Agrégateur de flux

Toulouse. Les cheminots offrent le péage et continuent à manifester

ladepeche.fr - mar, 06/12/2018 - 15:36
Les cheminots avaient organisé une opération « péage gratuit » ce mardi, vers 6 h 30, sur l’A 64, dans le sens Muret-Toulouse. Une façon pour les grévistes de faire part de leurs revendications et de demander « la nationalisation des sociétés d’autoroute afin de financer le transport ferroviaire ».Nouvelle mobilisation demainIls se sont ensuite rendus à Muret du côté de la gare pour discuter du thème du handicap lors d’une assemblée générale....
Catégories: Actualités

Serbie: un coiffeur dessine Messi et Ronaldo sur les crânes

France 24 - L'info en continu - mar, 06/12/2018 - 15:36

Un coiffeur serbe propose à ses clients de leur dessiner aux ciseaux, à l'arrière du crâne, les portraits des superstars du football Leo Messi et Cristiano Ronaldo, à l'occasion du Mondial en Russie.

Cela fait neuf ans que Mario Hvala laisse libre cours à sa créativité depuis qu'il a sculpté aux ciseaux une tarentule sur le crâne d'un client à qui il avait au préalable annoncé: "Faisons quelque chose de différent".

A l'occasion du Mondial en Russie, il propose dans son salon de Novi Sad (nord), à des dingues de foot de faire la même chose avec les deux superstars mondiales du foot, l'Argentin Leo Messi et le Portugais, Cristinao Ronaldo.

"Les portraits sont ce qu'il y a de plus compliqué dans le +tatouage capillaire+, cela dure entre 5 et 7 heures", dit Mario Hvala, 35 ans.

"Je suis convaincu que les clients seront ravis. Lorsque j'ai fait Ronaldo, les gens étaient très contents, j'ai reçu de nombreuses critiques positives", poursuit-il.

Cela lui prend près de sept heures pour achever son oeuvre qui, une fois le client dans la rue, suscite souvent les regards étonnés des passants ou les demandes de photographies.

Mario Hvala ne veut pas donner le montant de ces coupes originales, assurant qu'en ce qui concerne Sreten Pantic, 35 ans, qui a choisi Ronaldo, et Aleksa Maricevic, 27 ans, plus fan de Messi, c'était gratuit, à but promotionnel.

"C'est la deuxième fois que je me fais un tatouage capillaire. La première, c'était le président russe Vladimir Poutine", dit Aleksa Maricevic.

Catégories: Actualités

Telecom Italia: accord sur une baisse du temps de travail et 4.500 retraites anticipées

France 24 - L'info en continu - mar, 06/12/2018 - 15:34

Telecom Italia (Tim) a annoncé mardi avoir signé un accord avec les syndicats pour la mise en oeuvre d'une réduction du temps de travail, partiellement compensée financièrement pour 30.000 employés et le départ en retraite anticipée de 4.500 personnes, afin d'éviter des licenciements.

L'accord prévoit "un contrat de solidarité défensive" pour quelque 30.000 employés. Il s'agit d'une réduction du temps de travail, avec 26 journées dites de solidarité sur un an (ce qui représente 10% du temps de travail). La perte de salaire induite sera partiellement compensée par des aides sociales.

Ce contrat ne s'applique pas aux quelque 12.000 salariés travaillant sur le réseau, afin de garantir son bon fonctionnement.

Tim s'est aussi engagé à gérer les 4.500 emplois considérés comme en excédent à travers des instruments "non traumatisants pour les travailleurs", avec des départs en retraite anticipée sur une base volontaire.

Le directeur général de Tim, Amos Genish, s'est félicité de cet accord, remerciant les syndicats d'avoir "montré une nouvelle fois d'avoir à coeur le sort de l'entreprise, du plan stratégique DigiTIM et des travailleurs".

Il a aussi indiqué qu'il présentait "un remerciement particulier au ministre (du Travail) Luigi Di Maio (Mouvement 5 étoiles, antisystème) pour le soutien qu'il a montré dans les phases finales de la négociation".

Mi-mai, Tim avait demandé au ministère du Travail de pouvoir utiliser la procédure de chômage technique pour quelque 4.500 employés, en raison de l'absence d'accord avec les syndicats sur son projet de réorganisation. L'accord annoncé mardi permet d'éviter ce recours au chômage technique.

Le projet initial de Tim prévoyait environ 6.000 départs volontaires ou en retraite anticipée et l'embauche de 2.000 jeunes, dans le cadre de son nouveau plan stratégique.

Catégories: Actualités

CM 2018 - WTF - Antoine Griezmann, pas cinéphile...

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - mar, 06/12/2018 - 15:34
L'attaquant des Bleus Antoine Griezmann n'a guère goûté au film...
Catégories: Sport

Coupe du monde 1998 : 20 ans après, revenir des illusions et se replonger dans la beauté

L’anniversaire de France 1998 bat son plein, ravivant les souvenirs des succès des Bleus. L’occasion de revivre cette épopée pour ce qu’elle fut, une aventure sportive, et de repenser son exploitation politique.
Catégories: Actualités

CM 2018 - WTF - Antoine Griezmann interviewé par un traducteur automatique

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - mar, 06/12/2018 - 15:29
Un journaliste espagnol a posé une question à Antoine Griezmann par...
Catégories: Sport

Cinq heures et 35 minutes à Turin, pour décrocher le Bocuse d'Or Europe

France 24 - L'info en continu - mar, 06/12/2018 - 15:26

Des cornes de brume, des drapeaux et des dizaines de supporteurs dans des gradins: l'ambiance tient plus du stade de football que du concours gastronomique. C'est pourtant dans cette atmosphère survoltée que se tient jusqu'à mardi soir à Turin, dans le nord de l'Italie, le Bocuse d'Or Europe.

Malgré le vacarme, les chefs, grande toque blanche sur la tête, ne se laissent pas déconcentrer. Ils coupent, râpent, font revenir des oignons dans une poêle ou activent leur mixeur.

Des fumets s'élèvent des dix cuisines-boxes accolées les unes aux autres.

Le défi: réaliser, en 5 heures et 35 minutes, 15 assiettes et un grand plateau, afin de décrocher un des sésames européens pour le concours mondial Bocuse d'Or, qui aura lieu en janvier 2019 à Lyon, la ville du grand chef cuisinier français Paul Bocuse disparu en janvier dernier.

Pour les assiettes, les candidats doivent nécessairement utiliser du fromage Castelmagno, des oeufs et, Italie oblige, des... spaghettis -- élément révélé seulement la veille de l'épreuve. Et pour le plateau: du filet de boeuf race piémontaise, du riz de Baraggia Biellese et Vercellese, et du ris de veau.

Un jury de grands chefs est chargé de départager les vingt pays européens s'affrontant lundi et mardi, et d'en sélectionner dix pour la finale mondiale.

Les critères? "Avant tout, le goût. Mais on regarde aussi la présentation, l'utilisation des produits, la propreté des box, l'absence de gaspillage. C'est vraiment une note globale", explique à l'AFP Jérome Bocuse, président de cette compétition vécue cette année avec une émotion particulière.

C'est en effet la première organisée depuis la mort du "pape" de la gastronomie française, qui avait créé ce concours en 1987.

"Il y a un vide. Ces dernières années, il était fatigué et n'était plus présent physiquement, mais il continuait à suivre de très près ce concours. C'est quelque chose qu'il a toujours aimé. Cela va au-delà du concours, c'est un rassemblement de chefs du monde entier et c'est très important de pouvoir échanger", souligne son fils.

Le concours permet de "se rappeler ce que (Paul Bocuse) a fait, son ADN, ses valeurs. On est dans son sillage, on garde le cap, mais on le remplace pas", confie-t-il.

- "Chronométré" -

Le Bocuse d'Or représente souvent un énorme tremplin dans la carrière des chefs. Mais décrocher le trophée requiert un travail acharné.

Certains prennent un congé de plusieurs mois pour s'entraîner, à l'image du candidat italien, Martino Ruggieri, chef adjoint de Yannick Alléno, trois étoiles Michelin, au Pavillon Ledoyen à Paris.

"C'est un concours très compliqué, c'est stressant. Mais il faut prendre du plaisir tout en se donnant à fond. L'essentiel est de ne pas avoir de regrets", estime Matthieu Otto, sous-chef du restaurant Auberge Saint Walfrid, à Sarreguemines, qui représente la France après avoir remporté le Bocuse d'Or France en septembre.

Ses plats pour cette sélection européenne: un oeuf crémeux surmonté d'un soufflé et "une variation estivale avec des petits légumes", tandis que pour le boeuf, il propose un voyage dans les "collines des Vosges".

Chaque chef est aidé de commis, et soutenu par un "coach".

"Tout est quasiment chronométré et ils ont tout en tête, mais je suis là pour leur rappeler des choses s'ils ont des trous de mémoire. On évite de trop discuter car sinon ils perdent leur concentration", explique le Belge Roland Debuyst, "coach" de l'équipe russe menée par Andrey Matuha.

"Je suis là pour donner l'impulsion à l'équipe", ajoute celui qui fut Bocuse d'Argent en 1997, après avoir appelé une commis à accélérer le rythme.

Devant lui, des feuilles de papier remplies de dizaines de lignes, qu'il passe au surligneur une fois les actions réalisées. Et juste à côté neuf... minuteurs.

A quelques cuisines de là, Rasmus Kofoed, qui fut Bocuse d'Or, d'Argent et de Bronze, "coache" l'équipe du Danemark.

Son rôle, il le voit comme celui d'un chef d'orchestre, chargé de "diffuser le bon esprit".

Le secret pour remporter le Bocuse, selon lui? "Avoir quelque chose en plus: un élan personnel, la bonne équipe autour de toi et avoir une très forte mentalité de gagnant".

Catégories: Actualités

La rencontre Kim Jong Un - Donald Trump vaut évidemment le détour(nement)

Le Huffington Post - mar, 06/12/2018 - 15:25
La rencontre Kim Jong Un - Donald Trump vaut évidemment le détour(nement)
Catégories: Actualités

Paris : derrière chaque rat, un internaute ?

Geoffroy Boulard, le maire du 17e arrondissement de Paris, a lancé le site signalerunrat.paris. Objectif : permettre aux parisiens de signaler la présence de rongeurs dans la capitale.
Catégories: Sciences

Foot - GHA - Les activités de la Fédération ghanéenne gelées

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - mar, 06/12/2018 - 15:24
La Haute cour du Ghana a ordonné mardi la suspension de toutes les...
Catégories: Sport

Brexit : vote à risque pour Theresa May au parlement britannique

France 24 - L'info en continu - mar, 06/12/2018 - 15:23
Une nouvelle épreuve de force s'annonce mardi pour la Première ministre Theresa May alors que les députés britanniques examinent en seconde lecture le projet de loi sur les conditions du divorce entre le Royaume-Uni et le bloc communautaire.
Catégories: Actualités

Foot - LFP - Plus de 100.000 euros collectés par la LFP pour une fondation

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - mar, 06/12/2018 - 15:22
Pour chaque but marqué depuis le début de l'année, 100 euros étaient...
Catégories: Sport

CM 2018 - Où en sont les favoris de la Coupe du monde ?

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - mar, 06/12/2018 - 15:22
Après trois semaines de préparation et de matches amicaux, dans quel...
Catégories: Sport

29e jour de grève à la SNCF avec la convention collective en ligne de mire

France 24 - L'info en continu - mar, 06/12/2018 - 15:20

Les syndicats de la SNCF n'ont pas réussi à faire décoller le taux de grévistes mardi, "journée de la colère cheminote", alors qu'ils espéraient un rebond avant l'adoption définitive de la réforme ferroviaire au Parlement et les négociations sur la future convention collective du secteur.

Au 29e jour de grève depuis début avril et le lancement du mouvement par épisodes, la direction recensait 17,63% de grévistes au total en milieu de matinée. Parmi les personnels indispensables à la circulation des trains, 53,4% des conducteurs et 45,5% des contrôleurs étaient en grève.

Tous ces chiffres sont supérieurs à ceux du précédent jour de grève, vendredi (13,68% de grévistes au total, le taux le plus bas du mouvement), mais bien inférieurs à ceux de la "Journée sans cheminots" le 14 mai, qui avait vu rebondir la mobilisation avec un taux global de 27,58%, ceux des conducteurs et contrôleurs frôlant les 75%.

Côté trafic, la SNCF prévoyait mardi trois TGV et Transilien sur cinq, un TER sur deux, deux Intercités sur cinq et un train sur deux à l'international.

Le vote définitif du projet de loi mercredi à l'Assemblée, jeudi au Sénat, n'est plus qu'une formalité mais les syndicats ont répété ces derniers jours que la partie ne serait pas finie après l'adoption du texte au Parlement.

Après avoir obtenu des avancées sociales via des amendements, ils veulent désormais peser sur les négociations de la future convention collective nationale (CCN) du secteur ferroviaire, pour laquelle une réunion tripartite syndicats-patronat-gouvernement est prévue vendredi. Ils exigent une CCN de "haut niveau" avec des "engagements" du gouvernement. Cette CCN remplacera le statut des cheminots à partir du 1er janvier 2020 et l'arrêt des embauches sous ce statut.

"On est encore loin d'une sortie de grève" à la SNCF, a estimé mardi sur RMC Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, appelant à ce que "le gouvernement intervienne pour que ces négociations avancent et qu'il y ait un vrai contenu dans cette convention collective".

Le député Jean-Baptiste Djebbari (LREM), rapporteur du projet de loi, a jugé que "le cadre social" était désormais "complet" et devait "permettre aux cheminots d'aborder la phase suivante qui est la conclusion de la convention collective de façon sereine".

- "Le combat continue" -

Sur le terrain, les cheminots étaient encore mobilisés mardi. A Montpellier, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblés devant la direction régionale de la SNCF. Une immense banderole, sur laquelle était inscrit "le combat continue", recouvrait les quatre étages de l'immeuble. Entre 400 et 500 personnes ont aussi défilé à Lyon en direction de la gare de la Part-Dieu.

A la gare de Bayonne (Pyrénées-Atlantiques), tôt le matin, des cheminots ont emballé guichets et automates avec du film plastique pour les condamner.

A la gare Lille-Flandres, "à la suite d'actes de malveillance", une dizaine de trains accusaient des retards de l'ordre "d'une quinzaine de minutes", selon la direction régionale de la SNCF. Une soixantaine de cheminots ont distribué des petits déjeuners aux usagers. Objectif: "leur expliquer notre combat" et "pourquoi ils vont être aussi perdants" avec cette réforme, a expliqué François Gruson (CGT).

Dans le quartier d'affaires de La Défense, près de Paris, quelque 400 manifestants CGT, SUD-Rail et FO se sont rassemblés en début d'après-midi devant le siège de Oui.SNCF, fermé par les forces de l'ordre. Les manifestants venus des gares de Montparnasse ou Austerlitz, de Mitry, Versailles ou encore Saint-Denis, soutenus par des "cheminots belges solidaires", ont crié "Résistance" et "Cheminots en colère, on va pas se laisser faire", dans un concert de tambours et de sifflets.

Souhaitant que "les épreuves du bac ne soient pas perturbées" la semaine prochaine, la ministre des Transports Elisabeth Borne a appelé les syndicats à arrêter la grève.

L'Unsa ferroviaire, 2e syndicat de la SNCF, avait proposé en vain la semaine dernière à ses partenaires de l'intersyndicale (CGT, SUD et CFDT) de "mettre la grève entre parenthèses" pendant le bac. Elle pourrait renouveler cette proposition mercredi lors d'une intersyndicale.

burs-er/cel/mpf

Catégories: Actualités

La distribution mise sur ses marques propres pour se démarquer

France 24 - L'info en continu - mar, 06/12/2018 - 15:19

La grande distribution multiplie engagements nutritionnels et environnementaux sur ses marques propres, un pari pour sortir de la seule course aux prix et coller aux attentes des consommateurs.

Ces dernières années, la grande distribution fait face à une érosion de la part de marché des marques de distributeurs (MDD) chez les Français, de l'ordre de 3% en 5 ans, selon le panéliste IRI.

D'où une volonté globale de se différencier de la part des distributeurs pour reconquérir leurs clients.

Franprix a ainsi annoncé la semaine dernière s'être engagé à vendre des produits moins transformés sous sa marque, mettant en avant les bénéfices pour la santé.

Depuis avril 2017, l'enseigne de proximité du groupe Casino travaille en partenariat avec la start-up Siga, qui a établi sa propre classification des ingrédients: une centaine de recettes ont déjà été retravaillées et reformulées afin de proposer "une marque +100% propre+ d'ici deux ans".

L'enseigne veut réduire le recours aux additifs non nécessaires, remplacer dès que possible des ingrédients raffinés par des non-raffinés et réduire les taux de matière grasse, de sucre et de sel, a expliqué Corine Burland, directrice de l'offre Franprix.

Un exemple: une sauce tomate poivron mozzarella qui comportait huile de tournesol, fructose, amidon transformé de maïs, acide lactique et arômes naturels, va être "reformulée".

N'y figurent désormais que de l'huile d'olive extra-vierge, du jus de citron concentré ou du sucre de canne. Résultat: un taux de matière grasse divisé par trois et une teneur en sel presque réduite de moitié.

"Il y a un lien direct entre le taux de transformation des aliments et le risque de cancers", explique le directeur général de Franprix, Jean-Paul Mochet.

Le groupe a décidé d'aller plus loin en impliquant des industriels dans sa démarche, tels Fleury-Michon, ou Michel et Augustin.

- Ecologie et bien-être animal -

De son côté, Carrefour a porté sa communication sur un objectif de "100% d'emballages recyclables, réutilisables ou compostables" pour ses MDD d'ici à 2025.

Concrètement, cet engagement passe par la réduction de l'utilisation des plastiques à usage unique.

L'enseigne va supprimer ses emballages plastiques non recyclables des fruits et légumes bio, cesser la commercialisation des pailles en plastique "dès la fin de l'année" et remplacer progressivement les pailles en plastiques des briquettes de jus.

Autre vecteur de différenciation: le bien-être animal.

Ainsi, le groupe Casino a décidé de ne plus commercialiser d'?ufs de poules élevées en cage pour ses MDD d'ici 2020, sachant que son enseigne Monoprix le fait déjà depuis 2013.

Et d'ici 2025, le distributeur n'utilisera plus d'?ufs de poules élevées en cage pour l'ensemble de ses produits transformés en MDD: mayonnaise, biscuits, pâtisserie etc.

- Erosion des marques propres -

Ce type de démarche de la part des enseignes de la grande distribution "n'est pas désintéressé", souligne Olivier Salomon, directeur au sein du cabinet de conseil AlixPartners.

Il faut en effet savoir que traditionnellement, les distributeurs ont de meilleures marges sur leurs marques - qui existent depuis une quarantaine d'années - que sur les marques nationales, relève l'expert auprès de l'AFP.

En effet, les distributeurs "ne supportent pas de coûts marketing" sur leurs MDD, qui fonctionnent sans publicité, et les industriels avec qui les distributeurs travaillent sont dépendants de ces commandes, très volumineuses, donc ajustent leurs prix et leurs cahiers des charges en fonction de leurs demandes, rappelle-t-il.

Pour empêcher la désaffection actuelle du consommateur pour ces gammes, les enseignes ont d'abord orienté leurs efforts sur les prix mais, cette démarche ayant trouvé ses limites, estime M. Salomon, elles misent désormais plutôt sur les qualités gustatives du produit, ou sur des questions de traçabilité.

Ce type de démarche est particulièrement efficace car les "consommateurs y sont sensibles", souligne l'expert, pour qui c'est vraiment un "axe fort de différenciation", car "on a tous un appétit pour des produits sains, bons et transparents".

Catégories: Actualités

Hermès International : 'une valorisation injustifiée'

Le Boursier - mar, 06/12/2018 - 15:18
Hermès International cède 1,3% à 557 euros en milieu d'après-midi à Paris, pénalisé par une note de Berenberg qui a dégradé le dossier à 'vendre' en...
Catégories: Économie - Finances

Mondial 2026 : pourquoi les groupes de trois risquent de fausser la Coupe du monde

L’introduction des groupes de trois pour le Mondial 2026 peut sembler anodine, mais elle pose en fait un sérieux problème d’équité.
Catégories: Actualités

Vidéo : le skieur français Timothé Roch, dix ans, impressionne en freestyle !

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - mar, 06/12/2018 - 15:17
Timothé Roch n'a que dix ans, mais il est déjà une des belles...
Catégories: Sport

CM 2018 - AUS - Aziz Behich : l'Australie «ne craint personne»

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - mar, 06/12/2018 - 15:16
S'apprêtant à se priver de Tim Cahill et du capitaine Mile Jedinak,...
Catégories: Sport

La télémédecine remboursée à partir de septembre

France 24 - L'info en continu - mar, 06/12/2018 - 15:15

Les actes de télémédecine seront remboursés à partir de septembre, après un accord conclu entre l'Assurance maladie et trois syndicats de médecins libéraux, qui doit être officiellement signé mercredi.

Après le SML et MG France, la CSMF a indiqué mardi qu'elle signerait l'avenant à la convention médicale de 2016. Les trois organisations représentant une majorité de médecins libéraux, il entrera en vigueur le 15 septembre.

A partir de cette date, les médecins pourront réaliser des téléconsultations (examen médical par visioconférence), rémunérées au même tarif qu'une consultation classique: 25 euros pour un généraliste, 30 euros pour un spécialiste.

Ils pourront aussi effectuer des téléexpertises (demande d'avis entre praticiens), payées 12 ou 20 euros selon le niveau de complexité de l'acte.

L'accord prévoit aussi une aide pouvant aller jusqu'à 525 euros par an pour leur permettre de s'équiper en matériels et logiciels informatiques, notamment pour assurer la sécurité des données médicales échangées.

Il inclut par ailleurs des clauses sur les consultations dites "complexes" (46 euros) et "très complexes" (60 euros), créées en novembre pour certains situations médicales et qui seront étendues à d'autres actes.

En signant ce accord, mercredi au siège de la Caisse nationale d'assurance maladie, le premier syndicat médical, la CSMF, fera son "retour dans la convention médicale" d'août 2016, qu'elle était la seule à ne pas avoir encore paraphé.

gbh/db/php

Catégories: Actualités

Pages

S'abonner à JO CASANOVA MUSIC agrégateur