Agrégateur de flux

SnapChat perd 1,5 milliard de dollars en un tweet... quand son patron est plus riche que jamais

En pleine tourmente à cause de sa nouvelle version, SnapChat est bousculé en bourse à cause d’un tweet de Kylie Jenner tandis que son chef Evan Spiegel aurait vendu pour 637 millions de $ d’actions en 2017.

Catégories: High-Tech

Les jeunes meneurs de la lutte contre les armes à feu aux Etats-Unis

France 24 - L'info en continu - ven, 02/23/2018 - 08:40

Ils ont survécu à la tuerie de Parkland en Floride la semaine dernière. Depuis, ces lycéens à l'éloquence remarquée ont pris les rênes d'un mouvement déterminé à faire bouger les lignes sur le sujet très controversé des armes à feu aux Etats-Unis.

Voici les portraits de quelques-uns de ces jeunes rassemblés derrière le mot d'ordre #NeverAgain (Plus jamais):

- Cameron Kasky -

C'est ce lycéen de 17 ans, se décrivant lui-même comme "le pitre de la classe", qui a lancé le slogan #NeverAgain, deux jours après la tuerie dans laquelle ont péri 17 élèves et enseignants du lycée Marjory Stoneman Douglas.

"Je suis en sécurité (...) Merci à tous les défenseurs du deuxième amendement de m'avoir protégé", avait-il écrit sur Facebook après avoir réchappé au massacre, dans une allusion ironique au droit constitutionnel à porter des armes aux Etats-Unis.

Il s'est notamment fait remarquer lors d'un débat mercredi où il a défié en direct sur la chaîne CNN l'ancien candidat à la primaire républicaine et sénateur de Floride, Marco Rubio.

"Pouvez-vous me dire tout de suite que vous n'accepterez pas un seul don de la NRA à l'avenir ?", lui a-t-il demandé, en référence au puissant lobby des armes qui a versé des fonds à de très nombreux responsables politiques américains, dont M. Rubio.

- Emma Gonzalez -

Cheveux rasés et émotivité communicative, Emma Gonzalez a touché de nombreux Américains en scandant "Honte à vous" lors d'un rassemblement samedi contre les armes à feu en Floride.

Elle a écrit son discours dénonçant l'inaction de Donald Trump et d'autres responsables politiques, juste avant de prendre la parole.

La jeune femme de 18 ans, dont la famille est d'origine cubaine, a initié avec ses camarades le projet d'un grand rassemblement à Washington le 24 mars.

"A ce stade, soit vous êtes avec nous, soit vous êtes contre nous", a-t-elle lancé, alors que la "Marche pour nos vies" a déjà reçu au moins 2 millions de dollars de dons, venant notamment de stars comme les époux George et Amal Clooney, la présentatrice Oprah Winfrey ou encore le réalisateur Steven Spielberg et sa femme Kate Capshaw.

- David Hogg -

Pendant l'assaut du tireur armé d'un fusil semi-automatique AR-15, David Hogg, 17 ans, s'est caché dans un placard avec d'autres étudiants.

Là, muni de son smartphone, cet aspirant journaliste a défié sa peur pour recueillir des témoignages d'élèves. Sa vidéo a fait le tour d'internet.

Son camarade Cameron Kasky l'a ensuite sollicité pour mener le mouvement #NeverAgain mais David Hogg a rapidement fait l'objet de menaces en raison du métier de son père, agent retraité du FBI.

Des théories complotistes ont même fait de lui un "acteur de crise", payé pour diffuser des idées de gauche.

"Je ne suis pas un acteur de crise, je suis quelqu'un qui a dû assister à tout cela, et qui subit tout cela", a rétorqué le jeune homme.

- Delaney Tarr -

A 17 ans, Delaney Tarr fait partie des centaines d'étudiants qui ont interpelé cette semaine les élus locaux de Floride pour demander une législation plus stricte sur les armes à feu.

"Nous en avons assez des pensées et des prières", a-t-elle déclaré en référence aux habituelles condoléances adressées par les responsables politiques américains après les fusillades. "Nous allons venir chercher chacun d'entre vous pour vous demander d'agir", a-t-elle poursuivi.

Elle aussi avait trouvé refuge dans un placard avec d'autres élèves durant la fusillade.

Catégories: Actualités

Gfi Informatique va lancer une offre sur le belge coté Realdolmen

Le Boursier - ven, 02/23/2018 - 08:36
En marge de ses comptes annuels publiés ce matin, Gfi Informatique indique sa volonté de déposer d'ici quelques jours auprès de l'Autorité belge pour...
Catégories: Économie - Finances

La récolte du coton au Bénin: une ruée monopolistique vers l'or blanc

France 24 - L'info en continu - ven, 02/23/2018 - 08:35

Comme chaque année entre janvier et mars, Bohicon, ville tranquille dans le centre-sud du Bénin, assiste au bal incessant des 'titans', ces gigantesques camions de près de cinq mètres de haut, qui viennent décharger leurs dizaines de tonnes de balles de coton, dans son usine d'égrenage.

Les imposants véhicules, garés par douzaines, donnent une idée de la production record attendue cette année. Le Bénin, quatrième producteur africain de la fibre, devrait exporter plus de 530.000 tonnes de coton en 2018 (contre 451.000 tonnes en 2016-2017 et 324.000 tonnes pour 2015-2016).

En remontant vers le nord, les champs de coton semblent se dérouler à l'infini, les villageois cueillent à la main les fleurs qu'ils rassemblent en petits monticules au milieu des tiges sèches.

Le long de la grande nationale, qui mène au Niger, Yerima Fousseni surveille le chargement d'un titan, pendant que des gamins s'amusent à faire des roulés-boulés sur le gigantesque tas de coton pour tasser la fibre.

Le président de la coopérative des cotonculteurs du district de Wewe a la poignée franche et le sourire satisfait. Le village a récolté plus de 46 tonnes 'd'or blanc' cette saison. C'est trois fois plus que l'année dernière.

"Désormais nous sommes 32 producteurs dans le village, avant on n'était que dix", explique M. Fousseni. "Tout le monde a vu qu'il y a de l'argent à se faire +dedans+".

- Conflit d'intérêt -

Si l'embellie de la fibre est une excellente nouvelle pour M. Fousseni, elle l'est encore davantage pour les entreprises qui gèrent le secteur, du transporteur à la transformation en passant par son exportation: en somme, les sociétés de Patrice Talon, riche homme d'affaires qui a fait fortune dans le coton et est devenu président en 2016.

Le chef de l'Etat avait assuré, lors de son arrivée au pouvoir qu'il se désengagerait du secteur privé pour éviter tout conflit d'intérêt, mais personne ne sait à l'heure actuelle, quelles parts ont été vendues, ni même à qui.

"Avant, on appelait les syndicalistes de tous les secteurs pour décider des prix du transport, du prix des engrais, du prix d'achat au kilo... maintenant c'est 'lui' tout seul qui décide de tout", confie un chauffeur de "titan", sans oser prononcer de nom.

Patrice Talon, à peine arrivé au pouvoir, en avril 2016, a légué le monopole de gestion (jusqu'alors détenu en partie par l'Etat) à l'AIC, Association interprofessionnelle du Coton, qui organise le commerce de l'or blanc, de sa production à l'égrenage.

Il y a également nommé l'un de ses proches, Mathieu Adjovi à sa tête.

"La remise en cause de l'accord entre l'Etat et l'AIC était le point de départ du problème de conflit d'intérêt", estime Abel Gbetoenonmon, de Social Watch Benin, un organisme de surveillance de la société civile. "L'abus de position dominante est devenue une réalité. Avant, Patrice Talon contrôlait 80% de la filière, maintenant on frôle les 100%".

La Sodéco, société dont il est l'actionnaire majoritaire et à laquelle il a confié des postes de direction à sa fille et son oncle, vend notamment les intrants aux producteurs. La Sodéco et l'ICA, autre société de Patrice Talon, gèrent ou possèdent également la quasi-totalité des usines d'égrenage.

Atral, sa société de transport et de logistique s'occupe de la distribution de la matière première, les graines sont transformées dans des usines qui lui appartiennent également, sans compter les services portuaires d'exportation, où le chef d'Etat détient également des parts importantes.

Le Bénin a bien une loi sur la concurrence déloyale et monopolistique, mais le ministère du Commerce n'a pas mis en place la structure de surveillance économique chargée de la mettre en oeuvre.

- 'Politique dans les affaires' -

Sollicitées à plusieurs reprises, l'AIC et la présidence n'ont pas répondu aux questions de l'AFP.

Martin Rodriguez, de son côté est intarissable. Riche investisseur béninois, et principal concurrent de Talon dans le secteur de l'égrenage, il assure avoir "tout perdu" dans son pays.

Son usine à Nikki (nord-est), construite en 1997, n'a jamais fonctionné au plein de sa capacité, son propriétaire arguant que l'Etat refusait de lui fournir la matière première déjà sous le président Mathieu Kérékou (1996-2006).

Croulant sous les dettes, l'usine qui emploie environ 900 personnes, a été finalement saisie, puis revendue aux enchères pour 3 milliards de Francs CFA (4,5 millions d'euros) en novembre dernier, bien en dessous de sa valeur marchande, selon son propriétaire.

L'affaire est toujours en cours, M. Rodriguez ayant porté le dossier en appel, et c'est désormais... la Sodéco qui assure son fonctionnement.

"Talon a introduit la politique dans les affaires, et les affaires dans la politique", s'emporte le chef d'entreprise, qui vit désormais aux Etats-Unis.

Si beaucoup au Bénin se réjouissent de la vitalité du secteur, le monopole inquiète. "Ce n'est pas normal. Il pourrait avoir les mêmes succès de réussite en gardant les parts de l'Etat et en accueillant d'autres privés dans le circuit", confie un ancien acteur important, sous couvert d'anonymat.

"Avant quand il y avait des problèmes, les petits producteurs, ou chaque maillon de la chaîne, pouvaient se tourner vers l'Etat. Aujourd'hui, à qui peuvent-ils parler?", s'interroge-t-il. "Tout le monde est résigné".

Catégories: Actualités

JO-2018: à 15 ans, Zagitova offre de l'or à la Russie en patinage

France 24 - L'info en continu - ven, 02/23/2018 - 08:32

A 48 heures de la fin des JO-2018, la Russie, représentée par une délégation de sportifs sous drapeau olympique à Pyeongchang, tient sa première médaille d'or. Elle lui est offerte par Alina Zagitova en patinage artistique, sacrée à quinze ans seulement vendredi.

Sous les yeux de la Sud-Coréenne Kim Yu-na, la championne olympique 2010 et vice-championne olympique 2014 qui avait allumé la vasque olympique il y a presque quinze jours, la Russie signe même un doublé : derrière Zagitova (239,57 points), la double championne du monde en titre Evgenia Medvedeva termine à un peu plus d'un point (238,26). En tribunes, l'occasion tant attendue pour les drapeaux russes de pavoiser et pour les supporters des deux patineuses de donner de la voix.

Lors de la remise des médailles, c'est en revanche le drapeau aux cinq anneaux qui sera hissé sur le podium et l'hymne olympique qui retentira, les deux patineuses étant inscrites en tant qu'Athlètes olympiques de Russie (OAR) suite à la suspension de leur pays par le CIO pour dopage institutionnalisé.

La Canadienne Kaetlyn Osmond, vice-championne du monde en 2017, complète le podium (231,02).

Zagitova, qui fêtera son seizième anniversaire le 18 mai prochain, est devenue la deuxième plus jeune patineuse de l'histoire sacrée championne olympique, derrière l'Américaine Tara Lipinski, couronnée à 15 ans et 255 jours en 1998 à Nagano (Japon).

La championne du monde juniors en titre a surgi cet hiver en seniors et s'y est imposée en un claquement de doigts comme une implacable machine à sauter. Ses deux programmes patinés sur la glace olympique de Gangneung, la ville côtière qui accueille les sports de glace, n'ont pas dérogé à la règle.

- Don Quichotte contre Anna Karénine -

Mercredi, sur la musique du film "Black Swan", sa maîtrise technique, récompensée par 82,92 points, lui avait permis de déposséder Medvedeva du record du monde du programme court, qu'elle venait à peine d'améliorer (81,61, contre 81,06).

Vendredi, chignon strict et tutu rouge aux décors dorés, Zagitova a livré une nouvelle fois une exécution parfaite sur le thème de Don Quichotte et maximisé son score technique en regroupant l'ensemble de ses sauts dans la deuxième moitié de son programme, quitte à ce qu'il en résulte déséquilibré.

Medvedeva, qui patinait en dernier, a eu beau, malgré ses dix-huit ans, interpréter avec conviction Anna Karénine, elle n'a pu faire que jeu égal (156,65) avec sa toute jeune rivale et partenaire d'entraînement à Moscou, sous les ordres d'Eteri Tutberidze.

Ralentie par une fracture de fatigue au pied droit qui l'a privée de compétition pendant deux mois, de mi-novembre à mi-janvier, Medvedeva n'a réussi à arrêter la tornade Zagitova ni aux Championnats d'Europe mi-janvier à Moscou - où elle a connu sa première défaite depuis plus de deux ans - ni aux JO-2018. Elle aura une nouvelle chance dans un mois aux Championnats du monde à Milan (21-25 mars).

Zagitova, qui a accueilli son titre olympique sans grande émotion apparente, essaiera d'y conclure par un nouveau chapitre doré son premier hiver dans la cour des grandes en forme de conte de fées.

Catégories: Actualités

Landes : une femme grièvement brûlée dans l'incendie d'un camping-car

L' Essentiel - SudOuest.fr - ven, 02/23/2018 - 08:32

La victime de 39 ans, dont le pronostic vital est engagé, a été transportée à l'hôpital de Bordeaux. L'incendie s'est produit à Tilh dans la nuit de jeudi à vendredi.
Une femme de 39 ans a été grièvement brûlée dans l'incendie d'un camping-car, la nuit dernière, à Tilh, sur une aire de stationnement. Elle a été... Lire la suite

Catégories: Actualités

Matteo Renzi, l'homme politique que les Italiens adorent détester

France 24 - L'info en continu - ven, 02/23/2018 - 08:32

Matteo Renzi, ancien chef du gouvernement au tempérament bouillonnant, a réussi à se mettre presque tout le monde à dos dans son pays, après avoir été l'enfant chéri de la politique italienne il y a à peine quelques années.

"Matteo est devenu en quelques mois le leader politique le moins aimé d'Italie", écrivait fin janvier l'hebdomadaire L'Espresso, pourtant proche du Parti démocrate (PD, centre gauche) dont M. Renzi, 43 ans, est toujours le secrétaire-général.

Depuis, son parti ne cesse de baisser dans les sondages. Les derniers dont la publication était autorisée, la semaine dernière, le créditaient d'environ 22-23% des intention de vote, et la tendance était plutôt à la baisse.

Un score inférieur serait particulièrement cuisant pour celui qui avait fait rêver la gauche européenne en remportant 40% des voix lors des élections européennes en 2014.

"Je ne m'explique pas vraiment cette haine envers Matteo Renzi", confiait récemment à l'AFP Giovanni Orsina, professeur de sciences politiques à l'université Luiss de Rome.

Il y a certes la personnalité jugée souvent arrogante et un brin autoritaire de ce Toscan de naissance.

Il y a aussi ces promesses trahies, comme celle avancée en 2012 de faire de l'Italie "le pays où on trouve du travail parce qu'on connaît quelque chose et non parce qu'on connaît quelqu'un", avance L'Espresso. Or, il s'est surtout lui-même entouré de fidèles, souvent Toscans comme lui, un "cercle magique" aujourd'hui source d'une partie de ses déboires.

Ainsi Maria-Elena Boschi, qui a été son bras droit pour les réformes, est soupçonnée d'être intervenue en faveur de son père, ancien dirigeant de la banque Etruria en faillite. Mais le PD lui a quand même confié une circonscription gagnée d'avance.

- 'Renzusconi' -

Matteo Renzi a toujours nié tout favoritisme, affirmant avoir toujours choisi "les meilleurs".

Quant à ceux qui l'accusent d'avoir trop souvent agi seul, sans tenir compte par exemple des différentes sensibilités au sein de son propre parti, il rétorque avoir toujours fait preuve "d'esprit d'équipe".

Il n'a pu empêcher pourtant la fuite des "frondeurs" du PD, qui ont claqué la porte l'an dernier pour créer un nouveau mouvement à gauche, "Liberi e uguali" (libres et égaux).

S'il reste encore le chef du parti de centre gauche le plus important en Europe, sa longue descente aux enfers a commencé en décembre 2016, quand son rêve d'une Italie "plus efficace et plus simple" s'est brisé sur le rejet sans appel de sa réforme constitutionnelle lors d'un référendum.

Arrivé à la tête du PD fin 2013 alors qu'il n'était que maire de Florence, sans avoir jamais siégé au Parlement ou été ministre, il promettait de "mettre à la casse" les caciques de son parti, et quelques autres.

Ce diplômé en droit, fier de ses années de scoutisme catholique, a pour cela écarté des poids lourds comme l'ex-Premier ministre Massimo D'Alema, qui ne le lui a pas pardonné, ou l'ancien maire de Rome Walter Veltroni.

En février 2014, il a pris la tête du gouvernement, poussant sans ménagement vers la sortie Enrico Letta, ex-N.2 du PD, auquel il avait pourtant tweeté un désormais fameux "Enrico stai sereno" ("Enrico, sois tranquille") moins d'un mois plus tôt.

Ultra dynamique, ambitieux, "assoiffé de pouvoir", selon certains, Matteo Renzi a gardé des airs d'éternel adolescent, avec un accent toscan teinté d'un léger zozotement.

Grand utilisateur des réseaux sociaux, il est aussi infatigable, capable d'enchaîner les meetings du nord au sud de la péninsule, sans négliger les médias plus traditionnels où il est très présent.

Un temps allié avec Silvio Berlusconi sur la réforme des institutions, il pourrait le retrouver dans le cadre d'une grande coalition "à l'allemande", en cas d'absence de majorité claire à l'issue du scrutin du 4 mars.

Ses ennemis pourront alors continuer à l'appeler "Renzusconi".

Catégories: Actualités

Ligue Europa : Nice s'arrête là, Lyon et l'OM continuent

L' Essentiel - SudOuest.fr - ven, 02/23/2018 - 08:30

L'OGC Nice a perdu face au Lokomotiv Moscou (1-0) avant d'affronter Bordeaux dimanche. Lyon, vainqueur à Villarreal (1-0) et l'OM, malgré sa défaite à Braga (1-0), se qualifient pour les huitièmes de finale.
Après sa défaite surprise au match aller face au Lokomotiv Moscou (3-2), l'OGC Nice n'a pas réussi à inverser la... Lire la suite

Catégories: Actualités

Préouverture Paris : le CAC40 a gommé ses pertes 2018

Le Boursier - ven, 02/23/2018 - 08:30
L'indice parisien pourrait repasser dans le vert en 2018 à l'occasion de la dernière séance de la semaine...
Catégories: Économie - Finances

Enquête ouverte après des propos racistes concernant une Jeanne d'Arc métisse

Le Huffington Post - ven, 02/23/2018 - 08:27

RACISME - Mathilde Edey Gamassou -qui a des origines béninoises par son père et polonaises par sa mère- a été choisie parmi environ 250 candidates pour être la cinquantième incarnation de Jeanne d'Arc lors des fêtes johanniques célébrant chaque année au printemps la victoire en avril 1429 de la pucelle sur les Anglais qui assiégeaient Orléans. Une désignation qui a déclenché sur les réseaux sociaux un déferlement de commentaires haineux des tenants de la droite identitaire.

À tel point que le procureur de la République d'Orléans a ouvert une enquête préliminaire pour incitation et provocation à la haine raciale, relate France Bleu Orléans. Nicolas Bessone explique à la radio locale que son action cible deux comptes en particulier: un qui comparé la jeune femme à un babouin et l'autre qui a répondu avec une photo de bananes. Il dit avoir "saisi la sûreté départementale d'Orléans pour, dans un premier temps, identifier les auteurs de ces tweets qui relèvent clairement de l'application de la loi pénale."

Identifier puis,"engager des poursuites notamment quand on assimile cette jeune fille à un babouin, ce qui est tout à fait scandaleux", lance encore le procureur de la république.

Bravo à Mathilde, qui figurera #JeannedArc cette année à #Orléans! pic.twitter.com/RHm6UYxjDg

— Orléans Jeanne d'Arc (@orleans_jeanne) 19 février 2018

Jeudi 22, la secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre femmes et hommes, Marlène Schiappa, avait apporté "tout (son) soutien" à la lycéenne, affirmant que "Jeanne d'Arc n'appartient pas aux identitaires" et "l'histoire de France non plus". "La haine raciste de la fachosphère n'a pas sa place dans la République française", avait tweeté la secrétaire d'État.

Tout mon soutien à Mathilde Edey Gamassou. #JeanneDarc n'appartient pas aux identitaires. L'Histoire de France non plus.
Je vois dès demain matin la @DILCRAH : la haine raciste de la fachosphère n'a pas sa place dans la République française. https://t.co/TkHhx74zts

— MarleneSchiappa (@MarleneSchiappa) 21 février 2018

À voir également sur Le HuffPost:

Lire aussi :

Le Pen raconte comment il a vraiment perdu son œil

Marion Maréchal-Le Pen veut réunir "tous les courants de la droite"

"Petites fessées"... le divorce Front national-Patriotes tourne au grotesque

Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

Catégories: Actualités

Renault : peu de risque à moyen terme

Le Boursier - ven, 02/23/2018 - 08:27
Renault, retrouvez la dernière analyse technique disponible sur Boursier.com
Catégories: Économie - Finances

MRM : repli des résultats annuels, dividende maintenu à 0,11 euro

Le Boursier - ven, 02/23/2018 - 08:26
MRM dévoile ses résultats pour l'exercice clos le 31 décembre 2017...
Catégories: Économie - Finances

dernier effort...

Le Boursier - ven, 02/23/2018 - 08:25
Consultez cet article sur Boursier.com
Catégories: Économie - Finances

SES révise drastiquement sa politique de dividende

Le Boursier - ven, 02/23/2018 - 08:20
Le groupe doit financer sa mue : il pioche dans son rendement.
Catégories: Économie - Finances

Le "Moscou-Paris", ce phénomène météo qui jette un froid sur la France

L' Essentiel - SudOuest.fr - ven, 02/23/2018 - 08:18

Depuis jeudi, la France connaît un nouvel épisode météorologique de grand froid, que les spécialistes surnomment le "Moscou-Paris".
"Moscou-Paris". Il ne s'agit ni d'une ligne ferroviaire, ni d'un avion reliant Paris à la capitale russe, mais d'un phénomène météo qui depuis jeudi, fait frissonner toute l'Europe. Et ce... Lire la suite

Catégories: Actualités

ECA vise un chiffre d'affaires 2018 en légère progression

Le Boursier - ven, 02/23/2018 - 08:17
ECA Group affiche un chiffre d'affaires 2017 consolidé en ligne avec l'exercice 2016 à 112 millions d'euros...
Catégories: Économie - Finances

Groupe Gorge : vise de 285 à 295 ME de chiffre d'affaires en 2018

Le Boursier - ven, 02/23/2018 - 08:14
Au quatrième trimestre 2017, le chiffre d'affaires ajusté de Groupe Gorgé s'élève à 79,9 millions d'euros, en hausse de 6,4% par rapport au quatrième...
Catégories: Économie - Finances

Bordeaux : le "serial poinçonneur de pneus" encore arrêté

L' Essentiel - SudOuest.fr - ven, 02/23/2018 - 08:13

L’homme a été surpris dans la rue, en pleine nuit, avec un gros clou sur lui, mercredi.
À peine trois mois après son interpellation, celui qui a gagné le surnom de "serial poinçonneur de pneus" pour son goût immodéré à crever des pneus de voitures, depuis 2011, dans l’agglomération bordelaise, a une nouvelle fois été... Lire la suite

Catégories: Actualités

Pages

S'abonner à JO CASANOVA MUSIC agrégateur