Agrégateur de flux

Dernier hommage à Barbara Bush à Houston

France 24 - L'info en continu - sam, 04/21/2018 - 18:53

Plus d'un millier de personnes, dont quatre anciens présidents, ont assisté samedi à Houston (Texas) aux obsèques de Barbara Bush, ancienne Première dame des Etats-Unis décédée mardi à l'âge de 92 ans et qui fut le pilier d'une des plus grandes familles politiques du pays.

Elle laisse derrière elle son mari, George H. W. Bush, 93 ans et président de 1989 à 1993, cinq enfants dont George W. Bush président de 2001 à 2009, dix-sept petits-enfants et sept arrière-petits-enfants.

Les anciens couples présidentiels démocrates Barack et Michelle Obama et Bill et Hillary Clinton, assistaient à la cérémonie dans l'église Saint-Martin de Houston, au Texas, retransmise en direct par les grandes chaînes de télévision.

L'actuelle Première dame Melania Trump était aussi présente aux côtés des Obama pour représenter Donald Trump. Celui-ci a souhaité éviter des "perturbations" causées par les mesures de sécurité supplémentaires et par respect pour la famille Bush, selon la Maison Blanche.

Il a toutefois assuré samedi sur Twitter être "en pensées et en prières avec toute la famille Bush".

M. Trump a plusieurs fois critiqué les Bush, qui ne l'avaient pas soutenu alors qu'il était candidat à la présidentielle de 2016.

Souffrante depuis plusieurs années de la thyroïde, la santé de Barbara Bush s'était récemment détériorée. Elle s'est éteinte mardi dans la maison familiale de Houston.

L'ancienne Première dame incarnait la pudeur et l'élégance, par ses manières douces, ses cheveux blancs, son collier de perles et son style très guindé. Elle était également appréciée dans tous les camps politiques.

Barbara Bush avait créé une fondation portant son nom qui lutte contre l'analphabétisme.

Barbara Pierce est née en juin 1925 dans l'Etat de New York. Elle a rencontré George H. W. Bush à 16 ans avant de l'épouser en 1945 et s'installer au Texas, terre d'adoption de la famille Bush.

Son mariage de 73 ans est la plus longue union présidentielle de l'histoire américaine.

L'ancien président républicain et vice-président de Ronald Reagan est atteint de la maladie de Parkinson, ce qui le contraint depuis plusieurs années à se déplacer en fauteuil roulant.

Le convoi funéraire devait ensuite rallier College Station, à 140 km de Houston, où Barbara Bush sera enterrée sur le site de la Bibliothèque présidentielle de son époux.

Catégories: Actualités

Tennis - Fed Cup - Kristina Mladenovic domine Coco Vandeweghe, la France revient à 1-1 contre les Etats-Unis

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - sam, 04/21/2018 - 18:53
Kristina Mladenovic a battu Coco Vandeweghe (1-6, 6-3, 6-2) dans le...
Catégories: Sport

BM: un revirement de Washington ouvre la voie à une augmentation de capital

France 24 - L'info en continu - sam, 04/21/2018 - 18:51

Les pays membres de la Banque mondiale s'apprêtaient à approuver samedi une augmentation de capital de l'institution pour financer les pays les plus pauvres, grâce à un revirement des Etats-Unis qui s'étaient jusqu'à présent opposés à cette idée.

Le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin, dont le pays est le principal actionnaire de la Banque mondiale et dont le feu vert est nécessaire pour toute décision, a apporté samedi le soutien de son pays à l'augmentation de capital devant le Comité de développement de la Banque mondiale au dernier jour des réunions de printemps de l'institution et du Fonds monétaire international (FMI) à Washington.

Visiblement satisfait des concessions obtenues qui n'ont pas encore été dévoilées, il a salué cette augmentation, qui pourrait s'élever à 13 milliards de dollars selon la presse, assurant qu'elle "permettra d'orienter les prêts vers les clients les plus pauvres".

En octobre, lors de la réunion annuelle de la banque à Washington, le ministre des Finances américain avait pourtant écarté fermement cette augmentation, exigeant "un changement important dans l'attribution des financements afin de soutenir des pays qui ont le plus besoin de financer leur développement".

Steven Mnuchin s'était alors plaint que la banque ait encore des programmes avec la Chine, la deuxième économie mondiale, estimant qu'elle ne devait plus bénéficier du soutien financier de la Banque mondiale.

L'administration Trump s'était longuement opposée à cette augmentation. "Davantage de capital n'est pas la solution quand le capital existant n'est pas alloué de manière efficace", avait argué M. Mnuchin en octobre.

- Le multilatéralisme "fonctionne" encore

Le président de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, dont l'institution finance le développement, plaide depuis plus d'une année pour une augmentation de ses ressources, alors qu'elle est concurrencée par de nouveaux acteurs du développement.

Pour sa part, le vice-ministre des Finances chinois Guangyao Zhu s'est également félicité de cette augmentation. "Des fondements solides sont une garantie importante pour que la Banque mondiale (...) atteigne ses propres objectifs de développement", a-t-il expliqué devant le Comité de développement, qui doit approuver formellement l'augmentation dans l'après-midi.

"Cette augmentation de capital est une mesure fondamentale pour que la Banque mondiale devienne plus grande, mais aussi une décision concrète de soutien au multilatéralisme", a-t-il réagi, dans une allusion à peine voilée aux tensions commerciales actuelles entre Washington et Pékin.

Le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, a également salué cette décision: "Cela prouve que, au moins sur certains aspects, l'approche multilatérale fonctionne", a-t-il affirmé, en référence à l'unilatéralisme américain sur les sujets commerciaux.

Avec cette augmentation de capital, la France demande à la Banque mondiale "une plus grande implication dans les projets de lutte contre les changements climatiques" et un soutien aux pays les plus pauvres, notamment dans la région du Sahel.

Pendant l'année fiscale 2016-2017, qui s'est terminée en juin, les prêts de la Banque mondiale ont atteint 58,8 milliards de dollars. L'année précédente, ils s'étaient élevés à 61,3 milliards.

Catégories: Actualités

L'Arabie saoudite mise sur le secteur du divertissement et du cinéma en particulier

France 24 - L'info en continu - sam, 04/21/2018 - 18:51
La projection publique, cette semaine, d’un film en Arabie saoudite, est une première depuis trente-cinq ans. Elle annonce la volonté du nouveau Prince héritier de développer une industrie du divertissement très lucrative.
Catégories: Actualités

Un revirement de Washington ouvre la voie à une augmentation de capital de la Banque mondiale

ladepeche.fr - sam, 04/21/2018 - 18:51
Les pays membres de la Banque mondiale s'apprêtaient à approuver samedi une augmentation de capital de l'institution pour financer les pays les plus pauvres, grâce à un revirement des Etats-Unis qui s'étaient jusqu'à présent opposés à cette idée. Le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin, dont le pays est le principal actionnaire de la Banque mondiale et dont le feu vert est nécessaire pour toute décision, a apporté samedi le soutien...
Catégories: Actualités

Rugby - CE - R92 - Maxime Machenaud (Racing 92) : «Quelque chose de spécial»

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - sam, 04/21/2018 - 18:51
A Bordeaux lors de la demi-finale face au Munster, le Francilien...
Catégories: Sport

Hippisme - EpiqE Days - Bold Eagle roi d'Enghien, Bazire roi des drivers

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - sam, 04/21/2018 - 18:50
De retour à Enghien ce samedi, Bold Eagle a conservé son titre dans...
Catégories: Sport

Foot - L1 - L'OM se balade au Vélodrome face à Lille

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - sam, 04/21/2018 - 18:50
Grâce notamment à des doublés de Mitroglou et Thauvin en première...
Catégories: Sport

Rugby: le Leinster qualifié en force en finale de Coupe d'Europe

France 24 - L'info en continu - sam, 04/21/2018 - 18:49

Le Leinster s'est qualifié samedi pour la finale de la Coupe d'Europe, après une démonstration à Dublin face aux Scarlets (38-16), laissant une énorme impression de puissance et de solidité.

Forts de leur dizaine d'internationaux irlandais (dont Healy, Furlong, James Ryan, Leavy, Sexton, Ringrose, Kearney, etc.), les Dublinois étaient les grands favoris, à domicile un mois après le Grand Chelem irlandais: ils ont joué comme tels.

A l'Aviva Stadium, à quelques centaines de mètres de son habituel RDS Arena, le Leinster n'a pas fait dans le détail. Vagues après vagues, les Irlandais ont submergé les Gallois, pour conserver leur 100% de victoires cette saison dans la compétition et franchir le cap des demies, ce qu'ils n'avaient pas réussi à accomplir la saison passée, battus par Clermont à Lyon.

Privés de Jonathan Davies et Liam Williams, les Scarlets, champion en titre du Pro14, n'ont existé que sporadiquement pendant une demi-heure avant de couler.

Après seulement dix minutes, les Irlandais aplatissaient leur premier essai. Patchell, d'un énorme retour, empêchait McFadden de marquer après une superbe action en première main sur une touche du côté opposé. L'arrière gallois ne faisait toutefois que retarder l'échéance puisque James Ryan s'effondrait dans l'en-but sur le ruck suivant (9, 7-3).

Alternant entre jeu en puissance et accélérations des lignes arrières, le Leinster mettait ensuite la province de Llanelli au supplice.

Après plusieurs mêlées à cinq mètres, Healy finissait par franchir en force la ligne aux pieds des poteaux (26, 17-6).

Les Irlandais prenaient ensuite le large juste avant la mi-temps grâce à une superbe action conclue par une longue passe sautée de Ringrose pour McFadden (39, 24-9).

Avec autant d'avance, le Leinster fermait un peu plus le jeu en seconde période, s'offrant toutefois un essai, encore tout en puissance de Fardy (49, 31-9).

Et puis, Sexton a parachevé le travail de ses avants d'un petit crochet intérieur pour le cinquième essai irlandais, avant de s'offrir un 100% au pied sur la transformation (59, 38-9).

Que ce soit le Racing 92 ou le Munster, qui s'affrontent dimanche dans l'autre demi-finale, les adversaires en finale le 12 mai à Bilbao sont prévenus: pour avoir une chance d'exister, il faudra d'abord résister à la puissance du Leinster.

Catégories: Actualités

Barrage Pro D2 : suivez Grenoble - Biarritz commenté en direct

L' Essentiel - SudOuest.fr - sam, 04/21/2018 - 18:42

Match de barrage de Pro D2 entre Grenoble et le Biarritz Olympique. Coup d'envoi à 19h00
Lire la suite

Catégories: Actualités

Darmanin a été entendu par la police le 12 avril

Le Boursier - sam, 04/21/2018 - 18:42
PARIS (Reuters) - Le ministre français des Comptes publics, Gérald Darmanin, a été entendu le 12 avril dernier par les policiers enquêtant sur une plainte pour abus de faiblesse déposée contre lui au mois de février, a-t-on appris samedi de source judiciaire.
Catégories: Économie - Finances

Emmanuel Macron aux Etats-Unis: quelles personnalités font partie de la délégation officielle?

Le Huffington Post - sam, 04/21/2018 - 18:41
Emmanuel Macron aux Etats-Unis: quelles personnalités font partie de la délégation officielle?
Catégories: Actualités

Tennis - ATP - Monte-Carlo - Rafael Nadal : «Je suis resté solide»

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - sam, 04/21/2018 - 18:41
Vainqueur sans grand tourment mais sans briller non plus de Grigor...
Catégories: Sport

Des militants d'extrême droite bloquent un col des Alpes, lieu de passage de migrants

France 24 - L'info en continu - sam, 04/21/2018 - 18:40

Adeptes des actions spectaculaires, des militants de Génération Identitaire ont investi samedi un col des Hautes-Alpes emprunté par les migrants cherchant à passer d'Italie en France, suscitant l'indignation d'une partie de la gauche.

En matinée, une centaine de militants d'extrême-droite ont pris position au col de l'Echelle, culminant à 1.762 mètres à six kilomètres de la frontière italienne.

L'endroit est devenu un "point stratégique de passage des clandestins" depuis plusieurs mois. Génération Identitaire entend "veiller à ce qu'aucun (d'entre eux) ne puisse rentrer en France", a expliqué à l'AFP un porte-parole, Romain Espino.

Ce dernier dénonce "un manque de courage des pouvoirs publics" car "avec un petit peu de volonté, on peut contrôler l'immigration et les frontières".

Le groupe de militants, qui réclame "le blocage définitif" de ce col, compte majoritairement des Français, mais aussi des Italiens, Hongrois, Danois, Autrichiens, Anglais et Allemands.

Après avoir gravi en raquettes le col enneigé, ils ont matérialisé une "frontière symbolique" avec du grillage de chantier pour "notifier" aux migrants "que la frontière est fermée et qu'ils doivent rentrer chez eux".

Une banderole géante, déployée à flanc de montagne, relaie ce message en anglais. Et si certains migrants devaient passer outre, "nous appellerions la gendarmerie (...). La justice fera après son travail", a assuré Romain Espino.

Deux hélicoptères affrétés par GI survolaient le site samedi à la mi-journée. Des drones devaient suivre, ainsi qu'un avion biplace dimanche.

Pour M. Espino, il s'agit d'"expliquer aux migrants éventuels que ce qui n'est pas humain, c'est de faire croire à ces gens qui traversent la Méditerranée ou les Alpes enneigées que ces parcours ne présentent aucun risque. C'est faux".

"Ils ne vont pas trouver l'Eldorado, c'est immoral. Ceux qui en payent les frais, ce sont les Français", a-t-il ajouté.

- Les services de l'Etat "pleinement mobilisés" -

Cette opération a fait réagir sur les bancs de la gauche, dans l'hémicycle de l'Assemblée, en plein débat prolongé sur le projet de loi asile-immigration.

Le chef de file des Insoumis, Jean-Luc Mélenchon, a fustigé la "petite bande d'une centaine de personnes", des "amis de Madame Le Pen", qui "prétend régler le problème de la frontière" et "repousser dans la neige de pauvres gens qui s'y trouvent".

Ce à quoi, Gilbert Collard (FN) a vertement répliqué, accusant M. Mélenchon de "planer".

La ministre auprès du ministre de l'Intérieur, Jacqueline Gourault, a assuré que "les services de l'Etat (étaient) pleinement mobilisés pour assurer l'ordre public au col de l'Echelle". Sur place, aucune force de l'ordre n'était visible samedi après-midi.

Depuis un an, les Hautes-Alpes connaissent un afflux exponentiel de migrants, essentiellement d'Afrique de l'Ouest. Selon la préfecture, 315 personnes en situation irrégulière ont été refoulées vers l'Italie en 2016 et 1.900 en 2017.

Reconnaissant que la pression migratoire reste "forte" à la frontière franco-italienne, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, s'est inquiété vendredi soir à l'Assemblée de la poursuite de la coopération franco-italienne avec la montée des populismes en Europe.

"En 2017, 50.000 non-admissions ont été prononcées à cette frontière. Parce que cette pression reste forte, nous avons décidé de renouveler les contrôles aux frontières pour six mois", a-t-il dit.

Fondé en 2012, Génération identitaire (GI) avait affrété en juillet 2017 le navire C-Star dans le cadre de sa campagne "Defend Europe" en Méditerranée, pour dissuader les ONG de secourir les migrants en mer. Arrivée le 5 août au large de la Libye, l'opération avait pris fin le 17 août.

Le mouvement privilégie des actions au fort retentissement médiatique, comme la construction d'un mur devant un futur centre d'accueil pour demandeurs d'asile à Montpellier en septembre 2016 ou encore, à l'hiver 2013, des maraudes pour venir en aide aux sans-abris, destinées uniquement aux "Français de souche".

Le coût de l'opération "Alpes Defend Europe" est estimé au minimum à 30.000 euros par les organisateurs, financé "sur fonds propres des militants, avec des parrains et des donateurs".

Catégories: Actualités

Moto - MotoGP - USA - Andrea Iannone conserve le meilleur chrono devant Marc Marquez après les essais libres 3 à Austin

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - sam, 04/21/2018 - 18:39
Marc Marquez (Honda) a signé le meilleur chrono de la troisième...
Catégories: Sport

Basket - Coupe (F) - Victorieux de la Coupe de France, Bourges mérite un 10

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - sam, 04/21/2018 - 18:33
Comme l'an dernier, Bourges remporte à Paris la finale de la Coupe de...
Catégories: Sport

GP des Amériques: Iannone en tête, Zarco relancé aux essais 3 de MotoGP

France 24 - L'info en continu - sam, 04/21/2018 - 18:32

L'Italien Andrea Iannone (Suzuki), a signé le meilleur chrono à l'issue des trois premières séances d'essais libres, disputées vendredi et samedi à Austin (Texas), du Grand Prix des Amériques, catégorie MotoGP.

Marquez (Honda), sans rival sur le Circuit des Amériques depuis 2013 avec cinq victoires et cinq pole positions de suite, a été le plus rapide samedi mais a échoué à 9/1000e de seconde du temps de référence établi la veille par Iannone (2:04.599).

Les qualifications programmées à 14h10 locales (20h10 françaises, 18h10 GMT) pourraient, selon les prévisions météo, se disputer sous la pluie.

Les deux pilotes officiels Yamaha, l'Espagnol Maverick Vinales et l'Italien Valentino Rossi, ont conservé leurs 3e et 4e places acquises vendredi.

Le grand bénéficiaire de cette séance est le Français Johann Zarco: en difficultés la veille (13e), le pilote de l'écurie Yahama Tech3 a résolu ses problèmes mécaniques et bondi à la 5e place (2:05.025) avec le 2e chrono de la séance.

Le leader du Championnat du monde, le Britannique Cal Crutchlow (LCR Honda), a rétrogradé d'une position (6e), tandis que l'Espagnol Dani Pedrosa (Honda), opéré du poignet droit la semaine dernière, a arraché la 10e place, la dernière qualificative pour la Q2.

Classement combiné des trois premières séances d'essais libres, catégorie MotoGP:

1. Andrea Iannone (ITA/Suzuki) 2:04.599

2. Marc Marquez (ESP/Honda) à 0.009

3. Maverick Vinales (ESP/Yamaha) à 0.264

4. Valentino Rossi (ITA/Yamaha) à 0.359

5. Johann Zarco (FRA/Yamaha Tech3) à 0.426

6. Cal Crutchlow (GBR/LCR Honda) à 0.489

7. Alex Rins (ESP/Suzuki) à 0.853

8. Andrea Dovizioso (ITA/Ducati) à 0.871

9. Jorge Lorenzo (ESP/Ducati) à 0.888

10. Dani Pedrosa (ESP/Honda) à 0.905

...

NDLR: 24 pilotes classés. Record du circuit: 2:02.135 (Marc Marquez en 2015), record du tour en course: 2:03.575 (Marc Marquez en 2014).

Catégories: Actualités

Syrie: des experts finalement sur le site d'une attaque chimique présumée

France 24 - L'info en continu - sam, 04/21/2018 - 18:32

Des enquêteurs internationaux ont finalement pu se rendre samedi dans la ville syrienne de Douma et y prélever des échantillons, deux semaines après une attaque chimique présumée à l'origine de frappes militaires occidentales contre le régime syrien.

L'attaque présumée aux gaz toxiques, qui a fait au moins 40 morts à Douma le 7 avril selon des secouristes, est au coeur d'affrontements diplomatiques tendus entre grandes puissances, Washington et Moscou en tête.

Le régime syrien, qui a mené une campagne militaire meurtrière pour reprendre cette ville aux rebelles mais nie avoir eu recours à des armes chimiques, avait réclamé une enquête de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

Mais depuis leur arrivée il y a une semaine à Damas, les experts de cette organisation basée à La Haye n'avaient pas pu se rendre à Douma, ex-fief rebelle aux portes de la capitale.

Moscou, allié indéfectible du président syrien Bachar al-Assad, avait évoqué des questions de sécurité, même si à deux reprises des journalistes ont été escortés par le régime à Douma sans rencontrer de problème.

Les Occidentaux, Washington en tête, ont accusé la Russie et Bachar al-Assad d'entraver les investigations pour faire disparaître les preuves.

L'OIAC a finalement annoncé samedi que ses enquêteurs ont pu "prélever des échantillons" à Douma. L'organisation "va étudier les prochaines étapes, y compris une autre possible visite à Douma".

L'OIAC a pour mandat de déterminer un éventuel recours à des armes chimiques, mais non d'en identifier les auteurs.

Moscou avait dévoilé un peu plus tôt cette visite de terrain, disant attendre "l'enquête la plus impartiale possible", selon le ministère des Affaires étrangères.

- "Échantillons" -

Une semaine jour pour jour après le drame de Douma, les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni avaient bombardé des installations militaires du régime syrien servant, selon eux, à la production et au stockage d'armes chimiques.

Ces frappes contre le régime étaient d'une ampleur sans précédent depuis le début de la guerre en Syrie, en 2011.

Alors que les enquêteurs de l'OIAC étaient bloqués à Damas, les Etats-Unis ont estimé que les Russes pourraient avoir "altéré" le lieu de l'attaque présumée, tandis que la France a jugé "très probable" la disparition de "preuves" et autres "éléments essentiels".

Une équipe de sécurité de l'ONU menant une mission de reconnaissance à Douma, aujourd'hui sous contrôle du régime, avait essuyé des tirs mardi.

Deux semaines après la date de l'attaque présumée, la tâche qui attend les enquêteurs est ardue.

Ils tenteront de recueillir des "échantillons chimiques, environnementaux et biomédicaux", d'interroger des victimes, des témoins, des personnels médicaux et peuvent même participer à des autopsies, explique l'OIAC. Ils chercheront aussi des preuves montrant si le site a été altéré, selon des experts.

"Des échantillons d'autopsie, s'ils sont disponibles, peuvent fournir des preuves inestimables: des agents neurotoxiques peuvent être trouvés sur de nombreux organes", assure à l'AFP Alastair Hay, professeur de toxicologie environnementale à l'université de Leeds.

Les premières accusations faisaient état d'une utilisation de gaz de chlore, voire du sarin, un agent neurotoxique plus puissant.

Deux semaines après les faits, les experts chercheront notamment des "formes dégradées" de ces gaz. Si le chlore est difficile à détecter après un certain délai, les traces de sarin peuvent être retrouvées durant des semaines.

Les échantillons seront analysés dans des laboratoires spécialisés et les résultats pourraient tomber dans deux semaines, selon des experts.

- Réduit jihadiste -

Au lendemain de l'attaque chimique présumée de Douma, alors tenue par le groupe rebelle Jaich al-Islam, les insurgés avaient finalement accepté un accord d'évacuation.

Après les départs de milliers de combattants et de civils, transférés vers le nord syrien, le régime avait annoncé le 14 avril la reconquête totale de la Ghouta orientale, au terme d'une offensive qui a causé la mort de 1.700 civils.

Une nouvelle victoire fracassante pour le pouvoir de Bachar al-Assad, qui contrôle désormais plus de la moitié de la Syrie, sept ans après le début d'un conflit ayant fait plus de 350.000 morts.

La guerre qui a éclaté après la répression dans le sang par le pouvoir de manifestations pacifiques en faveur de réformes démocratiques s'est complexifiée au fils des ans impliquant des puissances étrangères mais aussi des groupes jihadistes.

Pour consolider son emprise sur Damas, centre névralgique de son pouvoir, le régime s'attaque aujourd'hui aux dernières poches jihadistes dans la périphérie sud de la capitale, où le groupe Etat islamique (EI) maintient une présence.

Samedi, le régime pilonnait les bastions de l'EI du quartier de Hajar al-Aswad et du camp palestinien de Yarmouk, selon les médias étatiques.

La reconquête de ces zones permettraient à Bachar al-Assad de contrôler l'ensemble de la capitale et de ses environs pour la première fois depuis 2012.

burx-tgg/sva/iw

Catégories: Actualités

Syrie: des experts finalement sur le site d'une attaque chimique présumée

ladepeche.fr - sam, 04/21/2018 - 18:32
Des enquêteurs internationaux ont finalement pu se rendre samedi dans la ville syrienne de Douma et y prélever des échantillons, deux semaines après une attaque chimique présumée à l'origine de frappes militaires occidentales contre le régime syrien. L'attaque présumée aux gaz toxiques, qui a fait au moins 40 morts à Douma le 7 avril selon des secouristes, est au coeur d'affrontements diplomatiques tendus entre grandes puissances, Washington...
Catégories: Actualités

Foot - NAT - National : Béziers sur le podium, Créteil relégué en D4

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - sam, 04/21/2018 - 18:31
Béziers a balayé Laval (5-1) et revient à hauteur de Grenoble, le...
Catégories: Sport

Pages

S'abonner à JO CASANOVA MUSIC agrégateur