Agrégateur de flux

Coupe du Monde 2018, Groupe C: "J'ai vu France-Australie... en Australie"

Le Huffington Post - dim, 06/17/2018 - 23:00
Coupe du Monde 2018, Groupe C: "J'ai vu France-Australie... en Australie"
Catégories: Actualités

CM 2018 - SUI - Vladimir Petkovic (Suisse) : «On a fait des fautes, oui, mais rien de très méchant»

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - dim, 06/17/2018 - 22:59
Le sélectionneur suisse, Vladimir Petkovic, est satisfait du résultat...
Catégories: Sport

Brésil-Suisse: ça n'a pas loupé, l'innovation capillaire de Neymar a été autant commentée que le match

Le Huffington Post - dim, 06/17/2018 - 22:54
Brésil-Suisse: ça n'a pas loupé, l'innovation capillaire de Neymar a été autant commentée que le match
Catégories: Actualités

Turquie: depuis sa prison, le candidat kurde à la présidentielle attaque Erdogan à la TV d'Etat

France 24 - L'info en continu - dim, 06/17/2018 - 22:40

Candidat à l'élection présidentielle turque dans une semaine, le leader du parti prokurde Selahattin Demirtas a dénoncé depuis sa prison, à la télévision d'Etat, le régime "répressif" du président Recep Tayyip Erdogan, candidat à sa réélection.

En prison depuis novembre 2016, le charismatique leader du Parti démocratique des peuples (HDP) a accusé le parti du président sortant de l'avoir emprisonné pour des raisons politiques.

"La seule raison pour laquelle je suis ici est que AKP a peur de moi", a-t-il déclaré en référence au parti du président turc, en dénonçant un régime "répressif" et "autocratique".

Portant un costume sombre, M. Demirtas est apparu dans une intervention pré-enregistrée sur la télévision publique TRT depuis sa cellule de la prison d'Edirne (nord-ouest) car les autorités ne l'ont pas autorisé à se rendre dans les locaux de la chaîne à Ankara.

TRT a été critiquée de couvrir abondamment la campagne de M. Erdogan et d'ignorer les autres candidats, en particulier M. Demirtas. C'était la première fois qu'un candidat parlait depuis sa cellule

"Ce que nous sommes en train de vivre est un élément d'un régime autocratique. Mais la partie effrayante du film est encore à venir", a-t-il lancé en appelant les électeurs turcs à choisir "la liberté". "Nous allons empêcher notre pays de sombrer dans le gouffre".

M. Demirtas, un avocat de formation âgé de 45 ans, a été arrêté avec une dizaine d'autres députés du HDP le 4 novembre 2016, dans la foulée des purges déclenchées après le coup d'Etat manqué du 15 juillet de la même année.

Accusé de faire de la propagande et d'appartenir au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), une organisation classée "terroriste" par Ankara et ses alliés occidentaux, M. Demirtas risque jusqu'à 142 ans de prison.

Mais cela n'a pas empêché le HDP de le désigner candidat à la présidentielle, qui se déroule en même temps que les législatives le 24 juin.

Catégories: Actualités

CM 2018 - Gr. E - Accroché par la Suisse, le Brésil brise une série vieille de quarante ans

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - dim, 06/17/2018 - 22:39
Le Brésil et la Suisse se sont quittés sur un match nul dimanche. La...
Catégories: Sport

Mondial-2018: faux départ aussi pour le Brésil et Neymar

France 24 - L'info en continu - dim, 06/17/2018 - 22:34

Sale temps pour les gros. Après l'Argentine bloquée par l'Islande et l'Allemagne battue par le Mexique, le Brésil et Neymar, loin d'être irrésistibles, ont à leur tour été accrochés par la Suisse (1-1) dimanche à Rostov pour leur entrée dans le Mondial-2018.

Et si le Brésil ne savait plus gagner en Coupe du Monde ? Car les quintuples champions en sont à trois matches d'affilée sans gagner dans le plus grand tournoi de la planète.

Après les terribles défaites 7-1 face à l'Allemagne et 3-0 contre les Pays-Bas concédées il y a quatre ans à domicile, le match nul de dimanche à Rostov est évidemment moins douloureux.

Mais il vient confirmer qu'il reste des fantômes à chasser et, côté Neymar, des jambes à retrouver.

Après une blessure au pied qui l'a laissé de côté pendant plus de trois mois, l'attaquant-star de la Seleçao n'est effectivement "pas à 100%", comme l'avait annoncé son sélectionneur Tite samedi.

Dimanche, on l'a remarqué pour sa nouvelle coupe de cheveux, pour une talonnade ici, là un crochet, un contrôle orienté qui a laissé Xhaka planté dans le gazon (6e), mais pas vraiment pour des jambes de feu.

Il a tout de même été très présent en fin de match, quand le Brésil poussait pour les trois points, avec une frappe sans grand danger (78e), une tête trop centrée (88e) et une avalanche de coup francs obtenus face à des Suisses exaspérés.

Mais il n'a pas été décisif, laissant le rôle à Philippe Coutinho, celui qui l'a remplacé à Barcelone après son départ vers le Paris SG.

- Miranda tout près -

Au bout d'un gros quart d'heure bien maîtrisé par les auriverdes, le petit milieu de terrain a en effet profité d'une relance ratée de Zuber pour expédier une frappe magnifique en lucarne et donner l'avantage aux siens (1-0, 20e).

La "Nati", alors, ne sortait plus beaucoup et n'était pas très loin de l'asphyxie. Mais la Seleçao, bizarrement, s'est un peu endormie et n'a plus proposé grand-chose à part une belle tête de Thiago Silva au-dessus de la barre dans le temps additionnel.

Et après la pause, après cinq minutes jouées à tout petit rythme, elle a été punie sur corner par les Suisses, avec une tête de Zuber, qui avait pris la précaution au passage de pousser des deux mains Miranda, le seul Brésilien qui avait l'air décidé à sauter.

La machine brésilienne, dont on vantait encore samedi l'équilibre et la cohérence, était alors bien grippée et l'on surprenait le capitaine Marcelo à balancer des transversales directement en touche.

La fin de match a quand même été brésilienne, bien sûr. D'abord avec Gabriel Jesus qui, au bout d'une action sublime, n'a obtenu ni le penalty ni l'appel à la VAR qu'il réclamait.

Puis avec Roberto Firmino, qui d'abord tirait au-dessus (82e) puis trouvait de la tête un bel arrêt de Sommer (90e). Miranda frappait encore d'un rien à côté dans le temps additionnel, puis les Brésiliens repartaient tête basse.

Comme pour les autres favoris empruntés qui sont passés avant lui, ce match nul n'a rien de catastrophique pour le Brésil. Mais la Serbie a montré en battant le Costa Rica plus tôt dimanche à Samara (1-0) qu'il y a quelques bonnes équipes dans ce groupe E.

Au pire, les Brésiliens pourront toujours se dire que la première place n'est pas si bonne à prendre. Elle pourrait envoyer vers un 8e de finale face à l'Allemagne, en mauvaise posture dans le groupe F.

Catégories: Actualités

Fashion week: festival de couleurs chez Prada qui commence à penser à la succession

France 24 - L'info en continu - dim, 06/17/2018 - 22:34

La maison italienne Prada, qui commence à préparer une succession familiale, a présenté dimanche une collection masculine printemps-été 2019 pleine de couleurs et avec un grand souci porté à la coupe, au troisième jour de la Semaine de la mode milanaise.

Premier groupe de luxe italien, Prada a connu quelques années compliquées, mais depuis la fin 2017, ses ventes sont reparties à la hausse.

Alors que de nombreuses maisons fusionnent leurs défilés hommes et femmes, faisant de cette Fashion week hommes un rendez-vous très féminin, la maison milanaise tient, elle, à conserver les deux calendriers.

Assis sur des sièges gonflables transparents répartis dans un grand hall brut gris-blanc, les journalistes, fashionistas et blogueurs ont découvert une garde-robe hommes vibrante de couleurs, en bloc ou en imprimés.

L'homme Prada porte une maille à manches courtes bleue sur un pantalon vert sapin ou un pull vert sur un pantalon jaune.

Il arbore la chapka --avec oreilles remontantes-- même en été et ne sort pas sans son petit sac à main, porté sur l'épaule.

Les shorts --unicolore ou dans des imprimés explosifs -- sont très courts et très près du corps, à arborer avec des chaussettes montantes sportives, et des tennis ou des chaussures bateaux.

"J'ai essayé de faire (une collection) élégante d'une nouvelle manière. J'ai beaucoup travaillé sur le design (...) afin d'avoir la veste parfaite, le short parfait...", a expliqué Miuccia Prada, à la fin du show, en soulignant avoir conçu un vestiaire pour "des jeunes hommes sexy".

Parmi les invités du premier rang figurait la blogueuse et styliste Chiara Ferragni, aux 13,2 millions d'abonnés sur Instagram.

Y assistait aussi Lorenzo Bertelli, le fils aîné de Miuccia Prada et de Patrizio Bertelli, le duo à la tête de la maison italienne.

- Pas de vente du groupe -

M. Bertelli a récemment indiqué que Lorenzo, devenu en septembre dernier le chef de la communication numérique du groupe, pourrait un jour diriger Prada.

Pilote de rallye, Lorenzo, 30 ans, a rejoint en 2015 le conseil d'administration de l'entreprise.

"Lorenzo est en train d'acquérir du savoir-faire et de l'expérience à l'intérieur de l'entreprise, notamment en communication. Il se prépare à devenir un jour, s'il le veut, le patron de Prada", a déclaré Patrizio Bertelli lors de l'inauguration d'une nouvelle usine du groupe en Toscane le 8 juin.

Il a néanmoins précisé qu'en dépit de ses 72 ans, il ne voyait pas de raison de prendre maintenant sa retraite, liée, selon lui, à un certain "état physique et mental". Son épouse est elle âgée de 70 ans.

Patrizio Bertelli a par ailleurs exclu que la famille puisse vendre sa participation de 80% dans le groupe, qui compte aussi les marques Miu Miu, Church's et Car Shoe. "Nous ne vendons pas, nous ne vendrons jamais", a-t-il martelé lors de l'inauguration.

Les groupes français Kering et LVMH, mastodontes du luxe, ont racheté ces 20 dernières années plusieurs grandes marques du luxe italien, à l'image de Gucci, Loro Piana ou Fendi.

Patrizio Bertelli et son épouse ont réussi à transformer Prada --une petite entreprise milanaise de maroquinerie fondée en 1913 par le grand-père de Miuccia-- en un géant du luxe.

Mais la maison, cotée à la Bourse de Hong Kong, a enregistré un recul de ses ventes et profits ces dernières années. En 2017, son bénéfice net a ainsi baissé de 10,5%, à 249 millions d'euros, tandis que son chiffre d'affaires diminuait de 3,6%, à 3,1 milliards.

Néanmoins, la tendance s'est inversée en fin de l'année dernière, et la reprise s'est confirmée durant la première partie de 2018.

Le groupe profite notamment de la forte demande pour le luxe en Chine, où ses ventes ont progressé de 8% à taux de change constants l'an passé.

Catégories: Actualités

Coupe du monde 2018 : le Brésil tenu en échec par la Suisse

La Seleçao d’un Neymar discret n’est pas parvenue à prendre le meilleur sur une « Nati » accrocheuse, dimanche (1-1).
Catégories: Actualités

Rugby - Test - ANG - XV d'Angleterre : Billy Vunipola également forfait

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - dim, 06/17/2018 - 22:29
Comme son frère Mako, Billy Vunipola a quitté la sélection anglaise...
Catégories: Sport

Mondial-2018 : Le Brésil de Neymar tenu en échec par la Suisse

France 24 - L'info en continu - dim, 06/17/2018 - 22:28
Pourtant annoncé parmi les favoris à la victoire finale, le Brésil est tombé sur un os dimanche à Rostov-sur-le-Don. Les coéquipiers de Neymar n'ont pas pu faire mieux qu'un match nul (1-1) face à des Suisses bien en place.
Catégories: Actualités

CM 2018 - Gr. E - Brésil - Suisse : Philippe Coutinho désigné homme du match

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - dim, 06/17/2018 - 22:26
Auteur du but du Brésil lors du match nul contre la Suisse dimanche à...
Catégories: Sport

CM 2018 - Le Zapping de la chaine L'Equipe du 17 juin

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - dim, 06/17/2018 - 22:22
Retrouvez en vidéo les images qui ont marqué l'actualité de la Coupe...
Catégories: Sport

Mondial-2018: l'Allemagne tombe de son trône, le Brésil piétine

France 24 - L'info en continu - dim, 06/17/2018 - 22:22

L'Allemagne, championne du monde en titre, est tombée d'entrée face à un Mexique déchaîné (1-0). Et le Brésil a buté sur la Suisse (1-1) malgré la titularisation de Neymar. Ce Mondial-2018 en Russie est plus pimenté que prévu.

. Qu'arrive-t-il à l'Allemagne?

"Quelqu'un a-t-il vu nos champions du monde?" s'inquiète le grand quotidien populaire Bild. "Il n'y a aucun raison de s'effondrer", a voulu rassurer Joachim Löw, sélectionneur allemand. Oui, mais sans déjà penser au pire, la Mannschaft se complique la tâche d'entrée: en finissant 2e de sa poule, elle pourrait hériter d'un Brésil revanchard (après le 7-1 d'il y a quatre ans) en 8e de finale à Samara, s'il termine premier de son groupe...

Retour sur une grosse surprise. Dans le couloir des vestiaires avant les hymnes, les visages des Allemands sont anormalement tendus. On peut y lire, au choix, de la détermination, ou alors le doute qui assaille cette équipe depuis quelques jours, après ses dernières sorties médiocres et les tensions liées à l'affaire des "Turcs" Gündogan et Özil.

Evidemment la deuxième interprétation l'emporte: Hirving Lozano hérite du ballon dans le surface, efface le malheureux Özil qui a suppléé Kimmich parti sabre au clair à l'attaque, et trompe Neuer d'un tir sec et placé.

Les symptômes étaient là: la Mannschaft restait sur cinq matches nuls et une victoire 2-1 contre l'Arabie Saoudite, pulvérisée depuis par la Russie (5-0) en ouverture du Mondial.

Le sélectionneur Joachim Löw se serait aussi volontiers passé de la polémique née des photos montrant les milieux de terrain Mesut Özil et Ilkay Gündogan avec le président turc Recep Tayyip Erdogan. Mais de toutes façons, Löw le savait, conserver le titre mondial "est ce qu'il y a de plus difficile".

Manuel Neuer rêvait en tout cas d'un autre retour dans la lumière, lui qui n'avait joué qu'un match amical et demi depuis septembre.

Et que dire du Mexique? Il n'avait pas non plus été épargné par les affaires extra-sportives avec la révélation d'une orgie sexuelle impliquant plusieurs joueurs pendant sa préparation. Mais tout est oublié après cette victoire surprise.

. Le Brésil, trop facile...

L'égalisation de Steven Zuber a fait mal à des Brésiliens qui croyaient avoir fait le plus dur avec un bijou de but de Philippe Coutinho en ouverture du score. Mais la "Nati" a une consistance qui manque encore aux solistes de la Seleçao. Neymar, titulaire et tellement attendu depuis son opération d'un pied début mars, a ainsi joué trop souvent pour lui-même.

L'équipe aux cinq étoiles voudrait tant effacer ce cauchemar récent, le 7-1 infligé à domicile par la Mannschaft en demi-finale de la précédente édition, à Belo Horizonte.

Traîne-t-il encore dans les têtes ? "J'aurais voulu que ça soit différent mais il n'y a pas de trauma. Sinon j'aurais pris ma retraite", assure Marcelo. Le souvenir est tout de même brûlant et les Brésiliens sont en Russie pour un titre qui aurait valeur de rédemption.

. Sacré vieux Kolarov

La Serbie a de sacrés bons jeunes, mais c'est d'Aleksandar Kolarov et ses 32 ans qu'est venue la lumière. Un magnifique coup franc a trompé Keylor Navas, gardien du Real et du Costa Rica. "Marquer, je l'avais dans un coin de l'esprit", a-t-il confié après la rencontre.

Pour les "Ticos", c'est un brutal retour sur terre après un Mondial-2014 merveilleux, achevé en quarts de finale.

Les paroles du capitaine Bryan Ruiz n'ont peut être pas été assez écoutées dans le vestiaire du Costa Rica. Il avait dit avant ce match: "Ce Mondial est beaucoup plus compliqué que le précédent parce qu'au Brésil, nous n'avions rien à perdre". La pression du premier match a cette fois été trop lourde.

Lundi, d'autres cracks débarquent: Eden Hazard pour la Belgique, opposée au bizuth Panama et Harry Kane pour l'Angleterre, qui va se frotter à la Tunisie.

Catégories: Actualités

Mondial-2018: le Brésil et Neymar déçoivent contre la Suisse

France 24 - L'info en continu - dim, 06/17/2018 - 22:20

Le Brésil et Neymar ont buté sur la Suisse (1-1) dimanche à Rostov-sur-le-Don, pour l'entrée en lice attendue de la Seleçao dans le Mondial-2018, quatre mois après la blessure de sa star et quatre ans après son humiliation en demi-finale de la Coupe du monde 2014, 7-1 contre l'Allemagne.

Steven Zuber a répondu de la tête (50e) à un bijou de frappe à 25 mètres signée Philippe Coutinho (20e), dans un match où les partenaires de Neymar, bien titularisé après son retour de blessure, ont peu à peu laissé les Hélvètes se remettre en ordre de marche.

Catégories: Actualités

Virginie Calmels remplacée par Jean Leonetti, un spécialiste de la fin de vie

Le Huffington Post - dim, 06/17/2018 - 22:15
Virginie Calmels remplacée par Jean Leonetti, un spécialiste de la fin de vie
Catégories: Actualités

Rugby - U20 - Bleuets : 4 choses à savoir sur Louis Carbonel

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - dim, 06/17/2018 - 22:13
Le demi d'ouverture des Bleuets, est l'une des pièces maîtresses du...
Catégories: Sport

CM 2018 - SUI - Roger Federer à fond derrière la Suisse

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - dim, 06/17/2018 - 22:13
Alors qu'il avait déjà évoqué son «bon pressentiment» avant l'entrée...
Catégories: Sport

Brésil-Suisse à la Coupe du Monde 2018: Le résumé et les deux buts en vidéo de ce match nul

Le Huffington Post - dim, 06/17/2018 - 22:12
Brésil-Suisse à la Coupe du Monde 2018: Le résumé et les deux buts en vidéo de ce match nul
Catégories: Actualités

Mondial 2018 : le Brésil mis en échec par la Suisse

L' Essentiel - SudOuest.fr - dim, 06/17/2018 - 22:05

Les stars brésiliennes ont été accrochées par les Suisses (1-1). Les favoris sont décidément à la peine en ce début de Mondial. .
Le Brésil et Neymar ont buté sur la Suisse (1-1) dimanche à Rostov-sur-le-Don, pour l'entrée en lice attendue de la Seleçao dans le Mondial 2018, quatre mois après la blessure de sa star et... Lire la suite

Catégories: Actualités

Manifestation à Paris en soutien aux migrants

France 24 - L'info en continu - dim, 06/17/2018 - 22:00

Quelques milliers de personnes ont défilé dimanche à Paris lors de l'arrivée dans la capitale d'une "marche solidaire et citoyenne" partie de Vintimille pour soutenir les migrants et pour protester contre le blocage des frontières et le délit de solidarité, a constaté une journaliste de l'AFP.

Munis de pancartes "Ici nous sommes tous d'ailleurs", "Aquarius = déchéance morale de la France" ou "Ablation urgente du Collomb", les manifestants sont partis peu avant 17H00 de la place de la Bastille pour rejoindre la place de la République. Certains portaient des drapeaux du NPA (Nouveau parti anticapitaliste), d'Attac ou de l'organisation antiraciste Mrap.

Ils étaient 4.000 selon les organisateurs, 600 selon la préfecture de police de Paris, à se joindre à une dizaine de marcheurs partis fin avril de la frontière franco-italienne pour rallier Calais début juillet, puis Londres en transports. Le but de cette marche de 1.400 kilomètres est de "protester contre le blocage des frontières, contre le délit de solidarité et plaider pour un accueil véritable de migrants", selon les organisateurs.

Pour Isabelle, 45 ans, "c'était impensable" de ne pas défiler avec eux à Paris. "Je suis venue parce que l'accueil des migrants en France me révolte, j'ai honte!", dit cette travailleuse associative.

"On est bien content de profiter des ressources de ces pays, mais on est incapable d'accueillir avec dignité les gens" qui en viennent, souffle-t-elle.

Marc, 52 ans, pense lui qu'"il est logique d'accueillir les migrants, si on ne veut pas avoir une Europe vieille dans 30 ans!". "Economiquement et moralement, c'est indispensable d'ouvrir les frontières", a-t-il plaidé.

Au cours de ce défilé, nombre de manifestants ont conspué l'attitude de la France qui, dans un premier temps, n'a pas proposé d'accueillir les migrants à bord du bateau Aquarius. Après une semaine d'errance en mer, ils ont finalement posé le pied sur la terre ferme dimanche à Valence (Espagne).

"Le gouvernement, par son silence, s'est mis au même niveau, au diapason politique de l'extrême droite", a dénoncé au micro le député de la France insoumise, Éric Coquerel.

Catégories: Actualités

Pages

S'abonner à JO CASANOVA MUSIC agrégateur