Agrégateur de flux

Foot - Bleus - Equipe de France : Grégory Dupont nouveau préparateur physique

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - jeu, 01/18/2018 - 08:36
Grégory Dupont est le nouveau préparateur physique de l'équipe de...
Catégories: Sport

NDDL: Collomb veut que les routes d'accès soient libérées "d'ici la fin de la semaine prochaine" 

France 24 - L'info en continu - jeu, 01/18/2018 - 08:35

Les routes d'accès à Notre-Dame-des Landes seront libérées "d'ici la fin de la semaine prochaine", a déclaré le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, qui souhaite que cela se fasse "par la discussion et la négociation" plutôt que par la force.

"Nous souhaitons libérer les routes (...) Ça ne peut pas tarder, ce sera (fait) d'ici la fin de la semaine prochaine", a déclaré le ministre sur CNews.

Les occupants de la zone de Notre-Dame-des-Landes ont annoncé mercredi leur volonté de rouvrir les routes, après l'annonce par le Premier ministre Edouard Philippe de l'abandon du projet controversé d'aéroport, tout en exprimant également leur "refus de toute expulsion".

Si les opposants ne libéraient pas les routes, "nous le ferons, bien évidemment", a affirmé Gérard Collomb: "Mais nous préférons le faire par la discussion et la négociation plutôt qu'en envoyant un certain nombre d'engins qui le feront à leur place".

"Ce que nous voulons assurer dans un premier temps, c'est la circulation sur les routes, faire en sorte que ces lieux deviennent normaux et ensuite nous donnons deux mois, le temps de la trêve hivernale (pour que les occupants zadistes évacuent les lieux, ndlr). Nous positionnons un certain nombre de forces dans le temps de manière à pouvoir contrôler ces lieux sur deux mois, trois mois, quatre mois, le temps qu'il faudra pour pouvoir arriver à pacifier", a ajouté le ministre de l'Intérieur.

Interrogé sur le choix du gouvernement, M. Collomb a évoqué une question de coût, affirmant que "sur l'ensemble du projet, c'est environ 400 millions d'euros en moins par rapport à ce qu'on aurait dû engager si on avait fait (l'aéroport de) Notre-Dame-des-Landes".

Après des années de controverse, l'exécutif a annoncé mercredi l'abandon du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, malgré des décisions de justice et une consultation locale favorables, au profit d'un réaménagement de l'actuel aéroport de Nantes-Atlantique. Edouard Philippe a donné "jusqu'au printemps" aux "squatteurs" pour quitter la "zone de non droit" de Notre-Dame-des-Landes.

Catégories: Actualités

Les États-Unis veulent de développer de "mini-armes nucléaires"

Le Huffington Post - jeu, 01/18/2018 - 08:35

ÉTATS-UNIS - Le ministère américain de la Défense veut réexaminer son arsenal nucléaire et développer un nouveau type d'armes à la puissance limitée, qui fait craindre aux experts une relance de la prolifération et un risque plus élevé de conflit nucléaire.

Cette proposition apparaît dans une version préliminaire de la nouvelle "Nuclear Posture Review" (évaluation du dispositif nucléaire) que le Pentagone doit publier en février. Elle rompt avec la vision de l'ex-président Barack Obama qui, en 2009 à Prague, avait appelé à l'élimination de toutes les armes nucléaires.

Estimant que la situation mondiale est aujourd'hui beaucoup plus complexe qu'en 2010, date de la publication de son dernier examen du dispositif nucléaire, le Pentagone conclut que les Etats-Unis doivent aligner leur posture nucléaire sur "l'évaluation réaliste" des menaces auxquelles ils sont confrontés, émanant notamment de Corée du Nord, de Russie ou de Chine.

"Une option de rétorsion rapide pour pénétrer les défenses de l'ennemi"

"Les menaces se sont fortement aggravées" depuis 2010, souligne le ministre de la Défense Jim Mattis en préambule de ce projet de document, dont nos collègues américains du HuffPost ont été les premiers à publier une copie. "Les Etats-Unis sont confrontés à un environnement où la menace nucléaire est plus diverse et plus avancée que jamais".

Le Pentagone propose donc de développer de nouveaux types d'armes nucléaires à la puissance limitée, notamment des armes tactiques, parfois appelées "mini-armes nucléaires", qui ont un fort taux de pénétration et sont capables de détruire des bunkers ou des installations enterrées.

Il affirme que des armes nucléaires moins puissantes et plus nombreuses permettraient de contrer la "confiance mal placée" des ennemis des Etats-Unis dans l'idée que Washington n'utilisera jamais ses armes nucléaires conventionnelles, trop puissantes et destructrices.

Le ministère de la Défense et l'agence fédérale de sécurité nucléaire doivent développer à cet effet un missile balistique mer-sol, précise ce document. Cette arme assurera "une option de rétorsion rapide capable de pénétrer les défenses de l'ennemi", ajoute le texte dont la version finale est attendue le 2 février.

Un recul

Pour Barry Blechman, co-fondateur du Stimson Center, un centre de recherche de Washington spécialisé dans la lutte contre la prolifération nucléaire, ce document représente un recul par rapport aux efforts des administrations précédentes qui tentaient de réduire le risque de conflit nucléaire.

"Les idéologues pro-nucléaires affirment que pour une réelle dissuasion, les Etats-Unis doivent s'aligner sur l'arsenal de l'ennemi, à l'arme près, à la puissance près", a précisé Blechman à l'AFP. "Cette opinion n'a aucune base empirique mais elle est largement partagée par les civils nommés à des postes" gouvernementaux par le président Donald Trump.

A peine élu, Trump avait appelé en décembre 2016 à "renforcer et agrandir fortement" les capacités nucléaires du pays et il avait demandé une nouvelle politique nucléaire quelques jours à peine après son arrivée à la Maison Blanche début 2017.

La "Nuclear Posture Review" assure que le développement d'armes de faible puissance n'est pas destiné à faciliter l'usage d'armes nucléaires. "Il est important pour la préservation d'une dissuasion crédible contre une agression régionale d'élargir la flexibilité de nos options nucléaires maintenant, pour y ajouter des armes de faible puissance", est-il simplement indiqué.

Pourtant, le document modifie le seuil d'utilisation d'une bombe nucléaire, citant notamment une cyberattaque massive. Pour Barry Blechman, ce serait une violation de l'esprit du traité de non-prolifération de 1968, à l'heure où Washington tente de convaincre l'Iran et la Corée du Nord d'abandonner leur programme nucléaire. "Cela encouragerait ceux qui, dans de nombreux pays, affirment que l'arme nucléaire est essentielle à la sécurité", a-t-il ajouté.

Lire aussi :

Trump menace de retirer la licence de NBC et d'autres grandes chaînes

Fox News accusé d'avoir publié de fausses informations sur demande de Trump

Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

À voir également sur Le HuffPost:

Catégories: Actualités

Basket - NBA - Kawhi Leonard de nouveau sur la touche

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - jeu, 01/18/2018 - 08:35
Régulièrement arrêté pour un problème de quadriceps qui lui a déjà...
Catégories: Sport

Laolu Senbanjo, le peintre sur corps nigérian qui séduit Beyoncé et Nike

France 24 - L'info en continu - jeu, 01/18/2018 - 08:31
Laolu Senbanjo est né à Ilorin, dans l'ouest du Nigeria, et s'est établi à Brooklyn, New York. Son art puise dans l'imaginaire yoruba, pour revêtir des corps, des tissus, des tableaux, des chaussures. Beyoncé et Nike ont fait appel à lui.
Catégories: Actualités

Pérou: des indigènes donneront un arc au pape pour qu'il les aide

France 24 - L'info en continu - jeu, 01/18/2018 - 08:30

Un arc et une flèche: c'est le cadeau symbolique que remettra vendredi une communauté indigène péruvienne au pape François afin qu'il les défende et réclame pour eux les terres ancestrales dont ils ont été privés.

"Nous sommes un peuple dépouillé de ses terres originelles", clame César Jojaje Eriney, 43 ans, président de la tribu Ese Eja de Palma Real, alors qu'il ajuste sa couronne de plumes de perroquets sur la tête et qu'il enfile son collier traditionnel, fait de dents de jaguar et de cochon sauvage.

César voit la venue du pape "avec un regard d'espoir, afin que l'Etat péruvien nous rende nos terres" par son intermédiaire. "C'est l'unique fenêtre, l'unique opportunité".

Dans cette communauté de 230 habitants, accessible uniquement après deux heures de bateau à travers l'Amazonie depuis la ville de Puerto Maldonado (sud-est du pays), les enfants courent pieds nus au milieu des poules et, parmi les rares indices de modernité, quelques téléphones portables, des maillots de football et plusieurs motos.

Le souverain pontife sera vendredi à Puerto Maldonado, où il rencontrera 3.500 indigènes péruviens, brésiliens et boliviens.

Chez les Ese Eja, c'est le grand déménagement: 187 habitants se sont inscrits pour participer à la visite, dans cette ville où ils ne se rendent généralement qu'une fois par an.

- 'Un petit vieux gentil' -

L'Eglise s'est chargée d'organiser le transport de ces communautés pauvres, souvent dépourvues de bateaux.

Huit ont été affrétés pour Palma Real et les indigènes, venus en familles entières, s'y installent, chargés de bagages, de vivres et d'eau pour les trois jours que doit durer leur séjour. Armé d'un mégaphone, César bat le rappel.

Mais qui est le pape pour eux? "Ils savent que c'est le grand évêque de tous", explique Martin Ramirez, envoyé par Caritas pour superviser le transfert de cette communauté. Il confie toutefois qu'il a été nécessaire d'envoyer au préalable "un comité pour leur expliquer qui est le pape et pourquoi cette rencontre a lieu".

"Nous, nous l'appelons Papachi, le gentil papa, un petit vieux gentil", indique César. D'autres indigènes de la région le surnomment "Apaktone", le vieux papa.

Vendredi, il veut lui transmettre deux messages: "Merci de nous avoir sauvé la vie", car l'Eglise catholique avait protégé la communauté dans les années 1940 face à l'essor du caoutchouc, à cause duquel de nombreux indigènes ont été tués. "Nous étions 25.000-30.000, aujourd'hui à peine 600" en comptant les deux autres tribus Ese Eja de la région.

Mais "qu'il nous sauve la vie une fois de plus, parce que nous ne pouvons pas disparaître!", s'alarme César, dénonçant l'appropriation par l'Etat d'une partie de leurs terres.

- Menace de l'orpaillage -

Car si les Ese Eja vivent simplement, subsistant grâce à la culture de châtaignes, leurs territoires abritent des richesses qui font saliver les multinationales: de l'or, du gaz et du pétrole.

L'orpaillage est déjà un fléau dans la région, créant d'énormes cratères de boue dans la forêt et déversant du mercure dans l'eau, utilisé pour extraire l'or.

"Hier, ils nous ont tués en nous tirant dessus, aujourd'hui ils veulent nous exterminer en nous faisant mourir de faim", se lamente César, accusant le gouvernement d'attribuer des concessions à des grands groupes.

Outre de l'artisanat réalisé par des femmes Ese Eja, la communauté offrira donc au pape argentin, le premier de l'Histoire originaire d'Amérique latine, "un arc et une flèche pour qu'il puisse nous défendre".

Non loin de là, Jacinto Savera Chatawa, 70 ans et père de 12 enfants, n'est guère ému par cette visite, rappelant que l'évangélisation a surtout servi à imposer à son peuple des règles différentes aux siennes.

"On nous a civilisés, et l'indigène qui avait le droit à trois, quatre épouses, le curé a interdit ça", dit-il pendant qu'un petit singe noir se prélasse sur ses genoux.

"Notre dieu, c'est Edosikiana" et non celui des catholiques, ajoute Jacinto, qui n'ira pas voir le pape vendredi à Puerto Maldonado: "Ce serait un dieu du ciel qui viendrait, avec des ailes de deux mètres, peut-être", rigole-t-il avec sa famille. "Mais c'est juste un humain".

Catégories: Actualités

Le Pian-Médoc (33) : un ouvrier meurt écrasé par un bulldozer

L' Essentiel - SudOuest.fr - jeu, 01/18/2018 - 08:26

Les faits se sont produits ce mercredi aux établissements Decons. Le conducteur d’un bulldozer effectuait une manœuvre et n’a pas vu un de ses collègues qui se trouvait près de l’engin.
Un tragique accident du travail s’est produit, ce mercredi, vers 11 h 45, aux établissements Decons, au Pian-Médoc. Le conducteur... Lire la suite

Catégories: Actualités

Open d'Australie: Konta, 10e mondiale, éliminée par une "lucky loser"

France 24 - L'info en continu - jeu, 01/18/2018 - 08:22

La Britannique Johanna Konta, 10e mondiale, a été éliminée au deuxième tour de l'Open d'Australie par une "lucky loser", l'Américaine Bernarda Pera, en deux sets 6-4, 7-5, jeudi à Melbourne.

Pera, 23 ans, 123e mondiale, avait perdu en qualifications avant d'être repêchée à la suite d'un forfait.

Konta, joueuse d'origine australienne née à Sydney, s'était révélée à l'Open d'Australie en atteignant les demi-finales en 2016.

Catégories: Actualités

Tennis - Masters - Le Masters féminin aura lieu en Chine, à Shenzhen, pendant 10 ans

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - jeu, 01/18/2018 - 08:22
La WTA a annoncé jeudi que le Masters féminin aura lieu dans le sud...
Catégories: Sport

Abandon du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes : "Un sage atterrissage", selon la presse

France 24 - L'info en continu - jeu, 01/18/2018 - 08:21
Hormis la presse de droite qui souligne le recul du gouvernement, pour la grande majorité des quotidiens français, l'annonce, mercredi, de l'abandon du projet d'aéroport de Notre-Dame-de-Landes est une sage décision.
Catégories: Actualités

Du laiton à la musique, naissance d'un saxophone Selmer

France 24 - L'info en continu - jeu, 01/18/2018 - 08:20

De la feuille de laiton au saxophone étincelant, du vacarme de l'atelier à la musique des plus grands du jazz, il faut compter 35 heures de travail pour assembler 750 pièces chez le leader mondial du saxophone haut de gamme, Henri Selmer.

Créée en 1885, l'entreprise produit depuis 1920 à Mantes-la-Ville (Yvelines), à une cinquantaine de kilomètres de Paris. A un tournant de son histoire, elle est aujourd'hui en passe de céder trois quarts de son capital, jusqu'alors détenu uniquement par les descendants du fondateur, à un fonds d'investissement.

Le maison familiale accueille aujourd'hui les bureaux, entourée par les 20.000 m2 des ateliers.

Des musiciens comme Charlie Parker, John Coltrane ou Stan Getz ont joué du Selmer.

La feuille de laiton découpée et formée, les flammes crachées par le chalumeau pour la soudure font rougeoyer l'alliage, à 750°C.

"Une fois que le pavillon est soudé, on écrase la soudure", explique Jérôme Selmer, le directeur général et arrière petit-fils d'Henri Selmer. Soudure qui sur l'instrument fini est indécelable. Puis la pièce et rectifiée sur le mandrin, martelée à la main.

A 59 ans, Jérôme Selmer est dans sa 36e année dans l'entreprise familiale, qu'il a intégrée quasiment à la sortie de ses études, avant de gravir tous les échelons jusqu'à prendre les rênes de la société en avril 2017.

Lors de toutes les opérations de fabrication, l'instrument "souffre", raconte-t-il. "On le martyrise, on le brûle, on le chauffe, lui tape dessus", mais il n'est "pas rancunier". Une fois sa forme définitive obtenue, "il nous donne sa plus belle voix".

- "Objet vivant" -

Tout, jusqu'aux plus petites vis, est fabriqué sur place. Le polissage se fait à la main. "Il faut deux ans pour former un bon polisseur", un métier "dur", "debout". La même opération entièrement mécanisée "ne permet pas de garantir la qualité acoustique", explique le directeur général, soulignant que la "signature Selmer, c'est le son" d'un instrument "qui a une âme, qui a une sensibilité, un souffle qu'on ne trouve nulle part ailleurs".

Dans la pénombre, José Alves, 29 ans de maison, scrute un saxophone sur son établi. Grâce à une petite lampe glissée dans le tube, il vérifie l'étanchéité: "quand il n'y a pas de lumière qui passe, c'est qu'il n'y a pas d'air qui passe. Il "contrôle les réglages", "l'homogénéité des ressorts" en pianotant sur les touches.

"C'est un peu comme une voiture, avant que le client prenne la route, il faut faire des essais", résume-t-il en souriant. Une dizaine d'instruments passent chaque jour entre ses mains.

Un peu plus loin, une cascade de notes retentit. "Encore un tout petit peu... C'est bon !" Dans une petite pièce carrée presque aveugle, sous les instructions d'un musicien, on peaufine les réglages d'un saxophone encore en bonne partie recouvert d'un plastique bleu pour le protéger.

"On va faire exactement ce que fait le client" quand il essaie un instrument, explique Sebastian Saras, saxophoniste colombien de 27 ans, "chaque instrument a une voix, il faut choisir le sien".

Le "testeur" approuve chaque pièce qui passe entre ses mains d'un coup de tampon. Un geste qui engage sa responsabilité "en tant que saxophoniste" de dire que cet instrument "fonctionne" et qui assure une traçabilité en cas de problème.

Un saxophone, "ça bouge quoi qu'il se passe", "c'est un objet qui est un peu vivant", poursuit-il, en plaçant de petites cales en liège pour bloquer les clés et limiter le phénomène.

En fin de circuit, les instruments sont installés dans un coffret de polystyrène. Sur les 10.000 saxophones qui sortent des ateliers Henri Selmer chaque année, 85% sont exportés.

Catégories: Actualités

Dans la série "The Crossing", la crise des réfugiés devient futuriste

France 24 - L'info en continu - jeu, 01/18/2018 - 08:20

Des images de corps flottant près du rivage méditerranéen se sont multipliées ces dernières années sur les écrans de télévision du monde entier avec la crise des migrants. Les créateurs de "The Crossing" s'en sont inspirés pour cette série futuriste.

Sauf que les réfugiés ne fuient pas un pays ou un continent mais une guerre qui sévit plusieurs siècles dans le futur. C'est le concept de cette série de la chaîne américaine ABC, dont la première saison doit être diffusée à partir du 2 avril aux Etats-Unis.

Elle a été écrite et produite par le duo Dan Dworkin et Jay Beattie ("Esprits criminels", "Intrigue").

De mystérieux migrants apparaissent un jour, à l'époque actuelle, dans un village de pêcheurs de l'Etat de Washington (nord-ouest des Etats-Unis) où il demandent l'asile.

Les 47 survivants, sur les 500 ayant embarqué pour ce voyage, affirment avoir fui une guerre terrible faisant rage 250 ans plus tard. Mais les circonstances de leur arrivée menace de déclencher une guerre en 2018.

"C'est toujours une époque paisible, au regard du passé, et comparé à l'endroit d'où viennent ces gens, c'est encore un lieu plein d'espoir", a expliqué M. Dworkin, lors d'une récente rencontre avec la presse à Pasadena, en Californie.

"Ils arrivent ici, ça se complique et ils réalisent que ce n'est peut-être pas aussi empli d'espoir que ce qu'ils pensaient", a-t-il poursuivi.

L'acteur Steve Zahn ("Dallas Buyers Club", "La planète des singes - Suprématie") donne vie à Jude Miller, le shérif local au passé obscur qui fait équipe avec un agent fédéral et une réfugiée qui cherche sa fille.

"J'étais assis --je ne travaillais plus depuis un temps considérable-- en sous-vêtements depuis un an, lisant des scénarios. J'ai lu ce scénario et j'ai été époustouflé", a raconté l'acteur de 50 ans, aperçu récemment dans la série "Mad Dogs" d'Amazon.

- Prix Pulitzer -

L'idée de "The Crossing" est née en voyant la photographie --récompensée d'un prix Pulitzer-- de l'Irakien Laith Majid tandis qu'il débarquait sur l'île grecque de Kos avec sa femme et leurs quatre enfants en 2015.

Cette image est devenue l'un des symboles du calvaire vécu par les réfugiés dans la traversée de la Méditerranée. Plus de 117.000 personnes l'ont franchie en 2017 tandis que 3.000 y ont perdu la vie en tentant de rallier l'Europe.

"J'ai regardé ce type tenant ses enfants après cette traversée maritime et j'ai pensé +Boum, Jay, parlons des réfugiés, faisons quelque chose+", a expliqué M. Dworkin. "Donc nous avions le germe d'une idée."

"Et ensuite nous l'avons mariée à (notre) amour pour la science-fiction et pour les écrivains comme Richard Matheson, Harlan Ellison et Ray Bradbury. Ces gars ont tous écrit de la science-fiction très intéressante et plus précisément sur le voyage dans le temps."

S'ils ont puisé leur inspiration dans la réalité, les créateurs assurent que la série n'est pas une analyse de la façon dont l'Occident gère la crise des migrants.

"Il y a des similitudes. Ils arrivent ici et ils sont détenus comme quiconque cherchant asile le serait. Donc ça nous donne une occasion de commenter cela", a indiqué M. Beattie, soulignant que leur intention n'était néanmoins pas de livrer une "critique directe de ce qu'il se passe".

"La science-fiction nous donne de la distance pour raconter notre histoire", a-t-il confié.

La première saison compte dix épisodes, en plus du pilote.

Des critiques ont soulevé quelques inquiétudes au vu de la tendance d'ABC à mettre un terme prématurément à ce genre de séries à l'instar de "Resurrection" (2014), annulée après deux saisons, et "ADN, menace immédiate" (1998), après une seule.

Pour Dan Dworkin, la fin de la première saison va donner aux téléspectateurs "une grande quantité" de raisons d'en vouloir une seconde.

Catégories: Actualités

NBA: Ariza et Green sanctionnés après les incidents entre les Rockets et les Clippers

France 24 - L'info en continu - jeu, 01/18/2018 - 08:19

Deux joueurs des Houston Rockets, Trevor Ariza et Gerald Green, ont écopé mercredi d'une suspension de deux matches pour des incidents survenus à l'issue d'une rencontre entre leur équipe et les Clippers lundi.

"Trevor Ariza et Gerald Green ont été sanctionnés pour être entrés dans le vestiaire des Clippers après le match, pour s'en prendre à un joueur adverse", a expliqué la NBA dans un communiqué.

"L'enquête de la NBA réalisée à partir d'entretiens avec vingt joueurs, entraîneurs, dirigeants et responsables des deux équipes, ainsi que du personnel de la salle, a déterminé qu'Ariza et Green s'étaient rendus dans le vestiaire des Clippers juste après le match et avait eu des altercations avec plusieurs jours des Clippers", a-t-elle poursuivi.

Le match remporté par les Clippers 113 à 102 dans leur salle, a été émaillée de nombreux incidents et controverses, mettant aux prises notamment le joueur-vedette des Clippers Blake Griffin et Chris Paul.

Paul, ancien joueur des Clippers qui revenait pour la première fois à Los Angeles depuis son départ à Houston l'été dernier, a eu des mots avec Griffin qui a de son côté percuté, semble-t-il volontairement, l'entraîneur des Rockets Mike d'Antoni.

Ariza et Green ont, eux, eu des échanges très vifs avec Austin Powers, le meneur des Clippers qui, blessé, était en civil sur le banc de touches.

La NBA a par ailleurs précisé que les deux stars de Houston, Chris Paul et James Harden, se sont également rendus dans le vestiaire des Clippers, mais "pour tenter d'empêcher la situation de s'envenimer": "en conséquence, comme le stipule le réglement, ils ne sont pas sanctionnés".

La NBA a précisé qu'Ariza et Green purgeraient leurs deux matches de suspension jeudi contre Minnesota et samedi contre Golden State.

Houston, longtemps leader de la conférence Ouest, est 2e (30 v-12 d), tandis que les Clippers ont retrouvé un nouvel élan après une fin d'année 2017 décevante (9e, 22 v-21 d).

Catégories: Actualités

Foot - ITA - 21e j. - Les tops et les flops avant la 21e journée de Serie A

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - jeu, 01/18/2018 - 08:15
Focus en statistiques sur 6 joueurs avant la 21e journée du...
Catégories: Sport

Foot - Transferts - Transferts : Martin Terrier en route pour Lyon

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - jeu, 01/18/2018 - 08:14
Lille et l'OL ont trouvé mercredi soir un accord de principe pour le...
Catégories: Sport

PSG: les sifflets contre Neymar, "je trouve ça un peu ingrat de la part des supporters", a dit Meunier

France 24 - L'info en continu - jeu, 01/18/2018 - 08:13

Thomas Meunier a trouvé "un peu ingrat" les sifflets d'une partie des supporters parisiens à l'encontre de Neymar, qui a préféré mercredi s'offrir un quadruplé contre Dijon (8-0) plutôt que de laisser la possibilité à Edinson Cavani de devenir le meilleur buteur de l'histoire du Paris SG.

En transformant le penalty du 8-0 à la 83e minute, alors que des supporters réclamaient "Cavani, Cavani", Neymar a non seulement manqué une occasion de se montrer grand seigneur avec son coéquipier mais il provoqué les sifflets d'une partie du Parc des Princes.

"+Edi+, ce n'est pas n'importe qui. Il est là depuis quelques années. Il a toujours été très correct envers les clubs et les supporters. C'est quelqu'un d'efficace, qui exprime une aura, dégage une certaine sérénité. Maintenant le penalty sur le papier c'était +Ney+ qui devait le tirer. Voilà il a pris ses responsabilités", a déclaré le latéral belge Thomas Meunier, après le match de Ligue 1.

"S'il l'avait donné à +Edi+ cela aurait été un très beau geste +fair-play+ maintenant si c'est juste pour une question de record... Si ce n'est pas (mercredi), ce sera dimanche, point à la ligne. Il va le pulvériser le record. Je pense qu'il ne faut pas s'attarder sur ce genre de détails", a-t-il ajouté, en précisant "qu'il n'a aucune idée" si Neymar était au courant ou non de la possibilité de Cavani de battre le record de Zlatan Ibrahimovic.

Avec sa tête victorieuse (21e, 3-0), Cavani avait réussi à inscrire plus tôt son 156e but sous le maillot parisien pour devenir co-meilleur buteur de l'histoire du Paris SG, à égalité avec le géant suédois.

- 'Il a fait ce qu'il devait faire' -

Neymar, auteur d'une performance ébouriffante, a-t-il été vexé par ces sifflets ? "Peut-être rancunier sur le moment", a répondu Meunier. "La plupart des joueurs réagissent pareil : quand tu mets quatre buts, que tu mets deux passes décisives, et tout ce que tu apportes pour l'équipe, te faire siffler juste pour un penalty, je trouve ça un peu ingrat de la part des supporters. C'est vrai que cela aurait été un beau geste de Neymar maintenant c'est lui qui était cité pour le tirer. Il a fait ce qu'il devait faire en réalité".

"A chaque fois qu'il touche le ballon, il se passe quelque chose tout simplement. C'est pour ce genre de joueur que la plupart des supporters viennent au stade, plus même que pour le club je pense. Neymar c'est fantastique, c'est de la trempe de Ronaldinho, du Ronaldo de l'époque. Dès qu'il tient la balle, on se met sur pause et on attend de voir ce qu'il va faire", a encore salué le Belge.

Catégories: Actualités

NBA: "Ma saison la plus compliquée", a dit LeBron James

France 24 - L'info en continu - jeu, 01/18/2018 - 08:08

La superstar de Cleveland LeBron enchaîne les prestations de haute-volée, mais son équipe est distancée au classement de la conférence Est: "C'est ma saison la plus compliquée", a-t-il admis mercredi.

"C'est très compliqué", a confié "King James" après l'entraînement de mercredi matin, selon des propos rapportés par le site internet de la chaîne de télévision ESPN.

"Par le simple fait que nous avons eu beaucoup de joueurs qui étaient indisponibles et qui soivent retrouver leurs repères, c'est un année difficile pour cette équipe. J'ai l'impression de dire cela chaque année, mais cette fois, c'est la plus compliquée", a poursuivi le triple champion NBA.

"Je n'aime pas utiliser trop souvent le mot +pire+, on va donc dire que c'est une autre année compliquée", a-t-il insisté.

James dispute sa 15e saison en NBA. Si ses statistiques personnelles (27,3 points, 8 rebonds et 8,8 passes décisives par match) en font encore l'un des prétendants au titre de meilleur joueur de NBA (MVP), Cleveland vient d'enchaîner quatre défaites de suite et a perdu neuf de ses douze derniers matches.

Les Cavaliers sont 3e de la conférence Est (26 v, 17 d), mais ne semblent pas en mesure pour le moment d'inquiéter le leader Boston (34 v, 11 d) ou même Toronto (2e, 29 v, 13 d).

La franchise de l'Ohio n'a pas digéré le départ à l'intersaison de Kyrie Irving à Boston, tandis que son remplaçant au poste de meneur, Isaiah Thomas, a manqué les deux premiers mois et demi de la saison sur blessure à une hanche.

Derrick Rose a également été longtemps indisponible, tout comme Tristan Thompson.

Malgré cette première moitié de saison compliquée, "King James" qui a disputé les sept dernières finales NBA avec Miami et Cleveland, croit toujours au titre.

"Cela reste notre objectif, c'est ce pour quoi on s'entraîne et travaille tous les jours", a-t-il assuré.

Catégories: Actualités

Ondes gravitationnelles : Gaia pourrait les détecter avant eLisa

On attend beaucoup de l'astronomie des ondes gravitationnelles pour tester nos théories physiques et astrophysiques sur les trous noirs supermassifs. La mission eLisa est faite pour ça mais elle ne sera opérationnelle que dans les années 2030. Quelques résultats intéressants pourraient peut-être...
Catégories: Sciences

Transfert: Sanchez pourrait devenir le joueur le mieux payé d'Angleterre (médias)

France 24 - L'info en continu - jeu, 01/18/2018 - 08:04

Le joueur chilien d'Arsenal Alexis Sanchez aurait donné son accord sur un contrat portant sur son transfert à Manchester United, qui ferait de lui le joueur le mieux payé d'Angleterre, avec un salaire annuel de 14 millions de livres (15,9 M EUR), selon les médias anglais.

Selon le Daily Telegraph, ManU aurait offert au joueur de 29 ans un contrat de quatre ans et demi. Au salaire annuel de Sanchez s'ajouteraient une prime de transfert de 30 millions de livres (34 M EUR), une prime à la signature de 20 millions (22,7 M EUR), ainsi que 10 millions (11,3 M EUR) pour la commission d'agent, soit un total de 150 millions de livres (170,1 M EUR) à débourser pour s'attirer les faveurs du Chilien.

Manchester United n'a, pour le moment, pas commenté ces informations.

Lundi, l'entraineur du club mancunien, Jose Mourinho avait reconnu "avoir des chances" de réussir à faire signer Sanchez durant la fenêtre de transfert de janvier, alors que l'autre prétendant aux services de l'attaquant d'Arsenal, Manchester City, semble avoir finalement renoncé, en raison des coûts trop importants qu'impliquait un tel transfert.

Agé de 29 ans, l'attaquant chilien des Gunners est mécontent du manque de poids sportif du club londonien, où il évolue depuis 2014 après avoir joué à Barcelone, et il aimerait changer d'air d'ici l'expiration de son contrat en juin.

Catégories: Actualités

Open d'Australie (H) - Pas d'exploit pour Gaël Monfils, battu par Novak Djokovic au 2e tour de l'Open d'Australie

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - jeu, 01/18/2018 - 08:02
Pourtant vainqueur du premier set, Gaël Monfils a échoué à renverser...
Catégories: Sport

Pages

S'abonner à JO CASANOVA MUSIC agrégateur