prison ferme et cinq ans d'inéligibilité infligée en 2016 à l'ex-ministre du Budget Jérôme Cahuzac, jugé en appel pour fraude fiscale et blanchiment, une faute qui a "durement rompu l'équilibre social".

"Votre plus grande contribution à la lutte contre la fraude fiscale aura été votre procès", a asséné l'avocat général à l'ancien ministre, contraint à la démission en mars 2013 après la révélation en décembre 2012 de l'existence de son compte caché à l'étranger. 

Une confirmation du jugement enverrait Jérôme Cahuzac, 65 ans, derrière les barreaux alors qu'une peine égale ou inférieure à deux ans d'emprisonnement ouvrirait la possibilité d'un aménagement de peine.

Pourfendeur de la fraude fiscale lorsqu'il était au gouvernement, Jérôme Cahuzac avait menti pendant des mois, "les yeux dans les yeux" de ses proches, des parlementaires, des médias. Il avait finalement avoué en avril l'existence d'un compte dissimulé à l'étranger: 600.000 euros en Suisse, transférés à Singapour en 2009 via des sociétés offshore.

Un déni persistant signe de "quelque chose de plus noir": un puissant "sentiment d'impunité". "L'impunité, c'est penser que la loi c'est pour les autres", a attaqué l'avocat général Jean-Christophe Muller en débutant son réquisitoire.

"Vouloir tout et son contraire", "penser qu'il est possible de faire fortune d'un côté" et "de donner des leçons de morale fiscale" de l'autre: le magistrat a fustigé un homme qui n'a pas su "faire des choix".

La "déflagration" causée par le scandale "a eu de multiples conséquences sur le fonctionnement de notre vie politique, sur la transparence, la lutte contre les conflits d'intérêt", a-t-il rappelé, évoquant la création en 2013 d'un parquet national financier, puis d'une agence anticorruption.

Il a aussi requis la confirmation de la condamnation de l'ex-avocat genevois Philippe Houman à un an de prison avec sursis et à l'amende maximale de 375.000 euros, pour avoir orchestré le transfert des avoirs de Suisse à Singapour.

Les autres protagonistes de l'affaire avaient renoncé à faire appel: l'ex-épouse de Jérôme Cahuzac, Patricia Ménard, condamnée à deux ans de prison, la banque genevoise Reyl et son patron, qui ont écopé de l'amende maximale.

Catégories: Actualités

Pages

S'abonner à JO CASANOVA MUSIC agrégateur