Agrégateur de flux

« Otaku otaku » : le manga qui parle des geeks japonais avec tendresse

La dessinatrice Fujita met au centre de son histoire des personnages japonais passionnés de pop culture qui souffrent encore parfois d’une mauvaise réputation dans les mangas.
Catégories: Actualités

Pourquoi tant de pénis dessinés dans les toilettes des bars?

Slate.fr - jeu, 05/17/2018 - 10:01
Entre deux dessins de pénis, «Souriez vous êtes fistés», «Coucher avec une bipolaire, c'est un plan à trois?», «Les hommes sont comme les crevettes, tout dans la queue rien dans la tête». Les toilettes des bars, ces lieux de haute poésie. Pourquoi tant de mots salaces écrits sur les murs et les portes? Pourquoi tant de bites et si peu de vulves? Comment ont évolué ces graffitis depuis ces cinquante dernières années? Le 06 se fait-il remplacer par le compte Instagram? Les réponses ici:       «Aux chiottes le sexe» s'inscrit dans un projet vidéo dont Slate est partenaire, «Aux chiottes la liberté», diffusé sur IRL, la plateforme numérique web documentaire de France Télévisions. Lire la suite
Catégories: Actualités

Abeilles: la justice européenne confirme les restrictions d'utilisation de trois néonicotinoïdes

ladepeche.fr - jeu, 05/17/2018 - 10:01
Le Tribunal de l'Union européenne a confirmé jeudi les restrictions d'utilisation imposées en 2013 à trois néonicotinoïdes, des insecticides considérés comme nocifs pour les abeilles, qui étaient contestées par les fabricants Bayer et Syngenta.Sans même attendre cette décision de la justice européenne, l'UE avait décidé fin avril d'élargir cette première interdiction portant sur les trois substances --clothianidine, thiaméthoxame et...
Catégories: Actualités

Le patron de Facebook devant le Parlement européen la semaine prochaine

Le Boursier - jeu, 05/17/2018 - 10:01
Mark Zuckerberg, qui a déjà été entendu par le congrès américain, devrait une nouvelle fois s'expliquer sur le scandale des données personnelles Cambridge Analytica.
Catégories: Économie - Finances

En Inde, un feuilleton politique à rebondissements au Karnataka

France 24 - L'info en continu - jeu, 05/17/2018 - 10:00

Assemblée sans majorité, accusations de corruption, audience de la Cour suprême en pleine nuit, élus séquestrés: la lutte pour gouverner le Karnataka, grand État du sud de l'Inde, fait rage entre les nationalistes hindous et l'opposition.

Cette région de plus de 65 millions d'habitants, jusqu'ici dernier grand bastion du parti du Congrès de Rahul Gandhi, se retrouve en effet sans majorité définie suite à l'élection de son parlement local le week-end dernier. Un flottement qui a déclenché une guerre politique féroce.

Le Bharatiya Janata Party (BJP) du Premier ministre Narendra Modi y a effectué une percée dans les urnes, remportant 104 sièges, mais manquant toutefois de peu la barre de la majorité absolue de 113 sièges.

Tombé en deuxième position, le Congrès tente désespérément d'empêcher que Bangalore, capitale de l'État et centre de la high-tech indienne, tombe aux mains de son ennemi juré.

Le parti historique de l'indépendance a donc choisi de se ranger derrière une petite formation régionale, le Janata Dal (Secular), ce qui lui donnerait arithmétiquement la majorité absolue pour diriger le Karnataka.

Mais revendiquant sa première place, le BJP a obtenu du gouverneur de l'État qu'il lui confie la formation du gouvernement et dispose de 15 jours pour montrer qu'il a une majorité de législateurs derrière lui.

Demandant que cette charge soit plutôt confiée à sa coalition, le Congrès a effectué un recours d'urgence devant la Cour suprême d'Inde. Tirée du lit, la plus haute instance judiciaire du pays a ainsi siégé trois heures au milieu de la nuit de mercredi à jeudi, pour finalement rejeter la requête du Congrès.

- Cage dorée -

Or le BJP ne peut gouverner le Karnataka que si des élus des autres partis retournent leur veste. Dans ce contexte, tous les coups semblent permis.

En conférence de presse, le leader du Janata Dal (Secular) a publiquement accusé les nationalistes hindous d'essayer de corrompre ses élus, affirmant qu'ils leur offraient 15 millions de dollars chacun pour changer de camp. Le BJP a démenti ces propos.

Pour essayer d'empêcher les braconnages, le Congrès et son allié ont du coup enfermé leurs législateurs dans des hôtels de luxe autour de Bangalore, une pratique récurrente en politique indienne pour combattre les défections.

De le dernier épisode en date, le candidat du BJP, B.S. Yeddyurappa, a prêté serment jeudi matin comme ministre en chef du Karnataka. Mais le feuilleton politique ne devrait pas s'arrêter là.

Arrivé au pouvoir central à New Delhi en 2014, le parti du Premier ministre Narendra Modi contrôle désormais directement la plupart des grands États d'Inde, soit 70% de la population.

Après avoir dominé la politique indienne depuis l'indépendance en 1947, le Congrès est quant à lui en passe d'être oblitéré de la carte électorale et approche en situation de grande faiblesse les élections législatives générales de l'année prochaine.

Catégories: Actualités

En images : les mariages royaux et princiers à Londres depuis 1947

L' Essentiel - SudOuest.fr - jeu, 05/17/2018 - 10:00

PORTFOLIO - Le mariage du Prince Harry et de l'Américaine Meghan Markle sera un des événements de l'année 2018 en Grande Bretagne. Retour en images sur les précédents mariages depuis celui de la princesse Elisabeth (future reine) en 1947.
Lire la suite

Catégories: Actualités

Une bande-annonce finale pour Mission : Impossible – Fallout

Le nouveau volet de la franchise portée par Tom Cruise s’illustre dans une dernière bande-annonce avant sa sortie, prévue le 1er août en salles.

Catégories: High-Tech

Une bande-annonce finale pour Mission : Impossible – Fallout

Le nouveau volet de la franchise portée par Tom Cruise s’illustre dans une dernière bande-annonce avant sa sortie, prévue le 1er août en salles.

Catégories: High-Tech

"1984" le chef-d'?uvre d'Orwell, paraît dans une nouvelle traduction

France 24 - L'info en continu - jeu, 05/17/2018 - 10:00

Publié en français pour la première fois il y a près de 70 ans, le chef-d??uvre de George Orwell "1984" reparaît jeudi prochain chez Gallimard dans une nouvelle traduction dont l'ambition est "de restituer la terreur dans toute son immédiateté".

"Big Brother", "novlangue"... Les mots qui hantent la célèbre dystopie d'Orwell sont passés dans le langage courant et traduire ce monument de la littérature mondiale ne va pas de soi.

"A la première version (?uvre de la traductrice Amélie Audiberti, ndlr) toute notre gratitude est due car c'est bien elle qui a +passé+ le texte sur notre rive linguistique", explique la traductrice Josée Kamoun dans une note placé à la fin du volume qu'elle a retraduit.

Jamais depuis sa première publication en français en 1950, "1984" n'avait bénéficié d'une nouvelle version.

Si le terme "Big Brother" a été maintenu dans cette nouvelle version ("le terme Big Brother peut être compris de tous ou presque", souligne Josée Kamoun qui fait cependant remarquer que "toutes les traductions européennes de l'époque ont nommé le personnage +Grand Frère+" par allusion au "grand frère" soviétique), il n'y a plus de "novlangue" (la langue officielle d'Océanie, ndlr) mais du "néoparler" dans la nouvelle version.

La "doublepensée" qui rend possible l'inversion du sens des mots est restée mais "les slogans du Parti" ont été légèrement modifiés et sont désormais plus fidèles à l'original en anglais. "Guerre est paix" ("War is peace" dans la version originale) remplace "la paix c'est la guerre", "Liberté est servitude" (Freedom is slavery") a été préféré à "la liberté c'est l'esclavage".

Quant à "L'amour c'est la haine" qui était jusqu'à présent dans la version française (et qu'on ne trouve pas dans la version originale) il est remplacé par "Ignorance est puissance" ("Ignorance is strength" dans la version anglaise). "Big Brother" ne "vous" regarde plus mais il "te" regarde.

Surtout, le texte, à l'imparfait dans la version de 1950, est désormais conjugué au présent, ce qui rend le récit encore plus glaçant.

Pour l'éditeur cette nouvelle traduction "plus directe et plus dépouillée" tente "de restituer la terreur dans toute son immédiateté mais aussi les tonalités nostalgiques et les échappées lyriques d'une ?uvre brutale et subtile, équivoque et génialement manipulatrice".

Écrit en 1948, d'où le titre avec une inversion des deux chiffres de la décennie, et publié en 1949, "1984" décrit un futur où le Parti règne sur l'Océanie (Océania dans la version française de 1950) pays totalitaire où le passé a été oblitéré et réinventé, où les événements les plus récents sont susceptibles d'être modifiés et où une nouvelle langue empêche toute pensée critique.

Catégories: Actualités

"1984" le chef-d'œuvre d'Orwell, paraît dans une nouvelle traduction

ladepeche.fr - jeu, 05/17/2018 - 09:59
Publié en français pour la première fois il y a près de 70 ans, le chef-d’œuvre de George Orwell "1984" reparaît jeudi prochain chez Gallimard dans une nouvelle traduction dont l'ambition est "de restituer la terreur dans toute son immédiateté". "Big Brother", "novlangue"... Les mots qui hantent la célèbre dystopie d'Orwell sont passés dans le langage courant et traduire ce monument de la littérature mondiale ne va pas de soi. "A la première...
Catégories: Actualités

Technicolor : Cisco bientôt sorti ?

Le Boursier - jeu, 05/17/2018 - 09:59
Cisco poursuit ses ventes d'actions Technicolor...
Catégories: Économie - Finances

Juger les jihadistes étrangers au Kurdistan syrien: un pari semé d'incertitudes

France 24 - L'info en continu - jeu, 05/17/2018 - 09:58

Laisser les jihadistes étrangers et leurs épouses être jugés en Irak ou Syrie: c'est le souhait de nombreux pays européens, la France en tête. Mais chez les Kurdes syriens, qui en détiennent des milliers, l'option n'est pas sans risque.

Dans cette région du nord-est de la Syrie, qui reste instable, personne ne tient vraiment à les juger et les peines de prison courtes sont la norme.

A Qamichli, dans son bureau du tribunal antiterroriste, petit bâtiment rectangulaire posé sur la plaine désertique, le juge kurde Rasho Kanaan a l'habitude de voir défiler les jihadistes présumés: l'an dernier, ses collègues et lui en ont jugé plus de 800, tous Syriens.

Mais va-t-il aussi devoir juger les milliers d'étrangers, de 40 nationalités différentes, également arrêtés par les forces kurdes au fil de la débâcle du groupe Etat islamique (EI)? Comme nombre de responsables kurdes, il n'y est pas très favorable. "Vous savez, dit-il, on a déjà beaucoup d'autres prisonniers à gérer".

Nouri Mahmoud, porte-parole des Unités de protection du peuple (YPG), les forces kurdes, prend moins de gants: "Tous ces prisonniers étrangers sont un fardeau pour nous".

Alors que dans l'Irak voisin, les tribunaux les jugent à la chaîne, aucun procès n'a eu lieu à ce jour au Rojava, la fédération autonome dirigée par les Kurdes qui contrôlent près de 30% du territoire syrien.

"Notre priorité, ce n'est pas ces prisonniers, c'est la Turquie", ajoute M. Mahmoud.

Mi-mars, la Turquie, ennemi héréditaire des Kurdes, leur a ravi l'enclave d'Afrine (nord-ouest de la Syrie) après une offensive éclair. Une cruelle défaite.

En privé, les responsables kurdes ne cachent pas leur sentiment amer d?avoir été lâchés par leurs alliés occidentaux, Etats-Unis en tête, qui, pour ménager les Turcs, ne se sont pas opposés à l'offensive.

- "Pas fait pour les étrangers"-

A quelques rares exceptions près (Russie et Indonésie), aucun pays n'a demandé à récupérer les jihadistes étrangers présumés détenus par les Kurdes syriens.

Nombre de gouvernements semblent paralysés par des opinions publiques hostiles à tout rapatriement de jihadistes.

"Le Danemark, le Canada ou la Suisse se sont dits prêts à reprendre des femmes et des enfants. Mais à la condition que cela ne se fasse pas publiquement", explique Nadim Houry, directeur du programme "terrorisme" de l'ONG Human Rights Watch (HRW).

En privé, des responsables kurdes perdent patience. "Pourquoi continuerait-on à garder des prisonniers étrangers, occidentaux notamment, si leurs pays ne nous soutiennent pas face aux Turcs?", lâche, dépité, un cadre de l'administration locale.

Les Kurdes sont-ils prêts à libérer les milliers de jihadistes étrangers présumés qu'il détiennent? Khaled Issa, représentant du Rojava en France, dément mais reste vague: "Notre position reste d'instruire et traiter ces dossiers, en coopérant avec les autorités" des pays concernés.

Le système judiciaire local a-t-il la capacité de juger ces étrangers? le juge Kanaan lui-même en doute, estimant qu'il est fait "pour juger les locaux, pas les étrangers".

L'accusé(e) y comparaît directement face aux juges, sans avocat ni possibilité d'appel, un autre motif d?indignation des familles de détenus et des avocats en Occident.

Selon HRW, les coupables écopent en général de cinq à sept ans de prison, des peines souvent réduites pour bonne conduite en détention, ou via les amnisties.

- "Monnaie d?échange" -

Les autorités kurdes s'appuient sur les tribus locales, dont certaines avaient été séduites par l'EI. Et libèrent parfois rapidement des accusés, même s'ils ont commis des crimes, si leur tribu se porte garante.

"Les Kurdes doivent gérer sur leur territoire une mosaïque de communautés différentes", explique Nadim Houry.

Le système judiciaire suit donc une philosophie: "On doit vivre tous ensemble, on n'a donc pas d'autre choix que la réconciliation, la re-socialisation".

"S'il n'y a pas de preuve, il n'y a pas de condamnation", souligne Lucman Ibrahim, coprésident du conseil des juges de Qamichli.

Or, les preuves contre les jihadistes présumés ne sont pas faciles à établir, notamment pour les femmes (environ 600, dont beaucoup de Turques, Russes et Tunisiennes, avec en moyenne deux à trois enfants chacune selon HRW), qui sont rares à avoir combattu mais ont parfois été actives, notamment dans les unités de police religieuse.

"L'an dernier, on a jugé 10 femmes (syriennes). On en a relâché la moitié, l'autre moitié a écopé de peines de moins de 10 ans" de prison, sans compter les remises de peine, note le juge Kanaan.

Un contraste saisissant avec les pays occidentaux, où les peines de prison dans les dossiers liés au terrorisme ne cessent de s'alourdir, y compris pour les femmes, jugées parfois très radicalisées.

Qu'arriverait-il aux étrangers rapidement libérés? Certains pays pourraient-ils alors demander leur rapatriement, pour les juger à leur tour? Là encore les pays concernés évitent de s'avancer.

"Les Kurdes peuvent s'en servir comme monnaie d'échange pour obtenir l'aide de tel ou tel pays", note Fabrice Balanche, universitaire français spécialiste de la Syrie.

D'autres jihadistes, considérés comme les plus dangereux, pourraient écoper de la peine maximale, 20 ans de prison.

Comme les Britanniques Alexanda Amon Kotey et El Shafee el-Sheikh, membres d'un quatuor surnommé "les Beatles", accusés d'être responsables de la détention et de la décapitation d'environ une vingtaine d'otages.

En cas de condamnation, le Rojava sera censé les confiner pendant de longues années. Mais l'entité kurde existera-t-elle encore dans six mois ou un an?

Depuis la perte d'Afrine, les Kurdes syriens tremblent à l'idée de voir les Américains, leur principal soutien militaire, quitter le pays, comme le président Donald Trump l'a évoqué en janvier.

"Sans le soutien américain, les Kurdes ne tiennent pas face aux Turcs ou à une autre armée bien équipée", estime M. Balanche.

Qu'arriverait-il alors aux prisonniers étrangers? Nul ne sait, tout comme personne ne sait ce qu'il est advenu des prisonniers jihadistes -apparemment surtout des locaux- que les Kurdes détenaient à Afrine.

Ont-ils été transférés ailleurs, ou libérés? Mystère: interrogés par l'AFP, les dirigeants kurdes ont indiqué ne pas avoir d'informations sur le sujet.

Catégories: Actualités

Juger les jihadistes étrangers au Kurdistan syrien: un pari semé d'incertitudes

ladepeche.fr - jeu, 05/17/2018 - 09:58
Laisser les jihadistes étrangers et leurs épouses être jugés en Irak ou Syrie: c'est le souhait de nombreux pays européens, la France en tête. Mais chez les Kurdes syriens, qui en détiennent des milliers, l'option n'est pas sans risque.Dans cette région du nord-est de la Syrie, qui reste instable, personne ne tient vraiment à les juger et les peines de prison courtes sont la norme.A Qamichli, dans son bureau du tribunal antiterroriste, petit...
Catégories: Actualités

Foot - ANG - Arsenal - Cristiano Ronaldo, le plus grand regret d'Arsène Wenger

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - jeu, 05/17/2018 - 09:58
Arsène Wenger estime qu'avoir manqué d'attirer Cristiano Ronaldo à...
Catégories: Sport

Foot - C3 - Médias - Finale de la Ligue Europa : 6,7 millions de téléspectateurs sur M6

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - jeu, 05/17/2018 - 09:57
M6 a attiré 6,7 millions de téléspectateurs pour la finale de Ligue...
Catégories: Sport

Take-Two Interactive Software : résultats en baisse

Le Boursier - jeu, 05/17/2018 - 09:56
Résultats trimestriels...
Catégories: Économie - Finances

Donald Trump face à de nouvelles révélations sur l'ingérence russe et Stormy Daniels

Le Huffington Post - jeu, 05/17/2018 - 09:56
Donald Trump face à de nouvelles révélations sur l'ingérence russe et Stormy Daniels
Catégories: Actualités

Mariage princier : comment suivre la cérémonie à la télé ?

L' Essentiel - SudOuest.fr - jeu, 05/17/2018 - 09:53

De nombreuses chaînes de télévision vont passer à l'heure anglaise samedi pour le mariage du prince Harry et de Meghan Markle. On vous détaille le programme. .
Les téléspectateurs auront l'embarras du choix samedi pour suivre le mariage du prince Harry et de Meghan Markle, qui sera diffusé en direct par de nombreuses... Lire la suite

Catégories: Actualités

Pages

S'abonner à JO CASANOVA MUSIC agrégateur