Agrégateur de flux

Les valeurs à suivre à Paris et en Europe

Le Boursier - mar, 02/20/2018 - 08:36
PARIS (Reuters) - Les valeurs à suivre mardi à la Bourse de Paris et en Europe où les contrats à terme sur les indices indiquent une ouverture en très légère hausse :
Catégories: Économie - Finances

JO 2018 - Hockey (H) - JO de Pyeongchang : un joueur slovène contrôlé positif

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - mar, 02/20/2018 - 08:36
Ziga Jeglic, un des joueurs de l'équipe de Slovénie, a été contrôlé...
Catégories: Sport

Foot - C1 - Bayern - Ligue des champions : l'effet Jupp Heynckes au Bayern Munich en chiffres

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - mar, 02/20/2018 - 08:35
Depuis son arrivée en octobre dernier, le Bayern, adversaire de...
Catégories: Sport

Unef : nouveaux témoignages de viols et agressions sexuelles

France 24 - L'info en continu - mar, 02/20/2018 - 08:34

Plusieurs femmes font état de harcèlement sexuel, d'agressions sexuelles et de viols commis entre 2007 et 2015 au sein de l'Unef, le deuxième syndicat étudiant, selon de nouveaux témoignages publiés mardi par Libération.

En novembre, 83 femmes, anciennes syndicalistes de l'Union nationale des étudiants de France (Unef) avaient déjà signé une tribune dans le Monde pour dénoncer les violences sexistes et sexuelles au sein de cette organisation proche du PS.

Dans son édition de mardi, Libération indique avoir recueilli le témoignage de 16 militantes se disant victimes de harcèlement et, pour certaines, d'agressions sexuelles et de viols.

"C'est important que l'omerta se lève", a réagi l'actuelle présidente de l'Unef, Lilâ Le Bas, contactée par l'AFP.

"J'apporte tout mon soutien aux femmes qui dénoncent les violences qu'elles ont subies au sein de l'organisation", a-t-elle ajouté.

Le quotidien publie notamment le témoignage d'une militante qui accuse un "membre de la direction du syndicat entré à l?Unef au milieu des années 2000" de l'avoir violée à La Courneuve (Seine-Saint-Denis) en septembre 2014, puis une deuxième fois en juin 2016, à Paris. Elle aurait porté plainte en janvier.

Une autre femme, ancienne petite amie de ce responsable, affirme elle aussi avoir été violée en juillet 2014. Selon le quotidien, elle "s?apprête" à porter plainte à son tour.

D'après "Libé", un étudiant entré dans l'organisation "au milieu des années 2000" aurait par ailleurs commis un viol à l'été 2015 sur une jeune militante qui a déposé une main courante le 17 mars 2016 à Paris.

Plus généralement, l'article de Libération décrit une organisation où les jeunes militantes étaient la cible de pressions insistantes, notamment sous la présidence de Jean-Baptiste Prévost (2007 -2011) marquée, selon le quotidien, "par une multitude de dérives".

L?Unef était "alors un terrain de chasse sexuelle", écrit Libération.

Arrivée à la tête de l'Unef en 2016, Lilâ Le Bas assure à l'AFP avoir mis en place des outils pour enrayer ces violences et libérer la parole (réunions non mixtes, ateliers sur le consentement...).

Dans le sillage de l'affaire Weinstein, de précédentes révélations de la presse ont récemment éclaboussé les mouvements de jeunesse du PS (MJS) et du PCF (Jeunesses communistes)

Catégories: Actualités

Anaïs Caradeux : «C'était trop dangereux»

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - mar, 02/20/2018 - 08:34
Blessée lundi à l'oeil droit après une chute lors des qualifications,...
Catégories: Sport

Pesticides : quels sont les fruits et légumes les plus contaminés ?

L' Essentiel - SudOuest.fr - mar, 02/20/2018 - 08:31

Les cerises, les clémentines, le raisin, le céleri, les navets ou les endives sont parmi les fruits et légumes les plus contaminés, selon un rapport publié mardi.
Près de trois-quarts des fruits et la moitié des légumes non bio portent des traces de pesticides quantifiables, selon un rapport de l'ONG Générations futures... Lire la suite

Catégories: Actualités

Préouverture Paris : Wall Street fait sa rentrée, Edenred en vedette

Le Boursier - mar, 02/20/2018 - 08:30
Les marchés européens sont attendus en hausse modérée ce matin, après avoir perdu hier du terrain...
Catégories: Économie - Finances

Affaire Omar Raddad : un suspect mis hors de cause après une analyse génétique

L' Essentiel - SudOuest.fr - mar, 02/20/2018 - 08:29

Les nouvelles analyses de traces ADN ne matchent pas avec le fichier national automatisé des empreintes génétiques (Fnaeg).
Le mystère autour du meurtre en 1991 de Ghislaine Marchal, dont son jardinier Omar Raddad avait été accusé puis condamné, perdure. De nouvelles analyses de l'empreinte génétique trouvée sur l'un des... Lire la suite

Catégories: Actualités

Burelle : le chiffre d'affaires économique annuel progresse de 15,4%

Le Boursier - mar, 02/20/2018 - 08:29
Burelle fait état d'un chiffre d'affaires économique 2017 de 8 milliard d'euros, en hausse de 15,4%...
Catégories: Économie - Finances

Foot - ANG - Liverpool - Liverpool : Mohamed Salah rend hommage à Jürgen Klopp

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - mar, 02/20/2018 - 08:27
Mohamed Salah, l'attaquant de Liverpool, a rendu hommage à son...
Catégories: Sport

Deinove annonce son calendrier financier pour l'année 2018

Le Boursier - mar, 02/20/2018 - 08:25
Deinove, société de biotechnologie qui découvre, développe et produit des composés à haute valeur ajoutée à partir de bactéries rares, notamment du...
Catégories: Économie - Finances

Syrie: 100 morts dans un fief rebelle, l'ONU réclame l'arrêt des bombardements

France 24 - L'info en continu - mar, 02/20/2018 - 08:23

L'armée syrienne du président Bachar al-Assad a tué au moins 100 civils dont 20 enfants en pilonnant la région de la Ghouta orientale, le bilan le plus lourd sur une journée dans la dernière poche rebelle près de Damas, a indiqué mardi une ONG.

L'ONU a réclamé dans la nuit l'arrêt immédiat des bombardements de l'armée syrienne sur cette enclave rebelle, où sont assiégés plus de 400.000 personnes dans des conditions humanitaires dramatiques.

L'opposition syrienne en exil a dénoncé "une guerre d'extermination" et le "silence international" face aux "crimes" du pouvoir Assad dans la guerre qui ravage la Syrie depuis près de sept ans.

Au moins 100 civils, dont 20 enfants, ont été tués lundi dans les bombardements intensifs du régime, a annoncé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme. D'après son directeur Rami Abdel Rahmane, il s'agit du bilan le plus lourd en pertes civiles en une journée dans cette région depuis début 2015.

Des correspondants de l'AFP ont vu des morts et des blessés dans les hôpitaux de plusieurs villes de la région où les secouristes peinaient à faire face.

Ce carnage qui a fait aussi 450 blessés, selon l'OSDH s'est produit alors que le régime renforce ses positions autour de l'enclave assiégée qui laisse présager une offensive terrestre.

Les raids aériens et le pilonnage de l'artillerie continuent sur plusieurs villes de cette région assiégée depuis 2013 par le régime et en proie à des pénuries, ont rapporté mardi des correspondants de l'AFP.

Les bombardements de civils "doivent cesser maintenant", a déclaré le coordinateur de l'ONU pour l'aide humanitaire en Syrie, Panos Moumtzis. "Il est impératif de mettre fin immédiatement à cette souffrance humaine insensée", a dit M. Moumtzis dans un communiqué.

"La récente escalade de la violence aggrave une situation humanitaire déjà précaire pour les 393.000 habitants de la Ghouta orientale, dont beaucoup sont des personnes déplacées", a souligné M. Moumtzis.

Selon le directeur de l'OSDH, "le régime bombarde intensément la Ghouta orientale en vue d'une offensive terrestre" et après avoir massé des renforts autour de la zone.

Dans une morgue improvisée de la ville de Douma, un homme effondré, Nidal, pleurait près du corps sans vie de sa fille Farah.

Dans les hôpitaux de fortune, des parents cherchaient désespérément leurs enfants, morts ou vivants. Un homme éclatait en sanglots en découvrant la dépouille de son nouveau-né posée sur une couverture, à côté d'une flaque de sang.

- 'Dieu et les sous-sols' -

A Hammouriyé, les civils paniqués cherchent à s'abriter des frappes. "Nous n'avons plus que la miséricorde de Dieu et nos sous-sols où nous nous cachons", a déclaré à l'AFP un habitant. "Nous n'avons aucune alternative".

Le 5 février, l'armée avait déclenché une campagne aérienne de cinq jours d'une intensité inédite sur la Ghouta, faisant environ 250 morts parmi les civils et des centaines de blessés.

Dans son communiqué, la coalition de l'opposition a accusé la Russie, alliée du régime, de chercher "à enterrer le processus politique" en vue d'une solution au conflit qui a fait depuis le 15 mars 2011 plus de 340.000 morts.

- Forces prorégime à Afrine ? -

Le régime veut reprendre la Ghouta orientale pour mettre fin aux tirs de roquettes des rebelles sur la capitale. Six roquettes se sont abattues sur Damas dimanche soir faisant un mort, selon les médias officiels.

Depuis le 5 février, plus de 20 civils ont péri dans des bombardements rebelles sur Damas. Lundi, des habitants de quartiers proches des zones rebelles se préparaient à quitter leur foyer par peur de nouveaux tirs de roquettes en cas d'un assaut de l'armée.

Après avoir opposé les rebelles au régime, la guerre en Syrie s'est complexifiée avec l'implication de groupes jihadistes et de puissances régionales et internationales.

A Afrine, dans le nord-ouest, la Turquie mène depuis le 20 janvier une offensive contre une milice kurde syrienne, les Unités de protection du peuple (YPG), qu'elle considère comme "terroriste".

Le régime syrien devait commencer à déployer des troupes dans cette enclave kurde devenue de facto semi-autonome, en soutien aux Kurdes. Selon l'agence officielle syrienne Sana, les forces prorégime "rejoindront la résistance contre l'agression turque".

Catégories: Actualités

encore un effort !

Le Boursier - mar, 02/20/2018 - 08:22
Consultez cet article sur Boursier.com
Catégories: Économie - Finances

CNova (Cdiscount) a creusé ses pertes en 2017

Le Boursier - mar, 02/20/2018 - 08:21
CNova dévoile des résultats annuels en retrait malgré un chiffre d'affaires en hausse de 9,3% en comparable, à 2,1 milliards d'euros (+14,4% en...
Catégories: Économie - Finances

Stuttgart, berceau de l'automobile divisé face à la pollution

France 24 - L'info en continu - mar, 02/20/2018 - 08:20

"L'air est mauvais, on tousse et on a la gorge qui gratte, surtout les mois d'hiver", se désespère Peter Erben devant le Neckartor de Stuttgart (sud-ouest), l'un des carrefours les plus pollués d'Allemagne.

Derrière le quinquagénaire, un flot de berlines, de 4X4 urbains et de camions défile sur quatre voies au pied d'immeubles centenaires aux façades noircies, sur cet axe central menacé par la justice de restrictions de circulation.

Ici comme dans plusieurs dizaines d'autres communes allemandes, les dépassements des seuils autorisés de dioxyde d'azote, un gaz nocif pour la santé principalement émis par les voitures, diesel en particulier, sont monnaie courante depuis des années.

Face à l'impatience des habitants, dont certains l'ont poursuivie en justice, mais aussi des associations écologistes et de la Commission européenne, la municipalité pourrait bientôt devoir interdire dans certaines zones les voitures diesel les plus anciennes. Cette mesure, que le gouvernement allemand et la puissante industrie automobile cherchent à éviter à tout prix, est la hantise des automobilistes et des milieux économiques.

Qu'importe. "Le moment est venu de faire quelque chose contre la pollution", exhorte M. Erben, l'un des porte-parole de l'Association citoyenne Neckartor, un collectif d'une trentaine de riverains créé en 2006.

- Voiture reine -

La qualité de l'air près du Neckartor s'est certes améliorée l'an dernier, mais le niveau annuel moyen de dioxyde d'azote reste le plus élevé du pays après un axe routier de Munich, avec 73 microgrammes/m3, pour un seuil autorisé par l'Union européenne de 40 microgrammes.

"Inacceptable" pour celui qui vit depuis plus de dix ans à environ 200 mètres d'une route nationale qui fend Stuttgart du nord au sud, en longeant écoles et commerces de proximité.

La prise de fonction en 2013 de Fritz Kuhn, le premier maire écologiste d'une capitale régionale allemande, avait une forte portée symbolique dans cette métropole marquée par la présence historique des entreprises Daimler, Porsche et Bosch.

Handicapée par sa situation en cuvette et par la mauvaise circulation de l'air, la ville a depuis accru ses efforts pour combattre la pollution, en doublant le budget alloué à la création de pistes cyclables ou en augmentant le nombre de bus électriques et hybrides.

Mais après des décennies d'immobilisme environnemental, dans une métropole où la voiture reste sacrée, la tâche est encore immense.

"On nous demande de régler des problèmes hérités des 40 dernières années", déplore Anna Deparnay-Grunenberg, à la tête des Verts à la mairie de Stuttgart.

- Louvoiements -

Pour installer de nouvelles lignes de bus, il faut se battre "parking par parking" pour faire de la place sur la voirie, face aux réticences d'une partie de la population mais aussi des autres partis avec qui les écologistes sont forcés de composer. "On a une majorité changeante au sein de la Ville et à chaque projet, il faut rediscuter" pour trouver des alliés, explique l'élue.

Dans une culture politique pétrie de concertation, les Verts doivent souvent se contenter d'avancer "à petits pas", admet-elle.

Au niveau régional, l'action des Verts est entravée par leur coalition avec les conservateurs du parti CDU, très à l'écoute des intérêts de l'industrie automobile locale, qui représente plus de 200.000 emplois dans la région et 800.000 en Allemagne.

Des louvoiements que ne tolère plus Peter Erben. "Nous voulons des mesures immédiatement, et il n'y a pas de mesure aussi immédiate que la diminution de la circulation", affirme le militant.

Depuis l'instauration d'une "zone écologique" en 2008, une petite partie des véhicules les plus polluants sont bannis du centre-ville. M. Erben souhaite voir ces interdictions de circulation étendues aux véhicules diesel commercialisés jusqu'en 2015, ce qui permettrait de réduire rapidement le niveau de dioxyde d'azote.

L'Etat régional, censé veiller à la qualité de l'air, ainsi que la municipalité réclament au gouvernement fédéral une "vignette bleue", un mécanisme qui leur donnerait, selon eux, la base légale pour édicter de telles interdictions de circulation. La Cour fédérale administrative de Leipzig (est) doit rendre une décision très attendue ce jeudi.

Mais pour le militant, réglementer la circulation ne peut être qu'une étape: il appelle à réinventer la mobilité urbaine en donnant à la voiture individuelle une place beaucoup moins centrale.

Catégories: Actualités

L'ONU lance une vaste négociation sur un Pacte mondial sur les migrations

France 24 - L'info en continu - mar, 02/20/2018 - 08:20

Les pays de l'ONU, à l'exception des Etats-Unis, lancent mardi une négociation de longue haleine pour aboutir à la signature en décembre au Maroc d'un Pacte mondial sur les migrations non contraignant, un sujet considéré comme un défi majeur pour la planète.

Six rounds de négociations à New York, un par mois, sont prévus jusqu'en juillet. L'objectif est d'aboutir à un accord qui sera ensuite formellement entériné les 10 et 11 décembre lors d'un sommet au Maroc, selon des diplomates.

L'objectif est d'"accroître la coopération sur les migrations internationales dans toutes leurs dimensions", souligne le projet de texte de 25 pages de cet "Accord mondial pour des migrations sécurisées, ordonnées et légitimes".

Le projet, qui n'est pas sans rappeler l'Accord de Paris sur le climat, préserve "la souveraineté des Etats" tout en reconnaissant "qu'aucune nation ne peut affronter seule le phénomène migratoire".

"Il est crucial que la migration internationale nous unisse plutôt qu'elle nous divise", insiste aussi le projet de texte.

Les Etats-Unis, qui ont des relations très tendues notamment avec le Mexique voisin sur cette question migratoire, ont annoncé fin 2017 se retirer de l'élaboration de ce Pacte en raison de dispositions contraires à la nouvelle politique d'immigration du président Donald Trump.

"La porte reste ouverte", souligne-t-on de sources diplomatiques, assurant que l'absence américaine ne constitue pas un obstacle à l'obtention d'un accord. La Hongrie, un temps tentée de suivre l'exemple américain, aurait renoncé, selon les mêmes sources.

Le projet d'accord parle de "compréhension mutuelle" du phénomène migratoire et de la nécessité qu'il suscite des "responsabilités partagées" et "une unité de vues".

"Pour certains pays, la question est très sensible" et "la négociation va être très complexe", prédit un diplomate.

- 'Acte d'espoir' -

Le texte détaille 22 mesures concrètes comme collecter des données, fournir des papiers d'identité aux migrants qui en sont dépourvus, accorder un soin particulier aux femmes et aux enfants, fournir aux migrants un accès aux services sociaux ou empêcher toute discrimination.

Dans un rapport en lien avec ce projet de Pacte et rendu public début janvier, le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a souligné que les Etats membres de l'ONU devaient se préparer à gérer de larges mouvements de migrants.

Au-delà des mouvements de population provoqués par des conflits, plusieurs experts estiment que d'autres migrations massives vont être provoquées par le réchauffement de la planète.

"Il y a un besoin urgent pour les Etats membres de développer une stratégie pour gérer de larges mouvements de migrants", a fait valoir le secrétaire général de l'ONU dans son document.

Sans citer les Etats-Unis, il avait, en présentant son rapport, mis en garde "les autorités qui érigent des obstacles majeurs à la migration - ou imposent de sévères restrictions sur les opportunités de travail des migrants".

Cela entraîne "des dommages économiques inutiles" et "encourage involontairement la migration illégale", avait-il estimé.

A la différence de la question des réfugiés, "il n'y a pas de capacité centralisée à l'ONU pour gérer les migrations" et l'approche onusienne reste "fragmentée" à ce sujet, avait aussi relevé M. Guterres.

Le secrétaire général a aussi appelé à développer auprès des populations dans le monde une perception "positive" des migrations afin de lutter contre la xénophobie et les discriminations.

"Les migrations doivent être un acte d'espoir et non de désespoir", a-t-il souligné devant l'Assemblée générale de l'ONU.

Le nombre de migrants dans le monde est estimé à 258 millions, soit 3,4% de la population mondiale.

Catégories: Actualités

Icade obtient 1,625% à 10 ans sur son émission obligataire

Le Boursier - mar, 02/20/2018 - 08:18
Le groupe émet 600 ME à 10 ans...
Catégories: Économie - Finances

Pages

S'abonner à JO CASANOVA MUSIC agrégateur