Agrégateur de flux

Indonésie: héros des réseaux sociaux pour avoir tué un serpent de ses mains

France 24 - L'info en continu - jeu, 11/23/2017 - 08:37

Un Indonésien est devenu un héros sur les réseaux sociaux après avoir tué un serpent de ses mains dans un train de banlieue, filmé par des passagers médusés.

Le convoi a effectué un arrêt d'urgence après que le serpent a été aperçu dans un porte-bagages d'un wagon du train qui reliait Jakarta à Bogor, ville au sud de la capitale.

Les images filmées par des smartphones montrent l'homme monter sur banc de passager pour atteindre le porte-bagages, attraper le serpent par la queue et le frapper violemment au sol.

Le reptile a apparemment été immédiatement tué sous les yeux de passagers médusés, observant le scène à distance.

Impossible de connaître dans l'immédiat l'espèce du serpent ni de savoir s'il était venimeux. Aucun passager n'a été blessé.

Le reptile se serait échappé du sac d'un passager du train bondé, selon la Société des chemins de fer indonésiens (KCI).

"Nous regrettons l'incident et présentons nos excuses aux voyageurs qui ont été perturbés" par l'incident, a déclaré à l'AFP une porte-parole de la KCI.

Il n'est pas rare de voir des animaux de toutes sortes voyager dans les transports publics dans les campagnes indonésiennes, mais sur les liaisions urbaines, ils sont interdits.

Catégories: Actualités

Qualité du sperme en baisse : la pollution de l'air en cause

Une étude réalisée à Taïwan révèle une association entre la présence de particules fines et des anomalies de morphologie des spermatozoïdes. Cependant, elle ne prouve pas directement que la pollution de l’air provoque une baisse de la fertilité masculine.
Catégories: Sciences

Rugby: le sélectionneur de la Nouvelle-Zélande démissionne

France 24 - L'info en continu - jeu, 11/23/2017 - 08:34

Le sélectionneur de la Nouvelle-Zélande Anthony Hudson a présenté sa démission jeudi, quelques jours après l'échec des "All Whites" à se qualifier pour la Coupe du monde 2018 en Russie.

Les Néo-Zélandais avaient terminé en tête de la zone Océanie des qualifications avant de s'incliner contre le Pérou en barrage intercontinental.

Après trois années à la tête de la sélection, l'Anglais de 36 ans s'est toutefois dit fier du comportement de son équipe, 122e au classement mondial, contre le Pérou 10e du même classement.

"Je suis fier du chemin parcouru par l'équipe ces trois dernières années et j'espère que mon passage ici aura permis de construire les fondations pour de futurs succès", a déclaré dans un communiqué Hudson, ancien coach de Bahreïn et de l'équipe réserve de Tottenham.

Selon des médias locaux, il pourrait rebondir en MLS à la tête des Colorado Rapids.

Catégories: Actualités

VIDEO. Une mouche crée un scaphandre d'air pour plonger dans un lac corrosif

Les chercheurs ont en partie percé le secret de la mouche Ephydra hians capable de survivre à une immersion dans un lac trois fois plus salé que l'océan.
Catégories: Sciences

Réception des maires à l'Elysée: "un dîner de cons", dénonce le maire LR de Saint-Etienne

France 24 - L'info en continu - jeu, 11/23/2017 - 08:30

Gaël Perdriau, maire LR Saint-Etienne, reçu mercredi soir à l'Elysée avec plus d'un millier de ses homologues, a dénoncé jeudi "un dîner de cons", regrettant qu'Emmanuel Macron n'ait "pas daigné venir s'exprimer".

"C?est un sentiment étrange, hier soir, on avait un peu l'impression de participer à un dîner de cons, pour tout vous dire. Les maires ont un peu le sentiment d?être pris pour des François Pignon", a déclaré Gaël Perdriau sur RTL.

"Etre invité à l?Elysée c?est toujours un honneur bien sûr, mais ne pas voir celui qui vous invite, ça fait penser un peu aux auditions du pape au Vatican", a-t-il poursuivi. "Il y avait trois antichambres avant de pouvoir arriver là où il recevait, mais nous avons été très peu sans doute à pouvoir l?approcher. Il n?a pas daigné venir s'exprimer".

"Ceci dit il y avait une quinzaine de ministres", a-t-il noté. "Je dois reconnaître qu'ils ont été très disponibles, très avenants, mais ce n'est pas la parole du président de la République, que nous attendions".

"En tout cas il ne faut pas que le président de la République pense qu'en nous caressant le dos, comme il a cherché peut-être à le faire hier soir avec ce cocktail, il a mis un étouffoir sur l'ensemble des sujets qui nous préoccupent", a encore affirmé le maire de Saint-Etienne, critiquant l'"expression très autoritaire, très arbitraire dans les décisions qui sont prises".

"Ca me fait penser à la foudre de l'Olympe qui frappe comme ça de manière arbitraire, très sévère, différents sujets, le logement, l'emploi, le travail, sans véritablement associer finalement les postes avancés que sont les maires", a-t-il dit.

Emmanuel Macron présente ses projets pour les collectivités territoriales jeudi devant les maires réunis en congrès, une intervention très attendue par des élus très remontés contre les décisions prises depuis l'été par le nouvel exécutif qui impactent la situation financière des communes.

En geste de conciliation, le chef de l'Etat a reçu mercredi soir à l'Elysée plus d'un millier d'entre eux en leur ouvrant le rez-de-chaussée du Palais, une première.

Catégories: Actualités

Réception des maires à l'Elysée: "un dîner de cons", dénonce le maire LR de Saint-Etienne

LCP Assemblée nationale - jeu, 11/23/2017 - 08:30

Gaël Perdriau, maire LR Saint-Etienne, reçu mercredi soir à l'Elysée avec plus d'un millier de ses homologues, a dénoncé jeudi "un dîner de cons", regrettant qu'Emmanuel Macron n'ait "pas daigné venir s'exprimer".

"C’est un sentiment étrange, hier soir, on avait un peu l'impression de participer à un dîner de cons, pour tout vous dire. Les maires ont un peu le sentiment  d’être pris pour des François Pignon", a déclaré Gaël Perdriau sur RTL.

"Etre invité à l’Elysée c’est toujours un honneur bien sûr, mais ne pas voir celui qui vous invite, ça fait penser un peu aux auditions du pape au Vatican", a-t-il poursuivi. "Il y avait trois antichambres avant de pouvoir arriver là où il recevait, mais nous avons été très peu sans doute à pouvoir l’approcher. Il n’a pas daigné venir s'exprimer".

"Ceci dit il y avait une quinzaine de ministres", a-t-il noté. "Je dois reconnaître qu'ils ont été très disponibles, très avenants, mais ce n'est pas la parole du président de la République, que nous attendions".

"En tout cas il ne faut pas que le président de la République pense qu'en nous caressant le dos, comme il a cherché peut-être à le faire hier soir avec ce cocktail, il a mis un étouffoir sur l'ensemble des sujets qui nous préoccupent", a encore affirmé le maire de Saint-Etienne, critiquant l'"expression très autoritaire, très arbitraire dans les décisions qui sont prises".

"Ca me fait penser à la foudre de l'Olympe qui frappe comme ça de manière arbitraire, très sévère, différents sujets, le logement, l'emploi, le travail, sans véritablement associer finalement les postes avancés que sont les maires", a-t-il dit.

Emmanuel Macron présente ses projets pour les collectivités territoriales jeudi devant les maires réunis en congrès, une intervention très attendue par des élus très remontés contre les décisions prises depuis l'été par le nouvel exécutif qui impactent la situation financière des communes.

En geste de conciliation, le chef de l'Etat a reçu mercredi soir à l'Elysée plus d'un millier d'entre eux en leur ouvrant le rez-de-chaussée du Palais, une première.

Catégories: Actualités

Castaner "veut poursuivre" au gouvernement où il "ne pense pas avoir démérité"

LCP Assemblée nationale - jeu, 11/23/2017 - 08:28

Christophe Castaner "veut poursuivre" sa tâche au gouvernement où il "ne pense pas avoir démérité", malgré son élection à la tête de La République en marche, alors que le remaniement annoncé est attendu depuis plusieurs jours.

"Le remaniement ministériel est annoncé dans les heures qui viennent, j'ai entendu mon collègue ministre de l'Intérieur évoquer le fait que ça puisse être aujourd’hui. Donc je serai amené à évoluer dans mes fonctions", a déclaré M. Castaner sur RMC et BFMTV.

Souhaitez-vous rester secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ? "Je souhaite poursuivre mon action. Je ne pense pas avoir démérité, même si j'ai pris une responsabilité, bénévole, celle d'un militant plus engagé encore à La République en marche. Ca n'enlève rien ni à mon engagement militant ni à ma volonté de servir au bon endroit", a également déclaré M. Castaner.

"Je souhaite être le plus utile possible. Aujourd'hui je le suis dans l'action gouvernementale, c'est un peu prétentieux de dire cela, mais évidemment je ne veux pas gêner l'action gouvernementale. Donc quelle que soit la décision qu'ils (MM. Macron et Philippe) prendront, elle sera la bonne", a-t-il dit.

L'opposition critique l'éventuel maintien de M. Castaner au poste stratégique des Relations avec le Parlement après son élection à la tête du parti majoritaire.

La députée LREM Amélie de Montchalin pourrait-elle entrer au gouvernement ? "J'ai vu que son nom circulait beaucoup. C'est une des révélations de ce début de mandature". Le député socialiste Olivier Dussopt ? "C'est une option possible aussi, je ne vous la confirme pas, vous vous en doutez", mais il "aurait toute sa place dans notre approche".

Catégories: Actualités

Sur scène, PNL en pleine communion avec son public

Le duo formé par Ademo et N.O.S clôturait sa tournée mercredi soir à l’AccorHotels Arena de Paris.
Catégories: Musique

Sur scène, PNL en pleine communion avec son public

Le duo formé par Ademo et N.O.S clôturait sa tournée mercredi soir à l’AccorHotels Arena de Paris.
Catégories: Actualités

Des forains perturbent l'inauguration des illuminations des Champs-Elysées

France 24 - L'info en continu - jeu, 11/23/2017 - 08:20

Une centaine de forains et manifestants ont perturbé mercredi la cérémonie d'inauguration des illuminations de Noël des Champs Élysées, pour protester notamment contre la suppression du marché de Noël sur la célèbre avenue et de la grande roue de la Concorde.

La maire de Paris Anne Hidalgo a inauguré le dispositif lumineux au côté de l'actrice et mannequin franco-américaine Lily-Rose Depp, marraine des illuminations cette année, souriante et "très heureuse d'être là".

La fille de Johnny Depp et Vanessa Paradis, entourée de deux enfants suivis par l'association "Petits Princes" et de Mme Hidalgo, a pressé le bouton permettant d'allumer le million d'ampoules disséminées sur les 400 arbres de l'avenue.

Mais dès l'arrivée de la maire et de plusieurs élus parisiens, des sifflets, huées et klaxons se sont faits entendre. Une centaine de forains et commerçants, rejoints par des salariés de Cyclocity, filiale de JCDecaux en charge des Vélib' actuellement en grève pour leur emploi, étaient réunis derrière la scène.

Les manifestants ont également allumé des fumigènes alors qu'une pluie de confettis envahissait la scène. D'autres manifestants ont également klaxonné et sifflé depuis des voitures roulant sur les Champs Elysées.

Quelques heures auparavant, les élus de Paris avaient décidé de ne pas renouveler l'an prochain la célèbre grande Roue au bas des Champs-Elysées, gérée par le "roi des forains" Marcel Campion. Ils avaient déjà décidé en juillet, à l'unanimité, de mettre fin au marché de Noël organisé depuis 2008 sur les Champs Elysées.

Après un court discours difficilement audible, Anne Hidalgo a souligné que "c?est la fête à Paris quand même". "Il faut respecter les décisions de justice et les décisions collectives. Les élus de Paris sont légitimes, et en plus unanimes", a-t-elle ajouté, interrogée sur la manifestation.

"Aujourd'hui Mme Hidalgo met nos entreprises à la ruine", a réagi René Hayoun, président de l'Association de défense du droit forain.

"On a voulu lui montrer que nous étions présents au moment où elle appuyait sur le bouton (...)", a-t-il ajouté, déplorant une "discrimination commerciale", un "règlement de comptes" et la "destruction du monde de l'amusement public" à Paris.

La grande roue a aussi été arrêtée pendant une trentaine de minutes pendant cette cérémonie, "pour protester contre la suppression de 2.000 emplois de commerçants, d'artisans et d'artistes", a indiqué par communiqué M. Campion, qui participait à l'inauguration en tant que membre du conseil d'administration des Champs Elysées.

Catégories: Actualités

Columbine, le rap venu de l’Ouest

Le collectif formé d’une dizaine de jeunes Rennais (22 ans d’âge moyen) est en concert au Bataclan, à Paris, le 25 novembre, après avoir joué à Marseille.
Catégories: Musique

Dénonciation de harceleurs: juste un début, selon une responsable de l'ONU

France 24 - L'info en continu - jeu, 11/23/2017 - 08:15

L'avalanche d'allégations de harcèlements sexuels qui secoue Hollywood, les médias américains et d'autres pans de la société à l'étranger ne fait que commencer, estime dans un entretien à l'AFP la responsable de la condition féminine à l'ONU, Phumzile Mlambo-Ngcuka.

Selon elle, les comportements vont changer après que de nombreuses femmes ont brisé le silence pour révéler des affaires ou crier leur volonté de voir les abus cesser.

"Cela ne fait que commencer, je pense que nous allons voir beaucoup plus de femmes prendre la parole", souligne la responsable de l'ONU. "Elles vont s'exprimer de plus en plus".

L'ancienne vice-présidente sud-africaine, qui défend l'égalité des sexes à l'ONU depuis 2013, considère dans le même temps que le point de basculement vers un changement radical de comportement n'a pas encore été atteint.

"Il n'y a pas encore assez de gens pour penser" que ces abus représentent "un profond traumatisme et une douleur sans fin pour beaucoup de femmes", juge-t-elle.

Au cours des dernières semaines, des centaines de femmes ont dénoncé des comportements passés ou actuels d'hommes puissants, parfois contraints à la démission ou licenciés, dans les milieux du cinéma, de la politique ou encore du journalisme.

Phumzile Mlambo-Ngcuka se dit surprise de voir que, dans plusieurs cas, un même homme est accusé d'abus sexuels envers plusieurs femmes ou jeunes filles.

"Voir qu'un seul homme est un harceleur en série, qu'il occupe une très haute fonction, et que cela passe inaperçu pendant plusieurs années" montre "une réelle faiblesse" dans le respect et l'application des lois sur les lieux de travail, relève-t-elle.

Selon la responsable de l'ONU, la présence d'un plus grand nombre de femmes à des postes de direction pourrait aider les femmes à sortir de l'ombre en "sachant que quelqu'un de l'autre côté de la table les croira". Elle espère que la vague de dénonciations dépasse les frontières américaines et le milieu des actrices de cinéma.

- Silence des hommes -

"La tempête a été parfaite, mais il faut qu'elle se développe afin que d'autres femmes, qui ne sont pas célèbres, puissent trouver aussi un moyen de se guérir et que les responsables dans d'autres secteurs subissent les conséquences de leurs actes", fait-elle valoir.

Phumzile Mlambo-Ngcuka fait aussi part de son malaise face au "grand silence des hommes" qui ne se sont pas levés et qui n'ont pas pris leurs distances avec les prédateurs sexuels, en soulignant "l'importance d'un changement de comportement".

Ils doivent affirmer "qu'ils n'accepteront jamais d'assister" à de tels abus et pour ceux qui en ont commis s'engager "à ne plus jamais en commettre", affirme-t-elle.

"Il faut que les hommes réagissent, s'approprient aussi le problème en s'engageant à prendre des mesures pour le résoudre". Les responsables politiques sont décevants lorsqu'ils se détournent du sujet du harcèlement sexuel, ajoute-t-elle, "peut-être parce qu'ils craignent d'ouvrir une boite de Pandore".

"Il n'y a pas de gestion forte" de ce dossier du harcèlement par "les autorités ayant le pouvoir", déplore encore la responsable de l'ONU. Seize jours de militantisme doivent débuter samedi, décrété Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes.

Il n'existe pas de données mondiales sur le harcèlement sexuel mais des études européennes montrent que 45% à 55% des femmes en sont victimes à partir de l'âge de 15 ans dans l'Union européenne.

Catégories: Actualités

Malgré le verdict Mladic, une page reste à tourner en Bosnie

France 24 - L'info en continu - jeu, 11/23/2017 - 08:14

La justice internationale a fini son office, Ratko Mladic finira ses jours en prison, mais la page du conflit intercommunautaire sera difficile à tourner en Bosnie.

Le procureur du tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) Serge Brammertz, a prévenu que la justice ne permettrait pas à elle seule une "réconciliation (qui) doit venir de la société". Or cette "réconciliation est en panne" dans les Balkans en général et en Bosnie en particulier, écrivait la veille du verdict le commissaire aux droits de l'Homme du Conseil de l'Europe, Nils Muiznieks.

Il énumérait les "divisions ethniques (qui) prennent le dessus", la "négation du génocide", la "glorification des criminels de guerre"...

Ce verdict "ne marque pas un tournant" car il n'est pas accompagné de "l?apparition d?un rapport critique envers les crimes de son propre camp", regrette l'analyste Tanja Topic. Les hommes politiques serbes de Bosnie notamment "restent prisonniers de cette idée" selon laquelle le TPIY était "un tribunal politique", auteur "d?une injustice historique envers les Serbes".

Mercredi, à quelques kilomètres du mémorial du massacre de Srebrenica, des autocollants ont été collés. On y voyait Mladic en uniforme et cette inscription: "Tu es notre héros". Le patron politique de l'entité des Serbes de Bosnie, Milorad Dodik a qualifié le criminel de guerre de "légende du peuple serbe".

Cette opinion est majoritaire parmi les Serbes orthodoxes de Bosnie, qui pèsent pour un petit tiers des 3,5 millions d'habitants, contre un peu plus d'une moitié de Bosniaques musulmans et 15% de Croates catholiques. Ceux qui refusent de se définir selon ces lignes communautaro-religieuses, les "autres" ("ostali"), ne sont que 3%.

Symbole de leur marginalisation, la Constitution prévoit qu'ils ne peuvent prétendre à la présidence tripartite d'un pays que beaucoup pensent mal-né.

- La faute de Dayton -

L'accord de Dayton a fait taire les armes fin 1995. Mais, selon Predrag Kojovic, président du petit parti multiethnique "Nasa Stranka" (Notre parti), il a aussi "donné aux nationalistes une puissance quasiment illimitée sur leurs territoires ethniques" et les a aidés "à réaliser leurs objectifs de guerre avec d'autres moyens, politiques".

Un quart de siècle après le début d'un conflit qui a fait 100.000 morts et 2,2 millions de déplacés, des représentants de toutes les communautés évoquent volontiers le concept des "trois histoires", des "trois vérités".

Le meilleur allié de ce conflit de mémoires est la ségrégation scolaire, privilégiée sous prétexte de protection des droits des minorités.

Le principe du "deux écoles sous un même toit (...) persiste malgré la décision d?une juridiction interne, qui l'a déclaré discriminatoire", et malgré les recommandations d'organisations de défense des droits de l'homme, regrette Nils Muiznieks.

La séparation des communautés a continué à se renforcer depuis la guerre. Banja Luka (nord du pays) était multiethnique (49% Serbes, 19% de Bosniaques, 15% de Croates), c'est désormais une cité serbe à près de 90%, selon le recensement. Autrefois symbole multiculturel, Sarajevo est désormais une ville à 80% bosniaque (la moitié en 1991).

- 'Pour l'avenir' -

Le maire serbe de la ville-martyre de Srebrenica (est), Mladen Grujicic affirme croire au vivre-ensemble et montre volontiers un dessin d'enfant dans son bureau: une Serbe et une Bosniaque lisent ensemble, l'une la Bible l'autre le Coran. Mais "il est évident que la Bosnie-Herzégovine ne fonctionne pas, que c'est un Etat sous perfusion", ajoute-t-il.

Zijad Bacic, 40 ans, veut y croire. Il est un survivant du massacre de Zecovi (nord) où 17 membres de sa famille ont été exécutés par les hommes de Mladic. Dans le cadre du programme "Probuducnost" (Pour l'avenir), il raconte son histoire dans des lycées des Balkans avec d'autres victimes, serbes ou croates.

"Les gens qui savent qu'il n'est pas possible de faire autrement que de vivre ensemble ont entamé le processus de réconciliation depuis la fin de la guerre", assure cet homme. Il se souvient que si des Serbes ont assassiné les siens, ce sont d'autres Serbes qui l'avaient caché puis aidé à fuir au péril de leur vie.

Catégories: Actualités

Basket - NBA - New York et Philadelphie en forme, Cleveland enchaîne

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - jeu, 11/23/2017 - 08:06
La soirée de mercredi, riche de 14 matches en raison de Thanksgiving...
Catégories: Sport

Des forains perturbent l'inauguration des illuminations des Champs-Elysées

LCP Assemblée nationale - jeu, 11/23/2017 - 08:01

Une centaine de forains et manifestants ont perturbé mercredi la cérémonie d'inauguration des illuminations de Noël des Champs Élysées, pour protester notamment contre la suppression du marché de Noël sur la célèbre avenue et de la grande roue de la Concorde.

La maire de Paris Anne Hidalgo a inauguré le dispositif lumineux au côté de l'actrice et mannequin franco-américaine Lily-Rose Depp, marraine des illuminations cette année, souriante et "très heureuse d'être là".

La fille de Johnny Depp et Vanessa Paradis, entourée de deux enfants suivis par l'association "Petits Princes" et de Mme Hidalgo, a pressé le bouton permettant d'allumer le  million d'ampoules disséminées sur les 400 arbres de l'avenue. 

Mais dès l'arrivée de la maire et de plusieurs élus parisiens, des sifflets, huées et klaxons se sont faits entendre. Une centaine de forains et commerçants, rejoints par des salariés de Cyclocity, filiale de JCDecaux en charge des Vélib' actuellement en grève pour leur emploi, étaient réunis derrière la scène. 

Les manifestants ont également allumé des fumigènes alors qu'une pluie de confettis envahissait la scène. D'autres manifestants ont également klaxonné et sifflé depuis des voitures roulant sur les Champs Elysées. 

Quelques heures auparavant, les élus de Paris avaient décidé de ne pas renouveler l'an prochain la célèbre grande Roue au bas des Champs-Elysées, gérée par le "roi des forains" Marcel Campion. Ils avaient déjà décidé en juillet, à l'unanimité, de mettre fin au marché de Noël organisé depuis 2008 sur les Champs Elysées. 

Après un court discours difficilement audible, Anne Hidalgo a souligné que "c’est la fête à Paris quand même". "Il faut respecter les décisions de justice et les décisions collectives. Les élus de Paris sont légitimes, et en plus unanimes", a-t-elle ajouté, interrogée sur la manifestation.

"Aujourd'hui Mme Hidalgo met nos entreprises à la ruine", a réagi René Hayoun, président de l'Association de défense du droit forain.

"On a voulu lui montrer que nous étions présents au moment où elle appuyait sur le bouton (...)", a-t-il ajouté, déplorant une  "discrimination commerciale", un "règlement de comptes" et la "destruction du monde de l'amusement public" à Paris.

La grande roue a aussi été arrêtée pendant une trentaine de minutes pendant cette cérémonie, "pour protester contre la suppression de 2.000 emplois de commerçants, d'artisans et d'artistes", a indiqué par communiqué M. Campion, qui  participait à l'inauguration en tant que membre du conseil d'administration des Champs Elysées.

Catégories: Actualités

Les livraisons veulent se faire plus discrètes en ville

France 24 - L'info en continu - jeu, 11/23/2017 - 08:00

Le remplacement total des camionnettes par des drones n'est pas pour demain mais de nombreuses solutions émergent pour rendre les livraisons en ville moins polluantes, moins bruyantes et moins encombrantes.

"On ne pourra pas se passer de la route, en revanche il y a beaucoup de capacités d'amélioration et d'innovation, (...) avec des énergies alternatives qui vont permettre (au véhicule) d'être moins polluant", explique à l'AFP Elisabeth Charrier, déléguée aux régions de la Fédération nationale des transports routiers (FNTR).

Les camions diesel ont du souci à se faire. La concurrence arrive, électrique pour les petits véhicules, GNV (gaz naturel pour véhicule) destiné aux poids lourds. En 2016, 376 camions au gaz circulaient en France, sur les 47.148 immatriculés, selon les chiffres publiés par le salon Solutrans, dédié au transport routier et urbain, qui se déroule jusqu'à samedi à Lyon.

Le transport fluvial peut lui aussi trouver sa place pour acheminer certaines marchandises.

En revanche, le drone qui entre par la fenêtre de l'appartement pour livrer un colis relève encore de la science-fiction: "on a du mal à saisir l'intérêt du drone dans une ville", souligne Elisabeth Charrier, le voyant plutôt "pertinent dans une zone rurale éloignée".

Pour Guillaume Thibault, associé au sein du cabinet Oliver Wyman, "toutes les villes ne seront pas concernées" à terme par l'essor des drones. "Certaines villes (...) vont prendre des risques et faciliter le développement - je pense à Dubaï par exemple - pour se positionner d'emblée comme un leader".

Il insiste également sur le fait que "qu'une ville nouvelle construite en large damier" peut être adaptée très rapidement, contrairement aux agglomérations comme Paris, Londres ou New York, "dont la carte urbaine n'est pas du tout favorable, parce que vous n'avez pas de place. A Dubaï par exemple, c'est très facile d'imaginer des corridors où voleraient des drones, parce qu'il y a suffisamment de place pour qu'en dessous, si le drone tombe, il tombe sur rien du tout".

- Enjeu pour les villes -

La logistique de proximité figure au menu des Assises de la mobilité, lancées par le gouvernement en septembre et qui aboutiront à la présentation, début 2018, d'un projet de loi.

"C'est un enjeu vraiment important pour la congestion des villes", avait souligné début septembre la ministre des Transports Elisabeth Borne, dans un entretien à l'AFP, estimant notamment que les technologies peuvent offrir des solutions, et citant "La Poste qui réfléchit à alimenter ses centres de tri par des drones".

La ministre avait également mis en avant la possibilité de "donner plus d'outils aux agglomérations (...) pour leur permettre d'avoir une politique de logistique urbaine efficace et durable".

Dans les allées de Solutrans, un drone terrestre de la startup TwinswHeel assiste les livreurs dans leurs tournées, tandis qu'un camion de Libner transporte un mini-véhicule électrique chargé de prendre le relais pour les livraisons en ville.

Les améliorations visent aussi l'organisation: la startup Evol offre un service de livraison urbaine par des véhicules propres via un centre de mutualisation à l'entrée de la ville, et Fretly met en relation transporteurs et chargeurs pour mieux remplir les camions.

Car au-delà des véhicules propres, la multiplication des commandes passées sur internet, accompagnées de l'impératif de livrer rapidement, nécessite des plateformes logistiques plus proches des centres-villes.

"La difficulté, c'est de trouver des endroits pour faire de la logistique urbaine", relève Elisabeth Charrier, soulignant par ailleurs que si ces plateformes se sont éloignées, "c'est aussi parce que les riverains n'en voulaient pas".

Une charte "Certibruit" promet des livraisons nocturnes "respectueuses des riverains". L'association regroupe une petite cinquantaine d'adhérents - dont Carrefour, McDonald's, la Poste, le marché de Rungis, France Nature Environnement, la mairie de Paris.

Catégories: Actualités

De l'invention de la poubelle au recyclage : voici l’histoire de nos déchets

L' Essentiel - SudOuest.fr - jeu, 11/23/2017 - 08:00

Aujourd'hui, recyclées, nos ordures valent de l'or. Mais au fait, d’où viennent nos poubelles ? Et qui a inventé le tri des déchets  ? On vous dit tout.
Les ordures ? Tout d’abord, pour votre gouverne, sachez qu'on ne dit plus "ordures", mais "déchets". Ensuite, si le sujet parfois nauséabond manque furieusement de... Lire la suite

Catégories: Actualités

Basket - Qualifs CM (H) - Mais qui sont ces joueurs qui vont défendre les chances de la France vendredi ?

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - jeu, 11/23/2017 - 08:00
Privée des joueurs NBA et d'Euroligue pour attaquer les...
Catégories: Sport

Foot - NZL - Le sélectionneur de la Nouvelle-Zélande Anthony Hudson démissionne

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - jeu, 11/23/2017 - 07:50
Anthony Hudson pourrait prendre la tête des Colorado Rapids en MLS....
Catégories: Sport

Passage à 50% de nucléaire : Édouard Philippe n'est pas un "fétichiste de la date"

L' Essentiel - SudOuest.fr - jeu, 11/23/2017 - 07:41

Le processus de réduction de la part du nucléaire dans l'électricité française à l'horizon 2030-2035 est un processus "redoutablement complexe", selon le Premier ministre.
Edouard Philippe a affirmé mercredi soir ne pas être un "fétichiste de la date" pour diminuer à 50% la part du nucléaire dans l'électricité française,... Lire la suite

Catégories: Actualités

Pages

S'abonner à JO CASANOVA MUSIC agrégateur