Agrégateur de flux

Jeux Vidéo : solide mois de janvier aux Etats-Unis

Le Boursier - ven, 02/23/2018 - 11:28
+59% de croissance...
Catégories: Économie - Finances

Vidéos. Jean-Pierre Pernaut ému pour ses 30 ans de JT sur TF1

L' Essentiel - SudOuest.fr - ven, 02/23/2018 - 11:27

Le présentateur star de la chaîne s'est fait chaleureusement féliciter par ses collègues lors d'un journal de 13 heures un peu spécial jeudi. .
1988-2018. Jeudi midi, Jean-Pierre Pernaut a fêté en direct à l'antenne ses 30 ans de présentation du journal de 13 heures. Une édition un peu spéciale du JT, lors de laquelle de... Lire la suite

Catégories: Actualités

Syrie : l’ONU condamnée à l’impuissance dans la Ghouta orientale

Les forces progouvernementales imposent depuis 2013 un système d’autorisations qui prive d’aide humanitaire les 400 000 habitants de cette enclave martyre.
Catégories: Actualités

JO 2018 - Bobsleigh (F) - JO 2018 : la bobeuse russe Nadezhda Sergeeva a été contrôlée positive

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - ven, 02/23/2018 - 11:26
Nadezdha Sergeeva, 12e de l'épreuve de bob à deux à Pyeongchang, a...
Catégories: Sport

Agenda : Safran, Carrefour, Essilor et PSA arrivent la semaine prochaine

Le Boursier - ven, 02/23/2018 - 11:24
Le calendrier s'allège mais comporte encore de jolis noms...
Catégories: Économie - Finances

Macron accélère encore ses réformes, pendant que la droite s'embourbe dans les propos de Wauquiez

Slate.fr - ven, 02/23/2018 - 11:23
Le calme avant la tempête pour l'exécutif, la tempête après la tempête pour la droite, soupçonnée de se «trumpiser» et qui doit faire face aux attaques après les propos choc de Laurent Wauquiez devant des étudiants de l'EM Lyon. Mais ce dernier assume. Parler cash, est-ce une stratégie payante en politique? Que penser de sa séquence d'explications sur BFMTV? Les Républicains en sortent-ils renforcés ou affaiblis? ... Lire la suite
Catégories: Actualités

Foot - Transferts - Emiliano Sala (Nantes) refuse le pactole chinois !

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - ven, 02/23/2018 - 11:22
L'attaquant du FC Nantes Emiliano Sala a repoussé une offre...
Catégories: Sport

Médicaments pour enfants : certains seraient inutiles et dangereux

Dans son numéro de mars 2018, la revue de l'UFC-Que Choisir dresse la liste des médicaments à éviter pour les enfants. Pour la toux, le rhume, les régurgitations et le reflux, « trop de médicaments pour enfants sont inutiles ou dangereux », d’après l'association de consommateurs.
Catégories: Sciences

A Toulouse, l'exemplarité de l'habitat participatif

France 24 - L'info en continu - ven, 02/23/2018 - 11:20

"Une aventure s'achève, une autre commence". Véronique Coutagny emménage dans un T2 près du centre de Toulouse, dans la plus grande opération d'habitat participatif de France.

Depuis quatre ans, elle a discuté, choisi, conçu avec ses voisins et les architectes, ce projet de 89 logements dans l?écoquartier de la Cartoucherie, situé sur une vaste friche industrielle à l'ouest du c?ur historique de la ville rose.

Début février, les habitants prennent possession de leur appartement aux "Quatre vents". Quatre immeubles de 4 à 9 étages, de la brique, du bois, une architecture contemporaine sobre et discrète qui cache pourtant une opération ambitieuse.

En plus de leurs appartements avec vue sur les Pyrénées, les habitants vont également bénéficier de plusieurs espaces partagés: une salle polyvalente de 125 m2, une salle de bricolage, une salle de musique, plusieurs buanderies, une grande cuisine, un jardin en c?ur d'ilot, des chambres d'amis...

"On paye une trentaine d'euros par mois pour tous ces espaces collectifs. Et dans 20 ans c'est à nous", s?enthousiasme Véronique Coutagny. Cette quinquagénaire pétillante et survitaminée est pourtant arrivée "par hasard" dans l'aventure participative : "C'est un ami qui m'a emmenée à la première réunion sur le projet en 2013. je ne savais pas ce que c'était", dit-elle.

Pendant longtemps, l'habitat participatif a été réservé à des gens très motivés, militants alternatifs ou adeptes de la vie en communauté, explique Stéphane Gruet, architecte et philosophe. Il dirige l'AREA (Actions études et recherches sur l'Architecture et la Ville) qui a orchestré "la participation", un véritable travail de fourmi entre les habitants et les autres acteurs (Bailleurs, architectes, Métropole).

Car depuis quelques années, ce type de projet s'est institutionnalisé notamment avec la loi ALUR de 2014, qui a donné une définition juridique à l'habitat participatif. Parallèlement, de nouveaux modes d'accession au logement social ouvrent ces opérations au plus grand nombre.

-Vers une institutionnalisation-

Ainsi, l'office HLM toulousain, groupes des Chalets, opérateur de cette nouvelle résidence, en est à sa troisième opération participative. "Notre objectif, c'est de faire que les gens soient acteurs de leur cadre de vie", explique son directeur Jean-Paul Coltat.

L?originalité, c'est que l'office HLM a proposé cette aventure à des gens qui ne savaient rien, a priori, de l'habitat participatif.

Pour Rosine Lang, qui est venue dès la première réunion des Chalets, c'est avant tout l'attractivité financière qui l'a convaincue.

Entre sa petite retraite et les revenus de son activité d'écrivain public, elle n'imaginait pas à 64 ans être en mesure de s'offrir un appartement. Grâce à un prêt conventionné, elle a pu acquérir le T2 de ces rêves pour le prix d'un loyer.

Comme Véronique, elle a découvert "sur le tas" la dimensions de groupe du projet. Elle a fait partie des habitants qui souhaitaient, par exemple, avoir une cuisine communautaire au rez-de-chaussée d'un des bâtiments : "Moi je vis seule mais je n'aime pas cuisiner et manger seule", confie-t-elle.

Elle raconte qu'au fil des réunions hebdomadaires, durant quatre ans, elle a noué des liens très forts avec ses futurs voisins.

-'Réfléchir ensemble pour se connaître'-

Francis Blot, un ancien ingénieur aéronautique "reconverti dans l'action culturelle", explique qu'une "collectivité" s'est ainsi peu à peu formée : "on a appris à se connaître, à définir comment on allait vivre ensemble", dit-il.

Lui était tenté par l'habitat participatif qu'il avait vu fonctionner en Californie ou en Allemagne. "Le collectif c'est parfois lourd, mais c'est intéressant d'arriver à se mettre d'accord", lance-t-il, très fier de faire visiter la salle de musique insonorisée, ou l'atelier créatif qui pourra servir "le mercredi aux enfants".

Pour l'architecte Stéphane Gruet, éminence grise du projet, la participation réclame une méthodologie très rigoureuse: élaboration d'une charte, procédure de cooptation des habitants, procédure de programmation participative, suivi individualisé des familles.

Selon cet architecte, l?intérêt majeur de l'implication des habitants dès le début du programme réside dans la définition "d'une sorte de pacte social local" : "en construisant son projet d'habitation le groupe se construit et des solidarités se créaient", conclut-il.

Catégories: Actualités

Hippisme - Coulisses - Les 3 espoirs d'Antoine Griezmann

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - ven, 02/23/2018 - 11:20
Propriétaire de chevaux de courses, Antoine Griezmann a fait...
Catégories: Sport

Procès de jihadistes étrangers: les Kurdes syriens moins pressés que l'Irak

France 24 - L'info en continu - ven, 02/23/2018 - 11:16

Capturés par milliers en Irak et par les Kurdes de Syrie, les jihadistes étrangers sont rapidement jugés par le premier mais attendent toujours de savoir ce qui les attend chez les seconds, plus démunis et favorables à des procès dans leurs pays d'origine.

Contrairement à la grande majorité des Français arrêtés ces derniers mois à la suite de la débâcle du groupe Etat islamique (EI) en Irak et en Syrie, Mélina Boughedir, 27 ans, a été jugée rapidement et va pouvoir bientôt rentrer en France.

Condamnée lundi à Bagdad à sept mois de prison qu'elle a déjà purgés -les Irakiens n'ayant retenu contre elle que l'entrée illégale sur leur territoire-, elle devrait être expulsée puis placée en garde à vue et entendue par les services antiterroristes à son arrivée en France.

Elle fait partie des milliers de détenus étrangers arrêtés en Irak et Syrie pour avoir servi l'EI, de près ou de loin.

Plus d'un millier, dont 560 femmes et plus de 600 enfants, ont été interpellés comme elle en Irak, qui enchaîne les procès.

En janvier, une Allemande a été condamnée à mort par Bagdad pour "soutien logistique et aide à une organisation terroriste". Dimanche, une Turque a elle aussi écopé de la peine capitale.

La France s'est dite favorable à ce que ses ressortissants arrêtés en Irak et Syrie y soient jugés -en précisant qu'elle interviendrait en cas de condamnation à mort- malgré les appels des familles et avocats qui réclament des procès en France.

Rares sont les pays, notamment en Europe où les attentats jihadistes des dernières années ont tétanisé les opinions publiques, qui réclament l'extradition de ces ressortissants.

-'Jugés dans leur pays'-

La question ne fait pas débat en Irak, qui a proclamé en décembre la victoire militaire sur l'EI après trois ans de tensions et affrontements meurtriers.

"Ces gens ont tué, réduit des femmes en esclavage... Ils ont commis des crimes de guerre sur le sol irakien et la loi irakienne y prévaut", explique à l'AFP le porte-parole du Conseil irakien de la justice suprême, Abdel Settar Bayraqdar.

La situation est bien moins claire de l'autre côté de la frontière, chez les Kurdes de Syrie, alors qu'un nombre encore plus important de jihadistes étrangers présumés et leurs familles, dont au moins une quarantaine de Français, ont été interpellés par les Forces démocratiques syriennes (FDS), coalition de combattants kurdes et arabes soutenue par les Occidentaux.

"Nous avons arrêté des milliers de jihadistes étrangers" de "plus de 40 pays" et "nous continuons d'en arrêter tous les jours", explique à l'AFP Redur Khalil, porte-parole des FDS.

Cela pose un "gros problème" aux autorités kurdes syriennes, qui ont d'autres priorités actuellement, comme la sanglante offensive turque en cours dans l'enclave d'Afrine (nord-ouest), explique à l'AFP Abdul Karim Omar, haut responsable de Jaziré, l'un des trois cantons formant la "région fédérale" kurde en Syrie.

"Nous voulons que les jihadistes étrangers soient jugés dans leur pays" pour éviter un casse-tête à la fois juridique et logistique, souligne M. Khalil.

- 'Pièce maîtresse' -

Contrôlé en grande partie par des milices kurdes depuis 2012, les territoires kurdes semi-autonomes en Syrie sont dirigés par un gouvernement de facto dont les institutions, notamment judiciaires, restent embryonnaires et ne sont pas reconnues au niveau international.

"En vertu de quelle loi allons-nous les juger?", se demande M. Khalil, ajoutant: "Nous n'avons pas de grandes prisons" pour les garder une fois condamnés.

"Nous voulons livrer les prisonniers étrangers de l'EI à leurs pays", confirme M. Omar, en soulignant que des accords en ce sens ont déjà été conclus avec la Russie et l'Indonésie.

Mais face à l'inflexibilité d'autres pays comme la France, les Kurdes syriens, en mal de reconnaissance et de soutien internationaux face la Turquie notamment, ne ferment pas la porte à d'éventuels procès chez eux.

"S'il n'est pas possible de les livrer, nous les jugerons ici", note ainsi M. Omar, tout en soulignant que trouver un tel accord avec chaque pays concerné prendra du temps, au moins plusieurs mois.

Les peines, qui vont jusqu'à 20 ans de prison pour les faits de terrorisme, y sont souvent réduite ou aménageables dans la pratique.

Cette situation confuse est dénoncée par les familles et avocats de Français détenus en Syrie, qui redoutent que ces derniers ne deviennent otages de marchandages géopolitiques.

"Les Kurdes ont parfaitement conscience que les prisonniers étrangers sont une pièce maîtresse dans leur jeu", note l'avocat français Martin Pradel, qui défend plusieurs Français détenus dans les territoires kurdes en Syrie.

Catégories: Actualités

Armes : la révolte salutaire des lycéens américains

Editorial. Après la tuerie de Parkland, les survivants, dans un mouvement inédit, exigent que des mesures soient enfin mises en place pour restreindre l’accès aux armes à feu.
Catégories: Actualités

JO-2018: première finale pour les hockeyeurs russes en 20 ans

France 24 - L'info en continu - ven, 02/23/2018 - 11:16

Les athlètes olympiques de Russie ont battu la République tchèque 3 à 0 en demi-finale du tournoi de hockey sur glace des Jeux de Pyeongchang et se sont qualifiés pour leur première finale olympique depuis 20 ans.

Légèrement favoris du tournoi en l'absence des joueurs de la NHL, retenus dans le Championnat nord-américain durant les JO, les Russes retrouveront en finale le vainqueur du match entre le Canada et l'Allemagne.

L'équipe russe était entrée doucement dans le tournoi, battue par la faible Slovaquie en ouverture. Mais depuis elle a dominé allègrement tous ses adversaires et elle se retrouve en bonne position pour remporter son premier titre depuis 1992.

Dans un match assez équilibré, les Russes ont assommé leur adversaire en marquant deux buts en 27 secondes à mi-match, par Gusev (28e) et Gavrikov (29e). Ils ont ensuite géré leur avance avant d'inscrire un troisième but en filet désert dans les dernières secondes par Kovalchuk (60e).

Catégories: Actualités

JO 2018 - Hockey (H) - JO 2018 : la Russie en finale du tournoi de hockey sur glace

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - ven, 02/23/2018 - 11:16
Les Athlètes olympiques de Russie ont décroché leur billet pour la...
Catégories: Sport

JO 2018 : suivez Martin Fourcade et le relais masculin de biathlon

Dernière épreuve de biathlon avec le relais masculin, aujourd’hui à 12h15. En cas de nouveau podium, Martin Fourcade pourrait devenir le sportif français le plus médaillé de l’histoire des Jeux.
Catégories: Actualités

L'indépendantiste exilée en Suisse voudrait rentrer en Catalogne

France 24 - L'info en continu - ven, 02/23/2018 - 11:15

L'indépendantiste catalane Anna Gabriel, exilée en Suisse pour échapper à une éventuelle incarcération, voudrait retourner en Catalogne, mais elle estime que la démocratie en Espagne a reculé et que sa justice n'est plus impartiale.

"Si je pouvais choisir, je choisirais d'être une citoyenne libre qui pourrait rentrer chez elle maintenant", a-t-elle assuré dans un entretien à l'AFP réalisé jeudi soir.

Anna Gabriel, 42 ans, est l'ex-porte-parole parlementaire du parti d'extrême-gauche indépendantiste CUP (Candidature d'unité populaire). La justice espagnole a lancé un mandat d'arrêt à son encontre, mais celui-ci est applicable uniquement en Espagne.

Selon la justice, elle aurait appartenu à un "comité stratégique" chargé de mener la Catalogne vers l'indépendance.

En Espagne, "les droits fondamentaux ne sont plus garantis", a expliqué Mme Gabriel, appelant à ne pas laisser "l'Etat espagnol reculer en matière de démocratie".

La justice "n'est pas impartiale et je ne pense pas que j'aurais un procès équitable", a-t-elle assuré.

Elle est la dernière séparatiste catalane à avoir quitté le pays depuis que Carles Puigdemont, président destitué de la Catalogne, et quatre anciens membres du gouvernement régional sont partis en Belgique, peu de temps après une tentative avortée de sécession d'avec l'Espagne.

"Je n'ai pas abandonné l'Etat espagnol par choix. Je n'ai pas fui la justice, je veux la justice", a expliqué l'indépendantiste.

L'exil n'est pas une "option facile mais (...) les personnes emprisonnées méritent que l'on fasse entendre leurs voix", a-t-elle relevé.

"Je ne peux pas revenir librement chez moi, aussi je suis triste, ma situation personnelle me préoccupe, mais aussi celle en Catalogne et dans l'ensemble de l'Etat espagnol", a-t-elle poursuivi.

"Et si l'Etat espagnol venait à demander l'extradition, nous considérerions approprié de présenter une demande d'asile" en Suisse, a-t-elle dit.

- Négocier avec l'Espagne -

Mme Gabriel avait justifié sa décision un peu plus tôt cette semaine dans des médias suisses, expliquant qu'elle jugeait excessives les enquêtes policières, judiciaires et les inculpations visant des centaines de personnes pour leur rôle dans la tentative de sécession en Catalogne.

"J'ai décidé de venir à Genève, tout d'abord parce que la Suisse est un pays où s'exerce de façon habituelle le droit de vote sur de multiples sujets", a-t-elle expliqué.

En outre, Genève est une "ville internationale" et "je pense que dans cette ville nous pouvons rencontrer beaucoup de personnes qui travaillent dans le domaine des droits de l'homme".

Anna Gabriel, qui était jusqu'à son exil professeur de droit dans une université en Catalogne, a confié vouloir oeuvrer dans le domaine des droits de l'homme en Suisse, un sujet qui l'"interpelle en tant que citoyenne".

Interrogé cette semaine sur la possibilité d'une extradition, un porte-parole de l'Office fédéral suisse de la Justice, Folco Galli, a répondu à l'AFP que "selon les bases légales relatives à la coopération entre la Suisse et l'Espagne (...) la Suisse n'accorde pas - comme la plupart des autres Etats - l'extradition et toute autre forme d'entraide judiciaire pour des délits politiques".

Mme Gabriel indique pour sa part ne pas avoir eu pour l'instant de contact avec les autorités helvétiques et ne pas avoir reçu d'offre d'emploi.

"Notre agenda va se développer en fonction de la réaction de l'Etat espagnol. Espérons que notre agenda soit celui des négociations avec l'Etat espagnol", a-t-elle conclu.

Catégories: Actualités

Pollution de l'air: le gouvernement "favorable" au combat d'Hidalgo (Poirson)

France 24 - L'info en continu - ven, 02/23/2018 - 11:15

Brune Poirson, secrétaire d'Etat rattachée au ministère de la Transition écologique, a assuré que le combat d'Anne Hidalgo contre la pollution de l'air rencontrait un écho "plus que favorable du côté du gouvernement".

"En France, la pollution de l'air est responsable de 40.000 morts prématurées", a rappelé Brune Poirson sur France 2.

Par conséquent, "Anne Hidalgo, quand elle prend des mesures contre la pollution de l'air (...), rencontre un écho plus que favorable du côté du gouvernement", a assuré la secrétaire d'Etat.

Le tribunal administratif de Paris a annulé mercredi la piétonnisation des voies sur berges dans le centre de la capitale, mesure phare de la maire socialiste pour lutter contre la pollution de l'air. Anne Hidalgo a annoncé jeudi que la Ville allait faire appel de cette décision.

"Il y a une décision de justice qui a été prise, maintenant il appartient à la maire d'explorer toutes les voies de recours possibles", a estimé Brune Poirson.

Catégories: Actualités

Foot - L1 - Médias - PSG-Marseille diffusé dans 188 territoires

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - ven, 02/23/2018 - 11:15
Dimanche, à 21h00, le Classique sera retransmis en France sur Canal+...
Catégories: Sport

Pollution de l'air: le gouvernement "favorable" au combat d'Hidalgo (Poirson)

LCP Assemblée nationale - ven, 02/23/2018 - 11:14

Brune Poirson, secrétaire d'Etat rattachée au ministère de la Transition écologique, a assuré que le combat d'Anne Hidalgo contre la pollution de l'air rencontrait un écho "plus que favorable du côté du gouvernement".

"En France, la pollution de l'air est responsable de 40.000 morts prématurées", a rappelé Brune Poirson sur France 2.

Par conséquent, "Anne Hidalgo, quand elle prend des mesures contre la pollution de l'air (...), rencontre un écho plus que favorable du côté du gouvernement", a assuré la secrétaire d'Etat.

Le tribunal administratif de Paris a annulé mercredi la piétonnisation des voies sur berges dans le centre de la capitale, mesure phare de la maire socialiste pour lutter contre la pollution de l'air. Anne Hidalgo a annoncé jeudi que la Ville allait faire appel de cette décision. 

"Il y a une décision de justice qui a été prise, maintenant il appartient à la maire d'explorer toutes les voies de recours possibles", a estimé Brune Poirson.

Catégories: Actualités

Pages

S'abonner à JO CASANOVA MUSIC agrégateur