Agrégateur de flux

Soldes d'hiver 2018 : les meilleures offres high-tech dénichées par 01net.com

Toute l'équipe de 01net.com est mobilisée pour faire le tri parmi les centaines d'offres high-tech des soldes d'hiver 2018. L'objectif : vous faire gagner du temps et vous éviter les fausses bonnes affaires.

Catégories: High-Tech

Delphine Batho, cinquième candidate pour la tête du Parti socialiste

Le Huffington Post - lun, 01/15/2018 - 06:03

POLITIQUE - Et de cinq. L'ex-ministre socialiste de l'Écologie Delphine Batho a annoncé sa candidature lundi 15 janvier au poste de premier secrétaire du Parti socialiste, un parti devenu "une petite mafia politique" dont elle espère "changer le système", comme elle le dit dans un entretien accordé au Parisien.

"Je ne peux pas laisser faire! Je suis candidate pour l'espérance et changer le système", lance Delphine Batho. "Je conteste de A à Z les modalités d'organisation de ce congrès de confiscation, dans ce qui n'est plus un parti mais une petite mafia politique avec ses parrains, ses lieutenants, ses exécutants", poursuit-elle.

"En dehors de tout courant"

La députée Nouvelle Gauche des Deux-Sèvres affirme être "une candidate libre" qui se présente "sans les parrains, sans les barrons, sans les fausses cartes, en dehors de tout courant". "Que les choses soient claires, j'irai jusqu'au bout. Les liquidateurs de l'espérance, le verrouillage de l'appareil, ça suffit!", assure-t-elle.

Elle "lance un appel à la mobilisation, à tous ceux qui refusent ce système: venez-vous battre, forcez les portes." Concernant les candidats annoncés, ce sont "ceux de la reconduction du même système" déplore l'ex-ministre avant de préciser: "En aucun cas je n'aurais été candidate contre Najat Vallaud-Belkacen". Cette dernière a annoncé le 3 janvier qu'elle ne briguerait pas la tête du parti lors de son congrès en avril.

Quatre candidats déclarés... en en attendant d'autres?

"Ma candidature vient de loin, des combats pour l'éducation, l'anti-racisme, l'écologie. Je ne suis pas candidate pour changer les individus, mais les règles du système", affirme Delphine Batho pour qui: "Il faut évidemment partir à la reconquête des catégories populaires, des territoires ruraux, de la jeunesse, sans laquelle il n'y a pas d'élan possible pour la gauche."

Quatre candidats se sont déclarés pour la présidence du PS: l'ancien ministre Stéphane Le Foll, le patron des députés PS Olivier Faure, le député du Val-de-Marne Luc Carvounas et le député européen Emmanuel Maurel. Julien Dray a indiqué dimanche "penser sérieusement" à se présenter.

Lire aussi :

L'aile gauche du PS a son candidat pour prendre la tête du parti

Olivier Faure également candidat à la présidence du PS

BLOG - Ces 3 impératifs qui décideront du sursis ou du sursaut du PS

Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

À voir également sur Le HuffPost:

Catégories: Actualités

Open d'Australie: Venus Williams première éliminée de marque

France 24 - L'info en continu - lun, 01/15/2018 - 06:00

L'Américaine Venus Williams, finaliste sortante, a été la première éliminée de marque lundi à l'Open d'Australie, où la jeune Suissesse Belinda Bencic, 20 ans, l'a dominée en deux sets 6-3, 7-5.

Venus, 37 ans, était la seule à représenter sa famille à Melbourne en l'absence de sa cadette Serena, qui a différé son retour à la compétition après avoir donné naissance à une fille. L'an passé, Serena avait battu Venus en finale (et Bencic au premier tour !). C'est la première fois depuis 20 ans que la famille Williams est absente du deuxième tour en Australie.

Venus Williams, 5e mondiale, avait fait une mauvaise affaire en tombant sur Bencic dès le premier tour. La Suissesse n'est que la 78e joueuse mondiale, mais elle est aussi l'un des grands espoirs du circuit, entrée dans le top 10 (N.7) dès l'âge de 18 ans, avant de connaître un gros passage à vide l'an passé. Elle était donc susceptible de rebondir à tout moment.

"Quand j'étais petite et que je regardais la télé, je n'imaginais pas qu'un jour je jouerai contre elle", a expliqué la gagnante au public de la Rod Laver Arena.

Bencic en était à son cinquième match contre la septuple championne en Grand Chelem, mais elle ne lui avait encore jamais pris un set.

Elle avait préparé sa saison en remportant la Hopman Cup, une épreuve mixte, aux côtés de son compatriote Roger Federer.

Au prochain tour, la Suissesse affrontera la Suédoise Johanna Larsson ou la Thaïlandaise Luksika Kumkhum.

Les premiers coups de raquette n'ont pas été favorables aux Etats-Unis. La championne de l'US Open, Sloane Stephens, a également quitté le tournoi d'entrée, victime de la Chinoise Zhang Shuai, 34e mondiale, en trois sets 2-6, 7-6 (7/2), 6-2, tout comme Coco Vandeweghe, demi-finaliste l'an passé, éliminée par la Hongroise Timea Babos, 51e mondiale, 7-6 (7/4), 6-2.

Du côté français, Alizé Cornet s'est qualifiée face à une toute jeune Chinoise de 16 ans, Wang Xinyu, 6-4, 6-2, mais Pierre-Hugues Herbert a été battu par l'Ouzbek Denis Istomin, l'homme qui avait éliminé Novak Djokovic l'an passé, en quatre sets 6-2, 6-1, 5-7, 7-6 (7/3).

Catégories: Actualités

Une nouvelle piste pour améliorer la chirurgie de l'épilepsie

Le projet EPINOV vise à contrer les freins de la chirurgie de l'épilepsie (qui n'est efficace que chez 50 % des patients) en modélisant les cerveaux des patients. 
Catégories: Sciences

Open d'Australie (H) - Pierre-Hugues Herbert éliminé dès le premier tour de l'Open d'Australie

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - lun, 01/15/2018 - 05:55
Comme l'an passé, le Français Pierre-Hugues Herbert n'ira pas plus...
Catégories: Sport

Brainbean, Findit, Siralim 2 : les promos du jour pour iPhone, iPad et Android

Promotions, passages en gratuit, baisses de prix permanentes : retrouvez la sélection du jour des meilleures offres disponibles sur les stores.

Catégories: High-Tech

Des milliers de Philippins évacués par crainte du réveil d’un volcan

Plus de 12 000 personnes ont reçu l’ordre d’évacuer lundi car le cratère du Mayon, l’un des plus actifs du pays, menace d’éruption imminente.
Catégories: Actualités

La plate-forme qui succède à Admission post-bac ouvre ce lundi

Les polémiques de l’été ont eu raison d’APB, la plate-forme permettant de s’inscrire en première année d’études supérieures. Son successeur met en œuvre les nouvelles règles d’accès à l’université.
Catégories: Actualités

Mettre fin aux zones blanches : est-ce bien suffisant ?

Le gouvernement s’est entendu avec les opérateurs pour finir de connecter les zones exclues de tout réseau mobile. Mais les premières critiques pointent sur ce programme.

Catégories: High-Tech

Soldes : le drone DJI Spark à 456 € au lieu de 599 €

Pour les soldes, Rue du Commerce propose le drone Spark de DJI pour 456 euros au lieu de 599 euros, soit une remise de 24%.

Catégories: High-Tech

Plusieurs clients de OnePlus se plaignent d’une arnaque à la carte bancaire

Des dizaines de clients de la marque chinoise ont remarqué que leur carte bancaire a servi à faire des achats frauduleux. Une société de sécurité informatique explique avoir repéré une faille sur le système de paiement du site.

Catégories: High-Tech

Après l'épisode du "pays de merde", Trump assure à la presse qu'il n'est "pas raciste"

Le Huffington Post - lun, 01/15/2018 - 05:01

ÉTATS-UNIS - Le président américain Donald Trump a assuré dimanche 14 janvier qu'il n'était "pas raciste" après que des médias ont rapporté ses propos sur l'immigration en provenance de "pays de merde", suscitant un torrent d'indignation à travers le monde.

"Je ne suis pas raciste. Je suis la personne la moins raciste que vous ayez jamais interviewée, je peux vous le dire", a déclaré à des journalistes le président américain depuis son club de golf de West Palm Beach, en Floride où il dînait avec le chef de la majorité de la Chambre des représentants.

Des mots "durs", mais pas ceux-là

Le milliardaire avait déjà affirmé le 12 janvier dans un tweet n'avoir "jamais dit de mal des Haïtiens", après avoir déjà nié l'utilisation de l'expression "pays de merde" pour qualifier Haïti lors d'une réunion sur l'immigration.

"Le langage que j'ai utilisé lors de la réunion était dur mais ce ne sont pas les mots utilisés", affirmait sur Twitter le milliardaire dans une formule alambiquée. Quelques minutes plus tard, le sénateur démocrate Dick Durbin, présent lors de la réunion, assurait pourtant que le président avait bien utilisé "plusieurs fois" l'expression injurieuse.

Des Norvégiens plutôt que les ressortissants des "pays de merde"

"Pourquoi est-ce que toutes ces personnes issues de pays de merde viennent ici ?", aurait demandé le président Trump lors des discussions, selon le Washington Post, citant plusieurs sources anonymes. Selon elles, Donald Trump faisait référence à des pays d'Afrique ainsi qu'à Haïti et au Salvador, expliquant que les États-Unis devraient plutôt accueillir des ressortissants de la Norvège.

À l'occasion de cette nouvelle clarification, Donald Trump a également déclaré qu'il essayait de conclure un accord sur l'immigration mais que ses adversaires démocrates n'étaient d'aucune utilité en la matière.

L'immigration, dossier du moment

"Nous sommes prêts, désireux et capables d'obtenir un accord sur le Daca", a-t-il dit. Le programme Daca (Deferred Action for Childhood Arrival), hérité de l'administration de Barack Obama, permet à 690.000 jeunes immigrés, les dreamers, de travailler et d'étudier aux États-Unis en toute légalité, bien qu'entrés illégalement dans le pays lorsqu'ils étaient enfants.

"Je ne pense pas que les démocrates veulent le conclure. Les gens du Daca devraient savoir que les démocrates ne vont pas le conclure", a-t-il martelé. En septembre, il avait déjà abrogé le programme et donné jusqu'au 5 mars au Congrès pour trouver un compromis.

Les législateurs démocrates "ne veulent pas de sécurité à la frontière", a soutenu le président. "Il y a des gens qui affluent. Ils ne veulent pas arrêter (le trafic) de drogue et ils veulent réduire le budget de notre armée, ce que nous ne pouvons pas faire", selon lui.

Lire aussi :

Voici les pays et dirigeants que Trump a insultés depuis son élection

Chacun à leur manière, les "pays de merde" répondent à Trump

"Shithole" projeté sur la façade de l'hôtel de Trump à Washington

Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

À voir également sur Le HuffPost:

Catégories: Actualités

"Liberté d'importuner...": Deneuve présente ses excuses aux victimes

France 24 - L'info en continu - lun, 01/15/2018 - 05:00

Catherine Deneuve, signataire d'une tribune sur la "liberté d'importuner" à l'origine d'une polémique enflammée en France comme à l'étranger, a dit assumer ce texte tout en présentant ses excuses aux "seules" victimes d'agression.

"Je salue fraternellement toutes les victimes d'actes odieux qui ont pu se sentir agressées par cette tribune parue dans le Monde, c?est à elles et à elles seules que je présente mes excuses", écrit l'actrice dans une lettre publiée par le quotidien Libération sur son site internet.

La tribune parue mardi dans Le Monde défend "la liberté d'importuner" pour les hommes, l'estimant "indispensable à la liberté sexuelle" à contre-courant de l'élan né de l'affaire Weinstein. Si le texte était signé par une centaine de femmes, c'est la plus célèbre de ses signataires qui a concentré les critiques.

"Catherine Deneuve et d?autres femmes françaises racontent au monde comment leur misogynie intériorisée les a lobotomisées au point de non-retour", avait notamment fustigé l'actrice Asia Argento, qui a accusé le producteur américain Harvey Weinstein de l'avoir violée.

"J'ai effectivement signé la pétition (...). Oui, j'aime la liberté. Je n'aime pas cette caractéristique de notre époque où chacun se sent le droit de juger, d'arbitrer, de condamner", explique Catherine Deneuve, qui s'exprime pour la première fois depuis la parution de la tribune.

"Une époque où de simples dénonciations sur réseaux sociaux engendrent punition, démission, et parfois et souvent lynchage médiatique. (...) Je n?excuse rien. Je ne tranche pas sur la culpabilité de ces hommes car je ne suis pas qualifiée pour. Et peu le sont", poursuit-elle.

"Il y a, je ne suis pas candide, bien plus d?hommes qui sont sujets à ces comportements que de femmes. Mais en quoi ce hashtag (#Balancetonporc, ndlr) n'est-il pas une invitation à la délation ?", s'interroge-t-elle, s'inquiétant en outre du "danger des nettoyages dans les arts".

"Va-t-on brûler Sade en Pléiade? Désigner Léonard de Vinci comme un artiste pédophile et effacer ses toiles? Décrocher les Gauguin des musées? Détruire les dessins d'Egon Schiele? Interdire les disques de Phil Spector? Ce climat de censure me laisse sans voix et inquiète pour l'avenir de nos sociétés".

Avant cette tribune, l'actrice s'était déjà attiré les foudres de féministes en soutenant Roman Polanski, accusé de viol, un réalisateur avec qui elle tourna "Répulsion".

-'Je ne suis pas dupe'-

Rappelant son engagement féministe à l'époque de la signature du manifeste des "343 salopes", revendiquant en 1971 un avortement alors criminalisé, Deneuve se désolidarise toutefois des propos tenus par certaines de ses co-signataires: "Dire sur une chaîne de télé qu?on peut jouir lors d'un viol est pire qu'un crachat au visage de toutes celles qui ont subi ce crime", estime-t-elle en référence à des déclarations de l'animatrice de radio et ancienne star du porno Brigitte Lahaie.

"Evidemment rien dans le texte ne prétend que le harcèlement a du bon, sans quoi je ne l'aurais pas signé", assure Deneuve, qui confie avoir été durant sa carrière "témoin de situations plus qu'indélicates".

Mais pour elle, "la solution viendra de l?éducation de nos garçons comme de nos filles. Mais aussi éventuellement de protocoles dans les entreprises, qui induisent que s?il y a harcèlement, des poursuites soient immédiatement engagées", car elle croit "en la justice".

Les rédactrices de la tribune co-signée par l'actrice, Sarah Chiche, Catherine Millet, Catherine Robbe-Grillet, Peggy Sastre et Abnousse Shalmani, ont salué le texte de Catherine Deneuve, qui "réaffirme la nécessité de préserver la liberté sexuelle et de combattre le lynchage médiatique" et souligne que leur tribune "ne prétend pas que le harcèlement ait du bon".

La réponse de Deneuve, attendue ce lundi à Angers (ouest) au festival "Premiers plans", où elle préside le jury, était guettée après les nombreuses réactions cette semaine en France comme à l'étranger.

En France, la tribune avait été critiquée par des militantes féministes et de personnalités politiques.

En Italie, l'ancien chef du gouvernement Silvio Berlusconi, dont le goût pour les jeunes femmes lui a valu d'être impliqué dans une affaire de prostitution de mineure, a au contraire salué ce texte.

"Je voudrais dire aux conservateurs, racistes et traditionalistes de tout poil qui ont trouvé stratégique de m'apporter leur soutien que je ne suis pas dupe. Ils n'auront ni ma gratitude ni mon amitié, bien au contraire", écrit l'actrice dimanche.

Le Monde a lui aussi justifié ce week-end dans ses colonnes la publication de la tribune, au nom de la "défense du pluralisme des idées".

La romancière canadienne Margaret Atwood, auteur de "La Servante écarlate", s'est également expliqué dimanche après avoir soulevé de vives critiques à la suite d'une chronique où elle argumentait que le mouvement #Metoo est le reflet d'une justice qui ne fonctionne pas.

"La condamnation sans procès, c'est le début de la réponse à un manque de justice, que le système soit corrompu comme dans la période pré-révolutionnaire en France, ou qu'il n'y en ait simplement pas comme au Far West, alors les populations prennent elles-mêmes les choses en mains", a-t-elle écrit.

Catégories: Actualités

Delphine Batho candidate à la tête du PS

France 24 - L'info en continu - lun, 01/15/2018 - 04:52

L'ex-ministre PS de l'Ecologie Delphine Batho annonce sa candidature au poste de premier secrétaire du Parti socialiste, un parti devenu "une petite mafia politique" dont elle espère "changer le système", lundi dans un entretien au Parisien.

"Je ne peux pas laisser faire ! Je suis candidate pour l'espérance et changer le système", lance Delphine Batho.

"Je conteste de A à Z les modalités d'organisation de ce congrès de confiscation, dans ce qui n'est plus un parti mais une petite mafia politique avec ses parrains, ses lieutenants, ses exécutants", poursuit-elle.

La députée Nouvelle Gauche des Deux-Sèvres affirme être "une candidate libre" qui se présente "sans les parrains, sans les barrons, sans les fausses cartes, en dehors de tout courant". "Que les choses soient claires, j'irai jusqu'au bout. Les liquidateurs de l'espérance, le verrouillage de l'appareil, ça suffit !", assure Delphine Batho.

Elle "lance un appel à la mobilisation, à tous ceux qui refusent ce système: venez-vous battre, forcez les portes."

Concernant les candidats annoncés, ce sont "ceux de la reconduction du même système" déplore l'ex-ministre avant de préciser : "En aucun cas je n'aurais été candidate contre Najat Vallaud-Belkacen". Cette dernière a annoncé le 3 janvier qu'elle ne briguerait pas la tête du parti lors de son congrès en avril.

"Ma candidature vient de loin, des combats pour l'éducation, l'anti-racisme, l'écologie. Je ne suis pas candidate pour changer les individus, mais les règles du système", affirme Delphine Batho pour qui : "Il faut évidemment partir à la reconquête des catégories populaires, des territoires ruraux, de la jeunesse, sans laquelle il n'y a pas d'élan possible pour la gauche."

Quatre candidats se sont déclarés pour la présidence du PS: l'ancien ministre Stéphane Le Foll, le patron des députés PS Olivier Faure, le député du Val-de-Marne Luc Carvounas et le député européen Emmanuel Maurel. Julien Dray a indiqué dimanche "penser sérieusement" à se présenter.

Catégories: Actualités

Delphine Batho candidate à la tête du PS

LCP Assemblée nationale - lun, 01/15/2018 - 04:52

L'ex-ministre PS de l'Ecologie Delphine Batho annonce sa candidature au poste de premier secrétaire du Parti socialiste, un parti devenu "une petite mafia politique" dont elle espère "changer le système", lundi dans un entretien au Parisien. 

"Je ne peux pas laisser faire ! Je suis candidate pour l'espérance et changer le système", lance Delphine Batho. 

"Je conteste de A à Z les modalités d'organisation de ce congrès de confiscation, dans ce qui n'est plus un parti mais une petite mafia politique avec ses parrains, ses lieutenants, ses exécutants", poursuit-elle. 

La députée Nouvelle Gauche des Deux-Sèvres affirme être "une candidate libre" qui se présente "sans les parrains, sans les barrons, sans les fausses cartes, en dehors de tout courant". "Que les choses soient claires, j'irai jusqu'au bout. Les liquidateurs de l'espérance, le verrouillage de l'appareil, ça suffit !", assure Delphine Batho.

Elle "lance un appel à la mobilisation, à tous ceux qui refusent ce système: venez-vous battre, forcez les portes."   

Concernant les candidats annoncés, ce sont "ceux de la reconduction du même système" déplore l'ex-ministre avant de préciser : "En aucun cas je n'aurais été candidate contre Najat Vallaud-Belkacen". Cette dernière a annoncé le 3 janvier qu'elle ne briguerait pas la tête du parti lors de son congrès en avril.

"Ma candidature vient de loin, des combats pour l'éducation, l'anti-racisme, l'écologie. Je ne suis pas candidate pour changer les individus, mais les règles du système", affirme Delphine Batho pour qui : "Il faut évidemment partir à la reconquête des catégories populaires, des territoires ruraux, de la jeunesse, sans laquelle il n'y a pas d'élan possible pour la gauche."

Quatre candidats se sont déclarés pour la présidence du PS: l'ancien ministre Stéphane Le Foll, le patron des députés PS Olivier Faure, le député du Val-de-Marne Luc Carvounas et le député européen Emmanuel Maurel. Julien Dray a indiqué dimanche "penser sérieusement" à se présenter. 

Catégories: Actualités

Un pamphlet antisémite de Céline promu par Amazon

Le géant de la vente en ligne paie pour afficher une réédition de « Bagatelles pour un massacre » en tête des résultats de Google.

Catégories: High-Tech

Rentrée judiciaire chargée lundi pour Emmanuel Macron

LCP Assemblée nationale - lun, 01/15/2018 - 04:25

Un discours d'Emmanuel Macron à la Cour de cassation puis la restitution des "chantiers" de la justice à la garde des Sceaux Nicole Belloubet: la journée de lundi s'annonce chargée au niveau judiciaire, avec à la clé sans doute des pistes plus précises pour les réformes à venir.

La journée démarrera tôt, dès 06H00, devant les prisons: les syndicats appellent à un "blocage total" pour réclamer plus de sécurité après l'agression à l'arme blanche de trois surveillants jeudi par un détenu jihadiste dans le Pas-de-Calais. La ministre de la Justice Nicole Belloubet se rendra mardi à la prison de Vendin-le-Vieil où a eu lieu cette agression.

En janvier, les audiences de rentrée se succèdent dans les juridictions. Emmanuel Macron participera à l'audience solennelle de la plus haute juridiction de l'ordre judiciaire, la Cour de cassation, où il prononcera un discours en fin de matinée.

L'Union syndicale des magistrats (USM, majoritaire) espère des annonces sur la réforme de la Constitution, qui célèbre ses 60 ans cette année.

En juillet, Emmanuel Macron s'était prononcé pour la suppression de la Cour de justice de la République (CJR) chargée de juger pénalement les membres du gouvernement pour les crimes et délits commis "dans l'exercice de leurs fonctions".

La question de l'indépendance du parquet vis-à-vis du pouvoir exécutif, serpent de mer de la justice française, se pose toujours. Emmanuel Macron a promis de renforcer l'indépendance du parquet. Mais jusqu'où la réforme ira-t-elle? Nicole Belloubet a défendu en octobre le maintien d'un "lien puissant" entre la chancellerie et le parquet.

Depuis 2012, dans les faits, l'exécutif a suivi l'avis du Conseil supérieur de la magistrature (CSM), organe indépendant, pour nommer les parquetiers. Le président s'est engagé à inscrire cette bonne pratique dans la Constitution.

Emmanuel Macron prononcera son discours devant les deux plus hauts magistrats de France, également présidents du CSM : Bertrand Louvel, premier président de la Cour de cassation, et Jean-Claude Marin, son procureur général. Ils ont plaidé en juillet pour une "réforme institutionnelle profonde".

- "Consultation de façade" -

Lundi après-midi, autre rendez-vous en vue de la réforme de la justice: des propositions seront remises à la garde des Sceaux, à partir des consultations organisées depuis octobre dans le cadre des cinq grands "chantiers" de la justice. 

Ces "chantiers" concernent la transformation numérique, la simplification des procédures pénale et civile, l'organisation territoriale et l'efficacité des peines.

Des questionnaires ont été envoyés en octobre aux magistrats dans les juridictions, afin de les sonder sur les réformes à mener. "Une consultation de façade" ont cependant critiqué les syndicats, qui ont notamment dénoncé des questions orientées.  

Après cette "restitution des chantiers de la justice", Nicole Belloubet entamera des concertations puis arbitrera. Les résultats seront intégrés au printemps dans un projet de loi de programmation pour la justice 2018–2022 et des projets de loi de simplification civile et pénale.

Les policiers attendent beaucoup de la simplification de la procédure pénale. "Aujourd'hui on est sur 2/3 du temps passé sur la gestion administrative et 1/3 en temps d'enquête. L'idéal est d'arriver à une inversion", a ainsi expliqué à l'AFP Thierry Clair de l'Unsa police. 

Une forfaitisation pour certains délits de masse, c'est-à-dire l'instauration d'amendes, pourrait contribuer à désengorger les tribunaux. Cela pourrait s'appliquer par exemple à la consommation de cannabis. 

Face aux prisons surpeuplées, des propositions devraient être faites sur les peines alternatives à la détention, alors que Nicole Belloubet espère que 10.000 des 15.000 nouvelles places promises par Emmanuel Macron durant sa campagne seront réalisées "à la fin du quinquennat". 

Dans la procédure civile, la ministre s'est prononcée en faveur de la médiation, pour résoudre les litiges à l'amiable et éviter un procès long et coûteux.

Le dossier le plus chaud concerne la réforme de la carte judiciaire: plusieurs juridictions sont déjà mobilisées mais Nicole Belloubet a encore affirmé jeudi qu'"aucun tribunal ne sera fermé".

Catégories: Actualités

« Je ne suis pas raciste » dit Donald Trump

Le président américain a déclaré dimanche qu’il n’était pas raciste malgré ses propos sur les migrants venant d’Haïti et d’Afrique et dit qu’il était prêt à conclure un accord pour protéger les migrants arrivés aux Etats-Unis quand ils étaient mineurs.
Catégories: Actualités

Aude Rossigneux, Noël Mamère, Isabelle Alonso... Qui allez-vous voir dans "Le Média"?

Le Huffington Post - lun, 01/15/2018 - 04:20

POLITIQUE - Créé par des membres de La France insoumise, Le Média se lance officiellement ce lundi 15 janvier avec la ferme intention d'imposer sa ligne alternative dans un paysage audiovisuel régulièrement éreinté par Jean-Luc Mélenchon et ses amis.

Lancé par Sophia Chikirou, ancienne directrice de communication de la campagne présidentielle de Jean-Luc Mélenchon, et co-dirigé par le psychanalyste médiatique Gérard Miller, lui aussi un compagnon de route de La France Insoumise, Le Média est diffusé gratuitement sur internet avec, notamment, un journal de 20h.

Comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessus, parmi les membres de la rédaction, dirigée par Aude Rossigneux (ex-Le Parisien), figurent notamment Marc de Boni, ancien du service politique du Figaro ou encore Catherine Kirpach, ex-LCI. L'ancien député EELV Noël Mamère proposera des interviews "d'intellos, de membres de la société civile que l'on ne voit jamais sur les grands médias". Aude Lancelin, ex-directrice adjointe de L'Obs,est elle aussi membre de cette rédaction et s'occupera de la culture et des idées.

Lire aussi :

"Le Média" dévoile l'identité de ses journalistes (et vend la diversité de leurs profils)

Mélenchon égratigne la future loi anti-"Fake News" de Macron et l'invite à soutenir son propre projet

Mélenchon cite Nabilla pour critiquer les vœux de Macron

Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

À voir également sur Le HuffPost:

Catégories: Actualités

Soldes : un lecteur-graveur Blu-ray externe à moins de 70 euros

Pour les soldes, Amazon fait une remise de 63% sur le lecteur-graveur Blu-ray VicTsing. Il est proposé au prix de 66,20 euros au lieu de 179,99 euros.

Catégories: High-Tech

Pages

S'abonner à JO CASANOVA MUSIC agrégateur