Agrégateur de flux

Résultats Parcoursup : la moitié des candidats en attente

Au premier jour de la nouvelle procédure d’admission dans l’enseignement supérieur, un candidat sur deux a reçu une réponse positive. Le ministère de l’enseignement supérieur rappelle que la procédure est « progressive ».
Catégories: Actualités

Foot - Consultation - Consultation L'Equipe du Soir : Qui est votre meilleur latéral droit de Ligue 1?

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - mer, 05/23/2018 - 00:45
La Ligue 1 a rendu son verdict samedi dernier et L'Équipe du Soir...
Catégories: Sport

Foot - ANG - Manchester United vaut 3,2 milliards d'euros

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - mer, 05/23/2018 - 00:29
Selon une étude du cabinet KPMG, Manchester United a une valeur...
Catégories: Sport

Foot - CM 2018 - ARG - Argentine : Sergio Romero forfait pour la Coupe du monde

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - mer, 05/23/2018 - 00:19
Touché à un genou, le gardien argentin Sergio Romero est contraint de...
Catégories: Sport

Facebook: Mark Zuckerberg a passé un sale quart d'heure face au député européen belge Guy Verhofstadt

Le Huffington Post - mer, 05/23/2018 - 00:16
Facebook: Mark Zuckerberg a passé un sale quart d'heure face au député européen belge Guy Verhofstadt
Catégories: Actualités

La faune sauvage victime de la cybercriminalité

L’ONG IFAW révèle l’ampleur du trafic en ligne d’animaux vivants ou de produits dérivés qui met en péril des espèces menacées d’extinction.
Catégories: Actualités

Le patron de Facebook présente ses excuses aux Européens sans convaincre

France 24 - L'info en continu - mer, 05/23/2018 - 00:00

"Je suis désolé". Le patron de Facebook, Mark Zuckerberg, a présenté mardi ses excuses devant le Parlement européen, comme il l'avait fait devant les parlementaires américains, pour les lacunes de son réseau social dans la protection des données de ses utilisateurs, illustrées par le scandale Cambridge Analytica.

Mais le format de son audition a provoqué beaucoup de frustration : le temps consacré aux questions a été beaucoup plus long que les réponses de l'Américain.

Costume sombre et cravate bordeaux, M. Zuckerberg est apparu souriant mais un peu raide, attentif à côté du président du Parlement Antonio Tajani. L'audition à Bruxelles s'est déroulée devant les chefs de groupes politiques du Parlement, mais, sous la pression de plusieurs d'entre eux, a finalement été diffusée en direct sur internet.

Fausses informations, ingérences de l'étranger dans des élections ou développeurs utilisant de façon mal intentionnée les informations personnelles : Facebook n'a pas pris ses responsabilités, a reconnu Mark Zuckerberg.

"C'était une erreur, et je suis désolé", a-t-il dit dans son introduction. Comme déjà à Washington le mois dernier.

Les nouvelles excuses du fondateur de Facebook lui ont valu d'être tancé par Guy Verhofstadt, le chef des libéraux (groupe ALDE). "Ca fait déjà trois fois depuis le début de l'année", lui a-t-il lancé.

"Comment voulez-vous qu'on se rappelle de vous ? Comme un des trois géants de l'internet avec Bill Gates et Steve Jobs ? Ou comme un génie raté ayant créé un monstre numérique qui détruit nos démocraties", l'a interpellé M. Verhofstadt.

-Contrôle et responsabilité-

L'intervention à Bruxelles de Mark Zuckerberg a eu lieu à trois jours de l'entrée en vigueur vendredi d'une législation européenne visant à mieux protéger les données personnelles des Européens, l'une des plus avancées dans ce domaine.

Le patron de Facebook a assuré que son réseau social partageait entièrement les trois principes au coeur du nouveau règlement européen : "Contrôle, Transparence et Responsabilité". Et que Facebook sera conforme à la législation européenne dès vendredi.

Le réseau offrira le même degré de contrôle à "tous ses clients" dans le monde, a-t-il promis. Notamment la possibilité d'effacer son historique de la même façon que l'on peut effacer ses "cookies" sur internet.

Antonio Tajani a remercié le jeune milliardaire américain de sa présence à un an des élections européennes de 2019. "Nous devons protéger les données personnelles des citoyens (qui sont) devenues une ressource d'une valeur inestimable", a observé l'Italien.

De son côté, Mark Zuckerberg a admis que Facebook avait été "trop lent à identifier l'ingérence russe" dans la présidentielle américaine de 2016, mais a précisé que sa société travaillait avec les gouvernements européens en vue des prochaines échéances électorales.

"Aujourd'hui était un premier pas pour Facebook pour rétablir la confiance et il en faudra d'autres", a réagi la commissaire européenne à la Justice Vera Jourova.

Selon des chiffres communiqués par Facebook à la Commission européenne, les données de "jusqu'à 2,7 millions" d'Européens ont pu être transmises de "manière inappropriée" à la firme Cambridge Analytica, impliquée dans la campagne pour la présidentielle de Donald Trump.

Mark Zuckerberg "a annoncé beaucoup de changements, notamment sur la transparence des publicités politiques. Je veux croire que ce sont des signes" montrant que Facebook fera preuve de davantage de "responsabilité", a rétorqué Mme Jourova.

- 'Vagues promesses' -

"Vagues promesses", ont critiqué les chefs du groupes des Verts au Parlement, Philippe Lamberts et Ska Keller. "Pas très convaincant", a jugé Manfred Weber, le chef du Parti du peuple européen (PPE, droite, principale force politique dans l'hémicycle).

Car l'audition bruxelloise a été suivie d'un concert de commentaires où transparaissait la déception.

"Ce que cette audition a mis en lumière, c'est qu'on ne sait toujours pas à quel point les données personnelles ont été utilisées à mauvais escient. Jusqu'à ce qu'on sache vraiment ce qui s'est passé, et se passe encore, Facebook et les législateurs ne peuvent pas mettre en place les bonnes solutions pour empêcher les mêmes problèmes (de se répéter) à l'avenir", a déploré Syed Kamall, le leader des conservateurs.

"Le Congrès américain avait le bon format d'audition, mais n'a posé que des questions faciles. Le Parlement avait les bonnes questions, mais un format facile qui a permis à Zuckerberg d'éviter les réponses", a résumé l'eurodéputé écologiste allemand Sven Giegold.

Le mois dernier, les parlementaires américains avaient soumis pendant plusieurs heures le milliardaire à une pluie de questions pour comprendre comment la firme Cambridge Analytica avait pu exploiter à leur insu, à des fins politiques, les données de dizaines de millions d'utilisateurs de Facebook.

Le "Règlement général sur la protection des données" (RGPD) va créer ou renforcer des droits individuels et imposer des obligations strictes aux entreprises qui collectent ou traitent des informations personnelles d'Européens, où qu'elles soient établies.

Mercredi, M. Zuckerberg doit faire partie de la cinquantaine de dirigeants de grandes entreprises du numérique reçus à Paris par le président français Emmanuel Macron.

Catégories: Actualités

Foot - CM - ANG - Harry Kane (Angleterre) : «Nous pouvons gagner la Coupe du monde»

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - mar, 05/22/2018 - 23:49
Fraîchement nommé capitaine de l'équipe d'Angleterre, Harry Kane...
Catégories: Sport

La petite Kurde Mawda, 2 ans, a été tuée par un policier belge

Le parquet de Mons a confirmé mardi le récit des parents de la fillette. Le tireur, laissé en liberté, sera interrogé par le Comité dédié à la surveillance des polices.
Catégories: Actualités

Basket - Jeep Elite - Yeguete : «Soit on offre un autre basket, soit...»

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - mar, 05/22/2018 - 23:39
Le Mans est au pied du mur après avoir perdu le quart de finale aller...
Catégories: Sport

Basket - NBA - Équipe des rookies de l'année : Mitchell et Simmons font l'unanimité

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - mar, 05/22/2018 - 23:35
Le meneur américain du Utah Jazz Donovan Mitchell et l'ailier...
Catégories: Sport

Tous sports - Le flash sports du 22 mai

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - mar, 05/22/2018 - 23:32
Retrouvez le résumé de l'actualité de mardi dans notre flash...
Catégories: Sport

Paris: 101 personnes interpellées dans un lycée occupé après la manifestation

France 24 - L'info en continu - mar, 05/22/2018 - 23:20

Près de 130 personnes ont été interpellées mardi, dont 101 dans un lycée occupé à Paris, après une nouvelle journée de manifestation des fonctionnaires émaillée de brèves violences, a-t-on appris auprès de la Préfecture de police.

Au total, 24 personnes ont été interpellées en marge de la manifestation, et 101 autres ont été arrêtées dans le lycée Arago (XIIe arrondissement) dans "un premier temps pour contrôle d'identité", a précisé la préfecture. Après dispersion du cortège, plusieurs dizaines de personnes avaient pénétré dans cet établissement, avant d'en être évacuées par les forces de l'ordre.

Abribus détruits, vitrines de magasins brisées, tags et jets de projectiles en direction des forces de l'ordre: la manifestation, qui a rassemblé 15.000 personnes mardi à Paris selon la police, a été émaillée de violences et de brèves échauffourées.

Face aux jets de projectiles provenant d'un "groupe de 200 individus cagoulés et violents", selon un communiqué de la Préfecture de police (PP), les policiers ont répliqué en faisant usage d'un canon à eau et de gaz lacrymogène, selon la même source.

Selon un bilan de la PP, "8 personnes dont 2 membres des forces de l'ordre ont été blessées légèrement lors de la manifestation".

Dans une rare unité syndicale, les fonctionnaires manifestaient mardi pour défendre leur statut et s'opposer à la réforme du gouvernement, lors de leur troisième journée de mobilisation depuis l'élection d'Emmanuel Macron qu'ils accusent de les "attaquer".

Le défilé du 1er-Mai à Paris avait été marqué cette année par de nombreux incidents (abribus saccagés, voitures brûlées, panneaux publicitaires et vitres de restaurants brisées) et des heurts attribués par les autorités à quelque 1.200 militants de l'ultragauche estampillés "black blocs".

Au cours de cette manifestation, 283 personnes avaient été arrêtées dont 102 placées en garde à vue, et quatre personnes, dont un CRS, avaient été très légèrement blessées, selon le bilan officiel.

Sept personnes ont été mises en examen et placées sous contrôle judiciaire.

Catégories: Actualités

Basket - Jeep Élite - TJ Parker : «68 points encaissés, ça me plaît »

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - mar, 05/22/2018 - 23:17
Efficace défensivement dès les premières secondes, l'Asvel a donné le...
Catégories: Sport

Gym - Nassar - Le comité olympique verse 1,3 million pour les victimes de Larry Nassar

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - mar, 05/22/2018 - 23:17
Le Comité olympique américain (Usoc) a annoncé mardi qu'il allait...
Catégories: Sport

HPE publie un bénéfice meilleur que prévu au 2e trimestre

Le Boursier - mar, 05/22/2018 - 23:14
(Reuters) - Hewlett Packard Enterprise a publié mardi un bénéfice trimestriel meilleur que prévu soutenu par une solide demande pour ses serveurs et ses produits de stockage et a relevé ses prévisions pour l'ensemble de l'année.
Catégories: Économie - Finances

Agriculture: entre "esprit de conquête" et "déception", les débats lancés à l'Assemblée

France 24 - L'info en continu - mar, 05/22/2018 - 23:09

Entre l'"esprit de conquête" de la majorité et la "déception" des oppositions, le projet de loi sur l'agriculture a entamé mardi huit jours de débats au long cours à l'Assemblée, allant du prix payé aux agriculteurs à l'alimentation et au bien-être animal.

Après les quatre mois d'Etats généraux de l'alimentation, le texte est "équilibré" et "bien éloigné des visions parfois folkloriques" de l'agriculture, a affirmé le ministre Stéphane Travert (ex-PS) en ouverture, vantant "un changement de paradigme", notamment pour rendre l'"esprit de conquête" à l'agriculture.

Député de la Creuse et éleveur, le rapporteur Jean-Baptiste Moreau vante un texte "ambitieux" face aux "réalités du terrain", voire une "agrirévolution".

Objet d'une intense mobilisation des députés et lobbies, le projet de loi a suscité plus de 2.300 amendements. Et le temps programmé des débats, "tronqués" selon certains groupes ou non inscrits, a été encore allongé sur demande LR: l'Assemblée siègera, week-end compris, jusqu'au vote mercredi prochain.

Premier volet: mieux rémunérer les agriculteurs dans un contexte de "guerre des prix" dans l'agroalimentaire.

"Un agriculteur sur deux gagne moins de 350 euros par mois" et "un agriculteur se suicide tous les 3 jours", a souligné Richard Ramos (MoDem), observant "le fossé que la grande distribution a largement creusé entre agriculteurs et consommateurs".

Son groupe salue des "avancées réelles" sur les relations commerciales, UAI "une opportunité forte".

Si "tout le monde partage l'objectif", selon le rapporteur, les réponses ne font pas l'unanimité.

Les LR, tels leur président et ex-responsable syndical agricole Christian Jacob, épinglent une loi qui "n'accouchera pas de grand-chose", sans "garde-fous" sur la fixation des prix, et envisagent un vote contre.

- "Cul entre deux chaises" -

A l'unisson de certaines organisations agricoles, FNSEA en tête, pour qui "l'attente est immense", ils jugent le texte pas à la hauteur sur "les charges" et "le poids des normes". "Rien sur la PAC", le foncier, les accords de libre-échange, critiquent aussi ses orateurs, comme Arnaud Viala.

"Nous sommes tous, d'une façon ou d'une autre, des filles et fils de paysans. Montrons-leur que l'amour que nous leur portons n'est pas que dans le pré", a glissé Julien Dive.

Et "s'il y a du bon dans cette loi", a jugé mardi Michel-Edouard Leclerc sur son blog, "il y a de l'enfumage" pour "regonfler les marges de certains distributeurs". Le rapporteur a fustigé sur Twitter "mauvaise foi" et "stratégie: diviser les et monter les contre eux".

A gauche, les socialistes, comptant l'ex-ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll, affichent leur "déception" devant un volontarisme "trop peu affirmé". "On attendait la marche en avant, on se retrouve avec un pas de côté", selon Guillaume Garot, ex-ministre délégué à l'Agroalimentaire, dont le groupe entend "donner de la chair".

Pour les communistes, ce texte, "corseté par son idéologie libérale", "de loin, c'est quelque chose, de près, ce n'est rien". "Vous avez manqué de courage" en évitant "l'affrontement contre la grande distribution", a reproché leur président André Chassaigne.

L'Insoumis François Ruffin a critiqué "une loi famélique" et une majorité "le cul entre deux chaises" qui "tente de réguler un peu et signe le Ceta, les accords avec le Mercosur, le Mexique".

Le second volet, axé sur une alimentation plus saine et durable et un respect du bien-être animal, promet des débats "plus musclés", a anticipé le rapporteur, s'attendant à ce que LR "nous présente en vilains écolos bobos".

Il y aura des "oppositions internes" par "conviction personnelle" chez LR, socialistes, "chez nous aussi", selon lui.

Le chef de file MoDem Marc Fesneau a appelé devant la presse à ne pas "braquer" le monde agricole sur "des situations où il n'y a pas de solution même technique", Nicolas Turquois, agriculteur, avertissant contre une loi "trop bobo".

Des élus de plusieurs groupes, y compris certains Marcheurs comme Matthieu Orphelin, proche de Nicolas Hulot, espèrent néanmoins "de nouvelles avancées", dont une "programmation raisonnée de la fin du glyphosate" gravée dans la loi.

Le bien-être animal, auquel le ministre s'est dit "particulièrement attentif", promet aussi d'agiter l'hémicycle.

"On a été tous abreuvés dans nos boîtes mails" par des associations comme L214 mais "il faut raison garder", a lancé Marc Fesneau. Au lendemain d'un appel de Brigitte Bardot entre autres pour la vidéosurveillance dans les abattoirs, l'UAI Thierry Benoît a ironisé sur la "retraitée de Saint-Tropez" là où Olivier Falorni (non inscrit) a défendu la vidéosurveillance, "promesse électorale d'Emmanuel Macron".

parl-ic-chl/cam

Catégories: Actualités

Un accord avec le chinois ZTE ? "Pas si vite !" clame Trump

Le Boursier - mar, 05/22/2018 - 23:07
Contrairement à des informations de presse, Donald Trump a affirmé mardi qu'il n'y avait pas encore d'accord en vue avec la Chine sur le groupe chinois de télécoms ZTE. Il a menacé d'infliger une amende d'1,3 Md$ à l'équipementier télécoms.
Catégories: Économie - Finances

Pages

S'abonner à JO CASANOVA MUSIC agrégateur