Agrégateur de flux

Foot - ESP - Coupe - Zinédine Zidane (Real Madrid) : «C'est un tournant»

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - ven, 01/19/2018 - 08:06
Zinédine Zidane espère que la victoire du Real Madrid jeudi en Coupe...
Catégories: Sport

Isolation thermique : ces briques emplies d'aérogel battent un record

L'Aerobrick, mise au point par des chercheurs suisses, est une brique creuse fourrée avec un aérogel spécialement confectionné. Ses propriétés d'isolation seraient exceptionnelles selon ses inventeurs.
Catégories: Sciences

Open d’Australie : suivez en direct le match Tsonga-Kyrgios

Le Français Jo-Wilfried Tsonga défie l’espoir Australien sur ses terres au troisième tour du tournoi de tennis, à Melbourne.
Catégories: Actualités

L'abandon du projet Notre-Dame-des-Landes est "une erreur", pour Valls

LCP Assemblée nationale - ven, 01/19/2018 - 08:03

L'abandon du projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, en Loire-Atlantique, est "une erreur", a jugé vendredi l'ancien Premier ministre socialiste Manuel Valls, député apparenté LREM, tout en saluant "la méthode du Premier ministre, qui a été faite d'écoute, de concertation".

"Je pense que c'est une erreur en effet, c'est le mauvais choix, d'avoir abandonné ce projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes", a déclaré M. Valls sur RTL, estimant que "ce projet était indispensable pour la métropole de Nantes, pour la région Pays de la Loire, pour la Bretagne".

"Il faudra trouver des compensations, or elles vont être difficiles à trouver, à travers l'agrandissement, auquel je ne crois pas, de l'actuel aéroport de Nantes", a-t-il développé.

"Ensuite c'est une décision qui est contraire à un choix qui avait été celui des habitants en juin 2016", "il y a eu un choix qu'il aurait fallu respecter", a-t-il également souligné.

Selon l'ancien Premier ministre, cette décision peut en outre "légitimer des minorités violentes, radicales qui se sont opposées à ce projet". "Il y a des projets d'infrastructures en cours", a-t-il ajouté, citant le projet d'enfouissement des déchets nucléaires de Bure ou le projet du Lyon-Turin, "donc sans comparer les dossiers, il faut faire attention".

"Moi je ne veux pas douter de l'autorité de l'Etat telle qu'elle est incarnée par le président de la République ou le Premier ministre, mais en tout cas je mets en garde, attention, parce que cette décision peut légitimer d'autres formes de violence", a insisté Manuel Valls, citant également le dossier corse.

M. Valls a enfin estimé que "ça va coûter cher", "plusieurs centaines de millions d'euros", en raison notamment des compensations que pourraient demander l'opérateur Vinci et les élus locaux.

Revenant sur le précédent quinquennat, M. Valls a admis qu'Edouard Philippe "a beau jeu" de rappeler qu'il n'y avait pas eu de "prise de décision au cours du quinquennat précédent".

"Il y a eu deux moments qui à mon avis auraient dû être utilisés pour évacuer la Zad", a affirmé l'ex-Premier ministre. "En septembre 2012, je le souhaitais et j'avais engagé les gendarmes sur le terrain comme ministre de l'Intérieur (...) et à l'époque, le président de la République (François Hollande, ndlr) et le Premier ministre de l'époque Jean-Marc Ayrault, m'ont demandé d'arrêter cette opération", a-t-il détaillé. 

"Et puis il fallait réaliser l'évacuation à l'automne 2016, quand c'était possible, quelques semaines après la consultation qui avait vu une victoire nette du +oui+. Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur qui est un ami et que je respecte beaucoup, n'a pas voulu parce qu'il considérait qu'il y avait un danger", a poursuivi le député de l'Essonne. "Je pense que ça a été une erreur et qu'il aurait fallu le faire à ce moment-là pour faire vivre l'autorité de l'Etat".

Catégories: Actualités

Incidents entre forces de l'ordre et surveillants pénitentiaires devant la prison de Fleury-Mérogis (AFP)

France 24 - L'info en continu - ven, 01/19/2018 - 08:00

Des incidents ont éclaté vendredi matin entre forces de l'ordre et surveillants pénitentiaires devant la prison de Fleury-Mérogis (Essonne), au quatrième jour de la mobilisation nationale des gardiens pour de meilleures conditions de sécurité, a constaté une journaliste de l'AFP.

Alors que les gardiens bloquaient l'accès à la plus grande prison d'Europe, les gendarmes mobiles ont forcé le passage peu après 07H00 et tiré des gaz lacrymogènes pour évacuer les 150 manifestants. La veille, 123 détenus avaient refusé de regagner leurs cellules après la promenade de la mi-journée.

Catégories: Actualités

Tableau de Bord : les principaux indicateurs du jour

Le Boursier - ven, 01/19/2018 - 08:00
Consultez cet article sur Boursier.com

#Metoo : la journaliste Sandra Muller poursuivie en diffamation

France 24 - L'info en continu - ven, 01/19/2018 - 07:59
La journaliste Sandra Muller, qui a créé le mot-clé #Balancetonporc après le scandale Weinstein, est poursuivie en diffamation par l'homme qu'elle a accusé nommément sur Twitter, a-t-elle annoncé jeudi.
Catégories: Actualités

IBM: ventes trimestrielles meilleures que prévu mais lourde perte trimestrielle

France 24 - L'info en continu - ven, 01/19/2018 - 07:55

Le groupe informatique américain IBM a vu son chiffre d'affaires trimestriel, qui reculait depuis plusieurs années, repartir à la hausse fin 2017 mais le groupe a aussi subi une perte nette liée à la réforme fiscale.

Les chiffres ont été fort mal accueillis en Bourse, le titre reculant de 3,18% à 163,74 dollars vers 00H10 GMT dans les échanges électroniques suivant la clôture de Wall Street.

Le chiffre d'affaires du quatrième trimestre a augmenté de près de 4%, à 22,5 milliards de dollars, première hausse en 23 trimestres. Cette augmentation est en bonne partie due à un effet de change favorable puisque, à taux de change constant, la hausse n'est que de 1%. Elle est également supérieure aux attentes moyennes des analystes, qui anticipaient 22,05 milliards de dollars.

Le bénéfice ajusté par action, référence en Amérique du Nord et qui exclut les charges exceptionnelles, s'élève pour sa part à 5,18 dollars, soit un cent de plus que ce que prévoyaient les analystes.

Toutefois, IBM a accusé sur le trimestre une perte nette de 1,1 milliard de dollars, en raison d'une charge exceptionnelle de 5,5 milliards de dollars liée à la réforme fiscale votée par le Congrès américain juste avant Noël, qui vient modifier la comptabilité des entreprises américaines.

Sans cette charge, le bénéfice se serait inscrit à 4,8 milliards (+1%), précise IBM.

Le groupe insiste sur les performances de ses secteurs fondamentaux ("strategic imperatives"), qui regroupent les créneaux jugés plus porteurs sur lesquels se recentre IBM depuis plusieurs années, comme les services dématérialisés en ligne ("cloud"), l'analytique, le mobile et la sécurité.

Ces secteurs, dont les performances sont regardées de près par les investisseurs, ont vu leur chiffre d'affaires bondir de 17% à 11,1 milliards sur le dernier trimestre. Ils représentent désormais 46% des revenus totaux d'IBM.

"Cette croissance a été tirée par le +cloud+ et la sécurité", a précisé Martin Schroeter, en charge des marchés mondiaux d'IBM, lors d'une conférence téléphonique avec des analystes. Le seul "cloud" a bondi de 30% avec un chiffre d'affaires de 5,5 milliards au dernier trimestre.

Le recul des marges d'IBM a aussi semblé préoccuper les investisseurs, la marge opérationnelle ayant notamment baissé de 1,4 point à 49,5% au dernier trimestre (1,6 point à 47,4% sur l'année).

Sur toute l'année 2017, le chiffre d'affaires total est en repli de 1% à 79,1 milliards de dollars dont 36,5 milliards (+11%) pour les secteurs fondamentaux. Les seules activités de "cloud" ont avancé de 24% à 17 milliards de dollars.

Le bénéfice net annuel est en fort repli (-52%) à 5,8 milliards, en raison de la charge exceptionnelle liée aux impôts. Par action, le bénéfice ajusté (hors charges exceptionnelles) ressort à 13,80 dollars mais à 6,14 dollars si l'on tient compte de la charge fiscale.

Pour 2018, IBM "s'attend à une stabilisation de la croissance de son chiffre d'affaires et de ses marges". Le groupe anticipe un bénéfice ajusté par action autour de 13,80 dollars, comme en 2017, a précisé le directeur financier James Kavanaugh.

Le groupe table par ailleurs pour l'instant sur un taux d'imposition en hausse de plusieurs points en 2018 mais s'attend à ce que des avantages fiscaux viennent le réduire. Il est pour l'instant estimé à 16% (plus ou moins 2 points).

Catégories: Actualités

Avec Emirates, la voie est dégagée pour l'A380, annonce Brégier

Le Boursier - ven, 01/19/2018 - 07:54
PARIS (Reuters) - La commande d'Emirates pour l'A380 va permettre de maintenir le programme du superjumbo à un niveau de production suffisant, a annoncé vendredi Fabrice Brégier, directeur général délégué d'Airbus, sur RTL.

Rémy Cointreau pénalisé au troisème trimestre par des effets calendaires

Le Boursier - ven, 01/19/2018 - 07:54
PARIS (Reuters) - Rémy Cointreau a vu sa croissance pénalisée au troisième trimestre de son exercice 2017-2018 par le décalage du calendrier de ses livraisons de cognac en Chine pour les fêtes du nouvel an local.

Le témoignage de la championne olympique McKayla Maroney contre Larry Nassar: "J'ai cru mourir cette nuit-là"

Le Huffington Post - ven, 01/19/2018 - 07:54

VIOLENCES SEXUELLES - Son témoignage, écrit, a été lu par le procureur devant le tribunal de Lansing, dans le Michigan. La championne olympique McKayla Maroney a confié jeudi 18 janvier son éprouvante expérience vécue avec Larry Nassar, l'ancien médecin de l'équipe de gymnastique des États-Unis accusé d'agressions sexuelles sur plus de cent anciennes athlètes. La sentence du praticien, qui risque la perpétuité, pourrait être prononcée dès ce vendredi.

"J'ai cru mourir cette nuit-là", écrit McKayla Maroney. La sportive évoque un voyage à Tokyo quand elle avait 15 ans. Elle accuse Larry Nassar de lui avoir à l'époque donné un somnifère. Quand elle s'est réveillée, le médecin était en train d'abuser d'elle.

"Ce n'était pas un médecin. C'était un pédophile. Il m'a laissé des cicatrices mentales qui ne partiront jamais", a ajouté la jeune femme aujourd'hui âgée de 22 ans, connue pour sa moue "not impressed" ("pas impressionnée) lors des JO de Londres en 2012, qui affirme que le médecin l'a agressée pendant des années.

"Tu m'as manipulée"

La Fédération américaine de gymnastique (USA Gymnastics) n'était revenue que la veille sur sa décision, qui avait fait scandale, d'empêcher la jeune femme de s'exprimer publiquement sur ces abus sexuels. Elle invoquait l'accord d'indemnisation d'1,25 million de dollars signé avec la famille Maroney en décembre 2016, dans lequel l'ancienne gymnaste s'était engagée à ne pas s'exprimer sur l'affaire, sous peine de devoir payer une amende de 100.000 dollars.

Parmi les premières à avoir accusé publiquement le médecin, une autre championne olympique, Jamie Dantzscher, elle, s'est adressée directement au médecin dans la salle d'audience. "Tu m'as manipulée pour que je croie que tu étais gentil et que tu m'aidais pendant que tu m'agressais sexuellement, encore et encore et encore, pour ton seul plaisir sexuel tordu", a lancé la femme de 35 ans.

Larry Nassar, âgé de 54 ans, a plaidé coupable d'agressions sexuelles. Il avait déjà été condamné début décembre à 60 ans de réclusion pour détention de matériel pédopornographique dans un volet annexe de la procédure.

L'université d'État du Michigan pointée du doigt

L'émouvante litanie des victimes, souvent en larmes, résonne dans ce tribunal du Michigan (nord des États-Unis) depuis mardi. Assurant craindre pour sa santé mentale s'il était forcé d'écouter tous leurs témoignages, le médecin a demandé à la juge Rosemarie Aquilina d'être excusé. Cette dernière lui a répondu publiquement durant l'audience, d'un ton indigné: "Passer quatre ou cinq jours à les écouter n'est rien du tout par rapport aux heures de plaisir que vous avez pris à leurs dépens, en détruisant leur vie".

Parmi ses victimes figurent certains des plus grands noms de la gymnastique américaine contemporaine, dont les médaillées d'or par équipe Simone Biles, Aly Raisman, Gabby Douglas et McKayla Maroney.

Pendant que les témoignages s'enchaînaient au tribunal jeudi, le journal local The Detroit News a affirmé qu'au moins 14 responsables de l'université d'État du Michigan, qui employait Larry Nassar, avaient eu vent d'accusations d'agressions sexuelles dès 1997.

L'université a licencié Larry Nassar en septembre 2016, quand des accusations ont été rendues publiques. "Toute suggestion que l'université ait pu couvrir la conduite atroce de Nassar est tout simplement fausse", a réagi son porte-parole Jason Cody, dans un communiqué.

Jeudi également, USA Gymnastics a décidé de mettre fin à son partenariat avec le célèbre centre d'entraînement national, connu sous le nom de ranch Karolyi, où Larry Nassar a commis des agressions sexuelles.

Lire aussi :

Barack Obama pose avec Maroney, célèbre pour sa moue "not impressed"

Simone Biles révèle avoir été abusée sexuellement par Nassar

La moue de Maroney, premier mème des Jeux de Londres

Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

À voir également sur Le HuffPost:

Catégories: Actualités

UEFA: Ceferin annonce une "taxe de luxe" sur les clubs

France 24 - L'info en continu - ven, 01/19/2018 - 07:52

Le président de l'UEFA, le Slovène Aleksander Ceferin, qui a succédé à Michel Platini, estime vendredi dans la presse suisse que par le passé "l'UEFA n'avait pas de stratégie" et annonce, pour maintenir l'équilibre entre les clubs, la création d'une "taxe de luxe".

"Nous préparons un document stratégique très important pour le futur. Parce que, et cela va peut-être vous surprendre, l?UEFA n?avait, par le passé aucune stratégie concrète", explique M. Ceferin, dans un entretien diffusé dans La Tribune de Genève et dans 24 Heures.

Pour lui, le problème le plus important du football moderne est "l'équilibre concurrentiel entre les équipes".

"Il faut à tout prix maintenir la situation actuelle où chaque équipe peut entrer dans les compétitions. Le rêve doit rester vivant", explique le Slovène alors que l'UEFA a adopté une réforme de la Ligue des champions qui garantira à terme des places en C1 aux quatre premiers des quatre grands championnats, une réforme qui a suscité de nombreuses critiques de la part des championnats et clubs moins puissants.

Pour maintenir cet équilibre entre clubs, "nous imaginons une +taxe de luxe+", dévoile M. Ceferin. Son principe, "si un club dépense plus qu?il ne doit, il va payer une taxe sur la différence. Ce n?est pas un impôt pour le gouvernement, mais pour l?UEFA. Nous devons encore décider comment nous redistribuerons cet argent".

Certaines mesures s'appliqueront "peut-être dès la saison prochaine", ajoute le patron du foot européen.

M. Ceferin veut aussi limiter le nombre de contrats et de prêts de joueurs dans chaque club. "Les clubs les plus riches peuvent acheter tout le monde, ce qui affaiblit les autres équipes. Nous allons soit décider de limiter le nombre de prêts, soit les interdire. Et puis il y a l?aberration du nombre de joueurs sous contrat. Par exemple, un club italien en a 103 ! Là aussi nous pouvons fixer des limites", ajoute-t-il.

Catégories: Actualités

Au Libéria, l'immense espoir suscité par l'élection de George Weah

France 24 - L'info en continu - ven, 01/19/2018 - 07:52
L'élection à la présidence de l'ancien footballeur George Weah, qui doit prêter serment le 22 janvier, suscite un immense espoir.
Catégories: Actualités

Open d'Australie (H) - Kyle Edmund a dû s'employer pour passer en huitièmes de finale de l'Open d'Australie

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - ven, 01/19/2018 - 07:48
Mené deux sets à un, Kyle Edmund a réussi à renverser Nikoloz...
Catégories: Sport

Lutter contre la "grève des naissances" en Corée du Sud

France 24 - L'info en continu - ven, 01/19/2018 - 07:47

La Sud-Coréenne chargée de faire remonter le taux de fécondité le plus faible du monde est bien placée pour savoir que les dispendieuses campagnes natalistes ont échoué. Comme des millions d'autres femmes, elle a préféré ne pas avoir d'enfants face au conservatisme qui règne dans son pays.

La ministre de la Famille Chung Hyun-Back était professeure d'histoire à l'Université de Séoul avant de rejoindre le gouvernement. Elle explique avoir choisi le célibat pour pouvoir mener à bien sa carrière.

En Corée du Sud, l'éducation des enfants est toujours l'apanage quasi exclusif des femmes et la valeur travail est sur un piédestal: les prochaines générations de Sud-Coréennes pourraient être tentées de l'imiter, prévient Mme Chung, 64 ans.

"Il était extrêmement difficile, voire impossible, de conjuguer une carrière en étant mariée et en élevant des enfants", explique-t-elle à l'AFP, soulignant que de nombreuses enseignantes quinquagénaires ou sexagénaires sont sans enfant.

Le miracle économique sud-coréen s'est traduit par une explosion du PIB tandis que le taux de natalité prenait le chemin inverse: le taux de fécondité - nombre moyen d'enfants qu'une femme est susceptible de mettre au monde - était de 1,17 en 2016, le plus faible de la planète. La moyenne mondiale est de 2,4.

En 2017, ce taux devrait descendre à un nouveau record de 1,07 avec pour la première fois moins de 400.000 nouveaux-nés.

Ajouté au vieillissement rapide des 50 millions d'habitants, la population devrait commencer à décroître en 2050 et l'avenir du pays est en question.

Les experts mettent en cause les coûts du logement et de l'éducation des enfants, ainsi que les craintes de chômage.

"Pendant des années, nous avons ignoré le vrai coupable, la vaste disparité entre les sexes et la longueur inhumaine des journées de travail", estime cependant Mme Chung.

- 'Injustice' -

La Corée du Sud arrive au deuxième rang des pays de l'OCDE pour les journées de travail les plus longues. Cette société profondément patriarcale attend des femmes qu'elles assurent au premier chef l'éducation des enfants, qu'elles travaillent ou non.

De nombreuses entreprises préfèrent pousser dehors leurs employées enceintes plutôt que de financer des congés maternité. En Corée du Sud, on considère que celles qui reviennent travailler ont nui à leurs perspectives professionnelles.

"Dans de telles conditions d'injustice, les jeunes femmes choisissent généralement leur carrière, pas le mariage et les enfants", dit Mme Chung.

Le phénomène est connu en Corée du Sud comme la "grève des enfants".

"Si on ne s'attaque pas bille en tête à ces problèmes, l'avenir de la Corée du Sud restera trouble. Les jeunes générations resteront à l'écart du mariage, sans parler des enfants", poursuit la ministre.

Seules 68% des étudiantes sud-coréennes ont l'intention de se marier contre 80% des étudiants, selon une récente étude. Les candidates au célibat expliquent leur souhait par le double fardeau du travail et de la maison.

La Corée du Sud arrive régulièrement au bas du classement de l'OCDE en termes de disparités salariales et du nombre de femmes occupant des postes à responsabilité.

Mais c'est l'inverse pour l'éducation: les filles font mieux que les garçons aux examens, 75% d'entre elles entrant à l'université contre 67% des garçons.

- 'Egoïsme et ambition' -

Environ 70% des Sud-Coréennes âgées d'une vingtaine d'années travaillent, contre 60% des Sud-Coréens. Mais quand elles franchissent le cap des 30 ans, le taux d'emploi des femmes plonge à 55%, largement en dessous de celui des hommes (90%).

Elles sont nombreuses à se plaindre de leur sort.

"Mes patrons masculins se plaignent que leurs épouses qui travaillent soient trop égoïstes et ambitieuses si elles n'arrivent pas à aller chercher les enfants à la crèche à l'heure", dit une internaute. Mais "quand je pars du travail à l'heure pour aller chercher les enfants, ils disent que les femmes ne servent à rien, qu'elles sont égoïstes et qu'elles manquent d'ambition pour leur carrière".

Dans les foyers où les deux parents travaillent, les femmes consacrent une moyenne de trois heures par jour au ménage et aux enfants, contre 44 minutes pour les hommes.

Le mariage "n'est rien de moins qu'un cimetière pour toutes les femmes intelligentes et ambitieuses", regrette une autre internaute.

Le président Moon Jae-In a promis de réduire la durée du travail et "de lutter pour construire une société où les femmes pourraient toujours mener une vie fondée sur leurs propres valeurs lorsqu'elles se marient et ont des enfants".

Cinq des 19 membres du gouvernement Moon sont des femmes, un taux record de 28%, y compris Mme Chung et Kang Kyung-wha, la première ministre des Affaires étrangères de Corée du Sud.

Les autorités ont établi des quotas non contraignants de postes à responsabilités réservés aux femmes dans la fonction publique, et augmenté l'aide financière octroyée aux hommes en congé paternité. Les aides aux mères célibataires, qui sont ostracisées depuis longtemps, ont aussi été renforcées.

Le gouvernement espère qu'en modifiant ainsi "l'atmosphère sociale générale" dans la fonction publique, le secteur privé sera encouragé à l'imiter.

Mais, concède Mme Chung, les pouvoirs publics ne "peuvent pas tout" quand il s'agit de changer les mentalités. "L'avenir de notre pays pourrait dépendre de notre capacité à briser ces usages sociaux."

Catégories: Actualités

Open d'Australie (H) - Pablo Carreno Busta a éliminé Gilles Muller et se qualifie pour la première fois de sa carrière en 8es

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - ven, 01/19/2018 - 07:47
Pablo Carreno Busta a eu besoin de plus de trois heures pour battre...
Catégories: Sport

ProA: moment crucial pour l'Asvel et son nouvel entraîneur T.J. Parker

France 24 - L'info en continu - ven, 01/19/2018 - 07:46

Quatre billets pour la Leaders Cup cherchent encore preneurs et cinq clubs y prétendent dont Villeurbanne qui tentera d'éviter une énorme désillusion, lors d'une journée décisive de ProA qui débute vendredi.

Avant les derniers matches de la phase aller, le club rhodanien n'est pas assuré d'être du voyage à Disneyland Paris (16-18 février) et vit une période critique.

L'entraîneur franco-canadien J.D. Jackson, qui l'avait conduit vers le sacre en 2016, a été limogé récemment par le président Tony Parker qui a propulsé son frère T.J aux commandes. Son baptême sur le banc s'est bien passé mercredi à l'Astroballe en Eurocoupe contre Limoges (92-78).

"On attendait une réaction de la part des joueurs et elle est arrivée (...) Mais la réaction la plus importante sera celle de samedi en Pro A", a prévenu l'ancien coach assistant avant la réception de la lanterne rouge Hyères-Toulon.

Humilié samedi dernier à Chalon-sur-Saône (52-84), passé de la dernière à l'avant-dernière place qualificative, l'Asvel n'a pas le droit à l'erreur au risque de voir un billet pour la compétition de mi-saison - réunissant les huit équipes les mieux classées - lui filer entre les doigts.

Car Cholet (9e) et Gravelines (8e), qui se déplacent respectivement à Boulazac (17e) et Limoges (3e), peuvent lui griller la politesse.

Nanterre (5e) et le promu Bourg-en-Bresse (6e) ont quant à eux un pied et demi en Leaders Cup, surtout le club bressan qui possède le meilleur point-average général (+48) des cinq prétendants.

Il faudrait vraiment un énorme concours de circonstances pour que la JL Bourg n'accompagne pas le quatuor de tête -Monaco, Le Mans, Limoges et Strasbourg, déjà qualifiés - au royaume de Mickey.

Les hommes de Savo Vucevic ont l'occasion de terminer le travail avec brio vendredi à Châlons-Reims, un mal-classé. L'équipe nanterrienne recevra elle dimanche le leader monégasque qui vise un 8e succès consécutif en Championnat, le 14e toutes compétitions confondues.

Le programme:

Vendredi

(20h00) Châlons-Reims - Bourg-en-Bresse

(20h30) Antibes - Levallois

Samedi

(18h30) Limoges - Gravelines

Boulazac - Cholet

Le Portel - Chalon-sur-Saône

Villeurbanne - Hyères-Toulon

Strasbourg - Pau-Orthez

Dimanche

(18h30) Nanterre - Monaco

Lundi

(20h45) Dijon - Le Mans

Catégories: Actualités

Coup de frein sur la croissance de Rémy Cointreau, comme prévu

Le Boursier - ven, 01/19/2018 - 07:46
Le groupe paie une conjonction de facteurs négatifs sur le trimestre qui vient de s'achever. L'objectif annuel est confirmé...

Le PDG de JPMorgan, va toucher 29,5 millions de dollars pour 2017

France 24 - L'info en continu - ven, 01/19/2018 - 07:45

Jamie Dimon, le PDG de la banque américaine JPMorgan Chase, va toucher 29,5 millions de dollars pour l'année 2017, en hausse de 5,4%, a indiqué l'établissement jeudi dans un document boursier.

Cette rémunération se décompose en un salaire de base de 1,5 million de dollars auquel s'ajoutent 28 millions de dollars de bonus et stock-options basés sur la performance de l'établissement.

C'est la deuxième plus grosse rémunération de M. Dimon, un des banquiers les plus puissants de Wall Street, depuis qu'il a pris les commandes de JPMorgan en 2005.

En 2007, il avait perçu 30 millions de dollars, son record, un an juste avant que ne se propage la crise financière.

JPMorgan, première banque américaine en termes d'actifs, a enregistré en 2017 un bénéfice net de 24,4 milliards de dollars et a reversé 22,3 milliards de dollars à ses actionnaires sous la forme de dividendes et de rachats d'actions. L'action a gagné 22% sur l'ensemble de l'année.

Les autres hauts dirigeants de la banque ont également été gâtés.

Marianne Lake, la directrice financière, a vu sa rémunération passer de 12,5 millions de dollars en 2016 à 13,5 millions. Le patron de la banque d'investissement Daniel Pinto va lui toucher 21 millions de dollars contre 19 millions il y a un an, en dépit d'une performance en demi-teinte du courtage.

La patronne de l'activité de gestion d'actifs Mary Callahan Erdoes va percevoir 19,5 millions de dollars contre 19 millions en 2016, et le patron de la banque de détail, Gordon Smith, 20 millions, contre 19 millions un an plus tôt.

Catégories: Actualités

Rugby: Bordeaux-Bègles a besoin d'une victoire, Paris et Brive d'un coup de pouce en Challenge européen

France 24 - L'info en continu - ven, 01/19/2018 - 07:45

Bordeaux-Bègles sera qualifié en quarts de finale du Challenge européen en cas de victoire vendredi sur le terrain des Dragons, condition également nécessaire pour le Stade Français, tenant du titre, et Brive, qui doivent cependant également compter sur des résultats favorables dans les autres poules.

Deux billets, de meilleurs deuxièmes, restent à attribuer lors de cette 6e et dernière journée de la phase de poules. Il y aura donc au moins un malheureux entre les trois clubs français qui visent encore les quarts de finale -- Pau, déjà qualifié, recevra en cas de succès à Gloucester dans la poule 3.

Le mieux placé sur le papier est Bordeaux-Bègles (poule 1, 16 pts), qui sera assuré de voir le printemps européen en cas de succès sur la pelouse des Gallois (11 pts).

Une défaite pourrait cependant permettre à l'UBB de passer, avec davantage de chances si elle est assortie d'un point de bonus.

Le Stade Français (poule 4, 13 pts) sera lui quasiment assuré de pouvoir défendre son titre en cas de victoire assortie du bonus contre Edimbourg. Il ne le pourrait pas si à la fois Bordeaux-Bègles et Worcester (15 pts, poule 5), sur le terrain de Brive (12 pts), l'emportaient.

En cas de victoire "simple", à quatre points, les Parisiens seraient aussi sous la menace des Corréziens.

Ces derniers, qui comptent la moins bonne différence générale des trois clubs français (-27 contre -22 pour le Stade Français et +28 pour Bordeaux-Bègles), ont eux a priori besoin d'une victoire assortie du bonus offensif pour espérer voir les quarts. Tout en comptant sur un faux pas de Paris ou Bordeaux-Bègles.

Outre les représentants tricolores, les Dragons et Worcester, Sale (poule 2) et les London Irish (poule 4) peuvent encore accrocher les deux derniers billets. Mais avec 11 points chacun, il leur faut un improbable concours de circonstances.

Le programme des clubs français

Vendredi

Poule 3 (20h45) Gloucester (ENG) - Pau

Samedi

Poule 5 (15h30) Connacht (IRL) - Oyonnax

Brive - Worcester

Poule 1 (16h00) Dragons (WAL) - Bordeaux-Bègles

Poule 3 (15h00) Zebre (ITA) - Agen

Poule 2 (18h00) Toulouse - Sale (ENG)

Lyon - Cardiff (WAL)

Poule 4 (21h00) Stade Français - Edimbourg

Catégories: Actualités

Pages

S'abonner à JO CASANOVA MUSIC agrégateur